AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Boogie Night [ft. Presley]


Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 4 Oct - 9:57


J'gare ma bécane non loin de l'habitation de Presley. Presley, c'était cette infirmière canon que j'avais rencontré plus tôt dans la journée. Il me semble qu'on avait noué un bon contact tous les deux, j'me cachais bien d'lui dire, mais j'envisageais peut être bien de pas juste l'attraper entre mes draps. En attendant les coups de 21h30, j'avais à peu près tout fait pour redescendre la pression, mais j'avais pas vraiment réussi à l'enlever de mes songes. J'me demandais si elle dansait si mal que ça, comment elle se comportait hors de son boulot. La façon avec laquelle elle se déhanchait sur la piste de danse. Presley, c'est devenu une obsession, quelque chose que j'veux posséder, le temps d'une nuit ou peut être plus.

Je klaxonne pour appeler la jolie brune. J'avoue que j'avais pas vraiment envie de m'immiscer dans cette partie de là de sa vie pour l'instant en rentrant dans son appart. C'est que ça me semblait beaucoup trop formel. En attendant qu'elle descende, je m'allume une clope puis l'éclair de génie de l'écraser directement. Tout le monde n'est pas friand de l'odeur de la clope, par acquis de conscience, j'ferai bien d'éviter.  
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 4 Oct - 14:11

Sa fin de garde a été insupportable pour elle. Après le départ de Lloyd, il a été très compliqué de rester concentré. Trop de pensées, trop de remise en question. Et si c’était mal ? Et si elle avait mieux fait de ne pas s’ouvrir, ne pas briser son masque ? Laisser entrer Lloyd dans son univers n’est forcément une bonne chose, il se rendra compte qu’elle n’a aucun intérêt, qu’elle est banale, qu’elle ne sera qu’un vagin de plus sur son tableau d’chasse. Ça, c’est ce qu’elle pense de sa propre personne. Elle se dévalorise beaucoup, Presley. Il a fallu qu’elle rentre voir son frère pour que ces pensées négatives s’estompent petit à petit. Elle n’a pas pu cacher à son frère qu’elle sortait ce soir. Après une mine surprise, un large sourire avait illuminé son visage. Il avait même failli s’étouffer avec son café quand elle lui avait dit que c’était avec un garçon. Il l’avait charrié en lui demandant s’il était tombé sur la tête en rentrant. Il était heureux pour sa sœur en vérité, il était le mieux placé pour savoir qu’elle avait besoin de changer les idées et de sortir de sa thèse, qui occupait sans cesse les pensées de l’interne. Ensuite, il a fallu attendre le plus patiemment possible jusqu’à l’heure fatidique. Tout ce temps pour savoir ce qu’elle allait se mettre sur le dos. Le choix n’a jamais aussi cornélien, un véritable dilemme. Elle avait fini par choisir un body de dentelle noir à bretelles, qui laissait son dos à demi-nu et jouer d’ombre et de contraste sur sa peau, un jean du même ton et son perfecto de cuir pour souligner le tout. C’est séduisant, sans pourtant ressembler pas à une traînée. C’est sophistiqué et bien à son image finalement. Perchée sur sa paire de Louboutin qu’elle met si peu, elle se sent bien finalement. Son frère l’avait sifflé de loin, elle n’avait s’empêcher de rire. La nuit était tombée sur Austin, elle regardait à travers la fenêtre donnant sur la rue. L’heure approche, elle repense au visage de Lloyd et son ventre se serre un instant. Faites que tout se passe pour le mieux, voilà sa dernière pensée alors qu’elle entend un klaxon d’en bas de la rue. Ce n’est pas un hasard, elle parcourt la rue des yeux. Il est là.

Son sac à main sur l’épaule, elle descend. L’air frais qui s’infiltre dans ses poumons lui fait du bien, détend son corps tendu. Elle arrive à la hauteur de la voiture de Lloyd et entre, prenant place juste à côté de l’homme de sa soirée. Se tournant vers lui, la proximité qu’offre l’habitacle est désarmante un instant. Tout s’envole lorsqu’elle croise le regard bleuté de Lloyd. « J’ai failli ne pas venir mais je me suis dit que ça aurait été pas très fairplay. » dit-elle, un petit sourire amusé sur ses lèvres glossées. « Tu m’emmènes où alors ? » demande-t-elle, curieuse alors qu’elle pose son sac à terre. Elle s’installe plus confortablement dans le fauteuil avant de passer une main dans son carré, laissé ondulé, ce petit côté sauvage maîtrisé. Elle ne pouvait plus faire machine arrière.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 4 Oct - 18:07

Je détaille la tenue de Presley alors qu'elle rejoint ma bagnole. C'était gentillet, loin des standards auquel j'suis habitué. La dentelle dénudait son épaule, le haut de son dos, laissant entrevoir un p'tit bout de peau. Comme la promesse de quelque chose de plus grand, lancé comme ça dans la plus grande des discrétions. C'est peut être la première fois d'puis qu'on s'est rencontré, mais j'ai un sourire sincère en apprenant qu'elle avait failli pas se pointer. Comme mon vieux disait ''faillit n'est pas''. J'lui garde les commentaires du style ''t'es canon'' ou encore ''tu le serais encore plus sans tes vêtements'', parce que ça fait beauf et que j'fais tout pour réprimer cette force obscure en moi. « Ça aurait pu être un plain infaillible. Sauf que tu m'avais laissé ton adresse, donc j't'aurais pas lâché. » J'ris doucement, croisant les yeux noisettes de la jolie brune avant de préciser. « J'déconne, au cas où. » Pas qu'elle se fasse des fausses idées sur moi.

Je tourne la clé de contact et laisse rugir mon moteur, refermant les vitres de la voiture pour nous offrir plus d'intimité. J'ai la tête tourné vers elle, l'iris brillant, laissant ma langue se balader sur mes lèvres, malgré moi. « Dans une boîte de nuit. » Pas très emballant comme idée. J'étais capable de beaucoup mieux que ça. C'est pas comme ça que j'risque de lui faire oublier les merdes du quotidien. « Ou alors... On peut aller s'acheter une bouteille d'alcool, monter le haut d'une colline et danser comme j'l'avais prévu. » A choisir, j'opterai pour la deuxième au fond. On dirait pas comme ça, mais j'suis un romantique. En tout cas, j'peux l'être pour elle, ça m'dérange pas des masses. J'laisse Presley maîtresse de ce qu'on allait faire parmi ces deux possibilités, ne déviant pas mes pupilles des siennes.
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 4 Oct - 19:47

Le retrouver est étrangement agréable, cette proximité nouvelle entre eux n’est pas si gênante que ça. Elle s’habituera surtout, en grande méfiante qu’elle est. Alors qu’elle se réinstallait dans le siège, elle a profité d’enlever sa veste, laissant son corps à la dentelle sombre mais envoutante. Elle n’a pas besoin de voir, elle ressent ce regard qui court le long de sa clavicule, de sa nuque dénudée, à la naissance de ses omoplates. Il a d’ailleurs peut-être remarquer le tatouage qu’elle porte juste là, il ne le souligne pas en tout cas. Ce regard électrique lui laisse la chair de poule, elle se retient de fermer les yeux d’aise. Elle tourne sa tête vers lui, le regard happé par son regard. Il a ce sourire éclatant, elle ne souvient pas l’avoir vu afficher un tel sourire. C’est plaisant, d’ailleurs. Elle rit avec lui, il est espiègle. Il se sent pourtant oublier de préciser qu’il plaisante, au cas où Presley le prendrait pour un fou dangereux. « Tu sais, on ne se connaît pas, je pourrais croire avec ça, que tu es un dangereux pervers. » dit-elle, haussant un sourcil. Il cache bien son jeu alors.

