AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

(alistaire) Aspen those nights with you.


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Dim 3 Mar - 16:52





 




Je fais la bêtise de donner un morceau de pancake à Rufus et Lily, et forcément, Benny fait de même. Il vient réclamer aux pieds de sa maîtresse. Je me pince les lèvres. « Désolé, c’est le petit déjeuner. On a l’habitude de le prendre tous les trois et d’habitude, c’est trempé dans le café. » Je souris en les regardant. « Au panier maintenant. » Les deux s’exécutent avec Benny et je souris en coin. C’est la première fois que je nous définis en tant que tel, comme un couple et apparemment, elle ne le loupe pas. Je plante mon regard dans le sien quand elle me demande si c’est ce qu’on est. Je souris en coin, un peu gêné. « Je crois bien que oui ? » Je me passe une main dans la nuque. « Laisse moi récapituler : je suis amoureux de toi et il me semble que c’est réciproque, on est en vacances ensemble, passer du temps avec toi est devenu mon passe-temps favoris et je crois que te faire l’amour est devenu une passion. » Je plonge mes yeux dans les siens avant de sourire. « Donc oui, je pense qu’on est un couple. En tous cas, je nous vois comme tel. » Nous continuons de manger, je m’occupe de faire la vaisselle avant de l’attraper et de l’emmener dans la chambre. Je lui parle de cette érection qui ne tarit pas, son sourire me fait flancher. Je souris en coin. « Très très gênant. » J’éclate de rire quand j’entends qu’elle se sacrifie pour l’Amérique, je lui met une petite claque sur le cul. « Vilaine va. »

Pas de ski pour ce matin mais une randonnée en forêt avec les chiens. Presley est toute emmitouflée dans ses affaires de ski tandis que je ne porte que mon pantalon de ski avec de grosses bottines, un gros pull, un manteau et le sac sur le dos. J’ai mes lunettes, mon écharpe, la double laisse des chiens et une clope au bec, que je galère à faire tenir entre mes gants. La main de Presley est dans la mienne tandis que je vois les chiens courir dans tous les sens. Sa remarque me fait sourire. « Non tu crois ? » Je ricane un instant en la regardant. « J’attends juste le moment où Lily va leur montrer son délire avec ses grosses branches, tu te rappelles ? » J’éclate de rire en la regardant. Je viens poser mes lèvres sur le crâne de Presley avant de voir une racine au sol. « Fais gaffe bébé ! » J’ai peur qu’elle se prenne les pieds dedans alors que c’est moi qui ai le plus de chance de tomber.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Dim 3 Mar - 20:30





 





Après que les chiens soient allés au panier, je tique sur un mot qu’il me sort le plus simplement du monde. Il paraît gêner au départ. C’est vrai que moi non plus, je ne pensais pas qu’on allait aborder ce sujet comme ça, si simplement pendant le petit-déjeuner. Et pourtant, il faut croire que je me suis trompée. Je serre les dents, un peu stressée d’en avoir les réponses aux questions que je me pose. Je l’écoute attentivement. J’ai un petit sourire en coin sur les lèvres tandis que mes joues rougissent. Mon cœur fait un bond alors que je suis pendue à ses lèvres. « Je crois que tu as sincèrement bien résumé la situation. » dis-je, doucement. Ma main glisse lentement vers la sienne. « Je t’aime, tu sais. » C’est simple mais terriblement vrai et criant d’authenticité. « Nous sommes sur la même longueur d’onde alors. » J’ai un sourire bien plus franc ses lèvres, le cœur soudain plus léger. Là, je peux pleinement savourer le tout. Encore plus quand nous confirmons le tout, entre nos draps défaits.

Au vue de la matinée qui était déjà entamée, nous avons choisi de faire une belle balade avec les chiens. Je suis couverte de la tête au pied. A bas les petites tenues pour le moment, bonjour les après-skis et les manteaux. Rien de sexy mais c’est notre survie. Les trois fauves s’amusent comme des dingues entre les sapins et Alistaire se moque de moi quand je le lui fais remarquer. « J’en suis certaine, en fait. » Il me remémore ensuite la passion de Lily pour les branches plus grandes que sa petite taille et j’écarquille les yeux, pointant un doigt vers mon brun. « Moi vivante, je ne laisserai jamais cette tigresse lui apprendre à faire ça ! » J’éclate de rire, regardant les alentours. « De toute façon, les branches au sol sont couvertes par la neige, si tout va bien. » Je glousse, levant les bras en l’air. « Nous sommes sauvés ! » Sauf qu’avec mes grands gestes, je fais voler la cigarette d’Alistaire quelques mètres plus loin, dans une neige qui semble un peu plus épaisse.  « Oh merde, attends, je vais te la chercher, reste là. » Je m’aventure vers l’endroit de cette tueuse en série. Ma progression est lente mais sûre. Enfin, c’est ce que je croyais avant que je ne tombe dans un trou, la tête vers l’avant. Un cri déchire l’air. La neige est si profonde qu’on ne voit quasiment plus mon corps. J’essaie de faire bouger mon corps pris dans la neige. Rien de cassé, pas de douleurs mais je suis bien coincée ! J’éclate de rire si fort qu’Alistaire doit m’entendre d’où il se trouve. « MON CŒUR ! » hurlai-je, entre deux fous rires. « JE SUIS COINCÉE ! » On dirait un esquimaux trop serré dans son emballage, je ne peux pas bouger. J’ai l’air fine, maintenant.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 4 Mar - 20:56





 




Sa main glisse sur la mienne et je me retrouve à sourire comme un con quand elle m’annonce que j’ai bien résumé la situation. Les yeux dans les siens, je reste là à la regarder quand elle me dit qu’elle m’aime. Un sourire taquin s’étend sur mon visage. « Je sais. » Je ricane dans ma barbe avant de me lever de venir l’embrasser. « Moi aussi, je t’aime bébé. »

La matinée passe rapidement, si rapidement que l’on se retrouve dans les bois avec les trois chiens. Avec humour, je remémore à Presley la fois où Lily est revenue avec son grand bâton en bois, le soir où nous avons couché ensemble pour la première fois. Elle me montre alors du doigt, traitant ainsi Lily de tigresse. J’éclate de rire. « Bien sûr, vu la mâchoire de ton chien, t’es mignonne de penser qu’il va te ramener des cures-dents. » Je me mords la lèvre en ricanant. « Mais oui, de toutes façons, y a de la neige pour les couvrir. » Je tire sur ma cigarette. « Après.. Connaissant Lily, elle serait capable de trouver un gros bâton en marchant dessus. » Alors qu’elle s’exclame avec de grands gestes, je vois ma cigarette faire un vol plané dans la neige. Je ris en la regardant jurer avant de me rendre compte qu’elle veut aller me la chercher. « Bébé, reviens ! C’est qu’une clope et elle va être trempée par la neige laisse la ! » Mais c’est trop tard, elle s’aventure dans les branches. Un cri, en un clignement d’œil, je ne la vois plus. Je panique. « PRESLEY?! » Putain, j’espère qu’elle ne s’est pas fait mal. J’entends son rire et je me rapproche en passant ma tête au dessus du trou. Effectivement, elle est coincée. Déjà qu’elle n’était pas grande, maintenant, elle me semble minuscule. « Tu sais que t’es pas possible comme nana ? » Je souris en coin en lui tendant ma main pour l’aider à sortir de ce trou. J’attrape ses deux poignets et je la tire vers moi. Le contre poids fait que c’est à mon tour de me retrouver dans la neige, avec elle, assise à califourchon sur moi. J’attrape un peu de neige entre mes doigts et je viens lui éclater dans le visage en souriant. « Gotcha. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 4 Mar - 21:38










