Partagez| .

the eyes of the tiger


Isaak Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 17
Avatar : Keegan Allen
Crédits : avatar: anesidora
Date de naissance : 20/12/1996
Mes rps : Disponible 1/6

♥️ Alek♥️Libre♥️Loïc & Kelly

Bloc notes :
~busy at work

~Trying to find my Bro

~New city, new appartement

Afficher


the eyes of the tiger, le Mer 20 Juin - 15:29

The eye of the tiger
ft. Alek


   
Y'a une chanson qui passe à la radio. T'as un lointain souvenir de ce que cette chanson représente. Te te vois te battre sur ton lit avec ton frère. Tu chantes avec la voix de Survivre.

Risin' up, back on the street
Did my time, took my chances
Went the distance, now I'm back on my feet
Just a man and his will to survive


Ça t'amuse. Elle fait partie des chanson préférée de ta mère, celle qui est morte.
T'es dans la voiture que ton père t'as payé, dans les habits que ton père t'as payé. T'aimerais bien avoir ta totale indépendance mais pour le moment t'es pas bien payé même si t'as fait tes études à Yale. T'es encore en costard, c'est la fin de ta journée. Voilà maintenant un mois que tu travaille au tribunal de justice d'Austin. Tu t'es bien intégré, mais y'a toujours ta tête qui est ailleurs. Tu pense à ton frère. Celui dont tu as retrouvé la trace en fouillant les affaires de ton père. Tu t'étais fâché comme jamais tu ne l'avais été avant contre lui. Il avait retrouvé la trace de ton frère et il ne te l'avais pas dit. Maintenant que tu sais que ce frère que tu croyais t'avoir imaginé est réel tu veux voir à quoi il ressemble et pourquoi avait-il eu un procès. Tu avais essayé de retracer ses déplacement, mais même avec tes privilèges ce frère était comme un fantôme. Pendant plus d'un mois tu l'avais cherché, tu avais interrogé des gens. Bien sur la plus part ne te répondais pas vu les gens qu'il fréquente. Il y'a une semaine tu appris qu'il était en ville, tu as fait tes recherche et t'as trouvé sa nouvelle adresse même si tu doute que ce ne soit vraiment là ou il habite.

C'est pour ça que t'es devant un parking souterrain. Tu ne rentre pas ta voiture par simple peur de se la faire casser. Et puis c'est quand même une Audi A3. Tu rentre dans le parking et tu vois la vielle voiture que tu traque depuis maintenant trois jours. Tu te pose dessus en attendant l'invité du jour s'il daigne se monter. T'attend encore et encore et encore. Jusqu'à ce qu'une porte s'ouvre et la tu le vois. Il y a en toi une colère qui monte et t'essaye de la contrôler. C'est difficile. Tu te souviens amèrement de sa lâcheté, de son abandon .Ta colère monte de niveau. T'essaye de garder ton calme. T'as du mal...
☾ ANESIDORA


DON’T JUDGE YOUSELF TOO HARD, others will do it for you
Alek Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 27
Avatar : Luke Grimes
Crédits : dandelion (av); vocivus (gif); xynpapple (sgn).
Date de naissance : 28/12/1990
Mes rps : /

Bloc notes :



R E V Ø L U T I O N


Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Mer 20 Juin - 17:21

Eye of the tiger
with the bro'


