AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

What happened to you? || Stanislas


Heather Wilson
Heather Wilson
Inscrit le : 05/08/2018
Messages : 462
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Angie
Mes rps : Indisponible (8/8)
Barthelemy - Nell - Stanislas - Zeus - Alexis - Melissa - Shanleigh - Rose

En attente: Neeve - Morrigan

Bloc notes :




What happened to you? || Stanislas, le Mer 5 Déc - 20:30

What happened to you?

ft. Stanislas Seidel


Je m'étais promis de ne plus jamais remettre les pieds dans un hôpital à moins d'un accouchement. J'ai ces lieux en horreur depuis ma séquestration. J'y ai passé trop de temps. J'y ai vécu trop de douleur. Alors oui, bien sûr ils m'ont soignée et c'est grâce au personnel hospitalier que je vais mieux. Mais ce n'est pas pour autant un lieu que j'affectionne. Bien au contraire. Alors quand je suis tombée de la douche après avoir glissée en voulant sortir et que je me suis fait mal à l'épaule, je peux vous dire que j'ai ressentis une certaine colère. Non pas d'être tombée, ça arrive à tout le monde. Mais de me faire aussi mal. J'ai ressentis une vive douleur et ça m'a forcée à rester quelques instants assise au sol, contre un meuble. Kenna est venu me voir immédiatement et s'est assise en face de moi. Je lui souris doucement et la caresse de ma main valide. "Ça sent pas bon..." Kenna penche la tête de côté, ne comprenant pas exactement la situation. Elle reste un chien. Bien entendu, elle a comprit que j'ai mal mais ça s'arrête là. Je me relève et la douleur ne devient que plus vive. Si ça avait été moindre, je serais restée à la maison, au repos, avec des cachets pour lutter contre la douleur et on en aurait plus parlé. Malheureusement, c'est bien douloureux que ça. Avec une épaule en vrac, je ne peux pas conduire. Je dois donc appeler un taxi en prime. Génial. Tout ce que j'adore dans la même journée. Si j'en ai pas de la chance, moi...

En attendant mon taxi, j'essaie tant bien que mal de me mettre le bras en écharpe en espérant que ça aiderait à soulager un minimum la douleur. Le chauffeur se gare devant chez moi. "J'espère que je pourrais vite rentrer, que les urgences ne seront pas blindées.", dis-je à Kenna pour lui signifier que je ne peux pas l'emmener. Ni elle, ni moi n'avons l'habitude de faire quelque chose séparément. Le mot séparées ne fait pas vraiment parti de notre vocabulaire. Je monte dans le taxi et lui demande de me ramener à l'hôpital. Je suis nerveuse. Je n'aime pas être sans Kenna, j'ai même vraiment beaucoup de mal sans elle et être seule avec un inconnu dans une voiture n'est pas plus rassurant. Ce ne serait pas le premier chauffeur de taxi psychopathe ou violeur dans les rues. Je tente de me rassurer en me disant que j'ai déjà vécu avec un psychopathe et que donc par conséquent, statistiquement parlant, je ne devrais plus en rencontrer un seul de toute ma vie. Arrivée à l'hôpital, je vais à l'accueil des urgences et je dois patienter en salle d'attente après avoir remplis une fiche de renseignements. Pas de chance, je suis droitière et c'est l'épaule droite qui a prit. Je remplis de la main gauche, lentement et aussi lisiblement que possible. J'ai le temps de toute façon pour prendre soin d'écrire correctement, il y a plusieurs personnes devant moi. Je prends mon mal en patience. Il y a peut-être des urgences plus importantes que la mienne après tout. On me prend finalement en charge.

