AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald


Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Lun 8 Oct - 0:30







May the force be with us




Le Byzantium à eu la bonne idée de faire un marathon Star Wars ce week-end, et en bonne fan, je n'ai pas pu résister à l'envie d'y foutre les pieds, les mains et puis tout le corps aussi. En plus, y avait des goodies : une place achetée, un sabre laser offert. Comment vous dire ? Impossible de ne pas y aller. J'aurais pu acheter le nombre de place disponibles rien que pour avoir une pièce remplie de sabre. Mes préférés c'est les verts mais moi, j'ai eu un bleu. Après, j'ai filé des bonbons à un type pour faire un échange entre son sabre laser et le mien. Il aimait pas le vert et il préférait le bleu, tant mieux. Le marathon s'est terminé et en sortant, alors que je m'allumais une clope. J'ai vu plusieurs mecs s'approchez de moi. Au départ, je les trouvais vachement cool avec leurs sabres et leurs sombreros mais finalement, ils ont voulu m'piquer mon sabre et là, c'était mauvais pour eux. Ce qu'ils savaient pas et ce que je savais pas non plus, c'est que c'était des vrais sabres. Et à ce qu'il parait : quand on porte une culotte ou un slip sur le haut de sa tête, il est encore plus puissant. Bon ok, fumer un joint avant d'y aller, c'était peut-être pas une bonne idée. Heureusement pour moi, y a le type au sabre bleu qui est avec moi. Et je me lance. Dans un coup de sabre, je taille le sombrero du premier gars façon haut de forme avant de lui tailler un short. Dos à dos avec le type au laser bleu, on commence un tango du diable.

"As-tu déjà dansé la carioca ?"

(c) DΛNDELION
Elijah Fitzgerald
ADMIN ∎ Kiss me, Kill me
avatar
Inscrit le : 27/12/2017
Messages : 1140
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : FRIMELDA (signa) t-rex ♥ (vava)
Date de naissance : 31/10/1991
Bloc notes :


Eliburger
Plus fort que Roméo et Juliette



Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Lun 8 Oct - 22:19







May the force be with us



Star Wars, un cinéma puis ma présence obligatoire. Je me suis même laissé séduire pour les sabres lasers offerts avec. Il voulait cependant me refourguer un bleu, j'ai négocié pour avoir un rouge, rouge comme le sang que je m'imagine couler grâce au sabre de Monsieur Vador en compagnie des autres Stormtroopers. Bon, je n'ai pas trop chipoté il est vrai mais j'aurais tout de même préféré celui de Kylo Ren. Je ne sais pas, je lui trouve un truc en plus. Après les 12h passées dans cet endroit tout en comptant les entractes entre chaque film, me voilà gentiment sorti de la salle, un sourire aux lèvres comme un enfant à qui on a offert une friandise. Mais mon sourire s'efface rapidement; un homme vêtu d'un sombrero m'a volé mon sabre rouge et là, c'était mauvais pour eux. Dans un premier temps, j'suis allé réclamer un autre sabre et ce fut assez difficile vu la scène que je lui avais fait mais il m'a rendu le bleu que je ne voulais pas de base vu qu'il ne restait que ça. Une moue râleuse, une préparation de clope au bec et une jeune demoiselle en danger par le groupe qui n'aurait pas dû croiser ma route. Encerclés, elle se lance et j'en fais de même, raccourcissant les manches d'un kimono et taillant la moustache d'un autre en celle d'Hitler. Par précaution, je me recule. Elle me parle. "Alors actuellement je m'imagine plus une scène à la Kill Bill mais la carioca devrait le faire aussi." Pourquoi m'a-t-elle parlé de ça? Voilà que j'ai la musique dans la tête et mes membres se mettent à bouger tout seul, comme si The Mask m'avait lui aussi contaminé et que comme les flics, je ne pouvais rien y faire. Et je fonce dans le tas, tapant au milieu de la tête du gars qui avait mon sabre. Tous les autres membres du gang des Enchiladas (ce n'est pas compliqué à le savoir, c'est écrit sur leur kimono comme des employés d'une grande surface; je peux même voir que le mec apparemment mort s'appelait Barry) restent de marbres face à cet acte. Je reste neutre. Je n'aurais cependant jamais pensé à tuer quelqu'un de la sorte, le sang qui éclabousse, les corps empilés les uns sur les autres, ça fait désordre un peu. "Je ne les pensais pas si puissants tiens. J'voulais juste l'assommer de base, j't'assure!" dis-je à la jeune fille en me retournant. "Bon au moins, ça en fait un de moins. Que le meilleur gagne et à celui qui a le plus gros score." Un clin d'oeil. Je ne me préoccupe même pas de savoir si elle s'inquiète d'avoir un assassin à ses côtés plutôt qu'un groupe de voleurs. Moi, quand j'ai une idée en tête, je ne l'ai pas ailleurs. Et c'est donc ainsi que j'ai fait manchot un gars. "Boh, tu sais, Captain Crochet il a un certain charme. Tu diras c'est une blessure de guerre, ça attendrira le coeur des nanas." Au suivant. Du moins, c'est ce que j'aurais voulu car j'entends au loin un hélicoptère venir dans notre direction.

