AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon]


Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
Jaxson Dostoïevski
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 308
Avatar : James McAvoy
Mes rps :


J'ai arrêté de compter !



Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.




L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Lun 23 Juil - 18:45










Le lendemain de l’accident, Louis avait averti Jaxson que Milan allait bien et qu’il s‘était réveillé. C’était avec soulagement que Jax avait pu terminer la journée un peu plus serein. Jason semblait toujours aussi agacé pour la porte et la salle de bain. Il l’avait aidé à ranger le bordel que ça avait été et Jax avait même fait la vaisselle.
C’est avec inquiétude toutefois qu’il avait demandé à Jason d’aller chercher un beau bouquet de fleur. Le barbu était pas très doué pour ça. Déjà que pour mettre la table c’était une véritable aventure alors pour des fleurs… Non merci. Non sans une loooooongue conversation Jason avait finalement accepté et c’était ensemble qu’ils se dirigèrent vers l’hôpital en voiture. Pour une fois Jaxson conduisait. Une fois arrivé, il coupa le contact, se leva de son siège visiblement tracassé par tout ce qui était médecins, etc.
Même si c’était difficile de comprendre l’acte pour Jaxson, il pouvait au moins être respectueux et présent pour Louis, son ami. Le temps d’arriver jusqu’à l’hôpital, ils avaient discuté et Jason semblait un peu énervé ou fatigué. Jax avait peur que Milan soit amoindri ou pas capable de parler. Se pinçant l’arête du nez, il ferma les yeux comme si cela pouvait l’aider à surmonter l’endroit où il était et tout ce dont ça lui rappelait. Alors il demanda la chambre et tourna les yeux vers Jason qui tenait le bouquet. Il était beau. Jax eut la boule au ventre, tout en se dirigeant vers l’ascenseur et sans attendre il attrapa la main de Jason, fixant droit devant lui vers l’ascenseur. C’était la première fois qu’il lui tenait la main dans un espace public et pour une fois il n’avait pas honte. Il avait besoin de son petit ami. Une fois à l’étage et devant la porte de la chambre ouverte de Milan, Jax stoppa son pas avant de frapper doucement.

Hey.

Il passa la tête et s’avança doucement avec un petit sourire à l’intention de Milan et de Louis.

On t’apporte des fleurs.

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

I'm scared
The closed blinds in my home, see no light or day. I'm scared to face another day, Coz' the fear in me just won't go away.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
Louis Le Roy
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2306
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :

DISPONIBLE (4/5)


- Hibby-Blue #2
- Nell #2
- Fred
- Floyd #2

Bloc notes :




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Lun 23 Juil - 19:36










Deuxième jour. Et donc un jour de plus à l'hôpital, voir l'état de l'homme qui se trouve devant moi. Je ne voulais pas rentré tant qu'il ne pouvait pas sortir et je crois que les médecins ont oublié l'idée de me chasser tellement je suis borné. J'avais cependant laisser seul quelques instants Milan pour raccompagner la mère de ce dernier, que oui, je le reconnais, je voulais voir déguerpir au plus vite. J'étais de nouveau avec lui, sans la présence de corps étrangers. Mais c'était mal connaitre la vie. Une voix puis une tête passe à travers la porte. Jaxson. Il semblerait qu'il se soit vraiment inquiété alors. Je lui souris. "C'est gentil, vas-y rentre." lui dis-je avant d'effacer ce sourire de mes lèvres en voyant la tête de Jason suivre. Je soupire. Lui par contre... Il a été forcé. Pourquoi l'avoir amené alors qu'il ne le désirait pas? Ca n'allait pas causer plus d'histoires à la rencontre de nous 4? "Jason." Seulement son nom. "Merci d'être venu et très bon choix pour les fleurs. Vraiment." Sec. Froid.

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮


I will not try to convince you to love me, to respect me, to commit me. I deserve better than that; I AM BETTER THAT THAT... Goodbye.
- Steve Maraboli
Invité
Invité
Anonymous


Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Mar 24 Juil - 16:37

LES DRAMA QUEEN
LE RETOUR

« Ah.  »
Tu t’étais dit, voyant la silhouette de la sulfureuse Antonia Joplin s’éloigner dans le couloir, dans des effusions de salutations à l’égard de l’équipe médicale, ton nouveau « fiancé » au bras, que non seulement l’ambiance dans la chambre s’était un peu allégée, mais que, surtout, Louis était vraiment le mec parfait. Espérant qu’il n’y aurait plus de visites et que tu pourrais passer le reste du temps avec lui, tu l’embrassais doucement quand il revint dans la chambre, avant d’être interrompue par une nouvelle visite. Et merde, ne pourriez-vous jamais être tranquille, rien que quelques minutes, tous les deux ? Tu vis d’abord Jaxson, et, malgré tout, touché qu’il soit venu, tu lui adressais un faible sourire… Puis tu le vis, lui. Celui qui faisait tourner ta tête quand l’alcool venait chatouiller tes veines, celui qui, au fond de ton coeur, avait tout remué, participant à l’événement sanglant de l’avant-veille. « Bonjour Jaxson. Merci beaucoup pour les fleurs. » Ne pas le saluer, ne pas lui accorder le moindre égard. Et puis merde. Tu le fixais, et lâchais un simple. « Ah. » Il était contrarié d’être là, clairement, il n’avait pas voulu venir ; il aurait mieux fait de suivre ses envies.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
Anonymous


Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Mar 24 Juil - 17:30










Aimer quelqu’un c’est faire des putains de sacrifices. Et même si la soirée m’avait laissé un profond (dé)goût d’amertume, Jaxson avait besoin de moi. Comment refuser de l’accompagner quand il me regarde avec ses yeux brillants, suppliants. Il avait besoin de moi. Se trancher les veines, voilà un beau geste de lâche, et Louis qui jouait au héros. Avait-il oublié son état lorsque nous nous sommes rencontré dans ce bar et la soirée, bizarre mais sympathique, que nous avions passé ? Des crétins si vous voulez mon avis. Mais pour Jaxson, j’étais prêt à faire attention à mes paroles. A jouer au comédien comme je savais si bien le faire selon lui. Pour lui, je pouvais faire ça. Du moins, j’allais essayer même si je me fichais royalement de ce que les deux autres pouvaient penser de moi. J’étais chargé des fleurs, et en bonne petite copine (oui, je l’ai toujours en travers de la gorge), j’avais été cherché un beau bouquet. Un gros bouquet, plein de fleurs et de couleurs significatives. Le langage des fleurs… Important dans mon métier. Même s’ils n’allaient surement rien comprendre, ça m’occupais et ça transmettrait un message subtilement glissé. Les fleurs accompagnent nos sentiments, nos émotions et les traduisent. C’était un bouquet haut en couleur. Pour commencer quelques Anémones rouges et bleues pour panser les blessures et éloigner la tristesse. Quelques Arum blanches, signe de virilité pour nous, pauvres hommes que nous sommes avec nos principes et nos idéaux à la con. Je me suis risqué à glisser deux Camélias roses, un symbole de perfection et d’admiration, pour Milan et son charme à l’italienne qui me fascine. Une touffe de Cyclamens rouges, sans doute pour montrer que nous avons tous le même objectifs : sauver notre couple et le faire perdurer. Des Glycines mauves, symbole d’amitié, la recherche de liens de confiance pour Jaxson et Louis, moi, je passe mon tour. Une majorité de fleurs de Lys, car elle est sans doute ma fleur préférée, une pureté simple et efficace qui apaise. Tout ce bouquet ponctué par quelques roses jaunes pour soigner le mal-être. Un putain de bouquet réfléchi qui m’aura quand même coûté 124 dollars. 124 dollars pour des personnes avec qui je dois jouer l’hypocrite et faire mes excuses. Faire semblant, juste semblant. Quel irrespect de s’ouvrir les veines dans la salle de bain d’autrui ! Je donne le bouquet à Jaxson et je me glisse derrière lui. Je ne veux pas être en première ligne. Je tente de dérider mes expressions du visage mais il semble fermé. Il pousse la porte et nous entrons timidement. Combien de temps doit durer une simple visite de courtoisie ? Pas trop longtemps j’espère sauf si l’un de nous a la brillante idée de remettre de l’huile sur le feu ou pire, mettre carte sur table. J’ai pas envie de jouer à ça avec eux, ils n’en valent pas la peine.  Sauf que je m’attendais pas à éprouver de la peine et de la culpabilité lorsque j’aperçu Milan dans son lit, un bandage d’un blanc immaculé sur le bras. Un faible sourire survole mon visage, mal à l’aise. Je ne suis plus chez moi, ma confiance m’a quitté à l’instant où je suis rentrée dans cette chambre puant le désinfectant. « Bonjour. Merci. » De simples mots, de symboles syllabes collées les unes aux autres. Et ce Ha. ! De Milan qui me glace le sang. Pourquoi m’en veulent-ils autant ? Parce que je me suis drogué devant eux, parce que j’ai ignoré le problème, parce que j’ai cru faire ce qu’on attendait de moi ? Louis me regarde avec des yeux si noirs que je baisse la tête. Je reste en retrait, je préfère ne rien dire, ça va encore me causer des problèmes. Jaxson semble si naturel, si apaisé. Sa main dans la mienne pour traverser l’hôpital m’a donné le courage d’affronter cette situation mais à quel prix ? 124 dollars, c’est beaucoup quand même mais peu cher pour que Jaxson se fasse pardonner de Louis. D’ailleurs, pourquoi n’a-t-il rien dit à Milan concernant cette histoire dans le bar. Deviendrait-il plus miséricordieux ? Je ne comprends rien. Je m’avance et j’attrape la main de Jaxson pour m’aider. Je dois faire ça pour lui. « Je… Je tenais à vous présenter mes excuses. » Etrangement, ça me libère d’un poids, et ce nœud logé dans mon ventre semble se défaire. Apprécierais-je plus que je ne me l’avoue la présence de Louis et Milan ? Ou surtout celle de Milan ?
(c) DΛNDELION
Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
Jaxson Dostoïevski
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 308
Avatar : James McAvoy
Mes rps :


J'ai arrêté de compter !



Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Mar 24 Juil - 19:26










Si on devait donner une image à cette situation c’était “tendu comme un string”. Jason l’avait accompagné avec un superbe bouquet dont Jax ne comprenait rien. Des jolies couleurs, des jolies fleurs voilà tout ce qu’il avait dit pour faire plaisir à son compagnon qui venait à reculon. Jax entra, le bouquet en main parce que son petit ami préféra le faire passer en premier. Il savait qu’il était persona non grata mais bon. Il entra, un petit sourire gêné sur les lèvres. Qu’est ce qu’il fallait qu’il dise ? Qu’il fasse ? La main encore entrelacé à celle de Jason, lui donna du courage et il entra doucement. Ses yeux se posèrent sur le bandage de Milan puis sur lui, qui le remerciait. Il posa le bouquet sur un petit meuble avant de soupirer doucement esquissant un petit sourire.

Tu te reposes bien ? Question con. Tu as tout ce qu’il te faut ?

Il jeta un petit regard à Louis puis à Milan. Puis soudain les mots de Jason qui fendirent l’air comme un coup de hache. Il s’excusait. Jaxson tourna la tête vers son compagnon, les sourcils haussés et la bouche sur les clavicules. Il serra doucement sa main pour le remercier et esquissa un petit sourire tendre à son compagnon. Bordel qu’il était beau, bien habillé et si intelligent et humain. Puis soudain il y eut cette pensée. Celle qui frappa Jax en plein dans le ventre comme un coup si fort qu’il en perdit le souffle. Il fixa Jason tandis que son sourire s’effaçait. Et Si Jason faisait cela parce qu’il tenait à Milan ? Et s’il avait couché avec lui mais que tout ça restait secret ? Et si Jason lui cachait encore beaucoup de chose ? Maintenant qu’il y pensait Jason avait juste renversé la vapeur mais n’avait pas donné d’explication sur le dossier “Milan - karaoké”. Jaxson devait faire son propre travail alors qu’il avait tant de doute et tant de question à poser à son petit ami. Il serra les dents pour ne pas faire de vagues mais il baissa les yeux, préférant avaler sa salive et le douloureux moment qui se passait devant lui. Délicatement il serra la main de Jason. Il fallait qu’il se raccroche à la réalité avant qu’il ne perde pied. Aucune explication sur ses mensonges et tout lui revenait en pleine face. Malgré tout ça lui faisait plaisir de voir Louis.

Vous voulez quelque chose au distributeur ? Il avait besoin de fumer, bon sang, et de boire un truc fort et vite !!

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

I'm scared
The closed blinds in my home, see no light or day. I'm scared to face another day, Coz' the fear in me just won't go away.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
Louis Le Roy
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2306
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :

DISPONIBLE (4/5)


- Hibby-Blue #2
- Nell #2
- Fred
- Floyd #2

Bloc notes :




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Mar 31 Juil - 20:10










Et encore une scène de tension. J'SUIS PAS VENU ICI POUR SOUFFRIR OKAYY? Milan est aussi froid que moi, Jason n'en parlons pas mais il a quand même réussi à dire des excuses. Des yeux ronds. Qu'est-ce qui lui prend? Jaxson a-t-il réussi à l'éduquer? Un exploit. Wow. Bravo l'artiste. Toi t'es un vrai, toi. "T'excuser de? On pouvait pas savoir que ça allait se passer comme ça." lui répondis-je, arquant un sourcil. Je sens le coup foireux mais je ne saurais pas non plus expliquer pourquoi. Je pose mes yeux sur son compagnon mais il semble complètement ailleurs bien qu'il s'adresse à nous. "Je vais t'accompagner tu veux bien?" Question rhétorique. Je me lève et sors de la pièce avec ce dernier, nous baladant dans les couloirs jusqu'à destination. "Tu crois que c'était une bonne idée de les laisser tous les deux ensemble? Il va pas chercher à l'empoisonner ou une connerie du genre hein vu que si ça ne tenait qu'à lui, Milan serait mort face à la non réactivité de Jason..." lui confiais-je avant de vite reprendre. "Pardon, j'voulais pas être méchant..." Je sors mon porte monnaie et passe les pièces une à une dans le distributeur pour récupérer les commandes. "Mais ça fait plaisir quand même de te voir ici. J'ai cru que tu faisais ça pour la bonne conscience au début, j'me rendais pas vraiment compte que tu étais à fond dans la chose et que c'était sincère. M'en veux pas." Je marque une pause. "Après tout, j'te raconte ma vie mais je connais pas grand chose de toi donc... Mais si ta proposition de verre tient toujours, je suis partant. A moins que tu ne sois pas prêt à passer du temps avec moi après ce remue-ménage..." Je le regarde et lui souris. "Vraiment, j'comprendrais si c'était le cas."

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮


I will not try to convince you to love me, to respect me, to commit me. I deserve better than that; I AM BETTER THAT THAT... Goodbye.
- Steve Maraboli
Invité
Invité
Anonymous


Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Lun 3 Sep - 15:49










L’atmosphère n’aura jamais été aussi pesante entre nous quatre. Je m’excuse et voilà le résultat : le calme plat. Louis est un homme stupide. Je ne comprends pas ce que Jaxson lui trouve. Il ose me demander de quoi je m’excuse. Il a été bercé trop près du mur le gaillard. Je préfère ne rien dire, histoire de ne pas mettre un peu plus d’huile sur le feu. Et puis, sans que je n’ai eu le temps de réagir, Jaxson et lui s’en vont. MAIS PARDON ? Et ils me laissent seuls face à la nouvelle variété de légume : Milan. Je croise les bras et je m’appuie contre le mur le visage fermé. Pendant que les deux autres vont roucouler sous les snickers, moi, je dois surveiller l’enfant terrible. Super. Une jalousie nait envers Louis. Qu’est-ce que Jaxson lui trouve putain de merde ? Je serre les dents.

