AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

(bambie) is that painting on your body ?


Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
(bambie) is that painting on your body ?, le Dim 3 Mar - 15:42





 





Putain de merde, je suis tellement à la bourre ! Cette réunion s’est éternisé. Je suis fatigué de ces investisseurs qui jouent avec mes nerfs. Pourtant, il faut se montrer cordial, souriant, mielleux. Tout ce qui me fait vomir. Je suis fatigué, je n’ai pas mangé. J’ai les crocs, bordel. Je regarde la pendule de l’entreprise. Vingt-heures et trente minutes. Je vais me faire couper les couilles avant de me faire égorger, moi. Bambie doit déjà m’attendre, à l’heure qu’il est. Je lui envoie un message, lui disant qu’il y a une clé de la maison juste en dessous du paillasson, entre la jointure des deux dalles de pierre. Elle est difficilement visible mais elle est loin d’être stupide. Je lui dis par la même occasion que j’arrive. Elle n’attendra pas dehors, au moins. Je file dans ma Mustang, râlant après chaque voiture qui voudrait me barrer la route.

Je fais rugir une dernière fois le moteur en me garant dans le garage. J’entre chez moi, la porte est ouverte. Elle est donc bien là. Je pose mes clés, ma sacoche, mes chaussures et ma veste de costume. J’avance dans le salon. « Bambie ? » J’avance dans la cuisine, sortant quelques sushis qui me reste d’hier soir. « Je suis désolé pour mon retard, cette réunion était beaucoup trop chiante et longue. » dis-je avant de manger un maki. Je sors deux ballons et sert du bon vin rouge. Je regarde les pots de peinture qui traînent dans mon salon, je soupire. J’ai hâte qu’ils virent, ceux-là. Allez, un dernier petit effort. C’est bientôt terminé.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 3 Mar - 17:59





 




On avait dit vingt-heures, pas vingt-heures quinze, ni vingt-heures dix, vingt-heure. J’ai horreur d’attendre, encore plus quand il s’agit de lui. J’attends comme une conne devant le pas de sa porte. C’est pas comme s’il commençait à faire nuit et que je sortais du bureau, moi aussi. C’est pas non plus comme si j’étais pas repassée à l’appartement et que je me coltinais mes portes jarretelles depuis ce matin, bon sang. Je vais le tuer. J’entends le son de mon téléphone et je lis ses SMS. Ok, il est coincé dans une réunion qui s’éternise. Je soupire en suivant ses instructions. J’attrape la clé entre mes doigts et je la passe dans la serrure, je rentre dans l’antre du mâle.


1 NOUVEAU MESSAGE
DE Bambie MacWhite.


Je suis chez toi, tout va bien, t’inquiète pas.



Je ne me suis pas fait prier en entrant, j’ai retiré ma jupe, mes talons et mon chemisier, je me suis installée en body blanc dans le canapé, emmitouflée dans mon kimono blanc lui aussi. J’entends le moteur de la Mustang qui rugit dans l’allée, je souris en coin en l’entendant. Je me tourne vers Roan. « C’est Papa qui rentre, Roan. » Je l’entends jouer dans sa cage en imitant ma voix. Je ricane avant de lui demander de se taire. « Il va me tuer si tu lui répètes. » Il continue. « Il va me tuer si tu lui répètes. » Je comprends de mieux en mieux l’expression. C’est à ce moment là que j’entends la porte s’ouvrir et qu’il arrive dans la maison. J’ai le ventre qui se sert en me tournant vers lui. Mon prénom sort de ses lèvres et je souris. « Je suis là, Az, avec Roan. On papote. » Le perroquet renchérit « On papote. » J’éclate de rire. « Il est génial, hein. » Je passe mon doigt dans la cage pour lui offrir une petite caresse à laquelle il tends la tête. Je me rapproche de l’autre mâle de la maison. J’attrape l’un des verres. « T’inquiète pas, j’ai bien compris qu’elle t’agaçait cette réunion. » Mon regard se penche vers les maki. « J’ai le droit de t’en piquer un ? Je sors du bureau aussi. » Je me mords la lèvre en le regardant. « T’es relativement sexy quand tu travailles, bébé. » L’idée de le voir en costard, ça, ça m’excite et beaucoup trop.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 3 Mar - 20:30





 





