Partagez| .

if you go at the lorray's please know how to talk french.


Kelly H. Williams
holly shit Bloody Hell
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 316
Avatar : Katerina Graham
Crédits : Sil
Date de naissance : 12/05/1997
Mes rps :

Bloc notes :

~I'm in love



~I'm a badass



~I'm in hollydays



~ Je suis diplomée


Afficher


if you go at the lorray's please know how to talk french., le Dim 17 Juin - 0:19

J'étais déjà en retard ce qui n'est pas bien. Mais en même temps ce n'est pas de ma faute si ma mère voulait m'annoncer à ce moment là qu'elle allait se remarier. Je suis dans ma voiture qui vaut plus un seul pound, et je roule avec la cassette pour apprendre le Français qui passe (oui, il y a encore des cassette dans ma voiture). Le mec de la cassette dis pouvez-vous me passer le pain? Alors je répète Pouvey vous me passey le pain?
Honnêtement je progressais vraiment. Il y a de ça un mois pas un seul mot de Français ne sortait de ma bouche à part Napouléyon et encore je ne sais même pas si c'est vraiment Français.
Le mec redis Pouvez-vous me passer le pain? alors je redis Pouvey vous me passey le pain.
Le mec recommence a parler tout seul pour me dire ce que cette phrase veux dire. Je n'écoute qu'a moitié parce que je suis entrain de me garer devant la maison de Loic. Blanche et grand, à chaque fois que je viens ici sa maison m'impressionne. J'ai l'impression de me trouver devant la maison du président. Je sort de ma voiture, heureusement je me suis change vite fait chez maman parce que ma tenue était vraiment merdique. Maintenant, je porte un jeans bleu claire avec une bordure près de ma cheville, avant j'avais un short un peu trop cours pour aller chez les parents de Chou. Je porte aussi u  T-shirt épaule dénudée mais pas trop non plus. Juste assez pour faire sexy pour Loic et très jolie pour ses parents. Je me regarde une denière fois dans la vitre de ma voiture pour être sur que y'a pas mon mascara qui a coulé. Je me dirige vers la maison, il y a un petit jardinet tout fleuri à l'entrée de la maison. C'est beau. Je sonne à la porte et puis la je le vois mon petit chou chéri chatounet, mon petit lolo.
"Hey cheri."


DEAD
END
Loïc de Lorray
LIVRÉ À MOI-MÊME. STOP.
COLIS PERDU. STOP.
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 2088
Avatar : Tarjei Sandvik Moe.
Crédits : nefeli (av) ► vocivus (ic;gif) ► astra (sgn).
Date de naissance : 12/03/1998
Mes rps :
DISPONIBLE
Road tripMaxence
AimeeBraeden


Bloc notes :






EN CE MOMENT
» Vacances en Corse brutalement interrompues par un accident en mer, retour à Austin dès la sortie de Loïc de l'hôpital.
» Rechute de son cancer, il espère être quand même capable de suivre les cours de l'année prochaine.
» Il essaie tant bien que mal d'avancer et de ne pas se laisser abattre, avec l'aide de Kelly, ses amis, sa famille.




ET SINON
» Gosse de riche.
» A beaucoup voyagé jusqu'à ses 14 ans.
» Cancer de la jambe droite, amputation.
» Cinq ans en plein dans la maladie.
» Guérison, études d'économie.
» Rechute en août 2018.




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily).
• ÂGE : 17 yo.
• BLOC NOTE :


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Dim 17 Juin - 0:51

Bientôt une heure que j’ai commencé à discuter perfidement avec Kelly, en cachant à moitié le téléphone sous le coussin pour ne pas paraître trop impoli, et imiter l’intérêt pour le jeu de mon petit cousin Nils. En temps général, les gosses ne me dérangent pas, et quelques blagues douteuses mis à part on peut dire de moi que je ferais un bon baby-sitter ou prof de maternelles. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, le gamin se comporte… Comme un gamin justement, et l’envie de le renvoyer direct à Lille me titille très fortement. Et comme sa grande-sœur Nessrine, qui n’est qu’un an plus jeune que moi, n’est pas là pour faire office de garde-fou, me voilà donc en train d’ignorer superbement le rejeton de ma tante. C’est beau la famille.

La promesse d’une venue prochaine de ma petite amie par ici est retardée par l’annonce du mariage de sa mère, et un grand sourire s’étale sur ma face. D’accord, c’est une raison suffisante pour expliquer le retard de la belle. Je lui texte vite une volée de messages en retour et réponds ensuite à l’appel de mon père pour aider à la cuisine.

