AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

(alistaire) congratulations, you won.


Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
(alistaire) congratulations, you won., le Dim 3 Fév - 2:08

« Presley, t’es sûre que tu m’écoutes ? » La voix lointaine de mon amie me ramène à ses côtés, à l’université. Je passe ma main frénétiquement dans mes cheveux, tournant la tête vers elle. « Euh… » Vite, des mots. « Tu parlais de la guidance, hein ? Oui, je suis certaine que le sujet de Sacha sera félicité par le jury. » dis-je, en regardant mon IPhone. Pas de notifications. « Pas du tout, je te demandais si tu voulais aller nager en fin de journée, ça fait un moment qu’on y est pas aller. Presley, t’es certaine que ça va ? T’es toute pâle. » Bordel, j’ai hurlé que non, ça ne va pas du tout. « Je vais bien, juste une insomnie. » Bien évidemment, ce n’est pas bien de mentir. Il est clair que c’était un peu tendu entre Alistaire et moi, depuis le cataclysme de cette foutue conversation SMS, il y a deux jours. J’avais lancé la pierre, je l’avoue, mais j’en ai marre de vivre sans vraiment savoir ce qu’il en est. Il faudrait que je me remette un peu en question, je dois arrêter de vouloir avoir la main mise sur tout comme ça. Je dois accepter que bien des choses échappent à mon contrôle et juste laisser couler. Mon esprit serait bien plus léger. Puis, c’est ce genre de connerie qui a failli pourrir ce qu’il se passe avec Alistaire. Autant dire que ça fait réfléchir.

Alors que mon amie me parle, j’ai du mal à me concentrer sur la conversation, le visage souriant du professeur reste dans ma tête. Nous marchons dans les couloirs, quand soudain, une porte s’ouvre devant nous. Je regarde un instant avant de baisser le regard, vraiment indifférente. C’est juste une porte, en fait. Sauf quand je vois détaler dans mes jambes, une boule blanche sur pattes. Après un rat, bon sang, cette université devient une vraie ménagerie ! Il me faut une seconde pour reconnaître cet animal. J’écarquille les yeux. Lily. Qu’est-ce qu’elle fait là ? J’ai loupé un épisode, forcément. Mon amie pousse un cri, se plaquant contre le mur. Si je souviens, elle a peur des chiens. J’ai envie de lui dire qu’elle ne lui fera rien mais je ne peux pas me permettre, je ne suis pas censé la connaître personnellement. « Bonjour toi, c’est qui ton maître, hein ? » Je pose délicatement ma main sur son crâne. Une ombre passe devant la porte pour y rester. Je me relève, mon regard suit. Mon cœur semble s’arrête un instant. Alistaire se tient dans le cadre de la porte. Si je pouvais baver, je le ferai. Mon dieu. Mon cœur reprend à un rythme effréné. « Bonjour, Monsieur Calgrini. » dit-elle, tentant d’afficher un sourire neutre, sans qu’il soit trop crispé. La chienne revient à son maître, je me tourne vers mon amie. « Elle n’a pas l’air méchante, ne t’en fais pas. On va prendre un café, ça va nous faire du bien. » Mon amie revient vers moi, encore méfiante. Je regarde Alistaire. « Passez une bonne journée, Monsieur. » Purée, ça me tord le cœur mais je n’ai aucune raison à ce qu’il me convoque dans son bureau donc je suis résigner à partir. Mes lèvres me démangent, je déglutis difficilement, avant d’afficher un sourire de façade, le plus poli qui soit. On commence à s’éloigner quand sa voix nous stoppe dans notre lancée. Je me fige. Pitié, ne nous grille pas, Alistaire.
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Dim 3 Fév - 15:12





 




