AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

don't say it's over anymore w/meredith


Aller à la page : Précédent  1, 2
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 28 Avr - 15:20



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

Meredith fait tout de même attention à ne pas se trancher un doigt en coupant les champignons, même si elle est beaucoup plus concentrée sur sa discussion avec le Dr. Seidel. Elle relève de temps à autre les yeux vers lui, pour guetter ses réactions, entre autres. Leurs regards se croisent quelques fois, Meredith est complètement sous le charme. D'autant plus que le voir dans un acte de la vie quotidienne aussi banal que de préparer un risotto est tout à fait inhabituel pour elle, mais aussi très rassurant. Elle l'a toujours vu comme un super-héros, entre l'enchaînement de gardes toutes plus éprouvantes les unes que les autres, la chirurgie et la gestion des familles pendant des annonces plus ou moins douloureuses, Meredith pense que le Dr. Seidel est tout droit tombé du ciel. Elle lui rend sa question concernant l'origine de son métier, tout en s'approchant pour déposer les champignons dans la poêle.

- Neurochirurgien ? s'enquiert-elle de façon rhétorique en revenant près de la table pour laisser un peu d'espace entre eux.

La brunette s'assied et écoute le reste du récit du chirurgien en buvant de temps à autres une gorgée de son spritz.

- Dommage, je vous aurais quand même bien vu devenir styliste, avec votre caractère... songe Meredith, un léger sourire aux lèvres. "Enfin, je veux dire, votre personnalité," se corrige-t-elle en rougissant. "Par contre, je ne vous suis pas quand vous dites ne pas vous être senti à la hauteur de votre père ! Je suis certaine que vous auriez fait un immense neurochirurgien," assure Meredith d'une voix douce.

Elle décide ensuite de se rapprocher un peu de la plaque de cuisson, histoire de voir où en est la préparation du risotto. L'odeur commence à envahir la cuisine, et le ventre de Meredith crie littéralement famine ! Son verre en main, elle s'approche doucement du chirurgien alors qu'il est en train de lui répondre. Elle se poste à côté de lui sans bruit et demande :

- Voulez-vous que je remue un peu ? Vous devez avoir mal au bras... élude-t-elle en buvant un gorgée de son spritz. Puis elle ajoute : "Du coup, d'avoir choisi la digestive vous a permis d'être aux côtés de votre famille ?"

Meredith est fascinée par cet homme dont la vie semble à la fois si remplie et si vide, elle a envie de tout savoir de son histoire, qui doit être passionnante au vu du métier qu'il a choisi.
black pumpkin




Spoiler:
 

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Jeu 30 Mai - 12:55

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Non pas que je jugeais que ma vie soit passionnante, mais je devais admettre que mon parcours professionnel n’était pas des plus difficiles. Bien entendu, je n’avais rien à envier à celui de Meredith, qui était pour le moins courageux et déterminé. J’admirais ce genre de personnes, qui s’accrochaient à ce qu’elles voulaient véritablement faire et ce qui les faisait vivre, au fond d’elles-mêmes. Moi, j’avais juste suivi une voie toute tracée, avant de bifurquer vers une spécialisation moins difficile que celle de mon père.

« Styliste ? » répondis-je sur le même ton, avant de la laisser continuer son flot de réactions, en l’écoutant attentivement. J’eus un sourire gêné, mais heureux et fier, quand elle me répliqua que j’aurais fait un très bon neurochirurgien. Pour ma part, j’étais plutôt sûr et certain qu’elle se trompait. Mon père ne pensait qu’au travail, il ne passait pas beaucoup de temps à la maison, il ne savait pas quoi partager avec nous, parce qu’il n’était pas fait pour la vie de famille, et il n’était pas fait non plus pour être en dehors d’un hôpital. Sa vie, c’était la science, la médecine, la guérison de ses patients, les chirurgies compliquées qui durent quinze heures. Jamais je n’aurais pu faire ce qu’il faisait quand il travaillait. Je n’étais pas aussi appliqué que lui, même si j’avais hérité de sa méticulosité, et de son besoin de parfaire les choses. Mais même le perfectionnisme a ses limites, et je voulais vivre pour autre chose que pour mon hôpital. Ainsi, quand j’avais dû faire des choix et décider de ce qui allait m’animer pour le reste de ma vie, le digestif s’était imposé à moi, et j’avais gardé cette part de chirurgie qui sommeillait en moi. J’étais tout de même ambitieux, mais pas le plus ambitieux de la famille, c’était tout… « Du moment que je suis un immense chirurgien digestif, ça me va de ne pas avoir repris le flambeau de mon père, vous savez ? relançai-je en riant à demi. J’ai le temps de faire d’autres choses au moins. Enfin, mon père aurait eu le temps d’en faire aussi s’il n’avait pas accepté toujours toutes les gardes qui s’offraient à lui ! » Je lui fis un clin d’oeil en remarquant qu’elle s’était rapprochée de moi. Décidément cette soirée allait probablement nous réserver bien des surprises. Je n’aurais jamais pensé que la femme que je voulais courtiser depuis des mois allait si facilement accepter tout ce qu’elle venait d’accepter dans cette soirée.

Alors que je m’attendais à ce qu’elle me pose de nouvelles questions sur mes choix de vie, elle me demanda simplement si je voulais qu’elle prenne le relais pour remuer le plat. Je me retins d’éclater de rire, parce qu’un chirurgien qui aurait mal aux bras serait un piètre médecin. En fait, je trouvais cela plutôt mignon qu’elle prenne soin de mon bras droit. Mais j’avais dit que je cuisinais, et si je l’avais laissée découper des champignons, je n’allais tout de même pas lui demander de tout faire non plus. « C’est gentil, mais ça va aller, merci. » Aussitôt, j’embrayai, pour ne pas la gêner davantage, et répondis à sa question : « Exactement. Je n’ai pu le remarquer qu’une fois ma fille née, mais si j’avais choisi une autre voix, probablement plus difficile et importante, je n’aurais pas pu voir plein d’étapes de son enfance et de sa vie en règle générale. Alors que là, j’étais plutôt à la cool, déjà mes interventions durent rarement plus de trois heures, et avec un peu de feignantise, j’ai réussi à ne pas me récupérer beaucoup de gardes quand elle était bébé… » Je me rendis compte que je parlais beaucoup et que Meredith n’était probablement pas très intéressée de tout cela. En plus, c’était un peu tue-l’amour de parler de ma fille, que j’avais eue avec une autre femme à laquelle j’avais été marié… Elle n’avait assurément pas envie de voir cette facette de moi, qui devait potentiellement l’effrayer ou la rebuter. « Enfin, on parle de moi, mais c’est assez gênant, on pourrait plutôt parler d’autre chose, non ? » En réalité, nous faisions plus ample connaissance, alors c’était normal que l’on dévoile des choses de nos vies respectives. Seulement, je voulais mettre toutes les chances de mon côté pour que notre relation professionnelle avance petit à petit vers une relation plus personnelle. Ce n’était pas en parlant de mon passé que j’allais y arriver. Aussi, je décidai de lui poser les questions, à mon tour. « Et du coup, malgré vos choix, vous avez réussi à garder contact avec votre famille ou pas ? Vous avez des gens sur qui compter ? Ils ne vous en ont pas trop voulu d’avoir choisi votre propre chemin ? » Se séparer des liens familiaux était parfois la décision la plus difficile à faire, mais également probablement la meilleure, la plupart du temps. Il fallait vivre pour soi, et non pas pour les autres, auquel cas l’on se noyait dans la vanité des gens que l’on côtoyait, l’on se perdait dans leur égoïsme…
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 2 Juin - 18:36



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

- Ou tout autre métier nécessitant quelque peu d'autorité... ajoute-t-elle devant l'étonnement du Dr. Seidel.

C'est ce qui ressort le plus de sa personnalité, au niveau du travail. Le fait d'être méticuleux, également, et passionné.

- C'est le principal si vous vous épanouissez dans ce que vous avez choisi, conclut l'infirmière à propos de leur discussion tournant autour du professionnel, en s'approchant doucement de lui.

Cette proximité ne la gène pas, et elle espère ne pas se tromper sur ses conclusions concernant le chirurgien et son possible désir semblable. Sinon, pourquoi l'aurait-elle invitée chez lui, si ce n'est pour qu'ils apprennent à se connaître ? Il y a une heure, Meredith n'en menait pas large, mais sa capacité d'adaptation est visiblement sans limites. Même en ce qui concerne la hiérarchie...

Pendant que le Dr. Seidel raconte les bienfaits d'avoir choisi une telle spécialité par rapport à sa vie de famille, Meredith hoche de temps à autre la tête. Elle fixe le risotto, lève quelques fois les yeux vers lui. Quand elle sent que le regard bleu perçant du chirurgien va se poser sur elle, la brunette tourne immédiatement son visage. Elle a quelque peu peur de la tension qui pourrait naître entre eux, comme cela a déjà été plusieurs fois le cas. Mais... c'était au travail. Là, ils sont en dehors de l'hôpital. Et donc potentiellement libres de s'adonner à tout ce qu'ils veulent. Comme... discuter. Bien sûr. Chassant ces pensées de sa tête, Meredith s'éloigne quelque peu, pour poser son verre sur la table alors que le Dr. Seidel lui propose de parler d'autre chose que de lui.

- C'est vrai. Où se trouvent les couverts ? Je n'aime pas vous voir vous activer et ne rien faire en retour... Je veux bien mettre la table, demande-t-elle.

Pendant qu'il lui montre où tout se trouve, le chirurgien demande à Meredith si elle a toujours des contacts avec sa famille. Elle se met à rire, en se saisissant des assiettes.

