AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Jessie & Raphael


Aller à la page : 1, 2  Suivant
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Jessie & Raphael , le Mer 21 Nov - 10:50

Cela fait plusieurs semaines maintenant que Malhia est revenue vivre chez Raphael. Elle est toujours là lorsqu’il ne va pas bien et s’empresse de venir aider lorsque le père n’a plus autant de force pour s’occuper du petit Gabriel, 7 ans. Néanmoins, en dehors de ces bons côtés que ne manque pas d’apprécier le père de famille, la jeune femme semble encline à ce qu’il refasse sa vie et après un speed dating forcé, la voilà qui a décidé d’organiser pour son frère, un rendez-vous avec une de ses amies. Bien entendu, le professeur ne connait rien de ses intentions et pense juste qu’il va manger avec sa sœur, au restaurant. Arrivé avant elle, il s’installe à la table que lui indique le serveur, mis dans la confidence, bien évidemment. Il attend une bonne dizaine de minutes avant que ce même serveur revienne avec une jeune femme à la table, qui n’est pas du tout Malhia, même si la couleur de cheveux est la même.

« Excusez-moi mais vous devez faire erreur. J’attends ma sœur. » Adresse Raphael à destination des deux personnes. C’est là que le serveur arbore un grand sourire, prêt à se lancer dans des explications inattendues. « Votre sœur Malhia oui. C’est justement à elle que vous devez tout ceci. » Le métis fronce les yeux, ne comprenant pas davantage. « Il doit y avoir un malentendu. » s’exclame de nouveau le jeune homme. « Non Non. » Assure le serveur qui fait quelques pas en arrière avant de reprendre : « Et sachez que si l’un de vous s’en va avant 22 heures, j’ai pour ordre strict de ne pas vous laisser partir. » Visiblement, ils sont plus que de méches… Et il les laisse là, tout les deux.

« Asseyez-vous, du coup, j’imagine. »
Raphael ne veut pas se montrer désagréable, loin de là. Cela ne le surprend pas tant que ça venant de sa sœur au final. « Donc, vous connaissez ma sœur ? » demande-t-il ensuite, un brin intimidé.
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mer 21 Nov - 11:36

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


J'aime les surprises. Je les ai toujours adorées. Noël est ma période préférée de l'année. Et bien quoi? J'ai beau être bizarre, je peux parfois adorer les mêmes choses que les autres. Mais à cette surprise, je ne m'y attendais pas. Le matin même, Malhia, une de mes rares amies, m'a envoyé un message pour m'inviter à dîner. Pourquoi pas. C'est ça ou aller en boite. J'accepte, sans me douter du piège qui m'attend. L'heure de me préparer à sortir est arrivée. Même si je vais dîner avec une amie, rien ne m'empêche d'être sexy. On ne sait jamais sur qui on peut tomber, au détour d'une rue, d'une table... J'enfile une robe noire s'arrêtant avant les genoux et des escarpins noirs. Sobriété est le maître mot de cette soirée. Quoi que, ça reste encore à vérifier. Je boucle mes cheveux et les laisse pendre en cascade sur mes épaules. Maquillage simple mais mettant mes yeux marrons en valeur. Fin prête, j'enfile mon perfecto rouge pour casser avec tout ce noir et j'attrape mon sac pour me rendre au restaurant à pied. Avant de partir, je vérifie à plusieurs reprises que j'ai bien fermé la porte d'entrée de mon appartement à clés. J'allume une cigarette sur le chemin. J'ai besoin de ça. De me détendre. J'arrive sur le lieu du rendez-vous et je ne tarde pas à rentrer dans le restaurant. Je m'annonce au serveur, n'ayant pas envie de chercher par moi-même où se trouve la table de Malhia. J'ai d'ailleurs bien fait, vu la tournure que prend la situation...

Le serveur me conduit à la table d'un homme. Hein? « Excusez-moi mais vous devez faire erreur. J’attends ma sœur. » Voix très sexy. Beau gosse. Mais ce n'est définitivement pas Malhia. "Excusez-moi, Malhia est une femme.", dis-je au serveur pour bien lui faire comprendre qu'il s'est trompé. Et lourdement. « Votre sœur Malhia oui. C’est justement à elle que vous devez tout ceci. » Je pose mes yeux sur l'homme assit à la table. C'est vrai qu'il a le même nez que Malhia, quand je le regarde de plus près... « Il doit y avoir un malentendu. » Je ne dis rien, fronçant simplement les sourcils. Elle ne m'a quand même pas fait ça... « Non Non. Et sachez que si l’un de vous s’en va avant 22 heures, j’ai pour ordre strict de ne pas vous laisser partir. » Je jette un oeil à la montre accroché au mur. Dix-neuf heures. Sérieusement?! Malhia t'es une traîtresse! Et le serveur s'en va en plus, me laissant là, comme une cruche! Génial. Elle va m'entendre celle-là!

« Asseyez-vous, du coup, j’imagine. » Je suppose que je n'ai pas le choix de toute façon. Je m'assois en face de lui après avoir retiré ma veste que j'accroche à ma chaise. Ça risque d'être long... « Donc, vous connaissez ma sœur ? » Je remets mes couverts correctement en place, ils ne sont pas droits. "Oui. Et je peux vous dire qu'elle va m'entendre." Ce n'était vraiment pas prévu que ça se passe comme ça. J'ignore pourquoi elle nous a fait ça. Je sais qu'elle veut caser son frère, elle m'en a déjà vaguement parlé, mais sans plus. Cependant... Moi?! Quel est l'intérêt de nous présenter l'un à l'autre et surtout de cette façon?! "On peut se tutoyer? J'aime pas le vouvoiement." J'ai l'impression de me prendre dix ans dans la tronche quand je suis vouvoyée. On nous apporte les menus. "J'espère que c'est Malhia qui paye..." Ma vengeance sera de prendre les plats les plus chers pour que plus jamais elle ne me fasse un coup pareil. "J'imagine qu'elle nous a bien eu pour le coup." Bien sûr, il doit y avoir bien pire que de passer la soirée avec ce type. Il est beau gosse, il a l'air gentil, ça pourrait être pire non? "Jessie." Je ne lui tends pas ma main, je préfère quand c'est informel. Je n'aime pas respecter les codes en règle générale même si parfois, je fais des exceptions.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mar 27 Nov - 18:46

« Si on s’y met à deux, elle va avoir les oreilles qui vont siffler en effet ! » Il sourit. Il est un peu mal à l’aise de toute cette mise en scène et surtout, il a peur que la demoiselle croit qu’il y est pour quelque chose, ou bien qu’il était au courant. Enfin, cela ferait sans doute de lui un très bon comédien après la scène qu’il a faite au serveur. Le professeur fait un signe de la tête en guise d’approbation lorsque la brune lui propose qu’ils se tutoyent. Quitte à être bloqué là pour plusieurs heures, autant rendre les choses les plus agréables que possible. Et puis, Raphael a bien besoin de faire de nouvelles rencontres, même s’il n’a rien d’autre en tête que de l’amical pour le moment. « Ça serait bien la moindre des choses, mais je pense que c’est trop espérer d’elle. Malhia a la main sur le cœur, mais pas l’argent qui va avec. » Ils n’ont jamais été très riches dans sa famille. C’est même tout l’opposé. Le professeur est sans doute celui qui s’en sort le mieux et c’est pour cette raison qu’il a acheté une belle maison. En dehors de cela, il vit simplement, comme une personne de la classe ouvrière, comme l’était son père. Pour en revenir à sa sœur, c’est donc plutôt lui qui lui prête un peu d’argent que l’inverse. Au pire des cas, il payera l’addition, ce n’est franchement pas le problème. « Oui. » Il rit légèrement. Toute colère semble se dissiper à la vue de la demoiselle, qui a l’air d’une compagnie forte agréable. « Raphael. »

Puis, il ouvre la carte à la page des apéritifs. Son regard se porte sur l’ensemble des choix et rapidement, il voit un nom qui l’interpelle. « Aperol Spritz. » Certains diraient que c’est un alcool pour femmes mais il s’en fiche des stéréotypes. Cela lui fait juste penser à l’Italie, pays où il prévoyait d’emmener Anaëlle dès qu’ils pourraient poser des vacances ensemble. Autant dire que ça aurait été compliqué. L’amertume de la boisson sera parfaite pour accompagner ces sentiments aux goûts amers. « Une planche d’entrée à partager ? » Propose-t-il.

Lorsque leurs choix sont faits, il repose sa carte et regarde la demoiselle. Il ne sait pas trop par où commencer. « Tu fais quoi dans la vie ? » Il va donner l’impression d’en avoir que pour l’argent alors que ce n’est franchement pas le cas. Il s’en veut aussitôt. C’est juste que son travail à lui représente beaucoup… Et puis, ça permet de faire connaissance sans trop rentrer dans l’intimité de chacun.
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mer 28 Nov - 13:15

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je ne comprends pas pourquoi Malhia a fait ça. Je veux dire, elle sait comment est son frère, elle sait comment je suis alors... Pourquoi ce rendez-vous arrangé? Cela n'a aucun sens. De ce fait, vous pouvez me croire quand je dis qu'elle va m'entendre. « Si on s’y met à deux, elle va avoir les oreilles qui vont siffler en effet ! » Je souris en entendant cette phrase. Ça se dit encore, que les oreilles vont siffler si on parle de quelqu'un derrière son dos? Je n'entends pas ce "dicton" très souvent alors oui, dans un sens ça me surprend. « Ça serait bien la moindre des choses, mais je pense que c’est trop espérer d’elle. Malhia a la main sur le cœur, mais pas l’argent qui va avec. » Ça, je ne peux que le comprendre. Il est vrai que Malhia a la main sur le coeur mais il est vrai que financièrement, on ne parle pas trop. Elle gère son argent, je gère le mien. On préfère parler d'autre chose que de ça. Cependant, je ne peux que comprendre n'ayant moi-même pas une grosse fortune sur mon compte en banque. Enfin quoi qu'il en soit, ça ne m'empêchera pas de payer ma part. Il a rien demandé dans l'histoire, c'est Malhia qui a tout arrangé après tout. Je ne verrais pas pourquoi il paierait le repas. A moins qu'il ne fasse partie de ces hommes qui ne payent que leur part? J'ignore tout de lui finalement. Tout ce que je savais avant ce soir, c'était que Malhia a un frère. Ce qui ne fait pas beaucoup d'informations pour le coup... Je souris en hochant simplement la tête. Je mentionne ensuite le fait qu'elle nous a bien eu pour le coup. « Oui. » Il rit et je ne peux m'empêcher de trouver son rire agréable. J'étais un peu fâchée en comprenant le complot de mon amie mais la colère commence finalement à se dissiper. « Raphael. » Si déjà on doit passer plusieurs heures ensemble, autant commencer par la base et connaître le prénom de l'autre, non? Je ne donne pas mon prénom à tout les types qui passent mais j'imagine qu'à situation exceptionnelle, comportement exceptionnel.

J'ouvre la carte pour les apéritifs. « Aperol Spritz. », je l'entends commander. Hm? Qu'est-ce-que c'est? J'avoue que je suis curieuse. Quoi? Je suis pas une spécialiste de tout les alcools. Ce n'est pas parce que je fais beaucoup la fête que j'y connais quelque chose. "Un sex on the beach, s'il vous plait." Ça par contre, je connais. Un cocktail au goût que j'affectionne tout particulièrement. « Une planche d’entrée à partager ? » Intéressante proposition. "Ça me va." Le serveur repart avec leurs commandes. "C'est quoi cet apéro que tu as commandé?" Je suis curieuse et je ne vais pas hésiter à poser des questions, même si pour le coup, il n'y a rien de très intime.

« Tu fais quoi dans la vie ? » Sérieusement? C'est la première chose qu'il demande? J'aurai pensé qu'il aurait plutôt demandé comment je connais Malhia. Par exemple. Je souris en posant mes yeux dans les siens. "Etudiante en psychologie." D'ailleurs, mes cours ne sont pas en vain puisque je peux aisément remarqué à son comportement qu'il n'est pas très à l'aise. L'observation, c'est ce qui est le plus utile pour savoir ce que ressentent les gens. Il faut observer les moindres détails. Le regard fuyant ou la nervosité retranscrite par les jambes ou les mains qui bougent sans arrêt. "Tu n'es pas à l'aise. C'est simplement la situation qui te rend un peu nerveux ou c'est moi? A moins que ce ne soit les deux?" Je ne suis pas sûre que d'entamer la conversation de cette façon facilite à la détente. Mais qu'importe. "Et toi? C'est quoi ton passionnant boulot?" Vous voyez? Même ça, je l'ignore. Niveau infos, Malhia est radine. Elle aurait quand même pu anticiper et m'informer de certaines choses avant de me jeter dans la gueule du loup. Je remarque un détail sur le col de Raphael. Un détail qui, bien entendu dû à mon don du détail - on va dire ça comme ça pour faire genre que c'est pas une maladie -, m'angoisse. Je me lève un peu pour passer par dessus la table et je remets son col correctement en place. "Ça me dérangeait." Je ne m'excuse pas. Il trouvera peut-être ce geste déplacé ou étrange, mais je ne m'excuse pas. J'assume qui je suis, j'assume mes tocs, et ça passe par là. Je remets les choses à leur place, sans jamais m'excuser d'en avoir besoin.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 7 Déc - 19:39

Lorsque Raphael entend la commande de sa partenaire de table, il ne peut s’empêcher de sourire. Allez savoir pourquoi, certaines images lui viennent toujours en tête lorsqu’il entend ce nom de cocktail. Pourtant, il est loin d’être porté sur LA chose. « Un apéritif particulièrement apprécié en Italie. L’été, tu peux être sûr que tous les italiens ont ça dans leurs mains pour le peu qu’ils soient à la terrasse d’un café. » Il n’a pas voyagé beaucoup dans sa vie et pourtant, il raconte ces détails comme si c’était le cas. « C’est une liqueur à base d’orange, mélangée avec du Prosecco, un mousseux italien. Ca a un goût amer, il faut aimer. Je te ferais goûter si tu veux. » Dès que son verre arrivera. Cela ne le dérange pas du tout de partager avec une semi-inconnue.

Puis, il lui demande ce qu’elle fait dans la vie. Et c’est là qu’il apprend qu’elle est étudiante. Et merde ! Il s’était déjà mis dans une relation dangereuse en sortant avec Anaelle, alors que la faculté interdit toute relation entre professeur et élève alors pourquoi sa sœur l’a-t-elle fait rencontré une autre étudiante ? Croit-elle qu’il n’apprécie que les femmes bien trop jeunes pour lui ? En vérité, il n’a absolument rien contre les femmes de son âge, voir plus vieille que lui, pour le peu qu’ils s’entendent bien intellectuellement et que la complicité soit au rendez-vous. « HOULA ! C’est un domaine dans lequel je n’ai jamais excellé malheureusement. » Trop terre à terre. C’est plutôt lui qui aurait besoin d’en savoir plus sur les comportements humains, pour analyser ce qu’être normal veut dire. C’est ce qu’on lui a souvent rabâcher même s’il s’aime comme il est.