Je suis mortifié quand je vois le retard que j’ai. La sexologue doit m’attendre, je suis certaine qu’elle est en train de bouillir de rage dans un coin. Je la préviens qu’une clé se cache sous le paillasson et elle me répond quelques instants plus tard. Tout va bien et je suis un peu rassuré. J’aimerai autant éviter une nouvelle fois la souffle du dragon. J’arrive chez moi et je vois bien de la lumière, je me défais de certaine de mes affaires. J’appelle la concernée dans la maison. Je l’entends me répondre de la mezzanine, elle est avec Roan. « Je te l’ai dit qu’il était génial, tu ne jures que par ton chat pourri. » Je la taquine depuis la cuisine, un petit sourire en coin qui se glisse sur mes lèvres. « Ouvre la cage, s’il te plaît. » que je lui demande avant de siffler pour l’oiseau vienne me voir. Il tourbillonne dans le vide avant de venir se poser sur mon épaule. « Bonjour mon grand. » Il passe son bec contre ma joue, doucement. Je caresse ses plumes avant de manger un maki, que j’ai sorti du frigo. Elle a bien compris que la réunion m’emmerdait alors qu’elle arrive près de moi, je lève les yeux vers elle. Je manque de baver sur le champ. Je ne sais pas ce qui se cache sous ce kimono blanc mais bordel, j’ai hâte de le savoir. « Sers-toi. » dis-je, gentiment. Je sens son regard sur moi quand je bois une gorgée de vin. Je suis sexy selon ses dires. « C’est seulement maintenant que tu t’en rends compte ? » dis-je en arquant un sourcil. « Par contre, toi, heureusement que tu ne travailles pas comme ça. Je serai obligé de venir consulter et prétexté que j’ai des problèmes d’érection. » Je me retiens de rire en me mordant les lèvres. Je passe une main délicatement sur la soie avant qu’elle ne termine sur sa hanche, la rapprochant de moi. « Tu es divine, je ne veux plus jamais que tu portes du noir. » L’oiseau s’envole pour aller rejoindre l’appartement, il est suffisamment autonome pour faire sa vie. Le parfum de la brune m’envahit, je refrène l’envie de jouer avec elle tout de suite. Chaque chose en son temps.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 3 Mar - 21:14





 




Il entre enfin dans la maison tandis que je suis avec Roan, c’est alors que je dis à son maître comme quoi l’animal est génial et je l’entends rétorquer que mon chat est pourri. Un sourire aux lèvres quand je me penche à la balustrade. « Mon chat il va bouffer ton poulet. » Je me pince les lèvres en ricanant tandis que j’ouvre la cage comme demandé précédemment.  Je les observe tous les deux, j’ai l’impression de voir Le roi et l’oiseau. Je souris en coin en descendant les marches. Je descends lentement les marches de la mezzanine pour me rapprocher de lui, j’ai bien compris que sa réunion l’a fait chier. Il a l’air fatigué. Je lui demande si je peux lui piquer un maki sachant que je n’ai pas encore mangé. Dès que j’ai l’autorisation, je lui en pique un. « Merci. » J’attrape un peu de gingembre, j’en met dessus en souriant avant de le mettre dans ma bouche. « J’adore le gingembre mariné. » Il boit sa petite gorgée de vin pendant que je l’observe, le reluquant de haut en bas. Il est sexy dans cette tenue et je lui dit en souriant. Je me mords la lèvre quand il me réponds. « Je l’ai remarqué dans la salle d’attente du véto. » Je lui tire la langue. « Je me demande simplement comment tes collègues font pour ne pas avoir envie de te baiser. » Je me sens bien en sa compagnie, je suis détendue, sereine. Je souris quand il me regarde, je rougis presque avant de reprendre mon aplomb naturel. « Tu pourrais toujours venir et on pourrait vérifier ces fameux problèmes d’érection dans mon bureau, tu sais ? » Je me mords la lèvre en plantant mon regard dans le sien. Il caresse le tissus et je souris en sentant sa main s’arrêter sur ma hanche. « T’as pas vu ce qu’il y en dessous, bébé. » Je chuchote dans son oreille. « Et ça, je le met souvent au bureau. » En dessous, c’est sûr mais j’ai souvent ce body. Je le laisse me rapprocher de lui en me tirant par les hanches, son petit ordre me fait sourire. Je plante mon regard dans le sien. « C’est justement parce que je porte tout le temps du noir que tu trouves ça dingue. » Je souris en m’éloignant un peu. « Et puis, rappelle toi la première fois dans mon bureau, mon ensemble rouge t’avait bien attiré aussi. » Je retourne vers le plan de travail pour attraper mon verre de vin et en boire un peu. Je reviens vers lui avec mon verre en main, j’attrape les makis au dernier moment, les amenant vers lui. « Tu me fais visiter ? J’ai pas osé m’aventurer avec les travaux. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Lun 4 Mar - 20:55





 





