Partagez| .

New favorite memory | Kate


Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


New favorite memory | Kate, le Jeu 12 Juil - 23:27

 
New favorite memory

Arrivé en bas de mon immeuble, je monte l'escalier quatre à quatre pour gagner du temps sur les deux étages. L'ascenseur est lent au possible et je n'ai pas de temps à perdre. Dans l'appartement, mon colocataire est absent et je n'aurais pas de problème à attendre que la douche se libère. Mon costume fini dans sa housse, j'irais le porter au pressing lundi, et je me déshabille pour me jeter sous la douche. Aussi bien par réflexe que par envie, je m'en tiens à la douche militaire. Pas plus de trois minutes et on savonne le corps et les cheveux en même temps. Une fois lavé, je me dépêche de me rhabiller d'un pantalon de treillis beige, d'un t-shirt gris foncé et d'une chemise de même couleur que je laisse ouverte pour cacher mon pistolet que je me raccroche à la ceinture par réflexe après l'avoir récupéré dans mon placard où je le cache quand je suis à mon domicile.

Une fois prêt, je quitte l'appartement en trombe en prenant à peine le temps de verrouiller la porte et fonce dans la rue à la recherche d'un taxi. Le dimanche après-midi, il n'y en a pas beaucoup qui tournent à la recherche d'un client mais je fini par en trouver un qui accepte de me ramener jusqu'à l'église où je retrouve mon vieux Tahoe à l'endroit où je l'ai garé ce matin. Le coin est désert, il n'y a plus que moi à cette heure-ci mais ça ne m'empêche pas d'afficher un large sourire lorsque je démarre pour retourner chez Kate. Je n'ai aucun mal à retrouver son immeuble et me gare en face dans la rue.

- Bon, maintenant trouver leur appartement.

Je descend de voiture et traverse la rue après un regard de chaque coté et remonte l'allée vers l'immeuble. A la porte, j'ai de la chance car un homme sort pour promener son chien. Nous échangeons un salut avant que je ne le remercie quand il me tient la porte. J'entre et me plante devant les boites aux lettres pour chercher les noms de Kate et Théo. Je fini par les trouver au 3ème étage et pousse plus loin à la recherche de l'ascenseur ou de l'escalier. Quelques minutes plus tard, je suis devant leur porte et sonne un coup bref. Ce n'est qu'en portant mes mains à mes hanches que je réalise que j'ai emmené mon .45 et qu'une arme à feu avec un gamin dans les parages n'est pas une bonne idée. Kate risque de ne pas apprécier mais de toute façon il faudra qu'elle finisse par s'y faire si on veut reconstruire une relation entre nous. Mon boulot m'impose d'avoir une arme à la ceinture et au Texas c'est monnaie courante alors j'espère qu'elle finira par l'accepter. J'espère surtout que Théo ne s'y intéressera pas car je ne le laisserais pas le regarder de trop près. Je suis encore en train de me traiter d'âne à cause de l'arme à ma ceinture lorsque j'entends le verrou de la porte claquer.
Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Ven 13 Juil - 12:05

 
New favorite memory

On rentre et on se met devant les dessins-animés. Aujourd'hui, je n'ai pas très envie, j'avais l'esprit trop occupé par ce que nous avions vécu dans l'après-midi. J'étais un peu rêveuse, et Théo l'avait remarqué à plusieurs reprises. Il m'avait secouée tant et tant pour me ramener à la réalité que je n'avais même pas réussi à piquer du nez et m'endormir comme j'en avais besoin.

Maman était restée, au cas où et pour une fois, je n'avais pas eu la force de la chasser de l'appartement. Je ne bataillais pas non plus quand elle m'envoyait prendre un bon bain, pendant qu'elle et mon fils préparaient je ne sais quoi pour le dîner de ce soir. Je me détendais dans l'eau, et je crois bien être restée endormie une heure, quand la sonnette de la maison retentit brièvement. Je sortais en trombe en me disant que c'était probablement Neil et m'habillais rapidement. J'entendais maman se déplacer et ronchonner après Théo, qui apparemment avait tenu à ouvrir la porte. Il était juché sur une chaise quand je sortis en peignoir, afin d'essayer d'en ouvrir le verrou :

-Théo... Je t'ai déjà dit cent fois de ne pas aller ouvrir la porte sans vérifier qui est là... De toute façon, il fallait attendre mamy!
-Mais maman... C'est forcément Neil, il a promis qu'il viendrait...
-Cela peut-être Neil comme quelqu'un d'autre... Maintenant, tu descends de cette chaise et tu vas aller réfléchir quelques secondes sur ton lit... Mamy va s'en occuper le temps que je me change...

Je me séchais rapidement les cheveux à l'aide d'une serviette, passais des vêtements propres mais plus ordinaires, pantalon et un t-shirt, le moins vieux de ce qui me restaient dans le placard. Quand j'en constatais la garde-robe, je soupirais en me disant que je n'avais même plus un haut "correcte" à me mettre, juste des vieux t-shirt élimés. C'est la première fois que je regrettais de ne pas pouvoir me faire un peu plus jolie pour quelqu'un. Mais je ne voulais pas me le permettre pour ne pas trop taper dans nos finances. Je me promettais d'y réfléchir un peu, plus tard, et attachais mes cheveux en une queue-de-cheval simple.

Pendant ce temps, Théo était parti bouder dans sa chambre, persuadé que j'avais été injuste et que c'était sûr qu'il s'agissait de Neil. Je voulais lui apprendre à ne pas se mettre en danger. On ne sait jamais qui se trouve derrière une porte, et même si on le savait, on ignorait souvent les intentions des gens. Je ne voulais pas exposer mon fils à cela, et plus tôt il apprendrait à se préserver aussi, mieux ce serait. Maman avait rangé la chaise, et elle avait ouvert à Neil, qui se tenait désormais dans le petit salon qui nous servait également de cuisine salle à manger, et pour moi, de chambre, quand la nuit tombait.

Je souris à Neil en le voyant dans le salon, et entendis remuer dans la chambre de Théo. La porte s'entrouvrit et j'entendis mon fils demander tout bas :

-Maman... c'est Neil? Est-ce que je peux venir maintenant...


Il me fallut toute la force du monde pour ne pas craquer, je devais me montrer ferme, même si je voulais lui faire plaisir en l'autorisant à venir voir Neil. Je ne le fis pas, et tins bon, même si c'était compliqué :


-Retourne réfléchir un peu, je t'appellerai quand tu pourras venir... Ce n'est pas aux enfants de décider à la place des adultes...

Je revenais vers Neil et mon sourire s'en retrouvait diminué par la gêne, vous savez, celle que les parents ont dans les supermarchés, quand ils doivent gronder leurs enfants qui font un caprice mais qui ont peur de passer pour des bourreaux d'enfants :

-Désolée... Il fallait que je le fasse...
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


Re: New favorite memory | Kate, le Ven 13 Juil - 14:06

 
New favorite memory

C'est Chelsea qui m'ouvre et je suis content de voir qu'elle est restée car Kate a peut-être pu se reposer ainsi. Elle m'ouvre la porte en grand et m'invite à entrer dans l'appartement. Je m'attendais à trouver Théo à l'affut mais pas de trace de l'enfant lorsque j'entre.

Chelsea - Entre Neil !
- Merci madame.


Je m'arrête dans le salon pendant que Chelsea ferme la porte et remet un tour au verrou. Lorsqu'elle me rejoint, elle engage la conversation en me reprochant encore une fois la même chose.