Je ne risque pas d’oublier ce fameux soir, comment le pourrai-je ? Alors que je lui dis qu’il est hors de question que Lily la tigresse apprenne à Benny de ramener des bâtons gigantesques, mon brun se met à éclater de rire. « Bien évidemment, Monsieur Calgrini a réponse à tout. » dis-je, en roulant des yeux. « Benny, c’est un gentil, il ne me fera pas ça. » J’ai la mine aussi boudeuse qu’une enfant. Et la naïveté aussi, sur ce coup. « C’est sûre que Lily est capable de tout. Quand on voit son maître, on se demande pourquoi en même temps. » J’esquisse un petit sourire moqueur avant de croiser son regard en relevant mes lunettes. Quelques instants après, je fais un grand geste et sa clope s’envole d’entre ses doigts gantés. Je me mets en tête comme une conne, d’aller lui chercher sa cigarette. Je suis déjà parti alors qu’il essaie de me raisonner. « Ne t’en fais pas, je suis une grande… » J’hurle en tombant dans ce trou, que je n’avais pas vu avec la couche de neige épaisse. Rapide check-up, rien à signaler. Heureusement, nous étions bien si j’avais un membre dans le plâtre. Je suis prise d’un fou rire incroyable alors que je l’entends panique. Je vois soudain sa tête au niveau de l’entrée, je me fends toujours la poire. « Je sais mais bon, tu fais avec, pas vrai ? » On essaie au plus vite que je sorte de là, mais Alistaire tombe soudain avec moi. Je me retrouve assis sur lui. C’est intime au moins, comme coin. Bien frais. « Et après, on parle de moi. » Je roule de rire, me retenant de rire à nouveau. Puis pas le temps de comprendre que je me prends de la neige en pleine figure. J’ouvre la bouche, stupéfaite, dégageant la neige de mon visage. « Deux fois en deux jours. » dis-je en haussant un sourcil. « Est-ce que je dois y voir un message sexuel à travers ton geste ? » Je me pose la question, on sait jamais. Il a les idées mal placées, ce garçon. J’en profite pour l’embrasser légèrement. « Allez bébé, rends-toi utile, fais-moi la courte échelle. » Il met ses mains en position et je prends appui sur ses mains pour me hisser hors de là. « Youpi, déjà un. » Je le regarde de l’extérieur. Je me sens con tout d’un coup, jamais je ne vais réussir à le tirer de là toute seule. Pas avec mes soixante-cinq kilos tout mouillés. Soudain, une idée. « Tu as la longue laisse de Benny dans ton sac, donne-la moi, s’il te plait. » Je tends la main vers lui. « Je vais m’attacher les chevilles avec, pour éviter de tomber avec ton poids » Cette balade se transforme en expédition. N’importe quoi.
(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mar 5 Mar - 22:59





 




Je lui fais les gros yeux quand elle me dit que j’ai réponse à tout. « Bien sûr que j’ai réponse à tout. Pourquoi je suis devenu professeur à ton avis ? Pour avoir réponse à tout et avoir la science infuse, enfin. » Le tout suivi d’un petit rire machiavélique. « Parce que tu insinues que ma Lily et mon Rufus sont méchants peut-être ? » Toujours ces gros yeux mais avec un petit sourire en coin. Et là, c’est le drame. Je fronce les sourcils en l’entendant argumenter le fait que la chienne est un miroir de mon comportement. Je jette un coup d’œil aux chiens. « En attendant, c’est pas le mien qui se roule dans du caca, actuellement. » J’observe Benny avec un sourire en coin. « Faut croire qu’il est comme sa maîtresse! » Je ricane en le regardant se rouler dans le caca de chevreuil. Ça va sentir bon dans le chalet. Elle fait tomber ma cigarette avec ses grands gestes et je tente de la raisonner, en vain. J’attends la suite de sa phrase mais c’est un hurlement qui vient à mes oreilles. La panique me prends et je vais la chercher avec l’idée en tête de la retrouver en mille morceaux. Elle éclate de rire en m’entendant m’inquiéter. « Encore heureux que je fasse avec! » En voulant la tirer, je tombe avec elle, dans le trou. Les doués au ski. Elle se permet de commenter et je souris en lui éclatant une boule de neige dans le visage. J’éclate de rire à sa question. « Et après, c’est moi l’obsédé sexuel du couple ? » Je souris en me relevant doucement, accueillant ses lèvres avec plaisir. « Bien madame. » Je me relève et l’aide à monter. Elle remonte et je ricane en l’entendant. Elle veut s’attacher les chevilles avec la laisse pour éviter de tomber mais elle va simplement bouffer le sol en essayant de me remonter. « Non. Attends. » J’attrape la longue laisse. « Accroche la à un arbre et moi, je l’attache au sac. » Je laisse le sac en bas, j’attends que la laisse me revienne pour l’attacher. J’agrippe la laisse et je remonte tranquillement, remontant à la force de mes bras. Une fois en haut, je tire la laisse pour remonter le sac. Je détache le tout en la regardant. « Les chevilles, c’était pas une bonne idée. T’aurais pu te fracasser un truc ou quoi. » Je dépose mes lèvres sur son front en sifflant les chiens. « Ils sont où ces trous du cul ? » Je n’entends ni Lily, ni Rufus et encore moins Benny. « Pres, ne panique pas mais je crois qu’on a perdu les chiens. » Je gueule comme un âne pour appeler Lily, je sais que les deux autres suivront. « Avançons. » Nous regardons partout aux alentours, j’observe les traces dans la neige. « Regarde, y a 12 pattes là. » Comme des inspecteurs, nous continuons de regarder autour de nous jusqu’à arriver à un petit ruisseau où les trois boivent un coup.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mer 6 Mar - 11:02





 





J’écoute faire son petit speech sur la raison qui l’a amené à devenir professeur. J’éclate de rire, il a l’air vraiment sérieux en plus. « Tu es barjo, toi. » Je roule des yeux, en cognant nos deux épaules doucement. Apparemment, j’insinue que ces chiens sont méchants. Je fronce les sourcils avant de tourner la tête vers lui. « Tu vois le mal partout, bébé. » dis-je, doucement. « Je dis juste qu’ils ne sont pas un exemple de sagesse comparé à Benny, c’est tout. » Je me perds un peu les yeux dans le paysage merveilleux qui s’étale autour de nous. Soudain, Alistaire dit quelque chose qui me fait immédiatement tourner le regard vers les chiens. Bordel, non. Je m’arrête en soupirant profondément. « Benny, au pied, tu arrêtes ! » hurlai-je, vraiment pas contente. Le bougre, lui qui est si obéissant d’habitude, semble apprécier son bain de boue. « Ce n’est pas drôle, toi. » dis-je, presque vexée. « Et contrairement à ce que tu peux penser, je ne passe mes journées dans la merde. » Au contraire. Je regarde le chien qui continue désespérément à se rouler dedans. « Je suis bonne à lui donner un bain en rentrant. » Maudit Beagle. Les minutes passent et en voulant faire une bonne action, je suis tombé dans le trou et Alistaire à son tour, en voulant m’y sortir. Alors que je suis sur lui, il me lance encore une fois de la neige au visage. Il éclate de rire à ma question. « Écoutes, j’essaie juste de me mettre dans ta tête d’obsédé sexuel justement, pour comprendre ce qui te fait plaisir dans le fait de me mettre de la neige sur le visage. » Une moue boudeuse apparaît sur mon visage. « Et arrête, tu vas me démaquiller avec tes bêtises. » Une fois sortie, c’est toute une expédition pour sortir le professeur du trou. Une fois qu’il est avec moi, il pose ses lèvres sur mon front, j’en profite pour me lover rapidement contre lui. Merde, les chiens. Mon brun les siffle et rien. Je fronce les sourcils. On garde son calme, ils sont forcément dans le coin. « Je ne panique pas, c’est rien. » Nous avançons, regardant les empreintes dans la neige. Alistaire trouve une piste, nous la suivons et ils sont là, à boire dans ce ruisseau étonnement pas gelé. Benny est dans un sale état, bon sang. L’endroit est superbe, une petite clairière bordée de pins. C’est le moment pour faire une petite pause. « Allez, viens, on pose nos fesses. » Je m’assois dans la neige avant de m’allonger, les yeux faces au ciel, clair aujourd’hui. Je fais l’ange doucement, respirant doucement à plein poumons. « Qu’est-ce qu’on est bien là. » L’air de la montagne est tellement revigorant. Soudain, j’ai une idée. L’heure de ma revanche a sonné. Je me relève et passe rapidement à califourchon sur Alistaire, un sourire machiavélique s’affiche mes lèvres. J’ancre fermement mes tibias dans la neige, pour essayer de le maintenir au sol. « Moi aussi, je peux le faire. » Je prends de la neige fraîche et lui en colle partout sur le visage en ricanant. « Tu vas voir, toi, à quel bois je me chauffe. » Je continue mon manège, toujours en riant. Je pense qu’il va y avoir un sacré retour de bâton mais au moins, je lui fais comprendre que ce n’est pas la sensation la plus agréable du monde.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Ven 8 Mar - 0:26