Je pouffe de rire, levant mon regard vers la mezzanine. « Qu’il essaie, tiens. » J’hausse les épaules. « Je m’en ferai même pas une écharpe. Un paillasson, à la rigueur. » Rira bien qui rira le dernier. Roan descend sur mon épaule avant que l’on mette à manger des makis, qui attendait patiemment dans mon frigo. Quelle allumeuse, j’en peux plus. Tu m’étonnes qu’elle aime le gingembre. J’hausse un sourcil avant de boire une gorgée de vin. Apparemment, elle a vu directement que j’étais vraiment un canon. Ça me rassure. Un peu plus et je pensais qu’elle était miro. Comment mes collègues font pour ne pas avoir envie de me baiser. Un sourire en coin se dessine sur mes lèvres pendant que je croise son regard. « Certaines le savent mais ne veulent pas se l’avouer. D’autres encore, hésite en se disant que je suis le patron » Prétentieux. « Dans tous les cas, elles y ont toute déjà penser au moins une fois. » Bingo, dans le mille. J’atteins le record du monde dans la catégorie "arrogant de l’année". Le pire, c’est que j’en suis fier. Ma main glisse le long de cette soie blanche qui me fait déjà discrètement bander. « Même pas en rêve. » dis-je, sans ciller. « Le bureau, c’est déjà fait. » Je lui envoie un petit clin d’œil. Soudain, elle fait un truc qu’elle n’aurait pas dû faire tout de suite. Elle ouvre ce kimono et j’en prends plein la vue. Putain de bordel. J’inspire brusquement avant de me mordre la lèvre. J’observe les détails du tissu. J’ai chaud, tout d’un coup. « C’est encore mieux qu’à Noël. » soufflais-je entre mes lèvres. Je la rapproche de moi, collant mon front au sien. « Qu’est-ce que ça devrait être un crime d’être aussi bonne, putain. » J’essaie de ne pas m’enflammer immédiatement. Je lui fais ensuite comprendre qu’elle devrait arrêter de porter du noir. Sa réponse est beaucoup trop longue et je la coupe. « Chut, bébé. » dis-je en secouant la tête. « Tu parles trop, je vais devoir te faire taire si tu continue. » J’ai une très bonne idée de la manière. Elle me demande de lui faire visiter. Je me plie à son envie. Après tout, c’est mon œuvre, cette maison.

Je lui fais regarder par la baie vitrée d’angle. « Tu connais déjà la terrasse, vilaine. » Echo à son irruption dans mon jardin quelques jours plus tôt. « Le salon et la cuisine, du tout vu aussi. » Je désigne du doigt la mezzanine, avançant doucement devant elle. « Là-haut, c’est mon bureau. » Je me tourne vers elle. « Tous mes dessins sont là-haut, c’est à la fois un espace de travail et un des endroits les plus beaux de la maison. » Derrière une verrière noir, un couloir qui débouche sur une grande salle de bain. On n’y attarde pas franchement, même si elle est magnifique. J’omets une ou deux pièces pas vraiment utile pour elle. Je termine par une pièce bien spéciale. « Voici ma chambre. » Un atrium envoie de la lumière du plafond de la mezzanine et une large fenêtre agrandit encore plus la pièce. « Il y a un dressing adjacent. » Juste là-bas derrière la porte coulissante. Je l’attire dans ma chambre, ma main sur son poignet. « Tu aimes la maison ? » Pas forcément que son avis m’intéresse mais au moins, ça gonflera un peu mon égo.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Lun 4 Mar - 21:37





 




Il pouffe de rire et je manque de tomber par terre en écoutant le son. Bordel, j’aime quand on joue gentiment, c’est agréable. « Je me ferais un beau chapeau avec les plumes de ton poulet domestique. » Je descends les marches jusqu’à venir près de lui, le gratifiant de certains compliments et m’étonnant même que ses collègues n’aient pas envie de le baiser. Je me mords la lèvre en l’écoutant me dire que certaines en ont envie mais qu’elles se réfrènent parce qu’il est le patron. Passant derrière lui, je glisse à son oreille. « Oui mais moi, je le baise le patron. » J’attrape mon verre de vin pour y tremper mes lèvres. « Quelle arrogance, Vansaphire. » Je souris en coin en le regardant caresser la soie blanche de mon kimono. Ça a l’air de lui plaire, visiblement. Je lui propose de repasser au bureau mais il refuse de but en blanc. Je ricane en l’écoutant se justifier. « Oui mais tu ne m’as pas prise sur le balcon, en pleine nuit, avec Austin à nos pieds. » J’arque un sourcil en me délectant de ce bon vin. « Petite aparté, tu me donnerais l’adresse de ton vignoble ? » Je pourrais m’en enfiler des litres sans sourciller. Je reviens à nos moutons en dénouant mon kimono, je souris en le regardant. Il en baverait presque, et il ne connaît pas la suite. Sa main est toujours sur ma hanche et je ricane. « Attends donc Noël, tu verras si c’est mieux. » Je me mords la lèvre en réfrénant les envies impures qui me viennent à l’esprit rien qu’à l’idée de détourner la Mère Noël de son boulot habituel. Son front contre le mien, je ris en lui volant un baiser. « Je suis totalement d’accord avec toi. » L’insolence est le plus beau des défauts apparemment. Il me parle alors de ne plus porter de noir mais apparemment, je parle de trop. Je vais pour râler mais finalement, la promesse de me faire taire m’excite plus qu’autre chose.

Je me laisse guider dans la maison, je suis sur ses talons, toujours pieds nus dans la maison. Il me montre la terrasse et je fais la moue. « N’importe quoi, je suis toujours sage, moi. » J’appuie bien sur le moi car c’est lui le vilain dans l’histoire. Il m’explique qu’il y a son bureau dans la mezzanine avec de beaux dessins et tout le toutim. Je souris en buvant mon verre. « J’aimerai beaucoup voir ce que tu fais d’ailleurs. Je ferai peut-être appel à tes services pour ma future maison. » J’ai ce projet en tête depuis mon arrivée à Austin, avec l’aide d’Azraël et son talent, je suis sûre que ce serait une merveille. Il me fait passer par la salle de bain qui se révèle être une très belle pièce, je veux la même d’ailleurs. On arrive rapidement dans sa chambre et je souris en coin en l’écoutant. La pièce est belle, grande, lumineuse. Tout ce que j’aime pour une chambre. Sa main vient sur mon poignet et je lui souris à lui en répondant à sa question. « Plutôt, oui. Elle est aussi bien bâtie que son propriétaire. » Je lui glisse un clin d’œil en me posant sur le lit, je m’amuse à le faire rebondir un peu, une vraie gamine. J’ai le ventre qui gargouille et je me pince les lèvres. « Je crois que j’ai faim.. », je me relève et je viens glisser à son oreille. « Et pas que de ta queue. » Je pars dans la cuisine en souriant, insolente.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Mar 5 Mar - 22:58