Y’a quelque chose qui va pas.
Y’a quelque chose qui va pas. T’es à peine rentré à Austin, et déjà ça sent le roussi. Huit jours que tu es arrivé à l’aéroport. Les premières heures, tu les as passées à chercher l’appart que Clay a vite dégagé pour toi – tu doutes de la légalité du bail –, pour t’échouer au Broken Diamond le soir. T’as observé les combats qui s’déroulent en toute impunité dans l’arrière-cour, t’as vu les chiens déchaîner leurs poings et leur rage, les blessures infligées, le sang qui giclait de temps à autres, la bande hurlante à leurs côtés. On s’rait cru de retour en prison. T’as secoué la tête et bu le reste de ta vodka avant de partir.
Et puis, t’es revenu les jours qui ont suivi pour y travailler un peu, beaucoup cuver surtout. Tu t’es doucement réhabitué à l’engrenage infernal du gang et appris la façon d’agir des nouvelles têtes. Il n’empêche, ce n’est plus pareil qu’avant. Y’a l’fric qui passe sous la table jusqu'à ta poche, et des gens pour te craindre. Ou, du moins, respecter suffisamment ton influence pour réfléchir à deux fois avant de te créer des emmerdes. Les responsabilités n’pèsent pas encore sur tes épaules puisque le bar a toujours son serpent à sa tête – mais ça va changer, très vite. Les plans s’échafaudent dans ta tête à mesure que les verres descendent ton gosier.
Dès le cinquième jour, t’as remarqué l’ombre dans ton dos. Des pas précipités dans la rue, cette sale impression d’être épié. T’as suffisamment stalké les riches afin de leur voler leurs biens pour connaître ce sentiment. Et puis, cet espion, ce n’est même pas comme si tu ignorais de qui il s’agissait. Ou plutôt, tu sais que cette personne a fait un sacré remue-ménage à la maison, suffisamment pour qu’on réquisitionne ta présence au bercail. L’identité de l’homme n’est pas encore définie cependant, et chaque instant qui passe te tend encore un peu plus.

Alors aujourd’hui, tu surveilles de près l’entrée. Comme hier. Encore et encore posté à ta fenêtre en train de loucher deux étages plus bas. Café à la main droite, t’as dans l’autre un crayon pour y noter divers calculs. Et puis, vers dix-huit heures, tu la vois. La tignasse brune juchant une silhouette tout en noir, costume taillé, mains dans les poches. Le visage n’est pas visible mais toute l’attitude de l’homme indique qu’il ne souhaite pas être vu. Encore moins quand il s’engouffre dans le bâtiment par la porte donnant accès au parking souterrain. De rapides vérifications mentales plus tard, tu conclus que ça ne doit pas être un de tes voisins. Tu poses ta tasse de café.
Y’a quelque chose qui va pas.

Une demi-heure plus tard, l’inconnu n’est toujours pas ressorti. Tu décides donc d’arriver directement à sa rencontre. Tu fermes à clef l’appart et descends jusqu’au sous-sol.
Y’a la crosse de ton flingue qui te chatouille le dos sous le teeshirt et la veste.


La porte s’ouvre sur ses gonds grinçants comme au ralenti. On dirait un vieux western de mauvaise qualité. T’as les mains dans les poches et la démarche nonchalante, bien que tendu comme un ressort et prêt à te défendre s’il s’agit d’un de tes vieux ennemis. Tellement de personnes qui pourraient t’en vouloir. De clients furieux à patrons esquivés à anciens taulards à victimes à des coups d’un soir inavoués, la liste est longue. Le visage que t’aperçois calé bien tranquille sur ta voiture ne te dit rien de loin, et tu continues ta marche flegmatique sans rien laisser paraître.
C’est en te rapprochant que le doute s’installe. Une mauvaise impression. Ces traits adultes, tu ne les connais pas.
Et pourtant.
Et pourtant.
C’est comme revoir un vieil ami dix ans plus tard.
C’est comme revoir un frère.

Tu te pinces la lèvre inférieure et raffermis ton poing dans ta poche. Quand tu prends la parole, rien ne laisse penser que tes neurones s’activent à vitesse grand V. « Vous attendez quelqu’un ? C’est un parking privé ici. » Tu pointes du menton la bagnole rouge défoncée – celle de Clayton. « Et ça c’est ma caisse. »


dead

Isaak Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 17
Avatar : Keegan Allen
Crédits : avatar: anesidora
Date de naissance : 20/12/1996
Mes rps : Disponible 1/6

♥️ Alek♥️Libre♥️Loïc & Kelly

Bloc notes :
~busy at work

~Trying to find my Bro

~New city, new appartement

Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Mer 20 Juin - 17:50

The eye of the tiger
ft. Alek


 
Quand tu vois sa tête apparaître tu n'en reviens toujours pas que c'est celui qui t'as abandonné quand tu n'étais encore qu'un gosse. C'est celui que tu suis depuis trois jours sans trop te soucié d'être vu. Tu sais qu'il sait que t'es là. Mais lui ne sais pas que tu sais qu'il sais que tu là.