Une dizaine de minutes plus tard, la sonnette retentit, et j’me retiens de rire comme à chaque fois. Facétie de mes parents, il s’agit du vieux son grinçant qu’on entend à l’entrée des manoirs, le genre qui s’accompagne d’une volée de chauve-souris et des corbeaux qui remuent les squelettes des arbres. Ce qui contraste étonnamment avec la blancheur moderne de la maison – heureusement que mon père ne reçoit jamais de client à la maison. « Loïc, tu sais qui c’est ? » me demande ma mère au passage en fronçant les sourcils. « Hm, non, aucune idée. J’vais voir ! » que j’fais aussitôt en m’éclipsant. Oops, sorry not sorry.
J’ouvre la porte sur une Kelly toute en beauté, et me faufile au-dehors en refermant doucement le battant. « Hey chéri. » Je m’avance un peu et la cueille d’un long baiser de bienvenue et de merci-d’être-venue-au-fait-chouette-tenue. « Hey you. T’es un ange de passer, je t’aime. » Et puis, petit coup d’œil à ce qu’elle a en main. « Oh, c’est parfait, ça nous évitera à tous les deux de nous faire scalper à cause de ton passage à l’improviste. » C’est sûrement de la cave de son beau-père de toute manière, ce n’est pas le genre de Kelly d’apprécier le vin…
Le beau-père… Merde, le beau-père ! « Eh toi, alors ? Ta mère ? Comment elle t’a annoncé son mariage ? Vas-y raconte-moi ça en vitesse ! » Tant pis pour la réunion familiale, ça attendra bien cinq minutes. Même si tout le monde a dû maintenant jeter un coup d’œil par la grande baie vitrée pour voir qui est le mystérieux visiteur.  



le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscursir.
b. vian; l'écume des jours.
POUMON NÉNUPHAR
Kelly H. Williams
holly shit Bloody Hell
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 316
Avatar : Katerina Graham
Crédits : Sil
Date de naissance : 12/05/1997
Mes rps :

Bloc notes :

~I'm in love



~I'm a badass



~I'm in hollydays



~ Je suis diplomée


Afficher


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Mar 19 Juin - 17:35

J'avais fumé une heure plutôt. Je sais je me frappe moi même parce que je sais que c'est grave.Je l'ai pas fait exprès. Je suis passée à la pompe à essence avant d'aller chez maman et elles étaient là. Toutes les paquets rangé par marques et goûts. J'en avais oubliée ce que je voulais acheter au départ. J'en avais acheté un et en avais fumée une. Le bien fou que ça m'as fait. Ça paraît con comme ça mais pour mois c'est nécessaire. J'avais essayer de faire partir l'odeur en changent d'habit mais je savais que ma peau et mes cheveux sentaient encore a fumée tueuse.

Je sonne à la porte et elle fait un son striant. J'aime pas trop ce son c'est un peu comme une craie sur un tableau ou encore un couteau dont la lame est en train d'être affinée. J'attends quelques minutes avec la bouteille de Ruffus que mon beau-père m'a donné en disant 'Tiens, c'est pour le père de Loïc. D'ailleurs on a décider des les inviter pour faire plus ample connaissance.' J'avais trouvé ça trop chou de sa part, alors je lui avait fait un câlin en plus de ceux qui avait succédé l'annonce du mariage.

Bien-sur c'est mon chouchou qui viens m'ouvrir. Il m'embrasse pour me dire bon jour et j'essaye de ne pas trop partager mon halène de fumeuse. Il a l'aire de rien avoir remarquer, ça ne saurait tarder.
"Moi aussi je t'aime mon chat. Oui c'est mon père qui me l'a donné de sa cave personnelle. Apparemment c'est un super bon champagne qui viens d'un pays juste à côté de la France. C'est la Belgique. T'as déjà été? "
Je repense au moment ou ma mère m'as dis qu'elle allait se remarier. Personnellement je pensais que jamais ça ne se produirait. Surtout que maman elle travaille beaucoup. Elle est journaliste et elle voyage tout le temps. Damon lui est astrophysiciens, il m'a déjà emmenée à son observatoire. C'est magique de voir toutes les planètes et étoiles.
"Ils me l'on annoncé dans une enveloppe avec un collier avec mis demoiselle d'honneur dessus donc ça m'as pas mis longtemps à comprendre. Il puis ils m'ont raconté comment Damon lui a demandé. C'était trop chou. Il l'a emmené dans le petit italien près de chez eux. C'est un resto hyper fleuri avec une terrasse végétale. Et il lui a proposé là. Trop chou."
Je regarde en direction de la baie vitrée et je vois le cousin de Loïc regarder dans la vitre.
"Je vois que on frère est passé de Jeanne d'Arc à Sherlock Holmes. Il nous observe. Et si on entrait pour que je puisse dire bonjour et puis on pourras parler des vacances."dis-je avec excitation.