 




Benny est un exemple de sagesse, mais oui, bien sûr. Je secoue la tête, je n’ai jamais été aussi d’accord avec elle qu’à ce moment là. Le chien est en train de se rouler dans la merde mais oui, il est extrêmement sage. Elle est en train de s’énerver, elle hurle même tandis que je me mord la lèvre, les larmes aux yeux, à deux de pleurer de rire. Je me cache la bouche en essayant de regarder ailleurs tant je rigole mais je l’entends s’exciter contre moi. Je me pince les lèvres avant de froncer les sourcils. « Ce que t’es susceptible, c’est dingue. » Je croise les bras contre mon corps, je ne rigole plus. « Ça va, je rigolais. » Elle tente une bonne action mais tombe dans le trou, en voulant la récupérer, c’est à mon tour de tomber. Un peu de neige dans le visage, histoire de jouer et de renouer. Je me fais catégoriser de pervers avant d’éclater de rire. « Dit-elle, innocente. » J’hausse les épaules avant de l’entendre râler sur son maquillage. « T’es bien mieux sans. » Restant là dessus, je lui souris puis nous remontons tranquillement. A notre retour, les chiens ne sont plus là. Je lui dit de ne pas paniquer mais en réalité, c’est moi qui panique en ne les voyant pas. J’attrape sa main. J’ai peur putain. Je prends une grande inspiration en commençant à suivre les traces de pas. Les chiens sont là, devant nous, tranquilles en train de boire un petit peu. Presley propose que l’on s’asseye dans la neige et je lui souris en me laissant tomber dedans. Je profite de l’air frais et de la sensation contre mon manteau et mon bonnet. C’est agréable. « Tellement. Ca change de l’air pollué des villes. » Je soupire légèrement en prenant l’air, profitant du moment. Soudain, elle monte sur moi et je me retrouve avec de la neige sur le visage. Elle sait très bien que je peux la virer en un coup de rein. Je feins de m’étouffer. « Arrête, bébé. » Je me relève légèrement, toujours dans ma comédie. Je toussote avant d’attraper de ses poignets et de la coller dans la neige. « NON MAIS JE RÊVE. MADAME PREND LE DESSUS COMME CA LA. TU TE CROIS OU MA VIEILLE ? » J’éclate de rire en bloquant ses deux poignets d’une main. Je siffle les chiens. Les trois viennent lui lécher le visage. « VENGEAAAAAAAAANCE ! »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Ven 8 Mar - 2:32





 





Après avoir retrouvé les chiens, nous sommes tous les deux allongés dans la neige, à contempler le ciel dégagé et respirer l’air pur de la montagne. Je souris quand il souligne le fait que ça change des villes. Puis moi, l’instant d’après, je viens le surprendre en lui monter dessus, une jambe de chaque côté de son corps bien emmitouflé. Alors que je mitraille de neige, il me dit d’arrêter et moi, je rigole à pleins poumons. Il toussote légèrement avant de se redresser. Soudain, je rigole beaucoup moins. Il m’attrape les poignets et je termine dans la neige, comme une crêpe. Lui, assis sur mon assis, il m’hurle presque dessus. J’hausse un sourcil. C’est plutôt lui, pour qui il se prend ? Il éclate de rire alors que je le regarde, croisant son regard. J’allais rappliquer mais je sens qu’il serre mes poignets dans la neige. « Non, bébé, arrête, peu importe l’idée pourrie que tu as en tête ! » Je tente de le raisonner mais trop tard, il siffle. Je me débats alors comme une forcenée, comprenant qui va m’arriver. « NOOOOOOOOOON ! » Les chiens viennent me lécher allègrement le visage. J’hurle de toutes mes forces alors que je me débats encore plus. Je finis par me dégager par on-ne-sait-quel-miracle et je me lève rapidement. Je ne prends même pas le temps de me passer une main gantée sur le visage, je siffle le Benny tout dégueulasse et commence à marcher vers le périphérique, plus vexée que jamais. On ne touche pas au maquillage, pour la seconde putain de fois.

Après être rentré au chalet, j’ai passé un temps fou à nettoyer Benny. Il était un état affreux. Heureusement que le chalet compte deux salles de bains. Nous avons déjeuné après que j’ai fini par ne plus bouder mon brun. Ce fut long mais j’y suis parvenue. Ensuite, nous sommes partis faire du ski et là, l’apothéose. Un feu d’artifices de bonheur. J’en avais des crampes au niveau du ventre. Alistaire est un sacré numéro sur une paire de skis, c’est incroyable. J’ai joué les professeurs toute l’après-midi et j’avoue que je n’ai pas profité de me faire une belle piste. J’irai le lendemain matin, quand Alistaire dormira pour essayer de se remettre de sa journée. On a fini par rentrer. Vite débarrassés de nos affaires de ski mouillées, nous sommes passés sous la douche pour nous réchauffer un peu tandis que le soleil se couche sur la montagne. J’ai savonné le corps de mon beau brun, le regard plongé dans le sien. Je suis hypnotisée par sa beauté brute, comme un roc taillé dans la pierre. Celle qui me fait tant flancher, et qui le fera encore à l’avenir. Je lui ai glissé des mots doux, sous l’eau chaude, dans le creux de son oreille. Je chéris ces moments qu’on passe, tous les deux. J’en savoure chaque seconde. Une fois sortie, je me suis occupée un peu de moi, enfilant une jolie nuisette de satin bleue marine et une veste bien chaude. J’ai traversé le salon, avant de rejoindre la cuisine. J’ouvre le frigo, d’un air songeur. « Qu’est-ce que tu as envie de manger, bébé ? » J’ai les crocs, ça creuse le ski. Je pense aussi à aller me chercher un antalgique. Quelques douleurs se font sentir déjà, la reprise ne va pas être si simple. Je réfléchis encore, je n’ai pas envie d’imposer quoi que ce soit.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Sam 9 Mar - 16:54





 




Mademoiselle Montesano a décidé de bouder parce que les chiens lui ont lécher le visage. Non mais je rêve. Elle a bien bouder le restant de la matinée tandis que je l’ai laissé se débrouiller pour laver son chien, les miens ne se roulent pas dans la merde, malheureusement pour elle. Le repas s’est bien passé et elle a décidé d’arrêter de bouder, heureusement. J’en pouvais plus d’être dans mon coin, a lire sans sentir sa présence près de moi. Nous sommes partis faire du ski et bon sang, je suis vraiment une sacrée quiche sur une paire de ski. Presley m’a bien aidé mais il n’y a rien à faire. Elle s’est foutu de moi toute la journée, la vilaine. Une fois rentrés, nous sommes partis à la douche, tranquillement. Je me sens super fatigué de ma journée, j’ai l’impression d’être une guimauve. Je n’ai même pas la force de faire à manger alors que j’adore ça. Alors qu’elle me glisse des mots doux, je sens mes lèvres qui s’étirent en sentant sa main me passer sur le corps. La douche se termine tranquillement, en amoureux, doucement mais sûrement. J’aime nos moments de calme. Nous sortons de la douche et je pars enfiler mon jogging avec un sweat. J’ai froid et je suis fatigué, j’ai juste envie de dormir mais il faut manger. J’ai l’impression d’être défoncé, c’est terrible. J’ai les jambes en compote et je m’effondre dans le canapé alors que Lily vient me lécher la joue. « Ma grosse. » Je caresse la chienne en relevant le regard vers ma brune. « Ce que tu veux bébé, je te laisse décider pour moi. » Je me redresse et je viens près d’elle. « J’ai envie de sucre. » J’embrasse le haut de sa tête. « Est-ce qu’on se ferait pas des pancakes, encore ? » Je fais couler un café.