Elle remarque qu’il n’est pas à l’aise. Il lui dit et lui se sent d’autant plus idiot. C’est bien, pourtant, qu’elle soit aussi franche. C’est une qualité qu’il apprécie généralement chez les femmes. Que lui répondre ? La question est embarrassante pour Raphael qui a légèrement honte de sa timidité. Il ne doit pas répondre assez rapidement, ou peut-être veut-elle juste l’aider car elle lui retourne la question concernant son métier. « Professeur de mathématiques appliquées. Pas certain que tu trouves cela particulièrement passionnant. » Il s’arrête un très court instant avant de reprendre. « Les gens ne trouvent pas cela passionnant généralement. » Son stress grandit encore, un peu bêtement. Elle se déplace pour remettre son col en place. Il la laisse faire. Il n’est peut-être pas le seul à avoir un comportement bien à lui finalement. L’apéritif arrive et il boit aussitôt une gorgée pour se donner un peu de contenance. Il tend le verre vers la jeune femme pour lui proposer de gouter, comme il l’avait mentionné plus tôt.

« Ce n’est pas vous. » Il fait référence à ce qu’elle lui a demandé un peu plus tôt et qu’elle a peut-être déjà oublié. « Qui me rendez nerveux je veux dire. » Il la tutoyait mais le trop plein d’émotions fait revenir le vouvoiement qui risque de s’envoler aussi vite qu’il est revenu. « Je… En fait, je sors d’une rupture difficile. Donc, la situation en elle-même ne me met pas à l’aise. J’ai comme l’impression que je ne devrais pas être là, même si… je n’ai plus de compte à rendre à qui que ce soit. » Il s’arrête de nouveau de parler avant de se fondre en excuses. « Désolé… Ce n’est sans doute pas ce que tu as envie d’entendre. Je ne devrais peut-être pas dire tout ça ! »
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 7 Déc - 21:32

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je ne pense jamais à l'effet que peut faire le nom du cocktail que je choisis. Il est vrai qu'il fait référence à LA chose mais je n'y prête nullement attention. Le sexe fait partis des choses naturelles de la vie et ça ne me choque pas. Je le commande uniquement parce que j'aime son goût, qu'importe l'effet que ça peut faire aux personnes qui entendent le nom de ce fameux cocktail que j'aime commandé. Si ça gêne quelqu'un, il a qu'à le dire à celui ayant donné ce nom au cocktail. Ce n'est pas mon problème. Je ne prête donc pas plus attention que ça au sourire qu'affiche Raphael. Je préfère parler du choix de son apéritif que je ne connais pas. « Un apéritif particulièrement apprécié en Italie. L’été, tu peux être sûr que tous les italiens ont ça dans leurs mains pour le peu qu’ils soient à la terrasse d’un café. » J'aime la façon dont il en parle et ça me fait sourire. On dirait qu'il parle de quelque chose qui le passionne ce qui rend l'homme plus intéressant encore. "J'en déduis que tu as déjà voyagé en Italie?" Il a l'air de connaître le sujet donc la logique voudrait que la réponse soit oui. « C’est une liqueur à base d’orange, mélangée avec du Prosecco, un mousseux italien. Ca a un goût amer, il faut aimer. Je te ferais goûter si tu veux. » Il a l'air tantôt mal à l'aise et tantôt, il m'épate en ayant l'air un peu plus... libre. Proposer à une inconnue, parce qu'avouons le, c'est bien ce que je suis pour lui, même si je connais sa soeur, de goûter sa boisson, c'est particulier et ça ne m'est encore jamais arrivé. J'hoche la tête en guise de réponse. S'il ne me l'avait pas proposé, j'aurais demandé. Sur la même longueur d'ondes.

Il me demande ce que je fais dans la vie et sa réaction me fait rire. « HOULA ! C’est un domaine dans lequel je n’ai jamais excellé malheureusement. » Je ne m'attendais pas à ça mais plutôt aux questions classiques: c'est pas trop dur? Tu apprends à profiler? Qu'est-ce-que mon comportement t'apprend sur moi? Etc... Etc... Etc... J'apprécie du coup sa réaction qui me paraît naturelle et même s'il parle de lui, ce n'est centré sur sa personne comme la question "mon comportement t'apprend quoi sur moi?", à croire que le monde tourne autour de cette personne. J'aime cette manière qu'il a finalement de nous comparer l'un à l'autre sans tout rapporter à lui ou à moi d'ailleurs. Encore une fois intéressant. "J'imagine qu'il faut être un peu timbré soi-même pour étudier le cerveau des autres." Bah quoi? Je suis un peu timbrée, je ne dis que la vérité sans pour autant m'insulter ou insulter les autres étudiants en psychologie. Je veux aussi voir de quelle façon il va réagir à ça. Tester les personnes que je rencontre pour la première fois, j'aime bien. Va t-il se la jouer gentil et classique dans le genre: "mais non t'es normale" et blablablah ou va t-il au contraire aller dans mon sens? Bonne question.

Je sens qu'il n'est pas à l'aise et ma question ne semble pas arranger les choses. J'ai tendance à être un peu trop franche, tout le monde n'est pas apte à répliquer du tac au tac. Je lui demande alors ce que lui, fait dans la vie. Parce que ça aussi, ça m'intéresse. « Professeur de mathématiques appliquées. Pas certain que tu trouves cela particulièrement passionnant. » C'est vrai que les maths, c'est pas trop mon truc. Voir pas du tout. « Les gens ne trouvent pas cela passionnant généralement. » J'hausse les épaules sans le lâcher des yeux. "Les maths, c'est pas mon domaine. Par contre, j'imagine qu'être prof doit être passionnant. Enseigner à d'autres quelque chose qu'on maîtrise, ça doit être chouette." J'imagine en tout les cas. Et puis, franchement, qu'importe ce que les autres pensent. Ce qui est important c'est qu'il fasse ce qu'il aime dans la vie. "De toute façon, les autres, tu t'en fous. Si toi t'aimes enseigner les mathématiques appliquées, alors c'est tout ce qui compte." Je suis peut-être un peu crue mais n'est-ce-pas la vérité? Que les autres balaient devant leur porte avant de s'intéresser à celle de leur voisin si vous voulez mon avis. Je remets son col en place. Je ne pense pas au fait que ça peut le déranger. Je ne pense pour le coup qu'à mon angoisse qui aurait finit par monter. Mes plantes m'aident à rester calme mais ça ne marche pas à tout les coups et même si je suis franche et parfois crue, je ne souhaite pas me donner en spectacle. Je ne pense pas que Raphael ait mérité ça. Pour l'instant en tout cas. Les verres arrivent et je bois une gorgée de mon cocktail, tout comme lui, avant qu'il ne me propose de goûter. J'accepte comme ça avait été convenu plus tôt et je prends le verre pour goûter. Je fais une petite grimace. "C'est vrai que c'est amer." Je souris en reposant le verre devant lui.

« Ce n’est pas vous. » Je penche très légèrement la tête sur le côté en attendant qu'il continue. Il se met à me vouvoyer, ce qui trahit sûrement son stress. C'est mignon. Pour être honnête, j'aurais pensé qu'un homme comme lui n'aurait pas de stress dans cette situation. Comme quoi, même en étant étudiante en psychologie on peut se tromper dans l'analyse. « Qui me rendez nerveux je veux dire. » Je souris en remettant ma tête droite. « Je… En fait, je sors d’une rupture difficile. Donc, la situation en elle-même ne me met pas à l’aise. J’ai comme l’impression que je ne devrais pas être là, même si… je n’ai plus de compte à rendre à qui que ce soit. » Tiens donc! C'est pour ça que madame Malhia nous a fait ce coup-là? Ceci explique cela. « Désolé… Ce n’est sans doute pas ce que tu as envie d’entendre. Je ne devrais peut-être pas dire tout ça ! » Je ris, sincèrement. Je ne me moque pas de lui. Au contraire. "Alors déjà, tu t'excuses pas. Depuis quand on s'excuse d'être honnête?" J'apprécie qu'il me dise ça. Il ne cache rien et je ne peux qu'approuver. Sans doute qu'une autre femme aurait essayé de prendre ses jambes à son cou en entendant ça - déjà parce que ça se dit pas à la première rencontre d'après les codes instaurés par on ne sait qui et sûrement parce qu'elle penserait qu'un mec venant de rompre est déprimant. Fort heureusement, je ne suis pas une autre femme. Je suis bel et bien moi et laissez moi vous dire que je suis unique dans mon genre. "Ensuite, c'est vrai que tu n'as plus de compte à rendre à qui que ce soit, si ce n'est à toi-même. Et quant bien même, tu ne fais rien de mal. Tu dînes avec une femme, ça ne t'engage pas à l'épouser." Bah quoi? C'est vrai non? Je ne suis pas contre le mariage, contre l'engagement, mais c'est simplement ma manière de lui dire que même s'il ne se sent pas à sa place, il y est et qu'en prime, il ne fait rien de mal. Sa soeur nous a piégé, à nous de passer une soirée agréable, sans que ça ne l'engage à quoi que ce soit par la suite.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Jeu 20 Déc - 0:33

La question le fait sourire. Il aurait dû s’y attendre car c’est tout à fait légitime. De quoi va-t-il avoir l’air, désormais, lui qui discourt tel un connaisseur. « En fait, non. » Il n’a jamais menti de sa vie, ou très peu et ce n’est aujourd’hui qu’il va commencer. « Je vais régulièrement manger dans un restaurant italien en centre ville, et c’est le serveur qui m’a fait gouter, en me vendant du rêve. Du coup, je ne fais que répéter ses propos. » Tout de suite, ça fait moins rêver mais au moins, tout cela a le mérite d’être sincère.

« Je ne me serais jamais permis de dire cela, mais… Oui, sans doute. » Il se met à rire, ce genre de rire cristallin qu’on aime entendre. « Et dans le fond, qui ne l’est pas ?! Nous avons tous une part de bizarrerie en nous. » Et c’est peu dire le concernant, vu tous les adjectifs qu’il a pu entendre à son sujet au cours de sa vie : étrange, bizarre, unique, bête de foire… Ce dernier était sans doute le plus méchant d’ailleurs mais que voulez-vous ? Lorsqu’on ne rentre pas dans le monde, les personnes nous cataloguent directement. Et Raphael trouve cela bien dommage parce que lui, la différence, il aime cela !

Il a envie d’embrasser la vie quand elle lui répond. Jessie a parfaitement cerner ce que voulait dire le professeur, ou en tout cas la part du métier qu’il apprécie le plus. Et forcément, quand on parle de passion avec Raphael, on est servi. C’est le genre de sujet sur lequel il ne faut pas le lancer, à moins de vouloir tendre le bâton pour se faire battre. « C’est exactement cela ! Je n’aurais certainement pas dit mieux ! Je me sens tellement animé lorsque je partage mes théories avec mes étudiants. Et puis, enseigner à la faculté, c’est magique par rapport à une classe au collège ou lycée où les élèves n’ont pas spécialement envie d’être là. Tous mes étudiants ont choisi mon cours de leur plein gré... » Ce qu’il veut dire par là c’est qu’il a un public parfait ! « Après, j’avoue que j’aime également tout ce qui est recherche. Ce que j’aime dans les mathématiques, c’est que c’est logique. Tout peut être prouvé. Ce sont des faits qui ne peuvent donc pas mentir et cela me correspond plutôt bien… Je suis un homme un peu trop terre à terre. » Pourtant, il a la tête dans les étoiles parfois, s’imaginant un autre monde, une autre vie qui ne serait que lumières et merveilles. Le monde d’aujourd’hui n’est pas ce qu’il y a de pire, mais clairement, il pourrait être bien mieux.

Raphael rit de bon cœur en voyant la tête de sa partenaire de repas. Il l’avait prévenu que la boisson est amer et pas au gout de tout le monde ; mais il n’est pas surpris par sa réaction. Cela a tout de même le don de le déstresser un peu, et c’est peut-être grâce à cela qu’il s’explique davantage ensuite. Puis, il oscille entre le malaise et la gaieté ; avant de sourire à la jeune femme. Il ne devrait pas s’excuser en effet, mais il est comme ça, le brun. « C’est sûr. » Elle a des paroles réconfortantes, pile poil ce qu’il avait besoin d’entendre. Raphael prend une profonde inspiration, qui lui permet de se sentir mieux et de se dire qu’en effet, il ne fait rien de mal.

« Maintenant que tu en sais plus sur ma vie amoureuse, parles moi de la tienne. » Propose-t-il afin qu’ils puissent de nouveau être sur un pied d’égalité, si la jeune femme l’accepte, bien entendu. C’est aussi jouer le jeu d’un rendez-vous arrangé que de se poser ce genre de questions.

Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Jeu 20 Déc - 11:55

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je déduis qu'il a voyagé en Italie. Comment ne pas supposer ça alors qu'il parle de cet alcool comme si il s'y connaissait vraiment, comme si il les avait vu, ces Italiens durant l'été? « En fait, non. » Oups. Mauvaise déduction. Je souris en écoutant la suite. « Je vais régulièrement manger dans un restaurant italien en centre ville, et c’est le serveur qui m’a fait gouter, en me vendant du rêve. Du coup, je ne fais que répéter ses propos. » Il est honnête et ça, c'est tellement rare de nos jours. Il aurait pu mentir, dire que oui, il a voyagé. Qui sait si il me reverra après tout? Et ce n'est pas moi qui vais aller vérifier si c'est la vérité. Beaucoup d'hommes aurait profité de la situation pour mentir, se vanter même si c'est de quelque chose de totalement faux. J'apprécie qu'il ne soit pas comme ça. "On peut dire que tu as appris du meilleur alors parce que ça vend effectivement du rêve." Je souris en le regardant dans les yeux. Il a des yeux magnifiques, je dois l'admettre.

« Je ne me serais jamais permis de dire cela, mais… Oui, sans doute. » Il ne faut pas avoir peur des mots dans la vie. Faut être un peu taré pour étudier la psychologie. Ou alors être sain mentalement mais vraiment bien s'accrocher. Parfois, ce qu'il se passe dans la tête des autres, c'est pas évident à encaisser. Il y a des cas perturbants, déroutants. « Et dans le fond, qui ne l’est pas ?! Nous avons tous une part de bizarrerie en nous. » Je souris en faisant dans le même temps une petite grimace avec mon nez que je fronce. "Je suis d'accord avec toi mais il y a être un peu bizarre, ce qu'on est forcément pour quelqu'un, et être dérangé mentalement. Je pense que pour la psychologie, être dérangé mentalement peut aider." Je ris un peu. Je parle de mon cas. Je n'insinue pas que tout les étudiants en psycho sont forcément tarés. Mais moi, je ne suis pas ce qu'il y a de plus saine dans ma tête. J'oscille autant entre logique que désordre. J'y reviendrais plus tard.

« C’est exactement cela ! Je n’aurais certainement pas dit mieux ! Je me sens tellement animé lorsque je partage mes théories avec mes étudiants. Et puis, enseigner à la faculté, c’est magique par rapport à une classe au collège ou lycée où les élèves n’ont pas spécialement envie d’être là. Tous mes étudiants ont choisi mon cours de leur plein gré... » Je l'ai lancé sur un sujet qui semble lui plaire. Il vit de sa passion, c'est une bonne chose. Tout le monde ne peut pas en dire autant. « Après, j’avoue que j’aime également tout ce qui est recherche. Ce que j’aime dans les mathématiques, c’est que c’est logique. Tout peut être prouvé. Ce sont des faits qui ne peuvent donc pas mentir et cela me correspond plutôt bien… Je suis un homme un peu trop terre à terre. » Je comprends. Les mathématiques sont composées de règles. C'est clair et net. C'est précis. "Tu me donnerais presque envie d'apprécier les maths." Il parle de son métier avec tellement de passion que ça pourrait presque me contaminer. Je dis bien presque parce que malgré tout, il n'en est pas moins que les maths ne sont pas mon truc.

