AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

j'aime arroser les fleurs (presley)


Aloïs Kennedy
poupée de toi
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 104
Avatar : Alice Isaaz
Crédits : CHAMPAGNE MAMI
Mes rps :

PRESLEYDIANALENNONWILLOW
JBPOPPY (HALLOWEEN)TOI ?


Bloc notes :


Afficher


j'aime arroser les fleurs (presley), le Ven 21 Sep - 17:25

Elle aime arroser les fleurs. Les tulipes, les pâquerettes, les clochettes. Les grandes et les petites, les charnues, les aiguës, les jolies et celles qu'on ne pense pas à cueillir. Celles qui illuminent la lignée florale, celles qui ont du mal à pousser, celles qui éclosent un jour sur deux, les hydratées, les fanées, les nouvelles, les anciennes. Aloïs, elle jongle de tige en tige, son arrosoir en main, humidifiant chaque pétale qui image l'efflorescence dans ses yeux cernés. On la prend pour un agent de la mairie municipale, une présidente d'association, une militante pour l'écologie. Et elle est tout ça à la fois, Aloïs. Même si ce n'est pas déclaré. Elle est la bénévole de Dame Nature. Tout sourire, chantonnant une chanson douce, solaire, enfantine, elle continue son travail alors qu'elle se fige presque devant le comportement d'une habitante. Là voilà entrain d'arracher une dizaine de boutons d'or, les déplanter les unes à la suite des autres. « Excuse-moi.. pourquoi tu fais... ça ? » qu'elle ose demander, l'air gêné, en s'avançant vers la jeune femme, le ton timide et le regard maladroitement rivé sur le petit bouquet fraîchement cueilli. « Je.. je les avais arrosées. Toutes. J'entamais une nouvelle rangée. Et, et je sais bien que ce parc est rempli de gens qui doivent faire la même chose, aveuglés par la beauté de ces fleurs.. je veux dire, elles sont si belles.. Et peut-être que même que tu vas bientôt rejoindre ton amoureux, ou ta nièce, j'en sais rien.. que tu voulais apporter un petit cadeau, l'offrir à quelqu'un d'important à tes yeux, et peut-être que t'avais même l'intention de mettre ces tiges dans un grand vase plein d'eau fraîche. Mais.. je trouve ça pas cool, sinon, les fleuristes, ils existent, se passionnent, sont là pour ça. Eux, vendent des bouquets, tellement jolis, en plus. Alors pourquoi arracher ces plantes avant même qu'elles n'aient eu le temps d'arriver à leur terme ? Tu sais, elles vivent, comme toi, comme moi, je... désolée. » finit-elle par dire, nébuleuse, devant le regard incompréhensif que lui lance la jeune femme. « Après tout, ce.. n'est pas si grave.  » se résigne-t-elle, en haussant les épaules, néanmoins sans dissimuler ses iris abattues qui s'affectent du deuil de ces fleurs.


hello you
jolie fleur, t'es fanée, mes doigts sentent le brûlé. c'est que j'ai fait c'qu'il fallait, ta bouche ment, pas tes yeux. roule lentement sans les feux, j'lèche ton losange rose, des meurtriers sans cause ♡ astra

Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 247
Avatar : Lily Collins.
Crédits : moonlight roses (avatar) ; collinsgifs (gif).
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :

terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2.
abandonnés :

Bloc notes :


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: .OMEGA (Marion)
• ÂGE : 24.
• BLOC NOTE :


