AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -37%
Jeu Mille Bornes – Version Luxe à 12,45 ...
Voir le deal
12.45 €

Partagez

Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew


Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 12:06

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Le nez au vent, j'étais partie regarder les alentours. La maison m'avalait entre ses murs, je passais tellement de temps à peindre dedans, et à essayer de la rénover que je ne savais plus quel jour on était, ni même si j'avais mangé. Je ne savais plus l'heure, la date. Je perdais mes repères. Et j'en avais marre.

Je m'étais réveillée avec une envie de changement, un besoin de changement. La racine de mes cheveux avait bien repoussé, ils étaient sales avec la poussière et la peinture. Tellement sale que même si je les lavais tous les jours, le lendemain, ils étaient à nouveau sale. Un cercle vicieux. Je n'aimais pas avoir les cheveux sales et je n'aimais pas qu'ils me gênent. Alors, ce matin, j'avais pris la voiture. Je m'étais garée en ville, et j'avais poussé la porte du grossiste. On était sur du bleu vert, qui avait décoloré et qui ressemblait à un vieux chewing-gum, mâché longuement puis jeté sur le trottoir. C'était ignoble. Je voulais une couleur motivante. J'étais tombé sur du rose, un rose pétant, motivant à souhait, beau et éclatant. J'avais acheté les produits et j'étais rentrée chez moi.

Je ressortais de la salle de bain, heureuse de mon changement de couleur de cheveux et une petite voix dans ma tête m'intimait que j'avais le droit à une récompense. Je prenais Odile, je débarquais devant le café où je me garais. J'entrais, je commandais et je partais m'asseoir sur la terrasse, à mon spot habituel. Café en main, je me posais tranquillement. Dans le coin de mon œil, j'apercevais un brun qui me semblait familier. Je m'approchais tranquillement vers sa table, je prenais une chaise et je m'asseyais avec lui.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 12:16










Je m’étais levé et j’avais immédiatement filé chez Esvir. Son café c’était le meilleur et rien que pour la faire chier j’étais prêt à me lever tôt. Puis bon, j’avais eu une commande et je devais la livrer aujourd’hui. J’allais pas tortiller longtemps j’avais 500$ qui m’attendait. Ca allait faire du bien. Alors j’étais entré dans le café en gueulant à Esvir de me préparer mon habituelle commande. Elle m’hurlait dessus en retour tout en s'exécutant. Ouais on était comme ça nous. On hurlait tout le temps. Apparement y avait que ça qu’elle comprenait, la blonde. Je m’étais installé à l'extérieur, une clope sur le haut de mon oreille et je regardais tout ce que j’avais à faire dans la journée. Puis il y eut ce tintement de cloche quand quelqu’un entrait dans le café qui me fit relever les yeux. Je ne vis qu’une chose : des cheveux roses. Je secouais la tête avant de baisser les yeux sur le journal du jour. Pas bonnes les nouvelles surtout pour un trafiquant de drogues dans le Montana. Paraîtrait que la police était sur les dents mais bon… J’avais pas à m’en faire, mon business tournait bien et je me faisais un max de pognon. Sans quitter le journal des yeux, j’prenais ma clope et l’allumais alors qu’un des Barbapapa venait s'asseoir en face de moi. J’haussais un sourcil en baissant le journal. Putain c’était qui cette meuf ? Elle me disait quelque chose mais je la remettais pas.

Ouais, t’veux quoi ? je fronçais les sourcils comme pour essayer de me rappeler qui c'était.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 12:25

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Devant moi, y a le brun qui me regarde avec son air intrigué. Je le vois poser son journal. J'hausse un sourcil en tournant ma tête vers lui. Il m'a pas reconnu ? Sérieusement ? Le mec a eu le temps de m'extorquer 225$ depuis que je le connais mais il me reconnait pas ? Je fronce les sourcils puis j'attrape ma tasse de café. Je bois un peu, je viens lui piquer la clope qu'il a sur l'oreille. Je l'allume avant de répondre. "Faut que je te montre mon cul pour que je te revienne, bébé ?" J'insiste bien sur le "Bébé", c'était son petit surnom et le mien.

Je m'énerve pas, je suis calme ce matin. Je suis contente de mes cheveux roses. J'attrape son journal et je lis les gros titres. "21 kg de cocaïne retrouvés par la police dans le Montana." Je souris en coin, je m'avance sur l'article. P'tain, les cons. Je ricane en lisant l'article, je fume et je bois un peu de mon café. Je tends mon regard vers celui du brun qui m'a toujours pas reconnu. "Andrew, t'es sérieux à pas me reconnaitre ?" Je chuchote. "On a baisé comme des animaux la semaine dernière." Je me redresse et je me cale bien dans le fond de ma chaise. Après tout, il en avait peut-être baisés d'autre la semaine dernière. Rien que d'y avoir pensé, ça me file des frissons et ça me plait pas.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 12:33










Je la regardais cette nana aux cheveux roses. C’était qui ? Son visage me disait vraiment quelque chose. Elle m’parlait de son cul et m’appelait bébé comme si on se connaissait depuis un moment. Je l’avais jamais vu cette nana là. Et elle semblait me connaître. En plus elle avait tendu la main pour me voler mon journal et ma clope. La meuf sans problème. Elle cherchait les ennuis ou quoi ? Moi je bougeais pas mais je bouillonnais à l’intérieur. J’aimais pas qu’on agisse comme ça avec moi. Je crispais les doigts sur la table, la fixant comme un chien prêt à bondir. Puis les souvenirs me frappèrent. C’était Alexis. Mes sourcils se haussèrent en étirant un petit sourire.

Haaan. Je prenais un air faussement pensif. Mais laquelle ? J’en ai baisé plusieurs. Je ricanais en me penchant sur la table pour récupérer ma clope, mon journal et son café. Je buvais une gorgée et je grimaçais. Putain encore un truc chelou. Beuurk encore ton Mocca-merde là. Je le lui rendais en secouant la tête puis prenant ma clope entre les lèvres. Tu peux pas prendre un truc plus... normal ? T'es une putain d'hipster. Je pliais le journal et jetais un coup d’oeil à mon sac de sport qui se trouvait à mes pieds. Je la regardais longuement, elle, et ses cheveux couleurs bonbons.

Bordel qu’est ce que t’as encore foutu à tes cheveux ?


