AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy]


Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 12:46





 




La nuit se veut calme, douce, tranquille. Le sillon de ma cigarette trace des traits dans l’air du soir. J’attends que les étoiles apparaissent dans le ciel. J’ai hâte qu’elle vienne, que je puisse m’enfermer dans cette immensité et éviter de penser, de penser à tout. Ma cigarette se consume lentement. J’entends encore le ton hargneux d’Elijah dans mes oreilles. Ce « C’est tout un art, bébé. » et ce surnom, putain mais quel connard. Je repose ma tête dans le fauteuil, dans le fond, je me calme, je profite de ce calme avant qu’une tempête s’abatte sur moi. Ses bras sur les accoudoirs, son souffle qui vient s’écraser sur mon visage à mesure où il déploie ces mots pleins de rage, pleins de haine. Je l’écoute, sans rien dire jusqu’au moment où c’en est trop. L’agressivité, l’adrénaline, la rapidité qu’il prends commencent à me taper sur les nerfs. J’éclate en attrapant ses joues entre mon pouce, mon index, mon majeur et mon annulaire droit. Le petit doigt reste en l’air, signe de la bourgeoisie dans laquelle j’ai été élevée et conditionnée. Sa face entre mes doigts, les sourcils froncés, je suis prête à me lâcher mais, parce qu’il y a un mais, son regard plonge dans le mien. Ce que je veux ? Je n’en sais rien. Je ne sais plus. « Il va falloir que tu comprennes, Elijah, tu n’es pas le seul dans cette situation de merde. Je suis tout aussi paumée que toi dans cette relation. Je te hais autant que je t’aime parce que je ne sais pas ce que je veux venant de toi. J’ai envie de t’éclater les yeux en enfonçant mes doigts dans les orbites mais j’ai envie de t’embrasser en même temps et de laisser mes doigts se perdre dans tes cheveux. J’ai envie de passer chaque nuit contre toi pour avoir l’occasion de te trancher la jugulaire quand j’en aurai envie. J’veux voir le démon ressortir de toi à chaque instant mais je rêve de pouvoir lui serrer la main et de faire un pacte avec le diable. » Je m’arrête en reprenant comme si j’avais eu une illumination. « J’ai l’impression de faire un pacte avec le diable à chaque fois que j’avance un peu plus avec toi et bordel de merde, ça me plait. J’aime cette tension, cette corde raide sur laquelle on marche. Mais je suis comme toi. J’suis perdue. Je sais pas quoi dire de notre relation, je sais même pas si selon les codes sociaux, on est dans une relation ou non, puisqu’on ne couche pas ensemble et que tu ne sais pas ce que tu ressens. » Je prends mon souffle en repoussant sa tête loin de moi. « Je veux qu’on ait de la transparence l’un envers l’autre. Je veux qu’on se dise qu’on ressent, putain. » Je soupire, fort. « Pour l’instant, j’ai autant envie de te faire passer par dessus la terrasse et de voir ton crâne s’éclater comme un œuf dans le jardin que de t’embrasser à pleine bouche et de baiser comme un chien. » Je me lève en venant vers lui, j’attrape une nouvelle clope au passage. Je me remet dans le siège quand je l’entends me dire que je le saoule. « Toi aussi, bébé» Je souris en coin. J’ai tellement envie de jouer avec lui. De lui tirer dessus avec un revolver en le regardant courir pour éviter de se faire prendre. « Je te saoule parce que tu comprends pas ce que je te fais. Tu m’emmerdes parce que tu me fais ressentir des choses dont j’ai peur d’être la seule à ressentir. » Je le regarde un instant. « Et putain, j’veux pas te perdre parce que t’es le seul connard que je suis capable de supporter nuit et jour, parce que je t’apprécie plus que n’importe qui aussi. Tu me fais découvrir une part de moi qui n’est jamais été découverte auparavant.» Je baisse la tête vers le sol avec un petit rire. « C’est tout de même drôle de voir qu’on est dans le même panier et incapables de se laisser aller, de se laisser aller vers la normalité quand on voit l’attraction qui nous fait flipper. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 13:08