Chelsea - Tu ne penses pas que tu as passé l'âge de m'appeler madame ?
- C'est plus fort que moi, je suis vraiment désolé.
Chelsea - Quand tu étais un gamin ça passait mais maintenant...
- Je vais essayer.
Chelsea - Appelle moi au moins par mon prénom si tu n'arrives pas à me tutoyer.
- D'accord.


Kate fini par nous rejoindre et la voir sourire simplement en me voyant me donne envie de vivre comme jamais. Je n'entends pas tout de l'échange entre elle et Théo mais je me garderais bien d'intervenir de toute façon. C'est son fils et je n'ai aucun droit de m'immiscer entre eux même si j'en avais envie et c'est à elle de décider comment éduquer Théo. Pour ce que j'en ai vu, elle fait de l'excellent travail et je n'ai strictement aucune expérience de l'éducation des enfants alors je me vois mal lui donner des leçons. Lorsqu'elle s'excuse d'avoir puni son fils, je lui rétorque le fond de ma pensée en posant ma main sur le holster de mon pistolet comme j'ai l'habitude de le faire lorsque je discute.

- Tu n'as pas à t'excuser, c'est ton fils, tu décides. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais il y a certainement une bonne raison derrière tout ça.

Je ne cherche même pas à savoir ce qui a pu la pousser à punir son fils puisque de toute façon ça ne me regarde pas. Par contre, ce qui ne me regarde pas forcément mais que je veux savoir c'est si Kate s'est enfin reposée un peu ou pas. Je me décale de quelques pas vers Kate en enlevant la main de mon holster et la questionne à ce sujet.

- Tu as pu te reposer un peu ?

Je pense que oui car elle a vraiment meilleure mine que tout à l'heure et je préfère la voir comme ça.
Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Ven 13 Juil - 18:16

 
New favorite memory

Je ne peux m'empêcher de détailler la moindre ride d'expression sur son visage, mais sa manière de poser sa main sur quelque chose qu'autre que sa hanche fit dériver mon regard sur la forme que je pensais deviner sous la chemise. Je fronçais aussitôt les sourcils, en me disant que j'avais probablement mal regardé. J'essayais de relever le visage vers le sien et me sentais tellement soulagée de ne pas lire de réprobation dans son regard que j'occultais quelques secondes l'ombre que j'avais cru reconnaître.

J'étais encore là en train de le fixer dans le blanc des yeux, en étant comme paralysée par sa présence dans mon propre salon, quand je compris que je manquais à tous mes devoirs d'hôtesse. Je lui fais signe de venir s'installer sur le canapé clic-clac avec maman avant de me décider à lui répondre. S'il ne voulait pas, il pourrait toujours prendre une chaise autour de la table. À vrai dire, cela aurait été bien plus simple de faire ainsi :

-Oui, ne t'en fais donc pas pour ça... Maman y a veillé..., fis-je comme une ado rebelle un peu blasée de se faire dicter sa conduite par sa parentèle.

Je me relevais finalement et proposais :

-Tu veux un truc à boire ? Je n'ai pas de boissons alcoolisées, juste du jus de fruit, et du sirop, sinon, café, thé ou... De l'eau...

Je cherchais des biscuits dans le placard et tombais sur la boîte décorée par Théo cette après-midi même avec maman. Moi qui croyais qu'ils préparaient le repas de ce soir... J'en fus touchée et ne me retournais pas tout de suite, en touchant du bout des doigts le petit cœur de Théo au feutre, et son "maman je t'aime" écris de ses propres menottes. Il est vrai qu'en temps normal, la boîte ne payait pas de mine, puisqu'elle était en plastique simple, un vieil emballage récupéré pour son aspect pratique. Ils l'avaient transformé en truc de présentable, probablement en se disant que j'aurais moins honte de la présenter devant Neil.

Mes épaules remuèrent bien malgré moi et j'appelais d'une voix chevrotante :

-Théo... Tu peux sortir de ta chambre...

Je frottais mes yeux du plat de la main, et ramassais les dernières traces de larmes sur mes joues avant de me tourner. Il traînait un peu du pied, bien décidé à faire du boudin pour se venger un peu, mais il se rappelait que Neil était là et couru vers lui rapidement :

-J'avais raison ! C'était bien toi ! Je le savais que c'était toi!!!,s 'écria-til tout fou en sautillant sur place comme après qu'un joueur de foot ait marqué un but.

Il sauta sur les genoux de Neil sans lui demander son avis, et se posa là, comme si c'était totalement naturel. Je n'avais jamais vu mon fils agir ainsi avec qui que ce soit. Il l'avait vraiment en admiration.
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


Re: New favorite memory | Kate, le Ven 13 Juil - 23:14

 
New favorite memory

Je suis content de savoir qu'elle a pu se reposer et je fais confiance à sa mère pour y avoir veillé. Je me retrouve assis sur le canapé avec Chelsea pendant que Kate me demande si je veux boire quelque chose. Je n'ai pas spécialement envie de boire de l'alcool et un café fera parfaitement l'affaire. Ca ne m'empêchera pas plus de dormir que mon état actuel. Je suis bien trop heureux d'avoir retrouvé Kate pour arriver à dormir ce soir quand je serais rentré à l'appartement.

- Je veux bien un café, s'il te plait.

Je la regarde aller à la recherche d'une boite de biscuits et trouve qu'elle met un peu trop de temps. J’hésite à lui demander si tout va bien mais elle fini par se relever après avoir essuyé son visage et hausse un instant les épaules avant d'appeler Théo. J'espère que ce ne sont pas des larmes de tristesse qu'elle vient d'essuyer.

Le gamin arrive en trainant les pieds puis m'accueille avec une joie immense qui me fait rire. Je le laisse me sauter sur les genoux comme si c'était une vieille habitude entre nous. Je suis surpris d'autant de familiarité de sa part mais ce n'est pas désagréable pour autant alors autant le laisser faire. Soudain, il bouge pour se tourner vers moi et vient taper du genou contre mon arme à ma ceinture. Ca l'arrête dans son élan et je le vois baisser les yeux avant d'avancer la main vers mon Kimber.

Théo - Tu as quoi là Neil ?
- Non !


J'ai été un peu trop brusque et Théo s'est figé.

- Pardon. Descend s'il te plait et je t'explique.

Je l'aide à descendre de mes genoux et me redresse pour le regarder dans les yeux de la façon la plus douce, sérieuse et ferme possible. Il faut qu'il comprenne et retienne bien ce que je vais lui dire.

- C'est mon outil de travail et je l'ai souvent à la ceinture. Je veux que tu écoute bien ce que je vais te dire, c'est très important.

Je lève ma chemise et sors doucement mon arme du holster.

Théo - Wah !
- Non Théo. Ce n'est pas un jouet.
Théo - Encore quelque chose que je vais comprendre quand je serais plus grand ?
- Non, plus tôt tu comprendra qu'un pistolet comme ça n'est pas un jouet, mieux ce sera.


Je sors le chargeur de la crosse et le range dans la poche de poitrine de ma chemise. Je tire ensuite la culasse en arrière et fait sauter la cartouche que je laisse toujours dans la chambre avant de l'attraper au vol et de la ranger avec le chargeur.

- Une arme est quelque chose de sérieux et dangereux. Il faut toujours partir du principe qu'une arme est chargée.