La vue de son visage te fait monter dans un colère pas possible. T'essaye de te contrôler mais c'est dure. Un milliards de question te passe par la tête.

Pourquoi m'as tu abandonné? Pourquoi m'as tu laissé là à moitié mort? Pourquoi tu ne m'as pas cherché? Pourquoi tu ne m'as pas sauvé? Pourquoi j'ai dû aller dans une autre famille? Pourquoi tu as disparut peut a peut de ma mémoire? POURQUOI ? POURQUOI ? POURQUOI?

Tu n'arrive plus à te contrôler, plus il s'approche de toi plus ton poing se serre. Plus ils s'approche de toi plus tu as envie de lui faire ressentir le mal qu'il t'as fait. T'es poing se serre dans tes poches et tu y mets tellement de force que ton pantalon se baisse un peu. Tellement tu serres tes poing tes ongles commence à te faire saigner. ton visage était calme il y a de cela quelques minutes, tu appréhendais avec patience cette rencontre. Mais là t'as juste envie qu'il meurt pour ce qu'il a fait. Maintenant tu te demandes pourquoi tu as voulus le retrouver. Grand Dieu pourquoi est ce que cette idée était passée par ta tête. Plus il s’approchait plus les trait de ton visage se transformait. Tu sais que c'est celui avec qui tu t'amusait quand tu étais petit, tu sais que vous partagiez tellement de choses, tu sais qu'au fond c'est ton frère mais cette fois le poing que tu serrais depuis si longtemps maintenant part de ta poche et viens se poser violemment sur la joue de ce mec qui était pour toi un inconnu.

Tu sens sa peau froide se défigurer au ralentis. Tu sens le sang arriver sur ta mains telle une bouteille d'eau que t'aurais renversée.

"Oui j'attends quelqu'un et il viens d'arriver. D'ailleurs il est très en retard, il a 12 ans de retard."
☾ ANESIDORA


DON’T JUDGE YOUSELF TOO HARD, others will do it for you
Alek Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 27
Avatar : Luke Grimes
Crédits : dandelion (av); vocivus (gif); xynpapple (sgn).
Date de naissance : 28/12/1990
Mes rps : /

Bloc notes :



R E V Ø L U T I O N


Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Mer 20 Juin - 23:50

Eye of the tiger
with the bro'


Tu vois le visage de l’homme se décomposer lentement. Ses traits se tirent de plus en plus, avec sa mâchoire serrée, ses mains enfoncées dans ses poches, le moindre de ses muscles tendus jusqu’à la rupture. Et quand son poing se desserre pour venir se fracasser contre ton visage, tu n’as pas le réflexe de te dégager.
Parce que c’est là que tu penses le reconnaître.
Ce fameux fantôme du passé.
Fantôme, c’est bien le mot.
Tu tombes brutalement sur le sol, main appuyée sur le béton armé, l’autre sur ta joue. T’as les yeux rivés sur tes doigts crispés.
Nan.
C’est pas possible.
Ce n’est pas possible.
« Oui, j’attends quelqu’un, et il vient d’arriver. D’ailleurs il est très en retard, il a douze ans de retard. » Le russe tonne dans le sous-sol mal éclairé et te glace jusqu’au sang. Tu secoues lentement la tête de gauche à droite, te relèves avec le regard qui ne bouge pas des fissures grises. Ta tête se secoue de plus en plus. « Non. » murmuré dans la langue maternelle de ta mère. « Pas possible. » Une fois que ces mots sont prononcés, les rouages recommencent à s’emboîter et fonctionner en toute vitesse, et tu te donnes un coup de fouet pour te remettre. C’est pas possible. Ce gosse est mort y’a douze ans. Il repose dans un caniveau. Pas possible.
Tu te retournes vers le brun et, tout d’un coup, tu es encore troublé par la ressemblance.
Stop Alek. Réfléchis deux secondes.
Tu secoues encore la tête et, sans prévenir, te projette brusquement sur l’homme. Tu l’entraînes avec toi et le claque brusquement sur ta voiture. Y’a vos respirations affolées mêlées, ton avant-bras qui se cale rapidement sur sa gorge, l'autre main qui bloque la sienne contre la bagnole. « T’es qui ? » que tu lui demandes hargneusement et à toute vitesse dans le même dialecte qu'il t'a abordé, le regard fixé dans le sien. « T’es qui bordel ? Tu bosses pour qui ? C'sont les gars de la taule qui t'ont envoyé ici, hein, c'est ça ? » Seule explication possible à ce qu'un russe vienne te prendre en charge. La pensée qu'ils n'auraient jamais agi un contre un t'effleure, et tu la repousses automatiquement. Ta rage te pousse à  brutalement secouer l'individu encore une fois mais, putain, c’est qu’le connard a de la force. « RÉPONDS BORDEL ! »