Elle tient ma tête entre sa main et j'ai l'impression d'être un enfant qui en a trop fait. Beaucoup trop fait. Je ne prends même pas le temps de la couper. Mon agressivité l'a poussé enfin à parler. C'est bien ce que je voulais non? Mais ça ne nous avance absolument en rien. Aucune réponse particulière. On s'aime tout comme on se déteste, c'est dit et redit et il faut croire que notre relation -si on peut poser ce genre de mot- ne consiste qu'à ça. Elle me relâche et je m'échappe mais elle continue de parler, me rendant la pareille avec ce surnom de merde. J'attrape la bouteille que j'ai complètement zappé sa position et bois encore comme si cette situation allait m'aider à oublier et à régler mes problèmes. Mais ses dernières paroles passent en replay dans mon esprit. "Nous ne sommes pas normaux. C'est pas pour nous tout ça." Quelle belle conclusion n'est-ce pas? Elle a tout de même sous-entendu qu'elle ressentait des choses. Wow, moi qui pensais qu'elle n'était qu'un coeur de pierre, bien que ce soit l'hôpital qui se fout de la charité. Une autre gorgée et je les enchaîne avant de poser violemment la bouteille sur la table basse et de me ramener vers elle, attrapant sa cigarette des mains pour la jeter à travers ciel. Je lui serre le poignet fermement afin de la tirer vers moi et de l'embrasser d'une passion que même Roméo et Juliette ne connaissait pas. "Tu préfères ce genre de contact?" lui demandais-je sur le même ton agressif qui n'est apparemment pas prêt de partir. Et je recule rapidement, la ramenant à l'intérieur tout en me tenant à la barre pour ne pas que nous tombions. Et je continue de l'embrasser, mes baisers déviants parfois dans son cou. Je l'aime. Je l'aime. Je l'aime. C'est tout ce que mon cerveau a en bouche. Se détruire pour mieux se retrouver. Elle a beau avoir signé un pacte avec le diable, moi, je n'ai rien signé du tout et encore moins pour ça, je crois. Une fois en bas, dans la pièce principale, je récupère ses jambes pour les ramener autour de moi et rapidement je la plaque contre un mur pour garder mes appuis et je continue, mes baisers s'en allant sur ses épaules comme si tout ce qui comptait était cette personne de chair et la haine que j'ose éprouver pour elle. "Fais moi mal. Blesse moi. Torture moi si cela t'enchante. De toute façon, j'ai signé mon arrêt de mort avec toi en te laissant la possibilité de me détruire tellement je suis vulnérable en ta présence." l'agressais-je verbalement avant de la mordre. Et je la relâche, la maintenant toujours contre ce putain de mur. Heureusement que ce ne sont pas ceux en ardoise, j'aurais eu les boules de devoir les repeindre encore. "Qu'est-ce que t'attends? Tu vas rester là à ne rien faire encore, femme?" Mes paroles se pourraient amicales comme on passe notre temps à le faire mais ce n'est pas l'heure de l'amusement. On aura tout le temps pour ça il faut croire, une fois qu'on en aura fini une bonne fois pour toute.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 14:04





 