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 12:54

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



J'entends encore son "Mais laquelle ? J'en ai baisé plusieurs." qui résonne dans mes oreilles. Je fronce les sourcils, ouais, je suis pas contente. Y a ma petite voix qui essaye de me calmer. J'sais bien que je suis pas la seule nana sur Terre, j'sais aussi qu'on a pas de comptes à se rendre mais putain, ça m'énerve. J'hausse un sourcil. "Calme toi, j'ai pas que toi dans mon lit non plus." Faux. Mensonge. Calomnie. Qu'est-ce que je tente de faire putain ? De le rendre jaloux ? Mais qu'est-ce qu'il m'arrive bordel. Je me mords un doigt pour arrêter de faire de la merde. J'vois bien son petit regard malicieux. Il se penche sur la table, récupère sa clope, son journal et il me prend mon café. Il aime pas le Mocca, il va encore râler et.. il râle. Je lève les yeux au ciel, un sourire en coin. "Tu vois que tu me reconnais, salaud." Je souris en lui reprenant mon café des mains. Je lève les yeux au ciel. "Mais c'est trop bon, t'es fou. Y a du chocolat et du café dedans, c'est parfait." Je l'entends encore me dire que je suis une hipster et j'hausse les épaules. "Te plains pas, t'aurais pu tomber sur une vegan." Il pliait son journal et je sortais un bouquin de mon sac. Je savais qu'il m'observait et je l'entendais me demander ce que j'avais foutu à mes cheveux. Je me léchais la lèvre avant de la mordre en riant. "J'avais envie de changer, j'ai pas le droit ?" Je lance un regard vers le brun. J'avais bien envie de lui demander si ça lui plaisait mais au fond, j'en avais rien à foutre. Enfin, si. Mais je devais faire comme si j'en avais rien à foutre. Je prends une gorgée de mon café en venant lui piquer sa clope.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 13:04










Alexis était donc venu me casser les couilles. Je lui avais dit que j’avais plusieurs nanas cette semaine mais en vrai j’avais eu personne. J’avais surtout pas cherché à en avoir. J’avais eu pas mal de trucs à gérer t’façon. Elle me répondait qu’elle aussi elle avait des personnes dans son lit et je ricanais en secouant la tête. En vrai je m’en fichais pas mal de qui pouvait dormir dans son plumard. J’bois sa merde avant de rouler des yeux, à nouveau. Les vegans. Pas mon truc. Moi j’étais du genre à faire des barbecues et bouffer de la viande comme un vrai mec. J’aimais trop ça et surtout les kebab.

J’sais bien que t’es pas vegan vu comment t’as bouffé ton kebab, idiote.

Elle sortait un bouquin de son sac. J’la voyais bien lire sur une terrasse comme ici, à fumer sa clope, les cheveux dans le vent. Je continuais de la regarder sans détacher mes yeux d’elle. Puis ses dents qui venaient mordre sa sublime lèvre charnue. Je bougeais pas, fumant ma clope du bout des lèvres, je soufflais la fumée par le nez. En parlant de ses cheveux, elle avait eu besoin de changement. Je secouais la tête en buvant une gorgée de mon café.

Tu peux pas avoir besoin de changer avec ta couleur naturelle ? J’aimais bien son côté hors norme. Le genre de nana dont personne ne sait ce qu’elle fera le lendemain. Le genre de nana qu’on regarde en se demandant ce qu’elle peut bien avoir dans la tête et sans jamais trouver la réponse. Elle me piquait encore ma clope. Je fronçais les sourcils. Ca par contre ça avait pas changé. Je roulais des yeux, buvant encore une gorgée de mon café tiède. C’comme ça que je le buvais. Je me rappelais bien de ce qu’elle m’avait dit. Quand elle allait changer de couleur elle ferait le haut et le bas. Du rose de la cave au grenier et à cette idée j’étais excité. Notre dernière entrevue avait fini au lit et ça je l’oublierai pas. Je la désignais du menton.

T’as pas une maison à repeindre toi ?

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 13:22

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Je le regarde, ce beau brun avec ses yeux ténébreux. J'ai le cœur qui bat vite dans ma poitrine, il tape. Je m'en veux un peu de lui avoir menti sur mes conquêtes mais tant pis, s'il a envie de se bouger les fesses, il bougera. Il ricane en secouant la tête et je me mords la lèvre. Je me demande si j'arriverais à me lasser un jour de ce son, de ce ricanement qui me reste dans le crâne depuis des jours. Dans mon lit, y a son odeur et la nôtre, celle de nos ébats, celle de cette matinée riche en émotion et en surprise. Je baisse les yeux vers mon café, je reprends une gorgée. Je lui parle des vegans. Ouais, à cette époque valait mieux être hipster que vegan, sérieusement. J'adore la viande, je pourrais pas m'en passer. Mais j'crois qu'Andrew le sait. Je lui souris. "Il était vachement bon ce kebab. Rien que d'en parler, j'en ai envie. " Je repensais au goût de la viande sur mes papilles. Je manquais presque de baver. Je prenais mon café pour effacer le goût.

Je sortais mon bouquin de mon sac, après tout, c'était un café littéraire, ici. D'ailleurs, je me demandais ce qu'Andrew foutait ici. Il aimait p'tête lire lui aussi ? Je savais pas, après tout, j'étais sûre qu'il aimait cuisiner mais qu'il ne se l'était jamais avouer à lui-même. Alors à quoi bon l'embêter. Mes dents attrapent ma lèvre quand il me parle de ma couleur de cheveux. Voilà au point où j'en suis, je suis obligée de me mordre pour éviter de lui demander si ça lui plait. J'hausse les épaules à sa question. "Mouais, je la fuis comme la peste ma couleur naturelle, tu sais." Je l'aimais pas cette couleur. Elle me rappelait mes parents, ceux que j'avais jamais connu et qui s'étaient surtout pas évertués à venir me voir chez Odile. Je regardais mon bouquin, les yeux dans le vide avant de les lever sur le brun. Il me demandait si j'avais pas une maison à repeindre.