DEAD
END
Loïc de Lorray
LIVRÉ À MOI-MÊME. STOP.
COLIS PERDU. STOP.
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 2088
Avatar : Tarjei Sandvik Moe.
Crédits : nefeli (av) ► vocivus (ic;gif) ► astra (sgn).
Date de naissance : 12/03/1998
Mes rps :
DISPONIBLE
Road tripMaxence
AimeeBraeden


Bloc notes :






EN CE MOMENT
» Vacances en Corse brutalement interrompues par un accident en mer, retour à Austin dès la sortie de Loïc de l'hôpital.
» Rechute de son cancer, il espère être quand même capable de suivre les cours de l'année prochaine.
» Il essaie tant bien que mal d'avancer et de ne pas se laisser abattre, avec l'aide de Kelly, ses amis, sa famille.




ET SINON
» Gosse de riche.
» A beaucoup voyagé jusqu'à ses 14 ans.
» Cancer de la jambe droite, amputation.
» Cinq ans en plein dans la maladie.
» Guérison, études d'économie.
» Rechute en août 2018.




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily).
• ÂGE : 17 yo.
• BLOC NOTE :


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Mar 19 Juin - 19:24

Son je t’aime mériterait bien un petit bisou sur le front en plus, que je lui donne, et le reste de son discours me fait hausser un sourcil d’un air appréciateur. La Belgique… Oui, trouvée. « Euh je pense pas… Ah si, enfin ça dépend si tu comptes un voyage en voiture de Lille jusqu’à Amsterdam. Alors oui j’y suis déjà allé, chouettes autoroutes qu’ils ont. » Remarque, même le marquage au sol des deux pays n’est pas identique. Donc on peut dire que j'ai pu voir une spécificité du pays, n'est-ce pas ?
Je me pince la lèvre en ayant les relents de cigarette de Kelly dans ma propre bouche. C’est une chose sur laquelle on va devoir travailler, elle et moi, mais pour l’instant je n’ai pas envie de lui taper une crise – surtout pas comme celle qui s’est déclenchée quand je me suis rendu compte de sa mauvaise habitude reprise. À la place, je lui parle de sa mère, et son mariage. Elle me raconte comment on lui a annoncé l’heureux événement et je souris pour elle sincèrement. Enfin, elle, surtout pour sa génitrice, mais à ce point ça revient au même. « Eh bien c’est génial, ça. Ils sont sensé faire ça quand ? »

« Je vois que ton frère est passé de Jeanne d’Arc à Sherlock Holmes. Il nous observe. » Je suis son regard avec un sourire amusé. Effectivement, Nils s’est revêtu de la vieille calotte de mon grand-père qui traîne sur la cheminée depuis son décès (à mon grand-père, pas à la cheminée) et porte une loupe à son œil. « Vu comme cette loupe frôle sa rétine, difficile de croire qu’il y voie grand-chose. Mais oui, t’as loupé le chapitre du soccer pro, d’Aladin, du lion… Et c’est déjà bien je pense. » « Et si on entrait pour que je puisse dire bonjour, et puis on pourra parler des vacances. » L’excitation est là, bien présente, et je lui souris d’un air malicieux. « Déjà lassée de ma présence, tu veux déjà qu’on te sauve la mise ? Mais que vas-tu donc faire durant l’été, et toutes ces heures interminables en mon unique compagnie. »

Nous finissons quand même par rentrer à l’intérieur. La famille entière vient à notre rencontre et, heureusement, n’oppose aucune résistance à l’arrivée de Kelly. Je pense que la bouteille de Rufus y est pour quelque chose. « Oh jeune demoiselle, ton père a du goût pour le vin. » « Beau-père, Papa, c’est son beau-père… Tantine, Kelly – Kelly, Tantine. Je te présente ma petite-amie, bla bla bla… Adrien, je te présente Kelly… blablabla Kelly… P’tit Sherlock, voici Kelly, c’est mon amoureuse, traite la bien sinon tu ne pourras jamais découvrir l’indice ultime de ton enquête. » Je laisse innocemment la fille aux mains de mon petit cousin avec un regard mi-désolé – sorry not sorry. On m’appelle à la cuisine – quel dommage…