Ce que je dis ensuite à Raphael n'a rien de paroles visant à soulager sa conscience. Elles sont simplement mon honnête ressenti. Il ne fait rien de mal à mon sens. Il est célibataire, ne doit rien à personne à part à lui-même. Il faut qu'il vive, tout simplement. « C’est sûr. » Je souris doucement. « Maintenant que tu en sais plus sur ma vie amoureuse, parles moi de la tienne. » Aoutch. Je ne m'attendais pas à celle-là. Je bois une gorgée de mon apéritif sans répondre immédiatement. Je ne vais pas mentir. Je n'ai aucun intérêt à faire ça. Je cherche simplement les bons mots pour ne pas lui donner envie de partir en courant du restaurant. "Je ne suis pas vraiment le genre de femmes à avoir des relations amoureuses..." C'est vrai que ça fait un moment que j'ai abandonné l'idée d'avoir une relation de couple plus ou moins normale. "C'est pas que je suis contre hein. Au contraire. C'est juste que... Jusqu'à présent aucun homme n'a réussis à supporte assez longtemps mes manies." Je ris doucement. Je n'ai pas de tabou, je parle de tout, mais il est vrai que je parle rarement de sentiments. "Puisqu'on en est aux confidences, j'ai appris à vivre sans l'amour d'un homme. Les coups d'un soir, c'est bien. Ça m'évite de m'attacher et de souffrir par la suite parce que le type supporte pas que je sois différente." Mon propre père n'a pas su m'aimer après que les tocs soient entrés dans ma vie alors comment un homme pourrait y arriver si la chair de ma chair n'a pas pu? J'ai essayé à plusieurs reprises mais m'attacher et souffrir ensuite, franchement, j'en ai eu assez. Le type qui sera apte à me faire croire à nouveau au grand Amour, je ne suis pas sûre qu'il soit déjà né. Il aura du boulot en tout cas, pour réparer la poupée cassée que je suis. Je me rends cependant compte que ce que je viens de dire peut prêter à confusion. "Non pas que je veux que tu sois mon coup d'un soir hein. Même si... J'aurais rien contre non plus." En fait, je crois que je m'enfonce et ça me fait rire. "T'es très attirant mais je crois aussi que tu mérites mieux qu'un coup d'un soir." Il a l'air d'un type bien. Le pauvre. Il doit avoir envie de prendre la poudre d'escampette. "Ce n'est sûrement pas ce qu'un homme voudrait entendre lors d'un premier rendez-vous. Même s'il est arrangé." Je souris en faisant référence au fait qu'il se soit excusé quelques minutes plus tôt. J'aimerais vivre une belle et grande histoire d'amour dans laquelle ma différence serait un atout et une force plutôt qu'une raison de partir la queue entre les jambes. Mais peut-être que je ne suis pas faite pour ça. J'ai choisi d'être honnête avec lui, parce que je n'aime pas les mensonges. "Alors quoi, Malhia a décidé de nous arranger un rencard pour qu'on se répare mutuellement ou quoi?" Je ris, tentant l'humour plutôt que de rester sur mes aveux déprimants de fille voulant l'amour mais n'osant plus par peur de souffrir.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Jeu 20 Déc - 18:57

Les paroles de la brune le déconcertent. Il ne sait pas réellement quoi penser, ce qu’elle insinue. A-t-elle un réel problème psychologique qui ne se voit pas sur elle ? Il pourrait tout supposer mais à discuter avec elle, la jeune femme a l’air ‘normal’ si tant est que la normalité existe. Il n’a aucune envie de l’offenser alors il s’abstient de tout commentaire désobligeant. « Tu m’intrigues. » se contente-t-il de dire. Ainsi, si elle a envie d’en dire plus, elle le fera, et pas dans le cas contraire. Il adresse avec ceci un petit sourire amusé, qui cache des pensées bien mélangées. L’homme qui aime tout comprendre a face à lui un certain challenge et il est dur de ne pas revenir vers ses vieux démons. Il finit par dire autre chose, le genre de paroles dont seul lui est adepte. « J’imagine que tout dépend également de la définition que l’on donne au dérangement mental. Ceci peut être tout à fait subjectif. » Si on prend son propre cas, certains disent que le fait qu’il analyse tout, tout le temps, fait de Raphael quelqu’un qui a des problèmes psychologiques. Pour d’autres, cela fait partie de sa personnalité. Dans le fond, qui peut réellement juger ? « Je préfère largement me dire que chaque être humain a ses particularités, ses goûts, etc qui font qu’il est unique. Tant qu’on ne met personne en danger, ou qu’on ne se met pas en danger soi-même, alors il ne me semble pas qu’il y ait lieu de dire que la personne est ‘dérangé mentalement’. Il sort du contexte au final car il parle plus de lui que de la demoiselle en question, même s’il ne le mentionne pas et préfère faire croire qu’il mentionne une vérité générale.

Il pouffe lorsque la demoiselle mentionne qu’elle a presque envie d’aimer les maths. « C’est le but. » Ou pas en fait. La femme qui est à la table d’à côté le regarde comme s’il était un alien mais Raphael n’en tient pas compte et focalise son attention sur Jessie, avec qui il passe un agréable moment, contrairement à toute attente. Puis, un peu plus tard, au fil de la discussion, il lui demande plus de précisions sur sa vie amoureuse. Et c’est là qu’il en apprend un peu plus sur les petites particularités de sa compagne de soirée. Il fronce les sourcils à plusieurs reprises, mais sans aucun jugement. Il est seulement quelque peu surpris. Mais finalement, c’est le rire qui débouche de tout cela lorsque la jeune femme s‘embrouille, laissant penser qu’elle ne serait pas contre un plan d’un soir. Qu’est-ce qu’il pense de cela, lui, Raphael ? Bonne question. Il en a eu dans sa vie, mais très peu au final. Un au cours des deux dernières années. Après, il y a eu les femmes avec qui il aurait voulu plus et avec qui cela ne s’est pas fait mais de la même manière, cela se compte sur très peu de doigt au final ! Il n’a pas le temps d’en placer une, elle continue de parler et en fait, ce n’est peut-être pas plus mal. Il met un petit moment à lâcher son assiette des yeux et à la regarder de nouveau en face. Un peu gêné le père de famille ? Oui, tout à fait !

« Cela pourrait paraitre surprenant pour un homme de mon âge mais les plans d’un soir me sont presque étrangers. J’ai été pendant longtemps avec la mère de mon fils et lorsque cela s’est terminé, j’ai préféré rester seul pendant un bout de temps. Et j’aurais beau essayer de ne pas m’accrocher, je crois que mon cœur n’est pas d’accord avec cette vision des choses. » Il aimerait bien qu’il en soit autrement pourtant car cela lui faciliterait bien les choses. La vision d’Hibby lui revient en tête. Oui, avec elle, il avait laissé échapper ses pulsions, ce qui est assez étrange, mais ça n’était arrivé qu’une fois ! « Enfin, cela ne veut pas dire que je désapprouve ce genre de choses. Chacun est libre de faire ce qui lui plait et même bien plus : j’admire ceux qui sont capables de profiter de la vie par ce biais. » Il se met à rire, un peu gêné. Ils en ont des discussions étranges pour deux personnes qui viennent tout juste de se rencontrer. « Mais il y a des personnes comme moi qui n’en sont pas capables, tout simplement. » Ou alors avec la bonne personne, de manière très ponctuelle ? Il avait essayé aussi, une amitié avec bénéfices, avec Lily à l’époque mais pareil, les sentiments étaient intervenus dans tout cela et ça avait été le début de la fin pour cette femme qui ne souhaitait vraiment pas s’engager. « En tout cas, je te retourne le compliment. Tu es très charmante. » Il sourit, un sourire plein de sincérité.

L’homme n’a pas envie de penser qu’il a besoin d’être réparé. Les déceptions amoureuses sont monnaie courante et il suffit de temps pour les surmonter. Alors non, il ne veut pas croire que Malhia ait fait ça pour qu’ils se réparent mutuellement. « Disons simplement qu’elle a souhaité que nous passions un bon moment, entre personnes célibataires. » Oui, c’est bien plus simple ainsi. Et par bon moment, il ne parle pas spécialement de sexe, même si clairement, connaissant sa sœur, c’est exactement ce qu’elle avait en tête. « Et me faire bouger du canapé sans doute. » Il se met à rire. « Je suis presque certain qu’il y a une émission à la télévision qu’elle ne voulait manquer pour rien au monde. Miss America ? Je l’aurais forcément dérangé alors il fallait qu’elle trouve une excuse pour profiter de mon grand écran tranquille. » Il éclate de rire.





Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 21 Déc - 12:29

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


J'aime le principe de mystère alors quand il me dit simplement: « Tu m’intrigues. », je ne peux pas m'empêcher de sourire. Je trouve ça intéressant de ne pas tout dévoiler tout de suite. Ce n'est pas que je veux cacher ce que je suis, le fait que je sois atteinte de toc. Je n'ai aucune honte à le dire haut et fort. Mais l'idée d'entretenir encore un peu le mystère me plait d'autant plus et quelque chose me dit que ça ne lui déplaira peut-être pas tant que ça. Je réponds alors, avec un sourire malicieux sur les lèvres et un regard pétillant: "Il faudra peut-être attendre le prochain rendez-vous pour en savoir d'avantage." Est-ce-que c'est un jeu? Peut-être que oui, peut-être que non. Il se peut qu'il découvre mes tocs bien avant la fin de la soirée. Je ne risque pas de les retenir alors il pourra comprendre tout seul de quoi je suis atteinte. Mais l'idée de ne pas tout dévoiler tout de suite me paraît plus... excitante. Et marrante. Quant à un second rendez-vous... Pourquoi pas? Qui sait comment la soirée va se dérouler? Il se peut qu'on se tape finalement dessus avant le dessert après tout. « J’imagine que tout dépend également de la définition que l’on donne au dérangement mental. Ceci peut être tout à fait subjectif. » Il n'a pas tort. « Je préfère largement me dire que chaque être humain a ses particularités, ses goûts, etc qui font qu’il est unique. Tant qu’on ne met personne en danger, ou qu’on ne se met pas en danger soi-même, alors il ne me semble pas qu’il y ait lieu de dire que la personne est ‘dérangé mentalement’. Pour être honnête, j'aime beaucoup sa vision des choses et ça me fait sourire. Je suis à cent pour cent d'accord avec lui. Il paraît que j'ai un problème psychologique mais pour moi, ça n'en est pas spécialement un. J'ai juste besoin de certains rituels pour me sentir rassurée. Il n'est pas évident de toujours se sentir en sécurité dans le monde dans lequel on vit et moi, mes rituels me permette de me sentir bien, rassurée et en sécurité. Mes rituels sont quelque chose que je peux contrôler et je pense que c'est ce qui me rassure. "Je ne peux qu'être d'accord avec toi. Mais on a beau avoir cette vision des choses, rares sont les personnes à l'avoir également." La plupart des gens me prenne pour une folle, et puis c'est tout. J'étais acceptée avant, à l'école. Après l'arrivée de mes tocs, j'ai été rejetée. Et les parents des ados qui me rejetaient ne valaient pas mieux que les ados eux-mêmes.

« C’est le but. » Je ris en le regardant. Il est vrai qu'à ce rythme là, il pourrait presque me faire apprécier les maths et ça, ce serait clairement un miracle. Je m'embrouille en mentionnant un plan d'un soir, je ne suis que très rarement embrouillée mais là, c'est le pompon. « Cela pourrait paraitre surprenant pour un homme de mon âge mais les plans d’un soir me sont presque étrangers. J’ai été pendant longtemps avec la mère de mon fils et lorsque cela s’est terminé, j’ai préféré rester seul pendant un bout de temps. Et j’aurais beau essayer de ne pas m’accrocher, je crois que mon cœur n’est pas d’accord avec cette vision des choses. » Je souris doucement. C'est vrai, j'avais oublié. Malhia avait déjà évoqué vaguement son neveu. En tout cas, je comprends ce que l'homme en face de moi veut dire. Plus la soirée passe et plus j'ai la sensation d'être assise à une table avec un homme vraiment bien et ça m'intrigue. Je ne crois pas avoir rencontré un homme comme ça jusqu'à présent. Est-ce-que c'est l'âge qui change tout? Il a une forme de maturité intéressante, une vision des choses qui est tout aussi intéressante. « Enfin, cela ne veut pas dire que je désapprouve ce genre de choses. Chacun est libre de faire ce qui lui plait et même bien plus : j’admire ceux qui sont capables de profiter de la vie par ce biais. » Il dit ça mais finalement, il ne sait pas ce que c'est. C'est pas si terrible que ça. « Mais il y a des personnes comme moi qui n’en sont pas capables, tout simplement. » Je bois une longue gorgée de ma boisson avant de répondre, en toute sincérité: "C'est pas l'extase de profiter de la vie comme ça. C'est marrant, c'est sans contrainte mais il manque ce sentiment de sécurité. Il manque l'épaule sur laquelle pleurer. Les bras qui te rassurent." J'adore le sexe, j'aime le fait de ne pas souffrir à cause de sentiments. Mais il manque un tas de choses dans ce type de rapports qu'on a avec une relation stable. Je ne le dis pas à voix haute, mais bien entendu qu'un jour, j'aimerais avoir une relation avec une partenaire sur lequel je pourrais compter et qui ne sera pas qu'un coup de plus sur un tableau de chasse. "Je vais te faire un aveu: j'admire les personnes qui sont comme toi. Qui ont le courage d'aimer même si ça peut faire mal." J'hausse les épaules. Je ne sais pas si un jour j'aurais assez confiance en quelqu'un pour me laisser aller aux sentiments. Je l'espère. « En tout cas, je te retourne le compliment. Tu es très charmante. » Je ris en hochant la tête. "Ça je le sais. Mais merci." J'ai conscience d'être jolie, j'en joue assez. Mais ça fait toujours plaisir d'entendre un compliment sincère et pas juste parce que le mec veut te voir dans son lit.

« Disons simplement qu’elle a souhaité que nous passions un bon moment, entre personnes célibataires. » Oui, c'est sûrement ça. Je suis quand même étonnée que ce soit avec moi qu'elle ait arrangé le rendez-vous. « Et me faire bouger du canapé sans doute. » Je souris en fronçant les sourcils, sans comprendre pourquoi. « Je suis presque certain qu’il y a une émission à la télévision qu’elle ne voulait manquer pour rien au monde. Miss America ? Je l’aurais forcément dérangé alors il fallait qu’elle trouve une excuse pour profiter de mon grand écran tranquille. » Je ris en même temps que lui. On parle de sujets sérieux et pourtant, nous voila à rire de n'importe quoi. C'est agréable. "Je n'arrive pas à croire qu'elle me fasse manquer cette émission pour un dîner avec toi. J'hallucine. Elle va m'entendre." Je plaisante. Miss America, très peu pour moi. Trop superficiel. Dîner avec Raphael est largement mieux. Je termine mon verre d'apéritif. "Tu me parles de ton fils? Malhia a déjà évoqué son existence, mais elle n'est jamais rentré dans les détails." Je souris simplement. Le but d'un rencard est d'apprendre à se connaître, non? Le fils de Raphael fait partie intégrante de sa vie donc il me paraît normal d'aborder le sujet. Il doit être important à ses yeux. Mais n'empêche que ça doit être encore plus compliqué pour Raphael de refaire sa vie. Il ne peut pas faire entrer n'importe qui dans la vie de son fils et en même temps, une femme prête à devenir belle-mère, ça ne court pas forcément les rues non plus. Pas simple tout ça.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 21 Déc - 23:42

Le jeu lui plait. Il sourit, tout en plissant les yeux. Il s’imagine tout un tas de choses au sujet de cette demoiselle. Il se fait tout un monde, bien conscient pourtant qu’il est sans aucun doute loin de la réalité. Il ne rêve pas souvent Raphael, mais des espoirs, il en a des milliers par contre. Et celui de revoir cette demoiselle est bien présent, contre toute attente. Il ne cherche pas à analyser ce sentiment car ce serait lui donner une importance qu’il n’est pas prêt à lui donner, mais son sourire est là et en dit beaucoup sur à quel point il apprécie ce moment en tête à tête. Il occulte complètement sa déception amoureuse et sa tristesse, se concentrant sur quelque chose qui semble bien plus positif, au moins le temps du repas. Peut-être retombera-t-il dans sa déprime dès qu’il sera rentré chez lui mais cela, seul le futur le dira.