Depuis deux jours, pas de nouvelles de la brune et je commence à en avoir marre de devoir toujours envoyer le premier message pour avoir de ses putains de nouvelles. Mon cours commence et mes étudiants sont encore plus dissipés que d’habitude. Génial. J’étais déjà sur les rotules mais si je dois leur faire exploser quelque chose au visage pour qu’ils se calment, ce ne sera qu’une question de temps avant que je le fasse. Le cour passe relativement vite, ils se sont calmés à la minute où j’ai fermé la porte. Dans le bureau, derrière ma salle de classe, il y a Lily qui m’attends sagement avec ses jouets et son panier. L’administration a dit oui si la chienne ne se faisait pas remarquer et la connaissant, ça risque d’être compliqué pour elle. Mes élèves sont dehors, j’ouvre la porte pour la faire sortir mais celle-ci me court dans les jambes pour aller devant l’autre porte, qui reste bien évidemment mal fermée après que mes élèves soit partis. La chienne part dans le couloir, sans laisse, sans rien et je risque de me faire pincer si un des directeurs passent ici. J’entends un cri, mes yeux doublent de volume et je sors devant la porte pour chercher cette furie blanche qui vagabonde. Je la vois, devant Presley, elle lui fait la fête comme si c’était une amie de longue date maintenant. Je retiens mon sourire avant de siffler pour la faire revenir à mes pieds. Lily obéit, laissant à regret Presley et ses caresses. Elle passe devant la porte et je ne dois pas nous griller, ni l’un, ni l’autre. « Bonjour mademoiselle Montesano », petit sourire avant de saluer son amie. « Mademoiselle. » Lily se tient à mes pieds, bouillante comme jamais de conneries. « Tiens toi bien ! » Je me mords les lèvres en voyant le postérieur de Presley passer sous mes yeux. Elle me souhaite une bonne journée. « Vous aussi mesdemoiselles. » Je lui souris avant de voir qu’elle a fait tomber son téléphone à l’endroit où Lily l’a accosté. Je l’interpelle avec le téléphone à la main. « Mademoiselle Montesano ! » Elles sont déjà bien loin, j’espère qu’elle va m’entendre sinon nous ne pourrons plus nous parler. Heureusement pour moi, l’amie de Presley la lâche pour aller à la caféteria, par peur de Lily. Je gratifie Lily d’une caresse. Ma brune arrive à ma hauteur. Je souris en coin. « Ton téléphone.. » Je me frotte la tête, un peu gêné. « Tu veux bien rentrer cinq minutes ? Tu n’auras qu’à dire que c’est pour les tutorats. » Mon regard l’implore tandis que je rêve de poser mes lèvres contre les siennes. « S’il te plait, bébé.. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Dim 3 Fév - 19:16

Juré, je me sens sentie tellement débile, d’être devant lui comme ça. Alors que cela faisait deux jours qu’on ne se parlait pas, il est apparu à moi comme par magie. Promis, je n’ai su où se trouvait sa salle et son bureau. J’aurai pu facilement savoir mais là, pour le coup, je venais de le découvrir par la meilleure des manières. La jolie chienne blanche avait dû en faire qu’à sa tête, comme son habitude, pour venir se perdre encore une fois dans mes jambes. Je la caresse du bout des doigts, feintant ne pas connaître ce chien. Je salue le professeur d’une façon si formelle que ça me serre le cœur. Je suis bouleversée mais je fais tout pour ne rien montrer. Il me salue en retour, mon amie avec. Je lui souhaite une bonne journée, passant près de lui. C’est furtif, bien trop court. Profondément frustrant, en réalité. Pourtant, je sens son regard dans mon dos, ne soupçonnant pas pourtant une seconde qu’il regarde mes fesses, mises en valeur dans ce jean taille haute. Mon amie recommence à parler et bon sang, je suis profondément ennuyée. Non pas que je n’aime pas l’écouter mais parce que le croiser ainsi, n’a fait qu’accentuer mon spleen, que j’espère passager. Soudain, j’entends Alistaire m’interpeller. Je me fige, priant intérieurement qu’il ne fasse rien qui puisse éveiller le moindre soupçon. Nous nous retournons, il arrive avec Lily à son pied, obéissante. Pour une fois. « Je vais à la cafétéria, tu m’appelles quand tu veux. » Je n’ai pas le temps de la retenir qu’elle s’est déjà éclipsée. Un vrai courant d’air, je pense que le fait que Lily arrive l’a clairement fait fuir. On peut aisément comprendre pourquoi, après tout. Je fais le chemin qu’il reste entre nous, le cœur qui s’emballe soudainement. Il a ce petit sourire que je ne connais que trop bien. Il me tend mon téléphone. Je suis surprise, touchant mes poches avant de prendre le téléphone. « Merci beaucoup, j’ai dû le perdre en me baissant pour caresser Lily. » dis-je, avec un petit sourire crispé. C’est ce que je suppose, vu que je n’ai rien vu, ni entendu. Je range mon téléphone dans la poche de mon perfecto. Alistaire ne laisse pas le silence nous envahir, me demandant à voix haute et en me tutoyant en plein couloir, si je veux venir dans son bureau. Mes yeux s’écarquillent avant que je ne regarde autour de nous. Le couloir est presque vide. Purée, il couronne le tout du petit surnom qu’il a l’habitude de me donner. « Moins fort, Alistaire, s’il te plait ! » dis-je, tout bas, presque en chuchotant. « Tu ne veux pas le crier pendant que tu y es ? » Qu’il ne nous grille pas, pas vrai ? Je regarde une dernière autour de nous avant de l’attraper par le bras, le conduisant le plus rapidement possible dans sa salle. Je ferme la porte derrière nous, le lâchant. Je croise son regard avant de marcher vers son bureau. « Tu es fou à lier, bébé, je te jure. » Je secoue la tête de droite à gauche, mes cheveux libres jouant dans l’air. « Tu imagines les conséquences si quelqu’un apprenait… » Le fait qu’on a couché ensemble et qu’on s’apprécie beaucoup. « Tout ça ! » Je fais de grands gestes en marchant avant d’enlever mon écharpe, dévoilant le décolleté de ma chemise blanche, jouant avec la transparence pour laisser suggérer un soutien-gorge couleur chair. Je l’entends, il est sur mes talons. J’ouvre son bureau avant de nous y engouffrer. J’avance au milieu de la pièce, me tournant enfin vers lui. « Sinon, maintenant que nous sommes au… » Je n’ai pas le temps de terminer ma phrase. Ce qui se passe ensuite, me coupe le souffle et me mets dans tous mes états.
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Dim 3 Fév - 21:28