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Sam 9 Mar - 23:16





 





Notre journée a été bien chargée, autant en bêtises que physiquement. Alors que je passe devant lui qui est posé dans le canapé, je le vois bien qu’il est juste extrêmement fatigué. J’en grimace discrètement, d’ailleurs. Le ski, quand on est débutant, c’est extrêmement difficile pour les muscles. Ils sont beaucoup sollicités. Alors que j’ai le nez dans le frigo, il me laisse le choix du dîner mais plus je regarde le frigo, moins j’ai envie de manger. Lui a envie de sucre. Il embrasse le sommet de mon crâne en passant pour aller se faire un café. Soudain, je me frotte les yeux. Ça, c’est mon signal corporel qui dit d’aller me coucher sans tarder. Je soupire en fermant le frigo. « Hey, bébé. » soufflais-je en m’approchant de lui, doucement. « Tu ne veux pas qu’on aille se coucher direct, là, tout de suite ? » Je lui attrape la main où il n’y a pas sa tasse de café, je le tire vers moi. Je croise son regard, le tirant lentement vers la chambre. « Demain, je te fais une montagne de pancakes si tu veux mais là, je veux juste me blottir dans tes bras et dormir douze heures d’affilés. » J’affiche une petite moue mi-fatiguée, mi-suppliante pour qu’il accepte. Il ne faut pas longtemps avant qu’on se glisse dans le lit, ma nuisette et son jogging rejoignant le sol à l’unisson.


JOUR 4

Aujourd’hui, j’avais réservé une très belle surprise à mon beau brun : une balade en chiens de traîneaux. Il n’y a même pas de mots pour dire à quel point cette activité était géniale. J’ai pris des photos magnifiques d’Alistaire avec les chiens. Elles valent de l’or à mes yeux, celles-ci. Un traîneau chacun, filer entre les sapins sous un beau soleil. C’était un vrai moment de liberté, un bon bol d’air frais. On a mangé le midi avec les deux guides et les chiens, en pleine montagne. On a beaucoup échangé, partagé. J’ai adoré cette journée, peut-être plus que les autres. Alistaire semblait être aux anges. Pour ma part, j’ai eu du mal à rentrer tellement je me sentais sur un petit nuage. Une journée hors du temps, de toute civilisation et c’était parfait. Juste lui, moi, les chiens, la nature. Les yeux qui pétillent encore au soleil couchant, nous voilà rentrés. J’ai été me mettre à l’aise, une nuisette noire en satin et mon éternelle veste bien chaude sur le dos. Pieds nus, je retourne dans le salon et j’allume un feu. Je ne sais pas où est passé Alistaire mais mon Benny vient me voir alors que je m’assois devant le foyer naissant. Il vient se mettre sur mes jambes croisées en tailleurs. Je lui caresse vigoureusement le poil. « Oh oui, tu es beau, mon p’tit prince. » Non, je ne suis pas gaga, c’est faux. Je pose mes yeux sur les flammes, les yeux un peu dans le vague alors que ma main caresse le poil de Benny. C’est silencieux, paisible. Je profite de ces instants de calme. Il se pourrait que cela ne dure pas éternellement.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Dim 10 Mar - 0:22





 




DAY FOUR


La journée à juste été dingue. Aussi bien en surprise qu’en saveur. Presley m’a fait le plus beau des cadeaux, de A à Z. Je suis toujours sur le cul de cette journée. Les sensations étaient dingues et je me sens ressourcé. Je suis triste de partir et de dire au revoir aux chiens de traîneaux. Nous rentrons tranquillement au chalet et je me fais assaillir par mes deux monstres qui sentent les nouvelles odeurs. Je ricane en les regardant avant de voir Presley partir se mettre à l’aise. Je la suis dans la chambre et je l’embrasse à pleine bouche pour la remercier. Je passe mon jogging et je reviens pour faire un café et un thé pour nous deux. Tandis qu’elle allume un feu, je me ramène et pose nos boissons sur la table. Je l’observe faire un câlin à Benny avant de passer ma petite tête sur son épaule. « C’est pas moi ton petit prince ? » dis-je, faussement choqué. Je ricane un instant et je viens embrasser sa joue. « Merci mon amour pour cette journée, c’était génial. » Je viens près d’elle et je l’entoure de mes grandes jambes. J’embrasse sa nuque en humant l’odeur de ses cheveux. « C’était chouette aujourd’hui, hein ? » Je lui rapproche son thé tandis que je bois mon café. Lily et Rufus viennent à leur tour se faire caresser. Je me cache dans les cheveux de Presley. « Attaque de chiiiiiiiens ! » Le calme s’est envolé mais le bonheur est bel et bien présent.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Dim 10 Mar - 1:08










Nous venons de rentrer de notre excursion juste incroyable et Alistaire a l’air ravi autant que moi. Je crois qu’on a vraiment profité de cette journée à fond et que ça nous a bien rechargé les batteries. Alors que je me change tranquillement, je vois mon brun venir vers moi et m’embrasser comme si j’étais son oxygène. J’ai prolongé en sous-vêtements devant lui. Si j’avais pu bondir sur lui, je l’aurais fait immédiatement mais il se détache de moi en me faisant un grand sourire. Il a forcément une idée en tête, je commence à le connaître à force. Il se change lui aussi et me laisse terminer. Je reviens dans le salon et je vais nous faire un bon feu. Assise devant, je sens que Benny est en manque de câlin. Je le caresse, l’appelant par un petit surnom affectueux. Concentrée sur le moment de complicité avec mon chien, je n’ai pas senti Alistaire s’approcher de moi. Je sursaute légèrement avant d’éclater de rire, plus pour faire passer la frayeur. Je tourne la tête vers lui avec un petit sourire mignon. « Non. » commençais-je. « Toi, tu es mon roi et tu as mon cœur, c’est encore mieux, non ? » Je ricane avec lui et je me laisse embrasser, mes joues rougissent légèrement. Alors qu’il m’entoure de ses jambes, il me remercie de cette belle journée. « De rien, mon cœur, avec plaisir. » Nos visages se touchent au niveau de nos tempes et je savoure ce moment en fermant les yeux. Je le sens qui hume mon parfum avant d’embrasser ma nuque. Je me laisse aller contre son torse, mon cœur déborde. Qu’est-ce que je l’aime, mon Ali. « Tellement chouette, dommage qu’on ne pouvait pas acheter un chien. » dis-je avant de glousser. Ils m’auraient fait craquer, je crois. Je suis officiellement suicidaire. Je sens Alistaire m’approcher une tasse. « Merci, bébé. » dis-je, en prenant ma tasse entre les doigts. Benny me regarde alors, presque implorant. « Attends garçon, je me réchauffe les mains, tu devrais être content. » Les mecs, ils se vexent pour un rien parfois. Soudain, les deux autres dingues viennent nous rejoindre. J’ai tout juste le temps de poser ta tasse sur le rebord de la cheminée avant de nous faire attaquer. Alistaire se cache entre mes cheveux sauf que même Benny s’y met, je nous fais basculer en arrière dans un éclat de rire. Je me retrouve sur Alistaire, je me retourne en me prenant des léchouilles dans la figure. J’ai mal au ventre tellement je rigole. A quatre pattes, je remonte jusqu’au visage de mon brun, laissant mes cheveux nous protéger, nous offrant un rideau de tranquillité mais pour combien de temps ? Je me mords la lèvre pour éviter de rire encore un peu plus. « Ils sont fous, non ? » dis-je, en secouant la tête. « Par contre, toi, tu es beaucoup trop beau. » Je me mords la lèvre doucement. J’amorçait une descente vers ses lèvres lorsque Rufus se faufile entre mes cheveux et me lèche la joue, la bave qui va avec. Je me relève très vite, sautant dans le canapé, coussin sur le ventre pour faire une éventuelle parade. « Il est baveux, ton chien, bébé ! » J’éclate de rire comme une gamine. J’en pleure presque avec tout ça. Je me sens légère, parfaitement bien. Je suis heureuse, tout simplement.