J'avais déjà beaucoup peint ces derniers jours. Le mur de la cuisine, je l'avais éclaté lui aussi. La salle de bain d'en bas, elle était rose à cause de ma couleur de cheveux. J'hausse les épaules, songeuse. "Si mais je prends une pause. Je commence à fatiguer. J'en ai déjà fais pas mal cette semaine, t'sais." Je prends sa cigarette entre mes lèvres et j'sors mon paquet de clope sur la table. "Si jamais t'as envie de peindre, hésite pas, hein." Peindre avec Andrew, ça me tentais bien. Surtout que selon le dernier deal, on devait toujours peindre à poil.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 13:37










C’était vraiment bizarre de la regarder, me souvenir de nos ébats sans avoir envie de fuir. Souvent les nanas, après les avoir allongé je pouvais plus les voir. Sauf Esvir évidemment qui était surtout un pote où y avait eu un bénéfice et ça resterait là. Pas de malaise. Avec Alexis c’était la même chose mais contrairement à la blondasse, elle, j’avais envie de coucher à nouveau avec elle. C’était un plan cul ? Ou autre chose ? J’en savais foutrement rien. Elle me reparle du kebab et je souris, elle me parle de sa couleur naturelle et je souris. Putain !! J’avais probablement l’air d’un con. Quant à sa maison, elle avait apparemment super bien bossé alors elle s’était accordée une pause. J’hochais la tête sans rien dire de plus. Ouais j’avais envie de peindre avec elle, habillé ou à poils tant que j’étais avec elle. Putain ! Non pas cette pensée. Je fronçais les sourcils en pinçant les lèvres. J’allais jouer le mec un peu trop occupé.

Ouais, on verra quand j’aurais du temps. Je savais que j’allais tourner en rond chez moi en me râlant dessus que j’aurais dû dire oui mais bon, j’allais pas jouer le mec accessible. J’agitais les doigts dans sa direction. File moi ton numéro qu’on se capte à l’occasion pour ta maison. J’connais un peu la plomberie. C’était le pas de trop ? Est-ce qu’elle allait rougir ou refuser ? Est-ce que j’avais fait tout simplement une grosse connerie ? Putain ! J’étais perdu. Je la regardais, déglutissant et m’auto-flagellant d’avoir pris cette putain d’initiative.

Et profite pas d’mon numéro pour m’envoyer des merdes ou je te répondrai pas. En vrai ça me ferait rire mais je voulais pas qu’elle prenne la confiance.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 13:51

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Andrew, c'est le genre de mec qui me fait kiffer. Il est soit disant distant, donc je m'attends à rien mais dès qu'il y a un petit truc de sa part, ça me fait forcément plaisir et ça me fait forcément sourire. Je lui parlais de pleins de choses, de ma couleur de cheveux, du kebab qu'on avait partagé dans mon lit. Et lui, il souriait. Son sourire emporte le mien. Du coup, on sourit comme deux cons sur la terrasse. C'est beau. Je lui propose de venir peindre avec moi. A la base, le deal c'était qu'on peigne à poil. Mais maintenant qu'on s'étaient vus, nus, et en action. Est-ce que ça allait toujours lui donner envie ? Habituellement, je cherchais pas à revoir les gens avec qui j'avais eu des moments aussi intimes, sauf en cas de relation longue ou de plan cul. Mais pour l'instant, nous deux, c'était ni l'un, ni l'autre. Est-ce qu'on était juste pote avec du bénéfice ? Maybe.

Sa réponse me fait sourire. Je me doute bien qu'il est occupé avec la casse et tout le reste. "Seulement quand t'as le temps, sinon je me débrouille toute seule, tu le sais." Je lui souris, je prends une gorgée de café quand il me demande mon numéro. J'sens le café qui me remonte dans le nez, je vais m'étouffer. Calme toi, Alex, tout va bien. D'un air tranquille et calme, je lève mes épaules et je sors mon téléphone de mon sac. Je lui balance pour qu'il rentre son numéro. "Fais donc." Franchement, dans ma tête, y avait toute une équipe de cheerleader qui dansait parce que j'allais avoir son numéro. Extérieurement, j'étais calme et sereine alors qu'à l'intérieur c'était pire que la fanfare du lycée. Je l'entends me dire que je dois pas lui envoyer de connerie. Je souris en coin, j'avais trouvé un mème super drôle la semaine dernière et j'avais trop eu envie de lui envoyer. "Moui, moui." Je restais évasive. Son numéro dans mon téléphone, je lui envoyais un SMS pour qu'il ait le mien. Je me mordais la lèvre en attendant de voir sa tête à cause du mème que je lui envoyais. Je prenais une taffe sur ma cigarette, l'air innocent.

Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew 9k=

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 18:50










Je lui sortais un mensonge. Ma vie était très calme en ce moment, juste entrecoupée de deal et vente. J’avais la casse à m’occuper mais j’étais dispo pour tout. Je voulais juste faire le mec un peu occupé pour pas qu’elle se fasse d’idée mais j’avais juste envie de passer du temps avec elle. Bordel ! Elle était vraiment différente des autres. Elle me soufflait qu’elle m’attendait pas pour continuer mais que mon aide était la bienvenue. J’avais envie de sourire, de lui dire que j’allais venir l’aider de A à Z mais j’pouvais pas. J’pouvais pas putain. J’la regardais sourire, se mordre la lèvre, boire son café et moi tout ce que je faisais c’était serrer le poing sous la table pour pas lui sauter dessus. J’lui avais alors demandé son numéro de téléphone. J’avais le coeur qui battait à tout rompre mais je gardais mon air détaché. Je choppais son mobile pour entrer mon numéro et je la prévenais que j’voulais pas d’conneries. Je savais qu’elle allait pas se gêner mais j’avais l’espoir. Je lui rendais son téléphone et ma clope. Je fumais en regardant le ciel. J’devais regarder ailleurs, fallait que je pense à autre chose qu’elle, putain. Elle et ses cheveux !! Soudain mon téléphone vibra. J’haussais un sourcil. Mon deal était avancé ? Non, un numéro inconnu qui m’envoyait un… chat ? Je fronçais les sourcils avant de lever les yeux vers elle.

Ca y est ça commence. Je levais mon téléphone et je l’agitais en l’air. Je vais te bloquer si tu continues !!

Putain elle me faisait rire avec ses conneries. Je roulais des yeux et j’agrémentais le tout avec un doigt d’honneur. Je fumais une dernière fois avant d’écraser ma clope dans le cendrier. Je chopais le paquet de clope qu’elle avait posé sur la table un peu plus tôt et je lui en volais une. Je terminais aussi mon café. Fallait que je reste. Je zieutais l’heure. J’avais pas envie de bouger. J’avais envie de rester avec elle et boire des cafés toute la journée. J’étais bizarre ? Malade ? Ou tout simplement en manque d’Alexis ?