Joignant le geste à la parole, je lui explique les vérifications tout en les faisant devant lui. Je regarde l'intérieur du canon depuis la culasse en pointant mon arme vers le plancher puis glisse mon petit doigt dans la chambre pour m'assurer qu'une cartouche ne traine pas dedans. Chacun de mes gestes est précis signe d'un entrainement poussé et maintes fois répété.

- On vérifie visuellement et physiquement qu'une cartouche n'est pas dans le canon. Même comme ça, je considère mon arme encore dangereuse. Je ne vais pas te la confier, même dans cet état mais tu va la regarder et écouter.

Je regarde Kate qui me fusille du regard mais je veux que Théo comprenne bien le danger que peut représenter une arme à feu. Il y a trop d'accidents où des gamins perdent la vie, je ne veux pas que Théo soit un fait divers de plus.

- Il y a deux règles majeures avec une arme pour éviter tout accident. Je t'ai déjà donné la première, toujours considérer une arme chargée. La deuxième est de toujours pointer le canon vers un endroit sur.
Théo - D'accord.
- Je veux que tu me fasse une promesse Théo. Si jamais un jour tu trouve une arme par hasard, ne la touche pas et prévient un adulte.
Théo - C'est promis.


Je remet mon arme en service avec des claquements métalliques sinistres tout en parlant à Théo sur un ton très sérieux qui tranche avec celui que j'avais cet après-midi.

- Je ne plaisante pas Théo. N'importe quelle arme peut tuer et je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose.

Je fini par rengainer mon .45 et rabat ma chemise par dessus avant de parler d'une dernière chose à Théo.

- Certains aiment les armes et les collectionnent. Pas moi. Pour moi, ce pistolet est mon outil de travail comme un mécanicien utilise des clés. Reste loin des armes, tu sera plus en sécurité. Compris ?
Théo - Compris.


Il se fige en me disant ça dans un salut militaire presque parfait.

- Repos soldat ! Viens me faire un calin !

Théo me saute dans les bras en gardant la main aussi loin que possible de mon arme. Je pense qu'il a compris ce que je viens de lui dire et j'espère que ça lui servira.
Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Sam 14 Juil - 2:26

 
New favorite memory

Je pose la boîte de gâteaux sur la table et j'allais préparer le café. J'étais décidée à remercier mon fils pour la boîte, mais il s'était jeté sur Neil avant que j'aie pu faire ou dire quoi que ce soit. Mais au bout de deux minutes, j'entends que Neil fait descendre Théo de ses genoux.

Dans un premier temps, je m'imagine le pire, Neil blessé ou quelque chose dans ce goût-là. Je fronce les sourcils, contrariée, quand il explique à mon fils, je ne sais pas quoi à propos d'un outil de travail. Je sens la moutarde me monter au nez quand je comprends que la forme que j'avais cru voir ou déceler n'était pas le fruit de mon imagination. Si Neil n'était pas en train d'expliquer quelque chose de primordial à mon enfant, je crois que je l'aurais descendu en flèche. D'ailleurs, il faudrait qu'on parle lui et moi, car je crois que certains réajustements seront à prévoir.

Je l'entends expliquer à Théo qu'une arme n'est pas un jouet, que d'ailleurs, c'est un objet très dangereux, qu'il ne faut pas s'en servir n'importe comment. Et ensuite ? Il allait lui apprendre à tirer peut-être ? Je voyais si rouge que je ne puouvais m'empêcher de fusiller mon ex du regard. Si j'avais eu une mitraillette à la place des yeux, pas sûre que ma médaille aurait pu le protéger contre la tornade Kathlyn qui risquait de lui tomber dessus.

Théo est à un âge où il comprend les notions de bien, de mal et des choses à faire ou ne pas faire, alors il est vrai que d'un autre côté, j'étais contente qu'il responsabilise mon fils là-dessus, mais d'un autre côté, une arme à feu n'avait rien à faire chez nous. Qu'elle soit de travail ou pas. J'estimais qu'il aurait dû m'en parler avant de m'imposer son choix à la maison. De plus, même si je savais que ce n'était pas dans ses intentions, j'avais l'impression que Neil avait pris un rôle de père, mais nous n'étions pas un couple et donc je ne lui conférais pas encore cette légitimité d'essayer d'éduquer mon enfant, même si c'est pour son bien. J'avais l'impression qu'il venait de se substituer à mon rôle parental, et je n'aimais pas beaucoup cela, de me faire déchoir de mes propres droits sous les yeux de mon propre enfant.

J'attendais que Neil ait terminé pour déposer une tasse sur la table. Maman me connaissait assez pour savoir que je n'appréciais pas du tout ce qui venait de se produire, et que si un verre ou une tasse tapait aussi fort quand je la posais sur un support, c'était mauvais signe :

-Il faudrait qu'on parle de tout cela tous les deux Neil, tout à l'heure...

J'allais préparer le café en m'agaçant toute seule dans mon coin, puis je me retournais, n'y tenant plus :

-Je n'accepterais pas une arme chez nous une minute de plus... Tu l'as dis toi-même, c'est dangereux... Je ne veux pas de ces choses dans notre sillage, je déteste ces armes barbares, et je doute qu'elles soient réellement nécessaires pour résoudre le moindre conflit... Elles n'apportent que le carnage et la mort là où elles passent.

Je posais une main sur mes lèvres en comprenant que j'étais allée bien trop loin dans mes propos et que je devais l'avoir blessé, surtout étant donné le nombre d'années où il avait dû combattre avec une arme au poing... En dehors du fait que les habitudes ont la dent dure, j'avais probablement sous-entendu sans le vouloir, qu'il n'aurait pas dû aller se battre.

Les choses ne tournaient pas de la manière dont je l'aurais souhaité, pas comme je me l'étais imaginée depuis le début de cette après-midi. Théo nous regardait d'un air anxieux et ne comprenait pas que je me sois montrée si dure avec Neil.

-Tu es méchante, maman!
-Vas dans ta chambre !

Je désignais du doigt sa porte, m'en voulant déjà d'avoir bouleversé Théo. Maman prit le relais et fila dans sa chambre pour le consoler et essayer de lui expliquer les choses :

-Neil... Je... Je me suis laissé déborder...

J'essayais de prendre du recul, mais je venais de me blesser en même temps que lui avec mes propres mots, et il était trop tard pour retirer la balle imaginaire que je venais de lui tirer dessus sans le vouloir. Les mots de Théo m'avaient blessée plus encore, parce qu'il avait totalement raison, et que par impuissance, je l'avais chassé hors de ma vue. Et je l'entendais pleurer dans les bras de sa grand-mère à travers la cloison si fine.
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


Re: New favorite memory | Kate, le Sam 14 Juil - 21:09

 
New favorite memory

Alors que Théo se dégage de mon étreinte, Kate pose une tasse sur la table un peu trop vivement pour que ce soir fortuit. J'ai l'impression que j'ai effectivement dépassé les bornes et que l'orage ne va pas tarder à arriver. Dès que j'ai senti mon arme à ma ceinture avant d'entrer, je savais que c'était une erreur. A sa façon de me dire qu'il va falloir qu'on parle, je sais que ce n'est pas qu'une impression. L'instant d'après, elle me met le nez dans la merde avec un discours que j'ai entendu un nombre incalculable de fois. Ce discours anti-militariste est un grand classique mais avec ce que j'ai vu lors de mes opérations, je ne peux pas y adhérer un instant et je comprend que ça risque de poser un énorme problème entre Kate et moi si on n'en discute pas calmement.

