Partagez| .

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden.


Maxine A. Ghiotto
avatar
Inscrit le : 07/06/2018
Messages : 21
Avatar : Stephani Germanotta
Crédits : llyria
Date de naissance : 07/06/1990
Afficher


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Ven 15 Juin - 1:00

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Jayden x Maxine




Les retrouvailles n'ont jamais été mon fort mais en ce qui concerne une femme qui à été ma seconde mère pendant tant d'années, je n'ai aucun problème pour la serrer dans mes bras. Melissa Westwild avait été dans ma vie pendant un nombre impressionnant d'années, tout comme son fils, Jayden, que je considérais comme mon petit frère. La famille Westwild m'avait vu grandir et la mienne avait vu Jay grandir à son tour. Nous avions grandis ensemble, tous les deux. Nous étions partis plusieurs fois en vacances ensemble, sa famille et la mienne. Ses parents connaissaient les miens depuis longtemps et vice versa. Son père était un très bon ami du mien. Et la naissance de Jay n'avait fait qu'augmenter le taux d'amitié entre nos deux familles.

Aujourd'hui, après avoir appris que Mélissa habitait depuis quelques années à Austin à la suite d'un drame familial, dont j'avais été trop jeune à l'époque pour le comprendre. Je me préparais à aller la voir. Depuis ce matin, j'avais un immense sourire sur les lèvres. Je n'avais pas vu cette femme depuis des années, une femme que je considérais comme ma seconde mère, qui avait été là quand la mienne n'était pas présente. Mélissa était devenue au fil des années, une confidente, une personne de confiance. Elle avait été là quand je m'étais retrouvée démunie face à la connerie de Terrence, elle avait su me conseiller, me redonner le sourire. Me montrer que tout peut se faire dans la vie, seulement si on se bat vraiment à fond. Autrement dit, Melissa Westwild avait été un modèle pour moi. Et sûrement pour beaucoup de gens. C'était quelqu'un de remarquable et dont je pensais beaucoup de bien. Ce qui était plutôt rare pour ma personne, il fallait bien l'avouer.

En début d'après-midi, je me rendais chez Melissa avec mon chauffeur privé. Habillée d'une combinaison noire en satin et de Manolo Blanik noires, elle aussi, je m'étais pointée à la porte avec une immense boite qui comportait un chapeau aux tons rosés qui ira très bien avec ses yeux bleus et son teint pâle. Je posais l'un de mes doigts gantés sur la sonnette, lunettes de soleil sur le nez et avec une clope au bec.  




©️ Gasmask


Crushing you like a cockroach

©️ flotsam.
Jayden G. Westwild
J'travaille les abdos de mes mains en levant le doigt du milieu
avatar
Inscrit le : 26/12/2017
Messages : 225
Avatar : Max Hamilton
Crédits : t-rex et crackle bones.
Date de naissance : 02/12/1995
Bloc notes :

Baby Chayton ♥️


C'est l'gang de couillus, t'peux pas test fréro

Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Ven 15 Juin - 15:18

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Max & Jay

Sacrées retrouvailles.

En général, j'profitais d'mes week-ends pour sortir avec mes potes, aller aux entraînements...tout faire pour n'pas rester cloîtré dans mon p'tit studio d'la résidence universitaire. Mais de temps en temps, j'voulais revenir à mes racines et revoir la femme d'ma vie : ma mère. C'était plutôt rare que j'vienne la voir en pleine semaine et comme j'n'avais rien à faire ce samedi, j'l'avais appelé pour qu'on s'prévoit une p'tite journée mère-fils tranquille à la maison. De son côté elle avait prépapré l'dîner, et moi j'avais juste amené le dessert. Mais pas n'importe lequel, non, celui qu'elle préfère : une tarte aux fraises. Personnellement, je n'étais pas très très fan mais à chaque fois qu'j'en amenais une pour elle, je n'pouvais m'empêcher de la déguster avec elle, juste pour lui faire plaisir. Et aujourd'hui est un d'ces jours où j'vais devoir m'forcer à en manger, et où j'me suis relativement bien âpreté aussi (p'tite chemise, p'tit jean sympathique, p'tites derby, p'tit gel dans les ch'veux, toussa toussa).