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 19:08

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Il a mon numéro, j'ai le sien, j'ai pas le droit de lui envoyer de conneries mais... je le fais quand même. Faut dire que le mème est juste trop drôle, même moi je manque de rire quand j'entends son téléphone qui vibre contre la table. Je me mords la lèvre, je regarde ailleurs. Il fait beau aujourd'hui, de toutes manières, c'est rare qu'il fasse moche à Austin, c'pas l'Angleterre quoi. Je jette un coup d'œil à sa tête. Il lève les yeux vers moi, je vais me faire engueuler. Avec un peu de chance, je récolterai même une fessée. Il râle et je me mords la lèvre en riant. "Profite, c'est le jour où je te contredirais plus qu'il faudra que tu t'inquiètes." Je lui fais un clin d'oeil sous la menace. "Va s'y, bloque moi, j'attends que ça." Je faisais genre mais en vrai, s'il me bloquait, j'allais tellement faire la gueule.

Il me montre son doigt d'honneur, celui que j'aime le plus. J'ai terriblement envie de me pencher, de le prendre entre mes lèvres. Mais je fais rien, je lui colle juste le mien en pleine face. "Assieds toi dessus, bébé." Je souris en coin, je prends mon café et j'écrase ma clope dans le cendrier. Ma main touche la sienne, je me mords la lèvre. Putain. J'sens un fil électrique qui me prends toute entière. Je retire ma main rapidement et je le vois diriger la sienne vers mon paquet, je souris. "Ca va ? Tu fais comme chez toi ?" Il sait que je rigole, il sait qu'il a le droit de me piquer mes clopes. J'arrive pas à lui mettre de limites à ce con. Je remonte mes jambes sur la chaise avant d'apercevoir le hamac. Mes yeux s'illuminent. "Hé, tu veux pas qu'on se pose dans le hamac ?" Non, j'avais pas du tout envie de sentir son corps contre le mien. "On est pas obligés de se toucher, ein. 'Fin, on est pas obligés d'être dans le même sens." Je le voyais bien d'un côté, avec son journal et moi de l'autre avec mon bouquin. Je souris, toute excitée par l'idée.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 19:18










Je lui avais à peine filé mon numéro que déjà elle m’envoyait de la merde. C’était bien Alexis, ça. No limit. C’était bizarre. On se connaissait pas depuis longtemps mais c’était tout comme. J’avais l’impression qu’on était sur la même longueur d’ondes. J’la menaçais gentiment. Jamais je pourrais faire ça. Elle répondait à mon doigt d’honneur par un autre mais cette fois directement dans ma tronche. Je lui chopais le doigt et je le léchais avec plein de bave. Prends toi ça, Rosita ! Je ricanais en voyant son air. Nos mains s’étaient touchées, délicatement, subtilement avant que je choppe son paquet de clope. J’avais le droit d’en prendre, elle volait toujours les miennes. Je fichais la clope entre mes lèvres et sans la regarder, prenant mon briquet.

Ferme ta gueule, plaisantais-je.

Je l’allumais tandis qu’elle me demandait qu’on aille se foutre dans le hamac. Je regardais par dessus mon épaule l’objet avant de marquer un temps. Est-ce que c’était une bonne idée ? Est-ce qu’il fallait qu’on aille encore se toucher l’un l’autre ? Est-ce que la limite n’était tout simplement pas là ? Je penchais la tête sur le côté, tout en fumant avant de relever la tête et de souffler la fumée. Ca allait être difficile de pas se toucher dans ce burrito en tissu. J’haussais les épaules d’un air détaché avant d’hocher la tête. Je me levais, prenant le cendrier d’une main et me dirigeais d’un air nonchalant vers le hamac. Je m’installais en m’allongeant dessus. Je la regardais :

Tu peux prendre mon sac ? Je l’ai oublié.

Je la regardais faire et je la remerciais d’un signe de tête avant qu’elle ne vienne vers moi et qu’elle s’installe sur le hamac.


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 19:29

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Ok, d'accord. Il est en train de me lécher le doigt. Bordel, je vais me transformer en flaque avant la fin de la journée, c'est sûr et certain. Je fronce mes sourcils, ouais, j'fais genre que je suis pas contente. "A ce que je vois, tu sais bien te servir de ta langue." Oui, je suis contradictoire. Je fronce les sourcils mais je le chauffe gentiment. Il me pique mes clopes et je l'engueule gentiment. J'éclate de rire à sa réponse. Putain, quel con. Je lui redonne mon doigt en riant.

J'viens de lui proposer d'aller dans le hamac. Oui, dans le hamac. Est-ce que c'était une bonne idée qu'on soit aussi proche ? Est-ce que c'était une bonne idée qu'on puisse être l'un contre l'autre ? J'en savais rien, je m'en foutais. J'avais juste envie d'y être avec lui. Il se lève pour s'y diriger, attrapant le cendrier et les clopes qu'il pose sur le petit guéridon qui est à côté. Je souris en le regardant faire. Il y va directement. Il m'demande de prendre son sac. "Ouaip." J'attrape le mien, mon café et je vais pour prendre son sac. Mais il pèse une tonne. "Putain mais t'as trois kilos de coke là dedans, ou quoi ?" C'est une blague, bien évidemment. Même si je me doute qu'il est du genre à tourner dans des trucs louches. Au pire, je m'en fous. Avoir des sacs de coke collés au bide, ça arrive à tout le monde. Même à moi. Je ramène le sac et mes affaires, je mets tout en dessous. Au moins, personne y touchera. Je sors mon bouquin de mon sac, je le pose sur ses cuisses et je monte dedans avec lui.

J'avais dit qu'on était pas obligés de se toucher, ni même d'être dans le même sens ? Mouais, bof, hein. Je monte contre lui, et je viens me blottir. "Je me suis dis qu'on serait mieux dans ce sens là, non ? " Je me justifies sous son regard. Je me penche en avant pour reprendre mon livre et me remettre.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 19:40










Je m’étais foutu dans le hamac et au bas du ventre j’avais hâte qu’elle grimpe. Pas que sexuellement -bon un peu- mais je sais pas… j’avais le coeur qui battait. J’avais envie qu’elle vienne et qu’on passe notre journée comme ça. Mais j’avais ce putain de deal dans pas longtemps. Je réagissais comme un putain de gamin, comme celui qui venait parfois au café, emmerder Esvir et Leevi. Juste un petit con à côté d’une meuf. J’avais l’impression de retrouver mes quinze ans. Elle récupérait son sac et le mien tout en râlant. Je ricanais dans ma barbe avant d’hausser les sourcils, surpris.