- Bien sûr, j'adore mes parents. C'est en partie pour eux que je suis revenue ici. Par contre, mes frères et soeurs... Elle s'interrompt en remarquant le regard interrogateur du Dr. Seidel, et se met à sourire en déposant les deux assiettes sur la table. "Oui, nous sommes six. Je suis l'avant-dernière !" fait-elle en riant. "Ma soeur aînée et moi nous nous adorons. C'est avec elle que j'ai vécu à San Francisco, c'était génial. On se ressemble beaucoup. Par contre, avec le reste de ma fratrie, on s'entend comme ci comme ça. C'est compliqué. Et ils ont leur vie... On se voit aux réunions de famille, c'est déjà bien assez, avec leur dizaine de moufflets par tête !" se moque-t-elle, avant de se rappeler que le chirurgien en a une, de moufflette. "Enfin, je veux dire, leurs enfants," se corrige-t-elle bien vite en se retenant de rougir. "Boirons-nous du vin en mangeant ?" demande Meredith après avoir ouvert le placard où elle a repéré des verres, pour faire diversion de sa gaffe.
black pumpkin





╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 21 Juil - 14:23

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

La soirée ne faisait que commencer, et je ne me lassais pas de la vision que j’avais ce soir-là. Être chez moi, face à la jeune femme que je convoitais me rendait plus heureux que jamais. C’était ridicule, j’avais l’impression d’être redevenu un adolescent de quinze ans, alors que mon âge était bien plus vénérable que cela.

Meredith ne s’avoua pas vaincue, et me demanda où étaient les couverts. Je soupirai intérieurement, amusé, en me rendant compte qu’elle ne lâcherait l’affaire que lorsque je lui aurais donné satisfaction, et donc, une tâche à effectuer. Elle n’était pas infirmière pour rien : elle était tenace, et refusait de rester les bras croisés dans son coin. C’était bien pour cela que je l’appréciais, elle était très travailleuse, volontaire, infatigable… Je finis donc par abdiquer et lui indiquer où se trouvait chaque chose dont nous aurions besoin pour le dîner. Mais en échange de ces informations, je voulais en savoir encore un peu plus sur elle.

« L’avant-dernière !?! » m’exclamai-je en l’entendant me raconter des histoires de famille. C’était plutôt fou, mais ça ne m’étonnait pas des masses. Il y avait beaucoup de familles qui comptaient de nombreux enfants, aux Etats Unis comme ailleurs, mais je n’aurais jamais pensé que Meredith puisse venir d’une famille aussi grande. En tout cas, je comprenais bien que les repas et fêtes de famille devaient être compliqués, et à organiser, et à supporter. Je n’avais pas eu la (mal)chance de me retrouver enchevêtré de grands liens familiaux, alors je ne pouvais pas saisir tous les tenants et aboutissants de ce genre de choses. Néanmoins, j’imaginais parfaitement la lassitude d’un repas de Noël, par exemple. « Je suis amplement heureux avec une seule fille, en tout cas ! ris-je en voyant la tête de Meredith quand elle parlait de ses neveux et nièces. Ça fait moins d’idées de cadeaux à avoir ! » J’essayais de réchauffer l’atmosphère qui s’était quelque peu tendue, pour je-ne-sais-quelle raison quand Meredith avait parlé d’enfants. Je voyais bien son air rougi, malgré le fait qu’elle essayait de me le cacher.

« J’ai un vin parfait qui se marie très bien avec le risotto, ce serait un crime de ne pas en déboucher une bouteille ! » Joignant le geste à la parole, je me détournai des fourneaux, pour aller tirer un rideau qui découvrit une porte et fit un signe à Meredith. « C’est l’entrée de ma cave. C’est plutôt pratique d’avoir ça directement dans la cuisine… » J’ouvris la porte et lui fis un clin d’oeil. « Je vais y aller directement, plutôt que de vous envoyer dans les araignées et la poussière. Vous voulez bien jeter un oeil au risotto pendant ce temps ? » Moi qui avais juré qu’elle n’aurait rien à faire dans cette soirée, finalement je n’étais pas un très bon hôte. Ceci dit, elle se perdrait dans toutes les bouteilles, même si je lui donnais la bonne référence. La cave était immense, et certaines bouteilles étaient là depuis de très nombreuses années.

Une fois la bonne bouteille récupérée, je remontai dans la cuisine, rapidement mais sans bruit. La jeune femme était aux fourneaux, en silence, et ne semblait pas m’avoir entendu revenir. Je m’approchai d’elle toujours silencieusement, et me surpris à humer son parfum dès que je fus assez proche d’elle. Quand je disais que j’avais l’impression d’être un ado… ! Ne voulant pas lui faire peur, je me détournai et déposai la bouteille sur la table, en douceur. Puis, je nous pris les deux verres qu’elle avait sortis pour les remplir au tiers du ballon. « Vous m’en direz des nouvelles.. » Puis, je lui tendis son verre avant de récupérer ma spatule, non sans lui caresser doucement la main. Intentionnellement ou non, j’avais fait ce geste quasiment naturellement, et ce fut à mon tour de rougir un peu, malgré toute attente. Je me raclai la gorge précipitamment. « Vous pouvez aller vous installer, si vous le souhaitez. C’est bientôt prêt. » J’étais gêné. Et si ce n’était pas du tout ce qu’elle voulait, ce qu’elle comprenait, ce qu’elle attendait de moi ? Je n’avais pas envie de me méprendre avec elle. Pourtant, j’étais presque sûr de ce que j’avançais…
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 28 Juil - 21:12



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

- Parfaitement, l'avant-dernière ! réitère Meredith en riant, tout en se saisissant des couverts dont ils auront besoin, après que le Dr. Seidel lui a indiqué où se trouvent les ustensiles souhaités.

D'autorité, elle choisit d'aller mettre la table dans la salle à manger. Dîner dans la cuisine à la seule lumière de la hotte n'enchante pas vraiment Meredith ; quitte à être invitée en tête-à-tête avec son chirurgien préféré, autant pousser le vice jusqu'au bout et créer une ambiance un peu plus chaleureuse que celle dans laquelle ils évoluent habituellement, à l'hôpital. Ca suffit, la lumière des néons ! La conversation ne s'arrête pas pour autant, et tout en faisant des allers et retours entre la cuisine et la salle à manger, Meredith continue d'échanger avec le chirurgien à propos de leurs familles. Cette dernière se garde bien de parler du fait qu'elle n'agrandira pas la sienne, et se cache aisément derrière le fait qu'elle est en train de mettre la table pour ne rien ajouter à ce sujet. Le Dr. Seidel n'a pas besoin de tout savoir, de toute façon...

Il finit par proposer du vin, alors que Meredith met la touche finale à la tablée qu'elle vient de préparer. Elle s'est risquée à mettre une bougie sur le centre de table, qu'elle n'a pas allumée pour autant, des fois que le chirurgien y voie trop de romantisme. Meredith n'a aucune idée de la façon dont fonctionne le Dr. Seidel, après tout... Et puis, il ne l'a même pas invitée dans ce but ! Pourquoi diable a-t-elle choisi de mettre une bougie, alors ?!

- Quelle douce idée... souffle-t-elle en revenant dans la cuisine pour prendre la suite du chirurgien derrière les fourneaux, étant donné que ce dernier ne souhaite pas la faire descendre à la cave. "D'accord chef, je surveille," déclare-t-elle en souriant.

Pendant que le Dr. Seidel est descendu à la cave, l'infirmière se permet de regarder tout autour d'elle, ne revenant toujours pas de l'endroit où elle se trouve actuellement. Sa bonne étoile doit être alignée avec une ou plusieurs planètes, cela ne peut pas en être autrement. Et, même si ce n'est qu'un dîner à peine plus amical que la relation professionnelle qu'ils entretiennent habituellement, Meredith s'en réjouit. Ici, la pression liée à l'hôpital et à la hiérarchie disparaît presque complètement, lui permettant de se dévoiler un peu plus. Et... d'en apprendre en même temps sur le chirurgien et sa vie.

Un frisson inattendu dans la nuque de Meredith la fait presque sursauter. Au même moment, elle sent la présence du Dr. Seidel dans la cuisine, revenu de la cave avec la bouteille, et certainement de la salle à manger avec les deux verres à vin. Sans cesser de remuer, Meredith l'observe ouvrir la bouteille et s'affairer à emplir les verres. Elle hoche la tête quand il lui tend son verre, et frissonne à nouveau quand il effleure sa main pour récupérer la spatule afin de prendre sa suite à la préparation du risotto. Meredith détourne le regard, se sentant rougir. Quand leurs mains s'effleurent au bloc, c'est déjà très tendu pour elle, mais à cet instant, la peau de Meredith est on ne peut plus électrisée.

- D'accord, accepte-t-elle, contente d'avoir une occasion rêvée pour se dérober à cette tension qu'elle semble être la seule à ressentir.

Meredith n'attend pas une seconde de plus et se précipite à la salle à manger. Elle pourrait boire une gorgée du vin dont l'odeur l'appelle, mais elle se retient et se contente de s'asseoir. Elle fait mine de regarder par la fenêtre quand elle sent le Dr. Seidel passer par la salle à manger pour récupérer les assiettes vides, ainsi elle n'a pas à croiser encore son regard et à se retenir de rougir. Inspirant, expirant, Meredith tente de se détendre. Le repas va être on ne peut plus difficile pour elle, surtout qu'elle va voir s'agiter pendant une durée indéterminée les lèvres du chirurgien pendant qu'il mangera, lèvres sur lesquelles elle a envie de se jeter depuis des mois. L'alcool n'arrangeant rien ce soir.