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le Jeu 11 Oct - 22:33

Le soleil, bien haut dans le ciel, Presley est d’une humeur rayonnante. Scintillante, elle n’a pas envie de rester enfermée aujourd’hui. Elle a essayé de convaincre son frère de faire un petit tour, de profiter de l’extérieur mais il a été imperturbable. Dans sa robe légère, elle avait pris son sac pour se rendre au Zilker Park. Elle y allait souvent, Presley. Il y avait cette piscine extérieure au beau milieu de la nature verdoyante, un havre de détente. Seulement, là n’était pas sa mission du jour, le jardin botanique l’inspirait davantage. Les lunettes de soleil sur le nez, elle flânait doucement dans les rangées de fleurs, doucement bercée par le son de l’eau ruisselant le long de cette cascade. Elle est envahie de sensations, Presley. Des effluves délicates embaument son cœur de douceur. Au détour d’une allée, elle est émerveillée par une rangée de fleur de tiaré qui pousse là. Elle est prise d’une envie de la cueillir, elle ne se frustre pas longtemps. Elle ferait très bien dans son salon, après tout. Elle avance, prise au jeu, elle cueille un d’autre sorte. Puis une autre. Encore une. Celle-ci aussi, pour au final, se retrouver avec un petit bouquet dans les mains. Satisfaite, elle allait véritablement reprendre son chemin après cette pause florale mais une voix féminine l’interrompt. Elle se retourne vivement, une petite blonde. Elle allait la saluer mais l’inconnue prend la parole. Son sourire s’estompe à mesure qu’elle parle, fronçant les sourcils derrière ses verres fumés. Quoi ? Elle allait répondre mais la demoiselle en face d’elle, se lance dans un monologue qui semble interminable. Amoureux ? Elle n’en a pas. Les fleuristes… Que viennent-ils faire ici ? Elle est perdue, Presley. Prise au dépourvue, elle s’attendait à tout sauf à ça. Une fois qu’elle a terminé de parler, Presley ôte ses lunettes avant de les glisser dans ses cheveux, sur le haut de sa tête. « Euh… » Faux départ. Elle est soudainement prise d’une envie d’éclater de rire, elle se retient de toute ses forces, si bien qu’un rictus étire ses lèvres. Elle avance vers la jeune femme, posant doucement la main sur son épaule. « Vous êtes sûre que ça va ? » dit-elle, plus sérieuse, son sourire disparaît. « C’est comment votre prénom, déjà ? » Discrètement, elle regarde les poignets de la jeune femme pour chercher un bracelet d’identification. Déformation professionnelle, après tout, elle pourrait être une patiente psychotique qui vient de fuguer des urgences. Elle envisage toutes les possibilités, Presley. Pas de bracelet. Rassurée, elle plonge son regard dans celui de la jeune femme, un sourire doux sur les lèvres.




il est trois heures du matin. encore. j'ai perdu le fil des heures de sommeil que je ne pourrai récupérer. il y a des peut-être que qui tournent autour de ma tête, des j'aurais dû qui me cognent dans les côtes et des plus jamais qui entourent mon coeur.
Aloïs Kennedy
poupée de toi
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 104
Avatar : Alice Isaaz
Crédits : CHAMPAGNE MAMI
Mes rps :

PRESLEYDIANALENNONWILLOW
JBPOPPY (HALLOWEEN)TOI ?


Bloc notes :


Afficher


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le Lun 15 Oct - 1:24

Aloïs, encore confuse, finit par s'excuser de son comportement. Mais, qu'aurait-elle pu faire d'autre, sinon d'au moins exprimer la couleur de son âme en peine face à cette meurtrière florale ? Bête et naïve, elle avait simplement pensé, que, malgré que le mal soit fait, son discours aurait pu impacté la jeune femme, la sensibiliser à la protection de la nature et préserver l'efflorescence des jardins, au moins jusqu'au couronnement de l'hiver ? Mais, non. Aloïs, elle voit bien, dans les lèvres fendues, le badinage des yeux et les pensées récréatives, qu'elle n'a pas réussi. Non, elle n'est pas prise au sérieux, sa petite voix n'aura pas été assez convaincante. Encore. Alors, l'infirmière se résigne. Blessée, peinée et en deuil. Elle acquiesce lentement, les yeux rivés vers le sol, bientôt pétillants de chagrin. « Oui oui, ça va. » répond-t-elle, à voix basse. Comment ? Comment peut-elle faire passer des messages si elle ne se fait pas entendre ? De l'intérieur, ça la ronge. Parce qu'elle blanchit le crime de ces fleurs, parce qu'elle se déresponsabilise de son rôle de justicière. Il ne lui reste plus que son arrosoir, comme seul ami de la nature. Parce qu'il est certain qu'après ça, aucune plante ne lui fera plus jamais confiance. Si ? « Aloïs » répond-t-elle plus fort, arrachée à ses pensées, les yeux relevés. « Je m'appelle Aloïs. » qu'elle se reprend, la voix plus basse. Et à ce moment-là, elle aimerait oser lui souhaiter une bonne après-midi et s'en aller. Mais, cette femme s'est quand-même inquiété pour Aloïs. Ça s'est vu, à la forme qu'ont prit ses sourcils et à ses lèvres étirées d'une façon rassurante et déjà presque amicale. « Et vous ? » demande-t-elle finalement, en reprenant les formules de civilité. C'est quand-même un frein à la proximité, ce vouvoiement, mais de toutes manières, Aloïs n'est plus très sûre. Cette bouchère de boutons d'or l'a quand-même prise pour une folle. Et, Aloïs, elle s'en sent blessée. C'est en y repensant qu'elle ose tenter de se ré-affirmer, de parler, un peu plus fort. Peut-être qu'elle sera mieux entendue ? « Alors.. pourquoi vous arrachiez ces fleurs ? » demande-t-elle, peu confiante, les iris fuyardes et les mains caressant nerveusement le plastique de son arrosoir peint d'empreintes de mains multicolores.