Le médecin est une femme. Je me sens un peu plus rassurée même si au final, une femme aussi peut être psychopathe. Assez de blabla. Elle m'ausculte, me demande comment je me suis fait ça. C'est idiot d'être tombée en voulant sortir de sa douche. C'est de la pure maladresse. Bien sûr, je dois retirer mon haut pour qu'elle puisse mieux voir ce que j'ai. La douleur a beau être vive, je n'ai rien de cassé. Elle me prescrit une écharpe pour l'épaule qui ne soit pas improvisée mais médicale, ainsi que des anti-douleurs. Elle me demande d'où proviennent mes cicatrices, je lui réponds simplement que ce sont d'anciennes blessures. Ça ne la regarde pas le moins du monde. Je descends de la table d'auscultation et elle quitte la salle, me laissant le temps de me rhabiller. C'est ce que je commence à faire, tournant le dos à la porte qui est restée ouverte quand la médecin est sortie. Je grimace, ayant un mal fou à me rhabiller, tout comme ce fut le cas pour me déshabiller d'ailleurs. Je ronchonne. Quelle galère! J'ignore à ce moment-là que quelqu'un va passer et voir mes nombreuses cicatrices dans le dos...

code by ORICYA.


❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄


« WHEN YOU LOVE SOMEONE, IT'S NOT FOR A SECOND OR A MINUTE. IT'S FOREVER. »
« CONNECTED LIKE NEVER. »
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 75
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : galuche pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :
En cours

Heather + Jessie + Aimée + Meredith #2 + Andria + Connor

Terminés

Meredith + Meredith (sms)

Abandonnés

Caesar


Bloc notes : /



Re: What happened to you? || Stanislas, le Ven 21 Déc - 22:21

what happened to you?
heather & stanislas

Une journée à l’hôpital n’était jamais banale en ces lieux. C’était comme s’il se passait toujours quelque chose ici. Parfois ce n’était rien qu’une dispute entre deux patients qui éclatait dans un couloir, d’autres fois c’était carrément les flics qui débarquaient pour interroger un patient alité. Il fallait faire avec ce genre de petits … « désagréments ». C’était ce qui rendait souvent les journées moins monotones. Mon métier ne m’ennuyait jamais, j’adorais ce que je faisais, et chaque jour apportait son lot de nouvelles émotions. Mais parfois, il fallait bien se rendre à l’évidence : on se faisait chier, quand il ne se passait rien. Mon infirmière préférée ne travaillait pas aujourd’hui, et j’avais pour règle d’or de ne jamais l’ennuyer, même par téléphone, quand elle n’était pas en service. Elle avait sûrement d’autres choses à faire bien plus intéressantes que de me parler et puis, peut-être qu’elle avait quelqu’un dans la vie, et qu’elle n’avait jamais osé me le dire, de peur de me vexer. Non pas que ça me vexerait, parce qu’elle aurait bien raison, mais je serais sûrement un peu désappointé.

Bref, durant des journées pareilles, la moindre petite aventure était la bienvenue. Aussi, j’arpentais les couloirs à la recherche d’un patient qui aurait besoin de moi. Je n’avais pas de consultation, j’étais sensé être au bloc opératoire, mais le patient que je devais opérer avait été hospitalisé en urgence dans le service de cardiologie, en raison d’un infarctus. Je devais donc attendre, et l’intervention de plusieurs heures qui était prévue à la base avait dû être annulée et décalée, sans que l’on puisse y intercaler quelqu’un d’autre à la place. N’ayant pas la tête pour la paperasse j’avais abandonné l’idée de rester à ne rien faire dans mon bureau, et voilà que j’étais en train de marcher dans les urgences, pour essayer de trouver quelqu’un à soigner. Je passai devant les salles d’examens, jetant des coups d’oeil à l’intérieur, au cas-où, et ce n’est qu’à l’avant-dernière salle que je trouvai une patiente. Elle était déjà prise en charge, d’ailleurs, je vis ma consœur sortir de la pièce pour aller prendre des notes et faire son rapport au bureau des infirmières. La patiente, elle, était en train de se rhabiller, dos à moi. Ce n’est pas du voyeurisme qui fit que je la regardais un peu fixement, mais de grandes et nombreuses cicatrices, qui sillonnaient son dos, formant de longues trainées blanchâtres, brillantes à la lumière. Le genre de cicatrices qui ne laissaient rien présager de bon.