L'infirmière décide de prendre place à la table, et, contre toute attente, d'allumer la bougie, après avoir récupéré un briquet dans son sac à main. Peut-être que le Dr. Seidel trouvera ça ridicule... Elle n'a pas le temps de penser à une excuse potable pour la présence de la bougie car il réapparaît, les deux assiettes en main.

- Quelle divine odeur... commente-t-elle quand il dépose son assiette devant elle. "J'ai hâte de goûter."
black pumpkin





╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Mar 30 Juil - 21:12

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

J’étais plutôt content qu’elle accepte aussi facilement de changer de pièce et d’aller s’installer à table. Je pus souffler un grand coup dès que je fus sûr et certain qu’elle ne puisse rien remarquer venant de la cuisine. Qu’est-ce qu’on faisait là, tous les deux ? Clairement, mon invitation n’était pas innocente, et j’étais quasiment sûr de moi quand je disais qu’elle voulait la même chose que moi. Mais je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’elle était ma « subalterne » et que j’étais beaucoup trop vieux pour elle, que c’était ridicule rien que d’imaginer quoi que ce soit entre nous. Je posai mes deux mains sur le plan de travail en regardant, les yeux droit dans les bulles, mon risotto qui continuait de mijoter délicatement. Cette situation était compliquée, et le mieux, c’était de prendre les choses comme elles venaient. Comme toujours, dans la vie…

Sans dire un mot, je partis dans la salle à manger où Meredith avait dressé la table. Elle avait fait les choses bien, comme à son habitude. Tout était bien installé, les couteaux à droite des assiettes, les fourchettes à gauche, les verres de vin étaient servis, et elle avait même installé une bougie entre nos deux sets. C’était adorable, mais je ne m’y attardais pas, toujours gêné par ce qu’il venait de se passer. Je pris mon temps pour dresser les assiettes avec le risotto, histoire que tout soit bien décoré, et joli. Rien n’était trop compliqué pour l’impressionner. Je ferais tout ce qui était en mon pouvoir. Tout.

Lorsque je revins dans la salle à manger avec nos deux assiettes, mes lèvres s’étirèrent en un sourire dès que je remarquai que la bougie était allumée. Elle n’oubliait rien, c’était dingue. Et c’était… romantique ? Alors je ne me trompais peut-être pas quant à nos intentions communes… ! Je déposai son assiette devant elle et mon sourire s’agrandit de satisfaction lorsqu’elle complimenta l’odeur du plat. « J’espère que vous allez aimer… répondis-je, ravi de mon petit effet. En tout cas, tout le monde ne m’en a toujours dit que du bien. » Je m’assis face à elle, toujours souriant et attendis qu’elle commence à manger pour goûter mon plat à mon tour. Sa réaction ne se fit pas attendre et mon égo s’en retrouva encore plus satisfait. « Je n’ai donc pas perdu la main. » Et en effet, tout était très bon. En même temps, il n’y avait pas de raison pour que ça n’aille pas !

Le dîner débuta dans le silence, où l’on entendit simplement s’entrechoquer nos couverts contre la faïence des assiettes. C’était bon signe, tant que rien n’était pesant. Nous avions tous les deux eu une longue journée, manger nous faisait du bien. Néanmoins, j’avais envie - besoin ? - d’entendre sa voix, de l’écouter me parler, me raconter ses aventures de jeunesse, comme auparavant. Ma soif d’apprendre qui elle était en détails ne se tarissait jamais. Et ce n’était pas vraiment au bloc que nous pouvions parler à cœur ouvert. Seulement, mon cerveau voulait parler, mais mes lèvres ne daignaient pas s’ouvrir. Pour parler de quoi exactement ? Je n’avais qu’une envie, c’était de lui avouer des choses, ces choses peu conventionnelles, des mots qui ne pourraient pas passer les portes de l’hôpital… Pourquoi c’était si compliqué de la regarder dans les yeux et de lui dire ce que je pensais depuis des semaines, voire carrément des mois. Et si tout cela n’était qu’un jeu entre nous ? Et si je m’étais emporté pour rien ? Je devais en savoir plus avant de débuter les hostilités.

« Et sinon… vous avez un copain, Meredith ? »

Et ma réaction, suite à cette question, ce fut, bien évidemment, de fuir son regard.
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Mar 30 Juil - 22:24



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

Meredith attend patiemment que le Dr. Seidel soit installé et ait attrapé sa fourchette pour se saisir de la sienne et goûter le risotto qui mijotait depuis de longues minutes. D'un geste délicat, elle soulève quelques grains de riz liés par la sauce et vient les apporter à ses lèvres.

- C'est délicieux, vraiment, murmure-t-elle quand sa bouche est vide. "Vous pensiez avoir perdu la main ? C'est comme le vélo ou la chirurgie, ça ne s'oublie pas si facilement..." déclare la brunette non sans un sourire amusé.

Elle aurait bien rappelé que le sexe entre lui aussi dans la liste des choses qui ne s'oublient pas si facilement même quand on ne pratique pas de puis longtemps, mais elle s'est ravisée au dernier moment. Ce n'est pas l'heure aux taquineries de ce genre, même si elle y est plus ou moins habituée avec le chirurgien.

Bientôt, les seuls bruits résonnant dans la salle à manger sont ceux des fourchettes contre les assiettes. Meredith a cessé d'y penser grâce à leur conversation, mais elle mourait de faim, en réalité ! Et existe-t-il meilleure façon de terminer une dure journée qu'un repas en charmante bien qu'irréelle compagnie ?

Perdue dans ses pensées et dans ses coups de fourchette, Meredith manque d'avaler de travers quand elle entend la question que le chirurgien vient à lui poser soudainement. Elle prend une discrète inspiration et se demande pendant un instant si elle est censée répondre du tac-au-tac ou bien éluder poliment. Elle pensait avoir été claire par le passé, lors de leurs échanges par texto... Se comporterait-elle de la sorte avec lui si elle avait eu quelqu'un dans sa vie ? Peut-être que oui. Parce que Meredith se sent incapable de se réserver à une seule personne sans batifoler au gré de ses désirs. Et qu'elle n'est jamais tombée amoureuse. Elle n'a aucune idée de ce que cela peut être.

- Non, finit-elle par répondre en souriant. "Vous pensiez que si ?" interroge Meredith d'une voix douce.

Elle cherche à croiser le regard du chirurgien, mais ce dernier reste désespérément concentré sur son assiette. Meredith plisse les yeux. Nouveau sourire taquin sur ses lèvres. Le Dr. Seidel est-il vraiment en train de rougir ?

black pumpkin





╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Jeu 1 Aoû - 9:19

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Les yeux vissés sur mon assiette, je continuais de manger - ou plutôt, de jouer avec ma nourriture. J’étais honteux, oui, parce que ce n’était pas forcément quelque chose que l’on demandait à une femme, comme ça, de but en blanc. Mais il fallait que je sache, parce que ce n’était pas la peine que l’on avance plus si elle avait quelqu’un dans sa vie, et si je m’étais mépris sur la question. Après tout, peut-être que j’hallucinais et que j’interprétais mal toute cette drague, entre nous. Je ne l’espérais pas, mais peut-être que j’avais mal compris, qu’elle ne répondait pas du tout à mes avances, que je m’étais fait des films.

Et lorsque la réponse tomba, et qu’elle me demanda si je pensais qu’elle avait quelqu’un, mon coeur loupa un battement et je sentis tout le poids du stress que j’avais accumulé en quelques secondes simplement retomber dans mon estomac et dans mon ventre. Donc, je ne m’étais pas trompé, j’avais toujours une chance. Et quelle chance ! Si nous étions sur la même longueur d’ondes, cette relation professionnelle pourrait bien aboutir à quelque chose de nouveau et d’encore plus intéressant. Je m’éclaircis doucement la gorge, toujours gêné par mon audace, et relevai un peu les yeux pour lui répondre. Son sourire taquin me fit rougir davantage. « On ne sait jamais… répondis-je à mi-voix. On ne connait jamais vraiment les gens. Vous ne saviez pas que j’avais une ex-femme et une fille, par exemple. » J’essayais de noyer le poisson, à regrets. Au lieu de faire la lumière, j’aurais mieux fait de lui dire que j’étais content qu’elle n’ait personne, parce que ça me laissait toutes mes chances, mais je trouvais cela un peu trop direct et un peu vindicatif. Je lui adressai un petit sourire d’excuses. « C’est de l’ordre de votre vie privée en plus, je n’avais pas à demander une chose pareille. » Comment lui faire comprendre que c’était juste pour me rassurer ? Elle allait probablement réussir à y penser elle-même.

Je repris alors ma fourchette pour manger pour de vrai, le nez pointé vers la table. Il fallait que je change de sujet, que je me sorte de ce bourbier, sinon j’allais foutre la soirée en l’air. Malheureusement, mon esprit était braqué sur le fait que Meredith était bel et bien célibataire, et ne voulait pas du tout se sortir de là. Depuis quand j’étais aussi timide ?
(c) DΛNDELION


HRP:
 

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Ven 2 Aoû - 0:31



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

La conversation prend une tournure à laquelle Meredith était très loin de s'attendre. En effet, même si leurs échanges sont parfois plus osés que la normalité, il s'agit tout au plus de sous-entendus. Rien de bien concret. Meredith apprécie beaucoup ce genre de relations, dans lesquelles s'établissent de délicieux non-dits. Et même si elle ne connaissait presque rien à propos du Dr. Seidel, de savoir qu'elle était peut-être l'exception parmi ses collègues à pouvoir lui parler de la sorte la remplissait d'orgueil. Et de désir, également. Même si elle ne pouvait pas y donner suite. Jusque là... Les choses sont peut-être en train de changer. Meredith ne voudrait pas se précipiter et en être déçue. Aussi, elle ne s'enflamme pas particulièrement quand le chirurgien lui demande si elle est célibataire. Il ne la regarde même pas, comme s'il était gêné. Ce qui amuse beaucoup Meredith, sur le coup !