hello you
jolie fleur, t'es fanée, mes doigts sentent le brûlé. c'est que j'ai fait c'qu'il fallait, ta bouche ment, pas tes yeux. roule lentement sans les feux, j'lèche ton losange rose, des meurtriers sans cause ♡ astra

Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 247
Avatar : Lily Collins.
Crédits : moonlight roses (avatar) ; collinsgifs (gif).
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :

terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2.
abandonnés :

Bloc notes :


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: .OMEGA (Marion)
• ÂGE : 24.
• BLOC NOTE :


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le Mer 17 Oct - 21:26

Cette petite cueillette improvisée au Zilker Park se passait très bien. La brune flânait entre les allées fleuries, emportée par une bonne humeur bien rare ces derniers temps. Elle n’avait pas remarqué, cette blonde qui arrosait les fleurs avec son petit arrosoir non loin d’elle. Elle n’a donc pas pu anticiper la suite. Abordée de façon peu conventionnelle, Presley était restée interdite un instant. La jeune femme s’était lancé dans un monologue, qui avait fait froncé les sourcils de Presley, interloquée par ses paroles. Il est vrai qu’elle avait pensé à une patiente tout juste enfuie des urgences, cette idée lui avait traversé l’esprit. Ce n’est pas comme si cela arrivait tous les jours mais le risque était bien présent. Les lunettes de soleil remontées dans les cheveux, Presley s’est assurée qu’elle allait bien, détournant même la conversation, une main rassurante sur son épaule. Aloïs, l’interne esquisse un petit sourire doux. « Un très joli prénom. » dit-elle, avec sincérité. « Moi, c’est Presley. » La jardinière d’un jour arbore toujours cet air de chien battu, comme si elle portait toute la tristesse du monde. Cela peine beaucoup Presley, d’ailleurs. Elle soupire doucement face à la jeune femme, retirant doucement de son épaule. Soudain, Aloïs réitère sa question, véritablement intéressé de connaître les raisons d’un acte aussi meurtrier à ses yeux. Presley se pince les lèvres en hochant la tête. Elle avait occulté la question dans le but que la jeune femme passe à autre chose mais c’est cause perdue, à première vue. Elle ne comprend pas, Presley. Pourquoi se justifier là-dessus, en vérité ? « Je n’avais pas l’intention de le faire au départ, mais elles sont si jolies. » dit-elle, en touchant du bout de ses ongles, les pétales d’une fleur. « Elles seront bien mises en valeur dans mon salon, n’ayez crainte. » continua-t-elle, doucement. « Après, un fleuriste, c’est bien beau mais il n’y a plus le plaisir de cueillir soi-même la plante. Juste choisir celle qui sera parfaite pour le bouquet, vous voyez ? » Presley espère bien qu’elle comprend. Cette demoiselle n’a pas l’air méchante, juste étrange aux premiers abords. L’interne espère qu’elle va laisser cette vendetta de côté. Puis lu vient une idée, au milieu du parc, il y a ce petit café. « Est-ce que cela vous dit de lâcher votre arrosoir un moment pour prendre un café ? » dit-elle, essayant de capter le regard d’Aloïs. Autant repartir sur une base plus saine que cet accrochage floral.




il est trois heures du matin. encore. j'ai perdu le fil des heures de sommeil que je ne pourrai récupérer. il y a des peut-être que qui tournent autour de ma tête, des j'aurais dû qui me cognent dans les côtes et des plus jamais qui entourent mon coeur.
Aloïs Kennedy
poupée de toi
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 104
Avatar : Alice Isaaz
Crédits : CHAMPAGNE MAMI
Mes rps :

PRESLEYDIANALENNONWILLOW
JBPOPPY (HALLOWEEN)TOI ?