Théo recadre sa mère et il m'étonne à le voir faire ça. Je ne le pensais pas capable de faire ça et je n'ai pas le temps de réagir à cette info que Kate l'envoie dans sa chambre. Chelsea emmène son petit fils et me laisse seul avec Kate dans le salon. Elle me regarde et bafouille ce que je prend pour des excuses. C'est plutôt moi qui devrait m'excuser mais je n'arrive pas à trouver les mots pour lui faire comprendre que je ne veux que leur bien. Mon regard va de la porte de la chambre de Théo à Kate et revient à la porte pendant quelques instants. C'est finalement vers Kate que je me tourne.

- Je suis désolé Kate, tout est de ma faute. J'ai pris mon arme par réflexe en partant de chez moi et c'est seulement devant ta porte après avoir sonné que je m'en suis rendu compte, c'est dur de se débarrasser d'une habitude qu'on a depuis 14 ans... Tu devrais aller voir Théo, je vais te donner mon numéro de téléphone et vous laisser. Tu m'appelleras quand tu voudras.

J'ai remarqué le calepin et le stylo posés à coté du téléphone de l'appartement, je sais déjà où noter mes coordonnées. Je crois que j'ai fait assez de mal pour aujourd'hui et qu'il vaut mieux que je rentre chez moi ou que j'aille faire un tour.

Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Sam 14 Juil - 22:41

 
New favorite memory

Je suis moi-même trop désemparée pour savoir ce qu'il conviendrait de faire. J'ai envie de fuir dans la chambre et de consoler mon petit, mais en même temps, j'appréhendais la réaction de Neil et surtout, je me devais de le laisser s'exprimer. Finalement, Neil me fit des excuses et m'expliquait pourquoi il était ainsi affublé d'une arme, et je me sentais encore plus bête maintenant, en plus de culpabiliser. Il ne l'avait pas fait intentionnellement, il avait de vieux réflexes difficiles à combattre... 

Il me conseille d'aller voir Théo, et c'est ce que je m'apprêtais à faire, mais... Je ne voulais pas qu'il s'en aille... J'étais tiraillée entre l'envie d'aller voir mon fils et l'envie de lui expliquer à mon tour la face immergée de l'iceberg. Je m'avançais d'abord vers Neil et prends sa main dans la mienne, en le suppliant presque tout bas :

-S'il te plaît... Reste.. Et attends-moi là... Je vais voir Théo et maman... Et après, si ça te dit... On ira papoter dehors... Changer d'atmosphère nous fera du bien... Et me calmera probablement...

Je l'implore du regard, mais ne peux pas attendre une minute de plus avant de fondre dans la chambre de Théo. Comme je l'avais prévu, il me fait la tête, me rejette, et à juste titre. Je lui explique quand même que je suis désolée, qu'il avait raison et que j'avais dit des choses que je ne pensais pas sur le coup de la colère. Mon petit garçon restait renfrogné, mais fixait sa grand-mère, comme pour chercher une solution. Maman fit un petit oui de la tête et je le vis se détendre un peu. Il me serre la main et déclare :

-Je te pardonne parce que je t'aime... Mais s'il te plaît maman... Ne sois plus méchante comme ça avec Neil... Je l'aime beaucoup maman... Et lui, il est amoureux de toi, cela lui fait de la peine quand tu cries... Je n'aime pas ça... Et je n'aime pas quand tu deviens méchante... Quand tu deviens méchante, ma maman n'est plus là... C'est...

-C'est comme si quelqu'un avait pris ma place..., complétais-je en voyant qu'il cherchait ses propres mots dans sa tête d'enfant. Je promets de faire attention à l'avenir...

J'étais toujours épatée par mon fils pour sa grande perspicacité, et surtout pour son sens de la justice ou de l'injustice. Nous nous serrions forts dans les bras en pleurant presque l'un avec l'autre et Théo demanda enfin, inquiet:

-Neil n'est pas parti ?, s'inquiéta-t-il.
-Je ne crois pas, mais... Neil, tu peux venir dans la chambre, si tu veux... Dans tout cela, j'avais oublié que je le faisais poireauter dans le salon. Puis je réinterrogeais mon fils, car il m'était important de savoir ce qu'il ressentait. Est-ce que c'est pour cela que tu lui as fait un câlin tout à l'heure, parce que tu l'aimes beaucoup ?

Cette question me taraudait mais elle était passée à la trappe à cause de ma grande colère qui m'avait fait oublier ce beau moment que j'aurais trouvé très émouvant si je n'avais pas été dans cette rage noire qui m'aveuglait. Je pense que si j'y avais fait attention, j'y aurai vu un gage de réussite pour nous trois, dans le futur, et eut une vision de ce que notre bonheur pourrait bien devenir.

Théo hoche la tête, et explique :

-C'est la première fois que je peux faire un câlin à un adulte garçon... Et j'aimerais que Neil soit mon papa...
-Je... 

Je me mettais à genoux devant lui et embrassais ses petites mains :

-Je ne peux rien te promettre... Tu sais Neil et moi... On... On a besoin de temps pour réussir à se reparler comme avant...


En attendant, si une chose était sûre, c'est que Neil était encore là, il n'avait pas fui au premier obstacle, s'était montré patient et respectueux envers nous trois. N'était-ce pas un signe ? Lui, il était resté... Pas Emilio... Mais lui est là... Et il est prêt à être là pour moi, mais aussi pour Théo... Il est prêt à accepter cette donnée qu'il n'avait pas prévue en revenant... Le fils d'un autre... Peu d'hommes étaient prêts à s'engager de la sorte pour la personne qu'ils aimaient. Généralement, ils fuyaient les talons en entendant le mot mère célibataire. Mais lui, il s'accrochait malgré ce que je lui faisais subir depuis cette journée de retrouvailles...

-D'ailleurs, on doit parler tous les deux lui et moi... On va aller se promener et on revient... Tu seras bien sage en mon absence ?

Je dépose un baiser sur son front et caresse sa joue en souriant, et ce n'est que lorsque j'obtins le même sourire et non plus des larmes, que je sortais un mouchoir pour en effacer toute trace sur sa peau métissée. Théo me fit un petit oui de la tête, puis on accrochait nos deux petits doigts en signe d'accord, comme il nous arrivait de le faire parfois. 

Ensuite, je retournais dans le salon, pris Neil par la main, comme pour faire un effort, et l'attirais dehors. Je marchais lentement, avec lui à mes côtés, et je conservais le silence un moment. C'est quand nous arrivions à l'angle de la rue que je me décidais enfin à parler :

-Neil... Tu te souviens du petit parc avec le bac à sable où on aimait s'amuser quand on était tout petit ? J'aimerais bien qu'on y aille pour parler, ça te dit ?

Une fois arrivée là-bas, ce que je vis ne me surprenait pas. Mais je soupirais, blasée de cette vision. Des tas de tags maculaient les jeux, des morceaux de verres et des canettes de bières jonchaient le sol, parmi d'autres détritus, amas de seringues en tous genre:

-Tu vois... ça?! C'est le quotidien contre lequel je lutte pour élever notre fils... Ce n'était qu'un parc de quartier et vois ce que c'est devenu en moins de trois ans... Et ça, ce n'est rien... De plus en plus de mecs armés, se promènent dans les rues le soir, et j'en rencontre même quand je rentre du travail... C'est même pour ça que, même si ce serait plus économique pour moi, puisque je peux avoir un abonnement spécial pour le travail, je prends la voiture pour aller travailler... Je fais tout pour préserver Théo de ce milieu. C'est un peu le milieu dans lequel a vécu son père à une époque. Je pensais l'avoir sorti de ce milieu mais je crois sincèrement qu'il a dû retourner à ses vieux démons. Je ne veux pas de cette vie-là pour mon fils... Tu comprends ? Pas de drogue, pas d'alcool, pas de violence, pas de trafics d'armes... Pas de combats de rue ou de paris clandestins, pas de voitures volées, brûlées, cassées et ramassées le lendemain, pas de braquage à main armée de supérette, pas de femme humiliée par le canon d'une arme sur la tempe pour la persuader de faire un truc qu'elle n'aurait pas envie de faire... Pour moi, les armes, c'est le gros symbole de toute cette misère humaine... Je n'en veux pas chez moi.. Tu as parlé d'un outil de travail... C'est donc ton métier ? Tu vends des armes ?