- C'est vrai. Je vous avoue que je vous pensais même marié, peut-être pas père, mais... marié, confie Meredith, du bout des lèvres.

Encore un détail et une pensée qui la faisaient se gonfler d'orgueil durant leurs échanges et leurs regards. Elle aurait été "l'autre", celle qui rend désireux le chirurgien, qui le fait sortir de son cercle familial. Celle qui lui aurait peut-être donné envie de s'en défaire, qui sait. Meredith n'aurait pas non plus apprécié la possibilité de briser un ménage, mais elle s'en serait relevée sans soucis.

- Il n'y a pas de problème, rassurez-vous. Au contraire, ça me fait même... plaisir, que vous vous intéressiez à ce genre de choses à mon propos, répond Meredith en marquant une pause avant de trouver le mot "plaisir".

Elle aurait pu ajouter "extrêmement" à plaisir, mais s'est retenue pour rester simple. Son risotto ayant un peu refroidi depuis le début du repas, l'infirmière engloutit rapidement le reste, avant de terminer par une gorgée de vin encore frais.

- Il faut dire que nous sommes toujours restés très superficiels lors de nos habituels échanges... murmure Meredith, son verre de vin toujours en main, à la recherche du regard du chirurgien.

black pumpkin





HJ:
 


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Mar 6 Aoû - 20:30

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Mes lèvres s’étirèrent en un sourire surpris et amusé lorsqu’elle me répondit qu’elle pensait que j’étais marié. Pour qui me prenait-elle ? Elle croyait que j’allais la draguer ainsi alors que j’avais épouse et enfant à la maison ? Mais n’était-ce pas ce que j’avais pensé moi aussi, et ce que j’avais même insinué en lui posant la question ? Je gardai mes lèvres serrées. Ce n’était pas la peine de lui donner le bâton pour qu’elle me batte. Je n’avais pas besoin de cela, j’avais déjà assez honte ainsi.

En réalité, je comprenais que l’on puisse être attiré.e par l’inaccessible. Le fait qu’un homme ou une femme soit marié.e, c’était intrigant, et un peu désirable. C’était pour cette raison que de nombreux couples terminaient mal leur mariage, parce que les relations extra-conjugales étaient exaltantes et pleines d’excitation. Pour ma part, je n’avais jamais trompé ma femme, j’étais plutôt quelqu’un d’exclusif. Ce n’était pas trop mon genre. Mais si Meredith avait eu un petit-ami, je n’aurais pas hésité une seule seconde pour continuer à faire le coq et me pâmer devant elle tel un paon faisant la roue. C’est une sensation plutôt agréable de savoir qu’une femme en couple délaisserait son compagnon pour se tourner vers soi.

« Si ça vous fait plaisir, alors je suis rassuré, répondis-je en souriant, et en relevant soudainement les yeux vers elle. » J’étais rassuré, certes, mais surtout confiant sur l’avenir. Il ne se passerait peut-être rien de spécial ce soir, mais nous avancions, doucement mais sûrement, et je ne doutais pas une seule seconde que nous trouverions un moyen de faire évoluer cette relation professionnelle un peu ambiguë. Dans tous les cas, la tension était à son comble. « Superficiels, vraiment ? repris-je, un peu décontenancé. » Pour moi, ce n’était pas vraiment superficiel, quand on flirtait allègrement entre deux blocs, ou même le soir… Il était vrai que je ne lui avais jamais demandé plus d’informations personnelles sur elle, parce que je n’osais pas vraiment, mais combien de fois l’avais-je imaginée nue, dans mon lit, les cheveux en l’air et les joues rosies ? Des tas de fois. Alors nous étions probablement en effet restés très superficiels, mais dans mon cerveau, ça ne l’était plus depuis bien longtemps. « On pourrait l’être moins… Superficiels, je veux dire… » Ma voix s’était adoucie, se rendant d’elle-même plus suave que je ne l’aurais voulu. Je déposai ma fourchette une fois mon assiette terminée, puis je m’emparai de mon verre de vin, pour me donner une contenance.

« Quoique j’aime bien nos messages échangés tels qu’ils sont… Le jeu ne s’arrête jamais. » Mais si au départ, il s’agissait plus d’un jeu que d’autre chose, ce n’était plus vraiment le cas désormais. Plus pour moi en tout cas, car j’aurais tout fait pour tenter quoi que ce soit. Je me retenais parce que je ne connaissais pas réellement ses intentions et que je ne voulais pas dépasser mes droits. « En tout cas, vous êtes bien la seule infirmière qui me donne envie d’envoyer des messages à une heure du matin.. je ne ferais pas cela avec tout le monde. Surtout pas certaines de vos collègues… » Je ris, doucement, fier de ma bêtise. Elle savait très bien qu’elle était ma préférée de toutes, et ce n’était pas qu’à cause des messages que nous nous échangions depuis des mois. Elle travaillait parfaitement bien, elle était douce, professionnelle, et je savais que je pouvais compter sur elle quand nous étions au bloc : elle ne me ferait jamais défaut.
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Mer 7 Aoû - 19:42



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

Cette soirée ne ressemble décidément à aucune de celles que Meredith a pu passer depuis qu'elle a été engagée à l'hôpital d'Austin. Elle a bien eu quelques rendez-vous et quelques flirts avec quelques infirmiers et quelques internes, mais aucun homme ne lui a autant fait tourner la tête que le Dr. Seidel. Peut-être est-ce à cause de sa prestance, de son charisme naturel. Meredith se retient de se mordre la lèvre inférieure, quand ce dernier lui propose d'ailleurs que leurs échanges deviennent moins superficiels. Sa voix a complètement changé, et est devenue bien plus suave qu'à l'accoutumée. Leurs regards se croisent, et l'infirmière sent une douce chaleur l'envahir. Une chaleur qui ressemble étrangement à celle du désir. Elle sourit légèrement, à l'évocation du jeu qui les unit, et qui visiblement plaît au chirurgien. Sourire qui se transforme en éclat de rire, à la pensée de quelques autres infirmières du service.

- Je me demande pourquoi moi je vous donne envie de faire une telle chose, et pas les autres... fait-elle, de façon rhétorique en faisant mine de lever les yeux au ciel dans une mine songeuse. "Allons donc, ce n'est pas gentil de ma part de penser de telles choses à propos de mes collègues de travail !" se ravise Meredith.

Elle toise quelques instants le Dr. Seidel, puis repense à ce qu'il lui a déclaré quelques instants plus tôt. Toujours son regard fixé sur lui et ses lèvres frôlant son verre de vin, elle demande :

- D'ailleurs... comment pourrions-nous devenir moins superficiels ? d'une voix suave à son tour.
black pumpkin




╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Jeu 8 Aoû - 21:06

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Je ne préférais même pas imaginer à quoi pourraient ressembler mes conversations avec les collègues de Meredith. Elles étaient mille fois moins intéressantes qu’elle. Elles étaient superficielles, se tiraient dans les plumes dès qu’elles le pouvaient. Meredith semblait vraiment hors de toutes ces histoires, et elle avait bien raison, si tel était le cas. Ce n’était bien évidemment pas le cas de toutes les infirmières de cet hôpital, beaucoup d’entre elles étaient merveilleuses et très professionnelles, les patients les appréciaient beaucoup. Mais les plus anciennes d’entre elles se prenaient parfois - … souvent ! - pour les reines du monde ! « Vous pouvez penser ce que vous voulez de vos collègues de travail, elles ne sont pas là et ce n’est pas moi qui vais aller leur raconter ce que vous pouvez dire… ris-je, doucement. » Ce n’était pas que j’étais suffisamment hautain pour ne pas prendre le temps de discuter avec le personnel de l’hôpital, mais je n’avais simplement pas beaucoup de temps pour le faire. J’étais toujours entre deux patients, entre deux blocs, entre deux consultations. C’était compliqué. Je nouais principalement des liens avec les confrères qui partageaient les emplois du temps de bloc avec moi. Et avec Meredith. Surtout avec Meredith.

Meredith qui me demanda d’ailleurs ce que nous pourrions mettre en place pour être moins superficiels. Je faillis en lâcher mon verre, tellement je ne m’attendais pas à ce qu’elle me parle ainsi. Elle avait le même ton que moi, un air prédateur que je ne lui connaissais pas. Elle était pleine de surprises. Et ma réponse fusa de mon esprit, sortant du tac-au-tac : « Déjà, on pourrait se tutoyer, ce serait moins superficiel. » Je me mordis la lèvre inférieure, en rougissant un peu devant mon audace. Venais-je réellement de dire cela ? Il n’empêchait que je le pensais vraiment, et que j’adorerais pouvoir la tutoyer, et plus si affinités… Je bus la fin de mon verre de vin d’une traite, faisant descendre un peu les rougeurs de mon visage. « A moins que vous… que tu… aies une meilleure idée ? » Et voilà que je mettais mes conseils à exécution. La soirée allait prendre un tournant dont j’avais mille fois rêvé…
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Ven 9 Aoû - 18:14



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

- Oh je n'en pense rien, justement... Je n'ai pas réussi à me lier d'amitié avec elles. Je crois que dans tout l'hôpital, seules quatre ou cinq personnes ont retenu mon attention, amicalement parlant. Et ce n'était pas en chirurgie digestive... raconte Meredith en repensant notamment à Kathlyn, l'infirmière d'un tout autre service grâce à laquelle elle a pu obtenir ce travail. "Quand j'étais sur le ôle de remplacement, au moins, je voyais tout un tas de choses et de gens variées !" précise-t-elle en riant légèrement.