(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Dim 10 Mar - 20:55





 




Je me rapproche d’elle dans le but d’avoir des câlins à mon tour, faussement vexé par l’amour qu’elle porte à son chien. Je me retrouve face à une jolie déclaration, avec un beau sourire. Je me mords la lèvre, ne sachant pas comment réagir, je viens l’embrasser sur le front. « C’est bien mieux, bébé. » Je viens lui faire un câlin pour la remercier de cette superbe journée, je l’interroge pour avoir son avis et j’éclate de rire dans son cou. « Encore un chien ? T’as pas l’impression qu’on en a déjà assez? » Ils sont pas petits les nôtres, en plus. Je lui rapproche sa tasse tandis que je bois dans la mienne. Je me sens bien, je me sens serein, heureux avec elle et nos chiens dans ce joli chalet. Je regarde Benny qui quémande pour les câlins et je viens passer mes mains sur sa tête alors que sa maîtresse se réchauffe les mains. « Elle arrive ta mère, t’inquiète. » J’embrasse le cou de Presley au passage. Les miens viennent nous rejoindre pour un câlin collectif et je souris en les sentant venir prendre autant de cache place que possible. Je me cache dans les cheveux de Presley tandis qu’elle nous fait nous coucher sur le sol. J’éclate de rire avec en tentant de me cacher tant bien que mal avec cette attaque de léchouille. Elle remonte au dessus de moi pour se cacher et j’éclate de rire en la regardant faire. Ses cheveux nous cachent tandis que les chiens tentent de s’immiscer dans cette cachette. « Ils sont totalement cons, surtout.» Je me mords la lèvre en croisant son regard, elle est tellement belle ma brune. Je rougis a son compliment. « Et toi t’es.. » Je ne termine pas ma phrase. Rufus a trouvé la cachette et il vient lécher la visage de Presley tandis que je me redresse sur mes coudes. Elle saute sur le canapé pour se cacher alors que je me fais attaquer. J’ai la gueule pleine de bave quand elle me dit qu’il est du genre à baver. « Non, tu crois ? » J’éclate de rire en venant la rejoindre. Benny saute sur le canapé et Lily aussi. « NON ! PAS LE CANAPÉ ! » Je n’ai aucune autorité dans ce moment de détente et je me lève pour courir, les emmenant avec moi autour de l’îlot central de la cuisine. « Au secouuuurs! » Je fais plusieurs tours avant de revenir dans le canapé pour me cacher. « Bébé, sauve moi. » Je l’implore presque.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Dim 10 Mar - 23:36










Je regarde autour de nous et, plus précisément, les chiens. J’hoche la tête en pinçant les lèvres. « Tu as raison, je crois qu’on va s’arrêter là. » dis-je, en gloussant légèrement. « Ce ne serait pas raisonnable. » Je suis folle par moment, moi. Mes mains sur ma tasse, Alistaire prend le relais de caresser mon chien. Je glousse même quand il parle à Benny, m’appelant sa mère. Je me blottis contre lui quand il m’embrasse dans le cou, je frémis le plus silencieusement possible même. Tout m’électrise avec lui, c’est fou. Soudain, on se prend une attaque de chiens dans la figure et je nous plaque au sol. Nos rires se mêlent et je remonte son corps à quatre patte le plus vite possible avant qu’il se fasse lécher par les fauves. Mes cheveux, qui forme un voile autour de nos têtes, nous protège mais certainement pas pour longtemps. Mon brun résume parfaitement la situation, je souris alors avant de me mordre la lèvre. Je le vois rougir et j’écarquille les yeux. Depuis quand Alistaire Calgrini rougit ? Soudain, on est coupé. Autant par la phrase que par mon amorce de descente vers ses lèvres. Rufus qui me lèche la joue et me bave dessus. J’ai sauté si vite sur le canapé que j’ai laissé Alistaire, qui se fait attaquer. Je ne peux m’empêcher d’éclater de rire, avec mon coussin contre mon ventre. C’était avant que Lily et Benny grimpe sur le canapé. « Filez d’ici, j’ai eu assez de bave comme ça ! » dis-je, en brandissant mon coussin. Ils finissent par descendre de là en voyant Alistaire qui fait le tour de l’îlot central, les chiens à ses trousses. Je le vois faire et je ne peux plus m’arrêter de rire, je me tords de rire dans le canapé. Des larmes roulent sur ma joue. Il a tellement l’air fin comme ça, torse nu dans le chalet. J’ai mal à mes abdos, j’en peux plus. Il revient soudain dans le canapé, m’implorant de l’aider. Je tente de reprendre mon souffle avant de siffler d’un coup sec dans la maison. « Au panier, tout le monde. » Les chiens s’exécutent, sauf Benny qui se montre récalcitrant. « Même toi, ne fais pas l’innocent, allez. » J’ai un sourire sur les lèvres alors qu’il a les oreilles un peu basse. « Plus tard, p’tit prince. » Je me tourne vers Alistaire, qui est tout agglutiné dans un coin. « Tiens, attends, je vais te chercher un truc qui va te requinquer tout de suite. » Mon souffle enfin repris, je me lève et va dans le frigo prendre le beau cheesecake que j’ai fait ce matin, pendant qu’Alistaire dormait comme un loir. Le coulis de framboise, deux assiettes, deux cuillères, un couteau. Je me rassois dans le canapé, tout mon bazar dans les mains. « Je suppose que tu veux du cheesecake tout frais, fait avec amour par ta Presley. » dis-je, en me léchant les lèvres. J’en salive d’avance. Je nous sers deux parts et sur la mienne, un généreux filet de coulis. Je tends l’assiette à mon brun. « Bon appétit, bébé. » dis-je, en souriant. Je ferme les yeux et mes papilles explosent. Une merveille. Je fonds. « Qu’est-ce qu’on fait ce soir, alors ? » On se demande tous les soirs ce qu’on va faire. Hier, c’était piscine nocturne. Je prends un air songeur en me calant contre lui. « On a peut-être un jeu de cartes, ici. » dis-je, dans mes moustaches. Je continue de chercher tranquillement. On a toute la nuit, après tout.
(c) DΛNDELION

Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 11 Mar - 0:22





 




Alors que la bataille fait rage dans la maison, je vois ma brune prendre sa casquette de femme autoritaire. Je me mords la lèvre en la regardant faire. Ce qu’elle est sexy dans cette posture. Je viens poser mes mains sur ses hanches et je l’embrasse dans le cou. « Merci SuperPresley. » Elle me dit qu’elle va me chercher quelque chose qui pourrait me remonter et je la vois sortir un superbe cheesecake. Ok, maintenant, c’est moi qui bave. Je me ramène près de la table alors qu’elle y pose le gâteau avec le coulis. Mon dieu, cette femme est parfaite. « Bien sûr que j’en veux, mon amour. » Je souris en coin en la regardant. Je viens attraper ses lèvres pour y déposer un baiser tandis qu’elle nous sert deux belles parts et qu’elle retourne dans le canapé. Je la suis en me calant dedans, bel et bien prêt à déguster ce superbe gâteau. J’attrape l’assiette entre mes doigts et je goûte. Bordel. « Ch’est chuper bon bébé. » Elle me demande ce qu’on fait ce soir et j’ai deux idées qui se bousculent. L’une qui entraînera sûrement l’autre. « Je te fais tester la verte ce soir ? » Je me pince les lèvres quand elle me propose une partie de carte. « Nonononon. Je veux te voir défoncée, bébé pour te faire découvrir de nouvelles sensations. » Je pose mes yeux sur le coulis avec un petit sourire. « Et jouer avec ce coulis sur tes seins. » Je souris en coin en la regardant. « Seulement si tu le veux. Je ne te force à rien. » Dans tous les cas, je me lève pour aller me rouler une petite batte tranquillement. Je le fais tranquillement, en sifflotant, entre deux bouchées de gâteau.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 11 Mar - 1:29





 