(c) DΛNDELION




i lost myself somewhere in the darkness
Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Lun 8 Oct - 23:20







May the force be with us




Dos à dos. Je me lance et il se lance aussi. Dans l'action, il s'exclame en m'expliquant qu'il pensait plutôt à une scène à la Kill Bill. Je ricane et dans un élan, je m'appuie sur lui pour faire un gigantesque saut. Dans les airs, je tranche deux têtes qui pissent désormais le sang façon Tarantino quand O-Ren Ishii coupe la tête du connard lors de la réunion. J'observe les jets de sang avec une fascination malsaine. "Manque plus que les boulards de Gogo !" Ces boulards à piques, j'en rêve nuit et jour. Plusieurs mecs arrivent en face de moi et cette fois-ci, je rejoue la scène de Shrek quand Fiona bloque les deux mecs de Robin des Bois avec ses pieds et qu'elle leur colle un coup de natte à chacun. Sauf que ce soir, ce n'est pas la natte qu'ils se prennent dans la tronche mais bel et bien mon sabre. J'ai la puissance de Maitre Yoda en moi. Je n'ai pas le temps d'observer le sabre bleu mais il a l'air de se débrouiller vu que le gang des Enchiladas commence à se retirer lentement (oui, c'est marqué sur leurs kimonos) mais d'un coup, je vois mes quatre corps comparer aux siens. Il me précise qu'il voulait juste les assommer mais que finalement, les sabres sont plus puissants. "Je te crois, je te crois. Fais gaffe t'en a u......" Comme dans Mortal Kombat, j'enchaine les coups de sabre de Sub Zero et je met un des mecs à terre. Larry va rejoindre Barry. "Un, juste là." Je ricane quelques peu avant de me remettre dos contre le sien. Ces connards nous encerclent ! "Bon courage et siffle, si t'as besoin d'aide !" Oui, j'dis ça à quelqu'un qui a l'air beaucoup plus expérimenté que moi mais tant pis ! Il fait un manchot tandis que je fais un cul de jatte. Je continue sur sa lancée. "Oui mais Captain Crochet aurait eu plus de gueule sans ses jambes ! Comme lui là, il a l'air plus docile comme ça, non ? Dis Obi-Wan ?" Soudain, un hélicoptère fait place devant nous. Ou du moins, c'est ce que l'on dirait aux premiers abords. Je fronce les sourcils. "Mais qu'est-ce que c'est que cette merde ?" Le vent souffle devant le cinéma, mes cheveux se détachent et ma chevelure rousse vole dans le sillage créer par les hélices. Des reptiliens sortent de l'hélicoptère. Ils portent des casques de motos à flammes rouges. Ils les retirent pour dévoiler leur superbes coupe-mullet. "BEAUFLAND ALERTE ROUGE." Ils ponctuent leur phrases par des "ein" à la fin des mots comme "ON EST PAS BEAUX LA-EIN ?"

(c) DΛNDELION
Elijah Fitzgerald
ADMIN ∎ Kiss me, Kill me
avatar
Inscrit le : 27/12/2017
Messages : 1140
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : FRIMELDA (signa) t-rex ♥ (vava)
Date de naissance : 31/10/1991
Bloc notes :