Bloc notes :


Afficher


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le Dim 21 Oct - 0:21

Aloïs, elle meurt avec les fleurs. Arrachée à ses racines. Elle a eu toute sa vie, pour hurler. Elle aurait dû parler, quand les garçons qui traînaient dans le Bronx lui crachait avec le sourire qu'elle ressemblait à une prostituée. Ce jour-là, elle aurait dû leur dire qu'elle ne s'habillait pas pour eux. Elle portait un joli chemisier à fleur rentré dans un jean clair, mais elle n'avait permis à personne d'autre de la complimenter puisqu'elle était rentrée en pleurs chez elle. La nuit avait été éloquente, entre ses larmes coulaient des regrets, le poids de la culpabilité d'avoir laissé le premier bouton du chemisier se détacher. Aloïs, elle aurait dû crier quand sa mère adoptive lui avait empoigné le bras si fort qu'elle eût l'impression que ses veines ne respireraient plus jamais. Ce soir-là, elle était rentrée avec le sac de courses, mais avait délibérément choisi d'emprunter cinq malheureux dollars du budget alimentaire pour s'acheter du mascara - toutes les filles de sa classe en avaient. Puis surtout, Aloïs, elle aurait dû hurler à en perdre ses cordes vocales, à s'irriter la trachée, à tuer sa voix quand elle était abattue au sol, recevant des coups plus forts les uns contre les autres, dans les côtes, dans la nuque, les jambes, le ventre, le dos, le coin des hanches.
Aloïs, elle n'a jamais su dire.
Alors, elle apprend.  

« Merci.. - Enchantée, Presley » sourit-elle en élargissant tendrement ses lèvres. Elle est belle, Presley. C'est une femme - une vraie. Ça se voit rien qu'à la manière dont ses lunettes tiennent sur sa tête, à la façon dont ses doigts dansent autour des tiges, et à son sac. Elle a un vrai sac de femme, Presley. Un sac où doit sûrement se cacher tout un tas de trucs de femme. Des clés de voiture, un paquet de mouchoirs, un miroir de poche, un étui pour ses verres, un papier cartonné où est inscrit la date de son prochain rendez-vous chez le gynécologue - ou l'esthéticienne. Mais la blonde ne se laisse pas attendrir, elle essaie de s'affirmer encore au moins un peu. Puis, au fur et à mesure que la jeune femme s'explique, sa rancune s'estompe. Elle décolère. Elle comprend. Elle compatit. « J'espère que.. vous en prendrez soin. » elle ose dire, la voix pourtant douce, le ton bas. Mais Presley, elle continue de rayonner. Elle fleurit, rend la vie aux blessés. Elle propose un café. « Oui, pourquoi pas. » répond Aloïs, le sourire un peu plus grand, sans encore se permettre d'avouer qu'elle n'aime pas le café. Alors, l'infirmière pose son arrosoir au pied d'un arbre, et revient sur ses pas pour marcher vers le lieu-dit en compagnie de la belle femme qui l'accompagne. Le trajet ne dure qu'un instant, déjà une quinzaine de mètres et les voilà arrivées. Elles s'installent en terrasse, souriantes envers le serveur qui les accueille et qui leur tend les cartes avant de prévenir qu'il reviendra plus tard prendre les commandes. Aloïs, toujours tourmentée et n'ayant cessé de culpabiliser, finit par lever la tête et regarder Presley - yeux dans les yeux. « Je.. suis désolée. Je n'aurais pas dû vous dire ça, toute-à-l'heure. » s'excuse-t-elle, comme toujours. « J'aurais aimé vous aborder d'une autre façon, ou vous découvrir dans d'autres circonstances... » Elle pince ses lèvres, plaidant coupable. Toujours coupable. « Alors.. à part cueillir des fleurs, qu'est-ce-que vous aimez faire, pendant votre temps libre ? » s'intéresse la blonde, ayant retrouvé son habituel sourire pacifique qui s'harmonise parfaitement avec ses yeux ronds souvent brillants.


