AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair.


Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Sam 23 Fév - 16:57





 




Ce putain de dîner d’affaires traîne en longueur et franchement, je suis très loin d’avoir la tête à ça. Je desserre très légèrement le nœud de ma cravate, avant d’attraper mon verre de whisky. Je n’ai vraiment la tête à ça. C’est pourtant un exercice que je connais par cœur mais là, ce soir, je suis hanté par bien d’autres pensées. Elle était là, juste tout près. Elle m’a provoqué, comme si je n’étais qu’une putain d’bête de foire. Indylla ne récolte que ce qu’elle a semé, je ne justifierai pas pour ce qu’il s’est passé. Bientôt, je ne serai plus sa femme et je serai l’homme le plus heureux de la terre. Enfin, je pourrai tourner cette page, qui traîne aussi bien trop en longueur. Je tourne la tête vers mon voisin de droite. Ce mec est mon principal concurrent mais aussi mon ami. Alors que je ris poliment à sa blague, je lève les yeux vers le bar. Putain, ce carré. Bambie. Ma soirée, déjà bien foutue, l’est encore plus maintenant. Je la regarde quelques secondes. Le haut de ses épaules dénudées, sa nuque. Elle a aussi l’air de profondément se faire chier. Je vois qu’à côté d’elle, il y a un homme. Je retiens un sourire en coin. Cette gonzesse a vraiment un problème avec les mecs ou avec le cul, à voir. Je porte le verre à mes lèvres, quittant la brune du regard. Vaut mieux qu’elle ne me grille pas. Cette folle pourrait croire que je voudrais remettre le couvert. Quoi que, nos derniers messages n’étaient pas des plus cordiaux. Quelques instants, je m’excuse auprès de la table et me lève, déboutonnant la veste mon costume. Je me dirige vers les toilettes, disparaissant soudainement des yeux de la salle.

Après quelques minutes, je sors. Le corridor n’est pas très large. En marchant vers la salle, je suis alors bloqué par une silhouette qui m’est bien familière. Mes yeux clairs balayent du regard cette personne qui me barre le chemin. Là revoilà, dans toutes sa splendeur. Que d’ironie. « Tu me gênes, Bambie. » Je tente une percée mais rien à faire. « Ce que tu peux être puérile. » Le ton monte tandis que je lui jette un regard méprisant. Comment je vais lui faire comprendre qu’elle me lâche, à la fin ? Je m’agace rapidement. Foutu manque de patience. Concrètement, je ne veux avoir à elle que s’il y a un souci avec l’assurance. Il n’y a que ça qui nous relie encore aujourd’hui. Je passe une main dans mes cheveux. Je vais me fâcher, très fort.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Dim 24 Fév - 23:21





 




Quelqu’un pourrait me dire pourquoi j’ai dû écouter cette pseudo-amie qui m’a convaincu de sortir avec son collègue de travail qui serait « parfait pour moi ». Putain, il est 23h30 et je me fais chier comme un rat mort. Je me serais mieux amusée à la maison, tranquillement, devant la télévision ou avec un livre ouvert. Bordel. « Oui, donc, moi je m’occupe de la comptabilité de l’entreprise. » Un petit sourire tandis que je me noie dans mon verre de whisky. « Tu sais ce que c’est la comptabilité ? » Et le voilà qui me prends pour une conne. Super. Je souris en coin. « Excuse moi, mais je vais aller aux toilettes. Ne t’étonnes pas si je met du temps. » Bha oui, si je ne sais pas ce que c’est la comptabilité, je vais sûrement pas me retrouver dans les toilettes et encore moins pour revenir vers lui. Quel connard celui-là. Mon whisky dans une main, mon sac à main sur l’épaule, je sors quelques instants pour aller fumer une cigarette avant d’aller aux toilettes.

