AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez

When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis]


Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Ven 24 Aoû - 11:06





When Scott Pilgrim met Ramona Flowers





Le temps se fait doux avec les beaux jours qui arrivent et une brise de vent vient faire tourner les pages du livre que je tiens, me poussant à redresser le regard vers le ciel. Ma main vient se poser aux dessus des yeux pour me cacher du soleil qui m'aveugle et c'est là que je l'aperçois. Comme un manga bien fleur bleue, elle est présente au ralenti, se tournant dans ma direction, ses cheveux colorés suivant le courant, sa bouche pulpeuse entrouverte qui ne demande qu'à être embrassée et son regard si angélique qu'on ne peut être qu'envoûté au point de dire amen à tous ses désirs les plus sincères et les plus irréalisables. Comment ai-je pu tomber en amour de cette personne qui ne sait même pas que j'existe? Je m'arracherais le cœur s'il le fallait pour qu'elle me remarque, j'irais décrocher la lune et tous les astres présents dans l'univers pour que j'ai la chance d'entendre au moins le son de sa voix s'adressait à moi, je serais même prête à tuer quelqu'un et faire des années dans un cellule misérable si tel était son souhait. Comment est-elle parvenue à me rendre aussi naive ? Quel sort a-t-elle jeté sur moi sans même qu'elle s'en aperçoive?

Je la fixe durant de longues secondes, priant ne pas croiser son regard mais il semblerait que le destin en décide autrement. Ses yeux se plongeant dans les miens et me voilà désarmée. Comment puis-je être si faible fasse à elle alors que nous sommes supposés être tous égaux? Je me redresse, faisant tomber le bouquin que je pensais tenir fermement dans ma main et me laisse atterrir au sol, récupérant mon bien ainsi que toutes les images tombées par la même occasion. Je dois réellement me la sortir de la tête. Déjà que j'ai l'air ridicule en temps normal, il ne manquait plus que ça pour finaliser la catastrophe ambulante que je suis. Je ramasse petit à petit le petit bazar que j'ai laissé, mon visage semble s'endurcir en pensant à son doux visage. Comment une fille comme elle pourrait s'intéressait à un énergumène comme moi? C'est insensé. Ce genre de divas ne s'intéressent généralement qu'aux garçons bien côtés, ces bad boys ou ces filles du même registre qui s'habillent avec classe et avec qui on peut rire facilement et sur qui on tombe sous le charme. Je n'ai pas forcément un physique facile malgré le nombre de copines que j'ai pu avoir -allez savoir comment d'ailleurs- et mon humour peut être parfois assez dérangeant.

Alors que je me redresse pour commencer à m'échapper de cette situation qui me semble infernale, une voix féminine m'interpelle. Serait-ce elle, Alexis? Oui je connais beaucoup à son sujet, bien que ce ne soit que son prénom, mais c'est déjà plus d'informations qu'elle ne peut en avoir sur ma personne. Je sens mon cœur battre la chamade comme si on m'apprenait que Carrie Fisher avait ressuscité. Je n'ose même plus faire un pas, alors que ça pourrait simplement être juste la propriétaire de ce lieu qui me retient en plein milieu de la terrasse pour un autre thé ou je ne sais quoi. Immobile. N'osant même pas battre des cils. Que suis-je censée faire? Comment dois-je réagir? Je me sens si crispée qu'on pourrait penser que je suis en train de faire une crise cardiaque. Oh je t'en supplie maître Yoda, dis moi que la force est avec moi ou fais moi signe pour que je trépasse et que ce supplice ne s'efface à tout jamais de ma mémoire.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Ven 24 Aoû - 15:20

Scott Pilgrim & Ramona Flowers
Saoirse
feat.
Alexis


 

 



 

 



Le café d'Esvir, c'est devenu ma deuxième maison depuis que je suis arrivée à Austin. J'aime venir ici, j'aime boire mon café sur la terrasse, j'aime sentir le vent frais qui caresse ma peau, j'aime aussi y retrouver Andrew. Mais aujourd'hui, il est pas là, alors je me sens un peu triste. C'est devenu mon acolyte depuis que je suis là. C'est rare qu'on ne se voit pas dans la journée. Je me promets de lui envoyer un SMS dans la journée pour qu'on continue de retaper la maison. Pour l'instant, je m'approche seulement du comptoir pour pouvoir commander mon mocca, ou mocca-merde comme le brun aime le nommer. Tout ça parce qu'il ne l'aime pas. J'attends patiemment, je monte même sur le tabouret en faisant attention à ce que ma robe à pois ne soit pas abîmée.