 




Après ces deux jours, et depuis notre dernière nuit, je dois dire que Presley m’a manqué. Son parfum arrive à mon nez, accompagné d’un sourire. Je lui rends son téléphone. « Pas de soucis, Presley. » Je lui souris légèrement. Je lui propose de venir dans mon bureau pour qu’on puisse parler mais je me fais rapidement rabrouer. Les sourcils froncés, je la regarde m’engueuler en chuchotant. « Y a personne dans les couloirs, j’en ai rien à foutre. Rentre. » Elle m’attrape le bras et nous rentrons. Selon elle, je suis fou à lier. Je ricane en la regardant s’exciter. Lily est rentrée avec nous, elle saute sur Presley pour avoir un peu plus de câlins. Je souris en les regardant toutes les deux. « Non, je ne suis pas fou. Je te parlais simplement pour les tutorats et si quelqu’un à entendu ce surnom, il confonds car j’ai dit : Eh bhé !» Je souris en coin, fier de ma connerie. Presley s’agite sous mon nez, brayant qu’on risquerait beaucoup de choses si quelqu’un nous attrapaient ensemble, si quelqu’un était au courant de notre affaire. Je lève les yeux au ciel. « Personne n’est au courant de mon côté. » J’hausse les épaules, comme si j'étais totalement con et que j'allais gueuler sur les toits que j'avais couché avec une élève, putain. Je la regarde entrer dans mon bureau, comme chez elle. J’arque un sourcil, bon sang, il va falloir qu’elle se taise car elle commence à m’agacer. Je ferme la porte derrière moi, la claquant presque. J’attrape les hanches de Presley et je la tire vers moi. Je dépose mes lèvres contre les siennes alors qu’elle était en plein milieu d’une phrase. «Tais toi, bordel. » J’embrasse son cou, je caresse sa joue avec mon pouce, j’hume son parfum en l’attrapant dans mes bras. « Putain, ce que tu m’as manqué. » Je caresse ses cheveux avec douceur. « Je ne voulais pas t’énerver l’autre soir, je suis désolé Presley, vraiment. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Dim 3 Fév - 22:33