« Ça va ? »

Quelques mots pour me sortir ces idées de la tête mais Milan a décidé de m’ignorer. Il se tait. Ne prononce pas un mot pour me sortir cette jalousie de mes entrailles. Putain, ils me font tous chier ! Je n’aurais jamais dû m’excuser. Ils me prennent pour un con. Allons chercher des maltesers et nous galocher devant les sucreries pendant que Jason surveille le gros bébé à sa mère ! Putain ! J’entends Milan ronfler. Si ça ce n’est pas du foutage de gueule, je ne sais pas ce que c’est. Très bien, c’en est trop : je me casse de cet hôpital de merde. ADIEU LES HYPOCRITES ! Je marche l’air furieux dans le couloir après avoir claqué la porte de la chambre de Milan. La tête haute, je traverse les médecins et autres stupides infirmières : on ne m’aura pas comme ça ! Je refuse d’être la dinde de ce quatuor amoureux. J’appuie comme un dingue sur le bouton d’appel de l’ascenseur comme s’il allait arriver plus vite avec cet acharnement. Je m’y engouffre quand il ouvre ses portes. -1, rez de chaussée. Direction chez moi. Merde. Dans le miroir de cette cage d’acier, mon reflet me nargue. Je me suis fait prendre pour un con. Les portes s’ouvrent. Je ne fais pas attention à la drôle d’atmosphère de ce couloir. Il n’y a personne : tant mieux ! Les gens me soulent. Je n’ai envie de voir personne. Je marche dans ce long couloir et j’actionne les doubles portes du fond en poussant sur un bouton. C’est fou comme tout est électronique à notre époque. Elles s’ouvrent et je m’engouffre vers la sortie. Les porte claquent derrière moi et il fait noir. Où est la lumière du jour ? Je devrais être dehors et pas dans une pièce qui pue… le formol ? Je déglutis. Il fait sombre et mes yeux ne discernent rien même si je les plisse pour tenter de m’accoutumer à la lumière. Ma jambe se prend un truc en fer. Je tâtonne, une table en métal. Sur la table je sens un drap qui recouvre un truc dur dessous. Mais qu’est-ce que c’est ? Lorsque je sens une main froide et rigide sous le draps, je hurle de peur : je suis à la morgue bordel de merde ! Je recule tremblant et je dégaine mon téléphone. 2 pourcent de batterie. J’ai le choix : soit j’appelle Jaxson et je n’ai plus de batterie après quelques secondes, soit j’allume la lampe de poche et je reste dans la lumière pendant deux minutes. Deux minutes où mon cerveau aura le temps d’assimiler toutes les horreurs de cette pièce et où la pénombre de retour je pourrais me chier dessus à ma guise. Contact. Jaxson. Bébé d’amour. Tu parles. Ca sonne. Une sonnerie, puis deux, puis trois. Quatre. Cinq. Messagerie.

« PUTAIN JAXSON ! TU ME CASSE LES COUILLES ! SORS TA LANGUE DE LA BOUCHE DE CE CRETIN ET VIENS ME CHERCHER ! JE SUIS AU -1, COINCE ET JE ME CHI…. » Plus de batterie. Putain d’IPhone de merde ! Même si une partie de mon stress s’est déchargée contre Jaxson, je reste pétrifié. Je suis entouré de morts et de cadavres. Ma respiration s’accélère. Il faut que je me calme ! Je me couche au sol. Position latérale de sécurité et je tente de faire des exercices de respirations sur le sol glacé de la morgue tentant d’éviter de penser aux corps qui doivent surement ramper vers moi.

(c) DΛNDELION
Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
Jaxson Dostoïevski
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 308
Avatar : James McAvoy
Mes rps :


J'ai arrêté de compter !



Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Lun 3 Sep - 19:45










Il releva son visage vers lui. Son désespoir premier l’avait quitté, remplacé par l’écoute de Louis. Il pouvait bien faire preuve de patience pendant les vingt secondes qu’il lui fallait pour parler. Une fois sans Jason, Jaxson s’autorisa à claudiquer dans le couloir. Sa cuisse était douloureuse et il n’avait pas eu envie d’en parler à son petit ami et encore moins parler de tout ce qui s’était passé ce soir là. Sa main se posa sur sa cuisse tandis qu’ils s’avancèrent jusqu’au distributeur. Pourquoi avait-il fallu qu’il l’accompagne ? Lui qui avait envie de fumer un bon coup, là, il était coincé. Un fois devant il observa la liste des cafés, Jax soupira. Il ne savait pas trop quoi faire de ses mains. Les mettre dans ses poches, se les tordre, les mettre dans son dos ? Il voulait seulement penser à autre chose.