Presley fait son éternelle curieuse en lui demandant où il comptait l’amener. La voiture démarrée, il semblait être pressé de partir. Faites qu’il range cette langue, se dit Presley. Elle se rend compte qu’elle le trouve incroyablement sexy, chaque geste semble calculer pour faire fondre la belle interne. Il faut tenir bon, c’est impératif. La première proposition n’attire pas forcément Presley, ma deuxième en revanche, est inattendue. Elle a envie de se laisser aller à l’inconnu. Une lueur illumine les yeux de la brune, se penchant vers lui. « Pourquoi en acheter alors qu’il y a un bar rempli là-haut ? » dit-elle, sur le ton de la confidence, un petit sourire mutin sur les lèvres. « Ne bouge pas, je reviens. » dit-elle en passant rapidement sa main sur près de la sienne. Elle attrape sa veste, où se trouve ses clés, et sort de la voiture.

Son frère ne manque pas de s’étonner de son retour rapide, elle lui dit qu’elle ne fait que passer. Une bouteille de vodka neuve, deux shooters, un sac à dos, un gros paquet de M&M’s et de Dragibus en passant. Elle en profite pour changer de chaussures en vitesse, les Louboutin ne sont plus de circonstances. Elle choisit une paire de sandales plates, dénudant ses pieds. Vu la température en ce moment, elle n’allait pas mourir de froid. Elle redescend, retrouvant sa place auprès de Lloyd. « Cette fois, on peut y aller. » dit-elle, posant le nouveau sac à ses pieds. Elle est étonnamment à l’aise, pourvu que ça dure.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 4 Oct - 20:15


Presley s'émancipe de son côté timide. J'découvre une bonne vivante, une personne amusante. J'm'attendais pas forcément à trouver quelqu'un de barbant, mais le contraste avec cette acharnée de travail et d'abnégation qu'elle est dans son boulot, c'est assez surprenant. « Dangereux, j'dirai pas. » Je laisse planer un p'tit silence de circonstance avant d'continuer dans un petit rictus espiègle. « Par contre... Pour ce qui est de ma perversité... J'me soigne ? » J'me savais pervers au fond. Quand j'suis en compagnie d'une jolie dame, j'tarde pas à avoir l'esprit inondé d'images assez osées. C'est sûrement même une malédiction quand on y pense, d'voir la chair avant l'esprit. J'aurais beaucoup à gagner de voir les femmes autrement que par le biais du sexe.

J'm'étonne un peu à lui proposer un plan aussi personnel. Le plus simple, ça aurait sûrement été de l'emmener en boîte de nuit, boire deux trois verres et la sauter dans ma voiture, mais j'en avais pas très envie. La vérité dans tout ça, c'est que Presley m'intéressait bien trop. J'sais pas d'où ça vient, quelque chose dans son regard, une étincelle qui m'donnait envie de creuser toujours un peu plus. L'air de la nuit, les étoiles, l'isolement, ça poussera sûrement un peu à la confidence, mais c'est peut être ce que j'recherche. Je lève un sourcil interrogatif en la voyant récupérer sa veste pour aller chercher de l'alcool. En l'attendant, je me cale encore un peu plus confortablement sur mon siège de bagnole, le visage à l'extérieur de ma vitre. J'hoche la tête de gauche à droite dans un léger soupir, quoi qu'il en soit, j'étais certain d'être tombé sur un sacré numéro, un p'tit bout de femme quand j'en ai vu rarement, voire pas du tout.

Elle revient à toute vitesse, j'imagine sans peine qu'elle a dû enclencher la seconde pour se dépêcher. J'remarque directement son sac rempli, et curieux que j'suis, je m'abaisse un peu pour en regarder le contenu, ma tête tout près du bassin de Presley, remarquant directement l'alcool fort, en plus des quelques sucreries. « Tu m'avais caché que t'étais une petite dévergondée Presley ? » Je m'autorise cette petite taquinerie, m'rendant simplement compte que ma position était des plus suggestives. J'me relève doucement dans un p'tit rire, j'sais même pas si il est audible ou non. J'démarre finalement le moteur en direction de la colline. « T'écoute quoi comme musique ? J'ai plusieurs playlist... Du Queen, ou encore les Foo Fighters.. J'ai du... Abba aussi (...) Mais c'est pas à moi, c'est à mes parents, j'ai oublié de leur rendre ! » J'te maudis compilation d'Abba. J'sais que je t'écoute souvent, mais c'était vraiment pas le moment de pointer l'bout de ton nez.
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 4 Oct - 21:19

Nous voici dans sa voiture, Presley se sent bien. L’ambiance n’est pas suave, mais juste agréable, d’une douce chaleur. Il lui dit qu’il n’est clairement pas dangereux, mais sa perversité semble lui poser un souci. Presley pouffe de rire en roulant des yeux. « Vous êtes vraiment tous les mêmes, ce que c’est ennuyeux. » dit-elle, doucement. Elle le taquinait, bien évidemment. Elle avait du mal à ouvrir son cœur, Presley, pour une raison un peu similaire. La tromperie des hommes n’a égal que leur ego surdimensionné, ou alors elle n’avait pas eu la chance de tomber sur celui qui la respecterai. Elle avait dit ça à Lloyd aussi pour qu’il lui montre un autre visage que cet homme aveuglé par le corps des femmes. Elle est tolérante, Presley, lui laisser une chance fait parti de ses principes. Il faut juste faire attention : les plus belles roses sont constellées d’épines.

Le brun avait fait une proposition de sortie pour le moins originale : tous les deux, sur le haut d’une colline surplombant Austin. Elle avait apprécié l’idée, il ne manquait plus que l’alcool pour couronner le tout. Elle avait à Lloyd de rester dans la voiture un instant avant de monter de nouveau à son appartement. Le nécessaire était dans ce sac, elle n’a pas tardé à le retrouver, après un changement de chaussures rapide. De nouveau à ses côtés, ils pouvaient partir. Soudain, après avoir posé le second sac au sol, Lloyd se penche d’un air curieux, non loin de ses hanches. Elle ? Une dévergondée ? N’importe quoi. « C’est mon frère, il est du genre prévoyant, j’y suis pour rien. » dit-elle, levant les deux mains d’un air innocent. « Je me suis juste servie. » Un sourire illumine le visage de la demoiselle. Ses iris capturent les siennes, si proche, si intense. Elle hoche la tête un instant, s’éclaircissant la voix. Il finit par se relever pour conduire, en route vers la colline. Elle écoute attentivement ce qu’il a en musique. Il a plutôt de bon goûts, à vrai dire. Abba ? Quoi, lui ? Elle ne peut s’empêcher d’éclater de rire. « Ta virilité vient d’en prendre un coup. » dit-elle, se mordant la lèvre pour s’éviter de rire de nouveau. « Mets Abba, j’veux t’entendre chanter "Gimme! Gimme! Gimme!" » dit-elle, en se déhanchant doucement sur le siège avant de chantonner les mythiques paroles. Il allait regretter amèrement de lui avoir dit qu’il avait ce groupe dans la voiture. Pour sûr.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Sam 6 Oct - 18:04


Il paraît qu'on est tous pareil ? J'hausse les épaules dans un petit rire. Je suis pas ce genre de gars à réprimer l'homme pour ses pulsions sexuelles. C'est sain de désirer, il me semble même que c'est un symptôme de dépression de ne rien désirer du tout. « Quand t'étais gamine, on t'a jamais dit qu'il fallait pas s'fier à l'emballage ?  » que j'confie sur le ton de la plaisanterie, même si comme souvent, il y a toujours un fond de vérité. Il y a des nuances partout et en tout le monde. C'est un peu ma manière à moi d'lui faire comprendre que moi aussi, j'ai bien plus à offrir, et que ça me satisfait pas d'être réduit à ce rôle de prédateur qui chasse sa proie.