dead

Isaak Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 17
Avatar : Keegan Allen
Crédits : avatar: anesidora
Date de naissance : 20/12/1996
Mes rps : Disponible 1/6

♥️ Alek♥️Libre♥️Loïc & Kelly

Bloc notes :
~busy at work

~Trying to find my Bro

~New city, new appartement

Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Lun 9 Juil - 21:04

Tu ne sais pas pourquoi tu l'as frappé mais tu sais que ça te fais un bien fou. C'est comme si tu lâchais un poids qui était devenus trop lourd. Pendant que ton frère essaye de se relever tu le revois partir te laissant seul face à cet homme qui allait surement te tuer si la police n'était pas arrivé attends. Tu ressens encore une fois cette douleurs des coup reçus, des larmes qui coule sur ta chaire en sang et tu le vois partir comme une mauviette. Tu t'imagine ce qu'il a pu faire pendant tant d'année, sans te chercher, même pas essayer de retrouver ta trace. Juste se droguer, foutre sa vie en l'aire. Tu était tellement fâché sur lui, non pas seulement parce qu'il t'avais abandonné mais aussi parce que sa vie était devenu un chaos. Même si tu le déteste i reste au fin fond de toi une part d'amour qui lui veux encore du bien.
Tu as un moment de faiblesse et il te le rend bien. Il t'attrape de cours par le coup et te plaque contre la voiture. Tu vois la peur dans ses yeux, comme si il avait vu un fantôme. Il serre t'a gorge tellement fort que t'as du mal a parler. T'es obligé de poser les main sur son bras pour enlever un peu de pression sur ton coup. T’essaye de parler mais rien ne sort. Il pense que tu lui tends un piège. il pense que tu n'est pas son frère ou peut être pire, il pense peut être que tu es mort. Cette pur te hante, tu n'écoute qu'a moitié ce qu'il te dis.
Quand tu décide finalement de répondre, tu lui parle comme tu l'avais fait, en Russe.
"Je... Suis... Isaak. Ton... Frère. Et... Je... Travaille... Pour... Personne..."
Ta voix était comme un couinement grave, c'était un drôle de bruit. Tu mets toute la force que tu peux et tu le repousse en pouvant enfin respirer correctement. tu mets ta mains a ta gorge, tu sais que demains t'aura un bleu tellement il avant mis de la force.
La chanson de votre enfance te reviens en tête et tu sais ce qu'il faut faire pour qu'il se rappelle.
"The eye of the tiger. Ça te rappelle quelques choses?" Tu dis avec ta voix un eu cassée.


DON’T JUDGE YOUSELF TOO HARD, others will do it for you
Alek Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 27
Avatar : Luke Grimes
Crédits : dandelion (av); vocivus (gif); xynpapple (sgn).
Date de naissance : 28/12/1990
Mes rps : /

Bloc notes :



R E V Ø L U T I O N


Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Lun 6 Aoû - 2:37

Eye of the tiger
with the bro'