« Nous ne sommes pas normaux, c’est pas pour nous tout ça. » Ce sont les seuls mots qui me restent en tête quand Eli pose ses lèvres contre les miennes. Il me tire, me faisant mal aux poignet mais je n’en ai rien à foutre. Il est en train d’allumer quelque chose ne moi que je ne connaissais pas. Ses lèvres s’écrasent sur les miennes et je continue de l’embrasser, à pleine bouche. Je ne veux rien perdre de ce foutu moment. Alors qu’il me demande si je préfère ce genre contact, ma bouche remue contre la sienne pour dire « oui », je le sens nous pousser dans les escaliers. Je le suis avec prudence, je ne veux pas que nous nous fassions mal en descendant. Ce serait con, beaucoup trop con. Ses lèvres poussent les miennes en un baiser enflammé. Jamais, je n’ai ressenti cette brûlure intense dans mon bas ventre, jamais. Certains de ses baisers tombent dans mon cou, et malgré moi, je me retrouve à gémir distinctement. « Putain, Eli. » Mes mains caressent ses cheveux et d’une seconde à l’autre, je me retrouve contre le mur, mes jambes autour de ses hanches. Je le sens se coller contre moi, encore une fois. Le contact n’est pas désagréable, loin de là. Je soupire contre ses lèvres en tentant de reprendre mon souffle. Tout varie. Ses baisers, l’intensité, ma respiration qui s’accélère quand il m’embrasse l’épaule. Je le regarde lorsqu’il me parle, je ne l’ai jamais autant regarder dans les yeux que maintenant. J’esquisse un sourire avant de venir jouer avec le lobe de son oreille. Je le hais, mais bordel, ce que je l’aime. Sa morsure me laisse pantelante. Mes jambes tremblent autour des siennes. Mais il m’agresse, verbalement, soutenant que je ne fais rien. « Tais-toi, putain. » Les sourcils froncés, je le pousse, j’échange nos positions contre les murs. Je viens contre lui, je l’embrasse. Il sait que c’est la première fois pour moi, pour nous. Je ne suis pas experte en la matière mais je tente de le chauffer. Mes lèvres descendent dans son cou, je mordille quelques bouts de peau et puis, j’attrape son t-shirt par le bas, je le dégage rapidement sur le sol. Je me mords la lèvre en regardant son torse. Je m’écarte un instant, le souffle haletant. Putain de merde, je fais quoi. Je relève les yeux vers lui, gênée de mon incapacité à faire quelque chose. « Je.. sais pas comment on fait.. » Je pince mes lèvres en le regardant. Pour le coup, je ne sais vraiment pas quoi faire. Je réfléchis à ce que j’ai pu voir dans les pornos mais rien ne me vient. Je passe un doigt sur ses abdominaux avant de le laisser s’accrocher à sa ceinture et de la tirer doucement contre moi. « Aide moi. » Il a raison, je ne suis capable de rien. Pas même de lui.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 14:26










En une fraction de secondes je me retrouve à mon tour pris au piège, encerclé par la demoiselle qui pourrait presque s'excuser du manque d'expérience qu'elle a. Mais je ne suis même pas sûr de pouvoir lui apprendre. Elle s'accroche à ma ceinture. "Défais-la." et je retire à mon tour son haut qui se retrouve rapidement au sol. Une main au creux de ses reins, je la fais reculer pour attraper une bouteille neuve et en bois pour me donner du courage. Il faut que je me noie, que je trouve un moyen de ne pas pâlir comme une merde rien qu'en m'imaginant la toucher ou passer du côté obscur. Du noir. C'est peut-être la solution en soi. Et l'alcool. Si j'arrive à bander avec ça, peut-être que ça me permettra de faire autre chose. Je continue de la faire valser jusqu'à l'amener dans mon pieux, reprenant quelques gorgées au point de me rendre mal avant de poser la bouteille sur la table de chevet. L'acte en soi n'est pourtant pas bien compliqué mais j'ai l'impression de devoir franchir un obstacle impossible. Je la balance sur le matelas, venant la noyer à son tour de baiser tout en retirant le bas. Je ferme les yeux, prends sur moi, je suis à deux doigts de dégueuler, deux raisons en cause. Mes mains viennent effleurer le reste de son corps avant de partir dans un domaine chaud et presque écœurant. Des variantes pour trouver le juste milieu, y allant en douceur pour ne pas la traumatiser comme je l'ai été, priant pour ne pas gâcher ce moment. Ce soir sera-t-il vraiment le jour de sa première fois? Des baisers sur sa poitrine, des lèvres et des dents venant titiller ses petits bouts de chair, ma bouche descend le long de son ventre pour finir à mille lieues sous terre. Je prends sur moi. Encore et encore, avalant difficilement ma salive avant de mettre la main à la patte, tentant par tous les moyens de la détendre. Je n'ai pas de capote. C'est la première chose qui me vient en tête mais je sais d'avance que je ne suis pas malade et elle l'est encore moins. "Es-tu prête à prendre un risque?" lui demandais-je avant de continuer mes ébats, caressant de mon autre mains ses courbes délicieuses. Je baisse entièrement son dernier habit tout en faisant de même pour moi. Je ne suis pas prêt, la demi-molle étant bel et bien présente. Je tente de me branler, me redressant en arrêtant tout juste pour me saouler une fois de plus. Je ne veux pas la forcer, en rien, ça ne me viendrait même pas à l'idée. Et je bois. Une autre dose de courage avant de revenir à elle et de l'embrasser, sa tête entre mes mains, gémissant parfois, sa bouche entrouverte venant atténuer ce genre de son bestial. "Si tu veux essayer des choses, fais donc. Tu n'as rien à faire." lui dis-je entre deux baisers. "Une femme se laisse faire, aide parfois son homme en lui infligeant certaines gâteries, orales, sans les dents en général ou par la pression et les mouvements de la main. Certains aiment qu'on leur touche les bourses aussi, je ne pense pas que ce soit mon délire, n'ayant pas eu le temps d'avoir ce genre de méthodes." Je tente tant bien que mal de la rassurer, de lui expliquer mais je suis presque aussi inexpert qu'elle, que voulez-vous que je lui dise? "Mais ne te force pas, je t'en prie, on peut tout aussi bien s'en passer. Je veux juste savoir si tu es réellement prête pour la suite." Rien que de prononcer ceci, cela m'effraie à un point, une sorte de pression supplémentaire sur mes épaules, un stress qui me serre le cœur, ne sachant comment gérer la chose.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 14:55