J'apprends donc qu'elle a un frère. J'grimace un peu en me rappelant les relations très compliquées que j'ai toujours eu avec les frères de mes conquêtes, et plus largement de mes copines. Avec un peu d'chance, j'aurais jamais à le rencontrer et tout se passera bien dans le meilleur des mondes. « T'as bien fait, y'a de quoi passer une bonne soirée là-dedans.  » Et dieu sait comme j'en ai besoin. De m'changer les idées, de me sortir de ma vie totalement monotone. Gros coup de pute de ma compilation Abba, quand elle s'glisse parmi mes autres compils que j'proposais à Presley. Malheureusement pour moi, j'ai plus qu'à assumer. J'lève les yeux au ciel, pas vraiment gêné d'être mis pied au mur. « Oh, je vois. Quand ça se sait réduit à un simple objet sexuel, ça râle, mais quand c'est pour réduire un homme à sa virilité, y'a pas de soucis ?  » JE KIFFE ABBA, ET ALORS ? J'me pince les lèvres pour réprimer un rire amusé. Elle est pas prise de tête Presley, ce n'est pas ce genre de filles à attendre la moindre de tes faiblesses pour te la balancer à la gueule et prendre le leader-ship dans l'échange. Les femmes sont bien trop souvent calculatrices, elles font les gendarmes, à dresser milles et un plans pour toujours avoir l'dessus sur le sexe opposé... Presley, elle a l'air au dessus de tout ça. « Va pour Abba. Mais j'préviens, je chante pas ! Le seul moyen de m'entendre chanter, c'est de m'emmener en karaoké !  »  Et me faire boire quelques shots, accessoirement. Après ça, j'peux lui faire le répertoire de Céline Dion avec un slip sur la tête même si elle veut.

Accompagnés par du Abba le long de la route, on tarde pas à arriver sur la fameuse colline. Elle surplombait une bonne partie d'Austin, comme si elle n'appartenait pas vraiment à la ville et que c'était un lieu bien à part. J'coupe le contact, croisant le regard de Presley. « J'te préviens d'avance, j'sais pas c'est quoi la grande ourse, ou la petite, ni la moyenne ou j'sais pas quoi !  » L'aplomb du menteur, j'lui avais pas encore dit que j'étudiais l'astronomie, c'est juste que j'avais pas envie que tout ça devienne trop romantique. J'me fais beaucoup de mal au quotidien pour combattre mon côté fleur bleue et mon cœur d'artichaut. J'm'empare du sac et dépose les deux shots sur le capot de la bagnole avant d'les remplir de vodka. « On trinque à quoi ?  »
Mes iris se baladent le long d'son visage: son regard que j'm'amuse à capter, ses lèvres glosées que j'ai envie de posséder, son cou dans lequel j'aimerai y enfuir mon nez.
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Sam 6 Oct - 19:10

Message reçu cinq sur cinq. Lloyd a une répartie en béton, difficile pour la belle interne de rivaliser. Face à sa réponse, Presley laisse échapper un léger rire, son regard tombant sur ses fines mains enlacées. Elle s’humidie les lèvres, il a un fond. Un vrai fond, à chaque minute qu’elle le découvre, elle entrevoit une maturité peu commune pour son âge et ça lui plaît beaucoup, à Presley. « Si, on me l’a dit, oui. » dit-elle, en relevant la tête vers lui. « On me disait aussi de me méfier et de ne pas parler aux inconnus. » dit-elle, avant de se mordiller la lèvre pour éviter de rire. Elle le taquine toujours un peu plus, il a l’air d’apprécier. Tout ça pour dire que les interdits, quand on est en âge de les comprendre, il est même sain de les balayer d’un revers de main. En tous les cas, elle n’allait pas se fier à cette enveloppe charnelle qu’elle se plait tant à regarder. Il allait bien l’avoir, sa chance de briller.

Une sourire étire la commissure des lèvres de la jolie brune. Elle hoche la tête quand il indique que le contenu du sac peut leur faire passer une belle soirée. Ils semblaient en avoir chacun besoin, comme un profond besoin viscéral de renouer avec les choses les plus humbles dans ce bas monde. Le contact humain, la liberté, l’oubli de la routine. Elle a besoin de se faire botter le derrière celle-là, d’ailleurs. Ils étaient bien décidés à le faire, ensemble. Le beau brun présente Abba à Presley, il n’en a pas fallu plus pour qu’elle le taquine sur ses goûts musicaux. Elle écoute attentivement sa justification avant d’éclater de rire. C’est le rire franc, celui qui résonne comme un cri du cœur, celui d’enfin prendre du bon temps pour soi. « Doucement, calme-toi, tu dois pas être habitué à un pic de testostérone aussi violent. » dit-elle, posant son regard les lèvres pincées du jeune homme. « On va avoir un accident à cause de toi. » Encore taquiner, Presley est manifestant bien en forme. Elle se retient de rire encore, passant une main dans ses cheveux ondulés. Il finit par accepter Abba mais refuse de la laisser entendre sa voix lorsqu’il chante. « C’est bien dommage, tant pis. » dit-elle, en haussant les épaules. Une prochaine fois ? Allez savoir, peut-être que. Rien n’est perdu.

La vue est à couper le souffle, Lloyd se cachait bien de connaître des spots aussi magnifiques. Les lueurs de l’éclairage publique d’Austin diffuses une lumière dans les tons orangés, une lumière tamisée comme unique éclairage de leur escapade. Il coupe le moteur, sortent du véhicule. Presley lève le regard vers le ciel, prenant son temps pour se retrouver à l’avant du véhicule. Il lui lance ne pas connaître l’emplacement des différentes constellations présentes dans le ciel. Elle s’en fichait un peu pour l’instant, le regard pétillant vers le ciel. « Leur beauté m’ira amplement, c’est si… » dit-elle, cherchant un instant ses mots. « Magnifique ! » Elle pose ses fesses sur le capot de la voiture de Lloyd, avant de plonger le regard vers lui servant deux shots. A quoi on trinque ? Cela lui paraît soudain évident. Elle allait répondre lorsqu’elle sent qu’il rompt le contact visuel pour faire glisser son regard sur elle. Sa respiration semble s’arrêter un instant. Elle hoche la tête, reprenant ses esprits, attrape un shot et le lève. « Au lâché-prise. » dit-elle, avant de faire tinter le verre au sien. L’alcool coule le long de son œsophage. Elle ferme les yeux, perdu l’habitude de boire de l’alcool fort. Le verre rejoint le capot de la voiture, se léchant les lèvres un instant. Un frisson lui court le long de sa colonne vertébrale. « ça réveille, en tous cas. » dit-elle, avant de porter son regard au loin, là, perdues dans les lumières d’Austin.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Lun 8 Oct - 20:41

Ils sont pas marrants les parents de Presley. Parler à des inconnus, c'est la base de la vie humaine. C'est de la logique pure et simple, quand tu parles à un inconnu, il ne l'est plus vraiment. Un rire partagé avec Presley, c'est véritablement fou. J'ai parfois tendance à oublier un peu qu'on peut passer du bon temps avec une femme autrement qu'en baisant. « Et l'invitation à la découverte dans tout ça ? J'sais pas, moi ça m'arrive de voir passer un inconnu et d'me dire si on aurait pu être pote, ce qu'il pourrait aimer, ce qui pourrait être sa raison de vivre.  » Véritablement. C'est pas rare que j'sois face à ses interrogations dans les transports en commun ou dans les rues. C'est comme nous, on aurait très bien pu rester dans cette relation de patient à docteur.