Le "S’il te plaît, bébé" saupoudré de gentillesse ? Il vient de s’envoler avec la bonté du professeur. Je reste sous le choc quand il me dit qu’il en a rien à faire et qu’il m’ordonne fermement de rentrer. Je me retiens de ne pas répliquer, pour ne pas risquer de nous exposer si quelqu’un arrive. On rentre alors dans sa salle et je lâche son bras. Je l’entends ricaner dans mon dos tandis que je mets en marche, le brun et la chienne sur les talons. Elle colle à mes Stan Smith, la Lily, avide de câlins. Je pose mon regard sur elle, la gratifiant d’un petit sourire. « Attends, Princesse, j’ai une affaire à régler avec ton maître un peu inconscient et ensuite, je te fais tous les câlins de la Terre. » Je lui dois bien ça, elle le mérite. Je reprends ma marche parmi les marches de sa salle. Alistaire me somme ne pas être fou. J’arrête brusquement face à sa blague. Elle est tellement nulle que je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. « Je n’en peux plus de vous, Alistaire Calgrini. » Qu’on me vienne en aide, pitié. Je suis certaine qu’il est fier, en plus. Seigneur. J’ai repris mon aplomb avant de lui demande s’il a pensé aux conséquences si quelqu’un apprenait quoi que ce soit. Moi, j’y ai longuement réfléchi, justement. Jamais je ne veux mettre la carrière d’Alistaire en péril, c’est pour ça que je ne veux pas qu’on joue avec le feu. Je veux le protéger lui. N’importe qui aurait pu passer dans ce couloir, mince alors. Il m’assure que personne n’est au courant de mon côté. « Encore heureux. » dis-je, avançant vers son bureau. « Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose, Alistaire, il en est hors de question. » Le ton ferme, sans possibilité de concessions. Nous arrivons à son bureau, et je continue mon flot de parole. Je parle, je parle. Pas d’un naturel expansif à outrance, Alistaire éveille des sensations nouvelles en moi. Je n’ai pas encore décidé si c’était négatif ou positif. En attendant, il claque la porte. J’hausse un sourcil en me retournant vers lui. J’allais lui demander comment il allait mais soudain, il m’attire vers lui, ses mains sur mes hanches. Tais-toi, bordel. J’ai le souffle coupé. Je ne sais pas si ça m’énerve ou si ça m’excite de le voir comme ça, c’est très étrange. J’inspire brusquement quand je sens ses lèvres dans mon cou. Mes mains filent presque insctinvement dans son dos, remontant le long de sa chemise. « Bordel, tu m’as tellement manqué aussi. » dis-je, dans un souffle, alors que je sens son pouce caresser ma joue. Mes mains caressent sa nuque, mon corps se plaque au sien, lui laissant une vue plongeante dans mon décolleté. Sa main dans mes cheveux m’apaise. C’est comme si je venais de me prendre un seau d’eau glacée dans la figure, ça remets les idées en place. Quoi ? Il s’excuse ? Je croise son regard et ne le lâche plus. « Ne dis pas ça, c’est à moi de m’excuser. » commençait-je, vraiment penaude. « Je l’ai bien cherché, j’ai donné le bâton pour me faire battre. » Je grimace, baissant les yeux. « Par contre, tu aurais pu t’abstenir pour la deuxième chandelle, merde. » dis-je, les joues soudainement rouges de gêne. S’il ne l’a pas encore compris, ma sexualité est un sujet tabou. En revanche celle des autres, non. Je finis par reprendre une contenance et de me hisser sur la pointe des pieds pour poser mes lèvres sur les siennes. Voilà, c’est ça. Son parfum boisé m’envahit de toute part, jouant lentement avec ses lèvres scandaleusement délicieuses.
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Mer 6 Fév - 20:03





 