J’sais pas, furent les seuls mots qu’il put prononcer. T’en fais pas, arriva-t-il à ajouter tout en fourrant un billet dans la machine à café juste à côté de celles des confiseries. Elle se mit à faire du bruit, faisant vrombir le moteur à l’arrière de l’appareil. Puis le gobelet tomba et enfin la petite odeur qu’il aimait tant le revigora un peu. Ils restèrent là ainsi un long moment, face aux distributeurs. Leurs têtes se tournèrent en même temps. Louis avait raison et tort à la fois. Non Jaxson n’avait pas fait ça pour avoir bonne conscience. Il avait défoncé cette porte sans réfléchir et avait tenu les mains ensanglantées de Milan. Tout son esprit était en off. Là où il avait raison c’était pour boire un verre ensemble. Jaxson lui en voulait pas. Ca restait son ami. Il avait envie de le lui dire mais aucun sons ne s’échappa de ses lèvres entrouvertes.

On ira se le boire ce verre, t’en fais pas. Il devait avoir attendu plus de vingt-cinq secondes quand sa patience disparut. Il attrapa son café et y versa une partie de sa flasque qu’il venait de sortir de sa veste. Il ne jeta aucun regard vers Louis. Pas besoin de juger, il en avait besoin. Il referma la flasque et la rangea dans sa poche avant de se tourner vers son ami. N’en parles pas à Jason.

Il sentit son téléphone vibrer dans sa poche. Ces derniers temps il avait tendance à le mettre en silencieux pour pas que ça le dérange. Puis il n’était pas très technologie alors il avait gardé son portable de l’époque. Un gros, avec pas de quoi prendre des photos ou des vidéos. Juste une fonction, la plus basique selon lui : juste de quoi téléphoner. Jaxson fourra son gobelet entre ses dents pour le tenir, le temps qu’il fouille sa poche et en sorte l’appareil. Un appel en absence. De Jason. Ca annonçait la dispute. Il récupéra son gobelet et roula des yeux. Désolé. Deux minutes. Jason m’a appelé. J’espère qu’y a pas eu une dispute encore.

Il porta le combiné à son oreille et écouta le message d’un petit ami en colère qui hurlait au téléphone avant que le message ne s’arrête en plein milieu de phrase. Jaxson inspira profondément et roula des yeux.

Tu veux bien m’accompagner au -1, mon petit ami s’est perdu je ne sais où ? Si tu le fais pas pour lui, fais le pour moi. Toujours avec son gobelet, Jaxson se mit en marche aux côtés de Louis. Il n’avait pas beaucoup parlé depuis son arrivée devant la machine. En vérité il ne savait pas vraiment quoi lui dire ou quoi lui répondre. Il prit une petite inspiration avant d’aller vers l’ascenseur. Tu sais… Jason est pas si méchant. Il donne cette image du type qui pense qu’à lui même mais… Il soupira. J’sais pas. Il a déconné à la soirée, je suis d’accord mais… Il entra dans l’ascenseur et appuya sur l’étage -1. Tandis que les portes se fermaient il tourna la tête vers Louis.

C’est un mec bien. Sincèrement. Il a été là pour moi et m’a soutenu alors que je… bref. Jason je l’aime et j’aimerais que tu vois ce qu’il est vraiment au fond. Juste un type qui s’est construit un mur pour empêcher les autres de l’atteindre. Un peu comme Milan, j’imagine. Ils ont des caractères qui nous échappent mais on les aime ces idiots. Avec leurs erreurs, même si ça nous blesse, on peut rien y changer.

Une fois l’ascenseur arrivé, Jaxson en sortit sans un mot et fureta dans les couloirs pour voir s’il n’y avait pas un brun enragé dans le coin. Connaissant le monstre il marcha vers des couloirs vides qu’il devait prendre pour la sortie. Il demanda à une infirmière si elle avait vu un teigneux passer et elle avait confirmé. Tous les deux se dirigèrent dans un couloir froid où il n’y avait aucun chat. Durant un long moment, Jaxson tenta d’ouvrir les portes du couloir avant qu’une seule ne s’ouvre et ne laisse voir que du noir. Ca sentait la mort.

Bébé ? T’es là ?

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

I'm scared
The closed blinds in my home, see no light or day. I'm scared to face another day, Coz' the fear in me just won't go away.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
Louis Le Roy
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2306
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :

DISPONIBLE (4/5)


- Hibby-Blue #2
- Nell #2
- Fred
- Floyd #2

Bloc notes :