 





J’ignore superbement son animosité envers mon perroquet, je retiens qu’elle a dit qu’il était génial. Je lui mettrais dans la gueule plus tard, au besoin. Elle me rejoint dans la cuisine. La sexologue se vante de baiser le patron, autrement dit moi. « Théoriquement, tu n’es pas mon employée donc je ne suis pas ton patron. » Sourire en coin. Une main sur sa hanche après avoir caresser son kimono du bout des doigts, je refuse catégoriquement de revenir à son bureau. Il faut varier les plaisirs, quand même. C’était mon point de vue avant qu’elle ne m’expose une scène qui me fait délirer dans ma tête. J’essaie de rien laissant transparaître, croisant son regard. « Il y a peut-être moyen alors. » J’esquisse un petit sourire en coin. Mon vignoble ? Je tourne la bouteille de vin fraîchement ouverte pour qu’elle lise l’étiquette. « Il est divin, n’est-ce pas ? » Question purement rhétorique mais je frime un peu, ça ne fait jamais de mal. L’instant d’après, elle dénoue son kinomo et me laisse pantois devant son corps dans ce body blanc. J’ai du mal à ne pas la prenne dans la cuisine sur le champ, je ne sais pas d’où me vient cette volonté d’acier soudaine. Apparemment, ce serait potentiellement mieux à Noël. « Le mois de mon anniversaire, t’as donc intérêt à faire fort, oui. » Elle est prévenue, la future mère Noël sexy. Nos fronts se touchent et elle continue de parler. Je glisse ma main sous le kimono et lui claque fort le cul. C’est bon, la visite peut commencer.

J’arque un sourcil quand elle me dit qu’elle est toujours sage. « Mon cul, ouais. » Et puis quoi encore ? Je ne comprends pas qu’elle fait référence à l’épisode de la dernière fois. Tout simplement parce que je passé à autre chose. Une gonzesse, ça n’oublie jamais rien. Toujours une cartouche à tout moment pour vous la foutre dans le cul. Quand je lui désigne la mezzanine et mon espace de travail, elle me dit qu’elle voudrait voir ce que je fais et qu’elle pourrait avoir à faire appel à moi pour un éventuel projet immobilier. Je m’arrête, me tournant vers elle. Je me mords la lèvre. « Je peux te conseiller d’excellents cabinets d’architecte, si tu veux. » Je n’ai pas forcément envie de la vexer mais l’idée qu’elle soit une de mes clients me mets vraiment mal à l’aise. Je ne sais même pas la raison mais ça me fait tout bizarre. La visite reprend, je lui fais découvrir la maison, en omettant ce qu’elle n’a pas besoin de voir. La chambre, elle a l’air de l’aimer. Tout comme la maison. « Exactement. » Je me jette des fleurs au passage. Elle rebondit comme une gosse sur le lit, je roule des yeux en ricanant. Ce n’est pas ce qu’elle fera toute à l’heure dessus, c’est clair et net. Elle vient vers moi et me dit, dans le creux de l’oreille, qu’elle a faim sexuellement et son estomac aussi. Je lui mords le lobe de l’oreille avant qu’elle ne déguerpisse en courant. « Tss, celle-là. » dis-je, dans mes moustaches. J’en profites pour me changer rapidement avant de la rejoindre. Ce jogging qui descend scandaleusement sur mes hanches est le seul tissu qui recouvre mon corps entier. Je retourne dans la cuisine, mon téléphone à la main. « Tu veux qu’on commande ? » dis-je, les yeux rivés sur l’écran. « On reste dans les sushis ou tu veux autre chose ? » J’arrive dans la cuisine et j’attrape mon verre de vin, j’en bois une gorgée pendant je regarde sur l’application ce qu’il y a de bon à commander. J’ai faim, moi aussi. Elle finit par choisir et la commande est passée. Je pose le téléphone et me tourne vers elle, comme un fauve pourrait le faire vers sa proie. « Il va falloir qu'on s'occupe en attendant le livreur. » dis-je, arquant un sourcil avec un sourire carnassier sur le visage. Je m'approche d'elle, je dénoue son kinomo avant de le faire tomber au sol. Je prends son body vigoureusement entre mes doigts et l'arrache. Il tombe en lambeaux alors que la porte sur mon épaule, la tête en bas. « J'ai du dessin à faire et voici ma toile. » dis-je en commençant à monter les escaliers, j'en profite pour lui claquer les fesses. Je ricane mais je sens bien que ça frétille dans mon jogging. Diable que j'ai hâte.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Mer 6 Mar - 0:07