Eliburger
Plus fort que Roméo et Juliette



Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Mar 9 Oct - 0:06







May the force be with us



Ce n'est pas un, ni deux, ni trois mais bien quatre corps qu'elle aura maintenant sur la conscience -ou pas. Je reste tout de même assez émerveillé face une telle chorégraphie scénique pour les abattre. "Et bien, tu n'y vas pas de main morte." Un sourire aux lèvres avant qu'elle ne prenne ma défense en butant un autre mec qui tente de m'avoir par derrière. Non pas que j'ai quelque chose contre les homosexuels mais qui préviennent au moins au risque d'être pris pour des traitres, des lâches, des moins que rien, des pauvres merdes et j'en passe! Puis cet hélicoptère. Il semblerait que la demoiselle le reconnaisse de loin. J'arque un sourcil. "Le quoi?" m'écriais-je pour qu'elle m'entende. Si c'est bien ce que j'ai compris, nous ne risquons pas d'être attrapés. Peut-être les quatre hommes restants et les six autres au sol en font partis et vu leur tenue, ça ne m'étonnerait pas. La lumière de ce dernier éclaire la scène et je regarde le jeune femme. Jeune, oui, c'est le mot. Pourquoi je passe mon temps à traîner avec des 2000, bordel? "Viens dans la poubelle!" Et je me mets à courir, attrape le rebord avant de me jeter dedans, refermant le couvercle dans mon élan. L'hélico passe. Ce n'est apparemment pour nous. Je me relève doucement et aperçois les autres pleurer littéralement leurs morts, du moins c'est ce que je pensais car en m'approchant bien, ils ne les pleurent pas; ces cons bouffent leurs morts et ce n'est pas une expression! "Pssst. Faut vraiment les exterminer au risque de finir zombi." dis-je à la jeune rousse. Un pas en avant, encore et toujours. "Tu connais Dracula dis moi? Je crois que les légendes partent du principe qu'il y a une histoire à la con derrière... Et bien..." Je ne finis même pas ma phrase, mes mots étant assez clairs pour la situation. "Il faut qu'on change de méthode. Il nous faut un pieu là." Et tout devient noir. Même scène, même heure et pourtant un lieu différent, un cimetière. Si j'étais défoncé, je dirais que des martiens nous ont attaqué et téléporté mais je ne pense pas. Du moins, après des samouraïs mexicains -oops, pardon, argentin, c'est comme les asiatiques de toute façon, tous les mêmes; y'a que mon Charlot que je reconnais, normal, c'est probablement la seule en ville vu l'état raciste dans lequel nous sommes- je pense qu'on peut s'attendre à tout. J'attrape mon portable pour nous éclairer; plus de batterie. "Dis moi, tu parles le morse ou le braille?" Je crois que ça sera notre seul moyen de communiquer en toute discrétion vu que les seules lumières accessible sont les feux follets. Des pas se font entendre dans ce cimetière et je ne saurais dire pourquoi, j'ai un pressentiment que ce sont des pilleurs de tombes. Ou le Pasteur? Mais qu'est-ce qu'il foutrait encore là ce con? S'il faut, il mène une double vie et si on le chope en train de faire quoi que ce soit, en tant que bon ami, je me verrais obligé d'en parler à Charlie. "T'es où la rousse?" m'exclamais-je tout en essayant de chuchoter. Je me recule peu à peu et sens quelque chose de visqueux derrière moi. "Je... Je crois que nous avons un problème." En effet, le cimetière étant si bien entretenu, une grosse toile d'araignée s'est calée entre deux pierres tombales. "Après avoir tué la grosse bête et avoir réglé le problème des gens en notre direction, on s'occupe de vous qui restez les gars. Promis on vous creuse un trou pour vous tous quand même, inscription sur le marbre "le tombeau des blaireaux"." dis-je aux samouraïs.

(c) DΛNDELION




i lost myself somewhere in the darkness
Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Mar 9 Oct - 0:43







May the force be with us




Le Beaufland passe au dessus de nous. Selon la légende, si les beaufs (c'est comme ça qu'on appelle ces ignobles monstres) te touchent avec un verre de Pastis à la main, tu risques d'en devenir un et de chopper l'accent du sud de la France. Une horreur. Ca vous colle à la peau, toute votre vie. Mais heureusement pour nous, le vaisseau ne fait que de passer. Néanmoins, le brun me tire jusque dans une poubelle pour que l'on puisse se cacher. La vache, il a de la suite dans les idées celui-là. Depuis la poubelle, j'observe la scène qui se déroule sous nos yeux. Les Enchiladas sont en train de manger leurs copains. Larry et Barry se font bouffer par Gary, qui, visiblement s'en met plein les fouilles. C'est dégoûtant. "Putain mais qu'est-ce qu'ils font... Ils sont au courant que c'est de la nécrophagie ?" La scène est franchement répugnante et je me surprend à avoir envie d'un burger frite avec beaucoup de sauce. "Quand c'est terminé, je te paye un burger." Je sais que ce n'est ni le moment, ni peut-être son genre de plats mais moi j'ai faim. Et visiblement, les Enchiladas aussi. Le brun me coupe dans ma rêverie en m'parlant de Dracula. "Ouais, pieu dans le cœur, collier à l'air, balle en argent, soleil ? Tout ça. 'Fin, tu m'parles bien de Bram Stoker ?" et trente seconde plus tard, je l'entends me parler d'un pieu. Je fouille dans la poubelle et je trouve un balai en bois. "Si on le casse en deux avec les lasers, ça devrait nous faire de sacrés pieux, non ?" Aussitôt dit, aussitôt fait. Je sors mon sabre et je nous fait deux pieux. "Cadeau !" Le pieu en main, et le sabre dans ma poche arrière. Je vois l'endroit où nous étions qui change. J'y comprends plus rien et je fronce les sourcils. "Qu'est-ce que c'est que ce délire ? J'ai l'impression d'être dans un chemin de traverse avec cette poubelle. Tu crois qu'on peut partir aux Bahamas comme ça ?" Le brun prend son téléphone mais il n'a plus de batterie. Je soupire légèrement en me redressant dans la poubelle. C'est finis, je sors et lui aussi. "Faut pas sortir si son téléphone est déchargé !" Oui, je suis en train de le gronder mais je m'en cogne. "Oui, je connais le morse." Une chance que je m'y sois intéressée pour nos sales coups avec Jellybee. Un petit sourire passe sur mon visage quand je le regarde, la lumière ne nous atteint pas mais les rayons de la lune, oui. J'observe les alentours et j'aperçois des formes bizarres, comme des.. Je l'entends m'appeler et je me retourne dans sa direction. Il y a une grosse masse derrière lui. "Je suis là, le brun. Tu feras gaffe t'as quelque chose derrière.. toi.." Il s'en rend rapidement compte et je déglutis. Ca grouille. C'est infect. Mon sabre en poche, je le sors en le faisant tournoyer rapidement dans ma main. "Attention, ça va faire des morceaux." Je préviens mais je l'entends en train de faire son malin devant les Samouraï Argentin. Je m'arrête un instant dans ma course. "Bon, James Bond, tu viens m'aider ?" Je me re-concentre sur cette énorme et immonde bête. D'habitude, les araignées ont l'air gentilles. Celle-ci me parait simplement répugnante. Je monte sur les épaules du brun et je viens crever un à un les yeux de la grosse bête. "J'AIME PAS TUER LES BESTIOLES. JE PRÉFÈRE QUAND C'EST LES HUMAINS !" Oui, je suis à deux doigts de chialer parce que je tue cette grosse araignée. L'araignée est morte et je vois les Enchiladas se carapater comme des rats. "Vite ! Ils se tirent !" Mais lorsque nous courons pour nous échapper, le sol s'ouvre sous nos pieds, nous faisant tomber dans une immense fosse qui grouille de vieilles chaussettes sales.