J'étais arrivé vers les alentours de midi et, comme à son habitude, ma mère éprouva l'irrésistible envie d'me sauter dessus à peine elle avait ouvert la porte. Et je l'accueillis avec plaisir mais une p'tite boule de poils se mit à aboyer joyeusement pour lui témoigner toute son excitation et me prit la vedette. Elle se détacha d'moi et préféra prendre Chayton dans les bras. Je fronçais les sourcils et fit la moue. « C'est lui ton fils ou c'est moi ? » Ma mère rigola et m'expliqua le plus naturellement du monde que c'était comme son p'tit fils et qu'elle devait encore mieux s'en occuper qu'elle ne l'avait fait avec moi, surtout parce qu'elle craignait que moi j'm'en occupe mal. « J'suis assez grand Maman maintenant, c'est bon... » Je soupirais et elle décida d'me montrer que non, j'étais irresponsable comme un enfant de 5 ans. Elle le serra encore plus contre elle et l'embarqua dans la maison, alors qu'je la suivais de près. « Tu n'es même pas capable de te faire des pâtes alors, oui, j'ai peur pour ce pauvre bout de chou... Hein mon petit gars ? » Évidemment, Chayton lui donna raison en lui léchant toute la tronche avidement. « Espèce de traître, m'exclamais-je en rigolant. » Ma mère se mit aussi à rire avant de déposer le chiot qui se mit à gambader joyeusement dans la baraque. En ne remarquant personne d'autre qu'elle, je fronçais de nouveau les sourcils. Ma mère était toute seule à la maison ? « Il est pas là ton mec ? » Ma mère soupira en voyant que j'ne l'appelais pas par son prénom, mais maintenant elle avait l'habitude. « Non, il est en voyage d'affaires, il rentrera pas avant 2 ou 3 jours. » J'savais pas pourquoi, mais j'sentais une certaine tristesse dans sa voix. C'est certes une femme forte et indépendant mais j'suis bien placé pour savoir qu'ce mec est devenu son nouveau pilier, après l'autre con. Dans tous les cas, j'suis content pour elle qu'elle ait trouvé quelqu'un comme ça, ça a l'air d'être un chic gars. De toute façon, s'il lui faisait quelques malheurs que ce soit, j'lui casserais tellement fort la gueule qu'il sera obligé d'se brosser les dents par le cul.

Une fois à table, on se raconta nos dernières aventures, elle à son travail et moi à l'université et autres. C'était de toute façon toujours la même chose, mais on était bien comme ça, rien qu'tous les deux. On avait besoin d'personne et nos petites journées nous plaisaient très bien comme elles étaient. Puis ce fut l'heure du dessert et j'adorais voir des étoiles dans les yeux d'ma daronne quand elle dégustait sa si précieuse part de gâteau. La mienne n'me faisait pas franchement envie, mais en la voyant comme ça, je me résolus à en prendre au moins une bouchée. Bon, c'est pas si dégueu qu'ça après tout... Je me surpris à la fixer un peu trop quand l'bruit d'la sonnette retentit brusquement. On sursauta en même temps et j'me demandais bien qui ça pouvait bien être, étant donné qu'son mec est pas sensé revenir maint'nant. « T'attendais quelqu'un ? » Elle secoua la tête alors j'me levais à sa place pour aller ouvrir la porte, au cas où. J'aimerais pas qu'elle ait une mauvaise surprise en ouvrant cette porte. Chayton, lui, débarqua comme une furie à ma suite, manquant d'me faire tomber comme une merde sur l'parquet. Saleté d'clébard, j'aurais l'air d'quoi si j'ouvre la porte avec une bosse sur la gueule ? Mais bon, j'rigole quand même, parce qu'son dérapage était juste magnifique. Enfin bref, il était l'heure d'ouvrir la porte. J'la déverrouille et, en l'ouvrant, j'tombe sur une meuf habillée super classe. Heu...j'crois qu'elle s'est définitivement trompée d'baraque, le défilé d'la Fashion Week c'pas ici. Et puis elle s'prend pour qui avec ses gants, ses lunettes d'soleil et sa clope à la bouche ? Et puis pourquoi elle est habillée toute en noir ? J'arrive même pas à distinguer bien ses traits avec ces foutues lunettes qui cachent la moitié d'son visage. J'ai beau faire au moins 10 ou 15 centimètres de plus qu'elle, si c'n'est plus, j'arrive même pas à savoir qui c'est. Une star ? Une pote à l'autre connard ? En tout cas, son accoutrement me fit sourire malicieusement. « Chérie, l'enterrement c'est sûrement pas ici. » Elle s'prenait pour qui à débarquer comme ça...attendez, c'quoi c'te boite ? Et puis ma mère qui crie d'l'autre côté d'la maison. « Jayden, qui est-ce ? » Si j'le savais j'l'aurais déjà fait entrer tiens ! Elle a dû s'tromper d'maison...
Made by Neon Demon