Bah… ouais. Et des flingues aussi. Là je rigolais pas. Je disais la vérité. J’étais pas un enfant de coeur je lui avais dit. J’avais 3 kilos de coke et deux Glock. Un bon deal qui allait me rapporter pas mal de fric. Je passais mon bras sous ma nuque tandis qu’elle posait le tout à côté de nous avant de prendre son bouquin. Elle monta dans le hamac, le faisant bouger légèrement. Elle se colla contre moi avant de se blottir. Mécaniquement je passais mon bras autour d’elle, ma clope toujours entre mes lèvres. Je la regardais prendre son livre et commencer à lire. Je plissais les yeux pour lire aussi, appuyant sur une page pour mieux voir aussi. Un truc sur la virilité. J’haussais un sourcil. Un bouquin hyper étrange. J’y comprenais rien. Elle pouvait pas lire des BD comme tout le monde. Au moins le gamin qui faisait chier Esvir avait toujours une BD sur lui.

C’quoi ce bouquin de merde, bébé ?


Putain on était juste bien tous les deux. J’voulais pas bouger.


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 19:53

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Je ramenais son sac près de nous, en riant, je lui avais demandé s'il avait trois kilos de coke à l'intérieur. Il me réponds. Mais pour le coup, c'est sérieux. J'hausse un sourcil mais je réponds rien pour l'instant. Je monte dans le hamac, je viens me blottir contre lui. Il passe son bras autour de moi, je cale ma tête contre son torse. Je me sens bien là, posée et tranquille. Y a son parfum qui file dans mes narines et je le respire avec plaisir. Bordel, qu'est-ce qu'il m'arrive ? Je le regardais. "Y a vraiment trois kilos de coke et des flingues dans ton sac, alors ?" Je posais la question dans le plus grand des calmes, j'allais pas m'inquiéter pour lui, il était grand, il était malin.

J'haussais les épaules en ouvrant mon bouquin. Je lisais rapidement, et à la base, j'avais pas prévu qu'il lise avec moi. Je me retrouvais avec un homme qui refusait de se désinfecter les mains parce que ça faisait pédé, qui était en train de lire un bouquin sur la virilité. J'voyais son doigt qui appuyait sur les pages. Je me frottais à lui comme à un chat. Je ronronnais presque. Il me posait une question et je rigolais. "Un livre sur la virilité, comment c'est né, comment ça perdure, est-ce que dans le monde actuel les hommes n'ont pas une aussi grosse pression que les femmes sous l'œil du patriarcat." J'voyais qu'il y comprenait rien et je lui souriais. Je lui pique sa clope, je tire une latte. "T'sais quand on dit que les hommes ils doivent ramener l'argent à la maison ? Que l'homme doit être le chef de famille ? L'image du père de famille avec la femme comme une potiche à la maison ?" Je le regardais, j'essayais de lui expliquer. Je fume en crachant la fumée dans l'air, attendant sa réponse. "Et bha tout ça, c'est ce qu'on appelle la virilité. L'homme doit pas montrer ses émotions et tout." Je tirais encore une latte et je l'écrasais, j'en rallumais une autre que je fourrais dans sa bouche. "Ce livre il parle de la construction de tout ça." Je déposais mes lèvres contre sa joue et je me recalais.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 20:09










Elle s’était posée contre moi, sa tête sur mon torse. Je sentais l’odeur de ses cheveux chimiques, je regardais le rose comme une chose étrange. Qui à part elle pouvait bien se faire ça ? Je regardais son livre sans rien dire et pourtant elle venait rompre le silence en me demandant si c’était vrai. J’hochais la tête. Pourquoi je mentirais ?

T’es flic ? J’attendais sa réponse. Ouais, trois kilos, sept exactement.

Elle commençait à lire son bouquin et pour moi c’était du chinois. A l’heure où les gens se posaient beaucoup de questions - y avait qu’à voir les journaux et les débats à la télé - y avait bien que les cons pour se demander si l’homme souffrait de cette situation. Qui s’interrogeait vraiment sur ça ? A part les donzelles et les mecs efféminés comme ce fameux organisateur d’événements à Austin qui selon moi était le plus grand gayzou de toute l’humanité. Si la question était si stupide, les réponses l’étaient d’autant plus : les hommes doivent se sentir bien dans leur peau. L’homme peut pleurer… Putain de bla-bla féminimescouilles. Ouais je trouvais ça con et encore plus d’acheter un bouquin dessus. Elle m’expliquait tout ça et moi je disais rien j’écoutais attentivement. Elle me piquait ma clope, la terminait et en reprenait une tout en me la collant entre les lèvres. Elle en profitait pour me faire un baiser sur la joue. J’haussais les épaules, prenant un air détaché.

Ouais c’est d’la merde. Des conneries tout ça. Un homme ça a pas besoin de chouiner sinon c’que des pédés. On a pas à chialer devant des films ou quoi. Pourquoi on f’rait ça ? Je roulais des yeux. Putain de truc de fémininazi de merde. T’es une genre de féministe ?

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 20:23

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Je pose ma question comme un chien qui fait sa crotte dans le jardin. Sans prévenir. Je lui demande après tout. J'ai le droit. Il me réponds, cash. Je lui souris. Je sais pas pourquoi, mais ça m'excite de savoir qu'il fait des choses pas nettes. En même temps, tant qu'on peut grappiller de la thune à droite et à gauche, je m'en fous. J'hausse mes épaules. "J'ai l'air de faire parti du gang des poulets ?" Ma question est sérieuse et j'affiche un air sérieux sur ma tronche. Il me répond qu'il y a sept kilos de poudre dans son sac. J'hausse encore les épaules et je roule des yeux vers lui. "Tu fais gaffes à pas te faire chopper, hein. J'serais triste sinon." Puis, une idée me vient. Je viens lui chuchoter à l'oreille. "Pour ton anniversaire, je me déguiserai en flic, comme ça tu pourras m'enculer, comme tu l'as fait toute l'année." Je ricane en me reculant. Je reprends ma lecture.