Après avoir renvoyé tout le monde au panier, je vais chercher quelque chose qui va nous faire du bien. Un cheesecake, tout frais de ce matin, et son coulis de framboise. Je vois mon brun qui semble avoir l’eau à la bouche. Je nous sers deux belles parts et en donne une à Alistaire, me calant contre lui pour déguster cette merveille. J’éclate de rire alors qu’il me dit que c’est bon, la bouche pleine. « Merci bébé, je suis contente que tu aimes. » dis-je, en souriant. C’est vrai qu’il est bon, tout droit sorti de mon carnet de recettes. Une mine remplie de trésors, mon carnet. Alistaire n’est pas encore tombé dessus, silence. Je demande alors ce qu’on va faire ce soir. Je réfléchis quelques instants. Mon brun n’hésite même pas. Je manque de m’étouffer avec un morceau du fond de tarte. Fumer, là maintenant ? Vite, vite. Une diversion. Je propose maladroitement les cartes. Je suis battue, il a vu clair dans mon petit jeu. Je l’écoute me dire qu’il veut me voir défoncée, qu’il veut me faire vor d’autres horizons et je sens mon ventre se contracter quand il parle de jouer avec mon coulis sur mes seins. Je reste sans voix, interdite, la bouche grande ouverte. Je pose mon assiette à peine débutée sur la table basse. J’ai l’estomac trop noué, tout d’un coup. Je retire ma veste en soupirant, me retrouvant en nuisette. Il fait chaud, bon sang. Je n’arrive pas à sortir un mot. Il ne me force à rien mais je me rends compte que je ne suis que trop curieuse. Il se lève alors et j’en profite pour me mettre à l’opposé de lui, les jambes rempliées et un coussin que je serre contre mon ventre. Je suis anxieuse, putain, alors que lui, il sifflote en préparant l’arme du crime. « Je vais ressentir quoi, bébé ? » Je suis certaine que ça va me faire lâcher prise et arrêter de me faire poser mille questions. Ce n’est peut-être pas plus mal, à vrai dire. « Vendu. » dis-je, décidée. « Qu’est-ce que tu me fais pas faire, toi. » Je lève les yeux aux ciels en me mordant la lèvre. Alors qu’il allume le joint entre ses délicieuses lèvres d’un coup de briquet, quelque chose me dit que je ne vais pas le regretter.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 11 Mar - 9:49





 




Un délicieux cheesecake passe entre mes lèvres, bon sang, elle sait cuisiner. C’est un régal d’être avec elle et de servir de cobaye pour ses gâteaux. Alors que la question du soir arrive, je souris en coin en lui proposant de fumer avec moi. Elle n’a jamais fumer et quitte à le faire, autant le faire ensemble. Je la vois se tortiller dans le canapé face à ma question. Merde, elle est en train de passer par toutes les couleurs. Je lui garantie qu’elle n’est pas obligée. Je ne l’oblige à rien, d’abord. C’est une grande fille qui sait prendre des décisions et moi, je sais que je vais me fumer un pétard avec elle ou non. Je lui annonce aussi que j’ai des idées impures pour la suite de la soirée qui mettent en scène le coulis de fruit rouges. Gourmand ? A peine. Je la regarde rougir et retirer sa veste. Je vais chercher le matériel nécessaire et je la vois, stressée comme jamais avec le coussin du canapé contre elle. J’arque un sourcil à sa question. « Ca va te détendre et te calmer. Tu risques aussi de te taper le plus gros fou rire de ta vie. » Je lui souris en embrassant son crâne. Je continue de préparer mon pétard en sifflotant. Soudain, elle solde le deal et je souris. « Yes, baby ! » Je suis content et je remue mes fesses dans le canapé. Je ricane a sa phrase. « Eh, c’est ta décision, pas la mienne. » Je porte le joint à mes lèvres puis je l’allume tranquillement, dans le salon. Je tire quelques lattes dessus puis je lui passe avant de le reprendre. « T’as déjà fumé quelque chose au moins ? » Je tire sur le joint en la regardant. Je lui redonne en souriant.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 11 Mar - 14:34





 





Il me fait deux propositions qui me mettent dans un de ces états. J’ai lâché ma veste, mon gâteau, tout. Je suis en ébullition, tout d’un coup. Quand je lui demande ce que ça va me faire, il arque un sourcil. Ma question est complètement débile et irrationnelle. Je me rends compte que je me pose beaucoup trop de questions, je suis une vraie névrosée quand je m’y mets. Mon cerveau réfléchit à toute vitesse alors que je le vois rouler le fameux joint. Il m’embrasse le haut du crâne et j’ai un rapide sourire qui passe sur les lèvres. Je finis par accepter, ça ne pourra pas me faire de mal. Au pire, je m’endors ici et voilà. Il a l’air content quand je lui annonce, on dirait un gamin qui va déballer ses cadeaux de Noël. Je glousse en le voyant remuer ses fesses dans le canapé. « Tu m’as l’air bien heureux, quand même. » dis-je, en croisant son regard. Je lui souris mais le perd lorsqu’il porte qu’il allume le joint. Je le regarde tirer, en me mordant la lèvre. Je ne peux pas m’empêcher de le trouver sexy quand il fume, ça me fait penser à autre chose. Je récupère l’arme du crime entre mes doigts et passe ma langue sur mes lèvres. Le moment de vérité. Je tire qu’un tout petit peu et en essayant d’avaler la fumée, je me mets à tousser. Une jolie quinte de toux. Je lui refile le joint en portant ma main à ma bouche. « Une demi-cigarette, quand j’étais au secondaire. » dis-je avant de rougir. Autrement dit, rien du tout. Lui, c’était la fumette. Moi, je faisais fumer mon cerveau. Chacun son truc. Je retrouve mon souffle avant qu’il ne me repasse, je fais une deuxième tentative et ça passe un peu mieux. Mes yeux de chats se glissent dans les siens pendant que je tire. Je lui rends. « Pendant qu’on fait dans le ridicule, je vais t’avouer quelque chose. » dis-je en dégageant le coussin. Ah, ça commence tranquillement. « Avant qu’on couche ensemble pour la première fois, ça faisait deux ans qu’un homme ne m’avait pas toucher. » Je m’approche doucement d’Alistaire. « Allez, soirée confessions. » dis-je, avec un petit sourire taquin. « A ton tour, bébé. » Je pense que ça peut permettre de nous connaître encore mieux et moi, ça me passionne. Je me mords la lèvre, impatiente d’en savoir d’avantage.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 11 Mar - 19:41





 




Elle est là, sous mes yeux en train de tirer sur un joli pétard que je viens de lui concocter. « Toujours quand je suis avec toi, bébé. » Je l’observe faire en prenant mon pied mais elle s’étouffe comme une gourde. Je me passe la main à travers le visage et je lui souris en attendant qu’elle reprenne son souffle. Je prends le joint et je l’attrape entre mes lèvres. Je tire une grosse latte avant de lui redonner et de lui demander si elle a déjà fumé auparavant. On ne sait jamais. Je ricane. « Ce que t’es mignonne, bébé. » Une demie-clope. Je meurs devant tant d’innocence. Elle rougit tandis que je tire encore dessus, je m’éclate avec la fumée. Je viens caresser ses cheveux en souriant puis je me tourne vers elle, l’air hagard. « Va s’y, balance. Le ridicule ne tue pas. » Sauf que la nouvelle me tue. Deux ans. Deux ans. J’ai les yeux écarquillés. « Mais, mais.. mais. » Je la regarde. « Mais c’est pas possible ! Comment on peut passer à côté de toi sans avoir envie de te faire l’amour, bordel. » Ca me révolte. Elle se rapproche de moi et je pose ma tête sur la sienne. « Ok, soirée confessions. » Je souris en coin, tout en douceur. Le joint commence à faire effet sur moi aussi, je crois. Je réfléchis. « J’ai voulu devenir chimiste parce que je faisais tout tomber. » Je ricane. « Je me suis dit que ce serait encore plus cool de les faire exploser. » Je tire sur le bédo et je lui repasse. « A toi, bébé. » J’attrape le cheesecake pour en avaler un gros morceau. « Tu vas avoir la dalle, je te le dis. Ca creuse de fumer. »


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Lun 11 Mar - 22:27





 