Le corridor est étroit et putain, je hais ce genre d’endroit. Les yeux baissés, je râle parce qu’une conne me marche dessus avant de faire face à une carrure que je connais bien. Je ne suis pas d’humeur, putain, et Azraël me cherche. « Figure toi que tu me gênes aussi, bouge. » Il tente d’un côté, je tente du même, impossible de passer et je m’en prends pleins la gueule. Putain, il me chauffe. « Ferme ta gueule, Azraël, c’est ni le temps, ni le moment pour me casser les couilles. » Les yeux relevés vers lui, mes sourcils se froncent en se plongeant dans les siens. « Il faut que j’aille pisser, donc soit tu bouges, soit je te pisse dessus. T’as le choix. » Je me veux menaçante mais c’est ma vessie qui me menace, et ses pompes aussi.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mar 26 Fév - 1:16










Ce dîner est d’un ennui, il y avait terriblement longtemps que je ne m’étais pas ennuyer à un dîner d’affaires. Pourtant, c’est rarement le cas. Soit, ce sont les gens à la table. Soit, c’est moi qui n’est pas d’humeur. Alors, j’ai cherché une distraction du regard, discrètement. Plutôt dire que je suis tombé sur complètement différent. Bambie, la sexologue que j’ai serré dans son bureau. Il manquait plus que ça. Après que je l’ai envoyé chier, la voilà qui se cherche une nouvelle proie à bouffer tout cru. Le mec n’a, d’ailleurs, pas l’air d’être une lumière. Je chasse cette vision en tournant le regard, m’excusant auprès de la table que je m’absente quelques minutes. Dans le couloir des toilettes, en sortant, elle est là. Je me demande même si elle m’a suivi. Elle en serait capable, je suis sûre. On se gêne mutuellement dans ce corridor étroit. Elle me dit de fermer ma gueuler, c’est qu’elle mordrait, la chaudasse. « Pour la vulgarité, on repassera, hein. » J’arque un sourcil. Je sais que je ne suis pas un exemple en la matière mais là, elle vient d’en aligner pas mal en une phrase. « Puis, toi, ferme la, tu m’parles pas comme ça. » Je la fixe, le regard noir. « Tu as raison, vaut mieux que je dégage. Tu ne mérites même pas mon attention. » Je soupire, vraiment blasé par cette gonzesse. « Hasta luego » Quelques mots avant que je lui rentre dans l’épaule pour passer. Pas de délicatesse avec elle, jamais. Je marche vers la salle. Bon débarras, qu’elle aille faire la vidange et qu’elle ne casse pas les couilles.

(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mar 26 Fév - 20:48





 




Bordel, c’est qu’il sait me faire sortir de mes gonds ce grand blond. Je le regarde, le regard noir et énervé. « Je te parle comme je veux, d’abord. » Je fronce les sourcils. « J’ai pas besoin d’un homme pour me dire comment je dois me conduire. » Il m’emmerde et selon lui, je ne mérite même pas son attention. « J’espère que tu sais que j’en ai rien à foutre d’avoir ton attention. » Je grogne quand il passe près de moi et qu’il me bouscule. Il peut pas faire attention à ses épaules musculeuses, bordel ? Je soupire en tentant de reprendre mon calme. Un doigt levé en sa direction quand je l’entends me parler un espagnol. Je m’installe sur les toilettes pour faire mon affaire. Je parle toute seule dans la cabine. « Tu sais ce que c’est la comptabilité ? Mais quel connard celui-là et l’autre, avec son « Hasta Luego » de mes deux. Je lui en fouterais du « Hasta Luego » moi. » Je sors pour me laver les mains en râlant et je remonte. Je m’assois au bar pour commander un autre verre de whisky on ice. Concrètement, c’est que du whisky avec des glaçons mais c’est terriblement classe. Je jette un œil à l’autre trou du cul qui m’attends à la table. Comment il s’appelle déjà ? Erwan ? Hernando ? Je m’en cogne après tout. Je reviens à notre table avec mon plus beau sourire mais j’entends le rire d’Azraël du fond de la salle. Il me déconcentre, bordel. Je soupire un instant avant de péter un câble quand le type commence à me parler d’accouchement, comme si il y était. Je me souviens des mots d’Azraël : laisser parler mon impulsivité. Je prends beaucoup sur moi avant d’éclater en furie sous les yeux du type. « Tu ferais mieux de fermer ta gueule. Tu prends tes clics et tes clacs, et tu te casses d’ici. » Il commence a argumenter. Je soupire. « CASSE TOI DE LA, JE VEUX PLUS VOIR TA GUEULE DE MERDEUX. » L’accouchement, sujet sensible, beaucoup trop sensible. Je perds mes moyens rien qu’en voyant un enfant dans le bus alors en parler, c’est hors de question. J’éclate en sanglots contre la table.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 0:42