Parfois, ce rythme de vie lui manque. Ne pas avoir à retourner tous les jours dans le même service est un luxe, car on n'a pas à se soucier des problèmes internes à l'équipe ou au service. On vient faire le travail qu'il faut entre prescriptions et consignes, et on s'en va pour un autre service. C'est exactement ce qu'il fallait à Meredith, qui a un peu de mal avec la routine. Heureusement qu'en chirurgie digestive ça bouge pas mal, sinon elle n'aurait pas choisi de sauter sur la vacance de poste.

- Nous tutoyer ? Quelle charmante première idée, accepte Meredith dans un sourire.

Elle sent qu'elle va avoir du mal, vis-à-vis du respect qu'elle a pour le chirurgien, mais elle s'y fera. Sur le moment, elle se demande si elle pourra le tutoyer lorsqu'ils seront au travail... Une bouffée de chaleur envahit l'infirmière quand elle voit le Dr. Seidel se mordre la lèvre inférieure avant de lui demander si elle n'a pas une meilleure idée. Le sourire de Meredith devient plus taquin.

- Je vous dois un massage, si mes souvenirs ne me trahissent pas, repense-t-elle en faisant tournoyer son reste de vin dans son verre, les yeux fixés dessus pour ne pas avoir à croiser celui du chirurgien, qui lui donne envie de tout autre chose qu'un massage.
black pumpkin




╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Sam 10 Aoû - 14:42

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Jamais je ne désirerais qu’elle retourne sur le pôle de remplacement. Plutôt crever que de la laisser repartir de mon service. Je m’étais beaucoup trop attaché à elle, et c’était visible quand je parlais, même simplement quand je la regardais. Et venais-je réellement de lui dire que nous devions nous tutoyer ? J’avais complètement craqué, là. Mais en même temps, j’étais plutôt fier de moi-même. Après tout, n’était-ce ainsi que nous allions avancer un peu dans notre relation ? Je l’espérais, en tout cas.

Elle sembla accepter l’idée sans problème, même si je me doutais qu’elle aurait du mal à s’y mettre. Tout comme moi, en réalité, parce que j’étais trop habitué à vouvoyer tout le personnel de l’hôpital, à part mes confrères, et encore, seulement ceux que je connaissais vraiment bien. Les infirmières, soignants, les chefs de service ou autre, je ne leur parlais qu’avec le respect nécessaire au bien-être de tous. Evidemment qu’il nous faudrait un temps d’adaptation, à elle comme à moi. Seulement, je faillis carrément m’étouffer lorsqu’elle me rappela qu’elle me devait un massage.

J’avais complètement oublié ce qu’il s’était passé plus tôt dans la journée. J’avais perdu cette patiente. J’avais essayé de faire une opération simple, et je n’avais pas réussi à lui sauver la vie. Elle avait été là pour me calmer, et elle m’avait donc promis un massage. Je n’y pensais vraiment plus, et si elle ne me l’avait pas rappelé, jamais je n’aurais pu m’en souvenir. La perspective de dîner avec elle avait totalement évaporé les mauvaises émotions… « C’est vrai, vous m’en devez un, répliquai-je, avec une répartie un peu nulle, les joues rouges. Mais je ne veux pas vous forcer en quoi que ce soit… » Et voilà que les bonnes habitudes que j’essayais de prendre s’envolaient aussi sec. Pour le « tu » ce serait a priori pour plus tard. Peut-être qu’il valait mieux que l’on perdure ainsi, le temps de ce massage, sinon, je n’allais pas réussir à me retenir pour quoi que ce soit. « Vous êtes douée en massages ? lui demandai-je d’un air innocent. Vous… vous avez des habitudes particulières ? » Je n’osais pas lui en demander davantage, sans vouloir tenter le rapprochement. C’était elle qui gérait les massages, après tout, et si elle m’avait proposé de m’en faire un, c’était qu’elle en avait envie, sinon elle n’aurait pas pris la peine de me rappeler ce souvenir…
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Sam 10 Aoû - 16:47



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

C'est bien raté, pour le tutoiement. Meredith y pense seulement après avoir parlé, aussi elle se promet de faire un effort par la suite. Son rappel au massage a l'air d'avoir gêné le chirurgien. Parfait, elle reprend quelque peu l'avantage sur lui... Après tout, c'est lui qui menait la danse depuis le début de la soirée, tout spécialement en l'ayant invitée chez lui. Maintenant que l'alcool commence à faire son joli effet, Meredith se sent moins coupable de se trouver chez le Dr. Seidel, et d'avoir dîné presque aux chandelles avec lui. Et, même sans chandelles, ils sont deux adultes seuls dans une maison, liés à la base par le travail, mais... sans le travail, ce soir. Ils ne sont donc plus le Dr. Seidel et Meredith Greenberg l'infirmière, mais bien Stanislas et Meredith. Peut-être pourrait-elle commencer à l'appeler par son prénom... La prochaine fois qu'elle aura à l'appeler, Meredith testera, au moins pour voir sa réaction.

- Oh, je vous l'avais quelque peu promis par sms, il y a peu, fait-elle en riant légèrement. "De toute manière, j'adore ça. Et... Il paraît que je suis douée."

Ses yeux se relèvent, croisent ceux du chirurgien. Il n'en faut pas plus pour Meredith, qui se lève d'autorité, et commence à débarrasser, juste histoire de s'occuper les mains. Mains qui ont terriblement envie de déshabiller le dénommé Stanislas sans forcément passer par la case massage.

- Je ne sais pas. Où préférez-vous... Préfères-tu, se corrige Meredith, "que je te masse, déjà ?"

Elle ramasse les deux assiettes et les empile avant de se diriger vers la cuisine. Le salon du chirurgien peut parfaitement accueillir ce moment délicat, mais un grand lit serait encore plus appréciable. Meredith laisse le choix à l'intéressé, après tout c'est son confort qui primera... Arrivée dans la cuisine, elle cherche quelques secondes le lave-vaisselle, et, pour se donner une contenance, lance :

- Si vous... Rah ! Si tu as de l'huile de massage ou bien une pierre solide massante, ça ne sera que plus bénéfique !

black pumpkin



╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Sam 10 Aoû - 17:30

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Je ne pus que sourire à l’évocation de ce sms, qu’elle m’avait envoyé lors d’une de ces soirées où l’on passait notre temps accrochés à nos téléphones respectifs. C’était vraiment le bien-fondé de cette relation naissante, tous ces textos envoyés l’un à l’autre. Si les chefs de l’hôpital entraient par hasard dans notre conversation dédiée, ils tomberaient de haut… ou peut-être pas de si haut qu’on le pensait, parce que dans un hôpital, tout se sait et tout se voit, malheureusement. Je ne pris pas la peine de lui répondre, parce qu’elle savait que je savais. Mais je ne perdais pas le nord, et j’entendis très bien le moment où elle expliqua qu’elle était possiblement douée en massages. « Ce sera à moi d’en juger, Meredith… » Mes mots restèrent dans l’air quelques temps, alors que nos yeux se caressaient délicatement. Il fallut que je détourne le regard avant de lui sauter dessus sauvagement, et elle entreprit de se lever pour débarrasser la table. Il était hors de question qu’elle le fasse ! Nous étions chez moi, c’était à moi, l’hôte, de m’en charge. Mais, têtue comme une mule, elle ne prit même pas le temps de me laisser m’emparer des assiettes qu’elle avait la moitié de la table dans les mains. Je levai les yeux au ciel, en souriant à demi. « C’est toi qui décides, repris-je d’une voix plus guillerette, trop heureux que j’étais de pouvoir enfin me faire masser et de profiter du passage des mains de Meredith sur ma peau pour raviver tous les fantasmes que j’avais à son propos. Moi je veux bien te prêter mon lit pour en faire un lit de massage… » Ce n’était pas qu’une proposition innocente, bien entendu, mais je saurais me tenir si elle ne voulait rien faire davantage. Au cas où, nous serions fort heureusement au bon endroit… Je ne vis pas sa réaction, car elle était déjà partie en cuisine. Je soupirai, avant de ramasser les deux verres pour les mettre à laver, et la rejoignis dans la pièce attenante au salon.

« Heu… je crois que je n’ai rien de tout cela, malheureusement, finis-je par répondre, un peu désolé d’être un piètre masseur. Ce n’est pas vraiment dans mes habitudes qu’une femme vienne me masser ici, pardon ! » Je ris avant de poser les verres et d’aller récupérer la bouteille non loin. « Est-ce que tu voudras d’autre vin ? Ou je peux la reboucher ? » C’était tellement étrange, mais tellement naturel à la fois de lui parler ainsi, de lui reproposer du vin. Comme si c’était ce que nous avions toujours fait, alors que c’était la première fois que l’on se voyait en dehors du travail ? Je me resservis un verre en attendant sa réponse, puis, je fis en sorte qu’elle lâche les assiettes, qu’elle tenait encore fermement, semblant chercher quoi en faire. Je lui pris des mains avec douceur et les déposai dans le lave-vaisselle, accompagnées de nos couverts. « Tu peux arrêter de jouer à la femme de ménage, maintenant ? repris-je, toujours d’une voix douce et rieuse. » Loin de moi l’envie de me moquer d’elle, ou du métier de femme de ménage, mais je voulais surtout que son attention soit concentrée sur moi. « Est-ce que ça t’ira quand même sans huile de massage ? Ou alors c’est foutu et on est obligés de remettre cela à une prochaine fois ? »
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Lun 12 Aoû - 0:47



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

- Alors allons-y pour ton lit... Je suis sûre que tu peux t'y étendre de tout ton long, ça ne sera que plus confortable pendant que je serai... sur toi, déclare Meredith en laissant ses deux derniers mots en suspens.