 




En peu de temps, je me retrouve sans haut, dans le noir et sur le matelas d’Eli. Ses baisers m’emportent relativement vite, je reste calme mais au fond, j’ai peur. Je ne connais pas ce contact, je ne sais pas si on y éprouve réellement du plaisir ou non. Je n’en sais rien et ça me fait peur. Il fait des efforts pour me détendre et me calmer, je trouve mon compte dans ses baisers, ses morsures et la paume de sa main qui m’effleure avec tendresse. Il a ramené la bouteille dans la chambre et bordel, c’est la meilleure idée qu’il ait eu. Je caresse son dos et le haut de sa tête lorsqu’il embrasse mes cuisses et qu’il retire ce qui me sert de sous-vêtements. Il fait froid et j’ai un peu peur. Je tente de le voir avant de couper court et de me redresser quand il me demande si je suis prête à prendre un risque. Je le connais ce risque : tomber enceinte. Hors de question. J’allume la lumière, cachant mon corps dans le drap et fermant les yeux pour ne pas voir ce que je n’ai jamais vu. « Non. C’est mort. Je prends pas le risque d’avoir un rôti dans le bide. » J’ai les yeux clos mais je fronce les sourcils. Il tente de m’expliquer pas mal de chose avant de me demander si je suis prête mais c’est hors de question. « Eli, peu importe si je suis prête ou non. Je sais que toi, c’est pas le cas et je ne te forcerai jamais à faire ça. C’est mort. » J’entends le plissement d’un vêtement et j’ouvre un premier œil. « Écoute, je t’aime, beaucoup trop sans doute. » Je soupire en ouvrant le second. « Mais justement, je veux pas que tu te forces. » J’attrape la bouteille pour boire un coup. « On essayera sobre et on testera ce qui nous plait. Je veux pas te forcer à faire quelque chose qui te répugne au point que tu me dégueules dessus. » J’attrape sa tête entre mes mains. Je pose un baiser sur ses lèvres avant de ricaner. « Et promis, je ne toucherai jamais tes bourses. » Je m’abaisse un peu dans le lit. « On doit y aller progressivement, petit pas par petit pas. » Je me pince les lèvres. « Est-ce que tu peux me passer ma culotte ? »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 15:15