Il suit avec moi, sur mon bouquin. J'essaye de lui expliquer mais visiblement, ça tient pas dans sa petite tête et il m'sort un discours que j'ai l'habitude d'haïr. J'hausse mes épaules en l'écoutant. "Tu comprendras quand tu seras grand." Il me demande pourquoi les hommes pourraient pleurer devant un film. Je fronce les sourcils. "Genre, t'as jamais pleurer devant un film ? Genre La Ligne Verte, t'as jamais pleuré devant ?" Ce film est une chialade. C'est horrible. Il me demande si je suis féministe. "Ouaip, y a pas de raisons de pas l'être aujourd'hui." Je le regarde et je lui reprends sa clope. "Si les nanas avaient le même salaire que les hommes, on vivrait tous beaucoup mieux, t'sais." Je continue de le regarder. "Imagine, on est ensemble. I-MA-GI-NE. Je travaille dans un bureau, tu travailles dans le même mais tu gagnes 30% de plus que moi à la fin du mois. Du coup, on a beau faire le même boulot, exactement le même. A la fin du mois, a chaque fois, on galère parce qu'on a plus rien à se mettre sous la dent et on attends que la paye tombe. Et ben, avec les 30% que je pourrais avoir, nos gosses ils crèveraient pas de faim à la fin du mois, et nous non plus. T'vois ?" Je lui rend sa clope, je ré-ouvre mon bouquin.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 20:45










Elle avait clairement pas la gueule d’une flic. Rien qu’avec ses cheveux elle se ferait repérer. Mais j roulais des yeux. On savait jamais. Je secouais la tête à sa question puis je la hochais quand elle me mettait en garde de pas me faire chopper. Mon coeur battait à tout rompre. Elle serait triste de plus me voir. Putain. Je détournais le regard tout en fumant ma clope. Puis ses mots me firent frissonner. Je tournais les yeux vers elle. Nos visages étaient si proches l’un de l’autre, je sentais le souffle se mélanger au mien. Elle ricana tout en reculant. Je détournais le regard sur son bouquin tandis qu’elle m’expliquait sa vision des choses. Je roulais des yeux. Ouais j’étais déjà assez grand pour comprendre ces choses là. Mais j’étais pas d’accord. Je secouais à nouveau la tête.

Pourquoi j’chialerais devant ? C’était censé être triste ?! Si c’était bien le truc avec le mec qui avait du mal à pisser et le gars qui crachait des lucioles non j’avais pas pleuré. J’m’étais même fait chier. Elle me répondait donc que c’était normal qu’elle soit féministe. Je secouais la tête. Pour moi c’était de la merde tout ça. Je trouvais ça juste idiot. Pourquoi les femmes auraient plus de droits que les hommes ? On était bien plus fort qu’elles. Elle m’expliquait alors la différence de salaire et là, je manquais de m’étouffer. Je toussais bruyamment, retirant la clope de mes lèvres en collant mon poing contre ma bouche. Elle et moi ? Ensemble ? Avec des bébés ? Je me redressais, faisant bouger le hamac. Je continuais de tousser et j’avais à peine écouté ce qu’elle avait dit. Cette idée m’avait coupé net dans l’envie de la serrer contre moi. Elle se faisait des idées ou quoi ? J’étais dans la merde. Dans la putain de merde !! Je secouais la tête en me tapant sur le torse pour reprendre mon souffle. La merde !! Elle voulait qu’on se mette ensemble ? Vraiment ? En tout cas elle l’avait imaginé ? Je tournais la tête vers elle.

Je vais… me chercher un truc à boire.

Je cherchais même pas à comprendre, je lui filais la clope sans la regarder et je fonçais à l’intérieur du café me prendre une grosse limonade sauf si Esvir voulait bien me donner un truc plus alcoolisé. Je savais pas quoi faire et vu ma mine déconfite, la blonde chercha pas trop à comprendre et me fila un verre de vin. Elle me posait pas plus de questions que ça. J’avalais le verre cul sec sans demander mon reste. Je la remerciais d’un hochement de tête avant de passer mes mains dans les cheveux. Ca foutait la merde son histoire à la con là.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 21:03

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Non, j'étais pas flic. Je voulais pas rentrer là-dedans, c'était mort. Plutôt crever. Je lui disais ce que j'avais prévu pour son anniversaire, j'savais même pas quand c'était son anniversaire. Mais tant pis, j'savais que ça le ferait kiffer de savoir ça. J'haussais les épaules. On continuait la discussion tranquillement. Je m'inquiétais pas, je savais qu'il allait avoir du mal à comprendre mais ça valait le coup de lui expliquer. Histoire que si un jour son cerveau se réveillait, au moins, il aurait quelque chose à penser. Je le regardais m'dire qu'il avait pas chialer devant La Ligne Verte, j'ouvrais mes yeux en grand. "Comment ça t'as pas chialer devant ?" J'avais presque envie de le frapper. "T'sais quoi ? Quand la maison elle est terminée, on se le matte, on verra si tu chiales pas. Putain, insensible va."

Je partais dans mon discours de féministe sur l'égalité des salaires. Je lui donnais un contexte, le truc tout con. C'était juste un putain de contexte mais je l'entendais s'étouffer. Je fronçais les sourcils et je le regardais s'étouffer. "Ca va pas, bébé ?" En vrai, j'avais grave peur qu'il s'étouffe comme un con. Et finalement, il s'étouffait bel et bien comme un con. Il se redressait, je le voyais se lever, me dire qu'il allait se chercher un truc à boire. J'avais pas prévu de le suivre mais finalement, je descendais du hamac, je bougeais vers lui. Je venais de le voir descendre un verre de vin cul sec. J'haussais un sourcil. Je l'attrapais par le bras, je le prenais à part. "Andrew, c'était juste un contexte pour que tu t'images le truc.." Je le regardais, lui et son regard fuyant. Je plantais mes yeux dans les siens. "J'ai pas prévu de me mettre avec toi, j'ai pas prévu d'avoir des enfants avec toi -ce serait des démons-, j'ai pas prévu tout ça. Je le prévois pas ça. Je veux pas que tu flippes pour des trucs pareils alors que c'est même pas possible dans mon propre cerveau." Je caressais son bras, doucement. Y avait toutes les affaires dehors, y compris la coke. "Viens, on retourne près du sac. Pas envie que quelqu'un fouille dedans. Viens, s'il te plait." Je le lâchais et je retournais vers la terrasse, vers le hamac. Je regardais si le sac avait pas bouger de place.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 21:19