La brunette aurait pu s'en douter, que Stanislas n'allait pas avoir ce dont elle a besoin pour le masser. Jamais personne ne se balade avec un tel matériel chez lui... Sauf ceux ou celles qui ont l'habitude de prodiguer de bons massages de qualité. Meredith, elle, a de quoi faire, mais à son appartement.

Stanislas la rejoint dans la cuisine alors qu'elle vient de poser les yeux sur le lave-vaisselle, en déclarant qu'il n'a pas l'habitude que des femmes viennent chez lui pour le masser. Meredith mentirait si elle venait à prétendre que cette révélation ne la rassure pas un minimum sur le quotidien du chirurgien.

- Je veux bien encore du vin, répond-elle à ce propos.

Elle entreprend de rincer les assiettes avant de les mettre au lave-vaisselle, mais elle vient se faire interrompre par un Stanislas à la douceur inconnue, qui lui tire les assiettes des mains, lui demandant de cesser de jouer les femmes de ménage. Meredith sent ses joues se rosir quelque peu, elle est obligée de baisser les yeux, incapable de soutenir le regard du Dr. Seidel. Jusqu'à ce qu'il remette le massage sur la table. Très proche de lui, Meredith relève son visage et plante ses yeux dans les siens.

- Je peux aisément me débrouiller sans, argue-t-elle, du bout des lèvres, en faisant rouler chaque mot sous sa langue.

Sentant le désir lui monter jusqu'aux tempes, elle se détache du chirurgien et le laisse terminer de ranger la vaisselle sale. Elle retourne vers son verre de vin et s'en empare frénétiquement, avant de boire deux gorgées d'affilée. Elle en a bien besoin...

- Tu le veux maintenant, ce massage, ou un peu plus tard ? questionne Meredith.
black pumpkin



╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Mer 14 Aoû - 17:42

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Nos deux verres de vin prêts, je pris le temps de bien reboucher la bouteille et de la remettre dans un placard frais. Je la finirais dans la semaine, seul, cela ne me dérangeait pas et je n’avais pas honte de picoler un peu tout seul. Tant que la consommation n’était pas excessif, tout allait bien, non ? Mais ce n’était pas le moment de penser à ce à quoi ressemblait un alcoolisme chronique. J’écoutais en fait surtout Meredith me rassurer quant au fait qu’elle n’avait pas besoin d’huile de massage pour réussir à me faire un bon massage, et qu’elle pouvait se débrouiller de toute façon. J’étais content, parce que ça signifiait qu’elle allait le faire, et qu’on allait avoir un rapprochement, même s’il était minime, comparé à ce que l’on aurait pu attendre. Ceci dit, la soirée était loin d’être finie, et on ne savait jamais ce que l’avenir pouvait nous réserver. De plus, nous étions si proches à cet instant que le rapprochement aurait très bien avoir lieu avant le massage. J’étais à deux doigts de fondre sur ses lèvres pour les embrasser, mais Meredith se détourna de moi, me laissant déçu, le feu au ventre. Pour me donner une contenance, j’entrepris de finir de préparer la vaisselle comme l’infirmière le faisait juste avant que je ne l’interrompe.

Alors que je rangeais les couverts et les assiettes dans les compartiments adéquats, je l’entendis me demander si je le voulais maintenant ou plus tard, le massage. J’ouvris alors enfin la bouche pour m’exprimer, bien incapable que j’étais avant cela de ne prononcer ne serait-ce qu’une syllabe. « J’ai bien envie de l’avoir maintenant. » Evidemment, que croyait-elle ? Que j’allais vouloir attendre alors que nous étions si bien partis ? Hors de question que j’attende une minute de plus. « On prendra le dessert après, non ? » En réalité, je n’avais même pas prévu de dessert, mais j’espérais qu’il n’y ait pas de temps mort pour en prendre un. Au pire, je devais bien avoir un peu de glace dans mon congélateur. Quoi qu’il arrive, j’aurais une solution. « Je te montre le chemin pour aller dans la chambre ? lui demandai-je finalement, une pointe de malice dans la voix. » Sans attendre sa réponse, je me retournai pour filer dans le salon, Meredith sur mes talons. J’avançai vers les escaliers en verre, s’ascensionnant en colimaçon, près de l’entrée. La chambre était au bout du couloir, attenante à une salle de bains plutôt grande que j’aimais beaucoup. Je la laissai entrer avant moi dans mon antre, et souris en la voyant regarder tout autour d’elle. « Tu penses que c’est propice aux massages, cette ambiance ? » J’étais un peu sarcastique, je ne savais pas si elle croyait à tout ce genre de conneries, le karma, l’ouverture des chakras, les bonnes ondes. Pour ma part, il était évident que non, parce que ma profession me défendait bien de croire en toute autre forme de science que la sacrée médecine.. mais après tout, pourquoi ne pas s’ouvrir à d’autres choses ? Il n’était jamais trop tard pour apprendre.
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Ven 16 Aoû - 0:42



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

Meredith ne voit pas même pourquoi elle a demandé à Stanislas s'il souhaitait recevoir son massage à l'instant ou un peu plus tard. A sa place, elle aurait répondu de la même manière, sans aucun doute. Pourquoi attendre, de toute manière ? Elle hoche la tête à propos du dessert, et serre un peu plus son verre de vin entre ses mains.

La tension actuellement est telle dans la pièce que l'infirmière n'est pas mécontente que Stanislas décide de quitter la cuisine pour lui montrer le chemin de la chambre. Soupirant silencieusement, elle le suit jusqu'aux escaliers, puis lui passe devant dans le couloir à l'étage, non sans faire volontairement voler ses cheveux à son niveau. Elle n'est pas sûre qu'il reste dedans une once du parfum qu'elle y a mis le midi-même, mais ça ne lui coûte rien d'essayer.

- Mmh... Attends, fait-elle en se dirigeant d'autorité vers la fenêtre pour en fermer les volets, avant d'éteindre la grande lumière de la chambre pour allumer les deux petites qui reposent sur des tables de nuit de chaque côté du lit. "Voilà, maintenant, c'est propice aux massages ! Tu as de quoi mettre de la musique, peut-être ? Je vais aller me... laver les mains," hésite Meredith, qui a impérativement besoin de se séparer quelques secondes du chirurgien pour tenter de calmer son coeur qui bat à tout rompre. "Tu peux toujours te mettre... en tenue, oui, en attendant," bafouille-t-elle, un sourire au coin des lèvres.

Ni une ni deux, l'infirmière se dirige vers la salle de bains attenante à la chambre et ferme la porte à clef. Elle s'appuie au lavabo du plat de ses deux mains, et se regarde dans le miroir. Désespérant reflet qui s'offre à elle. Avec la journée fatigante de boulot qu'elle a eue, Stanislas aurait pu choisir un tout autre jour pour l'inviter à dîner... Meredith ne se pensait pas aussi peu présentable. Un léger sentiment de honte s'empare d'elle. Elle se mord la lèvre inférieure, et se lave les mains comme promis, avant de quitter la salle de bains et de retourner dans la chambre.

Elle a un sursaut quand elle voit Stanislas assis sur le bord du lit, torse nu. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il ait suivi son ordre, en réalité.
black pumpkin




Spoiler:
 

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 25 Aoû - 19:28

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

En réalité, je ne pensais pas qu’elle me prendrait au mot suite à ma demande, quant à l’ambiance de la pièce. Elle semblait tout analyser, de son regard affuté et soucieux. Et en un instant, rapide comme l’éclair, elle s’avança vers la grande fenêtre pour nous mettre dans un endroit plus sombre, s’empressa d’allumer les petites lumières d’appoint de mes tables de chevet - je fus même étonné de voir que la lampe du côté du lit que je n’utilisais pas était encore fonctionnelle - et finit par éteindre le plafonnier. Meredith semblait satisfaite avec ce qu’elle venait de produire, et moi, j’étais éberlué de voir qu’elle prenait cela vraiment très au sérieux. « Je… Oui oui, j’ai … un petit lecteur… » Je ne savais pas vraiment quoi répondre d’autre à cela, elle voulait vraiment mettre de la musique ? J’étais surpris, mais dans le bon sens du terme. Je sentais que ce massage allait être très agréable, vu toute l’intention qu’elle y mettait. J’allumai le petit lecteur, et elle n’aurait plus qu’à y brancher son téléphone si elle le souhaitait. Je n’avais pas spécialement de musique relaxante, bien au contraire. Mes CD et autres possessions digitales étaient là pour me faire bouger, pour danser, pour chanter, pour s’éclater, en somme.