 




C’est avec une remarque très juste qu’il m’annonce qu’il n’est pas mon patron, je ricane un instant en le regardant. « Théoriquement, tu restes quand même leur patron, donc je baise leur patron. » Un petit clin d’oeil avant de le laisser me dévorer du regard et de lui donner de quoi reconsidérer mon bureau. Je souris en coin en voyant son regard plonger dans le mien et ses pupilles qui grossissent lentement. Ça lui plaît visiblement. « Avoue que tu reconsidères mon offre. » Je me penche vers le vin quand il me montre l’étiquette, j’enregistre tout dans ma tête, y compris l’air arrogant qu’il arbore en me demandant s’il est bon. « Non, c’est justement pour éviter d’y aller. » Et toc ! Bambie est dans la place. Je souris en coin, taquine. « Bien sûr qu’il est bon, Az. Tu sais très bien que je n’aime que les bonnes choses. » Je lui souris largement en remuant la tête de gauche à droite lorsque je dénoue mon kimono en lui laissant entrevoir mon body. Je lui avoue clairement qu’à Noël, ce sera encore mieux. J’apprends que ce sera pour son anniversaire. « Et le mien est dans.. » Je compte sur mes doigts. « Trois jours, t’as intérêt à faire fort. » Un petit sourire vient sur mes lèvres alors qu’il colle son front au mien, sa main venant visiter ma fesse par le biais d’une claque.

La visite se fait rapidement et je lui fais part de mon envie de faire une maison, pourquoi pas avec son talent d’ailleurs mais il se mords la lèvre en se tournant vers moi, me proposant d’autres cabinets. « Mais si je veux ta patte, moi ? » Je fais la moue en le regardant, j’ai pas envie de travailler avec d’autres architectes, je veux bosser avec lui. Je fronce les sourcils un instant en comprenant que ça puisse le gêner. « On en parlera plus tard, bébé.  » Nous passons à la chambre, ou je remue sur le lit en lui donnant mon avis sur la maison. Il se jette des fleurs et je ricane à mon tour. « Fais attention à tes chevilles, tu ne vas plus passer la porte.  » Je lui annonce ma faim de loup en me levant pour retourner dans la cuisine, je vais voir Roan en mangeant un autre maki. Il revient avec un jogging qui lui va merveilleusement bien, presque trop bien. J’observe sa plastique avec un maki dans la main, je reste bloquée un instant avant de me reprendre. Je me racle la gorge. Heureusement qu’il a les yeux sur son téléphone. « Ouais, c’est très bien. On aura du gingembre en plus. » J’ai presque les yeux qui brillent à l’idée d’en manger encore. Il passe la commande et j’attrape mon verre de vin, j’en prends un peu en le regardant. Bordel de merde, ce type est mon plan cul. Je me fais un high five à moi-même pour le coup. Il se tourne vers moi, j’ai l’impression d’être une brebis dans une meute de loup. Ce sourire, mon dieu. « Occupons nous, alors. » Je souris en coin en le laissant m’attraper et délacer mon kimono. En revanche, je fronce les sourcils en le voyant déchirer mon body. « T’as intérêt à m’en offrir un aussi sexy pour mon anniversaire. » J’ai les sourcils froncés et la moue boudeuse jusqu’à ce qu’il me prenne sur son épaule. Je me laisse faire, sage mais je suis toujours énervée pour mon body que je vois en lambeau sur le sol de sa cuisine. « C’est sexy d’arracher les fringues, ok mais mon body, quoi. C’était mon préféré. » Je n’ai pas envie que l’on tombe dans les escaliers par ma faute. Il me claque le cul et je ricane en laissant la chaleur de sa main s’évanouir contre ma peau. Soudain, je me rends compte qu’il va voir ce que je lui cache depuis le début. Une fois en haut, je le laisse me déposer sur le canapé. « On se met où pour que tu me dessines sur le cul ? D’ailleurs, tu veux dessiner où ? Devant ou derrière ? Je suis ta feuille. » Je souris en coin en le regardant attraper ses pinceaux et tout le reste. J’observe ses étagères et tout son petit monde. « Je crois que c’est la pièce que je préfère. »


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Mer 6 Mar - 11:01










Si je reconsidère son offre ? « C’est fort probable. » C’est tentant, il faut bien se l’avouer. Elle me taquine ensuite, sur le vin. J’hoche la tête, c’est vrai qu’elle a de bon goûts, la petite. Je lui fais part, sans vraiment le vouloir, du mois de mon anniversaire tandis que j’apprends que le sien est dans trois jours. Je secoue doucement la tête. « Je ne peux pas faire des miracles en trois jours, bébé. » C’est vrai, je ne suis pas le Père Noël, justement. On verra bien ce qu’il en sera, au moment venu.