J'manque de l'dire, mais j'suis pas totalement en désaccord par rapport à ce que j'avais dit. J'suis sûrement mal placé pour parler de sexisme, en tant qu'homme blanc, mais j'crois que le sexisme envers les hommes, c'était vraiment quelque chose de banalisé. J'suppose qu'il y a bien plus important comme combat à mener de toute façon, puis j'ai la flemme de le faire moi. « Fais moi boire, et t'arrivera peut être à me faire chanter.  » On baisse les armes ? Peut-être, j'm'en fous de la notion de dignité. C'est juste une connerie pour les gens qui ont du temps à perdre.

Une fois sur place, j'remarque très vite l'émerveillement de Presley. C'est vrai que la vue est belle, j'me demande pourquoi j'arrivais plus vraiment à l'apprécier ces derniers temps. Peut-être une question de personne ? J'avoue que ce soir, les étoiles me semblent un peu plus belle que d'habitude, j'ai l'impression qu'elles brillent plus. « Magnifique mais éphémère.  » que je corrige néanmoins. Au fond, j'ai rien contre l'éphémère, ça renforce la beauté de l'immédiat. « Tu connais ce film américain où une française et un américain se rencontrent dans un train ? Puis de fil en aiguilles, ils font connaissance et décident descendre ensemble dans une ville qu'ils connaissent pas. Plutôt que de vivre une relation à distance à l'issue de la nuit, ils décident de se laisser qu'une seule nuit.  » L'un de mes films préférés. Rien que d'en parler, j'ai sûrement les yeux qui brillent un peu. J'deviens vulnérable, et j'sais pas si j'aime ça ou non. « J'me sens un peu comme ça ce soir. Je passe du bon temps en sachant pertinemment qu'on va mourir demain matin. » Plus qu'une intuition, une certitude. J'suis pas ce genre de gars à rappeler la fille le lendemain, à garder contact. La vérité, c'est que ça me fout les jetons tout ça. Les relations où on doit rendre des comptes, les obligations. « Au lâché-prise. » J'enfile cul sec mon shot, la petite grimace de circonstance sur mon visage.

Mes mains se posent sur le capot, alors que j'ferme les yeux pour profiter du silence de la nuit. Tout doucement, j'rapproche mes doigts des mains de Presley, dans un premier contact. Un moyen pour moi de prendre la température, une prise de risque, tout en mesure. Au pire, j'aurais juste à faire genre que j'ai pas fait exprès, et mettre tout ça sur le compte de mes yeux fermés et de mon manque d'attention.
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Mar 9 Oct - 1:01

La jolie brune écoute attentivement l’argument du jeune skateur, elle hoche la tête. Il n’a pas tout à fait tort finalement, comment connaître quelqu’un s’il reste à jamais un étranger ? Un simple visage parmi des tas d’autres, celui que l’on regarde et qu’on laisse passer, sans jamais se retourner. Elle est bien trop timide, Presley, pour pouvoir envisager d’accoster comme ça. Elle imagine bien Lloyd le faire, en revanche. « Toi, tu es capable d’aller vers l’inconnu. » commence-t-elle, doucement. « Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. » Elle finit par esquisser un très fin sourire, avant de replonger ses yeux sur la route.

Face à sa remarque du sexisme inversé, Presley sent qu’il a été quelque peu piqué au vif. Elle pose sa main doucement sur le dessus de sa veste, balayant son pouce de gauche à droite, dans un petit mouvement doux, comme si elle cherchait à l’apaiser alors qu’il en avait pas forcément besoin. « Je ne voulais pas te froisser en te disant ça, tu sais ? » Elle se sent obligée de se justifier, de lui expliquer que ce n’était qu’une taquinerie parmi les autres et non pas une attaque personnelle. En aucun cas, elle ne veut pas laisser paraître qu’elle est dans le jugement. Jamais elle ne se le permettrait. En attendant, il lui confie que si elle arrive à le faire boire, il pourrait peut-être pousser la chansonnette. « Je ne tiens pas à devoir te soigner parce que t’as trop bu, ni même à ce que tu chantes à tue-tête sur mon lieu de travail. » dit-elle avant de rire, imaginant la scène. Cela pourrait faire désordre pour la fin de ses études, pas vrai ?

Les yeux noisettes de Presley scintillent un instant, aussi lumineux que ce ciel constellé d’étoiles. Elle est plutôt heureuse, la nature est un bel exutoire quand il s’agit de s’abandonner à la beauté du monde. Cette nuit est parfaite. Enfin, c’était avant qu’il déroule le synopsis d’un film, il a cette voix si passionnée, il doit beaucoup l’aimé d’ailleurs. L’oreille attentive, elle écoute. Peu à peu, pendant son récit, quelque chose se fissure en elle. Qu’on va mourir demain. Son cœur se serre soudainement si fort, au point qu’une douleur aïgue se forme juste sous sa cage thoracique. Elle essaie de faire bonne figure mais ce qui se passe dans son esprit n’est pas joli à voir. « Joli film, en effet. » dit-elle, comme essayer d’abréger la conversation. Toujours avec ce cœur sérré, ils finissent par trinquer au lâché-prise, quelle belle ironie.

Alors qu’elle est parti dans ses esprits, les yeux rivés sur les lueurs orangés d’Austin, elle sent les doigts de Lloyd glisser sur les siens. Elle retient son souffle avant de poser son regard sur le contact physique. Son esprit s’emballe soudain. Après avoir retrouvé sa respiration, elle s’accélère sensiblement, paniquée. « Bordel, j’peux pas. » dit-elle, d’un souffle avant de bondir du capot de la voiture. Elle se dirige vers la porte passager, l’ouvre, attrapant sa veste et son sac. Son sac à ses pieds, elle commence à enfiler sa veste. « J’suis désolée, Lloyd, garde la bouteille et les verres, tu peux la finir sans moi. » Presley fuit. Elle s’en croyait sincèrement capable mais c’était se mentir à elle-même. Elle se déteste d’avoir cru. Lui allait simplement perdre un coup d’un soir, mais elle allait y perdre bien plus. La peur de s’faire lâcher, de s’faire jeter, elle n’a pas le cœur assez fort pour supporter ça. Elle est là, la véritable raison qu’elle ne se laisse aller avec quiconque. La peur de s’attacher bien trop fort et qu’elle soit laissée pour compte, avec un cœur à ramasser à la petite cuillère. Les coups d’un soir, trop peu pour elle. Ils allaient mourir un peu plus tôt que prévu. Les yeux de Presley se voilent alors qu’elle remonte la fermeture de son perfecto. L’armure remise, la Presley fermée et angoissée refait surface comme un tsunami, avalant tout sur son passage. Elle a envie de prendre ses jambes à son coup, courir loin, s’noyer dans ses bouquins jusqu’à ce que le visage de Lloyd disparaisse de ses pensées.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 11 Oct - 18:29


J'ai jamais eu trop difficile à nouer le contact. J'sais pas si c'est une question de confiance en soi ou non, mais j'ai toujours pensé que les autres valaient pas mieux que moi. Y'a toujours de la noirceur en quelqu'un, des zones d'ombres mais aussi des défauts qu'on aimerait cacher. J'ai beaucoup gagné à comprendre que j'suis pas plus un déchet que quelqu'un d'autre. J'me trompe peut être plus que certains, mais c'est un long processus. Parfois trop long, c'est comme ça. A trop vouloir calculer, on en oublie d'vivre. « C'est simple, pense qu'à toi. Y'a rien d'égoïste là-dedans, au final, quand viendra la fin, t'seras quand même seul avec toi même.   » Et les comptes, ce sera pas aux autres que tu les rendras.