Si on m’avait ce matin que je fumerai un joint avec mon chéri, j’aurais vraiment rigoler. Très fort. Pourtant, je suis bien là, à tirer dessus en fixant Alistaire, les yeux légèrement plissés. J’ai du mal au début. Mon expérience en tout ce qui se fume est très limité. Je le vois tirer une grande fois dessus avant de ricaner et me dire que je suis mignonne. Je rougis, je dois passer pour une enfant de cœur à côté de lui. Je baisse les yeux, gênée. Il faut croire qu’on n’a pas eu les mêmes priorités quand on était jeune. Moi, ça ne me dérange pas. Il me caresse les cheveux pendant que je lui balance une belle information. Il semble choqué, les yeux écarquillés, et je ne peux m’empêcher de rire.  Je me mords la lèvre en l’écoutant. « Il faut croire que les étudiantes en médecine brunes et coincées, ça ne fait bander que toi, mon cœur. » dis-je avant de grimacer légèrement. Il va me tuer, m’étriper pour avoir dit ça. Je ne donne pas cher de ma peau. Je viens dans ses bras et on se met d’accord sur une soirée confessions. Je lui souris aussi, ce beau sourire presque béat, avant de le serrer contre moi. A son tour de me confier quelque chose sur lui. Je l’écoute attentivement avant de relever les yeux vers lui, un sourcil. « Tu es vraiment étrange, bébé, c’est officiel. » dis-je avant de ricaner. Il me refile le joint et je tire dessus plus loin que les fois précédentes, captant une nouvelle fois son regard. Je lui souffle la fumée en pleine figure, très doucement, avant de me dire que c’est à mon tour. Je réfléchis intensément. Je vais avoir faim, apparemment. « Il faut croire que ça va, pour l’instant. » Mon assiette est encore là, pas loin. Je la finirai plus tard. Une ampoule s’allume dans ma tête mais je sens que je vais le choquer. Fuck, je m’en contre-fiche. « Je ne me suis jamais masturbée. » dis-je avant de tirer dessus et de lui rendre le bédo. J’éclate de rire avant de m’écarter de lui pour passer mes jambes autour de sa taille, pour venir me loger entre les siennes. Mes mains glissent sur son torse avec douceur, avant que je vienne m’appuyer en arrière, les bras tendus. Je me mords la lèvre pour éviter d’éclater de rire à nouveau. « C'est à toi, bébé. » Je me sens légère, c’est étrange comme sensation. Pas forcément désagréable, même.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mar 12 Mar - 0:32





 




Je l’entends se définir comme quelqu’un de coincé et je fronce les sourcils en la regardant, je lève les yeux au ciel. « T’es loin d’être coincée quand tu t’y mets, bébé. » Je repense à tous les coups de reins qu’on a pu partager et nos petits coups en douce. Elle vient dans mes bras, et je caresse son bras alors qu’elle fume. Le joint fait des allers et retours entre nos lèvres et ça me va très bien. C’est à mon tour et je lui avoue pourquoi j’ai choisi mon métier. J’éclate de rire quand elle me dit que je suis étrange. « Je suis très heureux de l’être figure toi. » Je caresse le bout de son nez avec le mien en souriant. Je lui explique que le fait de fumer donne faim mais apparemment, pour elle, tout va bien. C’est deux tableaux différents entre elle et moi. De son côté, elle parle et me raconte beaucoup de choses intimes. De mon côté, je suis en train de dévorer ma part de cheesecake et je commence à lorgner la sienne. « Tant mieux alors, bébé, profite parce qu’après tu vas avoir super faim. » Je souris en coin en la regardant. Je viens lui piquer un petit bout. C’est à son tour de se confier à moi et je l’attends en souriant. J’ai hâte d’en savoir plus sur ce bijou. La réponse arrive, plus grande et plus immense que jamais. Je tombe des nues en la regardant. « Attends, quoi ? » Je plante mon regard dans le sien. « Tu ne t’aies jamais masturbée ? » Je cligne plusieurs fois des yeux en la regardant. « Non mais bébé, va falloir arranger ça, hein. » Elle est morte de rire en plus. Je finis par ricaner à mon tour en la voyant aussi câline. Je viens la prendre sur mes genoux en la serrant dans mes bras. « Tu me rends dingue, bébé. » Je lui vole un baiser. Je réfléchis un instant. « J’ai fais ma première fois à 15 ans, dans une colonie de vacances. » Je l’embrasse sur le front quand une idée me vient. « Rapproche ta bouche de la mienne et mets tes mains comme ça. » Je lui montre avec les miennes en mettant ses mains pour faire un tube. « Quand je souffle, tu avales la fumée, ok ? » J’attends son signal et je rentre le joint dans ma bouche, je le serre entre mes dents avant de souffler et d’attraper ses lèvres pour y laisser la fumée. Je met mes mains autour des siennes et son front contre le mien avant de me retirer. J’écrase le joint dans le cendrier en souriant en coin. « Tu viens d’avoir ta première soufflette. Tu te sens comment mon coeur ? »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mar 12 Mar - 2:44





 





Il n’est pas content, comme je l’avais prédit. Les sourcils froncés, il me dit que je suis loin d’être coincée, seulement quand je le veux aussi. J’arque un sourcil, ça veut dire quoi ça ? Je secoue la tête légèrement. « C’est de ta faute, tu me pervertis. » dis-je, un sourire espiègle sur les lèvres. Il m’avoue la véritable raison qui l’a poussé choisir son métier. Il est fier d’être bizarre et moi, je l’aime comme ça. Alors qu’il éclate de rire, nos nez se frôlent. Je glousse avec lui avant de me mordre la lèvre. Ce que j’aime être avec lui. Il a faim, mon lion. Je le vois manger le cheesecake, qui ne va pas durer longtemps à ce rythme. Il me prévient que j’ai avoir faim après, ça se peut fortement. Je le vois taper dans mon assiette. Je fronce les sourcils et lui tape la main. « Fais gaffe, je mords. » dis-je, sur un ton un peu autoritaire. « Pas touche à mon gâteau. » Je lui tire la langue avant qu’un petit sourire apparaisse sur mes lèvres. J’aime bien le faire tourner en bourrique, le professeur. Ma seconde confession fait encore plus mouche que la première. Il me regarde, il a l’air sur le cul. Ses yeux captent les miens et je mords la lèvre pour éviter d’éclater de rire. C’est en répétant ma confession que j’explose. Je ne me retiens plus alors qu’il cligne des yeux, comme médusé. Il faut arranger cette situation, apparemment. Je calme légèrement. « Je t’avouerai que personne ne m’en a jamais donné envie. » C’est vrai, faut dire ce qu’il est, mais il y aussi pas eu l’envie de ma part. « Je pense que ça pourrait changer, maintenant que tu es là. » Je mords un de mes ongles entres mes doigts, espiègle. Pourquoi lui mentir ? Il est beau, on s’aime et j’ai très souvent envie de lui, c’est on-en-peut-plus normal jusque-là. On peut dire que je suis en bonne voie pour rattraper mes deux ans d’abstinence. J’entoure sa taille de mes jambes et il me fait grimper sur ses genoux, avant de me serrer dans ses bras. Je le rends dingue ? « Et moi donc, bébé. » soufflais-je, juste avant qu’il me vole un baiser. Il me confie qu’il a eu sa première fois à quinze ans, loin de chez lui. Je mords toute ma lèvre inférieure avant de glousser. « Bon sang, ça ne m’étonne même pas de toi, petit dépravé. » Je le colle comme un pot de glue, je crois que je suis câline encore plus quand j’ai fumé. Soudain, il me propose un truc étrange mais je ne me pose pas la question, je m’exécute. J’acquiesce quand il me dit d’avaler la fumée quand il souffle, en bonne élève que je suis. Je le vois se préparer, je crois savoir ce qu’il va faire. J’ai déjà vu mon frère le faire, une fois. J’aspire la fumée en fermant les yeux. Ce contact est plutôt court et je vois Alistaire écraser le joint alors que mes yeux papillonnent légèrement. Une soufflette, c’est cela même. Comment je me sens ? Je me laisse tomber dans le canapé, me retrouvant allongée entre les jambes d’Alistaire. J’ai le regard dans le vide, un sourire béat sur le visage. « Putain, je plane à quinze mille, mon amour. » dis-je en gloussant. J’étends mes bras au-dessus de ma tête, passant une main dans mes cheveux. Je me sens comme sur un petit nuage et ça fait du bien. Pas de prise de tête avec moi-même. De la sérénité, c’est tout. Je reste un instant, profitant du calme avant de me mettre sur mes coudes. Je croise son regard. Je suis certaine que mes pupilles sont bien différentes de d’habitude mais je m’en fiche. A moi de me confier, au fait. « Moi, ma première fois, c’était en vacances avec nos parents, aux Seychelles. » Je souris, face à ce qui va venir ensuite. « Sur une serviette de plage, sous les étoiles, au bord de l’eau. » Je marque une pause. « J’avais vingt-deux ans. » Je bascule ma tête en arrière pour éclater de rire. Il faut croire que j’ai tout raté en matière de sexe dans ma vie. C’est une catastrophe. « Sois indulgent, s’il te plaît. » dis-je, replongeant mon regard dans le sien. Je me veux implorante. J’avais vraiment d’autres priorités quand j’étais plus jeune, trop préoccupée par les livres, les cours. Qu’est-ce que je voudrais rattraper le temps que j’ai perdu, seulement c’est bien impossible. Je peux juste profiter de ma trentaine tout juste débutée bien à fond, je veux vivre et avec lui, si cela m’est possible. Je me redresse alors, attrapant mon assiette dans ma main. « Tu as raison, j’ai les crocs maintenant. » dis-je avant de savourer une bouchée. Je lèche la cuillère, je n’en perds pas une miette. Je plonge cette dernière dans le gâteau et la tend à Alistaire, un sourire taquin sur les lèvres. « Tiens, je ne vais te laisser mourir de faim, mon cœur. » Petite voix mielleuse pour en ajouter une bonne couche. Je vais mal finir si je continue mon manège, moi.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mar 12 Mar - 18:42