D’une manière quelque peu étrange, mon cerveau fut rallumé à la vue de ces marques du passé et je m’approchai de la porte de la salle, avant de frapper doucement contre le panneau de bois ouvert. « Pardon de vous déranger, mademoiselle… » déclarai-je doucement en m’éclaircissant la gorge. « Je ne veux pas vous interrompre, faites comme si je n’étais pas là. » Pour prouver ma bonne foi, je me détournai même pour ne plus l’avoir dans mon champ de vision le temps qu’elle finisse de correctement se rhabiller. « Je ne vais pas passer par quatre chemins.. j’ai vu vos cicatrices, dans votre dos, et ça m’a intrigué. » Voilà… c’est bien Stan, mais maintenant essaye de te démerder pour ne pas avoir l’air d’un psychopathe ! C’était ridicule. Elle allait me jeter dehors avant que j’ai le temps de lui dire quoi que ce soit, et elle aurait bien raison. « Je voulais simplement m’assurer que tout allait bien… » Les cicatrices avaient l’air vraiment anciennes, et stables, mais je préférais en être sûr. Peut-être qu’elle en avait d’autres, partout sur le corps, que je ne voyais pas. Si cette femme subissait des violences conjugales ou autres, il fallait que l’on agisse et je voulais aider, à ma façon !
(c) DΛNDELION
Heather Wilson
Heather Wilson
Inscrit le : 05/08/2018
Messages : 462
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Angie
Mes rps : Indisponible (8/8)
Barthelemy - Nell - Stanislas - Zeus - Alexis - Melissa - Shanleigh - Rose

En attente: Neeve - Morrigan

Bloc notes :




Re: What happened to you? || Stanislas, le Sam 29 Déc - 21:13

What happened to you?

ft. Stanislas Seidel


Je n'ai qu'une envie: rentrer chez moi. Je suis fatiguée, j'ai mal, mon chien m'attend et je suis tout sauf à l'aise dans cet environnement qui malheureusement ne m'est que trop bien familier. J'ai fréquenté trop d'hôpitaux en peu de temps, je les ai en horreur. C'est psychologique. J'ai été obligée de venir à cause de ma blessure à l'épaule mais si ça n'avait pas été aussi important, je n'aurais certainement pas mis les pieds dans cet endroit. Alors quand mon haut me pose problème à me rhabiller, j'ai envie de péter un câble mais, restant discrète, je ne fulmine que légèrement dans mon coin, dos à la porte. « Pardon de vous déranger, mademoiselle… » Je sursaute et tourne la tête vers l'homme qui s'adresse à moi, chose à laquelle je ne m'attendais pas. Je m'attendais à ce que la femme m'ayant prise en charge revienne avec des anti-douleurs mais certainement pas à un homme. « Je ne veux pas vous interrompre, faites comme si je n’étais pas là. » Il se détourne, ce qui me permet de finir de me rhabiller. "Qu'est-ce-que vous voulez?" Qui est-ce, d'abord? Aurais-je du poser cette question en première peut-être? « Je ne vais pas passer par quatre chemins.. j’ai vu vos cicatrices, dans votre dos, et ça m’a intrigué. » Génial. Je me tourne vers lui et le regarde d'un air très sérieux. Bien sûr que ça intrigue. Le contraire m'aurait étonnée. « Je voulais simplement m’assurer que tout allait bien… » Encore un sauveur de ces dames? "Tout va bien. Et si vous sous-entendez ce à quoi je pense: non, je ne suis pas une femme battue." J'ai été séquestrée et torturée, mais non, aucune violence conjugale, même si c'était mon mari à l'époque. C'était la violence d'un psychopathe envers une femme. Moi ou une autre, ça aurait été pareil. Que je sois son épouse ou non n'avait aucune importance. Pour lui en tout cas. Pour moi, la douche a été encore plus froide que si ça avait été un inconnu. "Excusez-moi, mais vous vous mêlez souvent de ce qui ne vous regarde pas?" Et bien quoi? D'abord, il n'est pas mon médecin. Parce que oui, j'ai enfin remarqué son badge et tout ce truc de médecin. Ensuite, on accoste pas une étrangère comme ça. Ça se fait pas. Je crois. Mon médecin de la soirée arrive et me donne ma prescription avec les doses à prendre. Je la remercie et elle quitte à nouveau la pièce. "Si vous voulez bien m'excuser, j'ai un chien qui m'attend à la maison." Bah quoi? Je peux pas dire un homme ou un enfant puisque je vis seule avec ma chienne alors... Puis, c'est un peu une raison pourrie pour partir plus vite parce que je ne suis pas à l'aise à l'idée d'être là, seule avec cet étranger. De toute façon, dites-moi quand je suis à l'aise, ça ira plus vite.