(c) DΛNDELION
Elijah Fitzgerald
ADMIN ∎ Kiss me, Kill me
avatar
Inscrit le : 27/12/2017
Messages : 1140
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : FRIMELDA (signa) t-rex ♥ (vava)
Date de naissance : 31/10/1991
Bloc notes :


Eliburger
Plus fort que Roméo et Juliette



Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Mar 9 Oct - 15:18







May the force be with us



Comment peut-on penser à une bouffe de gros alors qu'on assiste à une scène complètement répugnante? Un soupir se dégage de ma personne. En même temps, comment résister? C'est avec un simple "Okay." que je lui réponds avant qu'elle ne me coupe un balai en deux pour suivre mon idée, qui peut-être est la bonne, on n'en sait trop rien dans le fond. Puis ce foutu cimetière après cette virée en poubelle. On n'a même pas eu le temps de s'occuper des vampires argentins. Cependant je me demande pourquoi ils ont embarqué tout le monde et à la même place. Ca reste tout de même assez étrange et surtout plutôt rapide; passer de Downtown à Austin North en deux deux, on peut dire que les personnes qui contrôlent notre vie sont efficaces. Une araignée, puis une araignée morte. Je remercie la rousse pour son geste. "Cette bête-là ne méritait pas de vivre, faut pas en faire tout un drame, tu dois en avoir d'autres si ça te fait tant de peine que ça." lui répondis-je en me dépoussiérant mes vêtements. Des bruits de pas qui se rapprochent, d'autres qui s'enfuient, la jeune fille me ramène à la raison et je m'empresse de la suivre avant de tomber au milieu de chaussettes apparemment sales. "Putain mais les scénaristes sont vraiment à chier là! C'est quoi la prochaine étape? Des sauterelles qui débarquent de nulle part et qui en plus de ça sont carnivores?" m'écriais-je en regardant en l'air comme si je m'adressais à Dieu lui-même. Cependant, je n'aurais jamais dû balancer ça de la sorte. J'ai l'impression de faire parti d'une partie de Jumanji; chaque parole se transforme en réalité il semblerait. Mais si c'est le cas, pourquoi le voeux  interrogatif de la roussette ne s'est pas réalisé? Pourquoi nous ne sommes pas putain dans un bateau ou un avion en direction des Bahamas? Je soupire. "Apprête toi à finir asphyxier ou manger par des insectes. T'es contente n'est-ce pas?" lui demandais-je en me foutant de la réponse sous un ton sarcastique. Autant au début ça m'amusait, autant là je perds patience. "Tu sais à quoi ça me fait penser? A Harry Potter sauf que c'était des plantes à la place des chaussettes. Tu te rappelles ce qu'ils avaient fait pour en sortir? J'crois c'était un truc de lumière qui les faisaient fuir..." Je continue à réfléchir. Qu'est-ce qui effraieraient des chaussettes sales? "Il faut soit de la lessive, soit..." J'avale difficilement ma salive. Les chaussettes ne doivent en général pas apprécier ceci et je ne sais même pas pourquoi on se sert d'elle de la sorte. "Soit de la semence." On a pas de lessive actuellement et ma semence... déjà que je n'ai pas envie forcément de l'expédier de mon corps, si en plus je dois le faire devant quelqu'un... Et il est absolument hors de question que je demande de l'aide car dans tous les cas... Je serais mou. "Une idée plus appropriée peut-être?" lui demandais-je. Le son des ailes se rapproche de plus en plus. Bordel, elles sont combien ces sauterelles tueuses?