Raphael se laisse bercer par ses raisonnements logiques qui le mettent en confiance. Il argumente, comme il le fait à chaque minute de sa vie. C’est ainsi qu’il se sent bien et tant pis s’il en déplait aux autres. Elle ne semble pas contrariée, loin de là. « Dans ce cas, n’accordons aucune importance à ce que les autres pensent. » Plus facile à dire qu’à faire mais l’idée le séduit et ce soir, il se sent fort, comme reboosté après ces journées entières passées à se vider de toutes les larmes de son corps.

Encore une fois passionné, le métis établit un portrait de la vie telle qu’il la perçoit, et telle que la perçoit son cœur fragile. Il est homme facilement convoitable, si on se réfère aux standards qu’aiment les femmes. Il a bien des qualités de l’homme parfait qui ferait tout pour combler sa moitié, qui ne rechigne pas à la tache comme au ménage ou à la cuisine. Raphael est un homme moderne, capable de prendre soin de lui, de sa famille, de sa maison, de manière tout à fait indépendante. Pour autant, jamais il ne met et mettra cela en avant car il n’en a pas conscience. Pire, il est persuadé que ce n’est pas suffisant après les reproches faits par son ex-femme Jiya. Après tout, si elle a ressenti le besoin d’aller voir ailleurs, c’est forcément parce qu’il avait des choses à se faire reprocher, non ? Il a cherché. Il n’en a pas trouvé. Il a fini par en inventer, pour trouver une justification logique. Il était forcément coupable, selon lui ; même si toute personne extérieure dirait le contraire.

Et là, Jessie semble remettre en cause le mode de vie des personnes qui abusent des plans d’un soir. Il est surpris, oui, très surpris, mais il ne cache pas sa joie d’entendre cela. L’idée qu’elle puisse finalement être attirée par l’idée d’une histoire sérieuse le séduit, et il s’en veut un peu de ressentir cela dans un premier temps. Il n’est peut-être pas là pour rien après tout. Enfin, ça ne veut pas dire pour autant qu’il pourrait se passer quelque chose entre eux, mais l’idée que ce ne soit pas complètement impossible est plaisante.

« Mes étudiants diraient qu’ils ont leurs BFF pour ça. » Là, il rit. Il fait référence à une conversation qu’il a entendu quelques mois plus tôt entre deux copines et qui l’avait un peu marqué. Il avait laissé trainé une oreille discrètes, alors que les deux femmes ne pensaient pas être écoutées et entendues. « Mais je comprends tout à fait ce que tu veux dire. » Il a du mal à admettre le reste mais finalement, il l’avoue quelques instants plus tard. « Et moi, je dois avouer que je ne me sens jamais aussi bien que lorsque je suis en couple. Sans cette personne avec qui partager ma vie, celle-ci est vide, comme dénuée de sens. » Bien sûr, il a appris à vivre avec le célibat et ce n’est pas quelqu’un qui ira se mettre en couple pour dire d’être en couple, loin de là. Il espère que la jeune femme l’aura compris d’ailleurs. Mais tout de même, la vie à deux, c’est quelque chose à laquelle il aspire fortement. « Je me vois vieillir avec une femme, passer le restant de ma vie avec la même si possible. Je n’ai pas peur de le dire. » Certains penseront qu’il n’est pas capable de s’assumer seul, mais ça n’a rien à voir. Il sourit. Il espère ne pas lui faire peur avec ses grandes déclarations, mais après tout, elles ne lui sont pas spécialement dédiées. Il essaye juste de partager son ressenti sur les choses, ses états d’esprit. Il n’y a que de cette manière qu’ils pourront pleinement se découvrir.

« Il y a toujours le replay. » Raphael hausse les épaules dans un sourire amusé. Il aurait pu feindre d’être offensé mais il n’en est rien. Lui aussi avance convenablement sur son verre et comme si la serveuse suivait leur mouvement, la planche d’entrée à partager arrive sur la table. Le professeur la remercie d’un geste et ne tarde pas à piocher dans les antipasti. En particulier, il se tartine une tranche de pain/charcuterie, après avoir piqué un onion ring. A force de parler, autant dire que l’appétit est bien présent. Et il semblerait qu’il doive fournir encore un lot d’informations car il est désormais questionné sur son fils. « Il s’appelle Simon. Il a 7 ans. » Il ne sait jamais jusqu’à quel point est-ce qu’il doit parler. « Il aime les dessins animés, les livres et surtout les châteaux et les dragons ! Il a peur des sorcières et surtout celle de Blanche-Neige. Il déteste la chanson de la Reine des Neiges. » Est-ce ce genre de détails qu’elle a envie d’entendre ou quelque chose de plus personnel sur la vie de Raphael ? « Je l’adore. Il est tout pour moi ! Et autant dire que c’est un petit bonhomme plein d’humour. » Le brun se met à rire, repensant aux dernières bêtises du petit Simon. « A vrai dire, il ne vit avec moi que depuis quelques mois. Après mon divorce, c’est sa mère qui a obtenu la garde, vu qu’elle est restée à New-York et que c’est moi qui ait migré. Ça n’a pas été facile de ne plus le voir aussi souvent alors j’imagine que j’essaye de rattraper le temps perdu comme je peux et que je surcompense. » Et si tel est le cas, il s’en contrefiche parce qu’il aime son fils et le temps qu’il passe avec. S’il en fait trop, c’est limite tant mieux. « Enfin, voilà… J’imagine qu’entendre un père parler de son fils n’est pas ce que tu préfères. » Il se met à rire avant d’expliquer pourquoi il a dit ça. « Quand les femmes apprennent que j’ai Simon, leur regard sur moi change du tout au tout, surtout les jeunes femmes qui ont toute la vie devant elles. » Il se souvient encore de la réaction d’Anaëlle. Elle avait fini par se faire à l’idée, mais Raphael ne lui avait jamais demandé d’endosser le rôle de belle-mère. Au contraire, elle n’a rencontré l’enfant que bien tardivement, lorsque le père de famille était certain que c’était sérieux entre eux.

Spoiler:
 
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Sam 22 Déc - 12:16

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je plaisante, je joue, je laisse planer le mystère et ça m'intéresse. Cet homme, plus vieux que moi, qui pourrait en temps normal n'être que le coup d'un soir m'intéresse plus que de raison. Il me paraît différent de mes partenaires. Sincère. Honnête. Drôle. J'ai bien cru que la soirée serait nulle et finalement, elle s'avère agréable. Malhia a bien joué même si je vais malgré tout lui toucher deux mots à cette chipie. Je sous-entends un autre rendez-vous sans mettre de pression. Est-ce-que j'en ai envie? Oui, peut-être. Tout dépendra de la suite des évènements. Seul l'avenir peut nous dire de quoi demain est fait. « Dans ce cas, n’accordons aucune importance à ce que les autres pensent. » Je prêtais attention au regard des autres avant que je ne sois atteinte de toc mais depuis, je n'y fais plus attention. J'ai bien compris comment fonctionne le genre humain. Quoi qu'on fasse, on sera de toute façon obligatoirement critiqué ou jugé par l'un ou l'autre, même si certains approuveront. C'est comme ça que ça marche. J'hoche la tête en souriant et sans rien ajouter de plus.

Finalement, je lui avoue qu'il manque quelque chose d'essentiel aux coups d'un soir. Il manque ce sentiment de sécurité. Vers qui vous tournez-vous quand vous avez un problème, un chagrin, ou juste envie qu'on vous prenne dans vos bras? Il manque ça, les bras réconfortants d'une personne qu'on aime et qui nous aime - en théorie en tout les cas -, une épaule sur laquelle pleurer, une complicité que seuls des sentiments sincères peuvent créer. Je vois bien qu'il est surpris. Pour être franche, je le suis moi-même. Je n'ai jamais parlé de ça à qui que ce soit. Pas même à Malhia. Elle a peut-être compris toute seule, après tout. Je veux dire, j'assume haut et fort ma manière de vivre. Je suis fière de ce que je suis. Et je continuerais sûrement. A moins de trouver quelqu'un qui me fasse avoir suffisamment confiance en lui pour que je me laisse aller à éprouver des sentiments. Là, seulement là, oui, je laisserais tomber mon mode de vie. Avec grand plaisir. De toute façon, les plans d'un soir, ce n'est bon qu'un temps. Il y a un moment donné où il faut grandir, évoluer, passer à autre chose. Si un homme me fait ressentir l'envie de faire ça alors ouais, je sauterais sur l'occasion. Mais avant d'en arriver là, je pense qu'il va falloir du temps. Je ne suis pas contre mais ce n'est pas toujours facile de passer à l'acte quand la peur de souffrir est bien présente. « Mes étudiants diraient qu’ils ont leurs BFF pour ça. » Et là, je me mets à rire. Je ne m'attendais pas à cette phrase et naturellement, ça me fait simplement rire. C'est pas faux. Cependant, ça reste très différent de ce qu'on peut ressentir en couple. J'imagine.

« Mais je comprends tout à fait ce que tu veux dire. » Je souris en le regardant. Je ne doute pas du tout qu'il a compris de quoi je parle. Je suis persuadée qu'un homme comme lui comprend bien plus de choses que ceux que j'ai l'habitude de fréquenter habituellement. « Et moi, je dois avouer que je ne me sens jamais aussi bien que lorsque je suis en couple. Sans cette personne avec qui partager ma vie, celle-ci est vide, comme dénuée de sens. » C'est beau. Je trouve que ce qu'il dit vient tellement du fond du coeur que je ne peux que trouver ça beau. « Je me vois vieillir avec une femme, passer le restant de ma vie avec la même si possible. Je n’ai pas peur de le dire. » Si ça me fait peur? Non, pas vraiment. "C'est beau ce que tu dis. J'espère que tu rencontreras une femme avec qui tu pourras vivre ça." Sincèrement. Moi, pas moi, quelle importance? On ne se connait pas encore très bien, on se découvre à peine. Mais quoi qu'il se passe durant le restant de la soirée, dans les jours à venir - du moins s'il se passe quelque chose -, j'espère qu'il aura ce qu'il veut. Je crois qu'au plus profond de moi, j'espère vivre une histoire qui durera très très longtemps. Ce n'est juste pas forcément à l'ordre du jour parce que je n'ai pas encore rencontré la personne qui me fera éprouver tout ce que je dois éprouver, qui me supporte, qui accepte mes manières qui peuvent parfois être agaçantes. "C'est comment? Vivre en couple?" Question qui doit paraître bête mais je n'ai vécu que seule ou avec mes parents. J'ai quitté la maison dés que j'ai pu le faire et depuis, j'habite seule alors la vie de couple, je connais pas. Je connais pas les réveils auprès d'une personne aimée, les repas ensemble, les disputes, les réconciliations sur l'oreiller etc... Tout ça m'est totalement inconnu.

« Il y a toujours le replay. » Je souris, contente qu'il comprenne la plaisanterie. "C'est pas pareil qu'un direct." La serveuse nous apporte la planche d'entrée et je la remercie avec un sourire. Je me sers et le questionne sur son fils. C'est personnel mais n'est-ce-pas le but? On ne fait que ça depuis le début de la soirée, autant continuer. On ne va quand même aborder la pluie et le beau temps comme thématique. « Il s’appelle Simon. Il a 7 ans. » Oh chouette! Simon, très joli prénom. Quant à l'âge... L'âge parfait pour que je lui apprenne quelques bêtises à faire. Bah quoi? A son âge, on aime courir partout, sauter, faire des bêtises et imaginer des aventures fantastiques. On devrait bien s'entendre lui et moi. Ne sait-on jamais si un jour Malhia le garde et qu'elle a une urgence après tout. « Il aime les dessins animés, les livres et surtout les châteaux et les dragons ! Il a peur des sorcières et surtout celle de Blanche-Neige. Il déteste la chanson de la Reine des Neiges. » Je souris. J'aime bien la sorcière de Blanche-Neige. Les châteaux, les dragons, les dessins animés aussi. Les livres, ça dépend lesquels. Quant à la chanson de la Reine des Neiges, ô combien je le comprends! On l'a tellement entendue qu'elle en devient agaçante et tape clairement sur le système. « Je l’adore. Il est tout pour moi ! Et autant dire que c’est un petit bonhomme plein d’humour. » J'aime bien l'entendre me parler de lui. Il en parle avec amour. "Plein d'humour comme son papa." Je souris en grignotant un truc. « A vrai dire, il ne vit avec moi que depuis quelques mois. Après mon divorce, c’est sa mère qui a obtenu la garde, vu qu’elle est restée à New-York et que c’est moi qui ait migré. Ça n’a pas été facile de ne plus le voir aussi souvent alors j’imagine que j’essaye de rattraper le temps perdu comme je peux et que je surcompense. » Je comprends que ça n'a pas dû être facile. Un divorce n'est jamais simple. "Ça fait longtemps que vous êtes séparés?" Si j'ai bien compris, son ex-femme n'est pas sa dernière relation dont il vient de sortir et dont il a parlé en début de soirée. Mais je me trompe peut-être. « Enfin, voilà… J’imagine qu’entendre un père parler de son fils n’est pas ce que tu préfères. » Je penche la tête sans comprendre. C'est moi qui lui a posé la question, pourquoi je ronchonnerais maintenant? « Quand les femmes apprennent que j’ai Simon, leur regard sur moi change du tout au tout, surtout les jeunes femmes qui ont toute la vie devant elles. » Je veux bien le croire. Mais puisque l'humour est mine de rien le maître mot de la soirée, j'enchaîne avec une petite dose de plus: "Tu rigoles? Pourquoi je changerais? Si t'as un jour besoin d'une babysitter, pense à moi. Je lui apprendrais à faire plein de bêtises pour te faire tourner en bourrique. Ce sera aussi fun pour Simon que pour moi." Pire qu'une gosse. Non mais je plaisante. Quoi que. Je serais capable de lui apprendre une ou deux bêtise au passage. Je remarque alors que le bol contenant les onion rings est un peu trop éloigné du reste et je le déplace pour que ça convienne à mon esprit. J'en prends ensuite un au passage et je repose mes yeux sur le brun. "T'as toujours voulu être prof de maths?" Je sais, c'est un changement un peu brutal de sujet mais il faut bien varier les plaisirs.