Spoiler:
 

code by ORICYA.


❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄


« WHEN YOU LOVE SOMEONE, IT'S NOT FOR A SECOND OR A MINUTE. IT'S FOREVER. »
« CONNECTED LIKE NEVER. »
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 75
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : galuche pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :
En cours

Heather + Jessie + Aimée + Meredith #2 + Andria + Connor

Terminés

Meredith + Meredith (sms)

Abandonnés

Caesar


Bloc notes : /



Re: What happened to you? || Stanislas, le Jeu 17 Jan - 16:35

what happened to you?
heather & stanislas

Le regard que me lança mon inconnue du jour ne me disait rien qui vaille. J’allais me faire envoyer sur les roses, et pas de la façon la plus propre qui soit. J’avais presque envie de rire nerveusement, parce que je ne voulais pas qu’elle croit que je la regardais depuis longtemps ou que j’étais fou ou quoi. Tout ce que je voulais, et c’était la vérité, c’était m’assurer que tout allait bien pour elle et qu’elle n’était pas laissée pour compte dans une affaire de violence. Peut-être qu’elle venait juste se faire soigner, mais que deux heures plus tard, elle serait de nouveau dans un état pitoyable, parce que personne ne l’aurait aidée. Cependant, les cicatrices étaient blanchâtres par endroit, et je voyais assez de cicatrices chaque jour pour affirmer qu’elles étaient en bonne voie de guérison, et que, par conséquent, elles étaient plutôt anciennes. Elle me répondit bien rapidement qu’elle allait bien, et que je pensais à tort qu’elle était une femme battue. Je hochai la tête, sans rien répondre à premier abord, parce que je ne la croyais pas vraiment. Un médecin se permet toujours de douter de ce que raconte son patient, pour ne pas méconnaître un problème certain. J’étais plutôt bon médecin, et aussi une oreille très attentive, alors c’était que mes facultés de compréhension n’étaient pas si horribles. « Je me mêle de ce qui ne me regarde pas quand j’ai des doutes par rapport à une situation. » répondis-je, énigmatiquement. « Vous êtes sûre que tout va bien ? » Elle ne prit pas la peine de répondre, mais m’expliqua qu’elle devait rentrer, parce que son chien l’attendait à la maison. Je lui souris, doucement, gentiment, avant de m’écarter un peu de la porte. Le médecin qui se chargeait d’elle, Thompson, était repartie après lui avoir amené des anti-douleurs. « En fait, je suis assez sensible à ce genre de blessures, et je veux simplement m’assurer que votre situation est correcte ! » Je ne savais pas vraiment quels mots utiliser pour lui demander si elle était vraiment battue ou non. Qu’en savais-je après tout ? Peut-être que ce n’était pas l’oeuvre d’un homme ou d’une autre femme. Peut-être qu’elle s’était infligée cela elle-même… Il fallait tout de même que je sache, que je voie de mes yeux qu’elle ne me mentait pas. « Quelqu’un vous ramène chez vous ? Vous êtes venue seule ? » lui demandai-je, curieux d’en apprendre davantage. « Je peux appeler quelqu’un de confiance, si vous voulez ! » Quelque chose me disait qu’elle n’allait pas vouloir, mais je pouvais tout de même tenter le coup…
(c) DΛNDELION

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Heather Wilson
Heather Wilson
Inscrit le : 05/08/2018
Messages : 462
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Angie
Mes rps : Indisponible (8/8)
Barthelemy - Nell - Stanislas - Zeus - Alexis - Melissa - Shanleigh - Rose