Une fois à table, nous sommes placés côtes à côte en face de ma tante et de son époux. Ces derniers n’ont jamais croisé l’étudiante, bien qu’elle soit déjà venue plusieurs fois ici et ait appris à connaître mes parents. Il s’en suit donc l’inévitable valse de questions intéressées et polies. « Donc, Kelly, tu as rencontré Loïc à l’université ? » « Et que fais-tu comme études alors ? » « Tu attends aussi d'avoir tes résultats ? » « Ah bon, c’est ton colocataire ? Ca va, il ne ronfle pas trop ? » « Oh je me souviens de ces studios, une vraie calamité ! L’un de vous doit toujours ouvrir le clic-clac dans le salon ? » « Avant, oui. » avec regard complice vers ma partner in crime. Avant, oui – mais plus maintenant. Mon pouce fait des allées et venues continues dans le creux de la paume de Kelly, discrètement, pendant que ma fourchette picore dans le maïs.



le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscursir.
b. vian; l'écume des jours.
POUMON NÉNUPHAR
Kelly H. Williams
holly shit Bloody Hell
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 316
Avatar : Katerina Graham
Crédits : Sil
Date de naissance : 12/05/1997
Mes rps :

Bloc notes :

~I'm in love



~I'm a badass



~I'm in hollydays



~ Je suis diplomée


Afficher


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Mar 19 Juin - 20:51

"Ils ont dis fin Aout, mais il faut encore voir avec ma grand mère parce qu'elle est toujours en Angleterre. Je présume que tu sera mon compagnon ?"
On rentre dans la maison. Je dis poliment bonjour à tout le monde en faisant bien attention à ne pas souffler dans leurs belles gueules de riches. Je sais que Loïc ne voudrais pas que ses parents sache que je fume. Le père de Loïc me remercie pour la bouteille.
"C'est pas grave Mr. de Lorray. C'est presque comme mon père."
On passe par la case présentation. Je rencontre sa Tante, il l'appelle tantine. Je trouve ça drôle. J'essaye de cacher mon sourire. Et je passe par toutes les cases, celle d'Adrien et celle de Nils. Après le bref discourt de présentation de Loïc il se barre dans la cuisine me laissant avec son cousin qui se prend pour Sherlock. C'est pas trop grave puisque j'aime bien les enfants mes après tout c'est quand même pour lui que je suis venue. Je prends la mains du petit et je l'amène dans le salon.
"Alors Nils, qui est-tu aujourd'hui?"

Je joue avec lui pendant une bonne demi heure. On passe de Sherlock à l'ogre Shrek puis on joue à Aladin de nouveau parce qu'il me dis que je ressemble à Jasmine ce que je prend pour un compliment venant d'un enfant. On a aussi joué au magasin. Je me suis plutôt bien amusée. Je le prend dans mes bras quand on nous appelle pour manger.
"Allez on va manger mon chéri. Je lui fat un gros bisou sur le front.

Quand on mange enfin, je suis assise à côté de Loïc en bout de table. En bout de table il y a le petit Nils qui apparemment m'aime bien. Et en face de nous ils y a la tante de Loïc et son mari. Je suis bombardée de question. J'aime bien ça en fait.
"On s'est pas vraiment rencontré à l'Unif. En fait c'était mon coloc. Je fais des études de Psycho. Non ça va il ne ronfle pas trop. Ou bien il ronfle mais je suis trop endormie pour l'entendre. Non pas vraiment, juste quand on veux regarder un film ou un truc dans le genre."
Je trouve ça marrant, j'ai l'impression d'être dans un commissariat de police. Je sens la mains de Loïc entrelacée dans la mienne et qui me dessine des rond dans ma paume. J'aime quand il fait ça. Ça me rassure.
"Cette dinde est divine. Je trouve ça super bon, merci pour ce très bon repas Blanche."
Maintenant à moi l'interrogatoire. "Vous venez de France de ce que Loïc m'as dis. De ou exactement?"

Quand le repas et par conséquent les interrogatoires se finissent. Loïc et moi, on débarrasse la table. Non pas pour aidez mais pour se trouver un endroit tranquille.
Je lui prend la main et le pousse contre le buffet et l'embrasse comme jamais. Pourquoi tu vas me demander. Parce que j'en ai envie et que je l'aime et aussi que c'est super cool d'avoir l’excitation de ne pas pourvoir se faire voir.
Ma tête commence à tourner parce que je ne prends plus ma respiration, ce baisé est si intense que jamais je ne veux qu'il ne s'arrête. Quand je me détache de ses lèvres et que je peux enfin respirer j'ai l'impression qu'il me manque une partie de moi.


DEAD
END
Loïc de Lorray
LIVRÉ À MOI-MÊME. STOP.
COLIS PERDU. STOP.
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 2088
Avatar : Tarjei Sandvik Moe.
Crédits : nefeli (av) ► vocivus (ic;gif) ► astra (sgn).
Date de naissance : 12/03/1998
Mes rps :
DISPONIBLE
Road tripMaxence
AimeeBraeden


Bloc notes :






EN CE MOMENT
» Vacances en Corse brutalement interrompues par un accident en mer, retour à Austin dès la sortie de Loïc de l'hôpital.
» Rechute de son cancer, il espère être quand même capable de suivre les cours de l'année prochaine.
» Il essaie tant bien que mal d'avancer et de ne pas se laisser abattre, avec l'aide de Kelly, ses amis, sa famille.