 




C’est qu’elle mordrait ma jolie brune quand je lui pique un peu de son gâteau, elle me tape sur la main mais ça ne m’empêche pas d’enfourner ma bouchée. Je ricane en la regardant avec son ton autoritaire à deux francs. Je l’écoute me faire une nouvelle confession et je dois dire que celle-ci me choque énormément. Je ne sais même plus quand est-ce que j’ai commencé à me masturber mais le fait qu’elle ne l’ai jamais fait, ça me choque beaucoup trop. Vraiment. « Mais. Je parle pour moi, hein. Se masturber c’est faire l’amour à soi-même, t’as pas forcément besoin d’une envie pour le faire, du moins d’avoir envie de quelqu’un. » Je comprends pas trop mais sa dernière phrase me fait sourire. « Coquine, va. » Je me mords la lèvre en la regardant avant de l’embrasser et de lui dire qu’elle me rends dingue. Les confessions vont bon train et je l’entends me dire que je suis un petit dépravé. Je ricane en la regardant, elle me colle comme du papier toilette sous une chaussure. « Le petit dépravé emmerde la sainte ni touche. » Je lui tire la langue alors que je me décide à lui faire une petite soufflette, histoire de la mettre en jambe. Finalement, la soufflette n’est pas petite et Presley me dit qu’elle plane à fond. J’éclate de rire en la regardant s’étirer comme un chat dans le canapé. Ses pupilles ont doublés de volume mais elle semble heureuse. Je ricane en la regardant faire. J’attends sa confession avec un petit sourire. Je me met bien dans le canapé moi aussi. Je m’appuie contre l’accoudoir et je la regarde en souriant. Putain, mais c’est un bébé du cul, c’est pas possible. Elle éclate de rire et moi aussi quand je la vois rire d’elle-même. Elle est parfaite, bordel. Je lui souris quand elle me demande d’être indulgent envers elle. « Toujours bébé. » Elle a faim la demoiselle alors que moi je suis repus. Elle prends une bouchée avant de m’en donner une. « Ch’ai toujours raishon, bébé. » dis-je, avec un sourcil relevé et l’air presque ingrat. Alors qu’elle termine son cheesecake, je me décide à l’attraper pour la poser sur mon torse comme une poupée. Je viens l’embrasser avec envie. « Je t’aime bébé. » Je continue mes baisers et j’en dépose sur ses joues, son front. « Je t’aime tellement putain, t’es comme un second souffle, un repos constant. T’es géniale et putain, je suis heureux d’être tombé sur une perle comme toi mon amour. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mar 12 Mar - 20:38





 





J’hausse un sourcil avant de me mordre la lèvre pour éviter de rire. Mon brun porte bien haut l’étendard de la masturbation, il en parle comme si c’était cher à son cœur. « Oui et bien, il faut croire que je n’ai pas envie de faire l’amour à moi-même, hein. » dis-je, en croisant son regard. Je n’en sais rien à vrai dire, mon cerveau a fait une croix sur la prise de tête. « Et non, je n’en suis pas une, tu dois confondre avec une autre femme. » dis-je, un petit sourire espiègle trahissant mon état d’esprit. On s’embrasse ensuite. On se rend dingue mutuellement, on le sait mais on aime se le répéter encore. Il ricane quand je lui dis qu’il est un petit dépravé et je pense que l’on n’est pas loin de la vérité. Je me mords la lèvre. « Sainte ni touche ? » dis-je, d’un ton interrogateur. « Tu me vois comme ça, intéressant. » Un petit sourire étire mes lèvres. « Je vais me faire un plaisir de te montrer encore une fois, que ce n’est pas le cas. » Ma langue passe rapidement sur ma lèvre inférieure, humidifiant ma peau. Après la soufflette, je me laisse couler dans le canapé. Je l’entends se moquer de moi mais je m’en fous, je suis terriblement bien. Je le sens qui bouge dans le canapé et je me confie sur ma première fois plutôt tardive. On rigole ensemble et il reste gentil, je l’en remercie d’un petit clin d’œil après m’être redresser sur mes coudes. Je m’assois alors entre ses jambes et je mange mon gâteau, mon estomac crie famine subitement. Il a toujours raison, apparemment. « Et moi qui vient de sacrifier un morceau de ce bon gâteau pour toi alors que tu me sors des vacheries. » Je roule des yeux et finis ma part rapidement. J’ai tout juste le temps de poser l’assiette sur la table basse qu’il me porte pour m’allonger contre lui. Je glousse légèrement, c’est scandaleux à quel point il me soulève avec facilité. Je m’installe contre lui, tête contre ses pectoraux. Soudain, j’ai les joues qui rougissent. « Moi aussi, je t’aime bébé. » Son baiser se fait langoureux, j’y décèle de l’envie. Ça m’électrise dans la seconde. Mon Ali, il a un de ces pouvoirs sur moi, c’est fou. Il embrasse tout mon visage et mes mains glissent dans son cou. Par contre, je ne suis pas prête à la déclaration qui suit. J’en perds le souffle, je croise son regard en me mordant la lèvre. Respire, Montesano, respire. Je vais faire une attaque, bordel. Je retrouve l’usage de la parole. « Je.. » Pas totalement, à première vue. « Si après ça, tu ne me fais pas l’amour, je m’appelle plus Presley. » Mes joues rougissent. Non, je ne crois pas qu’il fallait répondre ça. Fumer de la verte, ça me grille le cerveau à première vue. Je me rattrape aux branches, vite. « Je t’aime comme une folle, mon cœur, et c’est toi qui est génial. » C’est simple mais tellement criant de vérité. Mon souffle s’est accéléré, tout comme mon rythme cardiaque. Je n’en peux plus. […]


(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le Mar 12 Mar - 21:30





 




Je crois que ma déclaration l’a mise en surchauffe. Je me pince les lèvres en la regardant avant de l’entendre me dire que si je ne lui fais pas l’amour tout de suite, elle ne s’appelle plus Presley. J’éclate de rire. « Crois moi, tu vas continuer à t’appeler Presley, bébé. » Je me mords la lèvres avant de capturer ses lippes.



(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé


(alistaire) Aspen those nights with you. - Page 2 Empty
Re: (alistaire) Aspen those nights with you., le

(alistaire) Aspen those nights with you.

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2019-