Dans le coin de le terrasse, un peu plus loin, y a la rousse. Une belle et jolie rousse qui me regarde, le seul problème, c'est qu'elle me fixe un peu trop à mon goût et que j'ai presque l'impression qu'elle est défoncée ou en train de faire un AVC tellement elle a le regard fixe. Elle est là, elle ne bouge pas, je la regarde moi aussi, elle m'intrigue, elle m'interloque. Les vitres en verres me renvoient son image, et je la vois faire tomber son livre et beaucoup de papier. Rapidement, je saute de mon tabouret et je passe les baies vitrées. Elle en a déjà ramassé pas mal mais l'une de ses images est rentrée dans la salle, et elle est arrivée à mes pieds. Je la ramasse, je l'interpelle gentiment. "Excuse moi..?" Je ne connais pas son prénom, mais j'aime beaucoup sa bouille, ses cheveux, ses dread-locks. Elle est jolie mais elle a simplement l'air tétanisée de ma venue. Elle ne bouge plus, même pas un cil. Je fronce les sourcils et j'agite la main devant elle, avec son image au bout des doigts. "Ca va pas ? Tu te sens pas bien ? Tu veux un café ?" Je sens la panique qui s'empare de moi, et si elle me faisait un AVC, un infarctus, une crise cardiaque ? Là, en face de moi. Putain, je connais même pas les premiers secours. Je passe une main sur mon visage en paniquant et finalement, je viens attraper son bras en m'agitant autour d'elle. "Meuf ! Wake up ! Tu me fais trop flipper là !"

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Lun 27 Aoû - 23:16





When Scott Pilgrim met Ramona Flowers





Sa voix est encore plus douce que dans mes rêves et l'entendre de près me donne l'envie de fuir au plus loin, de l'autre côté de la frontière quitte à me faire arrêter pour je ne sais quel motif et me faire brûler vif. Elle s'inquiète pour moi. Elle prend de mes nouvelles mais comment lui dire que le problème c'est elle bien qu'elle soit aussi la solution à ce dernier? Je lui souris, un sourire timide et ne parviens à dire un mot. Je secoue la tête. Le café, très peu pour moi à moins qu'elle veuille que je fasse un AVC ou que je cours en trombe jusqu'aux toilettes pour me vider et pleurer tellement je me sens agressé par une beauté fatale. Mais voilà qu'en plus de ça, elle m'attrape le bras, elle touche ma peau. S'en est trop pour moi. Mon adrénaline étant monté à son maximum, c'est un cadavre rosé et roux qu'on retrouve rapidement au sol. Quelques secondes de répit. C'est tout ce que je demande. Peut-être qu'à mon réveil elle aura disparu ou alors je serais dans de mauvaises mains, ces mains d'incapables qu'on appelle médecins. Mais non. Mon second souhait le plus cher ne se réalise pas. "T'es vraiment splendide et je le pense. Wow." Et un petit tour dans les vapes. Il faut que mon retour soit aussi farfelu que mon départ mais aucune idée ne me vient. Un compliment sorti de nulle part. Il n'y a rien de mieux pour me faire passer pour une imbécile. Ma tête de gauche à droite, comment pouvons-nous être aussi tétanisé à l'idée de parler à une personne? De ce que l'on m'a dit "personne ne va te manger tu sais?" mais qu'est-ce que j'en sais s'ils sont cannibales ou pas? Ce n'est pas un mythe ce genre d'histoires et il faut pourtant bien se méfier de tout. "Il reste encore des petits sablés?" demandais-je faiblement. "Je crois que du sucre ne me ferait pas de mal." Et peut-être un bisou magique mais il ne faut pas non plus abuser, d'autant plus que ce n'est pas le genre de choses que je dirais à vive voix. Mes joues rougissent encore plus qu'elles ne le sont d'ordinaire et je peine à ouvrir les yeux. "J'ai honte. Je crois que mes baisses de tensions sont de plus en plus grave." Et je me mets à rigoler nerveusement, laissant mes doigts entrer en contact avec son avant bras pour me relever. "Merci encore, ça va aller. Je crois que je vais juste rentrer et peut-être qu'on se recroisera ici Alexis, tu as l'air d'être autant une habituée que moi." Et voilà. Elle va savoir que je la connais maintenant, elle se dira probablement que je la suis, que je l'espionne, que je l'harcèle bientôt. "Alexandra? Alexane? Alexiane?" Je tente de dissimuler mon savoir en la nommant autrement mais ça doit probablement être peine perdue. Je suis fichée comme l'idiote du village qui a un problème avec le social. Une vraie sauvageonne. Le nombre de fois que j'ai entendu ça à mon sujet. "Bref au revoir!" Je lui fais un signe de la main, remettant mes lunettes sur le bout de mon nez avant de partir dans la mauvaise direction. Je tourne les talons et repasse à côté d'elle, faisant un signe vers l'intérieur. "J'en oublie même de payer. Haha." Je m'éclipse, m'adressant à la serveuse pour lui demander le moyen de déguerpir le plus discrètement possible sans passer par la porte mais à la vue de son regard, je passe une fois de plus pour une bouffonne.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Mar 28 Aoû - 16:16