Alors qu’on avance dans la visite, je m’arrête soudainement quand elle me dit qu’elle a besoin de mon coup de crayon pour un projet immobilier. Non pas que ça ne m’emballe pas, c’est que ça me gêne plus qu’autre chose. Faire les dessins de la maison de son plan cul, c’est bizarre. Elle veut ma patte et moi, je me gratte la nuque, ayant subitement du mal à rebondir. Elle doit le voir puisqu'elle dit qu’on en parlera plus tard. Je reprends la visite. « Mes chevilles vont très bien, je te remercie. » dis-je, en arquant un sourcil. Elles vont toujours très bien. Visite achevée dans la chambre, j’ai pris le temps de me changer avant de revenir à la cuisine. Je sens son regard sur moi alors que j’ai le nez sur le téléphone. Des sushis alors. Je lève les yeux vers elle. « Je peux savoir ce qu’est ton délire avec le gingembre ? » J’fronce les sourcils d’incompréhension. Oui, apparemment, c’est aphrodisiaque mais je trouve ça dégueulasse mais à un point. Je termine de pianoter sur l’écran et je me tourne vers elle. Il faut qu’on s’occupe pendant que le livreur arrive. En prédateur, je m’avance vers elle avant d’arracher ce body qu’elle aime tant. Je m’en contrefiche carrément. Je l’attrape sur mon épaule et la voilà qui râle pour son body, justement. Je dois lui offrir un nouveau, c’est sexy mais c’était son préféré. Le blabla incessant d’une femme. Je lève les yeux au ciel avant de claquer ma main sur son cul. « Tais-toi, pitié. » Encore une fois et je la fais vraiment taire. « Tu n’arrêtes jamais de parler, bordel. » Je monte les marches, le colis sur l’épaule. Son cul pas loin de ma tête, je ne remarque encore rien. Aveugle que je suis. Je la pose au sol une fois arriver là-haut et je prends les deux couleurs que j’ai : du noir et du blanc. La voilà qui me blinde de questions. « Tu verras, petite curieuse. » Elle regarde ma rangée d’étagères et dit que c’est la pièce qu’elle préfère. « C’est surtout la plus personnelle, en fait. » Je me tourne vers elle, les pots en mains. « Amène ton petit cul. » Je la fais venir au milieu de la verrière. Je la fais s’immobiliser debout tandis que je m’assois à ses pieds, je la vois alors un peu plus que profil. « Tu n’as pas intérêt à bouger, Bambie. » que je lui dis, un petit sourire en coin. J’ai exactement une idée de ce que je vais dessiner. Je commence au niveau de sa cheville, un début de plumes. Je ne peux m’empêcher de lécher du regard ses courbes délicieuses. Ses jambes, ses cuisses, son cul. Attends, qu’est-ce que je vois là ? Je crois voir briller quelque chose, sur son cul. Je pose mon pinceau et passe une main sur ses fesses. Et c’est là que je le vois. J’ai le souffle coupé un instant. Ce diamant translucide qui brille. Cette vision me fait bander instantanément. « T’es vraiment une chaudasse, ce n’est pas possible. » dis-je d’une voix un peu rauque. J’ai chaud bizarrement, beaucoup trop chaud d’un coup. La garce, putain de merde. Comment tu veux que je dessine tranquillement alors qu’il y a ça, près de ma tête ? Mon souffle s’est accéléré presque imperceptiblement. Je reprends mon pinceau, reprend mon dessin vraiment très difficilement. J’en peux plus de cette gonzesse, je vais devenir fou.
(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Jeu 7 Mar - 0:37





 




Mon offre a vraiment l’air de lui plaire mais je ne compte insister plus que ça, j’insiste surtout sur le fait que mon anniversaire est dans quelques jours avec un petit sourire en coin. Je fais une petite moue en souriant légèrement. « Je te fais confiance. »