Je faillis m’étouffer quand elle me parla de me « mettre en tenue ». Aussi idiot que cela puisse paraître, parce que je savais à quoi ressemblait un corps de femme, et elle savait aussi bien à quoi ressemblait un corps d’homme, j’étais presque intimidé de me mettre à nu devant elle. Mais j’obéis, docilement, et pendant qu’elle se lavait les mains, je retirai ma chemise, en la reposant sur une chaise non loin, avant de m’assoir sur mon lit, en attendant qu’elle me dise quoi faire ensuite. L’attente ne fut pas longue, et elle sortit rapidement de ma salle de bains pour me rejoindre. Je la regardai d’un air tout timide, les joues rouges. A ce que je vis, elle était surprise de me voir ainsi. « J’ai fait quelque chose qu’il ne fallait pas ? lui demandai-je soucieux d’avoir fait une bêtise. » Je n’étais pas vraiment familier des massages et autres soins du genre, alors peut-être qu’il aurait fallu que je sois moins « pressé » ? Je n’en savais rien. Cependant, elle balaya ma question aussi vite que je l’avais posée, et bien rapidement, je me retrouvai allongé sur le ventre, la tête sur mon oreiller, tournée sur le côté, les yeux rivés sur Meredith qui finissait de se préparer. « Tu veux que je me décale ? Tu ne vas pas être très à l’aise sur le bord du lit ! » Naïf que j’étais, je ne pensais pas qu’elle allait vraiment aller à fond dans ce massage et s’asseoir sur moi… Je me trompais, bien sûr, et son sourire me fit comprendre que j’étais un peu idiot d’avoir autant de foi dans mes certitudes. « Je dois faire quelque chose en particulier ? Fermer les yeux ? J’ai pas envie de m’endormir ! » Mes mots sortaient tout seuls, et j’avais l’air d’un adolescent stressé. Une chose était sûre, je tenais vraiment à ne pas m’endormir, parce que je voulais voir où tout cela allait nous mener. Ce massage, cette soirée, cette tenue, cette ambiance…
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 25 Aoû - 22:21



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

Se forçant à ne pas fixer Stanislas qui s'est déjà débarrassé de sa chemise, Meredith voit qu'une petite chaîne hi-fi a été allumée, certainement pour y mettre de la musique. Aucun téléphone ne s'y trouve branché, et celui de Meredith se trouve dans son sac à main, dans l'entrée. L'occasion parfaite d'aller reprendre ses esprits, somme toute...

- Non non, tout va bien ! le rassure-t-elle en le fixant dans les yeux. "Je vais chercher mon téléphone... Je reviens tout de suite !"

Et en une seconde, Meredith a quitté la chambre. Elle a eu un coup de chaud, en voyant le chirurgien de la sorte. Elle l'a déjà vu torse nu, presque par erreur, mais c'était dans un tout autre contexte... Elle ne s'apprêtait pas à poser ses mains sur son corps ! Un corps qu'elle n'imaginait pas aussi bien formé, d'ailleurs... La première fois, dans les vestiaires, il faisait plutôt sombre. Et elle n'avait pas vraiment le droit de regarder...

C'est en soufflant silencieusement que l'infirmière revient dans la chambre, son téléphone en main, prêt à diffuser une musique d'ambiance. Elle choisit des solitudes aux sonorités asiatiques, et branche son téléphone à la chaîne. Un réglage de volume plus tard, et la voilà près de Stanislas à lui dire :

- Allez, sur le ventre !, presque en riant. "Tu peux te décaler un petit peu si tu veux, mais c'est pour ton aise à toi... Moi, je m'arrange !"

Et par s'arranger, Meredith veut surtout dire enlever ses chaussures. Elle les laisse choir à côté du lit, sur lequel elle grimpe bien vite avant de s'agenouiller à côté de Stanislas, au niveau de ses fesses, le visage tourné vers le sien. Doit-elle vraiment lui demander la permission...? Certainement pas. Cela fait bien longtemps que Meredith n'a pas pris une telle initiative, et en ayant la possibilité de le faire avec Stanislas, elle ne va certainement pas se priver.

- Tu peux fermer les yeux, si tu veux... Et n'hésite pas à dire si jamais je te fais mal. Ou si tu n'aimes pas la musique... déclare-t-elle en se déplaçant au-dessus de lui, afin de s'asseoir sur sa chute de reins ô combien confortable. Sa voix devient plus langoureuse alors qu'elle ajoute : "Heureusement que je ne suis pas en congés, sinon j'aurais des ongles bien plus longs et je risquerais de te griffer... en te massant, j'entends," et que ses mains viennent se poser sur les épaules du chirurgien.

Épaules bien plus musclées qu'elles n'y paraissent à première vue... Meredith hausse les sourcils, tout en commençant à le masser. Elle reste assez légère dans ses mouvements, histoire de ne pas révéler tout de suite à Stanislas que ses massages sont vraiment de qualité. Elle tient à garder de quoi le surprendre pour la suite... Si suite un jour il y a.

Le silence se fait dans la chambre, et l'on n'entend plus que la douce musique diffusée par la chaîne hi-fi, derrière Meredith et Stanislas. Celle-ci s'efforce de ne pas descendre son buste pour déposer des baisers sur le dos du chirurgien, même si elle en meurt d'envie. Elle a pas mal chaud, et ne peut même pas se déshabiller. Si on lui avait dit que sa journée de travail se terminerait par ses mains sur le dos du Dr. Seidel, dans son lit...
black pumpkin





╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Mar 27 Aoû - 20:33

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

A priori, tout ce que j’avais fait était convenable, alors j’imaginais que c’était juste la situation qui la gênait un peu. C’était compréhensible après tout, j’étais son « supérieur », elle était ma « subalterne » même si je ne voyais pas du tout les choses ainsi, et c’était peut-être déroutant pour elle de se retrouver chez moi, après tout ce que nous nous étions échangés, plus ou moins innocemment par textos interposés. Mais après tout, c’était elle qui avait parlé de massage, et c’était elle qui m’avait dit qu’elle pourrait m’en faire. Je n’avais rien demandé de particulier, pour ma part, j’étais simplement bien heureux qu’elle accepte. Mise devant le fait accompli, elle semblait plus angoissée, mais je savais qu’elle n’était pas du genre à reculer devant l’obstacle.

Une fois le téléphone de Meredith branché à la chaîne hi-fi, elle prit un peu de temps pour choisir une douce musique aux consonances asiatiques, qui chantait avec plaisir à mes oreilles. Elle m’intima l’ordre de m’allonger sur le ventre, et j’obtempérai sans faire d’histoire. Au fond de moi, j’étais un peu gêné aussi, tout de même, parce que je ne savais vraiment comment tout cela allait tourner. Une chose était certaine : j’allais profiter à fond de ce massage, puisqu’elle semblait si bien les faire. Je fis semblant de ne pas être éberlué quand elle s’assit juste au-dessus de mes fesses. C’était évident qu’elle allait se mettre mais je ne savais pas si elle allait avoir l’audace de le faire. Je m’étais trompé, et délicieusement. J’étais même ravi de m’être trompé. « Je ne crois pas que tu me feras mal, au contraire… miaulais-je doucement, sentant déjà mon corps se détendre, rien qu’avec son toucher délicat sur mes épaules. Tu griffes souvent tes cobayes de massage, quand t’es en repos ? J’aimerais bien voir ça… » Sous entendu : j’aimerais bien que cela recommence, plus souvent, et également quand elle serait en repos.

Le massage débuta, et dès qu’elle commença à manipuler mes épaules, à détendre chacun de mes muscles, chacun de mes nerfs, je faillis ronronner - et m’endormir surtout. C’était divin, et elle avait des doigts de fée, je n’avais jamais ressenti un soulagement pareil, alors que je ne me sentais absolument pas tendu, en règle générale. Comme quoi, malgré tout, sans se sentir stressé, on peut mine de rien avec du poids sur les épaules. Je lâchai un soupir de bien-être, qu’elle dut entendre, puisqu’il n’était pas du tout dissimulé. « C’est… tellement agréable, lançai-je à mi-voix, brisant enfin le silence rassérénant qui s’était installé entre nous. Tu fais ça vraiment bien. » Je me tus ensuite, pour retrouver cette ambiance parfaite. J’aurais aimé que ce moment ne s’arrête jamais. Ses mains passaient de mes épaules à ma nuque, revenaient sur mes épaules puis descendaient sur mon dos, aucun centimètre carré n’était laissé à l’abandon. Il arrivait même parfois que je frissonnais, lorsqu’elle touchait un point particulièrement sensible.

Pourtant, toutes les bonnes choses ont une fin, et alors que j’entendais la musique entamer une sorte de transition fondue vers le silence, je sentis les mains de Meredith s’impliquer de moins en moins et revenir sur mes épaules et ma nuque pour terminer par de petites caresses. Je sus que j’en avais eu assez pour cette fois et qu’il faudrait patienter jusqu’au prochain. En rouvrant doucement les yeux, clignant des paupières rapidement pour m’habituer à la douce luminosité de la pièce, je tournai la tête vers Meredith qui était toujours assise sur le bas de mon dos et lui souris. Je n’avais même pas envie de parler, c’était inutile. A la place, je me redressai un peu, passai une main dans son dos pour qu’elle ne tombe pas à la renverse à cause de mon mouvement et me rapprochai doucement d’elle en fixant ses lèvres, puis en fixant ses yeux, et en continuant ainsi mes aller-retour. Puis, oubliant toute bienséance et le fait que l’on ait vraiment trop d’écart d’âge, et qu’elle soit mon infirmière de bloc, et que tout contre-indiquait ce petit jeu que nous avions instauré elle et moi, je l’embrassai. Pas d’une façon très sauvage, mais pas trop délicatement non plus. Je capturai ses lèvres avec force et douceur dans le même temps, histoire qu’elle comprenne que c’était fini, le « petit » jeu et qu’on allait avancer un peu. Ma main remonta de son dos à son flanc, puis à sa joue et je me détachai finalement d’elle, après de longues secondes parfaites. J’espérais qu’elle ait ressenti ce que j’avais ressenti, parce que c’était la façon de terminer cet instant massage…
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Jeu 5 Sep - 23:38



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

- Hé, je ne le ferais pas exprès, rassure-toi ! se défend faussement Meredith en riant.