La pétrification du gars te prend aux tripes, et si y’a bien une chose dont tu as envie maintenant, c’est de le jeter sur le goudron du parking et de le massacrer pièce par pièce. Ce sale p’tit con qui a eu l’audace de remuer des souvenirs enfouis depuis bien longtemps. Obligation est d'avouer que la perspective qu'il te dise la vérité à votre égard te glace bien plus que toute autre possibilité de revanche de gangs. Tu t’approches encore un peu plus de lui. T’as que d’la rage dans l'regard.
Que d’la rage.
« T’as besoin d’un coup de main ou… » « Je… Suis… Isaak. Ton… Frère. » Tu t’obliges à rester stoïque, et c'est à ce moment-là que ton cerveau déclare forfait. Toi-même t'enfonces dans une immobilité inquiétante. « Et… Je… Travaille… Pour… Personne. » Aucune réaction. Absolument… aucune. Isaa… Non, le gars en costume te repousse au bout de quelques secondes, tu trébuches sur quelques pas avant de te stabiliser. Et vous restez là. Comme deux cons, à s’fixer dans le blanc des yeux. Certes, il y a cette alarme au fond d’ton cerveau, qui tempête pour activer tes jambes, tes bras, le moindre bouton pour t’faire avancer, sauf qu’elle est noyée par le vide intersidéral du et si ? Et s’il disait la vérité, et si la plus grosse connerie de toute ta vie ne faisait que te revenir à la gueule maintenant ? Et si cette nuit-là n’avait été que l’arrêt de mort de personne, sinon ta mère ? Et si ta mère elle-même était en vie ? Et si ton adorateur de frère avait changé du gamin futé à l’armoire de glace ci-présente devant toi ?
Et si, et si, et si et si, et si…
Merde Alek. Ce temps d’attente dépasse le raisonnable et pourtant, t’arrives plus à faire quoi que ce soit. Quel bien piètre homme sûr de lui fais-tu. Tu te passes une main fatiguée sur ta barbe de trois jours et secoue doucement la tête de gauche à droite. « The Eye of the Tiger. Ça te rappelle quelque chose ? »

The Eye of the Tiger. C’est vrai, ça, Alek, est-ce que ça te rappelle quelque chose ? À peine le nom de la chanson roule dans ta tête que la mélodie s’y déroule à son tour. D’abord la guitare. La guitare, la guitare, encore la guitare, la batterie. Et puis le chanteur, rising up, back on the street. Et puis, tu connais la suite Alek, hein ? Took my time, took my chances…
Sans prévenir, y’a un rire qui te prend, un fou-rire même, le genre nerveux, le genre qui a échappé au contrôle de la raison. Ta main s’échoue lamentablement sur ta cuisse et ton hilarité soudaine te plie légèrement. Il te semble que même si l’homme en profitait pour te mettre un coup de genou dans le plexus et te descendait à terre, tu continuerais à rire. Back on the street, took my time. Ah ça oui il l’a pris son temps.
Tu te calmes enfin et te redresses complètement. Et quand tu poses les yeux sur Isaak, il te semble qu’un millénaire s’est écoulé depuis qu’il t’a parlé de l'oeil du tigre. « Vaguement. C’est d’Survivor, ce machin, j’me trompe ? » Ironie dans les propos. Bien sûr que c’est de lui qui chante. Bien sûr que tu le connais. C’est même la première chanson que tu t’es empressé de montrer à ton petit frère quand vous étiez gosses, pour lui montrer ce qu’était la vraie musique. Et, depuis, c’est resté. Même si ça fait des années que t’as plus entendu ces rythmes. Comme le café qui s’accroche à l’émail d’une tasse, qui rappelle, qui rappelle salement, que y’a des choses qui se sont passées, et que ça reviendra toujours. Que c’est pas possible d’oublier, tout simplement.
Tu secoues la tête. Ca n’sert plus à rien de stagner dans ce sous-sol plus longtemps. « J’suppose que t’es venu ici pour… quoi ? Régler les comptes du passé ? » Tu croises les bras. Ton attitude est démesurément désinvolte, pour un type qui a laissé son frère pour mort voilà douze ans et qui le voit ressusciter sous ses yeux. Mais. Self-defense, vous voyez ? « Pas ici en tout cas. J’ai une confiance limitée en mes voisins. » Tu lui fais signe de te suivre, et vous diriges vers les escaliers. C’est amusant d’être autant conscient de faire une connerie et d’en avoir absolument rien à foutre – mais bon, c’pas vraiment comme si ça ne devenait pas une habitude.
Une fois arrivés à la porte de ton appart, tu l’ouvres et passes en premier, avant d’inviter ton… frère à l’intérieur. Frère… Quelle appellation étrange. Et puis, tu refermes le battant. Encore quelques secondes passent alors que t’es dos à l’entrée, bras croisés. « Donc… T’es en vie. » Bravo Columbo.