Débat éternel, le sexisme. En général, j'évite d'me lancer sur l'sujet. C'est encore plus casse gueule qu'un terrain criblé de mines pendant la guerre. Surtout dans c'monde où on interprète absolument tout. J'la vois qu'elle se justifie et ça me fait rire. Genre littéralement. « Tu m'as pas froissé. Mais même si c'était le cas, c'est si grave ?   » J'vois qui elle est Presley, c'genre de meufs qui veulent pas se faire voir. Être totalement transparent et éviter le conflit. J'sais pas pourquoi les gens évitent autant l'conflit, y'a plein de choses positives qui peuvent ressortir d'une dispute.

Alors qu'on était bien, y'a Presley qui monte en pression. J'la dévisage un peu, crédule, sans comprendre ce qu'elle foutait. Qu'est ce qu'elle peut pas ? J'dévie pas mon regard d'elle. J'avoue que j'sais pas comment réagir, ni quoi dire. Après un p'tit silence qui m'avait paru durer une éternité, j'me racle la gorge pour babeler un p'tit quelque chose d'à peine audible. « Qu'est ce que tu peux pas faire ? Boire un verre et danser sous les étoiles ?  » C'est un peu bâtard, j'savais à quoi elle faisait allusion. J'me demande vraiment comment elle m'voit. J'imagine que j'suis juste le tombeur de service juste bon à lui bourrer la chatte. Faut croire que Presley a vraiment pas assez écouté ses parents quand elle était gosse. En m'réduisant à trois fois rien, elle m'a volé le titre de la personne la plus superficielle sur ce capot de bagnole. « Tout ça, ça engage à rien. Si j'voulais simplement t'baiser, j'aurais fait l'impasse sur le reste.  » J'hausse les épaules, dans l'calme qui me caractérise en toute circonstance. Sa vie à elle, elle est pas déjà assez compliquée pour s'prendre la tête alors qu'on passe une bonne soirée ?
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Ven 12 Oct - 0:38

Passant une main dans ses cheveux, elle fronce les sourcils, Presley. Il y a du vrai dans ce qu’il dit, mais elle n’est pas d’accord sur tout. Il n’est jamais vraiment ressorti quelque chose de positif de l’individualisme, du moins à long terme. Oui, une satisfaction à court terme mais qu’est-ce que l’on est sans l’autre ? Une conscience, une série de neurones, une banque d’émotions primaires. Tout cela ne sert à rien s’il n’y a pas quelqu’un en face de soi. Elle a de nombreux exemple à lui donner mais ce serait bien trop long pour ce soir. « J’entends ce que tu m’dis, Lloyd, j’suis d’accord avec un truc mais pas le reste. » dit-elle, un petit sourire moqueur illumine son visage. « Je te dirais bien tout mais j’ai pas envie de me la jouer philosophe pour ce soir, tu vas m’trouver ennuyante. » dit-elle, avant de laisser échapper un léger rire. Peut-être qu’elle l’est au fond, finit-elle par se dire, mauvaise graine.

La remarque de Lloyd sur le sexisme a fait réagir Presley, qui l’avait taquiné. Elle a senti qu’elle y avait été un peu fort, se sentant obligé de s’excuser. Elle n’avait pas forcément envie de faire de vague. Il rit alors quand il la voit se démener pour se justifier. Elle secoue la tête, c’est bien lui ça. « Pas forcément, je n’aime juste pas vexer quelqu’un. » dit-elle, authentique. « C’est tout à mon honneur, non ? » dit-elle, en enlevant sa main de l’avant-bras de son acolyte. Elle regarde à travers la fenêtre de la voiture, une colline au loin, se dresse.

Tout démarrait bien, ils avaient trinqué sous le ciel étoilé, rien ne semblait perturbé une si belle nuit. Il a fallu d’un geste, les doigts de Lloyd effleurent les siens. Son esprit n’a pas pu s’empêcher de s’échauffer, faisant remonter toute l’angoisse refoulée depuis si longtemps. L’angoisse ressert son étau autour du cœur, empoisonne la raison, inlassablement sournoise. C’est d’une violente réaction qu’elle s’est échappée de la main du beau brun, retrouvant le confort de sa veste, prête à tout laisser en plan. Elle sent son regard sur elle, Presley. Elle allait tourner les talons mais il arrive à s’exprimer après un silence glacial. Boire un verre et danser sous les étoiles ? Ses yeux se voilent encore un peu plus, jusqu’à ce qu’une larme vienne perler la joue de l’interne. Elle fait tout pour éviter son regard, soudainement perdue. Elle allait répondre mais il la coupe, ne faisait qu’exposer la vérité. Il a raison, bordel. Ils ne s’étaient rien promis. Pourtant, elle sent quelque chose dans la voix du jeune homme. C’est autre chose que le calme très agaçant qu’il arbore devant elle, c’est bien autre chose. Presley relève le regard, déterminé, elle s’avance, posant son sac sur le capot. «  Arrête de sous-entendre que j’te prends pour le pire des salops, Lloyd. » dit-elle, ferme mais sans méchanceté. « Tu fais fausse route sur moi si tu penses un truc pareil. » Et voilà qu’elle se fait pour une traînée qui juge les gens, c’est nouveau. Lloyd, elle le voit simplement comme un jeune parfaitement à l’aise avec sa sexualité, grand bien lui fasse. Cela ne va pas plus loin sur ce point-là, en tout cas. Elle arrive en face de lui, s’approchant dangereusement de lui, à moins de dix centimètres. Son agacement redescend doucement lorsqu’elle croise son regard. « Fais-moi oublier mes pires peurs alors, au moins pour ce soir, si tu ne veux pas m’baiser. » Elle en vient même à douter du fait qu’elle soit un minimum désirable, tout s’emmêle dans son esprits. Deux forces en elle luttent sans relâche. L’une a envie de partir et de l’oublier, de le laisser comme un simple visage dans sa vie, comme les patients qu’elle croise aux urgences. L’autre veut rester à ses côtés, irrésistiblement attirée par tout ce qu’il est, par tout ce qu’il lui fait ressentir. Oui, jusque-là, tout se passait bien. Elle inspire, expire. Les secondes passent et l’apaisent. « Pardon d’avoir réagi comme ça. » dit-elle d’un souffle, se pinçant les lèvres pour réprimer une nouvelle larme. « J’me sens tellement paumée. » dit-elle, dans un ultime élan de vulnérabilité. Il peut très bien décider de la laisser en plan, là, en haut de cette colline. La balle est dans son camp.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Mer 17 Oct - 14:36

J'me contente de hausser les épaules quand elle m'dit qu'elle est pas d'accord avec moi. Je prétends pas avoir la science infuse moi. J'décris juste le monde tel que je le vois, peut-être qu'on voit pas pareil. « Dommage, j'adore la philosophie de comptoir.   » Ouais, j'suis pas Sartre ou Confucius, mais j'suppose qu'on est tous un peu philosophes. On s'accroche à des mouvements, à des pensées, c'est une manière pour nous d'savoir quelle place on tient dans le monde. Presley, elle est vraiment trop humaine. De son boulot à son avis de blesser personne... Je trouve ça très noble, même si je saisis pas forcément l'intérêt. Toujours faire en sorte de pas froisser l'autre, quitte à adopter une réaction pas naturelle, c'est un peu se mentir à soi-même, et j'suis persuadé qu'au fond, ça sert à rien.  « C'est assez idyllique aussi. J'crois pas que ce soit possible, on finit toujours par avoir un conflit d'intérêt. » Toutes les pires histoires de l'humanité ont toujours démarré par un conflit d'intérêt. Le pouvoir de décider, ça rend cupide et envieux.