Je n’en peux plus de cette meuf, c’est officiel. Elle me tape son délire de femme indépendante qui n’a besoin de personne pour lui dire quoi faire. Je la laisse parler dans le vent. L’indifférence est le meilleur mépris, selon ses dires, autant le lui faire ravaler. Je me tire en la poussant de mes larges épaules. De retour à table, j’ai envie de me tirer de là. Très vite, heureux que nous en sommes au digestif. Je ris, mais c’est vraiment par politesse. Putain, qu’est-ce que je lui ferai ravaler sa Rolex à celui-ci. Je termine mon verre avant d’entendre des éclats de voix, derrière moi, au bar après d’interminables minutes de conversation. Je me tourne, haussant un sourcil. Je reconnais cette voix. La voilà que tous les regards se tournent vers elle, qui hurle comme une hystérique. Oui, Bambie. C’était furtif mais intense, les autres reprennent leurs conversations, comme s’il ne s’était rien passé. Je vois le type décamper lorsqu’elle lui scande de dégager. Il ne demande pas son reste. Sauf que je la vois, la tête contre le comptoir, son corps semble être secouer par des sanglots. Quand même. Je me mords la lèvre. Elle a l’air terriblement seule tout d’un coup. Je ne peux pas non plus la laisser ainsi. Je sors mon téléphone, composant un message. Envoyé. Je m’excuse une nouvelle fois auprès de la table, sortant mon paquet de cigarette. Je jette un œil vers le bar. Parfait. Je pousse la porte du restaurant, marchant un instant sur le côté, à l’abri de ma table. J’allume ma cigarette, ouvrant ma veste de costume en m’adossant contre le vitre. Il se passe bien une bonne minute. Moi et ma clope, seuls. Soudain, la porte s’ouvre, laissant place à cette femme au carré court qui me rend dingue. Je sors une cigarette, lui tendant. « Viens là, sèche-moi ces larmes, bordel. » Je me veux plus calme, presque gentil. Voir une femme pleurer, ça me rend malade. « Tu ne vas pas rester toute seule. » Je n’aborde pas ce qui a pu se passer avec ce type. Si elle a envie d’en parler, elle le fera elle-même. Je recrache la fumée, croisant son regard sombre. Allez, Bambie, fais un effort. J’en fais un, c’est excessivement rare pour le souligner.

(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 1:46





 




Mieux vaut être seule que mal accompagnée, je crois, non ? Me voilà seule dans le bar. La tête collée contre cette table collante et poisseuse, remuée par des sanglots qui n’avaient pas refait surface depuis un bon moment. Ma fausse-couche à été un moment terrible, pire qu’un accident de voiture ou d’un crash d’avion. C’est le crash d’une vie qui s’est effectué dans mon ventre, le crash d’un couple amoureux et d’une vie sentimentale agréable. C’est mon téléphone qui me sors de mes pensées et le nom qui s’affiche à l’écran. Je réfléchis un instant : le rejoindre ou non ? J’ai envie mais pas envie à la fois, de peur qu’il se foute littéralement de ma gueule en m’amadouant gentiment. Je recommande un whisky, le troisième ou le quatrième de la soirée. J’attrape mon sac en signifiant au barman que je vais simplement boire sur la terrasse. Je passe la porte avant de le trouver adossé contre la vitre. Je croise son regard avant de le baisser vers le sol. Je n’ai pas envie d’être jugée, je viens simplement en terre d’asile. Il me sort une cigarette, je l’attrape et je l’allume rapidement. J’hoche la tête pour lui faire comprendre que je vais essayer de sécher mes larmes, comme il me le demande. Je murmure un « Merci » quand je viens près de lui. Un long soupire s’échappe de ma bouche, comme un soupire de repos, celui qui signifie que le pire est passé. Son ton est calme, doux, tout ce qu’il me faut pour redescendre lentement. Je tourne ma tête dans sa direction quand il m’annonce que je ne vais pas rester seule. J’arque un sourcil en le regardant. « C’est pas la peur d’être seule qui me fait mal, Azraël. » Je tire sur ma cigarette en relevant le regard vers lui. « Je ne peux plus avoir d’enfants et quand j’entends un homme qui me tient un discours sur l’accouchement, comme s’il y était, je perd mon sang-froid. » Je souris légèrement. « J’ai fais comme toi, j’ai libéré mon impulsivité. » Je bois un peu de whisky avant de poser le verre sur une petite table. « Et tu as pu voir ce que ça donnait quand je ne me contenais pas. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 12:47