Saoirse
feat.
Alexis


 

 



 

 



Je la vois, elle est près et loin à la fois. Elle m'inquiète, elle ne bouge pas. Enfin si, ça y est, elle bouge. Je vois un sourire s'étirer sur ses lèvres fines et je la vois me dire non de la tête pour le café. Cependant, je ne bouge pas d'un cil. On dirait quelle est tétanisée par ma présence, et ça me choque. Est-ce qu'elle ferait partie d'une troupe d'art contemporain ? Serait-ce une troupe itinérante qui s'est arrêtée en ville ? Ou alors, est-ce qu'elle est vraiment en train de faire une crise de je ne sais quoi et elle va me refaire une frayeur ? Je n'en sais rien. Je m'approche et je lui touche le bras, peut-être que ça la reconnectera avec nous. Mais non ! Elle tombe au sol comme une poupée de chiffon. Anh!, je m'écris. Oui, j'ai peur et non, je ne suis pas rassurée. Mais bon sang, qu'est-ce qu'elle a la rousse ?! Je passe ma main sur son cou, tremblante, je prends son pouls. Il bat, c'est déjà bon signe. Ne meurs pas la rousse ! Je m'inquiète. Elle se relève d'un coup pour me lâcher un compliment et repars dans les vapes. Mais elle va pas bien dans sa tête ? Je m'assois près d'elle, sur le cul. Littéralement sur le cul. Je l'observe et encore une fois, je reprends son pouls. Toujours son image en main. Une voix émerge et elle demande s'il reste des petits sablés. Je souris en coin, elle est drôle quand elle n'est pas amorphe. Je..j'vais t'en chercher, tu bouges pas la rousse !

Je pars en courant et je pique le pot qui trône sur le comptoir. Esvir me regarde avec de grands yeux. Je lui fais signe de la main, je lui expliquerai plus tard. Je ramène le pot devant elle, je l'ouvre pour qu'elle puisse en prendre. J'en prends un à mon tour, moi aussi j'ai besoin de sucre. Elle me dit que ses baisses de tensions sont de plus en plus graves. Il faudrait peut-être que tu vois un docteur ou quelque chose dans le genre ? On se met à parler médecine, n'importe quoi. Dans tous les cas, faut manger des légumes et des protéines. Je lui dis d'un air convaincant. Elle rit et ses doigts s'enroulent sur mon avant-bras, elle se relève doucement et j'appuie dans son dos pour éviter qu'elle ne tombe. Elle me remercie et je lui souris. Je lui souris avant de réaliser qu'elle connait mon prénom. Je lâche ma pression dans son dos en retirant mes mains. Je reste interloquée, la bouche ouverte. Co..comm..comment tu connais mon prénom ? Elle ajoute d'autres prénoms pour semer le doute. J'hausse un sourcil. Comment tu t'appelles toi ? Je ne vais en tenir compte plus longtemps, elle a du entendre mon prénom dans le café. Esvir nous gueule souvent dessus à Andrew et moi. Je souris en la regardant mais je la vois prendre ses jambes à son cou. Oh mais c'est pas vrai ! Attends la rousse ! Elle part vers la terrasse alors qu'il n'y a pas de sortie, alors elle repasse devant moi en me précisant qu'il faut qu'elle paye. Je ricane légèrement, mais j'ai toujours son image entre mes doigts. Je lui cours après jusqu'à la caisse. Eh ! La rousse ! J'ai ton image ! Je lui tend du bout des doigts avec un petit sourire. T'es vraiment obligée de partir ? Je suis toute seule aujourd'hui.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Ven 31 Aoû - 23:18