Elle n'en pense évidemment pas un mot. Bien sûr qu'elle passerait avec plaisir ses ongles sur tout le long du dos du Dr. Seidel... Elle pourrait le faire en de multiples occasions, d'ailleurs, un massage n'étant pas la première de celles-ci.

Les mains de Meredith parcourent le dos de Stanislas, qui semble apprécier, au vu de ce qu'il lui confie. Elle ne répond rien pour ne pas briser la magie de l'instant, et se contente de sourire de toutes ses dents. Décidément, le Dr. Seidel est ravi du travail de Meredith, dans tous les domaines qui soient...

Quand la fin du morceau sur lequel Meredith a choisi d'accorder le rythme de ses mains arrive, elle ralentit ses mouvements, jusqu'à les arrêter tout à fait. Les solitudes continuent derrière eux, mais elle estime qu'une quinzaine de minutes de massage constituent un bon début dans l'évolution de leur relation. Stanislas ne tarde pas à comprendre que le temps du massage est terminé, et il se relève de sa position allongée en s'assurant que Meredith ne chute pas. Cette dernière se relève également histoire de ne pas compliquer la tâche au chirurgien et note à peine la présence de l'une de ses mains dans son dos, étant donné qu'elle reste focalisée sur son regard.

Toujours à genoux, elle l'observe s'approcher d'elle en souriant. Meredith a le feu qui lui monte aux joues. Elle sent arriver un moment qu'elle redoute tout autant qu'elle l'attend avec impatience. Elle n'a de cesse de sourire, tellement qu'elle en a mal aux zygomatiques. Vient enfin l'instant où Stanislas s'approche beaucoup trop près, et où la course de ses lèvres termine sur celles de Meredith. Il s'agit là d'un baiser qui lui retourne l'estomac, qui lui enserre la gorge, et lui donne des bouffées de chaleur. Un très bon baiser, somme toute. Meredith se permet d'expirer longuement quand Stanislas se décolle d'elle. Son sourire ne s'est toujours pas tari, ni le rose à ses joues. Un vertige s'empare même d'elle.

- Si je m'attendais à ça... murmure-t-elle, sans oser regarder le chirurgien dans les yeux.

Elle a encore la joue qui brûle, du contact de sa grande main délicate. Et la lumière tamisée dans la chambre n'aide pas Meredith à reprendre ses esprits... Elle concède néanmoins à lever les yeux vers lui, et, instantanément, ressent comme un coup de jus quelque part dans le fond de son ventre. Meredith se relève légèrement sur ses genoux, et se penche sur Stanislas, prenant son visage entre ses deux paumes avant de l'embrasser. Elle ne peut pas s'en empêcher : tout son désir passe dans ce baiser, qui se veut bien plus violent que celui qu'il lui a précédemment donné. Quelques seconds plus tard, elle se décolle de lui, cherchant son approbation pour réitérer son audacieuse action voire aller plus loin, tremblant presque de désir.

Depuis le temps qu'ils parlent par textos de telles choses, il était temps qu'ils réalisent un semblant de ces choses... Même si à l'avenir, Meredith ne pourra plus voir le chirurgien de la même manière.
black pumpkin




╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 116
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : avengedinchains pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :

Bloc notes : /



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Sam 12 Oct - 17:58

don't say it's over anymore
meredith & stanislas

Bien sûr, j’étais le premier étonné de mon audace, même s’il était clair qu’elle comme moi, nous avions envie de ce qui se déroulait finalement entre nous. Mais je ne savais vraiment pas bien où ça allait nous mener. Nous n’étions pas fait pour être ensemble, et pourtant, j’en rêvais depuis de nombreuses nuits. J’avais tellement imaginé ce moment, le moment où l’on s’embrasserait… Qu’allait-on faire ensuite ? Il était tout bonnement impossible que l’on continue sur cette voie, parce que l’hôpital ne verrait pas d’un bon œil une relation entre un chirurgien et une infirmière, qui plus est aussi jeune que Meredith. Mais si le problème se posait malgré tout, je ne voulais même pas y penser tout de suite, je ne voulais que profiter de ce moment qui nous était accordé, et que nous allions savourer.

Je pensais qu’elle allait être plus réservée que cela, qu’elle ne tenterait rien et surtout, qu’elle ne me ferait pas comprendre qu’elle avait aimé. En vérité, je ne savais pas ce que j’attendais d’elle, en faisant cela. Je ne m’attendais surtout pas à ce qu’elle se redresse et qu’elle le prenne le dessus, cette fois-ci. Mais c’est pourtant ce qui se déroula ensuite, et brusquement, je sentis ses lèvres s’emparer des miennes, à l’identique de ce que j’avais pu faire avant, bien que son baiser soit plus quémandeur, plus avide de contact. Je cherchais son regard, alors que nous étions plus que jamais collés l’un à l’autre, elle quasiment assise sur moi, moi torse nu face à elle. Où nous allions ? C’était une bonne question, mais désormais, je ne pouvais plus me passer d’elle. La brune était délicieuse, alléchante et surtout, elle me rendait fou. Pour autant, même si je ressentais un besoin quasi impossible à réfréner de pousser l’action plus loin, je ne voulais surtout pas la forcer à quoi que ce soit. Mais vu comment elle m’embrassait, je ne doutais pas trop de ce qu’elle pouvait attendre par la suite.

Je la repoussai, malgré moi. Il fallait que l’on soit au clair, là-dessus, parce que c’était bien beau de commencer à s’embrasser, mais nous ne pouvions pas faire n’importe quoi. Son regard m’interrogeait silencieusement, et je caressai doucement sa joue et son front, remettant doucement ses cheveux bruns en arrière, et plongeant mes yeux dans les siens, noirs d’envie. « Tu t’attendais à autre chose ? la questionnai-je en miroir à ce qu’elle avait dit juste avant. » Je n’osais pas vraiment lui demander ce qu’elle attendait ensuite. Si nous couchions ensemble, il n’y aurait pas de retour en arrière possible : je serais le vilain chirurgien qui aurait profité de sa subalterne, et elle, la petite femme prête à tout pour monter les échelons. Bien sûr que ce serait ainsi que l’on serait vus. Moi, comme un profiteur. Elle, comme une traînée. Alors il ne fallait pas que cela se sache. « Qu’est-ce que tu envisages vraiment avec moi Meredith ? » La question était clair, mais faisait l’effet d’une bombe. Pourquoi fallait-il toujours que je pose les pires questions aux pires moments ?
(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Meredith D. Greenberg
We lose, we win, but still remain here.
Meredith D. Greenberg
Inscrit le : 05/10/2016
Messages : 1943
Avatar : Noomi Rapace ♥
Crédits : eilyam (av) | anesidora (sign)
Mes rps : DISPONIBLE ! N'hésitez pas à me mpotter :)

RPs en cours ::
Sonny#2Stanislas#2Raphael#4

RPs en attente ::
Kath ▬ you ?

RPs terminés ::
Raphael #1Raphael#2Elijah#1Elijah#2Sonny#1Kathlyn#1Stanislas#1(tél)StanislasRaphael#3NellKathlyn#2Morrigan

RPs abandonnés ::
#1#2#3#4#5#6



Bloc notes : don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Tumblr_inline_p9ebsmirI91rsud01_540



don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le Dim 3 Nov - 1:02



don't say it's over anymore
Stanislas & Meredith

C'est une soirée on ne peut plus surprenante qui s'offre à Meredith, alors qu'elle n'avait pas spécialement bien commencé, à sa sortie du bloc opératoire. Le déroulement semblerait tout à fait normal, si elle n'était pas en compagnie de celui qui se trouve techniquement être son patron. Cette soirée est en train de tout changer entre eux. Meredith est certaine qu'elle ne pourra plus le regarder en face, et elle n'est pas vraiment sûre que c'est ce qu'elle veut... Leur relation, comme elle est actuellement, ponctuée de textos très déplacés, ne figure pas tout à fait hors du registre de la bienséance. S'ils se mettent à la faire évoluer, en revanche, et que quelqu'un autour d'eux l'apprend, Meredith risque de fort le regretter. Stanislas un peu moins, de par sa position par rapport à elle, entre autres.

- Je n'en sais rien, je ne m'attendais en tout cas pas à... ça, répond-elle en marquant une pause équivoque alors que Stanislas se met à lui caresser la joue.

La question qu'il vient à poser ensuite refroidit complètement Meredith, qui ne sait plus où se mettre. Elle a désormais le regard fuyant, et le sourire plus gêné que jamais. Elle vient de se prendre en pleine poire le ridicule de sa position. La petite infirmière terriblement mordue de son patron de chirurgien.

- Je t'avoue n'y avoir jamais vraiment pensé... souffle-t-elle entre ses lèvres à moitié closes sans oser regarder Stanislas dans les yeux. "Déjà, je ne te pensais pas seul, et encore moins réellement intéressé par moi..." explique Meredith.

Elle se met à jouer avec le bout de ses doigts sur son torse encore nu, refrénant son envie de sauter sur Stanislas sans se poser la moindre question.

- Et... toi ? rétorque-t-elle en plantant à nouveau son regard dans le sien, les pupilles noircies par le désir.

black pumpkin




╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

† I BREAK DOWN, ONLY ALONE I WILL CRY OUT LOUD. I KNOW I'VE HEARD THAT TO LET YOUR FEELINGS SHOW IS THE ONLY WAY TO MAKE FRIENDSHIPS GROW, BUT I'M TOO AFRAID NOW.
Contenu sponsorisé


don't say it's over anymore w/meredith - Page 2 Empty
Re: don't say it's over anymore w/meredith, le

don't say it's over anymore w/meredith

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin North :: Austin State Hospital-