hello you
jolie fleur, t'es fanée, mes doigts sentent le brûlé. c'est que j'ai fait c'qu'il fallait, ta bouche ment, pas tes yeux. roule lentement sans les feux, j'lèche ton losange rose, des meurtriers sans cause ♡ astra

Presley Montesano
femme à l'amer
avatar
Inscrit le : 12/09/2018
Messages : 247
Avatar : Lily Collins.
Crédits : moonlight roses (avatar) ; collinsgifs (gif).
Date de naissance : 15/02/1989
Mes rps :

terminés : lloyd #1 ; alistaire #1 ; alistaire #2.
abandonnés :

Bloc notes :


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: .OMEGA (Marion)
• ÂGE : 24.
• BLOC NOTE :


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le Lun 26 Nov - 16:28

Cueillir des fleurs, au plus proche de la nature, elle y est très sensible, Presley. Jamais mal intentionnée, elle est douceur et non cruauté. Savoir que ses actes peuvent être condamnable la rend mal à l’aise. Cette jeune femme, avec son petit arrosoir, semble être le juge de ce procès. Elle a beau y mettre de subterfuges pour la faire passer à autre chose, elle ne décolère pas. Presleuy abat sa dernière carte : l’honnêteté. Elle lui explique le lien à la nature, le plaisir de faire soi-même. Les traits de demoiselle se détendent quelque peu, elle abdique. « Bien sûre que j’en prendrais soin, vous avez ma parole. » dit-elle, doucement, un beau sourire continuant d’illuminer son visage. Elle propose un café au cœur du parc pour essayer de nouer un meilleur contact, établir une meilleure base que cette friction. La petite blonde finit par accepter, allant poser son arrosoir avant de la rejoindre. Heureusement.

Installées en terrasse, Presley parcourent la carte de ses yeux noisettes alors qu’Aloïs prend la parole. Elle lève les yeux sur elle, elle a l’air tourmentée. Serait-ce encore cet accrochage qui la tracasse ? Effectivement. L’interne la laisse dérouler sa pensée, fronçant une fraction de seconde les sourcils avant qu’elle ne prenne la parole à son tour. « Ne vous excusez pas ainsi, ce n’est rien. » dit-elle alors que son visage se détend. « N’en parlons plus, c’est déjà oublier. » C’est vrai, pas besoin d’en faire toute une histoire. Elle passe sa main doucement sur la sienne alors que la jeune femme se pince les lèvres, visiblement pas très convaincue. « Vraiment, ne vous en faîtes pas pour si peu. » Elle sourit, un rictus franc, sincère. Elle voudrait réussir à la faire au-dessus de cet accrochage sans importance. Elle finit par changer de sujet, pour le plus grand plaisir de Presley. Son temps libre ? Il n’est pas si conséquent que ça. Elle peut compter sur les doigts d’une main les rares moments qu’elle prend pour elle. « Je n’en ai pas réellement, je suis plutôt occuper. » dit-elle, une petite grimace ponctuant la fin de sa phrase. « Quand j’en ai, je vais nager. J’aime beaucoup ça. » Son interlocutrice a retrouver un beau sourire. « Et vous ? » A cet instant, elle sont coupé par le serveur. Presley commande un thé vert à la menthe, frais, parfait pour cette belle après-midi. Elle tourne alors la tête vers la petite blonde. « Qu’est-ce que je vous offre, Aloïs ? » demande-t-elle, alors que le serveur patiente poliment qu’elle prenne sa décision.




il est trois heures du matin. encore. j'ai perdu le fil des heures de sommeil que je ne pourrai récupérer. il y a des peut-être que qui tournent autour de ma tête, des j'aurais dû qui me cognent dans les côtes et des plus jamais qui entourent mon coeur.
Aloïs Kennedy
poupée de toi
avatar
Inscrit le : 13/09/2018
Messages : 104
Avatar : Alice Isaaz
Crédits : CHAMPAGNE MAMI
Mes rps :

PRESLEYDIANALENNONWILLOW
JBPOPPY (HALLOWEEN)TOI ?