Spoiler:
 

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Dim 30 Déc - 18:26

« Je l’espère aussi. » Il pensait l’avoir trouvé mais il s’était trompé, visiblement. Heureusement, il n’y a pas qu’une femme sur Terre et dans tout ce lot, il y a sans doute une petite merveille qui attend notre professeur. Puis, elle lui pose une question à laquelle il est bien difficile de répondre tellement les réponses peuvent s’avérer nombreuses. « C’est… une expérience. » Il sourit. Il pourrait facilement comparer cela à toutes ces expériences de chimie qu’il a fait au cours de sa vie. Parfois, cela donne un résultat parfaitement homogène et parfois, ça explose. Il y a également toute une nuance d’entre deux. « Il y a des bons moments et des moins bons. Il y a des crises en tout genre : fous rires, paniques, stress, bonheur… Il y a tout un tas de compromis à faire afin que les deux partis soient heureux aussi, et parfois, on a l’impression de se perdre un peu. Mais en fin de compte, quand on arrive le soir, on se couche à côté de la personne aimée et on sait qu’on ne changerait rien de notre journée. » Les regrets, ce n’est absolument pas quelque chose que Raphael accepte d’avoir dans sa vie et il sait que même si parfois, les choses ne tournent pas comme il le voudrait, c’est pour une raison. « Je ne te raconte même pas quand tu accueilles une troisième personne dans ta vie… Les difficultés s’accumulent encore. » Il a l’impression d’être beaucoup plus vieux d’elle lorsqu’il dit ça. C’est la réalité en même temps, mais il y a des moments où cela se ressent particulièrement. « Je pense qu’on peut facilement comparer la vie de couple à la cohabitation que l’on mène avec nos parents lorsqu’on est encore sous leur toit – sous réserve qu’on aime fort ses parents quand même. »

« Deux ans environ. »
Il répond lorsque Jessie lui demande depuis combien de temps il est séparé de Jiya. Puis, le métis rit lorsque la jeune femme lui propose de jouer les baby-sitters. Pour l’instant, il profite de la présence de Malhia mais il est vrai qu’en dehors, il lui est parfois difficile de trouver quelqu’un pour garder Simon. « Sauf que si je veux t’inviter de nouveau à sortir, tu ne pourras pas être aux deux endroits à la fois. » Il se met à rire. C’est une proposition sans en être une, de la même manière qu’ils en ont parlé un peu plus tôt dans la soirée. « Et crois moi si tu veux, il est déjà très doué pour me faire tourner en bourrique. » Raphael éclate une nouvelle fois de rire, repensant aux dernières inventions du petit. « Mais c’est noté en tout cas ! C’est pas toujours évident de trouver quelqu’un de confiance. » Il hoche la tête avant d’enchainer. « Tu aimes beaucoup les enfants ou tu fais juste ça pour gagner un peu d’argent ? » A moins qu’elle ait dit cela juste pour l’arranger ou pour être sympa après tout, mais ça n’a pas spécialement l’air d’être le cas.

« Quand j’étais petit, je rêvais d’être camion de poubelle mais évidemment, j’ai vite déchanté en apprenant que ça ne serait pas possible. » Il sourit, plutôt fier de ses bêtises. Petit, il avait le même sourire en racontant cette histoire aux amis de la famille. « Et sinon, oui et non. Je savais que je voulais travailler dans le domaine de la recherche scientifique mais j’étais un peu trop timide pour être professeur à la base, jusqu’à temps que je me lance. » C’était devenu comme une évidence avec le temps. « Et toi ? Tu as réellement envie d’être psychologue, ou… ? » Il laisse sa question en suspens afin qu’elle puisse lui en dire plus sur ses envies d’avenir, ou sur les raisons qui l’ont poussées à choisir cette voie. Il continue entre deux de grignoter quelques tapas et de boire quelques gorgées de son verre. « J’entends souvent dire dans ce genre d’études que ce sont les parents qui ont choisi pour leurs enfants et je trouve ça dommage. »
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Dim 30 Déc - 21:22

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


J'ai envie de croire qu'on a tous son âme soeur qui nous attend à quelque part. C'est cliché mais même si je ne l'avoue pas à voix haute, je crois que s'il n'y a pas d'amour sur terre alors il n'y a pas de raisons de vivre. Je ne sais pas si on trouve tous notre âme soeur, j'imagine que non, mais ça ne veut pas dire qu'elle n'était pas là à quelque part. Etant doté du libre arbitre, nous pouvons faire des choix nous menant directement à elle comme des choix nous éloignant d'elle. C'est ce que je veux penser. « Je l’espère aussi. » Je souris en hochant la tête. Il n'y a pas de raisons pour qu'il ne la trouve pas, la femme de sa vie. Où qu'elle soit. Qui qu'elle soit. Il doit ensuite répondre à une question délicate: c'est comment de vivre en couple? Je me rends compte que la question n'est pas simple mais pour l'avoir vécu, je suis sûre qu'il aura une réponse à me fournir. « C’est… une expérience. » Début vague. Une expérience peut être bonne ou mauvaise. La suite est nettement plus intéressante. « Il y a des bons moments et des moins bons. Il y a des crises en tout genre : fous rires, paniques, stress, bonheur… Il y a tout un tas de compromis à faire afin que les deux partis soient heureux aussi, et parfois, on a l’impression de se perdre un peu. Mais en fin de compte, quand on arrive le soir, on se couche à côté de la personne aimée et on sait qu’on ne changerait rien de notre journée. » Je souris en le regardant. Les mauvais moments valent le coup pour pouvoir vivre les bons. « Je ne te raconte même pas quand tu accueilles une troisième personne dans ta vie… Les difficultés s’accumulent encore. » C'est vrai qu'il a aussi vécu cette expérience supplémentaire. Il a déjà vécu bien plus de choses que moi. J'hoche la tête, imaginant aisément que la venue d'un bébé est une nouvelle histoire avec un tas de changements. Je le laisse parler, jusqu'à la conclusion, sans l'interrompre une seule fois. « Je pense qu’on peut facilement comparer la vie de couple à la cohabitation que l’on mène avec nos parents lorsqu’on est encore sous leur toit – sous réserve qu’on aime fort ses parents quand même. » Aoutch. Je grimace. "Tu crois que si ça s'est mal passé avec les parents, ça veut dire que ça va craindre pour une vie de couple?" Je ris doucement en le regardant. Je tente une petite pointe d'humour même si au fond, je prends ma question malgré tout au sérieux. Depuis l'arrivée de mes tocs, la cohabitation avec eux a été rude. Mon père, n'en parlons pas. Ma mère, y avait des moments où ça allait et d'autres non. Ce qui est normal en soi.

« Deux ans environ. » Deux ans qu'il est séparé de sa femme? Ça n'a quand même pas dû être facile tous les jours mine de rien. Quand on a des habitudes et qu'après, on doit tout rechanger, ce n'est pas simple. Quand j'ai quitté la maison familiale, j'ai dû m'habituer à vivre seule et à avoir de nouvelles habitudes, de nouveaux rituels. J'ai dû apprivoiser, d'une certaine façon, la vie en solitude. « Sauf que si je veux t’inviter de nouveau à sortir, tu ne pourras pas être aux deux endroits à la fois. » Je ris en le regardant. Il n'a pas tort. Sauf si... "Sauf si Simon vient avec." Je précise que c'est juste un fait: si Simon vient avec, je peux être à deux endroits à la fois. Je peux garder Simon et aller au rendez-vous. Cela ne veut pas dire que je veuille rencontrer son fils. Je ne suis pas idiote et je sais bien qu'il est trop tôt. On ne sait même pas si justement, il va me réinviter à sortir. "Plus sérieusement, je suis sûre que Malhia ne dira rien pour le garder à ce moment-là." C'est elle qui nous arrangé ce dîner donc elle nous devra bien ça pour se faire pardonner du piège qui n'est pas si empoisonné que ça. « Et crois moi si tu veux, il est déjà très doué pour me faire tourner en bourrique. » Je ris et honnêtement, je le crois volontiers. Un enfant sait toujours comment faire tourner ses parents en bourrique. C'est instinctif. Génétique. Ou peu importe d'où ça vient mais c'est bel et bien là. « Mais c’est noté en tout cas ! C’est pas toujours évident de trouver quelqu’un de confiance. » Je ne peux que lui adresser un sourire en guise de réponse. « Tu aimes beaucoup les enfants ou tu fais juste ça pour gagner un peu d’argent ? » Il est sérieux? Je prends justement un air très sérieux pour lui répondre. "Rien de tout ça. C'est juste que j'ai sept ans d'âge mental donc je m'entends très bien avec eux." Je garde mon air sérieux pendant quelques secondes avant de rire, fière de ma petite bêtise. "Non, sérieusement... J'aime bien les enfants. Ils ont une innocence en eux. Et un naturel que j'apprécie." Je ne fais pas de baby-sitting. Je n'aurais pas le temps même si j'en avais envie. Entre les cours et les sorties, ce serait compliqué de rajouter des soirs de baby-sitting à fréquence régulière. Après, pour rendre service, je ne suis pas contre. Pour rendre service. Pas pour être payée. "Et je précise que si jamais un jour tu veux que je garde Simon, je refuse d'être payée. C'est ce qu'on appelle rendre un service." J'hausse les épaules. Les gens ne se rendent plus tellement de services, c'est dommage.

Franchement, je ne m'attendais pas à ça. « Quand j’étais petit, je rêvais d’être camion de poubelle mais évidemment, j’ai vite déchanté en apprenant que ça ne serait pas possible. » Je ris en l'entendant me dire ça. Il y a cette simplicité ce soir, ce naturel. C'est sans filtre. Sans faux-semblants. J'aime ça. « Et sinon, oui et non. Je savais que je voulais travailler dans le domaine de la recherche scientifique mais j’étais un peu trop timide pour être professeur à la base, jusqu’à temps que je me lance. » Lui, timide? J'ai effectivement du mal à y croire vu ce que je vois ce soir. Mais les gens changent après tout, peut-être bien qu'il l'était à l'époque. "Alors comme ça, t'étais un grand timide? J'ai du mal à le croire." Autant être honnête alors je l'informe de ça avec un sourire aux lèvres. « Et toi ? Tu as réellement envie d’être psychologue, ou… ? » Hm. Question difficile. En même temps, j'aurais pu m'y attendre. C'est un échange donc normal que les questions me soient retournées. "En fait, j'en sais rien. Etudier le comportement des gens, comprendre ce qu'il se passe dans leur tête, ça m'intéresse. Je sais pas trop... Peut-être que par la suite, j'irais plus loin. Pourquoi pas profileuse?" Je crois que c'est la première fois de la soirée que je me montre peu sûre de moi. La vérité c'était que j'avais envie d'étudier le comportement, le pourquoi du comment. Sans doute à cause de mes tocs. Mais pour la suite... J'y ai pas réfléchis. "Ou devenir psy. Pourquoi pas." Je souris doucement. Je dois paraître sous un autre jour, moins sûre de mes réponses, de ce que je veux. Mais toute personne a sa part de fragilité, moi y compris. Même si je ne la montre pas souvent. « J’entends souvent dire dans ce genre d’études que ce sont les parents qui ont choisi pour leurs enfants et je trouve ça dommage. » Je ris avant de boire une gorgée de mon verre et de lui répondre. "Peut-être pour les autres mais une chose est sûre, pour moi mes parents n'ont rien à voir la dedans. Si j'avais dû attendre qu'ils prennent une décision - sensée à leurs yeux - pour moi, je serais sûrement dans un asile. De la part de mon père en tout cas." Je le prends bien. Qu'y puis-je de toute façon? Ma mère m'a acceptée mais si il avait décidé de me faire interner, elle n'aurait sûrement pas eu le cran de dire le contraire, surtout quand ils étaient encore ensemble. Je le dis avec honnêteté parce que je n'aime pas le mensonge. A quoi bon lui dire que j'avais des parents géniaux si ce n'était pas le cas? Je termine mon verre avant de piquer un truc à manger et je lui laisse le temps de digérer ce que je viens de balancer.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mar 8 Jan - 19:01

Raphael n’est pas du genre à mentir. Il dit les choses telles qu’elles sont, telles qu’il les ressent, n’en déplaise aux autres. Alors non, il ne fait pas rêver la jeune femme avec sa description de la vie de couple mais il faut dire ce qui est : la vie à deux a des avantages et des inconvénients. Au final, c’est comme pour tout. Comment pourrait-on profiter des bonnes choses de la vie s’il n’y en a pas des mauvaises pour nous apprendre la différence entre les deux ? « Mais non ! » La comparaison avec la cohabitation avec des parents était peut-être de trop. « Les parents peuvent te dire quoi faire. Ils restent tes parents. C’est genre le rôle du parent de ne jamais être d’accord avec son enfant. L’avantage d’un homme, c’est que tu peux le formater comme ça t’arrange. Enfin, en théorie. » Il se met à rire. Ce discours, ce ne sont pas ses mots à lui mais ce que ne cessait de répéter Jiya lorsqu’ils étaient ensemble. Elle était plutôt fière de raconter à toutes ses copines que Raphael était l’homme parfait grâce à elle, qu’il faisait toujours tout ce qu’elle lui demandait, etc. La vérité est juste que le métis a toujours eu l’habitude de s’occuper du ménage et de la cuisine. C’est comme ça quand votre mère meurt lorsque vous êtes tout petit et qu’il faut ensuite se débrouiller entre frères et sœurs pendant que votre père accumule trois emplois pour payer les factures. Et puis, ce n’est pas quelque chose qui dérange le professeur que d’être un bon homme au foyer. Sa maison est toujours impeccable et il cuisine régulièrement de bons petits plats, par simple plaisir de le faire.

Raphael qui était en train de boire une gorgée lorsque Jessie mentionne que Simon pourrait venir avec eux, manque de s’étouffer. « Je n’ai pas l’habitude de l’emmener avec moi à mes rencards. » dit-il après s’être remis de ses émotions. Un enfant, c’est ce qu’il y a de pire pour draguer, sauf quand ils sont petits et qu’ils sont de véritables aimants à femmes. Malheureusement, Simon a dépassé l’âge. « Il détourne toute l’attention ; tu n’imagines même pas. » Il se met à rire. Oui, le petit garçon est vraiment fort pour ça quand même. Il monopolise la conversation, demande à ce qu’on le regarde lorsqu’il fait une blague ou un tour de magie – sa dernière lubie. Puis, le professeur hoche la tête lorsque la brune mentionne que Malhia pourrait le garder. C’est exact.

« Je vois. » Il se met à rire de bon cœur. Il aime le fait qu’elle ne se prenne pas au sérieux pour certaines choses, qu’elle ait 7 ans d’âge mental comme elle dit. Il aimerait savoir en faire autant mais lui est bien trop premier degré en règle générale. « C’est ce qu’on verra. » Il préfère ne rien dire sur le fait qu’elle fasse ça gratuitement. Il n’aime pas du tout cette idée mais n’a aucune envie de discuter de tout ça ce soir. De toute façon, la probabilité qu’il l’appelle pour qu’elle vienne garder Simon est tout de même assez basse. Et dans le cas où ça arriverait, il trouverait bien un moyen de remercier la belle d’une manière ou d’une autre, même si ce n’est pas financier.