En attente: Neeve - Morrigan

Bloc notes :




Re: What happened to you? || Stanislas, le Dim 20 Jan - 20:34

What happened to you?

ft. Stanislas Seidel


Alors à ça, je ne m'y étais pas attendue. Il ose vraiment me dire ça? Comme ça? De but en blanc? « Je me mêle de ce qui ne me regarde pas quand j’ai des doutes par rapport à une situation. » Un doute par rapport à une situation? Il peut peut-être faire ça avec ses patients à lui mais pas avec moi. Je comprends que souvent, les femmes battues ou dans des situations difficiles éludent les questions, nient, et mentent même en disant que tout va bien et je comprends aussi que les médecins veulent aider. Mais mes cicatrices sont anciennes, elles ne datent pas d'hier. Alors de quoi il se mêle? « Vous êtes sûre que tout va bien ? » Je préfère ne même pas répondre, de peur de dire quelque chose que je ne voudrais pas. Je n'ai pas envie de déballer ma vie à tout va et encore moins à un inconnu. Médecin ou non. Je lui explique donc que je dois rentrer parce que mon chien m'attend. Explication simple mais qui sera, je l'espère, efficace et suffisante. « En fait, je suis assez sensible à ce genre de blessures, et je veux simplement m’assurer que votre situation est correcte ! » Je souris et m'approche pour le regarder droit dans les yeux. "Que quelqu'un s'avise à lever la main sur moi et mon chien n'en fera qu'une bouchée." Et c'est vrai. Mon chien n'a jamais attaqué mon ex-mari, certes, mais nous n'avions pas encore tissé le lien à cent pour cent. Et puis, elle n'était jamais là en journée quand il venait me voir. Je sais que si maintenant, quelqu'un s'amusait à vouloir me faire du mal, il en paierait le prix. « Quelqu’un vous ramène chez vous ? Vous êtes venue seule ? » Je soupire en mettant mon sac sur mon épaule valide. Ce qu'il peut être borné ce type! « Je peux appeler quelqu’un de confiance, si vous voulez ! » Je repose mes yeux sur lui. "Je suis venue en taxi et je vais rentrer en taxi. Il n'y a personne à appeler." Je franchis le seuil de la porte mais quelque chose me dit que ce n'est pas encore tout à fait terminé. "Allez donc vous occuper de vos patients, ils ont plus besoin de vous que moi." J'ignore quelle est sa spécialité et à dire vrai, ça m'est égal. J'ai juste pas envie de parler de mes cicatrices. Il ne peut pas se contenter de ma réponse "non, je ne suis pas une femme battue"? Visiblement, non. Je l'ai regardé dans les yeux et il a pu voir que je ne mentais pas. Par contre, il a pu, éventuellement, détecté mon angoisse à l'idée de parler de ces fameuses cicatrices qui me pourrissent la vie et me rappellent tous les jours sans exception ce que j'ai subis.

code by ORICYA.


❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄


« WHEN YOU LOVE SOMEONE, IT'S NOT FOR A SECOND OR A MINUTE. IT'S FOREVER. »
« CONNECTED LIKE NEVER. »
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 75
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : galuche pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :
En cours

Heather + Jessie + Aimée + Meredith #2 + Andria + Connor

Terminés

Meredith + Meredith (sms)