When Scott Pilgrim met Ramona Flowers





Un trop plein d'émotions, ce n'est pas bon pour la santé. Du moins c'est ce que disent les médecins et mes parents par la même occasion surtout lorsqu'il s'agit de stress. Et au point où j'en suis, si le stress était un moyen de produire de l'électricité, je pourrais ainsi en fournir à la Terre entière. J'vous jure je dis la vérité! Mais lorsqu'elle me parle de voir un docteur, je secoue la tête accompagné d'une moue dégoûtée accroché au visage, le tout en guise de réponse. Je reprends petit à petit mes esprits, du moins, physiquement parlant, n'ayant apparemment pas le contrôle de mes pensées et de ma parole, comme si ç'avait déjà été écrit, je me suis faite griller à mon propre jeu qui n'en était même pas un. "Je.. Une discussion comme ça, comme un écho." lui répondis-je bien qu'elle ne semble pas vraiment y donner de l'importance. Je baisse la tête et dans un murmure je prononce mon nom. Ce n'est pas que j'en ai honte, non, c'est juste que personne -si ce n'est les gens de mon pays- n'est capable de le prononcer, au point que certains intrus préfèrent me siffler que de faire l'effort pour bien le dire comme il faut. Mais bref. La question n'est pas là. La vraie question est: pourquoi est-ce qu'elle me suit partout? Fuis moi je te suis, suis moi je te fuis. Même quand je la fuyais elle ne cherchait pas à venir me voir, pourquoi maintenant? J'ai cependant rapidement la réponse. Mon stress se calme peu à peu, durant l'espace de quelques secondes je pensais qu'elle s'intéressait à moi mais ce n'est que pour son propre intérêt; elle est seule. Je suis donc un bouche trou, une compagnie presque par défaut comme un homme qui irait dans un bordel par désespoir en guise de solution facile et rapide, comme un Macdo ou tout autre fast food qui font livrer -ou pas- car on a la flemme de chercher un restaurant convenable et pas trop cher. Je suis donc un être banal, le premier prix, celui qui se trouve en bas des étagères dans les grandes surfaces, ceux qu'on aime bien prendre comme ça même si ça embête de se baisser et de se briser le dos tout ça pour du bas de gamme. Je récupère l'image qu'elle me tend, une simple photo de famille, mon père me tenant sur ses épaules, amusé, ma mère le sourire aux lèvres comme une enfant et moi, embêtant mon paternel. Un simple portait de ce qu'est ma vie. Des moments joyeux qui ne sont que des souvenirs ou rapidement éphémères. "J'espère que tu m'offres à boire pour vouloir me garder sous ta tutelle." Un sourire timide et triste à la fois se dessine sur mes lèvres. C'est fou les vas et vient émotionnels que j'ai le droit en une journée. Peut-être qu'un jour je parviendrais à les gérer. "Ton petit ami n'est pas venu? Une dispute? Manque de temps?" Une pause. "Pardonne-moi, je suis curieuse." Je veux surtout savoir si elle est libre et si ça vaut le coup que je tente quoi que ce soit avec elle bien que mes avances resteront toujours subtiles. Se faire passer pour la bonne copine, un classique bien que ce ne soit pas sans risque. "J'adore comment tu t'habilles d'ailleurs, je tenais à te le dire. Je ne sais pas si ça m'irait mais à chaque fois que je te vois, j'hésite à venir pour te demander où tu déniches tout ça. Dans les friperies, j'ai l'impression qu'il n'y a que des trucs "vintage" datant des années 2000. Paye ton rétro." Je soupire. Râler est un passe temps comme les autres après tout.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Sam 1 Sep - 19:39

Saoirse
feat.
Alexis


 

 



 

 



Elle connait mon prénom, je ne connais pas le sien, et ça ne me plait pas du tout. Quand je lui demande comment elle connait mon prénom, elle me réponds qu'elle l'a entendu dans une discussion. Mh. En revanche, j'attends avec impatience de connaitre le sien mais on dirait qu'elle n'ose pas. Elle le murmure du bout des lèvres et c'est à peine audible. Je lui souris de la plus gentille des manières. "Excuse moi mais je n'ai pas entendu ton prénom." Je reste vraiment adorable avec elle. Cette nana à l'air tellement douce, pleine de ressources, tellement inspirante. Je reste en admiration sur ses cheveux et sa bouille. D'ailleurs, je crois que je la fixe alors je tourne la tête à la recherche d'une autre chose à admirer. Pas que ce soit une chose, loin de là, simplement que c'est quand même bizarre de fixer quelqu'un qu'on ne connait pas. J'arrête mon regard sur mon café qui m'attends et je vais le prendre avant de revenir vers elle. Je lui propose même de venir avec moi, parce que je suis toute seule aujourd'hui et qu'à part Andrew, je ne connais pas grand monde. Elle me parait tout bonnement adorable alors pourquoi ne pas essayer de tisser des liens ? Je lui souris en lui proposant mais sa réponse me fait lever un sourcil. Sous ma tutelle ? Mais, c'est quoi ce délire. "Tu sais, si t'as pas envie c'est pas grave, hein. Je me disais juste que t'avais l'air d'être une personne plutôt sympathique et vu que je ne connais pas beaucoup de gens ici.. Enfin voilà." Je m'arrête pour repartir de plus belle. "Mais oui, je t'offre un café et des petits sablés si tu veux bien traîner avec moi, un petit peu." Voilà qu'elle m'interroge sur ma relation avec Andrew, et je manque clairement de m'étouffer avec mon mocca. Putain, elle va me tuer avant la fin de la journée. "Mon petit-copain ? Tu parles du brun tatoué qui est souvent ici ?" Je suis sûre qu'elle parle de lui mais autant vérifier. Elle se trompe peut-être de personne. "Ce n'est pas... mon petit copain, c'est un ami." Je suis censée lui dire qu'Andrew me prends par tous les côtés ou ça doit rester secret ? "Enfin, un ami avec des bénéfices. Enfin, on en discutera plus tard. Et il est pas là parce que... parce que je sais pas." D'ailleurs, c'est rare quand il ne vient pas chez Esvir boire son petit café. Je sais qu'il a ses habitudes et sa routine. Je relève le regard vers la petite rousse devant moi. Elle me complimente sur mes fringues et je souris. "Y en a beaucoup qui viennent d'Angleterre mais si tu veux, quand je trouve une bonne adresse, je te l'envoie ?" Je lui souris avant de l'inviter sur la terrasse.