Bloc notes :


Afficher


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le Mar 27 Nov - 15:25

Les promesses, pour Aloïs, ça a de la valeur. Le genre de valeur inestimable, plus précieuse encore que la vie. Une promesse, c'est un mariage entre deux cœurs, une bague invisible reliée à plusieurs sangs, qui ne doit jamais être retirée au risque de faire saigner. Presley donne sa parole, et il n'en faut pas plus à l'infirmière pour lui accorder sa confiance les yeux fermés. Elle la suit ainsi jusqu'au café, où elles s'y installent chaleureusement. Mais la culpabilité lui alourdit les pensées, pèse un poids monstre sur sa conscience et lui fait oublier toute la justice dont elle a voulu faire preuve plus tôt. Aloïs s'excuse, en regardant la brune comme si ses yeux incarnaient la lamentation même. Cette-dernière s'effraie sûrement de ce chagrin véritablement inopiné. Et pourtant, elle ne perd pas ses moyens, elle cherche à rassurer, réconforter, et tactile, elle passe sa main sur celle de la soucieuse. « D-daccord » se démet-elle, alors que des frissons lui courent encore le corps. Des doigts jusqu'au cou, elle tremble un instant sous la confiance de la criminelle acquittée.
Aloïs avance sa deuxième main sur la table, au même niveau que la première. Inconsciemment, elle s'imagine peut-être retrouver les caresses de l'inconnue. Consciemment, elle s'intéresse à ses loisirs, elle ne peut définitivement pas qu'apprécier cueillir des fleurs dans un parc. Aloïs, elle la voit bien visiter des musées les dimanche. Cuisiner des repas faits maison, participer à des expositions, des avants-premières, donner de son temps aux autres, le distribuer sans limite, sans compter ce qui lui restera pour elle à la fin. Mais, ses espoirs tombent assez vite, puisqu'elle lui avoue être très occupée. Elle nage. « Ah, c'est.. c'est bien. Mais.. c'est tout ? » Ses illusions se brisent pour ne former qu'une Presley, en maillot de bain une pièce au bord du lac, entrain de plonger et faire des longueurs. Elle doit être sacrément belle, Presley, en maillot de bain une pièce. Coupées en pleine discussion par le serveur, la brune propose d'offrir quelque chose. « Ton tutoiement ? » répond Aloïs, très spontanée. Bah oui, c'est vrai, elles se sont vouvoyées assez longtemps maintenant, ça commence à en faire, du temps perdu aux inconnus. Elle étire ses lèvres, son sourire s'entend un souffle guilleret, partagé avec celui du serveur - qui attend toujours sa commande. « Je.. vais prendre un sirop à la violette s'il vous plaît. » se précipite-t-elle, sans trop réfléchir. Son sirop à la violette, c'est un classique intemporel. L'employé acquiesce et retourne à l'intérieur de la bâtisse pour s'atteler à la préparation de leurs boissons. L'infirmière repose son regard un peu fuyard sur la brune, toujours un sourire timide aux lèvres. « Moi, j'aime arroser les fleurs. Je.. j'aime faire des câlins gratuits. Danser devant les musiciens de rue aussi, partager mes courses avec les sans abris. » Depuis qu'elle est arrivée à Austin, elle connaît sûrement plus de personnes vivant à la rue que d'habitants confortablement installés en ville. « Et, j'aime aller à l'église. » C'est pas qu'un détail, c'est sa vie. C'est la raison de tout son être, la même raison qui fait qu'elle est toujours en vie.


hello you
jolie fleur, t'es fanée, mes doigts sentent le brûlé. c'est que j'ai fait c'qu'il fallait, ta bouche ment, pas tes yeux. roule lentement sans les feux, j'lèche ton losange rose, des meurtriers sans cause ♡ astra

Contenu sponsorisé
Afficher


Re: j'aime arroser les fleurs (presley), le

j'aime arroser les fleurs (presley)

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: South Austin :: Zilker Park-