Au fur et à mesure, l'interne se décompose. Et j'avoue n'y comprendre absolument que dalle. J'vois pas ce que j'ai pu dire ou faire pour qu'elle se mette dans cet état. J'froisse encore un peu plus les sourcils lorsqu'elle prétend que j'ai sous entendue quoi que ce soit. J'souris doucement, c'est pas méchant, juste que ça m'amuse. C'est un réflexe purement féminin d'trouver un sens différent aux phrases. Genre une espèce d'intuition féminine tout sauf infaillible. « J'insinue que dalle moi, faut que tu te détendes un peu ! » que j'lui réponds d'une voix que j'veux douce. J'ai pas envie que cette soirée foire pour si peu, j'étais bien, alors j'essaye de me montrer diplomate et un minimum compréhensif. Fais moi oublier tes pires peurs. Je me répète inlassablement cette phrase dans ma tête. Cette soirée, elle en avait besoin encore bien plus que moi. J'pense pas être ce genre de gars qui d'un revers de la main te fait oublier ton quotidien, j'suis pas le plus rassurant, le plus attentif. Mais si ça peut lui faire du bien, j'peux essayer. Elle me laisse pas le temps de lui répondre et se confond en excuses.  « T'excuse pas. Tu te prends trop la tête, y'a aucune raison d'être paumé. On a juste à boire nos verres tranquillement et danser comme des ploucs sur des musiques de viocs, t'es capable de faire ça non ?  » J'tente de capter son regard dans un sourire complice. C'est pas la mer à boire, et c'est la première étape pour oublier, s'laisser aller.

J'me lève du capot pour mettre une zik. Après avoir fouillé un moment mes CD, je m'arrête sur une compil' de disco. J'démarre la piste et retourne auprès de Presley. « Allez, ramène toi... T'es bien trop inerte d'puis taleur, j'veux voir si tu danses si mal que ça. » J'lui tends la main. On peut continuer à parler pendant des heures et foutre en l'air cette soirée ou simplement danser. Moi, j'ai vite fait mon choix.
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Jeu 18 Oct - 0:35

Dans l’habitacle, avec Abba en fond, il s’est établi une conversation plutôt sérieuse, tout cela parti d’une vanne que Lloyd a soulevé un sexisme inversé. Les voilà finalement, à jouer les philosophes. Presley n’a pas envie d’jouer à ça, elle a peur de passer pour une érudite ennuyeuse. La réponse de Lloyd face à cela, ne la surprend que peu. A son âge, il est normal de vouloir refaire le monde, toujours dans le but de satisfaire l’intellect, assoiffé de bon sens et de compréhension. A vrai dire, c’est sain et l’exercice permet d’échanger, et donc, de connaître mieux l’autre. Presley laisse échapper un léger rire, tournant le regard vers Lloyd. « Peut-être si t’arrive à m’faire boire un peu, on refera le monde, le nez vers les étoiles. » dit-elle, amusée. Il semble concentré sur la route, il finit par reprendre. Elle roule des yeux, Presley, un petit sourire moqueur sur les lèvres. « Allez, Voltaire, on en reparle. » dit-elle, en lui tirant la langue. Ils arrivent sur le haut de la colline, le cours est terminé.

Deux verres, descendus aussi sec sous les étoiles, il n’y avait pas vraiment d’accrochages jusque-là. C’était avant que Presley monte en pression, ses angoisses qui reprennent le plein pouvoir, gouvernant la jolie brune désemparée. Elle voit rouge, Presley, quand le jeune skateur parle. Elle lit entre les lignes, enfin, croit le faire. Elle n’est pas ce qu’il croit et le lui fait bien comprendre. Il arbore ce petit sourire avant de lui dire de se détendre. Il étonnement doux, une douceur qui enveloppe Presley, comme s’il la prenait dans ses bras, cherchant à l’apaiser. Si bien qu’elle flache, une larme dévale sa joue. Proche de lui à cet instant, elle est vulnérable, une tasse de porcelaine qui manque de se fissurer sous l’choc. L’interne s’excuse, consciente que sa réaction était parfaitement démesurée, tout ça parce qu’il l’a frôlé. Elle l’écoute avec attention, pas un seul instant il a tort. Elle passe une main sur sa joue, chassant une nouvelle larme de son visage. Elle sent son regard clair qui cherche le sien, elle finit par relever la tête. Attendrie par son sourire, elle ne peut s’empêcher de lui rendre. « Oui, j’peux faire. » dit-elle, la voix maintenant assurée. Elle se promet de chasser ce qui peut la faire disjoncter pour ce soir. Ils étaient rien qu’eux deux, sa part d’ombre n’avait pas de place à prendre, autant la remplacer par de l’alcool, ce sera bien plus productif.

Les choses maintenant closes, Lloyd est descendu du capot, cherchant quelque chose dans sa voiture. Presley prend le temps de servir deux nouveaux shooter. Cul sec, il faut bien ça pour faire passer ses conneries. Ses doigts jouent avec le verre, fixant un point imaginaire dans la voiture, jusqu’à ce qu’un son familier s’élève. Presley esquisse un large sourire avant de se mordre la lèvre, lâchant sa nuque en arrière. Stayin’ Alive. Les premières notes la font frissonner, cette chanson. De si bons souvenirs, écho à son enfance. Pas question de s’en aller d’ici, il a su trouver les bons arguments pour la faire rester. Inerte, elle ? Plus pour très longtemps. Elle se tourne vers lui, un sourire en coin illuminant de nouveau le visage de la brune. Il lui tend la main. « T’as intérêt à tenir le rythme, j’vais enflammer cette colline. » dit-elle, alors qu’elle fait glisser lentement son perfecto le long de ses bras, faisant découvrir de nouveau la dentelle qu’elle porte. Après avoir jeté la veste sur le capot, elle glisse sa main dans celle de Lloyd avant de l’entraîner vers quelques pas plus loin. Elle repense soudainement à une scène d’un film qu’elle a vu il y a quelques jours, ça danse sur cette chanson. Il va être compliqué de faire aussi sensuel au vue de la scène mais l’alcool va la faire se lâcher. Elle laisse ses hanches parler pour elle, rouler avec fluidité, toujours sa main dans celle de Lloyd. La danse, elle en a fait plus jeune, même si elle ne la pratique plus souvent, le corps s’en souvient toujours. Elle lâche les chevaux, Presley, ne se soucie plus de rien. Il n’y a qu’elle, Lloyd et les notes de musique qui la font vibrer.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Ven 19 Oct - 12:49


Refaire le monde, ça me botte bien. J'suis pas naïf, je sais bien qu'au fond, j'pourrais jamais rien foutre pour changer les choses. Mais j'sais aussi qu'il y a plein de trucs qui sont à jeter dans notre système social actuel. J'ne dis rien mais balaye pas l'idée de faire boire la jolie brune jusqu'à qu'à ce que ça lui inspire des élans philosophiques, des petites pistes de réflexions qui remettront en cause ma manière de voir les choses.

Habilement, j'ai réussi à détendre l'atmosphère. C'est ce genre de moments où j'sais pas ce que je fous, ou ce que j'dois faire, donc j'me sens plutôt heureux d'avoir réussi. C'est une putain de malédiction de penser sans cesse, anticiper toutes les réactions. Moi ça me casserait les couilles de toujours devoir faire avec ma conscience. J'souffle doucement quand elle me confirme qu'elle savait juste faire ça: se lâcher. S'oublier un peu, se laisser aller aux plaisirs futiles d'une petite bouteille de vodka et d'un peu de musique kitsch. « J'attends de voir ça. » Soufflé dans un air de défi, comme pour réveiller son âme de joueuse. Ou en tout cas, tester de voir si elle est là, si il y a toujours cette petite étincelle, malgré ses obligations et son boulot assez contraignant.