Puis, il part sur ses rêves d’enfant, en guise de métier. « C’est ce qu’on me dit souvent. Comme quoi les gens changent. » Il sourit face à cet aveu. Il a encore des moments où sans être timide, il est plutôt renfermé, comme inaccessible mais c’est dans son caractère. Peut-être le fait qu’il soit si étrange aux yeux des gens. Tout le monde ne comprend pas qu’on puisse avoir l’esprit mathématique pour absolument tout dans la vie. Le professeur écoute la jeune femme mais il faut tout de même avouer qu’il ne comprend pas vraiment qu’on fasse des études juste parce que ça nous intéresse. Il aurait pu étudier l’histoire dans ce cas, mais non, il avait choisi les mathématiques, parce qu’il savait qu’il trouverait un emploi dans cette branche. Et puis, pour l’histoire, il la découvre avec les livres, les visites de musées, de patrimoine, etc. Mais bon, pourquoi pas ? « Je n’ai jamais rencontré aucun profileur jusque là. » Il dit. C’est vrai que c’est intéressant, original. L’idée lui plait pour le coup. « C’est le genre de métier où on ne doit définitivement pas s’ennuyer. » Psy, par contre, c’est plus commun, même si ce n’est pas moins intéressant, il imagine. « Je suis heureux de l’entendre. » Poursuit-il lorsque la jeune femme lui conforme avoir pu faire ses propres choix. « Mais pourquoi dans un asile ? » La question sort toute seule sans qu’il ait le temps de réfléchir au bien fondé de celle-ci. C’est après coup qu’il se rend compte que c’est un peu trop personnel peut-être, déplacé pour un premier tête à tête de demander cela. Mais tant pis, c’est posé… Elle a l’air tout à fait normal mais entre ses propos un peu plus tôt et maintenant ça, le jeune homme se demande s’il n’y a pas une explication rationnelle, ou quelque chose que la brune aurait envie de partager mais qu’elle n’ose pas dire clairement.
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mer 9 Jan - 20:38

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je ne peux pas m'empêcher de me demander si le fait d'avoir eu des soucis de cohabitation avec mes parents me poserait des problèmes pour une relation de couple. Question légitime, je pense. Certaines personnes ne sont simplement pas faites pour cohabiter avec d'autres gens, que ce soit en couple ou en colocation ou avec de la famille. C'est juste... comme ça. « Mais non ! Les parents peuvent te dire quoi faire. Ils restent tes parents. C’est genre le rôle du parent de ne jamais être d’accord avec son enfant. L’avantage d’un homme, c’est que tu peux le formater comme ça t’arrange. Enfin, en théorie. » Mon rire se mêle au sien, naturellement. J'avoue que ça, c'est une partie intéressante. Est-ce-que c'est Raphael qui tient ces propos ou alors c'est une de ses ex - la mère de son fils ou sa dernière ex en question - qui tenait ses paroles? Je ne lui pose pas la question. Au fond, ça n'a pas de réelle importance à mes yeux. "C'est intéressant de pouvoir formater quelqu'un. Mais en même temps, je me dis que ça doit enlever de l'amusement à la relation, si on formate l'un de deux à faire ce qu'on souhaite." Si on y réfléchit bien, ça doit pas être si drôle que ça d'avoir un homme - ou une femme - formaté(e). J'imagine.

Je souris quand il manque de s'étouffer suite à ma remarque quant au fait qu'il pourrait toujours amener Simon avec lui. C'est sorti naturellement, sans que je ne réfléchisse. Je n'ai pas souvent l'habitude de réfléchir à ce que je dis. Je crois que parfois, je blesse les gens d'ailleurs. Je n'ai pas de tact. Je devrais travailler la-dessus d'ailleurs, j'en ai conscience. Mais franchement, mieux vaut blesser un peu quelqu'un sur le coup plutôt que de mentir et que ce soit encore pire par la suite non? Je préfère aussi qu'on me dise la vérité, pourquoi je ferais le contraire de mon côté? Je suis spontanée et même si ça risque de me jouer des tours, je ne suis pas prête de changer. « Je n’ai pas l’habitude de l’emmener avec moi à mes rencards. » Ça, j'aurais pu le deviner. C'était juste marrant de dire ça à voix haute et puis, ça me permet d'apprendre un peu à connaître l'homme en face de moi, même si ça paraît plus ou moins anodin comme réflexion. Après tout, il a une responsabilité avec son fils, il ne peut pas le présenter à tout va à n'importe quelle femme qu'il rencontre. Il faut un minimum de sérieux dans une relation pour franchir cette étape. « Il détourne toute l’attention ; tu n’imagines même pas. » Je souris en le regardant dans les yeux. "Jaloux du pouvoir de ton fils sur les femmes? Fais attention, je suis sûre que ça a un nom en psychologie." Ce n'est que de l'humour même si effectivement, je suis sûre que c'est un syndrome en psychologie. Mais pour le coup, je ne fais que le charrier. On mentionne ensuite le fait de babysitter Simon, de faire ça gratuitement, mais on ne s'attarde pas dessus. Je suis persuadée que Malhia ne nous a pas arrangé ça pour que Raphael et moi nous nous rendions des services.

« C’est ce qu’on me dit souvent. Comme quoi les gens changent. » J'hoche la tête. Oui, les gens changent. Il paraît que non, mais je pense que c'est largement possible. N'importe qui peut changer s'il le veut vraiment. Ou presque n'importe qui. Un psychopathe, j'en doute. Mais des gens banals peuvent le faire. Il suffit d'un événement traumatisant, de grandir, de comprendre certaines choses. Raphael était timide, il ne l'est plus. J'étais une fille tranquille et sans histoire avant de devenir la bizarre aux tocs suite à un événement qui m'a bien plus traumatisée que ce que je n'aurais jamais pu imaginer. "Il faut croire." Je lui avoue que je ne sais pas vraiment ce que je veux faire de ma vie. J'ignore si je veux pousser mes études plus loin et aller vers le profilage ou si je veux devenir "simple" psy. « Je n’ai jamais rencontré aucun profileur jusque là. » Je souris. Il est vrai que ça ne court pas les rues. « C’est le genre de métier où on ne doit définitivement pas s’ennuyer. » "En théorie, non, on ne dois pas s'ennuyer. L'avenir me dira ce que je déciderai." « Je suis heureux de l’entendre. », dit-il quand je l'informe que j'ai eu la chance de faire mes propres choix. Personne n'a décidé pour moi. Personne n'aurait pu de toute façon, je suis têtue comme une mule. Même pire que ça, en fait. « Mais pourquoi dans un asile ? » Je souris en penchant la tête sur le côté. La voila, la question. Je savais bien que ça finirait par tomber. "Ça t'intrigue hein? Je te paraît tout ce qu'il y a de plus... normale, n'est-ce-pas?" J'hausse les épaules et je remets ma tête droite, sans que le sourire ne quitte mes lèvres. Je ne suis pas gênée par la question. Je n'ai honte de rien, je n'ai rien à cacher. Mais j'avoue que garder un peu le mystère était intéressant. Je prends mon verre que je vide et que je repose exactement au même endroit. Mes couverts sont bien droits. J'avais remis le col du métis correctement parce que ça me dérangeait. "Tu n'as pas deviné?" Bah quoi? J'aime bien jouer, autant continuer jusqu'au bout. Voyons voir s'il peut comprendre par lui-même. Après tout, les tocs ne sont pas inconnus du public. Ce n'est pas aussi rare ou difficile à remarquer que la bipolarité par exemple. S'il repense un peu à mon comportement, il comprendra peut-être par lui-même. Et si non, je lui dirais. Je ne vais pas lui cacher plus longtemps, il n'y a aucune raison que je fasse ça.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 18 Jan - 12:53

« J’avoue que je suis bien d’accord avec toi. J’ai toujours préféré que mes compagnes soient fidèles à elle-même pour ma part. Si je les ai aimé, c’est comme elles sont, et ce n’est pas pour qu’elles changent. Sinon, il y a des risques qu’on aime moins la personne. » Enfin, c’est ce qu’il se dit en tout cas, mais lui a fait des efforts pour plaire par contre. Et justement, il semblerait que cela se soit retourné contre lui, puisque Jiya a à de maintes reprises, dit qu’il avait trop changé depuis le début de leur relation. Dire qu’il avait fait tout ça pour elle justement, à sa demande. Mais bref, on ne peut pas revenir sur le passé de toute façon alors ce n’est absolument pas le moment d’avoir des regrets.

« Qui ne le serait pas ? » La jalousie n’est peut-être pas le bon qualificatif mais il y a un peu de ça quand même. « Oserais-tu me dire en me regardant dans les yeux, que si tu viens avec une de tes amies à un rendez-vous et que l’homme n’a d’yeux que pour ton amie, cela te ferait plaisir ? » C’est exactement la même chose avec le fils de Raphael. L’homme n’a aucune envie qu’on s’entiche de lui uniquement pour son fils. Non, le petit est un plus (ou un moins d’ailleurs) mais c’est pour lui qu’on doit l’aimer et pour personne d’autres. Il garde un large sourire tout au long du questionnement, bien curieux de savoir ce qu’elle va lui répondre, même s’il a une idée de la réponse.

« Bah oui. » Il hausse les épaules, fortement intrigué, mais aussi légèrement apeuré. Cette question ne laisse rien présagé de bon, comme si la jeune femme avait beaucoup de choses à cacher. Un lourd secret qui fait peur peut-être ? Et voilà qu’elle insiste en plus. Qu’aurait-il dû deviner ? Il la dévisage, cherchant un indice mais il ne voit absolument pas. « Si ce n’est que tu es belle et pleine de conversation… Je ne vois vraiment pas. » Il fronce les sourcils, décontenancé. Raphael n’a jamais aimé le mystère. Il n’aime pas non plus être pris au dépourvu alors forcément, le voilà qui se sent de plus en plus mal à l’aise au fil du questionnement. Il préférerait que la jeune femme le rassure. « OH MON DIEU ! Dis moi que Malhia ne t’a pas payé pour passer du temps avec moi ! T’es pas une escort quand même ? » Ou pire ?! Le métis ouvre de grands yeux. Non, il ne peut vraiment pas se faire à cette idée. La femme est bien trop bien pour faire ce type de métier ! Comment aurait-il pu se tromper à ce point depuis le début du repas ? « Je ne peux pas croire ça ! C’est impossible ! » Même pas le temps d’obtenir la réponse de la brune qu’il s’imagine tout un monde.
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 18 Jan - 14:51

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


J'ai l'impression qu'il est sur la même longueur d'ondes que moi et j'avoue que ça me fait bizarre. Avoir une conversation intelligente, intéressante et palpitante, mêlant sincérité et mystère, c'est pas tout les jours que je peux y prétendre. Il y a quelque chose en cette soirée qui m'intrigue, peut-être bien plus que je ne voudrais bien l'admettre. « J’avoue que je suis bien d’accord avec toi. J’ai toujours préféré que mes compagnes soient fidèles à elle-même pour ma part. Si je les ai aimé, c’est comme elles sont, et ce n’est pas pour qu’elles changent. Sinon, il y a des risques qu’on aime moins la personne. » J'hoche la tête avec un grand sourire aux lèvres. "Je ne peux qu'être d'accord avec toi. Je n'ai rien à ajouter." Et c'est vrai que je n'ai rien à dire. Il n'y a pas à débattre, nous sommes d'accord sur le fait que dans une relation, il faut savoir rester soi-même et ne surtout pas essayer de devenir quelqu'un d'autre pour plaire à l'autre parce que si la relation a commencé, c'est qu'on plaisait à l'autre comme on était au départ. Alors quel besoin y aurait-il de changer?

« Qui ne le serait pas ? » Je sens qu'il n'a pas terminé et j'attends donc la suite de son argumentation. « Oserais-tu me dire en me regardant dans les yeux, que si tu viens avec une de tes amies à un rendez-vous et que l’homme n’a d’yeux que pour ton amie, cela te ferait plaisir ? » Il compare ça comme ça hein? Je souris en le regardant droit dans les yeux. "C'est vrai que déjà, je n'irais pas à une rendez-vous avec une amie. Mais peut-on vraiment comparer une amie à un enfant?" Je comprends très bien où il veut en venir, je ne suis pas idiote. Mais je joue le jeu. Après tout, un enfant n'est pas pareil, la situation n'est pas tout à fait similaire dans un cas ou dans l'autre. "Ceci dit, admettons que ça arriverait, je ferais sûrement tout pour attirer l'attention de l'homme." J'imagine. Si l'homme me plait vraiment, je ferais sûrement en sorte d'avoir son attention à la place de mon amie. Ou alors... "Ou bien je partirais en faisant un scandale pour leur foutre un peu la honte. Je sais que c'est puéril mais si à la base le rendez-vous était pour moi, c'est de bonne guerre, non? Et puis, ce serait juste un moment amusant pour moi." Je peux m'amuser de beaucoup de choses. Je sais très bien que ce serait puéril de leur faire un scandale mais jouer le jeu d'une femme trompée par exemple, ce ne serait que une petite revanche pas trop méchante envers eux, non? Je ris un peu. J'ignore comment je réagirais. J'ai souvent des avis bien arrêté mais j'imagine que ça dépendrait de mon humeur du jour. "Plus sérieusement, je comprends que tu ne veuilles pas que ton fils accapare l'attention de la femme lors du rendez-vous mais en même temps, c'est aussi un bon moyen de voir comment elle réagit et de la tester. Si tu attends trop longtemps pour les présenter, tu te seras peut-être attaché à elle et finalement, tu découvres qu'elle merde avec Simon, du coup... Relation vouée à l'échec si elle arrive pas à gérer. Et toi, tu auras une peine de coeur. Alors que si tu vois assez tôt que les enfants, c'est pas son truc... Tadam. Tu peux arrêter avant de voir ton petit coeur souffrir." Ok. C'est le raisonnement d'une femme qui a une peur bleue de souffrir lors d'une relation amoureuse. C'est un peu facile de penser comme ça pour éviter de souffrir. Je sais qu'il faut prendre des risques dans la vie mais j'avoue que l'amour... Ça me fout un peu la trouille, même si je suis clairement pas contre.

« Bah oui. » J'ai l'air normale. C'est vrai que je suis calme ce soir, c'est un fait. J'insiste en lui demandant s'il n'a donc pas deviné. « Si ce n’est que tu es belle et pleine de conversation… Je ne vois vraiment pas. » Hum, des compliments sans en demander et venu spontanément, il marque un point. Je souris en entendant ça. Décidément. Ce n'est quand même pas ce que j'attends comme réponse. « OH MON DIEU ! Dis moi que Malhia ne t’a pas payé pour passer du temps avec moi ! T’es pas une escort quand même ? » Et là, c'est le drame. Je le fixe. Il est sérieux là? Il va chercher où cette idée? D'accord, ce serait pas impossible mais quand même, ça serait grave non? « Je ne peux pas croire ça ! C’est impossible ! » Je n'ai pas le temps de répondre qu'il se fait un film. Je me mets alors à rire après quelques secondes de silence. "Alors ça... Non, je ne suis pas une escort. Je sais pas si je dois prendre ça pour un compliment." Je continue à rire. Je ne me moque pas. Quoi que, peut-être un peu mais de façon gentille. C'est juste que je n'aurais jamais pensé qu'il irait chercher aussi loin. "C'est vrai que je suis calme ce soir donc ça ne m'étonne pas que tu n'ais pas deviné mais... escort? Sérieusement?" Les regards se tournent vers nous et on nous dévisage. Je les ignore totalement, continuant de rire. Je finis par me reprendre, je ne veux pas le mettre mal à l'aise plus que nécessaire. "Bon aller, je vais mettre fin à ton supplice: je suis atteinte de Tocs." Et c'est à ce moment-là qu'il va comprendre pourquoi j'ai remis son col en place, pourquoi je pose mon verre au même endroit, pourquoi mes couverts sont placés très droit et pourquoi je mange par deux les onion rings. D'un coup, une lumière va s'allumer dans son cerveau et il va tout comprendre.