️ Gasmask


Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Mer 3 Oct - 20:55





When Scott Pilgrim met Ramona Flowers





Timidement, je prends le soin de répéter la prononciation de mon prénom, le rouge aux joues toujours aussi présent. Je ne suis pas une bavarde en temps normal et redire les choses que j'ai déjà dite, il n'y a rien de mieux que de me mettre mal à l'aise, ayant l'impression qu'on ne m'écoute pas ou simplement par défaut et qu'on me dit de répéter pour tenter de s'accrocher à la conversation actuelle. Mais la multicolore de tête ne me lâche pas d'une semelle. J'ai tout fait pour l'éviter, de la plus maladroite des manières mais elle semble persister et cela m'effraie dans le fond. "Non, ce n'est pas ça... C'est juste que les gens n'ont pas vraiment le temps de se pencher sur ma personne et de m'accorder du temps. Peut-être que si je ne cherchais pas à achever les conversations le plus vite possible..." Un air pensif, comme si je cherchais à résoudre cette question en suspend alors que je connais pertinemment la réponse. Elle m'explique ensuite que l'homme en question n'est pas son copain mais simplement son amant et je me dis que si je parviens à me débloquer et à être la personne folle que je suis, il y a moyen que je l'attrape dans mes filets. Je n'ai jamais compris ceci. Je fais en sorte de ne pas flirter avec les gens mais rien que par message ou par des conversations nocturnes, les gens s'accrochent à moi sans que je ne le veuille et je m'en veux ensuite de les fuir et de les blesser, me sentant tellement brusquée par certaines déclarations que je suis obligée de chercher mille et un défauts à la personne pour lui donner une explication au pourquoi du comment je la raye de ma vie définitivement. Et après je me plains d'être seule. Si ça ce n'est pas l'hôpital qui se fout de la charité, alors je ne comprends vraiment pas cette expression. "Ca serait sympa oui. Je te passe mon numéro comme ça tu me tiens au courant?" Ne cherchez aucun rapport avec de la drague dans cette question. Je vous préviens ou alors vous aurez affaire à moi et mes grognements de chat qui sauront pas vous effrayer mais plutôt vous adoucir. Je me lève et la suis en terrasse, prenant quelques instants afin d'enrouler mes dreads sur elles-même et les attacher de sorte à avoir un semblant de coiffure à la Princesse Leia puis finis par enlever les lunettes qui ne font que glisser sur l'arête de mon nez. "Tu sais s'il y a souvent des soirées étudiantes ici? Peut-être que je serais venue plus tôt te parler avec plusieurs grammes dans le sang. Ma langue a tendance à vite se délier..." Je lui souris, un regard brillant et joueur. Comment une fille aussi timide peut-elle aimer la compagnie d'une foule durant de grands évènements? Je vais vous répondre: l'anonymat le plus total; l'alcool tisse des liens et est là en cas de besoin. "T'es étudiante toi d'ailleurs ou...?" Un sourcil arqué. Elle semble avoir plus ou moins mon âge... Peut-être que j'aurais ainsi d'autres occasions de la croiser autre que dans ce café, d'autres moments où elle pourra égayer ma journée sans que je n'ai à attendre de mettre ici les pieds. "Ou alors, es-tu dans le monde des blogueurs? Je te vois bien tenir un truc du genre toi aussi." Un sourire sincère se dessine sur mes lèvres. Un blog de mode, de ses propres goûts, une manière discrète de pouvoir l'admirer derrière un simple écran sans que ça paraisse pour du harcèlement. Oui, quand j'ai une personne dans la tête, je ne l'ai pas ailleurs bien que ça ne me dérangerait pas, vous m'voyez?