Dans ce bureau, l’atmosphère se réchauffe bien plus vite que prévu. Mes mains terminent leur course sur les hanches de la brune que j’embrasse avec envie. Bordel, ce que ses lèvres m’ont manqué, et ce parfum. Bon sang. Je caresse ses cheveux avec douceur et puis, je m’excuse de ce comportement de connard. J’attrape ses hanches et je la glisse sur mon bureau avant de venir me glisser entre ses cuisses à mon tour. Elle s’excuse, elle aussi. « Non mais on est cons, tous les deux. » J’enfouie mon nez dans son cou. J’éclate de rire quand elle mentionne la seconde chandelle. Elle a les joues rouges quand je ressors ma petite tête de son cou. Je viens embrasser ses joues avec un sourire. « Mais tu sais, que t’aies une deuxième chandelle ou pas, j’en ai rien à foutre, bébé.. » Je lui offre un petit baiser sur le front. « Et t’as pas à rougir comme mes lasagnes quand on parle de ça, sinon.. » Je me mords les lèvres avant de caresser ses fesses un instant. « Sinon, je te fais crier, dans ce bureau. » Je souris en coin, l’air vaillant avant de me détacher d’elle et d’aller à la fenêtre. « Alors, raconte moi ta semaine ? Ta thèse avance ? T’as besoin d’aide sur quoi que ce soit ? Je peux t’aider tu sais.. suffit que j’utilise un peu mon cerveau. » Les mains dans le dos, je fais les cents pas dans mon bureau avant de venir contre elle. « Je vais voir Rufus ce week-end, t’es disponible ? » Je lui souris, elle sait à quel point c'est important qu'elle vienne.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Mer 6 Fév - 22:13

J’hoche la tête en affichant une petite moue alors qu’il me serre dans ses bras, assise sur son bureau. Oui, on est cons tous les deux, c’est certain. Pourtant, tout semble oublie l’instant d’après, quand il glisse sa tête dans mon cou. J’entoure son cou de mes bras, humant silencieusement son parfum. Purée, j’en ferme les yeux tellement la sensation est apaisante. Par la suite, je devis la conversation, qui prend un air bien trop sérieux à mon goût. Cette fameuse seconde chandelle qui me fait rougir comme une pivoine. Je baisse les yeux, faisant glisser mes mains jusqu’à sa taille. Il s’en contrefiche apparemment. Si seulement il savait qu’elle n’existe même et qu’il m’en faudrait beaucoup pour qu’elle arrive. Sinon ? Je relève des yeux interrogateurs vers lui. Sinon il me fera crier dans son bureau, à deux pas d’un amphithéâtre où n’importe qui pourrait entrer. Mes joues s’empourprent un peu plus, comme si c’était possible, mais mes yeux trahissent une lueur d’amusement. « Ce ne serait tellement pas raisonnable, Professeur. » dis-je, un petit sourire en coin. Seigneur, je me contredis sur toute la ligne avec mon discours de le protéger. Il me fait tourner la tête, bordel. Mon mollet remonte tout doucement le long de sa jambe alors que je m’appuie en arrière, sur mes bras. « Il faut que mes joues se calment alors. » Effectivement, il vaudrait mieux. L’instant d’après, il se détache de moi, prenant des nouvelles. Je le suis du regard, un sourire franc. « Ma semaine ? A part que tu ne sois pas à mes côtés, elle a été plutôt bonne. Les gardes ne sont pas éreintantes en ce moment, ça fait du bien. Barry va bien, me demande de tes nouvelles, même si je ne lui ai pas dit que l’on se côtoyaient encore. Le fait que j’ai découché lui a mis la puce à l’oreille, je pense. » dis-je, en gloussant avant de poursuivre. « Grâce aux objectifs que je me suis fixée, ma thèse est même en avance. J’ai de quoi me reposer un peu, de la lâcher une bonne semaine. C’est important de prendre du recul dessus et d’y revenir plus tard. » continuai-je, sérieuse, avant d’éclater de rire. « Tu es adorable de me proposer ton aide mais, ne le prends pas mal, je risque d’être déconcentrée si tu es dans le coin. » Petit clin d’œil. « Et toi, bébé ? Dis-moi tout. » Je le regarde faire les cents pas dans son bureau alors que je pose mon sac de cours délicatement à côté de son bureau. De retour assise, il revient contre moi, tout sourire, me demandant si je suis disponible pour venir avec lui au refuse, ce week-end. Je plonge mon regard dans le sien, me collant doucement contre lui, passant mes mains le long de sa chemise. « Quelle question ? » dis-je, en roulant des yeux. « Bien sûre que je serai là, tu le ramène ce week-end chez toi ? » Des étoiles pétillent dans mes yeux marrons, cela me permettra aussi de voir cet animal qui m’a tapé dans l’œil, dans le plus grand des secrets.
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Ven 8 Fév - 0:43





 