Spoiler:
 

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Dim 27 Jan - 17:21

Ce qui n’était à la base qu’une question sans grand fondement, tourne en quelque sorte en délibération philosophique. Il aurait pu s’en douter puisque la demoiselle étudie la psychologie. « Dans les deux cas, il y a une autre personne qui attire l’attention. » C’est un fait, même si en effet dans un des cas, il y a de la concurrence directe alors que dans l’autre, il s’agit plutôt d’un simple parasite. L’analogie est donc loin d’être parfaite, comme le sous-entend Jessie. Le fait qu’elle veuille attirer l’attention séduit Raphael, qui se dit qu’elle sait se mettre en valeur. Toutefois, la suite le fait plus rire qu’autre chose. « Tu ferais un scandale ?! » Cela, il ne l’avait pas du tout vu venir et c’est nettement moins son style. Le professeur est quelqu’un de très discret qui a bien du mal à dire des choses de travers, même lorsqu’il est réellement énervé. Il n’aime pas faire de vagues et n’en voit tout simplement pas l’intérêt en règle générale. S’il assistait à une telle scène, il serait sans doute tirailler entre la gène et le fou-rire. Difficile à dire tant qu’on ne le vit pas en direct. « Je n’oserais jamais faire ça en fait. Peut-être que je suis trop coincé. » Il grimace légèrement. C’est ce qu’on lui a souvent dit, alors il finit par le croire. Ce n’est pas pour autant qu’il juge les personnes qui souhaitent faire différemment de lui. « Mais tant que tu y trouves ton compte. C’est sans doute une manière de se protéger aussi, de redescendre en pression après avoir pris un coup dans l’égo. » Ça, elle sera plus en mesure de le savoir que lui. C’est elle l’étudiante en psychologie, non ?

« D’un côté, tu n’as pas tort mais d’un autre… » Il avale sa salive, ce qui lui permet de prendre quelques secondes supplémentaires pour réfléchir. « D’une part, j’ai vraiment envie de construire quelque chose pour moi, et pas pour Simon. Même s’il fait partie de ma vie et qu’il ne faut jamais l’oublier, la relation amoureuse, c’est avant tout deux personnes et non trois. J’ai envie d’être amoureux, de vivre quelque chose de vrai et de passionnel, comme si j’étais un célibataire lambda, et pas un père de famille. Je ne demanderais jamais à ma compagne d’être une deuxième mère pour Simon et si pour ça, il faut qu’on vive séparé ou ce genre de choses, ça ne me dérangera pas, tant que notre relation est stable et que l’amour est là. » C’est la vision des choses qu’il a à présent mais peut-être que les choses seraient différentes si sa petite-amie et son fils ne s’entendaient vraiment pas. « Je trouverais vraiment cela dommage de mettre mon bonheur en parenthèses juste parce que je suis papa. Mon fils devra être d’accord avec mes choix, quoi qu’il arrive. Et ma partenaire saura faire des efforts si elle m’aime vraiment. Si ça ne doit pas marcher, ça ne marchera pas et on aura tout de même passé de bons moments, même si je finis par souffrir. » La souffrance n’est pas une fin en soi. « Tu vois, je sors tout juste d’une relation et je ne vais pas le cacher, ça fait plusieurs semaines que j’ai l’impression d’être au fond du trou, même si ce soir est une très bonne surprise ; mais malgré ces dernières semaines, je ne regrette pas une seconde les mois de bonheur que j’ai passé avec Anaëlle. » Il aurait pu l’appeler ‘mon ex’ comme le font souvent les gens, mais ce n’est pas son style. Elle a un prénom et il tient encore beaucoup trop à elle pour l’affubler autrement. « Donc, oui, t’as pas tort, mais je prendrais quand même le risque. » Il sourit. Il n’a pas mentionné aussi qu’il ne veut pas que son fils rencontre plusieurs dames, sans quoi celui-ci pourrait prendre son père pour un gigolo, ou bien tout simplement se faire des films…

La conversation tourne ensuite vers un tout autre sujet et Raphael en vient à s’imaginer le pire, qui est loin d’être la réalité, fort heureusement. C’est un long soupir de soulagement qu’il laisse échapper lorsqu’il a la réponse à ses interrogations. Il reste silencieux un instant, s’en voulant d’avoir fait de telles suppositions. Il a de la chance que la brune ne le prenne pas trop mal. « Excuses-moi, je… » C’est tout ce qu’il trouve à dire. « C’est juste que de la manière dont tu as amené la chose… » Et puis franchement, c’est typiquement le genre de blague qu’aurait pu lui faire sa sœur. Tellement soulagé qu’il se met à rire quand elle lui dit être atteinte de tocs. Cela semble si superflu à côté de ce qu’il avait en tête et il a même du mal à voir en quoi c’est grave. Il faut dire qu’il n’a jamais rencontré personne atteint de tocs et que pour le coup, il a du mal à savoir exactement de quoi elle parle. « De tocs ? » Il la regarde et non, ça ne fait toujours pas tilt dans son cerveau. « Genre il faut que tout soit bien rangé à une place précise et tout ? » Dit-il en se remémorant quelques trucs qu’il a pu voir à la télévision.
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Dim 27 Jan - 17:52

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je ne pensais pas débattre. Honnêtement, quand je suis arrivée et que j'ai vu que finalement, il y avait un homme à la place de Malhia, j'ai eu peur que la soirée ne soit pourrie de chez pourrie. Alors qu'au final, on discute, on rit, on échange nos idées. C'est intéressant. Je ne regrette pas le coup de Malhia, même si elle m'entendra quand même un peu sur la façon dont elle a organisé tout ça. « Dans les deux cas, il y a une autre personne qui attire l’attention. » Certes. Je lui accorde ce point. Mais malgré tout, ce n'est pas la même attention non plus. Pour moi, ce n'est pas tout à fait comparable. Je joue cependant le jeu en répondant à sa question sur la façon dont je réagirais. « Tu ferais un scandale ?! » Ça le fait rire. Je ne dis rien, gardant juste un sourire aux lèvres. « Je n’oserais jamais faire ça en fait. Peut-être que je suis trop coincé. » Qu'est-ce-qu'il raconte?! "N'importe quoi. T'as juste un caractère plus calme. T'es plus discret, c'est tout. Ça n'a rien à voir avec être coincé ou non." Ce n'est pas parce qu'il ne se donne pas en spectacle que ça fait de lui un homme coincé. « Mais tant que tu y trouves ton compte. C’est sans doute une manière de se protéger aussi, de redescendre en pression après avoir pris un coup dans l’égo. » J'hoche la tête. Le pire, c'est qu'il a raison. C'est pour ne pas laisser transparaître le coup de poignard ressenti dans un instant pareil. Me protéger. Je ne le dis pas à voix haute, mais mon hochement de tête lui confirme qu'il a raison.

« D’un côté, tu n’as pas tort mais d’un autre… » J'attends le "mais". « D’une part, j’ai vraiment envie de construire quelque chose pour moi, et pas pour Simon. Même s’il fait partie de ma vie et qu’il ne faut jamais l’oublier, la relation amoureuse, c’est avant tout deux personnes et non trois. J’ai envie d’être amoureux, de vivre quelque chose de vrai et de passionnel, comme si j’étais un célibataire lambda, et pas un père de famille. Je ne demanderais jamais à ma compagne d’être une deuxième mère pour Simon et si pour ça, il faut qu’on vive séparé ou ce genre de choses, ça ne me dérangera pas, tant que notre relation est stable et que l’amour est là. » Qu'est-ce-que je peux répondre à ça, honnêtement? Ça me paraît... Je ne sais pas comment dire ça mais sa vision des choses me paraît être bonne. Et la suite ne fait que confirmer ce que je pense. « Je trouverais vraiment cela dommage de mettre mon bonheur en parenthèses juste parce que je suis papa. Mon fils devra être d’accord avec mes choix, quoi qu’il arrive. Et ma partenaire saura faire des efforts si elle m’aime vraiment. Si ça ne doit pas marcher, ça ne marchera pas et on aura tout de même passé de bons moments, même si je finis par souffrir. » Sa partenaire. C'est un mot qui fait tilt à mon esprit. Un(e) partenaire, c'est quelqu'un qui partage à moitié. C'est un terme d'équité dans une relation. C'est un choix de mot qui, à mes yeux, est important. « Tu vois, je sors tout juste d’une relation et je ne vais pas le cacher, ça fait plusieurs semaines que j’ai l’impression d’être au fond du trou, même si ce soir est une très bonne surprise ; mais malgré ces dernières semaines, je ne regrette pas une seconde les mois de bonheur que j’ai passé avec Anaëlle. » Anaëlle. Très beau prénom. Oui, bon, j'ai pas retenu que ça. J'ai aussi retenu que cette soirée est une bonne surprise pour lui. Comme pour moi. Qu'est-ce-qui m'arrive? Je crois que c'est la première fois que je pose un regard tendre sur quelqu'un. Cet homme est mature et sa vision des choses, je ne sais pas... Je la trouve juste. « Donc, oui, t’as pas tort, mais je prendrais quand même le risque. » Je suis une personne vraiment têtue, qui sait ce qu'elle veut. En règle générale. Même si je dois avouer qu'il remet en question certaines choses. J'ai toujours dit ne pas être contre une relation amoureuse mais je sais qu'aucun homme que j'ai rencontré n'a été capable de me supporter alors j'évite de m'attacher, pour ne pas souffrir. Seulement... Raphael me donnerait presque envie de tomber amoureuse. Pour vivre une relation, je cite le beau métis, "vraie et passionnelle". J'avale difficilement ma salive avant de sourire et de rester naturelle. Je ne veux pas laisser transparaître trop de choses mais je ne vais pas mentir pour autant. "T'es convainquant. Je dois dire... que tu as peut-être raison de prendre le risque." Ouais. Mettez une croix sur le calendrier. Rouge de préférence. Ce n'est pas tous les jours que je vais changer d'avis aussi facilement, je vous préviens.

Finalement, il soupire de soulagement. Les tocs sont moins terrifiants qu'une escort? « Excuses-moi, je… » Il n'a pas à s'excuser. Toute déduction est bonne à faire quand on ignore à qui on a à faire. « C’est juste que de la manière dont tu as amené la chose… » J'avoue que faire planer le mystère devait être perturbant pour lui. Je mets donc fin à son supplice. « De tocs ? » J'hoche la tête. Sur le coup, ça l'a fait rire. Je ne le prends pas mal. Si je devais prendre mal à chaque fois qu'on rigole sur moi, je serais vexée toute la journée. « Genre il faut que tout soit bien rangé à une place précise et tout ? » Je souris en le regardant. C'est quelque chose dont on ignore pas mal de choses au final. "En partie. Mais il n'y a pas que ça. J'ai une sorte d'obsession pour les nombres pairs. Je dois compter certaines choses. Il faut que tout soit en ordre. Le seul moment où j'accepte le désordre c'est quand je couche avec quelqu'un." Quoi?! C'est pas de ma faute. Je suis trop concentrée à autre chose pour penser au bordel qu'il peut y avoir. Mais alors je vous dis pas une fois que c'est terminé. "Mon appartement ressemble à un musée. Tout est à sa place. Aucun objet n'est seul aussi. Enfin voila. Des choses comme ça." Qui au quotidien peuvent rendre un peu dingues les personnes qui m'entourent mais ça, je me retiens de le préciser.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Sam 9 Fév - 11:59

Raphael n’a jamais eu l’art oratoire. Il est même en général plutôt maladroit dans ses paroles, même s’il tente toujours d’être le plus réfléchi possible ; alors lorsque Jessie emploie les termes de calme et discret, il hoche de la tête, afin de confirmer. C’est vrai que cela semble plus approprié, même si dans le fond, il est sans doute un peu coincé parfois, suivant les sujets et ce qu’on lui propose de faire. Ce sont surtout les nouvelles expériences qu’il redoute, mais tout simplement car il a tendance à avoir peur de sortir de sa zone de confort.

Puis, voilà notre récent célibataire qui explique en long en large et en travers sa vision de l’amour, du couple et de son futur amoureux. Il faut dire qu’à force d’accumuler les échecs en la matière, il commence à être roder et à savoir parfaitement ce dont il a envie. Si dans d’autres domaines il lui arrive d’hésiter pendant des jours avant de prendre une décision, en amour ce n’est pas le cas. Son cœur est tendre et prêt à vibrer, il le sait ; même si ce n’est pas à n’importe quel prix, évidemment. Il se met à rire doucement lorsque la belle brune lui avoue qu’il a peut-être raison. Après, chacun fait comme il veut, mais lui a décidé de vivre ainsi.

Le terme de tocs peut faire peur, mais pour Raphael, c’est plus une inconnue. Et comme pour ses problèmes mathématiques, il adore résoudre les inconnues et trouver à quoi elles correspondent. Son raisonnement va alors dans ce sens. Rien ne peut être pire que d’avoir une prostituée devant lui donc maintenant que l’hypothèse est écartée, il est bien plus serein. Il pose une question afin d’en savoir plus. « Le moins que l’on puisse dire, mademoiselle Jessie, c’est que vous êtes une femme unique en votre genre. » Et venant du métis, c’est un véritable compliment. Il sourit ; et c’est à ce moment là qu’un serveur débarrasse la table de l’entrée alors qu’un autre amène les plats de résistance. La bonne odeur donne faim au père de famille qui ne peut s’empêcher de se lécher les babines et d’élargir son sourire plein d’appétit. Tout en continuant la discussion, il coupe sa viande et commence à manger. « Tu serais folle dans la chambre de Simon ! C’est un véritable capharnaüm, malgré mes nombreuses demandes pour qu’il range. » Enfin normal, c’est un enfant en même temps donc il tient difficilement en place. Le reste de la maison par contre est plutôt en ordre. « C’est donc pour ça : les couverts, le col… » Comme si ça venait de lui faire tilt. « Tu as ça depuis toute petite ou c’est venu avec l’âge ? »
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Dim 10 Fév - 21:01

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


J'aime mes tocs. J'aime qu'ils me rendent différente des autres. J'aime le fait de ne pas avoir l'impression d'être un mouton. J'aime aussi le fait d'être aussi honnête, de ne jamais avoir à me sentir coupable d'avoir menti ou d'avoir trop détourné la vérité de peur de blesser alors que le mensonge, c'est ça qui peut créer la véritable blessure. Depuis que j'ai mes tocs, même si j'ai été jugée, écartée, même si mes "amis" m'ont tourné le dos, je me préfère. Je me sens plus libre. Alors oui, j'ai aussi mes défauts. Il est vrai que parfois, j'en ai assez d'avoir certaines lubies. Mais je suis comme je suis. Et je n'ai pas l'intention de changer ma façon d'être, ce qui me rend unique. La seule chose que j'espère changer un jour, c'est d'avoir du courage. Du courage pour me lancer dans une relation, le courage de prendre le risque de souffrir. Mais ça, encore une fois, c'est une autre histoire. A part ça, les gens n'ont qu'à regarder. Ils n'ont qu'à lancer des regards en coin, chuchoter, me trouver bizarre. Ça ne compte pas à mes yeux. Le fait que Raphael dise: « Le moins que l’on puisse dire, mademoiselle Jessie, c’est que vous êtes une femme unique en votre genre. », ça me fait assez chaud au coeur. Je crois. J'imagine. "Et c'est une bonne chose à tes yeux?" Le fait qu'il me trouve unique me convient parfaitement. J'aime être unique. Je n'ai envie de ressembler à personne d'autre qu'à moi-même. Je suis dotée du libre arbitre, comme tout le monde et je dois dire que toutes celles qui veulent ressembler à telle ou telle célébrité, je les trouve clairement pathétique. Nous sommes comme nous sommes, avec nos qualités et nos défauts. Aimons nous comme tels. Ressembler à X ou à Y ne nous rendra pas plus heureux.