Abandonnés

Caesar


Bloc notes : /



Re: What happened to you? || Stanislas, le Mar 29 Jan - 21:37

what happened to you?
heather & stanislas

Quelque chose me disait que cette histoire n’allait pas vraiment et ne tenait pas debout. J’étais persuadé - peut-être à tort - que cette femme souffrait ou avait souffert d’une histoire violente. Certes, les cicatrices avaient l’air anciennes, mais ça ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas d’autre trace de coup ailleurs sur le corps, des traces que je ne pouvais pas voir parce qu’elle était rhabillée. Je ne pouvais pas la laisser partir comme ça, si elle allait rejoindre son bourreau. Pourtant, elle avait l’air sérieuse, quand elle me disait que tout allait bien, et que son chien allait dégommer la moindre personne qui oserait lui faire du mal. Son regard me disait que tout était vrai et que personne n’allait lui faire la peau chez elle, mais je voulais tout de même être sûr que tout irait bien pour le retour. J’avais vu trop de femmes traumatisées, durant mon internat, pour savoir que ce n’était pas si facile de déceler le mensonge. Dans ses yeux régnait la détermination, mais il y avait également une petite part d’angoisse perceptible. « Si vous passez à l’accueil des urgences, une secrétaire pourra vous appeler un taxi… » Ma voix était ferme, mais douce à la fois, et je savais que je devais la laisser partir, même si je n’étais pas encore sûr à cent pour cent que c’était une bonne idée. Cette femme, dont je ne connaissais même pas le nom, n’était pas ma patiente et je n’étais pas psychiatre - du moins, pas encore- alors je devais bien comprendre que je n’avais rien à faire avec elle ni rien à lui dire. Surtout pas à lui intimer d’ordre non plus. Alors qu’elle allait quitter la pièce, je la rattrapai doucement en marchant avec elle, sortis une de mes cartes de visite, sur lesquelles je notais habituellement les prochains rendez-vous de mes patients, et lui tendis. « Gardez la. Si jamais vous avez besoin d’un médecin, un jour, un soir, une nuit. Pour parler, ou si vos cicatrices vous font mal… d’une quelconque manière… » Je hochai la tête en la regardant, pour lui prouver que je n’étais pas un mauvais bougre, et que je n’allais pas non plus la suivre jusqu’à chez elle pour être sûr et certain qu’elle allait bien…
(c) DΛNDELION

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Heather Wilson
Heather Wilson
Inscrit le : 05/08/2018
Messages : 462
Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Angie
Mes rps : Indisponible (8/8)
Barthelemy - Nell - Stanislas - Zeus - Alexis - Melissa - Shanleigh - Rose

En attente: Neeve - Morrigan

Bloc notes :




Re: What happened to you? || Stanislas, le Sam 2 Fév - 21:14

What happened to you?

ft. Stanislas Seidel


Il est insistant. Je ne suis pas sûre qu'il me croit. Je ne suis pas sûre qu'il me laissera partir. J'en viens même à me demander s'il ne va pas me suivre pour être sûre que j'arrive à bon port. « Si vous passez à l’accueil des urgences, une secrétaire pourra vous appeler un taxi… » Ou je pouvais aussi bien appeler un taxi moi-même, comme je l'avais fait de mon appartement pour venir jusqu'ici. "Merci..." Je ne dis rien de plus. Je n'ai pas envie de rester trop longtemps dans les parages. En plus de ça, je n'ai pas envie de déranger les secrétaires qui ont sûrement bien d'autres choses à faire que de m'appeler un taxi. Je n'exprime cependant pas mon point de vue, pressée de m'en aller avant qu'il ne me harcèle d'autres questions encore. Contre toute attente, le revoila à la charge. Il marche à côté de moi et me tend une carte pour noter des rendez-vous. « Gardez la. Si jamais vous avez besoin d’un médecin, un jour, un soir, une nuit. Pour parler, ou si vos cicatrices vous font mal… d’une quelconque manière… » Je soupire doucement et la prend. Il ne me lâchera pas autrement de toute façon. C'est gentil de sa part mais inutile. Oui, d'accord, je suis peut-être un peu trop bornée. Mais c'est comme ça... "J'y penserais..." Je m'éloigne de lui de quelques pas avant de m'arrêter. Je regarde sa carte, avec son nom inscrit dessus. Stanislas Seidel... Je soupire longuement avant de me retourner et de le rappeler. "Docteur Seidel?" Je ne sais même pas pourquoi je fais ça. Je vais le regretter. J'en suis presque sûre et certaine. "Pourquoi? Pourquoi vous faites ça?" Je ne suis pas sa patiente, je suis une parfaite étrangère. Pourquoi insiste t-il autant? Il n'est même pas psy! Quel est son intérêt? Il n'a rien à gagner à vouloir m'aider d'une quelconque manière que ce soit. Alors pourquoi? Se pourrait-il qu'il existe encore des gens qui veulent aider les autres sans forcément recevoir quelque chose en retour? Se pourrait-il qu'il y ait encore de l'espoir pour l'humanité, finalement? Je sais que tous ne sont pas des salops comme mon ex-mari mais malgré tout... Pourquoi fait-il ça? Cette question me trotte dans la tête et je crois que j'ai besoin d'avoir la réponse avant de pouvoir m'en aller.