Je pourrais très bien sortir Théo de ce quartier pour le protéger, mais je ne voulais pas lui faire subir un déménagement, et surtout, je ne pouvais pas me permettre de payer de loyers plus chers. Et c'était ce qu'il y avait de plus pratique pour son rythme de sommeil mais aussi pour le faire garder par maman.

-Je ne te juge pas sur ton métier Neil, il a fallu que tu te réinsères dans le monde du travail, et je pense que c'est ce que tu connais de mieux... Tu vois les armes comme gage de protection... Et ce sont tes convictions, jamais j'essaierai de t'en faire changer... Et cela ne changera pas les sentiments que j'ai pour toi. Je sais en plus que tu ne nous ferais jamais de mal... Mais je t'en supplie... Si tu peux éviter de ramener ça à la maison... S'il te plaît... Fais-le...
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


Re: New favorite memory | Kate, le Dim 15 Juil - 17:38

 
New favorite memory

Je gagne un sursis lorsque Kate me demande de l'attendre pendant qu'elle va voir son fils. Sa proposition est sensée tout en étant très tentante et j'acquiesce silencieusement d'un signe de tête, je l'attendrais le temps qu'il faut puis nous irons nous balader. C'est un programme qui me va très bien alors que je laisse Kate rejoindre son fils dans sa chambre. Je me retrouve seul dans son salon à l'attendre et naturellement, ma main droite vient se caler sur la source des éclats de voix de Kate. Je me fustige intérieurement pour avoir fait à nouveau ce geste habituel et me glisse les mains dans les poches pour ne pas recommencer à poser ma main sur mon Kimber. Je crois que j'ai du boulot à faire sur moi. Des vétérans m'avaient prévenu que le retour à la vie civile était parfois compliqué mais je n'imaginais pas le nombre de problèmes différents que ça peut poser.

J'entends au loin la voix de Kate qui m'invite à venir dans la chambre de Théo. Malgré l'invitation, j'hésite à m'immiscer à nouveau entre eux alors que Kate a une discussion importante avec son fils. Gardant mes mains dans les poches, je viens poser mon épaule contre la cloison et passe juste la tête pour les regarder sans les gêner. La complicité entre Théo et sa mère m'impressionne et me fait peur. Si nous n'arrivons pas à arranger les choses entre Kate et moi, comment va-t-il le vivre ? Je ne veux pas plus faire souffrir Théo que sa mère et je me rend compte que je marche vraiment sur des œufs depuis que j'ai croisé Kate à l'église. L'entendre dire qu'il aimerait que je sois son père me serre le cœur, je n'ai pas le droit de jouer avec ses sentiments et je préfère revenir dans le salon sans rien dire pour attendre Kate.

Quelques minutes plus tard, Kate me rejoint et me prend la main pour m'entrainer dehors. Je marche avec elle en gardant le silence, ne sachant pas comment ouvrir la conversation sans risquer une nouvelle gaffe. Je crois que j'ai fais assez de dégâts pour aujourd'hui en mettant les pieds dans le plat. Lors de mon engagement, c'était plus simple, je savais gérer les situations grâce à mon entrainement mais mes connaissances des relations intimes sont très succinctes et j'en ai énormément à apprendre pour que ça puisse fonctionner entre Kate et moi. Au coin de la rue, elle me demande si je me souviens du petit parc.

- Je m'en souviens, allons y !

J'ai peur de ce que je vais découvrir là-bas mais l'accompagne quand même avec plaisir. Rien que sa présence arrive à me soulager les nerfs et à me rassurer. Arrivés au parc, j'ai l'impression que mes souvenirs ont été massacrés à grand coups de tags et de détritus. J'ai envie de vomir et de hurler mais Kate n'a pas besoin de le savoir. Je suis en train de regarder l'ampleur des dégâts quand elle fait un lapsus et parle de notre fils. J'ai du mal à comprendre. Théo n'est pas mon fils, c'est sur, mais serait-ce parce qu'elle souhaite que je devienne un père pour lui ? Je l'espère en tout cas mais ne le lui fait pas remarquer. A la place, je la laisse vider son sac et écoute attentivement. Je n'ose même pas imaginer les efforts que ça doit lui demander pour arriver à faire tout ça seule. Elle enchaine ensuite sur mon habitude à porter une arme et me demande si j'en vends.

- Il y a bien assez de vendeurs d'armes comme ça et bien assez d'armes en circulation.

Je la regarde pour qu'elle puisse lire dans mon regard que je ne suis pas en train de la baratiner.

- Je suis instructeur de tir. J'apprends aux gens à savoir tirer mais surtout à savoir quand ne pas tirer. Pour moi, un bon tireur n'est pas celui qui met sa balle dans la cible, un bon tireur est celui qui réfléchit avant d'appuyer sur la détente.

Je passe derrière elle et la prend dans mes bras en posant mes mains sur son ventre.

- Je ne peux pas laisser mon arme dans la voiture quand je viendrais vous voir mais je peux t'amener une boite en métal qui ferme à clé pour l'y mettre en sureté si ça peut te rassurer. Je ne veux que votre bonheur à Théo et toi. Je m'en veux de t'avoir fait du mal aujourd'hui.

Je lui dépose un léger baiser sur le haut du crane avant de continuer à lui parler pour lui demander son aide.

- Je suis très nul en relations intimes, je vais avoir besoin de ton aide pour que ça puisse fonctionner entre nous. Je ne veux pas vous blesser Théo et toi. J'ai besoin de toi.

Le double sens de ma dernière phrase est lourd de signification pour nous deux et j'aimerais pouvoir le lui dire plus clairement mais j'ai peur de lui avouer que je ne me vois pas vivre sans l'avoir dans ma vie. Peur qu'elle me prenne pour un dingue et décide de me sortir de sa vie au plus vite pour limiter les dégâts.
Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Lun 16 Juil - 16:01

 
New favorite memory

Je n'aurais jamais vu Neil vendre des armes ou faire quoi que ce soi d'illégal, mais je ne devais pas oublier pour autant que nos passés respectifs comportaient plusieurs zones d'ombre et j'ignore tout de ce qu'a été le quotidien de mon amour. Oui, il était toujours mon amour, je le voyais toujours comme tel, et il n'avait pas cessé de l'être et c'est pour cette raison que j'avais toujours été incapable d'ouvrir mon cœur à un autre. 