Sa semaine devient un sujet passionnant dès qu’il sort de sa bouche. Je souris en l’écoutant, elle me parle de sa petite vie, elle mentionne son frère et l’intérêt qu’il me porte. Je la regarde avec un petit sourire. « J’aimerai bien le revoir d’ailleurs, ton frère, il a l’air vachement chouette comme type. » Je me rapproche d’elle, venant entre ses cuisses. Elle peut lâcher prise une semaine et bordel, j’ai envie de lui dire de venir à la maison. « Ca veut dire que tu vas pouvoir passer des nuits chez moi ? » Mes nuits ne sont plus les mêmes depuis qu’elle est repartie l’autre matin. « Trop de sex-appeal ? » J’arque un sourcil, style homme fier de lui. « Ouais j’sais. » Je ré-ajuste ma chemise comme un gros con avant d’éclater de rire. « Non mais si tu as besoin de témoignages ou je ne sais pas, quelque chose. Tu peux me demander, je regarderai ce que j’ai dans mes contacts si ça peut t’aider. » J’hausse les épaules en la regardant, c’est une proposition comme une autre après tout. « Ma semaine ? Mh, pas grand-chose, j’ai vu de nouvelles têtes parmi les étudiants, j’ai éclaté ma plaque de cuisson a cause d’un plat trop chaud que j’ai voulu poser parce que j’avais pas mis les maniques. Hm, j’ai vu avec la direction et je peux prendre Lily avec moi. J’espère que ce sera plus simple avec Rufus. » D’ailleurs en parlant de Rufus. « Oh yeah ! » Je lève les bras en signe de victoire. « Nop, on va juste le voir… mais si je craque sur ses beaux yeux, on le ramène. » J’ai déjà la boule au ventre en pensant à tous les regards des chiens. « Mon dieu. J’vais acheter une grande maison. Et prendre tous les chiens du refuge avec moi. C’est bien non ? C’est mieux que la physique. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Ven 8 Fév - 1:29

Bordel, je vais mourir. Voir Barry et Alistaire dans la même pièce, ça pourrait créer un cataclysme innommable. Le pire, c’est qu’il s’entraidait si bien, j’en suis persuadée. Avec un petit sourire, le professeur me dit qu’il voudrait bien le revoir. J’affiche un petit air mutin. « Je vois qu’on a envie de se frotter à la tornade Montesano. » dis-je, le regardant de haut en bas, furtivement. « Tu en as les capacités, je lui demanderai s’il veut que tu viennes à la maison, un soir. Je cuisinerai pour vous. » En vérité, ça me ferai très chaud au cœur de les avoir tous les deux. Mon sang d’un côté, mon potentiel avenir de l’autre. Mon ventre se tord à cette pensée, très vite effacée par la réaction d’Alistaire quand je lui dis que je peux lâcher ma thèse au moins une semaine. Passer des nuits à ses côtés ? Je lâche un petit soupir d’aise, contente de la perspective. « Je vais t’avouer quelque chose : j’ai pris deux semaines de congés à l’hôpital. » dis-je, avec un petit sourire. « Non seulement, je vais venir chez toi mais je nous prépare quelque chose, dans l’ombre. » J’hausse un sourcil, me mordant la lèvre. Non, je ne dirais rien, même sous la torture. J’espère juste qu’il sera en mesure de prendre des congés aussi. Je lève les yeux aux ciel. « Trop de modestie aussi. » dis-je avant de glousser. Puis, il redevient sérieux, insistant pour me délivrer son aide. Un petit sourire attendri tandis que je capture ses prunelles azures. « Tu es beaucoup trop mignon, bébé. Mais ne t’en fais pas pour moi, je gère. » Je pose ma main dans son cou avant de déposer mes lèvres sur les siennes. Je ne me lasserai sûrement jamais du goût qu’elles ont, seigneur. Je lui demande ensuite de ses nouvelles, que j’écoute avec attention. Des nouvelles têtes ? « De belles étudiantes qui ont soudainement eu un attrait pour la physique ? » dis-je, me mordant l’intérieur de la joue. Je n’ai pas envie de passer pour la jalouse de service mais c’est plus fort que moi, je fais tout pour étouffer ce sentiment nouveau qui peut m’envahir parfois quand je pense à mon beau brun, qui ne l'est pas réellement. Je grimace lorsqu’il me parle de sa plaque et le fait qu’il le ne portait pas de maniaque. J’attrape ses mains, les examinant du regard. « Tu ne t’ai pas blessé, j’espère ? » dis-je, la voix un peu tendue. Pourquoi il ne m’a pas appelé, mince alors ? « Tes plaques sont mortes sinon ? » dis-je en croisant son regard alors qu’il se tient toujours entre mes jambes. L’instant d’après, il est tout content que je l’accompagne au refuge. J’éclate de rire en le voyant lever les bras en signe de victoire. « Je suis certaine que tu vas repartir avec, moi. » Je lui souris en mordant la lèvre inférieure, sûre de mon coup. Puis, je le prends au mot quand il dit faire un refuge à lui tout seul, abandonnant la physique. J’ai les yeux ronds comme des billes et mon sourire se meurt. « Tu vas lâcher la physique, Alistaire ? Tu es sérieux ? » Je ne suis pas certaine qu’il plaisante. Je préfère éluder la question tout de suite, soucieuse.
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Sam 9 Fév - 20:17