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Ven 21 Sep - 0:39










Un zip sur mes lèvres à l'aide de mes doigts comme une fermeture éclair. "Je serais muet comme une tombe, ne t'en fais pas. J'ai rien à lui dire, je vais pas te trahir pour ça." Un clin d'oeil amical. Rien de plus. C'est ce que font les potes entre eux après tout? Ils se protègent et se couvent. Et je reste en plan, le temps que Jaxson réponde à son appel. J'ai l'impression d'avoir affaire à un homme un peu trop jaloux, qui veut tout, tout de suite comme un enfant pourri gâté. Et je sais de quoi je parle en disant ça pourtant mais jamais ô grand jamais je n'atteindrais le niveau de Jason en cette matière. Je soupire lorsque Jax me demande de venir avec lui au -1 et j'hausse les épaules. "C'est parti je suppose." Au moins, je n'ai pas à m'inquiéter de quoi que ce soit entre lui et Milan; il n'a pas bougé de son lit lui au moins mais ce que l'autre fout au sous sol reste pour l'instant un grand mystère pour moi. "Le sous-sol c'est pas souvent la morgue ou une connerie du genre? Ca m'étonnerait que ça soit le parking en tout cas vu qu'il est à l'entrée." Rien que de penser à ça, ça me calme direct sur notre prochaine destination. Je sais où on va au fond de moi mais je tente de me convaincre qu'on va aller quelque part d'autre genre un bar clandestin, un fight club ou quelque chose de moins glauque. Puis voilà que le beau brun prend la défense de Jason. Je baisse la tête à ses mots. C'est vrai qu'il a raison sur le point de se construire un mur mais j'ai juste l'impression que Milan est un mur creux alors que l'autre est le mur de Berlin et je ne sais même pas si j'arriverais à le franchir un jour pour en voir la beauté qu'il m'explique. "Peut-être avec le temps je saurais ce qu'il est vraiment mais pour l'instant ça me semble difficile. Mais je comprends ton point de vue oui. Je le juge ainsi, c'est vrai, je ne vais pas te dire le contraire mais c'est vrai qu'une personne se montre sous un jour différent en fonction des personnes qu'il fréquente. C'est comme pour Milan, je pourrais te dire qu'il n'est pas cet imbécile suicidaire, il est gentil et drôle. Il n'est pas seulement ce beau-parleur qui a tenté de tripoter ton mec. Il n'est pas comme ça généralement." Un soupir. On sort de l'ascenseur, croisant une infirmière par la même occasion avant d'arriver à un endroit qui ne sent pas la rose. Tu ne veux pas allumer la lumière genre là?[/b]" Je me mets à tapoter le mur jusqu'à toucher quelque chose de froid. "C'est tellement renfermé que même les interrupteurs ne veulent pas fonctionner et en plus ils sont froids." Je secoue la tête, attrape mon portable et m'éclaire avant d'avaler ma salive. "La morgue." Je ferme les yeux et lâche doucement l'orteil d'un cadavre que je tente de bouger pour allumer la lumière. Je comprends mieux pourquoi ça ne voulait pas illuminer la pièce. "Jason? T'es où mec?" Je m'aventure dans la pièce, m'éclairant de ma petite lumière avant de voir une ombre. J'éteins ma lampe et m'avance à pas de loup vers l'individu avant de gueuler un grand coup tout en lui touchant l'épaule. "Je crois que j'ai trouvé ton homme Jaxson!" m'exclamais-je. Je rallume mon portable. "Si tu voulais t'enfuir c'était le zéro qui fallait faire. Je crois que ça semblait logique non?" J'arque un sourcil. Un bruit se fait entendre à l'entrée de la pièce. "On a prévenu l'homme qui l'accompagnait?" Des médecins. Je tente de bouger pour me cacher avec les deux autres hommes. On a rien à faire là. En toute discrétion, je tends l'oreille pour mieux percevoir la conversation. "Je crois qu'ils vont le faire d'une minute à l'autre." Mon portable se met à sonner et je tente de l'éteindre le plus rapidement possible avant de décrocher et de répondre en chuchotant. Les médecins semblent nous avoir repéré par ma faute et se dirigent en notre direction. "Ha! Justement on vous cherchait. Nous sommes désolés mais..." Je soupire et raccroche. "N'en dites pas plus." Immobile comme un piquet. "Je peux?" Ils hochent la tête, me font signe de les suivre. Ils retirent doucement le drap du corps froid de Milan et j'hoche la tête, ne sachant quoi dire puis pose mon regard sur eux avant de le rediriger vers les yeux fermés de l'italien. Dire que ça va être mon rôle de prévenir la Mama. Je ne sais même pas comment cette dernière va réagir à cette nouvelle. Elle serait capable de m'accuser pour une mort que je n'ai même pas provoqué. "Vous pouvez nous laisser s'il vous plait?" Je ne sais même pas pourquoi ils sont venus si rapidement ici. Normalement il devrait rester un peu dans la chambre avant de l'embarquer ou alors il était tellement seul qu'ils se sont dit "à quoi bon? Autant le ranger dans sa boîte maintenant." C'est fort probable.

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮


I will not try to convince you to love me, to respect me, to commit me. I deserve better than that; I AM BETTER THAT THAT... Goodbye.
- Steve Maraboli
Invité
Invité
Anonymous


Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Mer 26 Sep - 18:53










Le noir m’englobe et j’ai soudain très froid alors qu’il y a quelques minutes j’étais animé par la colère et la jalousie qui me rendaient une nouvelle fois fiévreux. Je suis couché sur le sol froid de la morgue, le pire endroit qu’il puisse exister. Je ne sais si je tremble de froid ou de peur mais au fond de moi, je n’ai plus aucun espoir et mon imagination commence à me jouer des tours. Je prie pour que Jaxson reçoive mon message à temps, qu’il ne me laisse pas là alors que j’ai été plus qu’ingrat avec lui la panique me rongeant de l’intérieur. J’ai peur et j’ai terriblement besoin de lui. Je commence à gémir son prénom. Un murmure qui casse le silence pesant de cet endroit. Je me roule ne boule, tel un fœtus dans le ventre de sa mère. Et puis soudain de la lumière, sa voix résonne et je redresse la tête aux aguets.