Je m’étais cassé comme une merde, la queue entre les jambes. J’avais peur de m’engager. Peur de pas savoir quoi faire avec Alexis et lui dire tout simplement non. Autant je pouvais l’insulter mais visiblement lui faire de la peine c’était impossible pour moi. J’étais à l’intérieur à boire mon verre de vin blanc sans dire un mot puis il y eut cette main sur mon bras. Je tournais immédiatement les yeux vers ses cheveux roses. Je détournais le regard mais je me laissais entraîner tout de même. Elle m’expliqua qu’elle voulait pas d’enfants ni se mettre en couple avec moi et je me rendais compte que j’avais paniqué pour rien. Elle caressait mon bras et je retournais immédiatement à la réalité. J’étais un putain de mec faible. J’avais envie de me cogner la tête contre les murs. J’hochais la tête. J’avais rien dit. Je savais pas quoi lui répondre. Elle me demandait de la suivre et je pensais à nouveau à mon sac. Je l’avais totalement zappé. Je jetais un regard avec Esvir qui s’occupait des clients. Je baissais les yeux quelques instants avant de suivre Alexis. J’savais pas comment expliquer tout ça. Parce que je savais même pas moi même la raison de cette fuite. Je revenais dehors et je m’allumais une clope avant de me diriger vers le hamac. J’avais les dents serrées. Nos sacs étaient encore là. Je m’avançais vers elle, elle qui était encore debout, je lui prenais la main et la tournais vers moi. Je plongeais mon regard dans le sien.

Ecoute j’sais pas pourquoi j’ai pété un plomb là. Ok ? J’ai capoté sans raison. J’crois que c’est à cause de tes trucs de féministes. Je souriais. Je glissais mes doigts sur sa nuque puis dans ses cheveux. On peut retourner dans le hamac ?

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 22:27

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Je sortais du café, en espérant que le brun me suivait. J'voulais pas que la drogue disparaisse d'un coup, je voulais pas qu'il disparaisse non plus. Je l'attendais et je voyais son ombre qui se rapprochait de la mienne. Je le laissais venir tandis que je m'approchais du hamac. Il s'allumait une clope, je me penchais pour en prendre une. Je me redressais, toujours debout, près du hamac. Il attrapait ma main et il me faisait tourner vers lui. Je lui faisais face, un petit sourire aux lèvres. Je me retrouvais face à lui, mon regard et le sien se toisaient. Je l'écoutais attentivement, je savais qu'il avait flippé, qu'il s'était fait des films d'un coup, à cause d'un foutu contexte pour imager mes propos. J'hochais la tête. "T'inquiète pas, je comprends." Je souriais en coin quand il accusait mes trucs de féministes. "Je t'avais dis que tu comprendrais quand tu serais grand." Il glissait ses doigts dans ma nuque, dans mes cheveux. Je me mordais la lèvre. Le contact était délicieux et je m'en délectais avec plaisir. Je fermais les yeux sous ce contact, je me laissais bercer par sa main. Il me proposait de retourner dans le hamac. Je lui souriais. "Carrément."

Je me détachais de lui, je remontais dans le hamac. J'attendais qu'il monte et une fois dedans, je venais me blottir contre lui. La tête contre son torse. Je déposais un baiser dessus avant de le regarder. "Tu te sens mieux ?" J'avais mon bouquin sur le petit guéridon et je le prenais contre nous, je le mettais entre nous un instant. Je me blottissais encore. J'étais bien là.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 22:44










Je l’avais retourné et j’avais dit ce que je pensais ou presque. Mes doigts sur sa peau, la caressant lentement et remontant dans ses cheveux lui firent mordre la lèvre. Je m’étais chié dessus mais au moins elle m’faisait pas chier avec ça. Elle savait que j’avais mon égo et elle le respectait. Le hamac juste à côté de nous j’avais envie qu’on en profite alors je lui avais proposé qu’on y retourne. Elle y était grimpé et je l’avais rejoins, passant mon bras autour d’elle. Déposant un baiser sur mon torse elle me demanda si j’allais mieux. J’hochais la tête, prenant une bouffée de ma clope. Je regardais vers le livre, entre nous, qui m’avait fait fuir quelques minutes auparavant. Elle était quand même chouette, la petite. Chiante quand il le fallait mais pas casse couille sur les bords. Je posais ma main sur son épaule et je fumais sans un mot. Le moment était cool et je me sentais pas mal. Juste bien. Je fermais les yeux et profitais d’l’instant présent comme on me l’avait toujours appris.

J’comprends pas tes histoires de femme. Ouais je remettais ça sur le tapis. Une nana c’pas forcément fait pour bosser t’façon. J’ouvrais les yeux vers elle en levant la main. Et me fous pas une beigne si j’dis un truc que tu trouves con ! J’dis ce qu’j’pense. J’allais sur un terrain dangereux mais j’marmonnais : Enfin bon… même si te voir bosser à poils sur ta peinture me déplairait pas hein. Je lui jetais un coup d’oeil tout en lui tendant ma clope. Pour moi les nanas ça devait rester à la maison et préparer la bouffe. C’était bien à l’homme de revenir pour poser le pain à table. Pourquoi une nana irait bosser si le mec fait bien les choses ? Encore une idée que les féministes avaient foutu au milieu de n’importe quoi. Je continuais de la regarder. J’avais plein d’choses à apprendre de cette nana et notamment tout son délire de femmes fortes. Je glissais mes doigts dans les cheveux.

Tu m'expliqueras une autre fois, hm ? Ouais j’avais envie d’apprendre mais pas de n’importe qui. Juste d’elle.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 22:56

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Y avait le livre entre nous deux et j'pensais que la conversation l'avait retourné, un peu trop. Collée à lui, contre lui. Je posais ma tête sur son torse, je le regardais fumer, je l'observais, j'attrapais le peu d'essence que je pouvais avoir. Je lui souriais quand il fumait, je fumais à mon tour. On formait un énorme nuage de fumée à nous deux mais c'était pas grave. Il était adorable, je me devais de l'être aussi. J'avais pas cherché a comprendre le pourquoi du comment, je connaissais un minimum Andrew et j'savais que parler, c'était pas son truc. Je caressais son torse avec le bout de mes doigts quand il repartait sur la discussion.