La visite s’achève dans la chambre avec quelques taquineries de notre part à tous les deux. Nous retournons dans la cuisine avec l’idée de commander à manger, des sushis histoire de continuer dans notre lancée. J’ai les yeux brillants avec l’évocation du gingembre mariné. Je souris en coin à sa question. « J’adore le goût, j’en ai bouffé des tonnes pendant ma grossesse. » L’information vient de sortir de ma bouche le plus normalement du monde. Je baisse les yeux avant de les relever rapidement. « Dit toi juste que j’adore ça. Pour certains c’est les macarons ou la pâte d’amande, chez moi, c’est le gingembre mariné. » J’hausse les épaules. « Je suis sûre que t’as un pêché mignon toi aussi. » Je le regarde en fronçant les sourcils pour tenter de deviner ce qu’il aime le plus. « Mh. Je suis sûre que c’est un fruit ou du chocolat. » J’attends la réponse avec impatience alors qu’il me déshabille du regard, puis réellement. Il m’attrape pour aller dans la mezzanine et je continue de blablater sur son épaule, argumentant le fait que ce body était mon favoris. Je lui tire la langue quand il me demande de me taire mais j’exauce tout de même son vœu. Enfin presque. « Ca va, t’es bavard aussi quand tu t’y mets. » J’entends Roan qui me répète et je ricane. « Merci Roan ! » Je lui pose pleins de questions quand je suis dans la mezzanine. J’ai envie de savoir, je suis impatiente comme femme. Je fais une moue fâchée quand il me dit que je verrais. Je prends mon mal en patience en observant la pièce, j’avoue que c’est ma préférée. « Je crois que c’est pour ça. » Il revient avec ses pots de peinture et je me ramène au centre de la pièce, debout de profil par rapport à lui. Il s’assoit à mes pieds tandis que je sens les poils du pinceau me chatouiller la cheville. « Ne m’en veux pas si je bouge, ça chatouille. » Je me mords la lèvre en tentant de ne pas bouger d’un pouce. Je regarde devant moi en détaillant la pièce avant de le sentir passer une main sur mon cul. Je regarde en l’air en me mordillant la lèvre, il a découvert le pot aux roses. Une espèce de duckface apparaît sur mon visage quand j’apprends que je suis une « chaudasse » selon ses dires. Sa voix est rauque, tendue, je l’entends. Je jette un coup d’oeil vers son entrejambe et je souris en coin. « Je suis peut-être une chaudasse mais tu bandes. » Je me mords la lèvre avant de continuer mon observation dans cette pièce. Je sens le pinceau revenir contre ma peau. Je le laisse dessiner en sachant que c’est difficile pour lui de se concentrer en connaissant ma petite surprise. « Quand est-ce que t’as voulu devenir architecte ? » Je vois tous les dessins accrochés aux murs, certains dans des cadres, d’autres en rouleaux. Je sens le dessin grimper vers le haut de ma cuisse. « N’en profite pas pour me manger les fesses, hein. » Je le regarde avec un petit sourire, il a l’air tellement concentré que je me tais. C’est la sonnette de la maison qui me sort de ma rêverie. Nue, je le regarde pour savoir lequel de nous deux ira. Sèche ou pas, j’ai faim. « J’y vais. » Je fais attention à ce qu’il ne loupe rien et je me détache de son pinceau en descendant rapidement les marches. J’enfile mon kimono que je noue à moitié. Je remonte avec les sushis rapidement, je retire mon kimono que je dénoue en le laissant tomber à mes pieds. Je me penche en avant mon attraper un sushi et je lui en tends un, devant la bouche. « Avale, bébé. » Un sourire joueur apparaît sur mes lèvres.


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Ven 8 Mar - 1:22





 





Juste après avoir commandé les sushis, je lui demande d’où vient son addiction au gingembre mariné. Et là, c’est le drame. Elle me parle de sa grossesse. J’inspire brusquement en fronçant fort les sourcils. « Tu peux m’épargner ce genre de détails, tu seras mignonne. » J’allais me détourner mais elle se rattrape aux branches comme elle peut. Elle me justifie le tout du fait que ce soit son pêché mignon. Je suis méfiant après, ce que je viens d’entendre. « Le caramel, raté. » dis-je, d’un ton presque froid. Peu à peu, je retrouve mon allure féline en la dévorant du regard avant de la mettre à nu brutalement. Je la monte sur mon épaule à l’étage. J’hausse les yeux aux ciels. Putain, elle ne se tait toujours pas et en plus, Roan. « Tais-toi aussi, sac à plumes. » Je vous jure, il faut tout faire ici. Elle aime cette pièce parce que c’est ma pièce la plus personnelle, où tous mes trésors se trouvent. J’hausse les sourcils quand elle me dit que c’est pour ça que c’est sa préférée. Attention, je griffe méchamment quand on s’approche de trop près. Je l’installe au centre de la pièce, sous la lumière de la lune. Assis à ses pieds, mon pinceau commence à glisser sur sa cheville, dessinant de nombreux bicolores. Et putain, qu’est-ce qu’il m’a pris de lever les yeux. J’ai découvert ce qu’elle me cache. Une érection aussi rapidement qu’un coup de canon. J’en peux plus de cette gonzesse. Je lui claque le cul quand elle me dit que je bande, si fort qu’il y a la marque de main. « Tu n’avais qu’à pas mettre ça là, putain. » Je mords alors rapidement sa fesse gauche. « Tiens-toi sinon je le vire tout de suite et ça va voler pour ton cul, c’est moi qui te le dis. » Ma voix est dure, sans appel contre sa peau ferme. Elle redevient alors sérieuse alors ce qui m’a fait devenir architecte. « C’est un métier qui allie beaucoup d’aspects, dont le dessin. » J’avoue que je ne suis pas disposer à discuter pour le moment. Mon cerveau est pris entre deux feux. Celui de rester concentrer sur mon dessin et l’autre de résister à l’envie de jouer avec le diamant. « C’est déjà fait. » dis-je alors que mon dessin grimpe sur sa cuisse, je passe à genoux. Quelqu’un sonne à la porte. Elle y va, ne faisant même pas gaffe à ce que je viens de faire. Elle enfile son peignoir et descend en vitesse. « Putain, Bambie ! » Je souffle, lançant mon pinceau de blanc sur le sol. Pitié, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça. Elle revient à la hâte et dénoue son kimono. Le phœnix est foutu, je m’assois au sol, mes coudes sur mes genoux ouverts. J’affiche un air dépité. Elle me tend un sushi vers ma bouche. « Alors là, c’est mort. » Je me lève. « Fini l’atelier arts plastiques, on passe aux travaux pratiques. » Je lui prends ses sushis en main et les posent sur mon bureau. Je me place derrière elle et agrippe d’une main ses cheveux courts, les tirant en arrière pour qu’elle croise son regard. « Je vais te faire chauffer si fort, princesse. » C’est parti. [...]