(c) DΛNDELION




i lost myself somewhere in the darkness
Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Mer 10 Oct - 20:54







May the force be with us




Le sol s’ouvre sous nos pieds. Le brun et moi on reste humain, même si ce soir, on se transforme en super ninja. On ne peut pas défier les lois de la gravité et lorsque l’on tombe, nous tombons dans une immense fosse avec des chaussettes sales. Répugnant est bel et bien le mot qui décrit cet endroit aussi terrible soit-il, l’odeur l’est encore plus. Je me bouche le nez en râlant. « Mais bordel ! C’est dégueulasse ! » Oui, l’endroit est ignoble. J’entends le brun qui râle sur les scénaristes et je ricane. « Manquerait plus qu’on soit recouvert de merde humaine et ce serait le pire film de toute la galaxie. » Je soupire dans notre malheur. Il émet l’idée de sauterelles carnivores lorsqu’un bruissement d’ailes se fait entendre. « Écoute, il va falloir que tu arrêtes d’émettre des idées à la cons comme celle que tu viens de dire parce que j’ai une peur bleue des sauterelles. » Il est vrai, j’ai une peur bleue de ces bestioles. Elles sont extrêmement bizarres à mes yeux. Je réfléchis un instant à la façon de sortir de ce trou encore vivants. Je soupire quand je l’entends me parler d’être dévorée par des sauterelles. « Non pas les sauterelles ! » J’ai peur et ça commence à se faire entendre dans ma voix. Je réfléchis, je réfléchis et une seule scène est comparable à la notre, celle d’Harry Potter. Le brun me dit exactement la même chose et je souris légèrement. « Oui ! Il faut trouver ce qui fait peur aux chaussettes ! » J’écoute les propositions de l’homme près de moi. Jusque là, je suis d’accord pour tout. Jusqu’au moment où il évoque de la semence. Je le regarde un instant. Il ne va pas faire ça quand même ? Je suis encore vierge, moi ! Je veux pas voir de cette chose dans l’endroit où je suis, bon sang ! Je ferme les yeux. « Écoute, on a vécu des choses ensemble mais pour l’instant, je suis pas prête a voir ton zozio, ni ce qui en découle. » Il me propose de proposer une proposition plus appropriée. « Réfléchissons ! Qu’est-ce que les chaussettes n’aiment pas ? » Je me creuse le cerveau. Qu’est-ce qui est désagréable quand on est en chaussettes ? Marcher dans l’eau. Je m’écrie alors. « MARCHER DANS L’EAU ! » Je réalise à l’instant que nous n’avons pas d’eau. Alors, je crache pour voir si ça marche. Une des chaussettes bouge, puis l’autre quand mon crachat va atterrir dessus. VICTOIRE ! « Crache mec ! Crache, regarde, elles aiment pas ! » Je me met à cracher autant que je peux, j’entends les sauterelles se rapprocher. « Naaaaaan ! Pas les sauterelles putain ! Crache encore ! » Mission crachat en cours de lancement quand je vois un trou au fond de cette fosse. J’attrape la main du brun dans la mienne et j’essaye de nous frayer un chemin dedans. On se retrouve alors dans un vieux parc d’attraction désaffecté. « Je ne suis pas flippette pour un sou mais je t’avoue que la situation ne me va guère. » J’attrape le bras du brun en me serrant contre lui. Je sors mon sabre laser de la poche de mon jean et quand j’entends un bruit, je le fait sortir. Je reconnais tout de suite les sombreros des Enchiladas. Encore.

(c) DΛNDELION
Elijah Fitzgerald
ADMIN ∎ Kiss me, Kill me
avatar
Inscrit le : 27/12/2017
Messages : 1140
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : FRIMELDA (signa) t-rex ♥ (vava)
Date de naissance : 31/10/1991
Bloc notes :


Eliburger
Plus fort que Roméo et Juliette



Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Ven 19 Oct - 15:22







May the force be with us



Facepalm interne. Je ne vais pas non plus m'excuser d'avoir des idées farfelues d'autant plus que j'y suis pour rien si elles se réalisent puis même, on ne s'excuse pas soi-même donc je préfère me taire et lever les yeux aux ciels. Elle peut tenter de cracher, oui, peut-être que ça fonctionnera bien que j'ai des doutes sur le moment mais je préfère passer pour un con plutôt que de mourir. Legit non? Je crache -ou devrais-je dire "je postillonne" plus qu'autre chose- mais il semblerait que les glaires de mademoiselle soient plus efficace. Elle m'embarque dans sa chute et fesses au sol, on se retrouve dans un parc d'attraction... abandonné. Elle attrape mon bras. Je sors des crocs, essayant de me dépatouiller. "Je sais bien qu'on a vécu des choses ensembles mais là, ça va trop vite." Me voilà libre de mes mouvements. "Avançons. Qu'est-ce qu'on pourrait trouver de pire? Des assassins avec un credo bien particulier? Pas besoin. Je crois que nous deux c'est suffisant." Un pas devant l'autre, je prends soin de ne rien toucher. Le crissement des manèges rouillés donnent une atmosphère de déjà vu. Mais bon sang, dans quel film ou série j'ai bien pu voir ça? Puis un homme débarque devant nous, capuche sur la tête dans un accoutrement assez porté sur la Renaissance. Un "putain" murmuré. La prochaine fois j'arrêterai vraiment de parler. "La rousse, voici Ezio Auditore da Firenze. Tu te rappelles quand je parlais d'assassins avec un credo.... Là, je crois qu'on est foutus mais on peut toujours tenter." Je me recule et me sépare d'elle petit à petit. "COURS." m'écriais-je avant de me taper un sprint vers une barre de fer. "Mitraille le de ce que tu veux on s'en fout!" Et même si le vent pourrait effacer le bruit de mes pas avec le bazar qu'il dégage, j'en profite juste pour me jeter sur l'homme, la barre de fer enfoncée dans son dos de sorte à ce que le coeur soit touché. Puis je touille. "J'espère qu'il n'a pas ses potions magiques ou une barre de vie sinon je vais m'énerver." grognais-je en regardant le p'tite. Un coup pour la rendre plus profond, avec mon pied je le balance au sol. "Bon. Comment est-ce que ce cauchemar s'arrête? Si on prend un train fantôme, vu que ça fait tout l'inverse de ce qu'on veut, tu crois qu'on finira dans un monde imaginaire ou pas?" demandais-je à la donzelle.