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Dim 7 Oct - 20:28







When Scott Pilgrim met Ramona Flowers.




La jolie rousse me répète son prénom et je peux enfin coller des lettres sur son visage. Saoirse. C'est bizarre comme prénom mais j'aime la sonorité qu'il possède. Je lui souris et je le répète pour bien être sûre de la prononciation. "Comme ça ?" Je n'ai pas l'habitude de retenir les gens mais la demoiselle en face de moi m'intrigue beaucoup. Déjà par son comportement, puis par sa façon d'être. Quand je lui assure que je ne veux pas la forcer à passer un peu de temps avec moi, même si j'ai des petits sablés en ma possession et de quoi la faire passer du côté obscur, j'attends sa réponse avec impatience. C'est alors qu'elle m'explique son mode de fonctionnement. "J'ai pas mal de temps devant moi si t'as envie et peut-être que ce serait l'occasion de ne pas écourter les conversations ?" Je penche ma tête pour planter mon regard dans le sien. Un petit sourire se glisse le long de mes lippes quand je la regarde. Elle a une bonne tête et puis, elle est jolie comme nana. Elle me pose une question sur Andrew et je lui explique que c'est mon amant, mais rien de plus. La conversation bouge sur les habits que je porte et sur ses compliments. Je lui propose donc de lui donner les adresses que j'ai, quitte à devoir rager si je la vois avec une frippe qui aurait pu être mienne. Elle me propose son numéro de téléphone, et je n'y vois aucun inconvénient à lui donner le mien en retour. "Avec plaisir ! Tiens." Je lui tends mon téléphone pour qu'elle note son numéro directement dans les contacts. Je découvre enfin l'orthographe de son prénom avec un grand sourire. "J'aime beaucoup l'orthographe de ton prénom, ça vient d'où ?"

Je m'en vais en terrasse et elle me suit, enroulant ses cheveux comme dans Star Wars. Je souris encore plus en la voyant avec ses pains aux raisins sur les deux côtés de la tête. La réponse a ma question est une autre question et je souris encore. "Je ne sais pas de trop, je viens d'arriver et j'y connais pas grand chose ici. Tu devrais demander à Esvir, elle t'en dira sûrement plus."Je ricane légèrement en l'entendant m'expliquer qu'elle parle plus facilement sous alcool qu'en temps normal, ce que je comprends totalement. D'ailleurs, quelque chose me dit qu'il faut que je me bourre la gueule avec Andrew pour voir quelles conneries on pourraient faire ensemble. Un petit sourire pointe sur le bout de mes lèvres. "Tu m'étonnes, oui. C'est toujours plus simple avec un coup dans le nez." J'entends sa seconde question et je commence à me demander si elle n'aurait pas bu un petit coup vu qu'elle me semble de plus en plus curieuse. "Ah non, c'est fini depuis un moment pour moi les études. Je suppose que toi, oui, du coup ?" Petit sourire de ma part quand je la regarde avec son sourcil arqué. Elle est vraiment jolie. Elle me surprend encore avec sa curiosité et cette fois, je ris légèrement. "Loupé ! Non plus. Je suis dans le monde de l'art, j'ai une petite galerie en Angleterre. Mais sinon, mon grand plaisir c'est la photographie. D'ailleurs, si un jour t'es d'accord, j'aimerais beaucoup te photographier. Y a quelque chose dans ton regard, une essence qui n'est pas commune." J'allume une énième cigarette et je plonge mon nez dans ma tasse.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Sam 3 Nov - 20:26