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Ven 8 Mar - 1:55





 




Une gaffe, et une grosse vient de sortir d’entre mes lèvres. Un peu plus et j’étais bonne pour rentrer à la maison. J’apprends son péché mignon est le caramel. Je déteste le caramel, c’est ignoble et ça colle aux dents. J’aime pas ça, d’ailleurs ça se voit à la gueule que je tire. Je me retrouve rapidement en sac à patate sur son épaule avec Roan qui s’amuse à me répéter tandis que son maître râle. Je me pince les lèvres en observant ce duo. Debout, dans la pièce, je le laisse dessiner avant qu’il n’aperçoive ma petite surprise. Je lui fais remarquer cette érection qui se démarque largement contre le tissus de son jogging. Je lui fais des surprises et il a l’audace de me claquer le cul. Je me mords la lèvre en ricanant, je l’entends râler. « Pardon de vouloir te faire des petites surprises, bébé. » Je sens ses dents venir mordiller l’une de mes fesses et je souris en passant ma main dans ses cheveux. « Tu le mangeras plus tard. » J’ai le droit à une jolie menace qui me fait sourire. Je me tiens droite, je le laisse dessiner tranquillement. Ma curiosité me trahit quand je lui demande pourquoi il a choisit son métier. J’écoute attentivement la réponse. « Je vois. En même temps, t’as un beau coup de crayon, et je sais que ça représente des heures de travail. » La sonnette se met à retentir dans la maison et ayant faim, je décide d’y aller rapidement. Je fais attention mais pas assez à son goût vu qu’il hurle dans la maison. « Va s’y bébé, j’adore quand tu cries mon nom !» Je ricane de me connerie en récupérant les sushis, je remonte rapidement, je me remet nue devant lui. Il a l’air de bouder, je fais la moue puis je lui propose un sushi mais je me fais rembarrer. J’arque un sourcil en l’écoutant. On dirait un enfant, je lève les yeux au ciel.



(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Ven 8 Mar - 14:36





 





Alors que je ne suis pas tellement disposé à discuter, elle continue de me cuisiner en me complimentant. « Des heures ? » J’hausse un sourcil en captant son regard. « Ce ne sont pas des heures, Bambie. » Je repose mon attention sur le dessin. « Des années entières et on n’en fini jamais de s’améliorer avec le dessin. » Je suis bien placé pour le savoir. Quand elle enfile son kimono pour descendre, elle défait quelque peu le dessin et je râle, assis dans mon coin. Maudit gonzesse, j’en peux plus. Je roule des yeux. Putain, je suis vexé et ce n’est jamais bon signe quand je lui suis. Quand elle remonte, je l’envoie chier alors qu’elle me tend un sushi. On arrête de jouer, maintenant. […]


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Sam 9 Mar - 17:43





 







(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Sam 9 Mar - 22:10





 






(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Sam 9 Mar - 23:32





 






(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 10 Mar - 0:18











(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 10 Mar - 1:16





 






(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 10 Mar - 18:36












Je m’interroge soudain. « Pourquoi t’as rien dit ? » Elle sait très de quoi je parle, pas besoin de lui faire un dessin. Je lève la main en signe de reddition, avant même qu’elle ouvre la bouche. « T’as raison, je ne préfère pas savoir. » dis-je, presque en soupirant. Je me lève alors, retrouvant le confort de mon jogging ample. « Allez, viens, on va manger. » J’ai la dalle, faut voir comme. Ça creuse de baiser à tout va. Je retourne dans le bureau rapidement pour prendre les sushis abandonnés avant de retourner dans la cuisine. « Tu veux encore du vin ou pas ? » que je lui demande alors que je ne sais pas où elle se trouve dans la maison. Je suis soudain pris d’une grande fatigue. Je mange un morceau rapidement et au lit. Demain, grosse journée.
(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le Dim 10 Mar - 19:03





 




Je me décale doucement de lui. On baise ensemble, on ne fait pas l’amour. A partir de ce moment là, j’veux pas de tendresse, je veux rien. Il me pose une question à trois millions de dollars et je fronce les sourcils en regardant la ville au travers de la baie vitrée. Je me tourne vers lui pour lui répondre mais il lève la main pour arrêter le débat qui n’a pas commencé. Tant mieux. Il se lève pour attraper son jogging tandis que je reste dans le lit. Essoufflée au possible. « Ouaip. » Je me lève, difficilement et je le rejoins alors qu’il grimpe pour prendre les sushis. J’attrape mon kimono et je m’enroule dedans avant de m’effondrer dans le canapé. Roan vient près de moi pour se laisser caresser. J’ai entendu le mot magique : « vin ». Je me redresse. « S’il te plaît, bébé. » Je me lève pour attraper un sushi et l’enfourner dans ma bouche. Je baille en cachant ma bouche avec ma main. Nous mangeons rapidement et je finis par me rhabiller. Je viens l’embrasser avant de partir et de rentrer chez moi tranquillement. Je suis exténuée.

(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé


(bambie) is that painting on your body ? Empty
Re: (bambie) is that painting on your body ?, le

(bambie) is that painting on your body ?

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2019-