« Bébé ? » je murmure, peureux. Est-ce mon imagination où est-ce qu’il est vraiment là ? Je cligne plusieurs fois des yeux et je distingue deux silhouettes. La pénombre reprend le dessous lorsque les portes se referment derrière Louis et Jaxson. Trop perturbé parce qu’il est en train de m’arriver en ce moment, je n’ai pas pensé à les prévenir qu’elle se refermerait seule. Je renifle. J’entends la voix de Louis :
« Ici ! » une voix faible et chevrotante. Je tente de me redresser mais je suis paralysé. Je ne vois rien. Je suis en train de vivre l’expérience la plus traumatisante de toute ma vie. Et soudain je hurle lorsque je sens quelque chose me toucher l’épaule : Louis. « Oh putain ! » Je me redresse. Et je serre Louis dans mes bras, tremblant. Je veux Jaxson mais je ne le vois pas. Je veux juste de la chaleur humaine pour contraster entre ces corps froids qui nous entourent. Je le relâche lorsqu’il allume sa lampe de poche. Je cherche Jaxson des yeux mais je ne le vois pas, elle m’aveugle cette lumière. D’autres personnes entrent et tout va très vite. Louis se lève et je me réfugie comme un petit animal apeuré dans les bras de Jaxson « Pardon, bébé, pardon… » Mon corps ne cesse de trembler, je ne sais même pas comment je parviens à tenir debout. Mon regard se tourne vers Louis qui observe un mort. Mes tremblement s’arrêtent et je serre la main de Jaxson dans ma main. Milan est passé outre. Une boule se loge dans ma gorge. C’est injuste. C’est ma faute. J’aurais dû rester avec lui ! Je m’approche de Louis sans lâcher la main de Jaxson. Les yeux remplis de larmes, cette fois de tristesse, regardent l’épaule de Louis avant que je pose ma main dessus.

« Je suis désolé. »

Je me sens honteusement coupable. J’ai les tripes à vifs. Je tourne la tête et je vois le beau visage de Milan, livide, sans vie. Il a l’air de sourire en coin, comme la canaille qu’il était. C’était particulier entre lui et moi, une attirance interdite. Je déglutis. Je ne m’attendais pas à le voir dans cette état et une partie de moi me dit que ce n’est pas possible, que Milan est dans son lit, qu’il va bien. Que je n’ai en face de moi qu’un sosie parfaitement identique du vrai Milan.

« Je crois qu’il vous a demandé de sortir, il me semble ? Vous pourriez avoir un peu de respect et avoir honte de lui présenter son ami de cette façon ! » dis-je furieux tout en chuchotant, en tirant Jaxson derrière moi. Je marche derrière les médecins pour les inciter à sortir. « Viens, Bé... Jaxson, laissons le seul quelques instants.. »

(c) DΛNDELION
Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
Jaxson Dostoïevski
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 308
Avatar : James McAvoy
Mes rps :


J'ai arrêté de compter !



Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Dim 21 Oct - 21:17










Jaxson était parti à la recherche de son petit(e) -diva- ami(e) qui s’était réfugié il ne savait où. Jax hocha la tête à la remarque de Louis. Oui souvent c’était aux sous sols mais allez savoir ce que Jason avait bien pu y faire. Il avait dû vouloir partir sur un coup de tête. Le temps de la descente, le barbu avait jugé bon de défendre son petit ami et même si sa religion lui avait inculqué les valeurs du pardon, il avait dû mal à voir Milan comme une pauvre âme perdue et sensible mais si Louis voulait croire en lui, alors Jax le ferait aussi. Une main compatissante sur l’épaule et un petit sourire qu’il lui adressa en signe d’amitié. Eux aussi ça avait mal commencé et aujourd’hui, le mécano faisait confiance en Louis. C’était vraiment un mec bien.

Quoiqu’il arrive t’pourras compter sur moi. Si tu dis que Milan est un mec bien, j’t’crois.

Ils s’avancèrent dans le couloir de plus en plus froid et cette odeur : un mélange de javel et de mort. Jax -même enfant- se rappelait de cette sensation que tous ne sortaient pas vivant de l’hôpital. Cette sensation de frisson dans le bas du dos… Il ne voulait plus jamais retourner dans ces lieux. Il allait chercher Jason et partir aussi vite. Une fois à l’intérieur tout était sombre. Il ne voyait rien. Il tata sa poche et en sortit son téléphone avant d’allumer la lampe.

Bébé ? Il tourna la tête vers Louis. Il est où ce putain d’interrupteur ? Puis soudain il éteignit sa lumière et se mit à hurler dans la pièce. Jaxson haussa les sourcils et quand il alluma de nouveau sa lampe, s’avança vers lui. Jason était là. Sans qu’il n’y comprenne quoique ce soit, des voix se firent entendre derrière eux et Jason se jetta dans ses bras. Il les écarta et les passa autour de lui avant de tirer sa veste et l’enrouler autour de lui pour le réchauffer le plus possible. Il était si froid.

C’est rien. C’est rien. Je suis là. Je vais te réchauffer.