 





Des éclats de voix, il m’a fallu qu’une seule seconde pour comprendre. Bambie a hurlé sur ce type, qui s’est tiré plus vite que l’éclair. Je me suis senti bizarre quand je l’ai vu fondre en larme sur ce comptoir, seule, oubliée et ignorée de tous. Message envoyé, je me lève, prenant une cigarette entre mes doigts. Heureusement qu’aucun de mes collaborateurs n’a envie de me suivre. Ce projet semble beaucoup les animer, moi de même, ce n’est juste pas le bon soir. Une fois dehors, le dos contre la vitre, je tire sur ma cigarette, patientant dans le silence. Je sens qu’elle doit être en plein dilemme, se demandant si je prépare un sale coup ou non. Pas forcément, il peut m’arriver de ne pas être un connard, en de rares occasions. Je patiente encore quelques instants avant de la voir sortir. Je lui tends une cigarette, qu’elle prend en baissant les yeux. Elle a l’air bouleversée tandis qu’elle vient à côté de moi. Je laisse le silence s’installer. Si elle veut parler, elle le fera. Je lui offre une trêve au cœur de la bataille, un drapeau blanc temporaire, une bulle de calme. Elle se lance après que j’ai légèrement amorcer le truc, l’air de rien. Je la laisse dérouler ses pensées et j’apprends quelque chose de vraiment très personnel sur elle. Je grimace, pour beaucoup de choses. Parce que moi et ce monde-là, c’est ça fait trois, je ne préfère même pas en entendre parler. Parce que j’imagine que c’est une épreuve qui change une femme. Parce que, soudain, je comprends mieux pourquoi elle est comme ça, là. Bouillonnante de rage, d’énergie complètement débridée. Je ricane quand elle dit qu’elle a fait comme moi. « Je ne suis certainement pas un exemple à suivre, Bambie. » La question ne se pose même pas, à vrai dire. Je me penche légèrement vers elle, sur le ton de la confidence. « Cela dit, c’était très divertissant. » Je ricane légèrement. Je la vois boire. « Tss, arrête de boire, je crois que tu as assez bu comme ça. » J’attrape son verre entre ses doigts fins et le termine d’un trait, il ne reste que les glaçons qui tintent. « Interdiction d’en chercher un autre, puis c’est un crime de diluer le scotch. » Je souffle la fumée entre mes lèvres après avoir tirer, faisant tombé la cendre du bout de la cigarette. « Je te ramène chez toi ce soir, je ne laisse pas une demoiselle en détresse sur le bord de la route. » Je regarde au loin, le regard dans le vide. C’est vrai, même si je n’ai pas l’allure d’un chevalier blanc.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 13:22





 