(c) DΛNDELION




i lost myself somewhere in the darkness
Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Dim 21 Oct - 21:14







May the force be with us





Ce parc d’attraction désaffecté me rappelle celui que j’ai lu dans Joyland de Stephen King, le maître de l’horreur aurait-il encore frappé ? Je m’accroche comme je peux au bras du brun mais il m’envoie balader. J’peux pas lui en vouloir. Je ronchonne juste un peu. « D’accord, pardon.. » Mon ton n’est pas sans montrer que je flippe et que je lui en veux légèrement. Je suis un bébé encore, hein. Il ordonne qu’on avance et je le suis, doucement mais sûrement. Il émet l’idée d’un assassin avec un crédo. Ne lui avais-je pas dit de fermer sa bouche en émettant de drôles d’idées ? Si mais il n’en a que faire. Je fronce les sourcils en soupirant. « Ouais, ‘fin, on est pas invincibles non plus. » Nous continuons d’avancer, je regarde mes pieds en faisant attention où je marche. L’idée de la cuve de chaussettes m’a définitivement traumatisée et je relève le tête seulement quand j’entends mon coéquipier lâcher un « putain ». Devant nous se trouve l’un de mes personnages favoris de jeu vidéos : Ezio Auditore. Je ravale ma salive quand je le regarde. « Tu sais qu’on est dans la merde, là ? » Visiblement, il existe une transmission de pensées entre le brun et moi. Je le regarde en reculant légèrement, je vois l’Assassin qui s’approche de nous. Je commence à me barrer, je sors mon sabre laser de ma poche et j’vois l’brun qui agrippe une barre de fer. Faut que je le mitraille. Je fourre ma main dans ma poche et j’en sors des cacahuètes. Je lui jette au visage tandis qu’il le transperce. C’est franchement dégueulasse comme spectacle mais tant pis. La barre de vie. Putain, non. « Ah non, hein ! » Je redouble mes jets de cacahuètes. « Crève enflure, crève ! » Le coup fatal est porté et il me demande comment est-ce que l’on peut sortir de ce merdier. J’ai envie de pleurer tellement je suis fatiguée, émotionnellement et physiquement. « Trouvons un moyen de sortir d’ici, j’en peux plus. » Epuisée, je regarde le brun en soupirant quand le tchou-tchou du train arrive à nos oreilles. Je reconnais de loin, la voie Neuf-Trois-Quart. « Prêt pour Poudlard ? » Je m’avance vers le train quand je me rends compte qu’il y a énormément de détraqueurs autour de nous. « Putain mais j’en ai marre ! »

(c) DΛNDELION
Elijah Fitzgerald
ADMIN ∎ Kiss me, Kill me
avatar
Inscrit le : 27/12/2017
Messages : 1140
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : FRIMELDA (signa) t-rex ♥ (vava)
Date de naissance : 31/10/1991
Bloc notes :


Eliburger
Plus fort que Roméo et Juliette



Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Mar 6 Nov - 22:52







May the force be with us



Un regard fraternel pour la jeune fille bien qu'une expression complètement neutre se colle sur mon visage. "Ça va aller?" lui demandais-je d'une voix douce et hésitante, n'ayant pas l'habitude de m'inquiéter pour qui que ce soit. Elle rejoint mon idée du train mais la gare de Londres se matérialise sous nos yeux, nous montrant ainsi une des voies les plus connues du monde. J'hoche la tête. Allons-y. On ne peut pas vivre pire de toute façon, du moins, jusqu'à ce qu'on tombe nez à nez avec un détraqueur. Je secoue la tête de gauche à droite. "Ne t'en fais pas, tu ne risques rien. Les roux ça n'a pas d'âme." Un sourire et un regard en coin qui se veulent taquins et provocateurs. C'était beaucoup trop facile mais ça me fait rigoler bien que la jeune ne semble pas du même avis, enfin, je l'imagine vu le nombre de fois qu'on a dû lui dire. C'est comme si on me disait tous les jours "Et alors, y'a un enterrement ou quoi?" Oui bien sûr, si tu ne t'arrêtes pas, ça va être le tien qui va être célébrer. "Tu crois que si on se sert des sabres en tant que baguettes ça marche?" Question rhétorique, je tente de lancer le sort et un serpent sort de ce dernier. "Un ennemi en moins." Je souffle. Prêt à râler mais je ne vais pas plomber plus l'ambiance. "Viens, on va se poser un peu." Je pars en éclaireur et choisis le wagon le plus proche du wagon restaurant. Je m'affale sur la banquette, les bras en long de cette dernière puis je laisse tomber ma tête en arrière tout en ayant les yeux fermés, comme une invitation pour que cette jeune fille puisse se servir du creux de mon bras en guise de coussin. "Pourquoi ai-je l'impression de vivre une aventure hors du commun avec des hallucinations digne d'un joint alors que je ne consomme jamais de drogue ou même d'alcool?" demandais-je à voix haute. Je suis exténué mais reste fort tout de même, pour la suite du trajet. Le train s'arrête d'un coup, je me sens propulsé de l'autre côté du wagon et un "Putain" venant du cœur sort de ma bouche. J'essuie du revers de ma manche la buée sur la vitre et regarde ce qui se passe. "Le pont est détruit. Faut aller le plus au fond du train pour s'enfuir." dis-je à la jeune fille en me reculant afin d'exécuter le plan le plus logique du monde. J'accélère le pas, passe à travers des spectres sans aucun respect, sans dialogue, sans même un regard et à coup de sabre, je détruis la porte arrière. "BORDEL DE MERDE." m'écriais-je avant de donner un coup de poing assez violent dans le premier arbre qui est sur mon chemin.