Puis les voix, plus proches encore qui s’avancèrent vers Louis. Et son téléphone. Jaxson n’y comprenait plus rien. Jason lui tenant la main et ce froid qui les faisait tous grelotter. Jax serra les dents une fois que les lumières montèrent à tous les étages. La lumière s’alluma et Jason posa sa main sur l’épaule de Louis. Un immense frisson traversa le corps du mécanicien. Putain… Milan. Il serra les dents et la main de Jason dans la sienne. Putain. C’était tout ce qu’il arrivait à penser. Ils en parlaient même pas deux minutes avant de venir. Son petit ami aurait dû être auprès de lui avant la fin. Pourquoi l’avait-il entraîné à la machine à café ? C’était de sa faute tout ça. Il n’osa même pas regarder le corps. Impossible pour lui de faire face à la mort, lui qui l’avait quasiment vu en face dès son plus jeune âge. Jaxson hocha la tête et suivi Jason jusqu’à la porte, là où ils allaient attendre le retour de Louis après qu’il ait pu faire ses adieux à l’homm de sa vie. Immédiatement une fois dehors, Jaxson attrapa Jason dans ses bras et le serra contre lui. Et si ça avait été lui ? Et si ça avait été Jason ? Aujourd’hui il n pouvait plus vivre sans son petit ami et Louis était dépossédé du sien. Il l’aimait comme un dingue. Il voulait construire quelque chose. Il ne voulait plus se cacher dans une mer de gens, c’était beaucoup trop simple. La vie était trop courte.

Je t’aime. Il déposa un baiser sur ses lèvres avant de le serrer un peu plus contre lui. Je veux pas te perdre. Il allait prier pour Milan. Pour son âme et le royaume de dieu. Il ne pouvait pas imaginer qu’il puisse aller en Enfer. Il le ferait plus pour Louis qu’autre chose. Il l’aimait tellement.

Je pourrais pas vivre sans toi, souffla-t-il dans son cou. Le temps du câlin, il passa les pans de sa veste autour du brun pour l’envelopper de chaleur. Il avait l’air d’avoir si froid.

Il laissa le temps à Louis de faire ses adieux. Il observa les hommes revenir dans la pièce et parler des papiers et de tout ce qu’il y avait à faire. Tant de choses à penser alors que la seule préoccupation était celle d’avoir perdu un être cher. La main de Jaxson serra celle de son petit ami. Il faisait froid dans le couloir, alors il retira sa veste et la posa sur les épaules de son brun.

Ne prends pas froid, souffla-t-il de nouveau. Il a besoin qu’on soit là avec lui, tu penses ?

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮

I'm scared
The closed blinds in my home, see no light or day. I'm scared to face another day, Coz' the fear in me just won't go away.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
Louis Le Roy
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2306
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :

DISPONIBLE (4/5)


- Hibby-Blue #2
- Nell #2
- Fred
- Floyd #2

Bloc notes :




Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le Dim 21 Oct - 23:49










Une main compatissante. Ce moment toujours aussi gênant que ce soit avant ou après le passage dans l'autre monde. Ces demi-sourcils qui se veulent rassurant et compréhensif, ces airs tristes et leurs condoléances qui ne veulent absolument rien dire. Laissez-moi seul, laissez-moi mourir un peu plus au fond de moi. Ce mec qui rigole tout le temps et qui fait comme si tout allait bien, ce mec qui avait dit un l'un de ses meilleurs potes du moment "je joue au con pour oublier les merdes de la vie et pour mieux les digérer comme ce que nous sommes en train de vivre". Et bien ce mec-là, c'est moi. Tous déguerpissent de la salle et je n'en attendais pas moins. Timidement j'attrape la main de ce qu'il reste de Milan, les larmes me montant prêtes à se déverser comme une cascade sur la façade de mes joues. Ma bouche s'entrouvre, prête elle aussi à faire couler un flot de paroles qui malheureusement ne se fera jamais entendre, même si on tend bien l'oreille. Aucun mot ne parvient à sortir, c'est le néant. Tout comme est ma vie à présent. Je le regarde juste comme si un "j'te l'avais dit Billy, qu't'allais crever tôt ou tard" se traduisait dans mon regard, ce même regard qu'un mec en deuil adresserait à son pote toxicomane mort d'une overdose. "J'te l'avais dit". Sauf que je n'avais rien prévu de tout cela, ces règlements de compte, cette tentative de suicide sur les bras à cause de quatre cons fautifs et maintenant ce cadavre. Un soupir. Un hochement de tête. Un au revoir. Oui c'est ce que c'est actuellement, pas un adieu. Tôt ou tard je le rejoindrais. C'est une promesse. J'effleure difficilement sa main avant de la laisser retomber et rebondir contre ce lit de ferraille et me dirige vers la sortie où j'aperçois les deux compagnons à cette affaire. "Passez une bonne soirée vous deux. Rentrez bien. Je vous tiendrai au courant pour l'enterrement." leur dis-je en regardant le sol avant de relever le manteau et ravaler cette faiblesse à en vomir. Les clefs dans la serrure de l'automobile, une route difficile, la conduite est catastrophique surtout lorsque nous n'avons pas toute notre tête. Un coup de frein brusque. Une boîte aux lettres de détruites. Des lettres de fans qui n'arriveront plus au destinataire du nom de Kevin et des lettres qui n'arriveront malheureusement jamais au nom de Milan. Milan Joplin. Mon passé. Mon présent. Et mon futur. Au plus profond de mon être.

(c) DΛNDELION

╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮╰⊱♥⊱╮


I will not try to convince you to love me, to respect me, to commit me. I deserve better than that; I AM BETTER THAT THAT... Goodbye.
- Steve Maraboli
Contenu sponsorisé


Re: L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon], le

L'Election des Drama Queen : la finale [ft. MiLouJazzon]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-