Il me soulage, un bref instant, quand il me dit être instructeur de tir. Cela aurait pu être pire. Je ne voyais aucune raison de remettre en cause sa parole, alors même son regard n'avait pas besoin de me convaincre, mais le sentir aussi envieux de me faire comprendre qu'il l'était, c'était pour moi une preuve, même si elle était non-dite, qu'il cherchait à tout prix à regagner mon cœur, à se racheter auprès de moi. Il n'avait pas encore compris à quel point, il n'avait pas besoin de le regagner puisqu'il lui était déjà, mais je trouvais cela mignon qu'il ne le prenne pas pour acquis. Il n'avait pas encore compris, à quel point, il était déjà pardonné pour les années passées et futures parce que... C'était juste... Lui, et ça ne serait personne d'autre. D'un autre côté, il cherchait à me prouver qu'il était prêt à tout pour moi et à se montrer digne de ce que nous avions été et de ce que nous pourrions être. Il n'avait pas compris qu'il l'était déjà... Et tout cela était de ma faute. Tout cela parce que je lui tenais la dragée haute, tout ça parce que... Pourquoi ? Parce que j'étais probablement tellement idiote que je ne voulais pas laisser mes barrières se baisser et tomber les murs qui encerclaient mon cœur. Pourtant, sans forcer, il gagnait toujours plus de terrain. Parce que je ne pourrais jamais lui être indifférente. Je l'aime. Quoi qu'il dise, ou quoi qu'il fasse ne pourrait rien y changer. J'avais juste envie de lui hurler tout ça, de l'embrasser, de lui dire qu'on avait plus de temps à perdre à cause de mes conneries, mais je restais paralysée au fond de moi à cause de toutes ces années où je n'avais pas su faire le deuil de notre histoire. 

Comment rouvrir un chapitre quand un autre n'était pas fermé, soldé. Je ne savais même pas comment faire pour que cela se produise. Comme lui, j'étais dans une impasse, sauf que je n'arrivais pas à le formuler. Au lieu de cela, il m'était plus facile de m'insurger sur son métier que je n'appréciais pas beaucoup plus et sur lequel de toute façon, je ne pouvais ni ne voulais avoir de contrôle. Je devais soit l'accepter, soit le fuir. Et je n'avais certainement pas envie de cette dernière option. Encore moins quand il me serre ainsi dans ses bras, encore moins quand ses mains se posent sur mon ventre et que je me surprends à m'imaginer enceinte de lui, et lui en train de caresser un ventre plus rond qu'un ballon de football. Je frissonnai, sursautais un peu, presque, parce que je suis surprise de ce geste, et que je n'y suis plus habituée. J'acceptais déjà très mal les marques de tendresse de ce genre quand il arrivait à Emilio de m'en témoigner. Mais Neil, ce n'était pas un étranger. Neil, c'était juste tout simplement toute ma vie.

Je ne voulais pas repousser mon amour, surtout quand il me rassurait sur sa vision des choses et sa façon de faire, surtout aussi, quand il cherchait une solution qui pourrait nous convenir à tous les deux au sujet de cette maudite arme. J'essayais de prendre cette idée en compte, et j'avais du mal à l'accepter, mais de toute façon le mal avait été fait, et je voulais moi-même aller vers lui, avec ce compromis. Parce que le problème dans l'avancée de notre relation, ce n'était pas Neil, mais bien moi qui freinais des quatre fers, qui ralentissait tout. Il fallait absolument que j'aille vers lui comme il allait vers moi. Je serrais doucement mes bras contre les siens en soupirant :

-Je pense que c'est une bonne idée... La boîte... Et tu n'as rien fait de mal... C'est moi qui suis responsable de tout ça. Je pars bien trop vite dans les tours... Et y' a que toi qui arrive à me sortir de mon apathie et de mes gonds comme ça... Je peux te dire que c'est bon signe... Je crois bien que... que c'est la première fois, mis à part depuis l'accouchement de Théo et mais à part avec ma famille, que je me laisse aller à autant d'émotions en 14 ans... C'est aussi pour cela qu'il ne comprend pas pourquoi je suis comme ça avec toi. Il ne m'a jamais vu exprimer ouvertement certains sentiments envers des personnes en dehors de la famille. J'ai dressé trop de piques sur ma carapace... 

J'espérais que cela l'aidait, comme il l'avait réclamé, car s'il y avait bien une chose qui pourrait l'aider, c'est de comprendre comment je fonctionnais à présent, non ? 

-Je dois faire des efforts... Pour que ça puisse fonctionner entre nous... Te donner les clés qui permettent de me comprendre. Je dois me montrer plus démonstratives mais ce n'est pas encore dans mes cordes... Il n'y a qu'une chose que tu puisses faire pour l'instant... Continuer à faire partie de nos vies, à nous aimer, et à être patient mon... Mon Neil... 

Je me tournais pour lui faire face, et demandais :

-Je veux que tu me prennes dans tes bras, je ne suis pas plus douée pour les relations intimes et je crois qu'on ne pourra qu'avancer ensemble, mais qu'il faut que j'accepte de retirer ses piques une par une. Et je suis prête à le faire.. Parce que j'ai... J'ai besoin de toi mon... Mon Neil...

Je détournais le regard, c'était bien à moi d'œuvrer pour qu'on puisse s'en sortir et qu'on arrête de se blesser. J'avais aussi à cœur de tenir ma promesse à Théo, ne plus me montrer méchante avec Neil :

-Je... J'aimerais te voir le plus souvent possible dans nos vies...Surtout pas que tu t'en éloignes, et je vais essayer de ne plus nous blesser tous les trois. Je l'ai promis à Théo, et pour l'instant, je ne lui ai fait que du mal alors que ta présence au contraire lui fait beaucoup de bien. J'ai l'impression qu'il est plus heureux encore. Je voudrais que tu aies ta place entre nous... Et c'est pour cela que même si c'est dur pour moi de faire ça... Si jamais tu dois lui apprendre des choses ou lui faire des remontrances, je te donne le feu vert... Mais il faut qu'on fasse ça ensemble, pas l'un contre l'autre. Qu'on prenne le temps d'en discuter, comme des parents...

Je n'arrivais toujours pas à l'appeler mon amour, car ce n'était pas dans mes cordes, mais je venais de lui donner pourtant une grosse preuve entre les mains, en lui accordant le droit d'exercer une certaine autorité sur Théo. 
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


Re: New favorite memory | Kate, le Lun 16 Juil - 22:42

 
New favorite memory

Je n'aime pas la voir s'accabler de reproches, nous sommes tous les deux fautifs à ne pas savoir comment nous comporter et je crève d'envie de pouvoir l'aider à surmonter ses réticences. L'entendre m'appeler comme étant son Neil me donne le sourire même si sa façon d'hésiter en le disant me semble cacher autre chose. J'aimerais tirer ça au clair mais je ne veux pas la brusquer ou lui forcer la main. Il faut qu'on avance petit à petit, pas à pas, pour arriver à faire en sorte que ça puisse marcher entre nous et que ma vie rejoigne celle de Kate pour le plus longtemps possible.

Lorsqu'elle se tourne face à moi, je la sers un peu plus fort pour tenter de la rassurer et lui faire sentir mon support. Elle m'assène un nouveau choc lorsque je l'entends me donner le feu vert pour participer à l'éducation de son fils. J'ai compris à quel point Théo est important pour elle et je comprend très bien qu'elle me fait totalement confiance en me disant ça. J'ai déjà ma place dans sa vie même si elle ne me l'a pas encore avoué. Je la sers contre moi et lui parle doucement tout en lui caressant le dos.

- Je ne veux pas de place entre Théo et toi, je veux une place à vos cotés. Je veux vous aider, pas prendre en partie ta place. Il y a un autre problème, je n'ai jamais élevé d'enfant et je ne me vois pas te donner des conseils ou faire mieux que toi. Théo est ton fils, ta voix aura toujours le dessus sur la mienne s'il s'agit de son éducation.