Je ne sais pas quelle force spirituelle est au-dessus de nos têtes mais elle a exaucé mes prières les plus profondes. La belle met fin à ce calvaire, je me sens soudainement léger, revivre, pourquoi je me déteste autant pour me faire subir ce genre de choses? "Ouais, c'est bien ça comme réflexion, merci." lui dis-je avant de m'affaler dans le lit, des petits sursauts comme des spams me faisant bouger, signe que je suis prêt à dégueuler mais je me retiens. Je secoue la tête, elle ne comprend pas. Même l'autre qui en fait son métier ne comprend rien. Je suis juste coincé. "Si on devait attendre que j'en ai envie, on ne le fera jamais." lui répondis-je. Elle tente de me rassurer, de poser des mots au point qu'elle me parle d'amour mais je n'ai pas vraiment la tête à ça. Devrais-je à mon tour poser des mots sur ces actes-là? Je passe mes mains sur mon visage avant de laisser retomber mes bras, les ramenant finalement sur mon torse comme on les disposerait pour un mort. "Sobre, tu pourras me faire tout ce que tu veux, je n'en aurais pas envie. Je pourrais peut-être bander, on ne sait pas, une fois au chalet comme ça... Je le fais, du moins, lors des rares fois pour satisfaire la partenaire de jeu." Je soupire. "Bourré, ça me semble peut-être plus facile bien que là, j'étais dans un autre état d'esprit." Un état qui ne changera probablement jamais. "Me forcer est la seule solution possible." concluais-je avant de me redresser pour récupérer son sous-vêtement. Je reprends petit à petit mon calme, attendant que mon coeur batte normalement, regardant le plafond en me tournant les pouces. Je me sens vide, épuisé, humilié. Je ne suis pas un homme à ses yeux, je manque de la seule chose qui pourrait me rendre ma virilité. "T'en avais envie au moins, toi? Et... T'as ressenti des trucs ou ça ne t'a absolument rien fait? Ou encore, tu... Je t'ai trop stressé pour que tu ressentes un minimum du plaisir?" J'ai l'impression d'être ce genre de puceau qui demande un compte rendu pour ensuite se vanter auprès de ses potes. La chose qu'il ne sait pas ce puceau-là, c'est que les femmes mentent pour faire grandir leur ego. Je me relève, attrape la bouteille et repars à l'étage pour fumer. Je m'installe tranquillement, attendant que la brune me suive. L'appel de la clope, elle ne pourra pas passer à côté. Le regard dans le vide, il se recentre dès lors où elle franchit la porte. "J't'ai entendu tu sais?" Et je suis même incapable de lui dire ce genre de choses. Peut-être vais-je même aggraver la situation. "Je suis désolé pour toi." Réellement pour une fois. "Je ne t'aime pas." Ca pourrait presque en être mais ce n'est pas encore ça. "Ca viendra, ça je n'en doute pas mais non, je ne suis pas amoureux de toi pour le moment. Il me faut encore du temps pour poser un mot sur ce que je ressens." Comment je me sentais avec Albane? Je ne peux même pas comparé. Deux caractères différents, le jour et la nuit, un amour pur pour l'une, un je-ne-sais-quoi addictif avec l'autre. Est-ce qu'une sexologue peut ressentir de l'amour ou son but est juste de vouloir baiser et d'être la pro du kamasutra? Est-ce que je vais encore me ruiner une prochaine fois pour ne pas avoir de réponse? Suis-je maso à ce point? Je décolle mes fesses de mon fauteuil pour m'approcher d'elle, une main douce venant caresser son visage, mes yeux noirs plongés dans les siens. Je suis comme hypnotisé. "Ne m'en veux pas, je t'en supplie." lui dis-je avant de me rapprocher d'elle pour l'embrasser mais ma tête dévie de quelques centimètres afin de vomir toutes mes tripes, me servant de la jeune femme comme appui pour ne pas m'effondrer.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 17:06





 




Je l’écoute en récupérant ma culotte, que je m’efforce de remettre sous le drap. En vain, je me lève, nue, pour remettre mes sous-vêtements et mon gros pull. J’vais rester en culotte je crois. Après tout, ça ne dérangera pas Eli et je suis sûre de ne pas lui manquer de respect en le faisant. « Dans ce cas, on le fera pas. » J’hausse les épaules. « Je ne veux pas te forcer, c’est hors de question.» Je me remet dans le lit, je viens contre lui. Posant ma tête contre son torse. « J’avais envie de toi, oui. J’ai ressenti des trucs, vraiment. Ca me chauffait le bas du ventre. » Je le regarde un instant en souriant. « Non, tu ne m’as pas stressé Eli. Au contraire, j’étais bien. »