Elle se met à bouger sur cette musique de vioc. Honnêtement, si c'était de mon ressort, j'aurais rendu la compil à mes parents, mais j'dois avouer que c'est pas si horrible de bouger sur ce genre de mélodies. Je partage un rire complice en la voyant se désinhiber. Comme quoi, c'était pas si compliqué. J'commence à danser aussi,  sauf que moi, j'ai pas sa grâce, ni son charme. J'dois ressembler à un Sims qui danse, aucun risque qu'elle se sente complexée. Je la fais finalement tourné sur elle-même, jusqu'à ce qu'elle se retrouve dos à moi. J'approche mon buste du sien par la suite, collant mon menton au niveau de son épaule.  « C'est définitivement pas les pas de quelqu'un qui sait pas danser ça, Presley... Tu m'as piégé. » Moi qui croyait pouvoir faire illusion en étant tomber sur moins bien que moi. L'interne cache vraiment bien son jeu à ce que j'vois. Il y a tellement de mystères qui l'entourent. J'ai envie de tout découvrir, d'être constamment surpris, jusqu'à la connaître jusqu'au bout des doigts. J'peux bien me le permettre avant de faire un reset et de retourner aux fréquentations que je mérite.
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Dim 21 Oct - 20:26

En haut de cette colline surplombant la belle et paisible ville d’Austin, ils se sentent bien ensemble. Pourtant, après un simple contact, l’esprit de Presley s’est bien trop rapidement emballé à aller puiser dans ses peurs les plus profondes. Il a juste effleuré sa main, bon sang, c’était insensé. Ils sont adultes consentants, c’est un fait, mais ils ne sont rien promis. Elle avait failli partir, Presley, les yeux embués. Il avait vraiment assuré, Lloyd. On ne sait par quelle force il avait réussi à apaiser l’interne, décrivant tout de même être perdue. Il était vrai qu’en ce moment, la vie de Presley ne faisait pas rêver. S’échapper du reste du monde avec Lloyd était la meilleure chose à faire pour elle, pour sortir d’un quotidien stressant. Il lui avait demander si elle se sentait capable de boire des verres et de simplement danser à la belle étoile. Après avoir rassembler ses esprits, la jolie brune avait acquiescer, un petit sourire étirant la commissure de ses lèvres. Il ne tarde pas de rétorquer qu’il attendait de voir cela, avec ce ton de défi. Ce n’aurait pas été Lloyd s’il ne l’avait pas dit de cette manière. Presley roule des yeux, un sourire moqueur sur les lèvres. Il semble incorrigible, indomptable, si libre. C’est peut-être ça, ce petit grain d’insouciance qui résonne en Presley quand elle regarde Lloyd. Quelque chose lui dit qu’elle n’a pas fini d’en voir avec lui.

Ce heurt passé, Lloyd a eu la meilleure idée de la soirée. Lancer de la musique, et pas n’importe laquelle. Presley ne pouvait le nier, elle appréciait bien trop cette chanson des Bee Gees, faisant écho à son enfance. Il n’en a pas fallu plus pour mettre de nouveau l’aplomb au futur médecin, toute sourire. Le jeune skateur l’a alors sommée de le rejoindre, semblant vouloir jauger comment Presley danse. Elle a vite pris la confiance, prétendant pouvoir enflammer la colline. A quelques mètres de la voiture, ils dansent. Lloyd n’est pas doué mais c’est presque attachant à regarder. Presley, elle, bouge avec agilité, les hanches aussi fluides que des serpents. La main toujours liée à celle de Lloyd, il la fait tourner avant de l’attirer dos à lui, elle laisse échapper un rire de surprise avant de se remettre à danser. Elle sent qu’il se rapproche, son menton contre son épaule, peau contre peau. Elle se mord la lèvre quand il termine sa phrase. « Il faut croire que je suis pleine de surprises. » dit-elle, tournant la tête vers lui, avant qu’elle esquisse un petit sourire en coin. « Ce n’est pas très dur, regarde. » C’est à son tour de se rapprocher du jeune homme, leurs bassins s’entrechoquent. Une proximité nouvelle s’installe entre eux, ça ne laisse pas indifférente la belle interne. « C’est une question d’rythme. » continua-t-elle, commençant à se déhancher contre Lloyd. « T’as juste à laisser tes hanches rouler après. » termina-t-elle, glissant ses mains sur ses propres hanches pour appuyer ses propos. Elle se sent belle à cet instant, Presley, laissant ses complexes derrière elle. Galvanisée par la musique et la présence du skateur, ses démons semblent loin d’elles, lui laissant du répit.


❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Mar 13 Nov - 17:28

L'atmosphère s'était détendue grâce à ces bons vieux Bee Gees. J'croyais que les musiques de ringards pour rapprocher, ça marchait que dans les films, comme quoi. J'songe à ce grand gouffre que représente la double facette de Presley, parfois maladivement timide et d'autres fois étonnamment détendue. C'est comme tout le monde au fond, y'a ce qu'on veut montrer et ce qu'on cache de nous. Depuis tout petit, on nous impose d'adopter le comportement que la société veut qu'on ait. Le fameux ''Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant''. Versatile, Presley se montre très adroite dans l'art de la danse, elle m'avait pas raconté de salades. J'accepte avec un plaisir non dissimulé ce cours accéléré, laissant mes hanches bouger au rythme des siennes. Mes mains se posent dans ses hanches, dans un sourire complice.

Elle est sexy Presley, vraiment très sexy. Et l'assurance dont elle fait preuve soudainement manque de m'achever, elle peut ressentir mon excitation sur son fessier alors que nos mouvements se font de plus en plus denses. « Tu ferais succès en professeur de danse. » que je lui susurre à l'oreille, la ramenant encore un peu plus vers moi pendant un petit moment avant de la faire tourner sur elle-même, dans un léger rire. Puis j'me rapproche à nouveau d'elle, laissait nos corps entrer en contact. « Je sais pas si ça veut dire quelque chose, mais j'm'amuse bien avec toi. » J'baisse l'armure et j'me confie un peu, alors que nos regards se croisent. Si c'est vraiment notre seule nuit, j'trouve ça con de pas montrer que je suis aussi quelqu'un doué de sensibilité. En tout cas un peu plus que ce que je veux bien lui montrer, un peu plus qu'un semble prétendant qui tente d'amadouer sa proie.


Spoiler:
 
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Ven 16 Nov - 22:34

Cette colline est rapidement devenue une piste de danse à ciel ouverte, les notes de musique se perdent dans la nuit avant de faire bouger les corps du jeune skateur et de la belle interne. Elle ne s’autorise plus de penser, Presley. Elle a bien failli planter la soirée, son maître-mot n’est autre que s’amuser. Laisser les secondes s’écouler sans avoir à chercher, à tout calculer. Lloyd lui a bien fait comprendre d’ailleurs. Message reçu, il ne lui en a pas fallu plus pour lâcher prise. Peu à peu, sur les Bee Gees, l’ambiance se réchauffe. Dos à lui, l’audace gagne la jolie brune, se déhanchant contre Lloyd. Un petit sourire en coin étire les lèvres de Presley alors qu’elle sent ses mains glisser sur ses hanches. Elle laisse volontiers les mains de Lloyd prendre la place des siennes, glissant alors une de ses mains derrière la nuque du jeune homme.