(c) DΛNDELION




i lost myself somewhere in the darkness
Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Mar 13 Nov - 20:45







May the force be with us





Je ne suis plus rassurée depuis notre sortie des chaussettes bizarres. Je le suis encore moins après avoir vu mon héros favori se mettre en quête de nos têtes. Je suis fatiguée, je veux rentrer à la maison et dormir jusqu’à la fin du mois. Le brun me demande si ça va. Sa voix est si douce qu’elle me paraît irréelle et sortie du commun des mortels. J’hoche la tête, doucement. « Oui, ça va aller. Et toi ? » Je sais qu’il y a été fort sur Ezio, je me doute qu’il soit fatigué. La gare de Londres est sous nos yeux quand nous décidons de monter dans le wagon. Les détraqueurs ont visiblement choisi la même option : monter à bord du train pour Poudlard. Il tente de détendre l’atmosphère en évoquant le fait que les roux n’ont pas d’âmes. Je soupire, agacée de cette vanne que l’on me répète sans cesse depuis que je suis en âge de la comprendre. « AH AH AH. Très drôle, merci beaucoup pour votre participation. Vous avez gagné un magnifique lot de…. doigts d’honneur. » Je lui montre ainsi mes deux beaux majeurs et mon air le plus agréable. Je soupire encore une fois quand je vois les détraqueurs se rapprocher, encore et encore. Putain, cette soirée ne va jamais s’arrêter ? Le brun transforme son laser en baguette et en fait sortir un patronus de serpent. J’aime beaucoup l’idée de le voir avec un patronus de serpent. Il me propose d’aller nous poser. Un moment de répit. « Carrément, je te suis. » Il passe devant et nous nous installons dans un wagon tranquille. Je respire doucement en y entrant, je le laisse s’installer d’abord puis je viens contre lui, voyant son bras comme une invitation. Je me cale doucement, je détends mes jambes et mes bras. Je l’écoute. « A croire qu’on nous a drogués. » Je soupire légèrement puis je le regarde. « Au fait, moi c’est Poppy. » Je souris légèrement en fermant les yeux contre le brun. Puis le train nous propulse l’un comme l’autre sur le mur et la banquette inverse. « MAIS NON MAIS! » Une chance qui lui et moi ne soyons pas assommé. Alors qu’il regarde, je sens mon ventre se tordre. Bordel, qu’est-ce qu’il m’arrive ?! J’ai terriblement mal au ventre, comme si j’allais accoucher. Il m’explique ce qu’il faut faire et je cours avec lui vers l’arrière du train. En me tenant toujours le ventre, je vois le brun tout détruire sur son passage puis s’exciter sur un arbre lorsque nous sommes enfin sortis. Il hurle en cognant dessus. Je me retrouve alors dans une salle d’hôpital, les pieds sur des étriers. Incompréhension totale. Il est là lui aussi, et l’arbre semble s’être transformé en un infirmier qui a l’air plus que con. Panique. Mon souffle se met en branle. « MEC ! IL M’ARRIVE QUOI LA? » Une infirmière me prend la main en me demandant de pousser. Je ne peux pas accoucher, je suis vierge enfin !