Il se relève pour aller sur le petit patio. Je sens la clope, et je sens l’envie grimper en flèche. Je me lève et je le rejoins. Assise dans le petit fauteuil, j’allume ma clope en aspirant l’air frais avec plaisir. J’arque un sourcil quand il me dit m’avoir entendue lui dire ces trois petits mots. « Je sais. » Il ne m’aime pas, il est désolé. J’hausse les épaules, pas désolé d'un sou pour moi. « Je sais, Eli. Je te demande pas de l’être, tu sais. » Selon lui, ça viendra. « Prends le temps qu’il te faut. Je ne bouge pas d’ici. » Il vient près de moi, sa main caresse mon visage. Je me laisse faire, appuyant mon visage contre cette douce main qui me caressait autre part il y a quelques minutes. Je lui souris, j’embrasse la paume de sa main. Ses yeux rencontrent les miens. Ce noir profond, qui m’attire encore, inévitablement. Ce type me rendra folle, un jour ou l’autre. J’arque un sourcil. « Pourquoi veux-tu que je t’en veuilles ? Les sentiments ne se contrôlent pas. » L’un comme l’autre, on le sait. Il s’approche et je tends mes lèvres vers lui, attendant qu’elles viennent se poser mais il dégueule ses tripes dans les plantes. Facepalm. Il se tient à moi et je caresse son dos, espérant qu’il se sente mieux. « Tu pourras viser autre part que les plantes la prochaine fois, s’il te plait ? » Je caresse son dos de bas en haut. « On prends un bain ? » Ca lui fera du bien. Il pourra décuver et moi je pourrais me reposer dans l’eau chaude. Je me lève en le regardant, attendant qu’il daigne bouger.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 20:01










Mal faire son boulot conjugal, c'est la pire des choses pour une relation. Pourquoi en suis-je victime? On ne le fera pas. J'ai beau avoir d'autres méthodes pour montrer mon attention, faire l'amour à une femme comme il se doit est l'une des plus belles preuves d'amour et j'en suis tout à fait incapable. Pourquoi j'y tiens tant aussi? Serais-je en train de réaliser que... Non. C'est impossible. Je lui ai dit clairement que je ne l'aimais pas et par chance, elle ne s'est pas braquée, au contraire, elle comprend. "T'es une reine." lui dis-je en posant mon front sur son épaule, le temps que je souffle un peu. Je m'essuie les lèvres du revers de ma main et soupire. "Ça leur servira d'engrais." lui répondis-je avant qu'elle ne décale. Je tente de la suivre du regard, commençant à la voir en deux fois, comme si la réplique originale ne suffisait pas et je la suis à mon tour, me tenant encore plus fermement, sentant que mes jambes peuvent plier d'un seul coup. Une fois dans la salle de bain, j'enclenche les robinets au max pour que madame se sente comme à la maison, en enfer, où est sa place. Je me glisse à l'intérieur, déjà dévêtu et me rapproche d'un bord pour qu'elle s'installe et que je puisse me poser sur elle. "Tu peux prendre ma brosse à dents s'il te plait?" lui demandais-je d'une voix rock, typique du mec qui a bien bu, un bon vivant dans le mal. Je me penche légèrement pour prendre un gant et cracher le mélange de salive et de dentifrice dedans avant de mettre un minimum d'eau froide pour mieux me nettoyer. Et je m'allonge, sur elle, nu comme un vers. Avec ce qui s'est passé, je crois qu'on n'est plus à ça près. "Tu crois qu'un jour on sera heureux? Qu'on aura une vie normale? Qu'on sera le couple parfait?" lui demandais-je, ayant pris l'initiative inconsciemment de nous qualifier finalement de la sorte. "Promets-moi qu'on ne sera jamais aussi ringard que ces gens-là, qu'on n'aura jamais cette routine qui viendra gâcher notre quotidien." Je ferme les yeux, me lançant bercer par l'eau qui monte. Je lui tends mon petit doigt en espérant qu'elle me l'attrape et me promette ce genre de choses. "Poppy Jane Fisher, voulez-vous être ma petite amie pour le meilleur et surtout pour le pire?" lui demandais-je, un ton de fatigue dans voix, les derniers mots s'effaçant peu à peu, commençant presque à m'endormir sur la jeune femme.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 21:59