Il comprenait pas mes histoires de femme. Je souriais en coin et je perdais mon sourire quand je l'entendais me dire que les femmes étaient pas forcément faites pour travailler. J'haussais un sourcil. Je gardais mon calme, je le regardais. "Et pourquoi ça ? On a des mains comme vous, non ?" Il me demandait de pas lui coller une beigne s'il disait un truc con. Je souriais, il savait que je pouvais m'énerver rapidement. "Non mais je vais pas te frapper. J'écoute ta vision des choses, c'est toujours intéressant de savoir l'envers du décor, bébé." On parlait, tranquillement. J'avais pas prévu de m'énerver ou quoi que ce soit, j'avais pas envie. Il me disait que ça le dérangeait pas de me voir peindre nue et je ricanais. "Ah ça, j'en doute pas tu sais. Je commence à te connaitre." Je venais lui chuchoter en riant. "Ca me dérangerais pas de te voir peindre à poil non plus." Il glissait ses mains dans mes cheveux et je lâchais un petit gémissement. C'était trop bon de sentir ses doigts dans mes cheveux. J'adorais ça. Je me laissais aller, dégageant le bouquin par terre. J'ouvrais les yeux d'un coup, ricanant à moitié. "Oupsiiiiie." Je lui souris en coin. Il voulait apprendre, et j'allais lui apprendre, ça me dérangeait pas. "Avec plaisir bébé." Je passais mes bras autour de son corps, je le serrais contre moi. Oui, je lui faisais un véritable câlin. J'étais bien, je me sentais bien là, avec son odeur de clope et la mienne. Son parfum qui se mêlait au mien.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 23:08










Je parlais de ma vision des choses, de la femme et de leur rôle. J’avais toujours vécu comme ça, avec une maman Anglaise qui restait à la maison. Peut-être que mon regard était biaisé mais c’était mon regard sur le sexe opposé. Elle me demandait pourquoi ? J’haussais les épaules.

Z’êtes plus faible que nous, avec vos ragnagna tout ça. Probablement un argument de merde mais je l’avais entendu souvent et fallait pas se mentir les nanas profitaient de cette excuse pour pas aller bosser ou se plaindre. C’était quoi trois gouttes de sang par mois ? Du blablatage ouais. Juste de quoi faire parler les copines et en profiter pour se foutre un truc dedans, ouais. Ou juste pour pas baiser. Une excuse j’vous dis. Finalement elle voulait pas m’en coller une mais m’écouter. Clairement c’était le choc des cultures entre nous. P’t-être que chez toi les nanas bossent mais ici, c’pas trop la mode non plus… enfin j’crois.

Puis j’avais soufflé mon envie de la voir peindre à poils et elle me répondait. Je souriais en coin. Un petit sourire coquin qui lui signifiait que ouais j’voulais bien la voir faire. J’pouvais peindre à poils aussi, ça me dérangerait pas. Elle m’avait déjà vu sans fringues et ça avait eu l’air de lui plaire. Pourquoi ne pas recommencer ? Puis c’était une des rares nanas à accepter de faire ça sans capote et de passer par l’entrée des artistes donc tout benef’ pour moi. Alors qu’elle se retournait, se collant un peu plus à moi, elle avait envoyé baladé le bouquin. Elle passait ses bras autour de moi et me serait comme si j’étais son doudou. Je roulais des yeux.

Chui pas ta peluche alors calme ta ouej. Néanmoins je la dégageais pas de là. t’façon même si je le faisais elle viendrait me faire chier donc autant la laisser faire… puis bon, c’était pas désagréable non plus. Je souriais malgré moi. Je la serrais en retour, fumant ma clope par le nez. On était vraiment bien, là. J’avais pas envie de bouger. Ma main glissa sur ses côtes puis jusqu’à ses hanches et termina sur ses fesses. Je les aimais bien moi ses deux petites fesses.

Alors ? T’as pas réussi à t’assoir pendant deux jours après ma petite visite ?

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le Jeu 23 Aoû - 23:21

Tous les peureux sont bègues du regard
Andrew
feat.
Alexis


 

 



 

 



Apparemment, on était plus faible qu'eux parce qu'on avait nos ragnagnas. Je rigolais en l'entendant me sortir cet argument. "Franchement, si vous aviez nos règles, vous seriez en train de pleurer. Parce que les miennes mon gars, c'est pas genre des règles tranquilles. C'est comme si j'avais un petit ninja dans le bide avec son petit sabre, et genre, ce bâtard, il coupe tout ce qui lui passe sous les yeux. Un gros bâtard. Bref, les règles, c'est pas cool." Je lui expliquais avec du son, les images, tout. "Bref, les règles, c'est nul et ça fait mal. C'comme si je te mettais des coups de poings dans le ventre, tout le temps, pendant cinq jours." Chez lui, les femmes elles travaillaient pas, je lui souriais. "Chez nous, elles bossent. Mais ça te fait pas bizarre de m'voir toute seule, qui me débrouille et tout ?" La question venait à la suite. Lui et moi, c'était pas le même monde au fond. Même si on rejoignait sur beaucoup de choses.

Je me calais contre lui, je le prenais comme mon doudou. Il m'engueulait et je riais. Il me prenait dans ses bras, il me serrait à son tour. Il se plaignait mais au final, il me serrait encore plus et je finissais par lui dire. "Tu râles mais en attendant, tu me fais un câlin aussi, hein." Je fermais les yeux en souriant, je me laissais faire tranquillement. Je sentais sa main descendre de mes côtes, pour arriver sur mon cul. Je me demandais bien quand est-ce qu'il allait y retoucher. Je souriais en coin, je l'entendais me poser sa question, je me mordais la lèvre. Les yeux fermés, je répondais. "Figure toi que non, j'ai pas eu de mal a m'asseoir." Je laissais un temps, toujours les yeux clos. Un sourire en coin se glissait sur ma face. "D'ailleurs, t'es invité à revenir me visiter quand l'envie te prend." Je me redressais légèrement, je sentais ma clope qui me brûlait le doigt. Je l'éteignais dans le cendrier et je revenais à ma place, contre lui. "Et toi, mon cul te manque pas de trop ?" Ma main était posée sur son torse, et je le caressais, tendrement.

️ Gasmask


Contenu sponsorisé


Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew Empty
Re: Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew, le

Tous les peureux sont bègues du regard - ft. Andrew

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-