(c) DΛNDELION
Elijah Fitzgerald
ADMIN ∎ Kiss me, Kill me
avatar
Inscrit le : 27/12/2017
Messages : 1140
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : FRIMELDA (signa) t-rex ♥ (vava)
Date de naissance : 31/10/1991
Bloc notes :


Eliburger
Plus fort que Roméo et Juliette



Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Ven 16 Nov - 1:36







May the force be with us



Si c'était à refaire, je ne pense pas que je participerais une nouvelle fois à cette aventure. Chaque événement, bien que facilement gérable au final m'ont épuisé. Le travail, la vie sociale, le semblant de vie amoureuse ou du moins ce qui s'en rapprochent le plus. Tout ce lot, je ne peux plus le supporter à ce moment précis. Je veux juste m'assoupir, même cinq minutes. Laissez-moi me remettre d'aplomb pour continuer cette escapade. J'hoche la tête à son retour de question, murmurant un faible "Oui." avant de repartir de plus bel. Le train, une épreuve. Même le seul moment où l'on peut se poser, ça repart déjà en vrille. "Eli..." et nous voilà renversé puis en dehors jusqu'à ce que nous nous retrouvions dans un hôpital, l'arbre ayant été cogné, il s'avère que ce n'était qu'un simple infirmier. Incompréhension. Mon visage s'endurcit, je me retourne pour observer Poppy dans une position qui laisse à désirer et je m'évanouis. La scène, cette scène, s'en est trop pour moi. Autant voir Vaughn après son accouchement, ça m'est complètement égal, autant voir la chose se faire sous mes yeux. Je considère ça comme un irrespect total envers ma personne et ça, je ne le supporte encore moins. Je n'ai plus de force pour réagir et je me réveille petit à petit sur un lit à côté de la rouquine. Je tente de bouger pour voir si la jeune se porte bien mais chacun de mes membres est accroché par des lanières en cuir. Je laisse tomber ma tête de côté tout en la dévisageant. "Une fausse couche imaginaire?" lui demandais-je en tentant de deviner le pourquoi du comment. Un air désolé sur le visage, je baisse le regard et profite de ce moment de calme pour m'endormir jusqu'à ce qu'une autre catastrophe arrive. "Jusqu'à ce que la mort vous sépare." Je fronce les sourcils. Pourquoi suis-je en train de rêver de mariage? Je me sens violemment agrippé par des médecins qui m'ont détaché en me forçant de tenir un anneau jusqu'à l'enfiler à l'annulaire du petit bout de femme. "Bordel, lâchez-moi crevards!" J'ai beau me débattre, j'ai beau avoir un minimum de force, rien n'y fait; je suis contrôlé comme une marionnette. L'anneau se glisse autour de son doigt et les médecins exécutent le même procédé envers ma personne puis décident de nous bâillonner et de nous emmenant dans deux pièces différentes. "Ce n'est qu'on mauvais passage, ne vous en faites pas. Vous avez réussi l'expérimentation." De quoi parlent-ils? Ils nous ont pris pour des cobayes ou quoi? Une seringue dans le cou pour m'endormir, un cache pour les yeux pour être sûr que je ne vois pas leurs conneries. C'est comme ça que la route se finit pour moi; devant le cinéma où cette histoire a commencé, un air complètement défoncé. Je n'ai pas la force de rentrer. Je me laisse retomber sur le sol en gravier en espérant oublié ce qu'il vient de se passer.

(c) DΛNDELION




i lost myself somewhere in the darkness
Poppy J. Fisher
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 48
Avatar : Dasha Sidorchuk
Crédits : nairobi - Gasmask
Date de naissance : 05/03/2001
Mes rps :

◌ Disponible (4/5) ◌

Jellybee ◌ Lloyd ◌ Elijah (2) ◌ Aksel & Eli ◌ you ?

Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le Ven 16 Nov - 13:06







May the force be with us





L’arbre semble s’être transformé en un infirmier, sûrement en première année. Il n’a ni l’air intelligent, ni conscient de ce qui est en train de se produire. Je vois Eli avec une blouse blanche et les yeux ébahis. Je vois mes pieds sur des étriers et je sens mon ventre qui se déchire petit à petit. J’ai l’impression d’accoucher, mais c’est impossible. Je n’ai jamais rien fait de sexuel de toute ma vie. Je ne comprends pas. Devant cette incompréhension, je vois Eli qui s’évanouit et qui me laisse.. seule face à mes démons. Les larmes roulent sur mes joues et je finis par m’évanouir aussi dans la douleur et la peur.

A mon réveil, il n’y a plus rien. Je suis simplement entourée de personne en blanc, je vois Eli sur le lit d’à côté. Il me demande alors. Je fais un simple « oui » de la tête, encore trop perturbée par ce qu’il vient de m’arriver. Je ne sais pas, je ne sais plus. Puis, j’entends tout comme Eli « Jusqu’à ce que la mort vous sépare » Un sursaut quand on m’attrape la main. Je vois les mains du brun, forcées à me passer la bague au doigt. Il se débat et je l’observe, muette. Puis les miennes, forcées à leur tour. Enfermée dans un mutisme, je tente de me débattre, en vain. Les larmes roulent sur mes joues puis rien. Le noir, complet.

A mon réveil, dans la ruelle, je ne sais plus rien, je ne comprends pas ce qu’il s’est passé. Un clochard me demande si je me sens bien et pour la première fois, je sens ma gorge se dénouée. Un sanglot part et je me retrouve dans les bras de cet homme que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam. Alors qu’il me propose de me raccompagner, je refuse en lui promettant de revenir le voir. Seule, dans les rues d’Austin, je rentre à la maison. Avec une alliance au doigt.

(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald, le

May the force be with us ft. Elijah Fitzgerald

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-