dead

Isaak Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 17
Avatar : Keegan Allen
Crédits : avatar: anesidora
Date de naissance : 20/12/1996
Mes rps : Disponible 1/6

♥️ Alek♥️Libre♥️Loïc & Kelly

Bloc notes :
~busy at work

~Trying to find my Bro

~New city, new appartement

Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Lun 6 Aoû - 20:58

Tu te prend a penser à ce que lui a pu faire. Si lui avait regretté son geste. SI finalement il lui avait manqué. Tu garde ton masque de protection que les autres définissent de froid comme quand on boit une granita un peut trop vite et que sont cerveau gel jusqu’à en faire mal. Tu as ce masque depuis tes douze ans, depuis que le mec devant toi t’ai abandonné pour mort. Tu n’arrive toujours pas à croire ce qu’il t’arrive. En quelques semaines seulement, ce qui semblais être un simple rêve, était devenu une réalité que tu avais sans aucun doute refoulé dans ton inconscient.

Sa main enfoncée dans ta gorge t’empêche de parler comme il te le demande. Quelle ironie… Te demander de parler alors qu’il t’empêche de respirer correctement. Tu le sens un peu lâcher prise alors tu essaye de faire échapper de ta bouche une phrase des plus simple mais qui est faite pour faire comprendre à l’autre que tu n’est pas là pour jouer au jeu du chat et de la souris. T’es la pour savoir ce qui lui est passé par la tête pour avoir abandonné son frère de douze ans sur le bord de la route à moitié mort. Tu le pousse pour retrouver une respiration normale. T’es mains sont portée à ta gorge pour sentir si tout est encore vivable.

Lui il est sous le choc. Tu le vois, même si ça fais douze ans que vous vous êtes plus vus il à encore des geste que tu reconnais. Ses yeux, Tu vois des chose s’y passer. Il réfléchis. Il faut quelques minutes pour que le franc tombe et une petite chanson pour qu’il retrouve la mémoire. Cette chanson que vous aimiez tellement. La chanson sur la quelle vous reproduisier des combats de guerrier. Toi torse nu sur le lit avec une cuillère en bois comme épée. Et lui couvert d’un T-Shirt trop grand pour lui avec une ceinture à paillette de ta mère et un couvercle de poubelle pour faire un bouclier. Au fond de toi tu vois encore l’enfant, le malheureux. Tu le vois revenir des année en arrière et ça te fais souffrir aussi.

Ta mère… Tu ne veux même pas y penser. L’image de l’étang de sang sur les drap blanc sali par la vieillesse te hante encore dans ton sommeil. Tu es l’électron libre. Jamais tu ne te confie, à personne. Il n’y que trois personne qui savent : ton père, ta mère et ta sœur la seule en qui tu as confiance.

Même si il fait de l’ironie tu te rends bien conte qu’il a compris de quoi tu parlais. Ta remarque te fais pousser un vague sourire ironique.

« Non, je suis venu pour prendre des nouvelles de ta vie, tu m’as tellement manqué. » dis je en forçant sur l’ironie.

Je comprend pourquoi il n’as pas confiance en ses voisin c’est pas comme si ce quartier était le mieux fréquenté d’Austin. Vous passez par la porte du garage par ou il est entré. Et vous montez un et deux étages et on arrive devant une porte qu’il ouvre à la volée. Il passe d’abord et tu passe ensuite. Ça t’étonne qu’il t’ai invité à rentrer chez lui.

« Donc… T’es en vie ? »

Sa question me fais rire…

« T’as besoin de quoi, une preuve de vie ? Une preuve que je ne suis pas une illusion parce que je pense que la petite bagarre en bas était plutôt clair. »


DON’T JUDGE YOUSELF TOO HARD, others will do it for you
Alek Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 27
Avatar : Luke Grimes
Crédits : dandelion (av); vocivus (gif); xynpapple (sgn).
Date de naissance : 28/12/1990
Mes rps : /

Bloc notes :



R E V Ø L U T I O N


Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Lun 20 Aoû - 0:38

Eye of the tiger
with the bro'