Je me sens vidée, vidée de mon énergie et de toute cette puissance qui m’anime en temps normal. Ce pauvre type a dû se chier dessus et je suppose que ma super copine a dû lui parler de mon accouchement, de ce passif qui me reste en tête nuits et jours, l’origine de mes cauchemars et de ce sarcasme vindicatif. Adossée contre la vitre, je parle de cette chose à Azraël, je m’en libère un peu, doucement mais sûrement comme on dit. Son ricanement me sort de ces pensées tristes. Un sourire se fait une place sur mon visage. « En attendant, ça fait du bien de gueuler un bon coup. » Je l’écoute quand il se rapproche de moi pour souligner le caractère divertissant de la chose. Je ricane à mon tour. « Le mec m’a quand même demandé si je savais ce que c’était la comptabilité, s’il te plaît. » Mon regard est grave mais mon sourire dénote. « J’ai bien cru que j’allais l’empaler. Ou lui éclater mon verre contre la tempe. » J’attrape d’ailleurs mon verre pour en boire un peu avant de voir les lèvres d’Azraël se coller à lui pour le vider. Je ne dis rien, je le laisse me prendre en charge un peu. Ca me libère, qu’on le veuille ou non. « J’aime quand les boissons sont fraîches. » Je souris légèrement en le regardant reposer le verre. Je termine ma cigarette et je dépose le mégot dans le cendrier avant de lever le regard vers lui. « Si tu veux, c’est sans doute mieux que tu me ramènes. » Je souris en le voyant prendre cette drôle de posture de chevalier. « Je ne suis pas en détresse... » Je m’avoue vaincue. « Enfin, si. T’as raison. » Je soupire dans le vide. « Je vais me commander un Ice-Tea. Je reviens. » Je m’engouffre dans l’atmosphère du bar, je passe ma commande, j’attrape une paille pour la planter dans ma canette et je ressors. L’attendant sur le pas de la porte. J’en profite pour regarder si je n’ai pas un message. Un seul : celui d’Azraël que je n’ai pas encore ouvert. Je souris un peu en buvant de mon soda. Il passe la porte à son tour et je lui jette un petit regard. « Je t’aurais bien proposer de conduire ton bolide mais je suis bien trop alcoolisée. » Nous nous avançons sur le parking, jusqu’à la voiture. « J’habite vers Austin East, j’espère que c’est pas trop loin de chez toi, Az. » Je soupire un peu, gênée de me voir être ramenée.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 16:00










Contre cette vitre, dans la pénombre, la sexologue se dévoile quelque peu. Suffisamment pour que je comprenne beaucoup de choses à son égard. On finit par parler de choses plus légères. Je ricane quand elle dit que ça fait du bien de gueuler un bon coup. Ce n’est pas moi qui dira le contraire. Je l’écoute me raconter ce que ce type lui a dit, jouant avec ma cigarette au bout de mes doigts. Je fronce les sourcils. « Il faut vraiment que tu apprennes à choisir tes mecs mieux que ça. » Je secoue la tête. « Dire que tu voulais t’enfiler ce con. » Je roule des yeux avant de grimacer. « Je n’ai même pas envie d’imaginer, ça me dégoûte. » L’instant d’après, je la vois essayer de boire son verre d’alcool. Je lui coupe l’herbe sous le pied, prenant son verre et le liquidant rapidement. Fraîches ? « Rien à faire. » dis-je, en posant le verre. « Le whisky, ça ne se dilue pas, point. Il faut tout que je t’apprenne, ce n’est pas possible. » Je ricane doucement avant de regarder au loin, lui disant que je la ramène. Je ne lui laisse pas le choix, de toute façon. Elle hésite avant de s’avouer vaincu. Bonne petite. J’écrase ma cigarette dans le cendrier avant qu’elle ne rentre se chercher une boisson sans alcool pendant que je vais saluer mes collègues, je prétexte une lourde journée demain. Il me faut bien cinq bonnes minutes avant qu’ils ne me lâchent la grappe. Je n’en peux plus de leurs grands airs, bande de pingouins. Je m’éloigne, me délestant de ce sourire hypocrite sur les lèvres. Je rejoins la brune devant la porte, croisant son regard. Je perds mon sourire quand elle me dit qu’elle m’aurait proposé de conduire ma merveille si elle n’était pas alcoolisée. Je fronce les sourcils. « Même pas dans tes rêves les plus fous. » dis-je, en retirant ma cravate. « Personne, à part moi, ne touche à mon bébé. » J’ouvre les premiers boutons de ma chemise blanche en avançant avec elle, non loin. En arrivant prêt de ma Mustang rouge, elle me dit qu’elle habite Austin East. « Ça tombe bien, moi aussi, grimpe. » J’ouvre la voiture et m’engouffre à l’intérieur, avant d’enlever ma veste de costume. Je fais rugir le moteur avant de partir en direction d’Austin East. Son parfum m’envahi soudain, vu que nous sommes dans un espace confiné. Des bribes de notre partie de jambe en l’air dans le bureau me reviennent. Je me mords la lèvre, les yeux posés sur la route. « Ton parfum m’excite, bébé. » Putain, puis moi qui l’envoie chier en lui scandant que je veux pas renouer et là… Je suis faible, bordel. C’est incroyable. J’allume nerveusement une cigarette, essayant de masquer inconsciemment les effluves de la belle brune. J’ouvre légèrement la fenêtre, histoire de ne pas finir enfumer non plus. Mon coude posé sur le bord, ma clope entre mes doigts, je reste concentré sur tout autre chose que celle qui se trouve à mes côtés.