On vient nous apporter le plat de résistance. Je remercie les serveurs, celui qui débarrasse et celui qui apporte les plats suivants puis je commence à manger. « Tu serais folle dans la chambre de Simon ! C’est un véritable capharnaüm, malgré mes nombreuses demandes pour qu’il range. » Je ris et j'hoche la tête. J'en suis persuadée. Ce qu'il se passerait? Je me mettrais à ranger. C'est aussi simple que ça. Par contre, si on venait à m'empêcher de ranger, ce serait une situation beaucoup plus compliquée pour moi. "Et lui serait sûrement content que je sois dans sa chambre. Je lui rangerais et son père arrêterait de le tanner avec ça. En prime, il aura l'occasion de remettre le bordel." J'en ris. Autant en rire. Et puis, c'est un enfant, j'ai conscience qu'un enfant à aussi ce besoin de bordel. C'est comme ça. Il aurait sûrement autant besoin de bordel que moi de rangement. Qui gagnerait? Sûrement Simon. Les enfants gagnent souvent et mettre le bazar est plus rapide que de le ranger. Vous me direz, je me lasserais peut-être de ranger, ça me débarrasserait peut-être de ce toc en particulier. Cette pensée me faire sourire intérieurement.

« C’est donc pour ça : les couverts, le col… » J'hoche la tête avec un sourire avant de boire une gorgée de vin. Et encore, je suis sache ce soir. « Tu as ça depuis toute petite ou c’est venu avec l’âge ? » Je termine de vider ma bouche avant de répondre. Tout d'abord parce qu'on ne parle pas la bouche pleine et ensuite, parce que ça me permet de prendre quelques secondes pour réfléchir. "J'avais quinze ans, suite à un traumatisme..." S'il y a bien une chose de laquelle j'ai encore un peu de mal à parler, même si je le fais sans tabou, c'est du décès de ma grand-mère. C'est douloureux. Je tenais énormément à elle. "Ma grand-mère a fait une crise cardiaque pendant qu'on faisait de la pâtisserie toutes les deux. On était seules. Elle est décédée dans mes bras. J'ai appelé les secours. Quand ils sont arrivés et que j'ai dû me détacher d'elle, la première chose que j'ai faite c'est aller me laver les mains. J'avais encore de la farine partout. J'ai frotté, frotté, frotté. J'étais rouge et même ouverte à certains endroits. Si les secours ne m'avaient pas arrêtée, je crois que je serais fait vraiment très mal. Depuis, les tocs sont là." Cette douleur me faisait étrangement du bien. Je crois que je ressentais une forme de culpabilité. Je me sentais coupable de ne pas avoir pu la sauver. Je crois que certains jours, je ressens encore cette culpabilité... Je sais que je n'aurais pas vraiment pu faire quelque chose. Enfin si, j'aurais pu lui faire un massage cardiaque mais qui sait si ça aurait été suffisant? Je ne savais même pas comment on devait faire, j'étais perdue, seule. La seule chose que j'ai réussi à faire ça a été de la prendre dans mes bras... Je baisse les yeux vers mon assiette avant de les relever et de sourire. "C'est peut-être pour ça que mon père m'aurait volontiers fait interner. J'ai rien fait pour sauver sa mère." J'hausse les épaules. Est-ce-que ça me blesse que mon père ait voulu faire ça? Sans doute un peu. Mais j'ai digéré ça. C'est du passé. On ne se parle plus et c'est très bien comme ça. "Comment était ton enfance?" Question bête? Non. J'ai envie de savoir comment était sa famille avec lui, comment c'était. C'est intéressant de savoir comment était l'enfance de quelqu'un.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mar 19 Fév - 8:25

« Oh que oui. » Il ne comprend même pas le fait qu’elle puisse en douter une seule seconde. Le professeur a toujours préféré les personnes atypiques aux personnes ordinaires, si tant est que ce style de personnes existe vraiment. Chacun a son fardeau, ses petites particularités qui font qu’il est unique ; mais ce qu’il aime particulièrement c’est lorsque la vie de son interlocuteur fait qu’il y a de quoi échanger. Dans le fond, c’est peut-être juste parce qu’on l’a déjà qualifié de marginal à plusieurs reprises, du fait de sa passion pour les chiffres et les mathématiques en général.

Raphael ne peut pas s’empêcher de parler une nouvelle fois de Simon et d’une de ses mauvaises habitudes d’enfant. « Ça c’est sûr qu’il remettrait tout en désordre dès que tu aurais le dos tourné. » Et cette hypothèse fait tire le père de famille. Il sait comment les enfants, et même s’il tient à éduquer son fils de la bonne façon et à lui inculquer de bonnes valeurs, il ne compte absolument pas l’empêcher de profiter de son enfance. Le tout, c’est qu’on arrive à mettre un pied devant l’autre jusqu’au lit, sans avoir à faire attention où on marche ; une sorte de petit couloir rangé dans un dédale de désordre.

Il apprend l’origine de ces ‘maux’. « Oh mon dieu ! » Ne peut-il s’empêcher de s’exclamer dès qu’il entend les morts ‘crise cardiaque’. Il n’a jamais été face à une telle scène ou quoi que ce soit qui s’en rapproche et il s’en sent particulièrement chanceux ; et savoir qu’une jeune fille de 15 ans a pu assister à cela lui glace le sang. Il laisse ensuite Jessie continuer à lui raconter sans la couper davantage. Il ne peut s’empêcher de prendre sa main dans la sienne en guise d’encouragement et de compassion. Un geste peut-être plus paternel qu’autre chose. « Je ne peux même pas imaginer. » Se contente-t-il de dire. Difficile de reprendre une conversation enjouée après pareil aveu. L’analogie avec les personnes qui ressentent le besoin de se laver sans cesse après un viol lui vient en tête mais il ne le mentionne pas, parfaitement conscient que cela serait déplacé. « Chacun survit à ce genre de traumatisme de sa propre manière. Si les tocs sont ton moyen d’extérioriser et de ne pas sombrer dans la folie, alors je ne vois absolument pas pourquoi on voudrait te faire interner. Au contraire, c’est plutôt sain d’esprit. » Son ton est neutre, plein d’empathie tout de même. Il lâche enfin la main de la brune, tout à coup gêné et attrape sa fourchette pour avaler une bouchée, simple diversion car il aurait bien besoin de quelques minutes pour se remettre en appétit.

Finalement, elle le questionne sur son enfance à lui et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas vraiment plus gai. « J’ai grandi dans une grande fratrie. Nous sommes 5 frères et sœurs. Ma mère est décédée lorsque j’avais 7 ans donc on a dû beaucoup s’entraider. Les grands ont élevé les plus petits pendant que mon père cumulait plusieurs emplois. Mais honnêtement, on était très heureux et très soudés. Même si je ne les vois plus aussi souvent qu’avant, j’adore ma famille ! » En s’éloignant de New-York, il avait aussi dû dire au revoir à son paternel. Il n’y avait que Malhia qui était venu avec lui, et encore, elle repartait souvent, telle une jeune femme sans attache.
Jessie Davidson
Jessie Davidson
Inscrit le : 13/11/2018
Messages : 80
Avatar : Adelaide Kane
Crédits : Wanda - Citation sign Jake Jaglieski
Mes rps : Indisponible (8/8)

Raphael - Marlon - Stanislas - Tae-So - Jayden - Zack - Lexie

Bloc notes : Jessie & Raphael  7cfd6959e1518f0d1991f4b1d470b32e



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Mar 19 Fév - 18:19

Dîner inattendu

ft. Raphael Blaxtone


Je dois dire que Raphael marque des points. En plus d'être carrément canon, il est intelligent, ouvert, à l'écoute, intéressant. C'est pas normal d'avoir autant de qualités. Il est où le piège? Je ne considère pas le fait qu'il soit déjà papa comme un piège donc... Je n'ai pas encore trouvé de défauts à ce type. C'est tout bonnement pas possible. Même le fait que je suis différente ne semble pas lui faire plus peur que ça. Rien que pour ça, j'ai envie de continuer à apprendre à le connaître. Je suis curieuse d'apprendre quelle est sa faille. Quel est son plus gros défaut. « Oh que oui. » C'est une bonne chose à ses yeux que je sois unique et ce n'est pas pour me déplaire. En guise de réponse, je souris simplement. Qu'ajouter de plus? On mentionne ensuite son fils et le bordel qu'il a tendance à avoir dans sa chambre. « Ça c’est sûr qu’il remettrait tout en désordre dès que tu aurais le dos tourné. » Je ris en même temps que lui. Ça me paraît normal qu'il fasse ça. Le contraire serait plus étonnant et plus inquiétant. Ce serait pas facile pour moi de supporter ce bazar mais je pense qu'en bonne compagnie, ça pourrait être surmontable. Enfin, c'est une autre histoire. "Tant mieux, si c'est ce qu'il ferait." Un enfant heureux et épanoui qui ose mettre le boxon dans sa chambre, il n'y a rien d'anormal à ça, bien au contraire.

« Oh mon dieu ! » Oh non. Pas la pitié. C'est tout ce que j'espère. J'espère ne pas voir une once de pitié dans son regard. C'est ce que je déteste le plus. Ce qui est arrivé est arrivé et rien ni personne ne pourra changer ça. Ça fait parti de la vie. C'est certes difficile et je vis avec une forme de culpabilité chaque jour qui passe mais malheureusement, c'est ainsi que fonctionne le monde. On naît, on vit, on meurt et on laisse ceux qu'on aime et qui nous aime dans le chagrin. Ça, c'est si on a de la chance. D'autres sont plus à plaindre. Ma grand-mère a eu une belle vie, je tente de me dire que son heure était arrivée mais qu'elle avait eu la chance d'avoir une vie magnifique et ça m'aide à avancer. Il prend ma main dans la sienne. C'est affectueux mais je sais aussi que c'est le sujet abordé qui lui fait faire ça. Ça n'a rien de sentimental. C'est plus... Empathique. Gentil. Si on parlait d'autre chose, il n'aurait pas prit ma main instinctivement. « Je ne peux même pas imaginer. » J'hausse les épaules légèrement. « Chacun survit à ce genre de traumatisme de sa propre manière. Si les tocs sont ton moyen d’extérioriser et de ne pas sombrer dans la folie, alors je ne vois absolument pas pourquoi on voudrait te faire interner. Au contraire, c’est plutôt sain d’esprit. » Il enlève sa main. Même si c'était à cause du sujet abordé, c'était plutôt agréable d'avoir sa main autour de la mienne. "Ce que mon père a comprit c'est que je suis dérangée. Il cherchait plus une excuse pour me faire sortir de sa vie qu'autre chose. Une fille avec des tocs, qui règle les rituels du matin comme une horloge, c'est agaçant. Essaies de vivre avec quelqu'un comme ça, tu te rendras mieux compte. Il le supportait pas. L'internement, c'est tout ce à quoi il a pensé. S'il y avait eu une autre solution, il aurait essayé autre chose du moment qu'il n'ait plus à me supporter." Aoutch. Ce que je dis doit être tellement... froid. Je crois que c'est simplement parce que je me suis faite à l'idée d'avoir un homme comme ça comme père. Et je suis réaliste. Mais malgré tout, c'était peut-être un peu froid pour un premier dîner et Raphael n'a pas mérité cette froideur. "Enfin... Je ne dis pas que tu ne pourrais pas supporter quelqu'un comme moi au quotidien... Certaines personnes y arrivent, comme ma mère hein. C'est juste qu'on ne sait pas vraiment dans quoi on s'embarque avant de vivre avec quelqu'un comme moi." Ça a des incidences, même minimes, sur la vie des autres habitants de la maison.

Il me parle de sa famille, répondant à mes questions. « J’ai grandi dans une grande fratrie. Nous sommes 5 frères et sœurs. Ma mère est décédée lorsque j’avais 7 ans donc on a dû beaucoup s’entraider. Les grands ont élevé les plus petits pendant que mon père cumulait plusieurs emplois. Mais honnêtement, on était très heureux et très soudés. Même si je ne les vois plus aussi souvent qu’avant, j’adore ma famille ! » Je suis désolée pour sa mère. Et son père. Et eux. Malhia n'a jamais trop parler de tout ça. En fait, on ne parle jamais vraiment de nos familles. Je suis une amie déplorable. "Ça n'a pas dû être simple tous les jours mais de ce que je vois, Malhia et toi vous en êtes bien sortis alors..." Je lui adresse un sourire. Je ne sais pas si ce que je dis est bien. Je ne suis pas toujours douée avec les mots, avec les gens.

code by ORICYA.


╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

Il était bien trop solitaire pour tendre la main à cette fille aussi seule que lui. On est toujours seul, seul dans la vie, on se croise sans se voir comme perdu dans le noir.©TENNESSEE.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
Raphael Blaxtone
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 463
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /



Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le Ven 22 Mar - 22:32

La conversation prend un tournant plutôt inattendu et Raphael reste muet un instant alors que la jeune femme continue de lui parler de son père. Tout ce qui lui vient à l’esprit, c’est qu’il ne voudrait pas avoir ce genre de relation avec Simon. Cela semble juste si inconcevable. Il préfère ne pas juger la façon dont Jessie lui présente les choses, se disant qu’elle doit avoir des raisons d’agir ainsi. « J’imagine. » répond-t-il simplement quand au fait qu’il ne sait pas d’avance s’il pourrait supporter de vivre avec quelqu’un comme elle. « Il n’y a qu’en testant qu’on peut savoir. » Il sourit. Il est tellement conciliant dans la vie que si ça se trouve, il l’accepterait parfaitement. Il sourit en hochant la tête, n’ayant trop rien à ajouter sur ce point. C’est vrai que dans leur famille, en dehors d’un des frères qui cherche encore sa voie – si on peut dire cela ainsi – le reste fait honneur au nom Blaxtone.

La discussion dévie sur des sujets plus légers, presque frivoles. Ils apprennent à se connaitre à travers un peu de tout et Raphael est heureux de constater que la brune a des avis sur pas mal de choses, ce qui permet de converser correctement, lui qui adore débattre sur tout et rien. Rapidement, il est temps de prendre le dessert et lorsque le métis voit apparaitre un coulis de chocolat surplombé de chantilly, ses yeux ne peuvent plus quitter l’assiette du regard. Ce gourmand ! Il en mange une bouchée, puis deux. « Je ne suis pas mécontent du plan de Malhia finalement. » Lance-t-il, le sourire aux lèvres. Raphael a une grande tendance au pragmatisme mais il n’a aucun mal à dire les choses. La timidité n’a jamais été un souci pour lui. « Où est-ce que tu voudrais qu’on aille pour notre prochain rencard ? » Avant de rire légèrement, il argumente : « Avant qu’elle l’organise pour nous, autant prévoir quelque chose qui nous conviendrait à tous les deux, non ? » A moins qu’elle n’ait pas du tout envie de le revoir mais il suffit qu’elle lui dise et il ne le prendra pas mal. Raphael a eu l’habitude du rejet tout au long de sa vie et ne s’en formalise plus du tout. « T’as le droit de dire tout ce qui te ferait rêver. Il ne faut pas avoir peur de voir les choses en grand. » Il se met à rire. Tout ne sera peut-être pas réalisable mais après tout, qui ne tente rien n’a rien.
Contenu sponsorisé


Jessie & Raphael  Empty
Re: Jessie & Raphael , le

Jessie & Raphael

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2019-