 




Il vient de dégueuler dans les pots de fleurs et je continue de lui caresser le dos en attendant qu’il se calme. Son front est contre mon épaule. Je caresse sa colonne vertébrale. « La reine des enfers, baby. » Je souris en coin. Je ne vais pas l’engueuler alors qu’il vient de perdre la plupart de ses tripes sur nos plantes. « Elles vont crever avec l’alcool, tu sais. » Je souris en coin, je ricane même. L’un comme l’autre, on est beaucoup plus calme que quelques heures auparavant. J’aime quand le calme revient et que je lui propose d’aller prendre un bain. Je me lève avant lui, je commence à y aller, je fais couler le bain tranquillement, je l’attends gentiment, assise sur les toilettes. Il arrive, se déshabille entièrement, me laissant en vue ce qu’il a entre les jambes. Je me force à regarder ailleurs en tentant de me rassurer : on est plus à ça près. Tu arrêtes, Poppy. Une grande respiration et j’attrape sa brosse à dent, je mets du dentifrice dessus et je lui tends. Devant la baignoire, je respire un bon coup avant de me décider. Je retire ma culotte, mon haut et je rentre dans la baignoire. Aussi nue qu’un ver, comme lui. Il vient contre moi. Son corps nu contre le mien, ça me bloque un peu mais en respirant, je me détends. Sa peau contre la mienne, je le regarde, plongeant mon regard dans le sien. Je l’écoute me poser ces questions et nous considérer comme un couple à présent. « Une vie normale ? Mais, Eli, on a une vie normale. Ce n’est pas parce qu’on tue des gens et qu’on prends du plaisir à le faire qu’on ne paie pas nos factures d’électricité, d’eau ou de gaz. » J’attrape le gel douche et j’en met sur lui, je frotte ses épaules. « On est déjà un couple parfait. » Je souris en coin. « Lilith et Lucifer. » J’embrasse le haut de son crâne et je commence à me savonner aussi. « Jamais de routine, je te le promet. Si jamais ça arrive, on ira tuer des gens, ça nous changera. » Il me tends son petit doigt, je l’attrape avec le mien. Le regard droit dans le sien. « Surtout pour le pire, Elijah Fitzgerald. » J’embrasse son front avant de le laisser glisser contre moi. Je me laisse glisser contre lui aussi, profitant de l’eau chaude mais je me rends compte qu’il s’endort, un peu trop rapidement. « Tu veux qu’on aille se coucher ? »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le Ven 8 Fév - 22:59










C'est vrai que sur ce point , la belle a raison. Nous sommes tout à fait normaux. Nous avons juste quelques particularités que les gens ne peuvent malheureusement pas comprendre. Est-ce qu'on serait toujours pareille si la purge était restée fixe à Austin? Je n'en avais même pas profiter alors que c'était l'occasion rêvée de régler certains comptes en douce. Mais le maire s'en était allé bien trop rapidement à mon goût. "Lucifer et Lilith." Je répète ça à haute voix, un petit sourire aux lèvres. Il faut vraiment qu'on se décide sur les noms qu'on doit porter. Mais si en tant que reine et roi des enfers, nous devons porter des noms digne de ce nom, je suppose que ceux-là correspondent à merveille. La belle me propose d'aller dormir et j'hoche la tête, ne prenant même pas le temps de me rincer et je m'enroule dans mon peignoir. Un baiser sur son front, c'est en titubant que je regagne ma chambre, m’effondrant en diagonale avant de partir dans les bras de Morphée.
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé


Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy] - Page 2 Empty
Re: Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy], le

Damn it Neil, the name is Nuwanda. [ft. Poppy]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2019-