Même avec son accord, je ne vois pas ce qui pourrait m'autoriser à penser que je ferais du meilleur travail qu'elle à élever Théo.

- Je t'aime Kate, n'en doute jamais, et on y arrivera tous les deux, ensemble.

Si on se sert les coudes et qu'on arrive tous les deux à lâcher du lest, il se pourrait bien que notre histoire arrive à renaitre pour devenir quelque chose de solide.

Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Hier à 1:42

 
New favorite memory

J'essayais d'exprimer quelque chose à Neil, mais je m'emmêlais les pinceaux, ce qui fait que j'avais l'impression que la communication ne passait absolument pas, ou pas comme je l'aurais voulu. Je me sentais le besoin de lui ré expliquer à quel point, je le voulais moi aussi à nos côtés :

-Neil, j'ai beaucoup de mal à t'expliquer ce que je ressens... Ce que je veux te dire, c'est exactement ça. Que je veux que tu sois à nos côtés, et pas en retrait. Je veux que... Mais tu fais déjà...

Et plus j'essayais de le dire avec des mots et pire, c'était. Je voulais qu'il se sente intégré, et pas celui qui est juste spectateur des choses :

-Neil, tu es déjà des nôtres à mes yeux, et aux yeux de Théo et de maman... Je crois bien même que maman t'as accepté dans le cercle dés votre première discussion... Si tu n'as pas remarqué ses petites manigances... Bref, je veux dire, je sais que je peux être très fusionnelle avec Théo et que je ne laisse pas approcher grand monde de lui et qu'il serait temps que je te permette de prendre ta place, en te laissant un peu les rennes.


Je suis un peu énervée de l'entendre dire cela sur l'éducation de mon fils, mais j'essaie de me radoucir :

-Neil, ne dis pas ça... Tu sais, je n'avais jamais élevé d'enfant non plus avant... J'ai appris sur le tas, et tu apprendras sur le tas... Et le seul moyen de le faire, c'est d'y être confronté... Car y'a pas de mode d'emploi ou de protocole particulier à suivre... C'est une aventure nouvelle chaque jour qui passe.

Peut-être que je lui avais cédé trop de responsabilités d'un seul coup vis-à-vis de nous. N'allais-je pas l'effrayer ?

-Ce n'est pas parce que tu n'as pas élevé d'enfant que tu ne peux pas être de meilleur conseil... Parfois, une autre vision des choses apporte plus de clarté... La manière dont tu lui as expliqué, pour l'arme... Je n'aurais jamais su le faire moi... Je serais juste restée sur mes positions et je n'aurais pas appris cette leçon que tu lui as apprise... Tu vois ce que je veux dire ? Toute idée est bonne à prendre. Et tu m'as dit que tu m'aiderais si j'ai besoin de toi... Et bien, c'est comme ça que j'ai besoin de toi...

Je me serrais fort contre lui :

-Je t'aime aussi Neil... De tout mon cœur. Et je ne doute pas de ce que tu ressens pour moi... Sinon tu serais déjà parti en me voyant avec le fils d'un autre... On... On devrait probablement rentrer... Ils vont s'inquiéter sinon... Tu veux bien ?

Je prends sa main dans la mienne et souris un peu et pour dédramatiser un peu tout ça, je me surprends à dire :

-À l'heure qu'il est... Ton café doit être archi froid... Je vais t'en refaire un autre... Sauf si.... Tu as mieux à faire...

Je marche à nouveau avec lui, en direction de chez nous, et demande :

-Neil... Où habites-tu, maintenant ? Et comment as-tu fait pour savoir dans quel appartement on habitait ? Je n'ai pas pensé à te le dire tout à l'heure quand je suis partie voir les dessins animés avec Théo.
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Neil Woodman
Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way!
avatar
Inscrit le : 15/06/2018
Messages : 505
Avatar : Alex O'Loughlin
Crédits : Yenko
Date de naissance : 12/05/1987
Mes rps :
Disponible
La liste est ici

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Yenko
• ÂGE : 39
• BLOC NOTE :


Re: New favorite memory | Kate, le Hier à 14:11

 
New favorite memory

La communication entre nous est compliquée et je n'aime pas ça. J'ai peur que ça finisse par nous séparer pour de bon même si je ne devrais pas craindre cela vu la tempête que nous venons de traverser aujourd'hui. J'avais mal compris ses paroles et me voilà rassuré. C'est bien avec eux qu'elle veut me voir et pas entre elle et son fils. Je vais devoir improviser bien plus que je ne l'avais imaginé avec ce retour à la vie civile et cela me fait presque peur. J'ai conscience que mes choix auront un impact sur la vie d'un enfant qui n'a rien demandé et je n'ai pas intérêt à déconner. C'est une responsabilité énorme qui pèse sur mes épaules désormais et qui n'est pas si différente de ce que j'ai connu au combat en commandant mon unité. Je sais comment gérer la pression de ce genre de responsabilité et pour Kate, je suis prêt à tout encaisser de toute façon.

L'entendre me dire qu'elle m'aime aussi et qu'elle ne doute pas de mon amour pour elle me rassure et me donne le sourire. C'est tout ce que j'ai besoin d'entendre de sa part et je saurais m'en contenter pour l'instant. Je préfère qu'on prenne notre temps pour solidifier les bases de notre relation et faire en sorte que l'on résiste à tout. J'aimerais qu'elle puisse voir le sourire que j'affiche en ce moment mais je n'ai pas envie de la voir quitter mes bras pour autant. Lorsqu'elle sonne l'heure du départ, j'aimerais prolonger ce câlin encore un peu mais elle a raison.

- Rentrons.

Je prends sa main avec plaisir et l'accompagne pour rentrer à son appartement. Je ne me fait pas de soucis pour le café, même réchauffé il ne pourra pas être pire que le jus infect qu'on avait sur certaines bases et qu'on osait à peine qualifier de café.

- Ne t'inquiètes pas pour le café. Un coup au micro-ondes et ça fera l'affaire. J'ai connu pire qu'un café réchauffé et je n'ai rien de mieux à faire.

Ses interrogations suivantes sont légitimes et je ne lâche pas sa main un instant pendant que je lui répond.

- J'habite à 5 minutes en voiture. Je suis retourné dans la rue où j'ai grandi. Je suis juste trois immeubles plus haut dans la rue. Pour ton appartement, j'ai improvisé. J'ai cherché vos noms sur les boites aux lettres en bas et une fois que j'avais l'étage ce n'était pas difficile de trouver. J'étais prêt à faire toutes les portes une par une jusqu'à ce que je vous trouve de toute façon.

Ce n'est qu'en entrant dans le hall de l'immeuble que je lâche la main de Kate pour la laisser entrer avant moi. Je la suis jusqu'à l'appartement et entre à sa suite pour tomber sur Théo qui nous attend silencieusement sur le canapé. Je m'éloigne de Kate alors qu'elle ferme le verrou derrière nous et vais m'asseoir à coté de Théo dans le canapé. L'enfant ne me quitte pas des yeux et fini par lâcher un petit conseil qui pourrait bien m'être utile.

Théo - Tu sais Neil, c'est pas parce que je suis là qu'il faut que tu t'éloigne de maman.

Ce gamin est loin d'être bête et il a de la suite dans les idées, je remarque Chelsea qui se retourne pour ne pas afficher son hilarité.