« Non, je suis venu pour prendre des nouvelles de ta vie, tu m’as tellement manqué. » Tu souffles un coup, fermes brièvement les yeux, supportes la vague d’incompréhension avec peine. Mais t’as l’impression d’te retrouver sur un port où s’abat soudainement un violent tsunami après des mois de sécheresse, sans rien à quoi s’arrimer ni aucune main secourable. Enfin, ça fait un certain temps que tu n’as plus compté sur aucune main pour te maintenir en vie – sauf une bien sûr, mais celle-là aussi tu aurais bien voulu qu’elle reste cachée dans le lointain de la mémoire. Tu secoues la tête. Tu te noies dans les souvenirs douloureux. Remonte à la surface, Alek. Respire. Tu chasses le torrent de flashbacks de ta tête et fais demi-tour jusqu’à la porte de ton appartement. En ce moment, à la lumière grésillante des ampoules dénudées et de l’humidité de la cage d’escalier, tu peux encore espérer prendre une grande bouffée d’air. Te réveiller dans ton lit au bord du gouffre. Découvrir la trame d’un mauvais cauchemar. N’importe quoi. Plutôt que ce mirage absurde.
Mais non.
Force est de constater qu’Isaak, il est décidément bien réel. Juste devant toi, là. Encore sous le coup de la surprise, tu n’peux pas faire preuve de plus d’intelligence que d’énoncer le fait qu’il soit en vie. Ce qui est une nouveauté pour toi, en fait. Pendant combien d’années l’as-tu cru mort ? Couché dans les caniveaux du Bronx. Et son sang, mélangé à la pluie d’orage. Et son corps à la morgue. Et sa tombe, peut-être inconnue, plus vraisemblablement gravée à la va-vite, côte à côte avec celle de votre mère. Et toute votre enfance enterrée avec eux. Bordel, t’as bâti ton adolescence sur cette certitude. À te demander qu’est-ce qui avait pu autant déraper. T’as quitté toute ton existence lorsque ton ancre familiale s’est déracinée du sol. Une ancre, certes abîmée, rouillée, bosselée, mais une ancre tout de même. Les vestiges de ton enfance ont été, en un sens, ce qui te faisaient tenir dans les pires moments. Tes années d’errance se sont ponctuées par des piques de remord et des reflux de New-York. Ton âge adulte, même, se teintait d’une mélancolie ancienne et inconnue. Des échos, d’une vie ancienne, même si on s’en rappelle plus bien.

Et puis voilà que tout ce voile s’efface. Un deuil rendu risible par ce frère planté devant toi. Réellement ? « T’as besoin de quoi, une preuve de vie ? Une preuve que je ne suis pas une illusion ? Parce que je pense que la petite bagarre en bas était plutôt claire. » La bouffée d’air que tu désirais tant lorsque vous montiez l’escalier, tu la prends, là. Cette pointe d’humour dans la bouche d’un gamin devenu homme. L’ironie. Le sarcasme. T’es en terrain connu là. Et pourtant bien en peine de trouver une remarque digne de ta répartie habituelle. Tu t’contentes d’un douteux « Des fois qu’ils t’auraient remplacé par un double maléfique durant la montée jusqu’à cette étage. » et hausses les épaules.
Après ça, tu l’regardes dans le blanc des yeux. Y’a pas grand-chose à dire. Ou plutôt, pas grand-chose admissible. Parce que des questions, t’en as des tonnes. Qui s’bousculent à tes lèvres. Prêtes à se déverser. Remplir l’écart. Et les années de séparation. Et toutes les données manquantes de l’identité de ce frère fraîchement retrouvé. Frère. C’est à peine croyable. Derrière cette urgence d’éclaircir la situation, y’a une rancœur et une culpabilité qui montent en même temps. Sauf que t’as tout sauf envie de leur faire face, alors tu reprends finalement la parole. « T’as l’air… différent. » Sans blague. À ce prix-là, vous l’êtes l’un comme l’autre. Toi qui prends de plus en plus de place dans la mécanique du gang, lui dans ce costume plus cher que le prix de ton logement. Quel homme. T’as décidément bien du mal à te faire à cette image. « Alors, qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? Je te pensais mort. » Tout comme notre passé. Une pointe de ta quotidienne méfiance revient et te fait froncer les sourcils. C>« Et comment m’as-tu retrouvé ? »


dead

Isaak Sagataïev
avatar
Inscrit le : 20/06/2018
Messages : 17
Avatar : Keegan Allen
Crédits : avatar: anesidora
Date de naissance : 20/12/1996
Mes rps : Disponible 1/6

♥️ Alek♥️Libre♥️Loïc & Kelly

Bloc notes :
~busy at work

~Trying to find my Bro

~New city, new appartement

Afficher


Re: the eyes of the tiger, le Lun 20 Aoû - 15:57

THE EYE OF THE TIGER ★ Maybe the most that you can expect from a relationship that goes bad is to come out of it with a few good songs.