Chaque mouvement, chaque friction contre son corps fait doucement grandir la chaleur qui émane de son bas-ventre. Elle sent aussi que Lloyd apprécie. Il l’électrise, elle peut sentir son parfum tellement il est proche d’elle. Un bon professeur ? Elle se mord la lèvre pour éviter de rire. « Je ne suis pas du genre partageuse, tu ne veux pas garder mon déhanché rien que pour toi ? » dit-elle, doucement, alors qu’elle tourne légèrement la tête vers lui. Il est extrêmement rare qu’elle danse si lascivement, contre qui ce soit. L’idée de cristalliser ce moment rien que pour lui, lui plaît beaucoup étrangement. Soudain, le peu d’espace qui restait entre eux est comblé, Lloyd la rapproche encore plus de lui. Leurs corps s’épousent dans un symbiose parfait un court instant avant qu’il ne fasse tourner. Elle ne peut s’empêcher de rire, avant de se retrouver face à lui. Leurs regards se croisent de nouveau alors qu’il se dévoile, pour la première fois. Presley a le souffle couper une demi-seconde avant de sourire. « Cela peut vouloir tout… » s’interrompt-elle, poser son regard sur les lèvres de Lloyd avant de recroiser ses iris claires. « Et rien dire, tu sais. » Elle retient son esprit qui menace de se battre pour analyse cette confidence, à la place, elle se calle entre le genou de Lloyd, glissant une main sur le hauts de ses épaules, terminant sa course derrière sa nuque, une nouvelle fois. Elle ne peut pas encore se confier, Presley, pour la simple et bonne raison que Lloyd la bouscule dans sa façon d’être et qu’elle n’a pas encore évaluer qu’est-ce que cela lui inspire. Chaque seconde en son temps, c’est bien clair ?

Hors RP :
 

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Lloyd Haslam
CARPE THAT FUCKING DIEM
avatar
Inscrit le : 19/09/2018
Messages : 238
Avatar : Dacre Montgomery
Crédits : delusion angel
Date de naissance : 02/03/1998
Mes rps : (6/3) ~ ScarMelissaPresleyNoraKevinElijah

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Lun 19 Nov - 21:18


De cette danse lancinante revenait les inlassables questions. Le peut-être qui m'accompagne parfois, quand j'ai cette impression que je n'pourrais jamais être aussi bien qu'à ce moment précis, puis les sûrement pas. Quand j'comprends que c'est pas moi. Que j'suis sûrement pas ce gars qui rentre chez lui avec quelqu'un qui l'attend, si ce n'est un p'tit clebs ou un rat que j'aurais appelé Splinter parce que Tortue Ninja, c'est trop cool. C'est tout moi, consumer ce qui m'entoure dans l'idée que tout a une date de péremption.

Les coups de hanches de Presley laissent s'évaporer ses pensées pas trop réjouissantes. J'retrouve les notes de musiques, les pas de danses, ces marques qui m'ramènent à la réalité. « Donc, je suis un privilégié ? » que j'm'amuse, sentant doucement mais sûrement mes membres se détendre. Enivré par le ciel étoilé, la musique vieillotte mais qualitative et le beau minois de Presley, j'm'étais un peu épanché sur ce que j'ressentais. Histoire qu'on lutte à armes égales, qu'elle soit pas la seule à faire des efforts. Sa réponse m'amuse encore une fois plus qu'autre chose. Ouais, y'a plein de trucs qui veulent rien dire et tout dire à la fois... Et ça a toujours été une galère de peser le pour et le contre. J'suis partagé. Entre l'idée d'me refermer sur moi-même ou alors continuer cet inlassable jeu. Parce qu'avec Presley, rien n'est simple, et c'est autant déroutant qu'agréable. « C'est con, si t'avais étudié Freud plutôt que l'corps humain, t'aurais peut-être été plus à même de comprendre ce que ça veut dire. » Ou pas d'ailleurs, paraît que l'esprit c'est quelque chose de très complexe. La chanson se termine finalement sur une certaine amertume, un goût de trop peu. Je lâche mon emprise dans un calme plat, dévorant Presley du regard. J'm'accoude à la bagnole,distinguant son agréable silhouette, jusqu'à remonter à son joli minois, ses belles lèvres, ses yeux de biches. Là où les paroles graveleuses exploraient en surface tout ce que Presley m'inspirait tout à l'heure, la lueur de mes yeux, mon cœur qui palpite et mes lèvres violemment mordues se chargent d'parler pour moi.
Spoiler:
 
Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 293
Avatar : Lily Collins.
Crédits : anesidora (avatar) ; collinsgifs (gif)
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :
╸DISPONIBLE╺

alistaire #4aloïszeuselijah (event halloween)


terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2 ; alistaire #3.
abandonnés : lloyd #2 ;

Bloc notes :




Re: Boogie Night [ft. Presley], le Ven 23 Nov - 0:52

Elle est à mille lieux de s’imaginer, Presley, ce qu’il se trame dans la tête du skateur. A mille lieux de réfléchir, l’interne vit. Oui, vit à pleine puissance l’instant. Elle ressent tout. Les mains de Lloyd sur ses hanches. Son regard glissant le long de son visage. C’est comme si, tout d’un coup, chaque terminaison nerveuse de son corps s’était déchaînée pour amplifier chaque sensation à son paroxysme. Si longtemps qu’un désir ardent avait pulser comme de la lave en fusion dans ses veines. Elle en avait presque oublié ce que cela faisait, son corps venait de lui rendre violemment la mémoire. Sulfureuse mémoire tactile.

La belle brune offrait cette danse à son partenaire, bien consciente que danser contre quelqu’un de si près n’était pas dans ses habitudes. Le sourire de Presley s’élargit à sa question. « C’est à toi d’voir. » souffle-t-elle, malicieusement, alors qu’elle accentue une nouvelle fois ses hanches, histoire de bien lui faire comprendre où elle veut en venir. Tout cette atmosphère a permis à Lloyd de se confier un peu sur son ressenti. Sa répartie est légendaire, Presley ne peut s’empêcher de glousser lorsqu’elle l’entend dire qu’elle aurait mieux fait d’étudier l’esprit plutôt que le corps. S’il savait qu’elle ne prenait pas qu’en charge les corps des patients qu’elle croise, il ne dirait pas cela. Ce qu’il vient de dire n’est juste pas un sujet qu’elle maîtrise. « Donc tu vas éclairer ma lanterne parce que tu as l’air de savoir. » dit-elle, doucement, prêcher le faux pour avoir le vrai, elle est doué à ce petit jeu. Soudain, la magie s’envole quelque peu, fini les Bee Gees. Elle n’écoute même pas ce qui vient par la suite, bien trop absorbé par le regard du skateur. Il se détache d’elle, la laissant le souffle un peu court. Elle le regarde s’accouder à la voiture, elle réajuste doucement le haut de son body. Elle sent son regard, n’ose pas lever le sien. Elle glisse sa main sur sa nuque, effleurant son tatouage du bout des doigts. Comme si elle se sentait prête, elle affronte Lloyd. « Je veux t’entendre le dire, Lloyd. » dit-elle d’une voix quelque peu transformée, crevant le silence électrique. L’atmosphère crépiterait presque à quel point elle ressent son désir mais c’est comme si elle avait besoin d’entendre pour libérer le sien. Il est à quelques pas d’elle, plus rien ne semble être important autour d’eux. Elle, lui et leur désir.

❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄❄



i am not afraid anymore, ready to face this, dying to taste this, sick sweet warmth. i am not ashamed anymore and touch me like you nerver, wrawling underneath my skin. devil underneath your grin, sweet thing.
Contenu sponsorisé


Re: Boogie Night [ft. Presley], le

Boogie Night [ft. Presley]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: Autres lieux-