 




J’arque un sourcil en l’entendant me parler de la tornade Montesano et je ricane. « La tornade Montesano ? Pour l’avoir eut dans mon lit, elle n’est pas si extravagante que ça.. » Je me pince les lèvres, jouant avec ses réactions. Je souris en coin en venant embrasser le coin de ses lèvres. « Non, j’aime bien ton frère, et puis, ce serait agréable de mieux le connaître et de mieux te connaître par le biais de Barry. » J’ai envie de connaître cette femme, du mieux que possible. D’autant plus qu’elle me prends par les sentiments en me parlant de cuisiner pour nous. « Tu voudras de l’aide pour faire à manger ? Tu dois être claquée après tes journées aux urgences. » J’écarquille les yeux quand elle m’avoue avoir prit deux semaines de congés à l’hôpital. « DEUX SEMAINES ? » La bouche ouverte, je l’observe, choqué. « Un petit quelque chose ? Dans l’ombre ? On se la joue mystérieuse, mademoiselle Montesano ? » Je souris en coin en la regardant. « Je veux savoir, hein. Dis moi où tu m’emmènes, bébé. » Je joue avec elle, je joue de ma modestie et je ricane en la regardant. Je lui propose de l’aide, je veux l’aider dans ses démarches. « Très bien, mais je t’interdis d’hésiter si tu as besoin de quoi que ce soit. » Mon regard se veut inquisiteur, je ne veux pas qu’elle hésite. Jamais. J’hausse un sourcil en souriant en coin. « Oh que oui. Si tu voyais les petits culs qui passent. Oh mon dieu. » Je rigole, bien évidemment mais je rêve de la voir jalouse. Je viens me nicher dans son cou, je chuchote contre sa peau. « Surtout le tien quand tu passes la porte, en réalité. » Je mords un bout de peau avant de me redresser. La voilà qui m’examine les mains. Je les retire d’un coup. « Non mais tu arrêtes ! Mes mains vont très bien, et mes doigts aussi. Je me ferais un plaisir de te montrer comment ils fonctionnent, plus tard, dans mon lit ou dans le tien. » Je souris en la regardant. « Elles sont mortes mais ce n’est rien de grave. J’en achèterai d’autres. Ou alors, je déménagerai. » Je ricane avant de parler de Rufus et de Lily. « On verra si je repars avec, mais en tous cas, je repars avec toi. » Petit sourire charmeur, et bisou sur la joue. Je lui avance un plan de vie qui me plairait beaucoup trop. « Avoue que ce serait génial de faire ça. Je pourrais vivre entouré de chiens, je leur offrirai un véritable cadre de vie, je pourrai les faire adopter et ils seraient tous heureux à la maison et chez eux ensuite. Ce serait le pied. » Je secoue la tête. « Mais pour l’instant, j’ai une certaine motivation à venir enseigner à l’université. Surtout quand les étudiantes sont aussi intelligentes que celle qui est assise sur mon bureau en ce moment. » Je passe entre ses jambes et je pose mes lèvres sur les siennes. Mes mains s’engouffrent dans ses cheveux. Puis, je stoppe le baiser. « Bébé, il va falloir que tu y ailles. On ne met pas aussi longtemps pour récupérer un téléphone, tu sais ? » Je souris en lui volant un baiser. « Je t’envoie un SMS pour ce week-end. »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le Dim 10 Fév - 0:12