When Scott Pilgrim met Ramona Flowers





Un hochement de tête, à la limite du rouge aux joues pour un rien comme d'habitude, j'acquiesce sa prononciation. "Ce n'est pas tout à fait ça mais c'est bien mieux que la plupart des gens qui tentent de le dire. Appelle moi Weasley. Tout le monde préfère ça. La simplicité..." Un surnom totalement idiot dans le fond mais flatteur; la gentillesse, l'humour, l'humanité et le savoir vivre de cette famille. On ne peut envier les Malfoy ou la famille du personnage principal -d'autant plus qu'elle n'est plus- à côté de ces Gingerheads. Puis un numéro donné, une question sur mes origines. Une rousse en tant que cliché humain ça viendrait d'où? "C'est Irlandais, ça veut dire liberté si tu te le demandais." Faire les réponses en anticipant les peut-être futures questions des autres; une façon de vivre pour couper au plus vite les conversations. Je n'aime pas parler de ma personne alors lorsqu'il s'agit de le faire avec un ou une inconnue... Moins j'en dis, mieux c'est. Je préfère me concentrer sur autrui pour qu'on m'oublie. "Tu es d'ici toi?" demandais-je donc. La conversation se poursuit sur nos "professions", les sorties à faire dans cette ville. Je secoue légèrement la tête de droite à gauche. Je sais très bien que je ne poserais jamais la question à moins d'être alcoolisée et la jeune femme confirme mes dires. J'arque un sourcil. Je l'aurais pourtant juré. Un autre mot non dit en guise d'approbation avant qu'elle ne m'explique son passe et ce qu'elle aimerait faire avec moi. Une grande bouffée d'air. Ai-je bien entendu ce que j'ai cru entendre? Une séance de photographie? "Je... Je... Euh... Pou... Pourquoi? Enfin, j'veux dire... Oui pourquoi?" Un bégaiement. La chose la plus sexy du monde. Il n'y a que pendant le sexe où ce n'est pas dérangeant; un "oui" répété, ça passe inaperçu mais dans la vraie vie, durant des moments de gênes... Ça pose parfois problème. "Je n'ai absolument rien. Je n'ai qu'une lueur qui s'éteint au fur et à mesure que ma vie avance. Je ne dégage absolument rien. Je ne suis même pas jolie ou plaisante aux yeux des gens." continuais-je reprenant mes esprits bien que mon débit de parole soit bien plus rapide. "Ça serait te faire perdre ton temps." concluais-je presque dans un souffle, baissant la tête, tripotant mes doigts sous la pression que je me suis prise. Mon cœur bat à fond. Elle peut trouver mille fois mieux. Des filles comme moi ou beaucoup mieux, elle peut en trouver à la pelle. Je respire un grand coup, d'une façon saccadée avant de redresser la tête, une mine soucieuse, plongeant mes yeux bleus dans les siens. "Puis... Tu fais quel genre de photographies exactement? Du nu? Du fantasy? Du gothique ou baroque?" J'ai envie de me jeter par dessus un pont. Je pue la non-confiance en soi et je déteste dégager cette image de moi bien que ce soit marquer au marqueur indélébile sur mon front. Je soupire. Parfois, il y a des moments où je ferais vraiment mieux de bien me taire.

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Mar 13 Nov - 18:59







When Scott Pilgrim met Ramona Flowers.




Apparemment, ma prononciation n’est pas au top du top mais elle est tout de même mieux que celle des autres personnes. Un compliment déguisé, peut-être. J’hausse un sourcil quand je tente de répéter son prénom. Les autres l’appellent « Weasley ». C’est mignon mais ça peut être très vite vu comme une insulte si l’on fait parti de Serpentard. Elle évoque la simplicité, chose que j’évoque moi-même rarement. Je souris en retentant une dernière fois. « Je crois que j’ai la bonne prononciation, non ? Saoirse ? » Je souris en coin en l’écoutant me préciser l’origine et la signification. J’entends le mot « Irlande » et je souris grandement. Avec un peu de chance, elle vient d’à côté de chez moi ! Elle vient d’à côté de l’Angleterre ! Je suis joie. « Tu viens de là-bas ? » Ma joie se montre sous des trépignements enflammés, je saute presque sur place. Liberté. Un mot qui a l’air de bien lui aller. « C’est très original en tous cas, et j’aime beaucoup les gens originaux. » Je lui lance un petit clin d’oeil. Elle me demande si je viens d’ici et je retrouve mon sourire d’un peu plus tôt. « Non, je viens d’Angleterre. De Bournemouth précisément. » Il est vrai que mon accent anglais s’efface peu à peu depuis mon arrivée mais on l’entends toujours. Et puis, ça me donne un petit côté sympathique.