(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 19:03





 




Alors qu’Azraël me donne des conseils pour choisir les hommes que je fréquente, je me permet de ricaner légèrement. « Je t’arrête tout de suite. » Je secoue la tête en ricanant. « Ce n’est pas du tout mon genre. C’est une amie qui nous a arrangé le coup en pensant qu’on s’entendrait à merveille. » J’éclate presque de rire en l’entendant. « Je t’assure que je ne l’aurais pas laisser rentrer en moi. Même pas avec un bâton, derrière un mur ou encore aveugle. Jamais. » Je le regarde un instant. Il y a clairement une différence entre ce type qui a le charisme d’une moule et celui qui se tient près de moi en ce moment même, celui qui me fait une leçon sur le whisky. Je souris en coin. « Tu m’apprendras alors. » S’il veut m’apprendre, qu’il vienne. Mon frère dirige une compagnie de whisky mais pas de soucis. Je rentre me prendre un thé glacé et je ressors rapidement.

Une fois près de la voiture, j’apprends que je n’aurais jamais le droit de conduire sa voiture, son « bébé » comme il l’appelle, ce surnom par lequel il ne se gêne pas pour m’appeler non plus. Je souris en coin, ayant la même sensation pour ma voiture. « Tu ne toucheras jamais la mienne non plus, j’espère que tu le sais. » Je me tourne vers lui avec un grand sourire. Une idée à la con vient de naître dans mon esprit. « Un de ces quatre, on fera la course avec mon bolide et le tien. » Je lui annonce où j’habite et à ma grande surprise, nous sommes voisins. Je me sens déjà moins gênée de le laisser me ramener. Le voyage se fait calmement, je me sens plutôt fatiguée de ma journée, épuisée d’avoir laisser mes émotions prendre le dessus. Un soupire s’échappe de ma bouche alors que je sirote ma boisson. J’arque un sourcil quand il me dit que mon parfum l’excite. Il est contradictoire cet homme. Un coup il ne veut plus jamais remettre le couvert et maintenant, c’est mon parfum qui l’excite. Je pose ma main sur sa cuisse. « Az, je suis désolée mais ce ne sera pas ce soir qu’on remettra ça. » Je soupire en allumant une cigarette à mon tour. « Il me semble que tu ne voulais pas que l’on recommence, en plus. » J’hausse les épaules en me tournant vers lui et son regard préoccupé. « C’est pas que j’ai pas envie de toi mais, l’autre con à fait remonter beaucoup trop de choses pour ce soir. » Je baisse les yeux, presque gênée de devoir décliner une aussi bonne baise. « J’ai besoin de tendresse et je sais très bien que c’est pas ton genre. » La route se veut calme, tranquille.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Mer 27 Fév - 23:29





 





La brune me raconte comment sa pote a essayé d’arranger le coup. Visiblement, elle a le nez aussi fin qu’un bulldozer, ça fait peur. Ensuite, elle m’assure qu’elle n’aurait jamais couché avec lui, peu importe les conditions. « Tu baises avec qui tu as envie, Bambie, de toute façon. » Je m’en fiche et je ne préfère pas savoir, d’ailleurs. Elle veut que je lui apprenne les rudiments du whisky mais je ne comprends pas son petit sourire narquois, là. J’hausse les épaules légèrement. Après tout, je ne sais pas le métier de son frère, ni même son existence d’ailleurs. Je ne sais pas encore la soufflante que je pourrais me prendre si je compte vraiment lui apprendre.