ET SINON
» Gosse de riche.
» A beaucoup voyagé jusqu'à ses 14 ans.
» Cancer de la jambe droite, amputation.
» Cinq ans en plein dans la maladie.
» Guérison, études d'économie.
» Rechute en août 2018.




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily).
• ÂGE : 17 yo.
• BLOC NOTE :


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Mar 19 Juin - 21:26

Kelly discute avec ma famille et, quand ce qui tourne à l’interrogatoire pourrait me rendre gêné, ça me fait surtout rire. Je laisse ma petite amie se débrouiller avec la branche française de la famille et dois avouer qu’elle se débrouille plutôt bien. Les connaissant, il s’agit surtout de voir si la petite a du cran, quand bien même ils soient réellement intéressés par les réponses. Surtout par les détails crus qu’on peut leur confier sur l’université – il me semble que, s’ils avaient pu, ils n’auraient jamais arrêté les études. « Vous venez de France de ce que Loïc m’a dit. De où exactement ? » C’est mon père qui répond, en posant ses couverts et croisant les mains devant lui comme s’il s’apprêtait à lui tenir un discours important. « De Lille. Ma sœur et moi avons grandi dans le centre de cette ville, c’est dans le nord de la France, je ne sais pas si tu vois ? Nous voyagions beaucoup alors que Blanche était déjà allée s’installer dans l’Idaho, et puis il s’est avéré que la maladie de Loïc a dès lors empêché ces pérégrinations, et nous nous sommes installés à Austin. Ma sœur nous a rejoint quelques années plus tard. » Je fais un petit rictus. « Merci Papa. C’est sympa quand tu dis que je nous ai bloqués ici alors que ça faisait des années que tu voulais te poser. » Mon père et son envie de tout contrôler, détenir en tout instant la vérité absolue… ça me dépasse.

Le repas continue sur une note plus détendue, et Kelly et moi nous éclipsons à la cuisine, plats sales en main. Tout ce beau monde a décampé dans le jardin et Nils a enfin débarrassé la maison de ses jeux bruyants. C’est à ce moment-là que la fille me prend par la main et me pousse contre le buffet, où nous nous embrassons pendant un certain temps. Dieu que ça fait du bien. Je grogne de plaisir à un moment et nous nous détachons un peu. Ses yeux contiennent la Terre entière, avec leurs verts d’un millier de nuances veinés d’un brun délicat à l’abord de ses pupilles. Je pourrais m’y absorber pendant une éternité. « T’es belle tu sais. » Je repars à l’assaut et la soulève par les cuisses, jusqu’à la retourner et la poser sur le buffet. Nous continuons à nous embrasser, et mes mains se glissent de plus en plus dans l’arrière de son dos. L’une d’elle agrippe la bande arrière de son soutien-gorge. Je mords la lèvre inférieure de Kelly et souris malicieusement. « Tu sais ce que j’ai envie d’en faire, de ça ? » Un sourcil qui se lève, joueur, aguicheur.

Et c’est pile ce moment-là que ma mère choisit pour toquer au chambranle de la cuisine – puisqu’il n’y a pas de porte mais une grande arcade comme partout ailleurs au rez-de-chaussée, quel dommage. Je me retourne en me détachant de façon naturelle de la métis. « Loïc ? On va faire un tour avec tout le monde. Vous voulez venir ou… profiter de la maison ? » Elle a un sourire moqueur. Profiter de la maison. Certes. « Vous partez combien de temps ? » « Je ne sais pas, probablement une heure ou deux. » « On va rester je pense, avec Kelly. Sauf si toi tu veux les accompagner ? » que je demande ensuite à la brune, bien que le message soit très clair. Pas de solitude égale pas de bisous. « Ca marche. » que fait ma mère en rigolant ouvertement. Juste avant de nous laisser, elle glisse « Tu sais, il fait suffisamment bon maintenant pour profiter de la piscine. » Je lève les yeux au ciel.