La conversation va et vient sur des sujets simples : nos professions, nos occupations, nos goûts puis, j’interviens avec l’idée de la prendre en photo. Il faut le dire, Saoirse est jolie comme un coeur et l’idée qu’elle passe sous mon appareil me rempli de joie. Mais elle ne semble pas de cet avis et je l’entends bégayer. Je la regarde se mettre en branle sous cette simple proposition. « Je ne sais pas mais il y a quelque chose que j’aime dans ton regard, ta façon d’être. » Je lui souris en prenant une gorgée de café. Puis je l’entends commencer à se dévaloriser. Mes sourcils se froncent et je pose ma tasse avec un petit fracas sur la table. « Mais, mais, mais, mais stop ! Arrête de dire des choses pareilles ! » Je soupire légèrement en baissant les yeux. «  Je t’assure que tu es très jolie et plutôt agréable à regarder.. » Je me pince les lèvres dans ce moment de gêne. « Au contraire, je n’estime pas perdre mon temps actuellement.. » Je me tais et je m’allume une cigarette. Je ne suis pas gênée habituellement, faire des compliments ça me connais, être gentille avec les gens aussi mais il y a quelque chose chez cette rousse qui me fait avoir un petit pincement au coeur. Un petit quelque chose. Soudain, sa voix revient à mes oreilles quand elle me demande ce que je fais comme style de photographie. « Un peu de tout.. J’aime bien les mises en scènes rigolotes, ou les photos prisent sur le moment. J’aime le hasard. » Je souris avant de rebaisser les yeux sur mon café. « Et toi, du coup ? Tu fais quoi dans la vie ? »

(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le Dim 18 Nov - 16:56





When Scott Pilgrim met Ramona Flowers





Je lui fais un sourire à la belle mais je penche légèrement la tête comme étant prête à lui dire oui alors que pas vraiment. C'est bien tenté cependant mais je vais devoir m'habituer à ce qu'elle m'appelle de cette façon si je veux l'avoir dans ma vie plus longtemps qu'une journée et de quelques vues par-ci par-là au Kaktus. "D'Irlande même, pays de la bière et d'un langage que personne ne comprend et qui est souvent comparé à une langue elfique." Une réponse qui me rend rapidement nostalgique. L'herbe ne sera jamais aussi verte ici que dans mon pays, la vue du Grand Canyon ne sera jamais aussi époustouflante que celle de nos falaises, l'art de boire ne sera jamais aussi enrichissant à Austin comme il est à Cork, Limerick, Galway ou Dublin. Rien ne vaut l'Irlande et j'en suis bien consciente. J'ai beau voyagé, découvrir de nouvelles cultures, jamais je ne quitterai réellement ma terre natale, celle vers laquelle on revient toujours. Je me suis juste perdue en chemin, laissez-moi le temps de me retrouver. "Merci." lui répondis-je en rougissant avant qu'elle ne me dise qu'elle est anglaise et ça, c'est le drame de ma vie future; la personne qui a mon cœur est d'un camp ennemi. Espérons qu'elle ne soit pas aussi colonialiste que ses compères, déjà qu'ils nous ont pris l'Ulster.  

La conversation dérive sur un sujet presque personnel, ses remarques ne faisant rien à mon manque de confiance. Peu importe les mots qu'elle emploiera, ça ne suffira jamais à combler ce vide que je ressens. Je secoue la tête, presque désolée de mes réactions. "Si tu le dis." C'est souvent comme ça que j'en finis, histoire de passer à autre chose et de me faire oublier. J'écoute d'une oreille attentive les spécificités de son métier et un petit sourire éphémère se dessine sur mes lèvres. Mon humeur a rapidement changé et je ne pensais pas que ça se verrait tant que ça. J'ai tendance à le cacher mais un pincement au cœur m'empêche d'esquisser une seule once de bonheur sur mon visage. "Ce que tu voudras alors, sur le moment, les idées qui te viennent, plus folles les unes que les autres, tu dois bien en avoir." Un regard fuyant, une main qui joue avec la petite cuillère du thé qui me sert à rien actuellement. J'hausse les épaules. "Rien de particulier. Je gagne un petit complément en écrivant des articles sur mon blog personnel. Sur les voyages, ce genre de choses." lui répondis-je en soupirant. Je sais bien que c'est complètement banal et que ce n'est pas du tout intéressant. Une fille en plus qui veut partager son envie sur des endroits vu par tous les touristes du monde. Quelle aventure! J'attrape ma tasse, me force à finir, m'essuie les lèvres du revers de ma manche et recule ma chaise. "Il commence à se faire tard. Ma coloc va s'inquiéter si je ne rentre pas." lui dis-je en me levant. "Ce... Ce fut plaisant quand même. En espérant te revoir Alexis." Je porte mon regard sur elle et fuis aussitôt. Les mains cachées par les manches trop longues, la tête baissée se focalisant sur mes pieds et si un excrément n'est pas sur ma route, je rentre pas à pas chez moi. Le genre de journée qui nous donne envie de nous évader, malheureusement avec les moyens du bord; plaid, chocolat chaud et chamallows puis une bonne série Netflix. Décidément, je ferais mieux de rester chez moi. Je ne sais même pas pourquoi j'en suis sortie.

(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé


When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis] Empty
Re: When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis], le

When Scott Pilgrim met Ramona Flowers [ft. Alexis]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-