Tu es mal à l'aise, en même temps que pensais-tu qui allait se passer ? Une accolade ? Des pleures ? Ça fais des année que tu n'a pas pleuré, depuis que tu t'es retrouvé seul en fait.
Tu reste sans expression sur le visage comme à ton habitude. Le visage fermé à tous sentiments pouvant s'échapper. Une vraie prison. En fait depuis que ton frère t'a laissé au main de ce tueur, tu n'as plus jamais rien ressentis, rien, même pas de l'amour. Tu t'es toujours demandé qui saurais te faire sortir de cette spirale du désespoir. Personne peut-être. Serais-ce possible que tu ne ressente plus jamais rien, que jamais plus tu ne pourras dire à quelqu'un que tu l'aime vraiment sans mentir? Tu ne sais pas et en vérité tu te sens en sécurité dans cette souffrance. Tu ne te souviens pas de se que c'est la joie mais tu sais que tu l'as déjà ressentie, avec lui. Tu as déjà rigolé avec lui. Et tu te souviens lointainement de ce que l'amour te faisais. Lui tu sais que tu l'as aimé, comme ta mère. Mais tous les gens que tu as un jour aimé avais disparu, en une nuit tu t'était retrouvé seul, en une heure tu avais vu ta mère mourir, tu avais vu ton bonheur disparaître, et la seule personne qui te restais, elle t'avais abandonnée.

Il te regarde, il te scrute de haut en bas, d'un côté à l'autre. Lui tu ne le reconnaît que très peu, mais sa voix est la même. Celle qui autre fois t'avais demandé ce qu'il se passait quand vous courriez pour votre peau.
Tu rigole à sa remarque ironique, comme la tienne. Apparemment vous avez encore des choses en commun.
"Ça tu le sauras jamais, si ça se trouve le démon m'habite en permanence."  

Tu tourne la tête vers la fenêtre et le court sourire qui était apparu sur tes lèvres disparaît. Tu l'écoute d'une oreille distante.
"J'ai pas l'air différent, je suis différent." Cette fois tu le regarde gravement. C'est à cause de lui que t'as changé. Non pas que tu te plaigne d'avoir fais de bonne étude ou d'être riche rien que grâce à tes parents. Mais tu aurais bien aimé grandir au côté de ton frère. Mais le destin en a décidé autrement.

"Après que tu aies disparut dieu ne sais où, J'ai été récupéré à moitié mort dans la rue. La police m'a trouvé et m'a amené à L'hôpital. Je suis resté dans le coma pendant plus d'une semaine. Quand je me suis réveillé, y'avais personne. Juste l'avocats qui avais défendu mon cas.
Il m'as adopté. J'ai été accueilli dans leur maison comme leur propre fils. J'ai eu de la chance. J'aurais pu me retrouvé dans le système et tomber sur une famille horrible. Ou pire ne jamais trouver de famille et rester dans un orphelinat. Bref. J'ai été à l'école et puis j'ai fais des études de droit. Je suis devenu avocat. Et en fouillant dans les affaires de mon père j'ai vu mon nom de famille, fin le nôtre. Et j'ai vu que tu t'était fais arrêté. Alors j'ai cherché à te retrouver. Voilà."
Tu sens des sentiment remonter à la surface. Tu les enfonce encore une fois 'deep down'. Ça faisait longtemps que t'avais pas parlé autant en Russe. T'as pas fais de faute.
"Et toi, comment t'as fais pour te retrouver en prison ?"


@"nom"
(c) noctae


DON’T JUDGE YOUSELF TOO HARD, others will do it for you
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: the eyes of the tiger, le

the eyes of the tiger

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: South Austin :: Les logements-