Spoiler:
 

code by ORICYA.


❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄


« WHEN YOU LOVE SOMEONE, IT'S NOT FOR A SECOND OR A MINUTE. IT'S FOREVER. »
« CONNECTED LIKE NEVER. »
Stanislas Seidel
Stanislas Seidel
Inscrit le : 25/11/2018
Messages : 75
Avatar : Hugh Laurie
Crédits : galuche pour l'avatar
Date de naissance : 12/08/1963
Mes rps :
En cours

Heather + Jessie + Aimée + Meredith #2 + Andria + Connor

Terminés

Meredith + Meredith (sms)

Abandonnés

Caesar


Bloc notes : /



Re: What happened to you? || Stanislas, le Hier à 14:27

what happened to you?
heather & stanislas

J’étais lourd, je ne le savais que trop bien, et je ne comprenais pas moi-même pourquoi j’étais si insistant auprès d’elle, alors qu’elle avait tout de même l’air d’être de bonne foi, par rapport à ce qu’il se passait dans sa vie et à l’origine de ses cicatrices. Au moins, j’avais fait mon devoir, je ne pouvais pas m’en vouloir pour quoi que ce soit, et si elle avait besoin de quoi que ce soit, elle avait ma carte pour me rappeler. Bien entendu, je ne pourrais pas grand chose de médical pour elle, mais si elle voulait parler, j’étais là.

Elle commençait à partir, pour de bon, et j’attendais qu’elle sorte de la pièce pour enfin la laisser tranquille et retourner bosser, comme je devais le faire. Elle allait rentrer chez elle et tout irait bien. Je remarquai alors qu’elle franchissait la porte que je ne lui avais même pas demandé son nom et qu’elle m’était complètement inconnue, de fait. Je ne lui avais pas donné le mien non plus, ceci dit, à part sur la petite carte que je lui avais fournie. Alors que je pensais qu’elle allait déguerpir au plus vite pour ne plus avoir affaire à moi, j’entendis de nouveau sa petite voix douce, mais ferme, me demander pourquoi je faisais cela. Mes lèvres s’étirèrent en un mince sourire et je relevai les yeux vers elle, en haussant les épaules. « En fait, je n’en sais vraiment rien… répliquai-je, de ma voix la plus sincère. J’aurais eu l’impression d’être un charlatan si je n’avais pas pris cinq minutes pour être sûr que vous étiez en sécurité chez vous et que tout allait bien, après avoir vu votre dos. » C’était la réalité, en fait, j’avais agi plus par altruisme qu’autre chose. Après tout, si elle avait été en danger chez elle, cela aurait pu être une bonne façon pour elle de s’en sortir, en me tendant des perches, en me faisant comprendre ce qu’il se passait. « Mais je vois bien que vous êtes bien, que tout est ok pour vous… » Mon sourire s’agrandit un peu et je lui tendis la main pour qu’elle la serre. « Si jamais votre agresseur reparait en tout cas, n’hésitez pas ! » J’étais sincère, même avec ce petit ton enjoué. J’étais bien content qu’elle n’ait aucun risque de mourir en rentrant chez elle, mais je restais sur le qui-vive, si besoin.
(c) DΛNDELION

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄

don't say it's over anymore

I see the grass beneath me, i smell the wind and sky, and think to myself "don't pass me by". You dance in strange conditions with strangers of the night. I see you're crazy, and so am I.
©️ FRIMELDA
Contenu sponsorisé


Re: What happened to you? || Stanislas, le

What happened to you? || Stanislas

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin North :: Austin State Hospital-