- De quoi tu parles bonhomme ?
Théo - Je vous ai vu par la fenêtre, tu lui tenais la main.
- C'est vrai.
Théo - Ca veut dire que tu vas être mon papa ?
- Ca veut dire qu'on y travaille avec Kate mais je ne peux rien te promettre pour l'instant.
Théo - C'est mieux que rien ! Je peux te faire un câlin ?
- Pourquoi tu demandes ?


J'écarte les bras et Théo se jette contre moi comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. J'échange un regarde avec Kate en souriant, je me suis rarement senti aussi bien qu'à cet instant.

Codage par Libella sur Graphiorum


I'm your instructor at The Range at Austin

▬ “1, always treat the gun as loaded”
▬ “2, always keep the gun pointed in a safe direction”
▬ “3, always keep your finger straight and off the trigger until you are ready to shoot”▬ By Tris
Kathlyn Espinosa
avatar
Inscrit le : 25/06/2018
Messages : 205
Avatar : Gina Rodriguez
Crédits : Yenko
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le Hier à 23:07

 
New favorite memory

J'aurais bien prolongé cet instant rien qu'à deux si maman et Théo n'avaient pas été seuls à la maison, mais toutes les bonnes choses ont une fin, et maintenant que j'apprends que Neil n'habite pas si loin, et que je suis rassurée grâce à cela, je sais qu'on aura d'autres occasions de se parler rien qu'à deux. Il était crucial que nous en ayons, même si je n'étais pas encore prête à lui en demander. Je souris comme une idiote, pour l'heure, surtout quand il parlait de me simplifier la tâche en ce qui concernait le café. Je trouvais cela très délicat et très gentil de sa part.

Si quelque chose n'avait pas changé chez Neil, c'était bien cette gentillesse qui le caractérisait. Pourtant, ses expériences passées auraient dû le changer, non ? Je n'osais même pas lui demander ce qu'il avait dû vivre, et de toute façon, il m'a dit clairement qu'il n'avait pas le droit de me parler de toutes ces choses même si au fond de moi, j'aimerais bien qu'il puisse m'en dire plus sur sa vie passée. Je sais qu'il a eut de gros coups durs, puisqu'il m'a parlé de l'épisode de la médaille, et je me doutais bien que ce fût un sale moment parmi d'autres. Quelque part, il valait peut-être mieux ne pas remuer les couteaux dans les plaies, jamais ô grand jamais je ne voudrais lui faire ressasser des épreuves terribles qui pourraient le chagriner, mais il m'était difficile de me dire qu'une partie de lui-même me restera toujours interdite et étrangère.

Je caresse sa main du pouce, je n'ai pas envie qu'elle se décolle de la mienne et je profite de la chaleur de sa paume contre la mienne, comme un cataplasme à certaines de mes frustrations et interrogations qui ne trouveront probablement répondre. Pouvoir de nouveau le voir, le sentir, le toucher ou même juste savoir qu'il était en vie et en ma présence, compensait tous ces petits désagréments. Je suis contente d'ailleurs, qu'il veuille bien rester encore un peu. Peut-être qu'il pourrait rester dîner ce soir ? J'allais probablement vite en besogne, mais comme il avait dit qu'il n'avait rien de mieux à faire...

Je le laissais terminer de m'expliquer comment il nous avait retrouvés, et j'esquissais un sourire en l'imaginant taper à toutes les portes, ou soulever rien que des montagnes juste pour nous retrouver. Je prenais la mesure de l'importance que je revêtais pour lui, encore une fois. Et désormais Théo également.

Nous parvînmes à l'immeuble, et nous entrons dans le hall, celui-là même qu'il avait consulté pour retrouver la trace de notre logement. Nos mains se défont, et je l'aurais presque regretté si je n'étais pas mue de cette pudeur qui n'appartenait qu'à moi. Se montrer aux yeux de tous, c'était encore quelque chose qui m'était réellement difficile de faire, et je crois que mon amour l'avait bien compris. Bon, il y avait aussi le fait que c'était franchement plus facile pour marcher dans les lieux un peu plus exigus ou franchir les portes.

A peine étions nous entrés que mon petit prince, qui attendait sagement dans le canapé comme si de rien était, nous fit part de ses observations. Alors que maman mourrait d'envie de rire, je me tenais droite comme un "i", dos contre la porte. Je me demandais comment j'avais pu faire de ce petit monstre un gamin aussi perspicace et comprenais que je commençais à en faire les frais, et que cela ne s'arrêterait pas en grandissant. J'allais devoir m'y faire, et Neil avait l'air de très bien prendre la chose. En réalité, j'en étais secrètement fière, même si sa curiosité naturelle prenait le pas dans une situation que je qualifierais de délicate à mes yeux.

Rouge comme une tomate, j'examinais la scène d'un autre œil quand je remarquais une nouvelle fois cette complicité naturelle entre Neil et son fils. Pas de doute, à mes yeux, il le deviendrait, même si l'avenir n'était pas tout tracé. J'avais du mal à imaginer une relation entre nous qui ne pourrait pas marcher, quand je voyais à quel point il avait encore géré la situation avec brio. Il avait employé des mots adaptés à notre bambin, et je ne l'aurais pas forcément formulé aussi bien. Je croisais les bras, crânement, et souriais en coin. Je les trouvais adorables et quoi qu'il en pensait, Neil serait évidemment le père idéal... Il se débrouillait très bien malgré son inexpérience. Il ne s'en rendait juste pas compte.

Et je me surpris à me sentir le cœur gonflé d'orgueil et d'amour en les voyant tous les deux, et en échangeant un sourire et un regard avec Neil qui ne pourraient tromper personne, malgré ma pudeur. Il n'y avait pas besoin de mots pour qu'on se parle. Le fil fragile qui nous reliait se renouait petit à petit, et j'étais désormais sûre d'une chose. Tout irait pour le mieux.

Je me mordillais la lèvre et passais prendre la tasse du trentenaire, sans le quitter des yeux une seule seconde. Un regard en coin de maman, et assez satisfait, me dit que rien ne lui échappait non plus. Pourtant, je ne l'entendis rien dire, tandis que j'allais faire réchauffer "madame Samovar" au micro-onde et tandis que le tout chauffait, je me surpris à moi-même oser le demander :

-Maman, Théo, ça vous dirait que Neil reste ici ce soir, avec nous, pour le dîner ? Comme ça Théo aurait le temps de lui montrer sa chambre, non?
-OUIIIII! Les deux avaient répondu en chœur, mais j'avais oublié le principal intéressé dans l'histoire.
-Enfin... Neil, tu veux bien? Ce sera un truc sans prétention... Pâtes et jambon... Mais si tu en as envie, ça me ferait très plaisir que tu te joignes à nous.

Le bip-bip du micro-onde raisonna comme pour se joindre à notre engouement, tandis que de mon regard je demandais à Neil de bien vouloir rester. Mes yeux lui criaient simplement "s'il te plaît", et "reste"... Que je ponctuais d'un mouvement de bouche discret et silencieux. Puis comme pour tenter de le convaincre encore un peu, je posais la tasse de café chaud sur la table et allais m'installer de l'autre côté de Neil sur le fauteuil et pris sa main dans la mienne, presque timidement. Je faisais un gros effort pour lui.
Codage par Libella sur Graphiorum




**************************************************

Merci Yenko♥️

Kathlyn parle en: ff66cc
Chelsea parle en: 009933
Théo parle en: 00ccff
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: New favorite memory | Kate, le

New favorite memory | Kate

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: South Austin :: Les logements-