Quand tout le monde est parti, je propose à Kelly d’aller dehors et nous nous promenons dans mon jardin, au bord de la piscine accolée à notre maison. Les mains sur la taille de la fille, je suis bien, et ne cherche pas spécialement à l’embrasser avec autant d’ardeur qu’avant. Et puis, c’est vrai qu’il fait particulièrement bon et la surface bleue turquoise me fait de l’œil. « Dis, tu sais, ce que ma mère a dit n’était pas bête. La piscine doit avoir une température idéale. » Ayant en tête qu’elle a largué son téléphone sur la table de la cuisine avant de partir, j’ai un petit sourire. Et la balance d’un large mouvement dans l’eau.



le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscursir.
b. vian; l'écume des jours.
POUMON NÉNUPHAR
Kelly H. Williams
holly shit Bloody Hell
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 316
Avatar : Katerina Graham
Crédits : Sil
Date de naissance : 12/05/1997
Mes rps :

Bloc notes :

~I'm in love



~I'm a badass



~I'm in hollydays



~ Je suis diplomée


Afficher


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Mer 20 Juin - 16:34

Qu'est ce qu'il embrasse bien. Qu'est ce qu'il est beau. Je ne saurais pas me passer de lui. Quand il me parle j'ai encore plus envie de lui.
"Toi aussi t'es beau."Je le tiens toujours dans mes bras. Il me porte et me pose sur le buffet. Je sens sa jambe qui flanche un peu sous mon poids mais rien de grave. On continue de s'embrasser sans trêve. Je sens la paume de sa main passer sous mon T-shirt. Quand sa peau touche la mienne c'est comme si j'étais dans un océan d'eau pur. Je meurt de plaisir. J'ai juste envie de déchirer ses habits et qu'on fasse l'amour sans arrêt jusqu'à la fin des temps. Mais bon peut être pas dans la cuisine des ses parents.
Sa main passe sur la agrafe de mon soutif et il commence à jouer avec. Je sens que bientôt je ne vais plus savoir me retenir. Il m’embrasse sur la bouche en me mordant la lèvre. J'en peu plus là. J'ai juste envie de sexe. Sa peau sur la mienne, plus ses baisés, plus ses paroles, j'en veux plus. Je prends son T-shirt et essaye de l'enlever jusqu'à ce qu'il y aie une voix qui interrompre tout de suite les activité. Se plaisir intense se transforme en moins d'une seconde en honte, parce que la personne qui se trouve dans l'embouchure de la porte n'est autre que sa mère. SA MÈRE, PUTAIN KELLY.
Je baisse ma tête et essaye de remettre la première des attache de mon soutif discrètement que Loïc avait défait par ses gardes en jouant avec. En fait sa mère est plutôt sympas. La famille va e promener et elle nous demande si on veux venir avec. Loïc parle pour moi aussi et j'acquiesce sa réponse quand sa tête se tourne vers moi. Sa mère nous dis que la piscine est ouverte mais moi ça me tante moyen. Je sens que si Loïc et moi on est dans a piscine à deux c'est pas habillé qui vont nous retrouver.
"Merci, Mme de Lorray."

quand la famille a enfin disparue de la maison ( ça a pris une demi heure parce que le petit Nils ne voulais pas mettre ses chaussures). J'ai laissé mon téléphone dans la cuisine pour que le petit Nils ne le prenne pas parce que il s'amusait à le prendre et le cacher. Y'a un moment il l'avait caché dans la raie du fauteuil j'ai passé 10 minutes à le chercher. Loïc me prend la main et on va dans le jardin. Il me prend par la taille on passe du temps autour de la piscine. Elle est éclairée par les spots sous l'eau qui parait bleu turquoise. Soudain je sens la main de Loïc se déplacer et venir se placer une sur ma hanche et l'autre sur mon épaule et la je réaliste tout le sens de sa phrase mais il est trop tard pour réagir. Je sens l'eau limiter mes cris. L'eau froide qui remplis tout les pore de ma peau et tout les recoin de tissus sur ma peau. L'oxygène se fige et sort de l'eau en bulle.
JE TE JURE QU'IL VA LE REGRETTER. Je sors de l'eau telle une sirène pour bien lui faire regretter de ne pas être avec moi dans l'eau. Je sors de l'eau comme une top modèle. Lui se trouve à l'autre bout de la piscine. Je le regarde droit dans les yeux tout en retirant gracieusement mes habit jusqu'à ce que je me retrouve devant lui en petite culotte et soutif de lingerie. Je savais qu'il allait bien aimer. Je l'embrasse et en même temps le pousse dans l'eau. Je l’accompagne dans sa chute et de nouveau mon oxygène se fige et des bulle explose à la surface de la piscine.


DEAD
END
Loïc de Lorray
LIVRÉ À MOI-MÊME. STOP.
COLIS PERDU. STOP.
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 2088
Avatar : Tarjei Sandvik Moe.
Crédits : nefeli (av) ► vocivus (ic;gif) ► astra (sgn).
Date de naissance : 12/03/1998
Mes rps :
DISPONIBLE
Road tripMaxence
AimeeBraeden


Bloc notes :






EN CE MOMENT
» Vacances en Corse brutalement interrompues par un accident en mer, retour à Austin dès la sortie de Loïc de l'hôpital.
» Rechute de son cancer, il espère être quand même capable de suivre les cours de l'année prochaine.
» Il essaie tant bien que mal d'avancer et de ne pas se laisser abattre, avec l'aide de Kelly, ses amis, sa famille.