Il parle de la tornade Montesano, mais on ne doit parler de la même. Pas si extravagante que ça au lit ? Je pince les lèvres et fronce les sourcils, presque franchement vexée. Il ne disait pas ça quand on était nu dans son lit, le goujat. Il vient embrasser le coin de mes lèvres, venant rapidement se rattraper. « Bien sûre, essaie de te rattraper, va. » dis-je, le laissant venir m’embrasser au coin des lèvres. Comme il évident que je ne peux pas le bouder plus de cinq minutes, je lui confie que je me ferai un plaisir de cuisiner pour lui et Barry. Encore une fois, il est beaucoup trop adorable. J’esquisse un petit sourire avant de passer une main autour de sa taille, le rapprochant de moi. « Nous n’y sommes pas encore mais je suis certaine que ton aide ne sera pas nécessaire, sauf tu insistes. » Je lui révèle ensuite que j’ai pris deux semaines de congés sur les quatre que j’ai en tant qu’interne, durant mon semestre, et cela semble le choquer. Je rougis de façon significative, ne comprenant pas pourquoi il est dans cet état. « Oui, deux semaines, tu devrais te réjouir pour moi plutôt. » dis-je, grimaçant légèrement. Du coup, je lui annonce que je prépare quelque chose mais que c’est un secret. J’ai signé mon arrêt de mort : j’en ai trop dit ou pas assez. Il veut savoir, disant que je la joue mystérieuse. « Même sous la torture, je ne dirais rien. » dis-je, un petit sourire en coin sur mes lèvres. C’est à mon tour, d’avoir le pouvoir. Il me raconte alors sa semaine, des nouvelles têtes sont apparues dans son amphithéâtre. Il fait l’affront de me dire qu’il y a des beaux petits culs qui se pavanent sous son nez. Je serre les dents, les lèvres pincées, passant frénétiquement une main dans mes cheveux. Je fais tout pour cacher ma jalousie mais il ne doit pas être dupe, le brun. J’allais rappliquer sèchement mais je suis vite calmée par son visage qui se niche dans mon cou, ses lèvres effleurant ma peau. Je ferme les yeux, refrénant un soupir d’aise. « Surtout le mien ? » dis-je, en gloussant. Je regarde ensuite ses mains, inquiète par une potentielle brûlure. Il ne semble pas de cet avis, me demandant d’arrêter et sous-entendant qu’elles fonctionnent très bien, même qu’il compte me montrer rapidement. « Pervers, va. » dis-je, en lui tirant la langue. En réalité, j’ai déjà hâte qu’il s’exécute. Je grimace alors quand il me parle de ses plaques alors que le sujet dérive vers son plan d’ouvrir un chenil. Il me déroule sa pensée et je le regarde avec un petit sourire. Il a presque les yeux qui pétillent quand il en parle, c’est touchant. Cependant, il garde les pieds sur terre, aimant profondément son métier. « Arrête de me flatter, surtout que c’est faux. » dis-je en levant les yeux au ciel, un sourire amusé sur mes lèvres. Il se rapproche alors de moi, m’embrassant alors qu’il glisse ses mains dans mes cheveux ? Je prolonge le baiser, passant mes bras autour de son cou, entourant son bassin de mes jambes. Soudain, il stoppe le baiser. Je grognerai presque, il doit le voir à ma tête. Surtout qu’il me dit que je dois partir. Je largue ma tête en arrière une seconde. « Je sais, malheureusement. » Il me vole un autre baiser, je plonge mon regard dans le sien. Je descends de mon perchoir, récupérant mon sac. « Je t’envoie un message, pas de discussion. » dis-je, lui envoyant un clin d’œil. Je passe à regret à côté du bureau, acculée de devoir déjà le quitter. Je passe la porte de son bureau, avec l’envie si forte de faire demi-tour.
Contenu sponsorisé


(alistaire) congratulations, you won. Empty
Re: (alistaire) congratulations, you won., le

(alistaire) congratulations, you won.

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2019-