Je suis au volant de ma Mustang, direction Austin East. Je ne toucherai pas à sa caisse, ça m’est bien égal en réalité. « C’est parfait comme ça, ce vert est vraiment hideux. » Je tire sur ma cigarette avant de l’entendre dire que l’on fera la course. Je recrache la fumée en ricanant. « Alors là, tu ne feras pas une seconde avec ta voiture de donzelle. » C’est vrai, la mienne est un concentré de puissance. Ce n’est pas contre elle mais elle n’a pas la moindre chance. Quelques instants, le silence s’installe et moi, je sens son parfum me monter dans les narines. Il me fait tourner la tête, il me fait repenser à ce que nous faisions dans son bureau. Mes hormones s’emballent dangereusement. Tandis que je l’entends siroter sa boisson, elle s’arrête subitement quand je lui dis de but en blanc que ça m’excite. Sa main sur ma cuisse, je l’écoute. Bordel de merde. Je me prends comme une claque dans la gueule. Je me rends compte qu’elle me met devant mes propres contradictions. Je me rends compte qu’il y a un gros décalage entre ce que j’ai envie et les règles que je me fixe. Puis, putain, ouais. La tendresse m’est un mot quasiment étranger. Ça me rend fou, elle vient de mettre en lumière un truc qui me rend potentiellement vulnérable. Une faille dans laquelle on peut gratter pour me déstabiliser. La seule manière de me protéger de ça, c’est le repli. Je ne vais pas l’attaquer, elle est beaucoup trop fragile ce soir. « Laisse tomber, Bambie. » dis-je, sèchement. « Oublie ce que je t’ai dit, ça ne rime à rien. » Le Azraël plus ou moins détendu est reparti se morfondre, envoyer au placard par l’Azraël que personne ne voudrait croiser. La trêve semble prendre fin. Je serre les dents, l’odeur de la cigarette masque un peu son parfum et c’est tant mieux pour tout le monde. « Tu me dis vers où je m’arrête, hein. » Simple, concis, efficace. Le minimum syndical. Vite qu’elle rentre chez elle, par pitié. Que j’aille sous la douche, laisser couler le souvenir de sa peau le long de mes muscles jusqu’à ce que je m’ébouillante s’il le faut. Bordel.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le Jeu 28 Fév - 1:27





 




Azraël a raison, je baise avec qui je veux. La conversation se poursuit autour de la voiture, je souris en l’entendant me dire que le vert de ma voiture est moche. « Je l’aime bien ce vert, il est tendre. » Contrairement à lui. Mais ça, je ne le dirais pas. « C’est sûr qu’avec tes nouveaux chevaux, ça aide. Elle est vieille la mienne. » Je le regarde avant de siroter mon thé glacé et d’entendre quelque chose qui me fait presque sursauter. Je lui explique que je ne veux rien ce soir, à regret. Je lui rappelle également ses propres mots et le fait qu’il soit tout le contraire de la tendresse, chose dont j’ai grandement besoin actuellement. Je ne veux pas être méchante, ni horrible avec lui. Azraël possède cette chose qui fait que je l’apprécie, peut être un peu plus maintenant. Mais il est sec avec moi alors que je lui redonne également ce qu’il m’a dit par messages quelques jours plus tôt. Je sens bien que ça le frustre et je me mords la lèvre en me sentant coupable de lui gâcher le plaisir. « Je suis désolée.. » Je suis en train de m’excuser alors que je n’ai pas à le faire, qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Je baisse le regard vers les tapis de sol, je tire ma main de sa cuisse quand je me rend compte qu’elle est toujours sur sa jambe. Je me pince les lèvres quand nous arrivons dans le quartier. Je relève la tête en l’écoutant. Je prends mon sac sur mes genoux. « C’est le prochain immeuble à gauche. » Une fois devant l’immeuble, je me tourne vers lui en ramassant ma canette d’Ice-Tea. « Merci de m’avoir ramené. » Je retire ma ceinture et j’ouvre la portière, passant une jambe dehors. J’ai très envie de lui proposer de monter mais je me doute que la réponse sera non, alors je m’abstiens. « Je t’envoie un message quand je suis chez moi. Rentre bien et fais attention à toi. »

(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé


(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair. Empty
Re: (bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair., le

(bambie) don't sit down 'cause I've moved your chair.

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2019-