ET SINON
» Gosse de riche.
» A beaucoup voyagé jusqu'à ses 14 ans.
» Cancer de la jambe droite, amputation.
» Cinq ans en plein dans la maladie.
» Guérison, études d'économie.
» Rechute en août 2018.




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily).
• ÂGE : 17 yo.
• BLOC NOTE :


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Jeu 21 Juin - 0:12

« Toi aussi t’es beau. » J’ai un petit sourire. C’est le genre de choses dont j’ai uniquement besoin dans ces moments comme ça. Pas besoin de déclarations d’amour enflammées ; non, juste elle, moi, nous. « Hm bordel. » que j’grogne tout contre son cou. « T’imagines pas à quel point j’suis à deux doigts de descendre plus bas. » Entre ses seins par exemple. Ou plus au sud encore. On continue de s’embrasser et pendant ce temps, il se peut que je réalise mes paroles. Ou pas. J’vous laisse dans l’ignorance bande de pervers.

Cela dit, l’arrivée de ma mère calme aussitôt nos ardeurs et, le temps que tout le monde s’en aille, la tension est passée. Nous arrivons à calmement prendre le chemin de la piscine et nous promenons le long de l’eau en toute quiétude. Jusqu’à ce que l’envie me prenne d’un bain et que je projette d’un brusque mouvement la belle dans le grand bleu. Ça fait un gros plouf et j’me bidonne à côté, toutefois certain que je vais m’en prendre plein la gueule en retour – mais c’est de bonne guerre. Et, de fait, la belle sort de la piscine comme une pin-up avec ses habits qui lui collent à la peau. Habits qui finissent un par un au sol dans un bruit de succion très peu en raccord avec toute la grâce qu’elle use pour cela. Je la regarde d’un air médusé. Ok, elle l’a trouvée sa vengeance. Fais de moi ce que tu veux ma jolie. Kelly se rapproche de moi d’un large roulement de hanches et m’embrasse passionnément.
Jusqu’à ce qu’elle me pousse dans l’eau avec elle.
SALE SIRÈNE. TRAITRESSE.
J’en ai plein le nez et manque de peu de me noyer sous le poids de la prothèse – totalement inutile une fois immergée. Alors que je coule comme un poids vers le fond, ma main attrape la jambe de la fille et la tire vers le bas avec moi. Nous touchons presque le sol et mes lèvres viennent chercher les siennes à travers l’eau chlorée. Et puis, je m’appuie sans scrupule sur son épaule pour me redonner une impulsion qui m’amènerait à la surface. Une fois là, je prends une grande goulée d’air et me tire vers le bord. Quand la brune réapparaît à l’air libre, je lève aussitôt une main en signe de rédemption. « Deux secondes s’te plaît ! Histoire que j’enlève c’foutu bout de métal, ce serait con de mourir noyé à cause de ça. » Je l’enlève tant bien que mal, à moitié ployé, et finis par poser doucement la prothèse sur le sol. Ensuite, je pointe un doigt aguicheur à ma petite amie pour l’attirer vers moi. Approche seulement.



le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscursir.
b. vian; l'écume des jours.
POUMON NÉNUPHAR
Kelly H. Williams
holly shit Bloody Hell
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 316
Avatar : Katerina Graham
Crédits : Sil
Date de naissance : 12/05/1997
Mes rps :

Bloc notes :

~I'm in love



~I'm a badass



~I'm in hollydays



~ Je suis diplomée


Afficher


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Dim 24 Juin - 0:48

Je sens l'eau sur ma peau qui commence à sécher à cause de la chaleur. Seulement quelques petites secondes hors de l'eau et les goutte commence déjà à couler le long de ma peau que je commence à dévoiler en retirant petit à petit mes habits. Je sens que je vais bien m'amuser. Quand j'arrive à la hauteur de Loïc je retrace avec mes doigt et a travers son t-shirt ses abdo. Je me mord les lèvre de façon à ce que ce soit sexy. Je mets ma main dans ses cheveux, l'attire à moi et finalement en me plongent dans son regard l'embrasse. Quand je sens son attention retenue sur se bisou je l'attire avec moi dans la piscine. Et je suis de nouveau imbibée d'eau. Je sens à nouveau l'eau infiltrer tout mes pores et me vivifier. Ma vision est floutée mais je vois quand même très clairement les traits de Loïc , en même temps je connais son corps par cœur, je connais ses courbes par cœur. Ses lèvre touche les miennes presque comme un réflexe. Je ne pense même plus à respirer. Je sens ses main me pousser vers le fond et j'y reste le temps d'encore quelques secondes. L'eau c'est comme voir un ralentis au cinéma. Sauf que tout tes sens sont en alerte. Quand je reprend ma respiration et que ma tête est hors de l'eau je prend conscience que j'ai attiré Loïc avec sa jambes.
"Oups désolée."
Le temps que Lolo enlève sa prothèse je fais quelques brasse et puis me retourne vers lui et lui sourit. Il me tend l mains et je vois dans son regard que m'approcher de lui ne serais pas une bonne idée. Mais je m'en fou j'y vais quand même. En moins de dix brassée j'y suis. Je m'enroule comme un singe autour de lui. Je commence à l'embrasse de plus belle, mais je ne sais ps quoi ajouter pour pimenter les choses. Alors je sort en deux trois mouvement et me dirige vers la petite maisonnette en bois qui est remplis de trésor. J'ouvre la porte et puis là je vois à portée de main un énorme crocodile déjà gonflé. Je le prend d'une volée et me redirige vers la piscine. Je lance l'énorme crocodile gonflable avant de plonger. Ma main retrouve facilement celle de Loïc et je lui souffle à L'oreille un petit secret.
"Je parie que tu ne sauras jamais me faire tomber du crocodile."


DEAD
END
Loïc de Lorray
LIVRÉ À MOI-MÊME. STOP.
COLIS PERDU. STOP.
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 2088
Avatar : Tarjei Sandvik Moe.
Crédits : nefeli (av) ► vocivus (ic;gif) ► astra (sgn).
Date de naissance : 12/03/1998
Mes rps :
DISPONIBLE
Road tripMaxence
AimeeBraeden


Bloc notes :






EN CE MOMENT
» Vacances en Corse brutalement interrompues par un accident en mer, retour à Austin dès la sortie de Loïc de l'hôpital.
» Rechute de son cancer, il espère être quand même capable de suivre les cours de l'année prochaine.
» Il essaie tant bien que mal d'avancer et de ne pas se laisser abattre, avec l'aide de Kelly, ses amis, sa famille.




ET SINON
» Gosse de riche.
» A beaucoup voyagé jusqu'à ses 14 ans.
» Cancer de la jambe droite, amputation.
» Cinq ans en plein dans la maladie.
» Guérison, études d'économie.
» Rechute en août 2018.




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily).
• ÂGE : 17 yo.
• BLOC NOTE :


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le Mer 11 Juil - 16:28

La fille s’en va me narguer en faisant ses brasses pendant que je suis coincé au bord avec ma moitié de jambe – ce qui, clairement, sabote toute tentative de course. L’issue d’une telle compétition est courue d’avance – ah, ah, c’est le cas de le dire. Le temps que la prothèse finisse sur le sol, l’Anglaise revient déjà vers moi, et je la cueille dans mes bras. Cela dit, elle s’en va vite sans un mot, et à sa mine, je prédis déjà les ennuis. J’attends donc, accoudé au rebord de notre chère piscine, et elle revient à peine deux minutes plus tard, avant de trouver l’eau un peu trop fraîche à mon goût. J’me bidonne tout seul comme un con en voyant l’énorme croco qu’elle tient dans ses mains et lève une main en protection quand elle le jette dans l’eau, avant d’elle-même plonger. En quelques nages désordonnées, mais pas impossibles même avec mon handicap, je la rattrape et elle glisse sa main dans la mienne. « Je parie que tu ne sauras jamais me faire tomber du crocodile. » Petit levé de sourcil. « Mais qu’est-ce que tu as à chevaucher Théo comme ça, Théo ne t’a rien fait, Théo est gentil comme un ange. Enfin. Deal. » Je me débats pendant quelques secondes avec ma petite amie pour la faire tomber dudit crocodile, en vain, sans surprise. J’finis par m’appuyer sur le plastique vert comme en abandonannt.
Et puis.
Sourire moqueur.
« T’es une tricheuse tu sais. T’as un net avantage. »
Et puis.
Ma main vient enlever le bouchon d’air.
Avec Miss Kelly dessus, Théo prend moins de dix secondes à se dégonfler dans un sifflement pathétique, et il ne me reste plus qu’à tirer sur le lambeau de plastique pour faire tomber la fille dans l’eau.



le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscursir.
b. vian; l'écume des jours.
POUMON NÉNUPHAR
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: if you go at the lorray's please know how to talk french., le

if you go at the lorray's please know how to talk french.

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin North :: Les logements-