Les joints c'est pour empêcher les larmes de couler. Le scotch c'est pour les choses irréparables.
(c) crackle bones
Maxine A. Ghiotto
avatar
Inscrit le : 07/06/2018
Messages : 21
Avatar : Stephani Germanotta
Crédits : llyria
Date de naissance : 07/06/1990
Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Ven 15 Juin - 16:22

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Jayden x Maxine




J'attends impatiemment que Melissa ouvre la porte pour lui sauter dans les bras. J'entends le verrou de la porte, et je vois enfin la porte s'ouvrir. Impatiente, je trépigne d'avance. Mais, je me retrouve face à une armoire à glace. J'hausse un sourcil. "Bonjour, je cherche Mme Melissa Westwild ?". Le grand brun me dévisage un peu pour finalement m'appeler "chérie" et m'indiquer qu'il n'y a pas d'enterrement. Je fais un peu la moue pour le coup. On parle pas aux gens comme ça. Je soupire un instant mais quand j'entends la voix de Melissa demander qui est à la porte, je souris en coin.

Je savais très bien qu'elle n'était plus avec George mais, je me demandais quand même qui pouvait être ce bellâtre aux yeux bleus. Ces yeux me rappelaient quelqu'un mais impossible de remettre la main dessus. Je soupire et je retire mes lunettes pour le regarder de plus près. Le mec fait quarante centimètres de plus que moi, je suis carrément obligée de reculer d'un pas pour le regarder. Et là, d'un coup, ça me frappe. Les yeux bleus, c'est ceux de Jayden. Le fils de Melissa. Le petit à qui je changeait les couches quand il était encore minuscule. Un sourire pointe le bout de son nez sur mon visage et une boule de poil m'arrive dans les pattes comme un boulet de canon. Je me baisse à sa hauteur et je me retrouve avec un petit husky en train de me lécher la tronche. "Doucement petit cul." Je ris en le caressant. Les animaux et moi, c'est une histoire d'amour et ce petit bout là, je craque totalement dessus. Le chiot s'assoit sur mes Manolo Blanik et je ris en chuchotant. "Tu sais que ces chaussures coûtent plus chère que ta truffe ?" Je lui ajoute une petite caresse en me relevant lentement, sourire aux lèvres. Chose très rare. Mes lunettes à la main, je me tourne vers le brun, toujours en souriant. "Je suppose que si Melissa est à l'intérieur, tu dois être Jayden ?" Je relève mon regard vers lui et je lui souris en coin. Je sais qu'il ne va pas me reconnaitre. Je pose un doigt sur son torse en riant. "C'est comme ça qu'on parle à l'équivalent de sa grande sœur, sale môme ?" Il me dévisage et j'éclate de rire. "Si je te parle de Maxine Ghiotto, ou Max, ça te fait tilter ?" Bon sang, il est aussi grand qu'il est con.




©️ Gasmask


Crushing you like a cockroach

©️ flotsam.
Jayden G. Westwild
J'travaille les abdos de mes mains en levant le doigt du milieu
avatar
Inscrit le : 26/12/2017
Messages : 225
Avatar : Max Hamilton
Crédits : t-rex et crackle bones.
Date de naissance : 02/12/1995
Bloc notes :

Baby Chayton ♥️


C'est l'gang de couillus, t'peux pas test fréro

Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Ven 15 Juin - 18:08

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Max & Jay

Sacrées retrouvailles.

J'sais pas pourquoi, elle m'inspirait pas confiance. Elle avait l'air de quelqu'un d'connu, ou d'riche, ou les deux, et j'aime pas côtoyer la célébrité. On sait comment ça a fini avec l'géniteur. J'ai peut-être des a priori mais j'arrive pas à m'dire qu'c'est une bonne personne. Bon, en même temps j'la connais pas mais en général la première impression en dit long sur la suite. Ah, elle connait ma mère... C'est pas tous les jours que j'vois c'genre de fréquentation débarquer à la maison et j'suis peut-être un peu trop protecteur avec ma mère mais on sait jamais. « Ouais, c'pour quoi ? » J'fronce les sourcils. Cette meuf est carrément bizarre. Quand elle enlève ses lunettes et qu'elle relève la tête vers moi j'ressens une certaine familiarité, mais j'sais pas d'où. C'est un ancien plan cul ? Non, j'm'en rappellerais quand même d'un phénomène pareil ! Mais j'sais pas, j'la sens pas...contrairement à Chayton qui fait l'fou devant elle, jusqu'à lui tartiner la tronche d'bave. C'est pas sensé sentir l'danger ces bestioles là ? Ouais non ce cabot est aussi con qu'moi, aucune chance, et puis il aime tout l'monde aussi. J'allais lui sortir l'chiot des pattes mais elle s'amusait bien trop avec, il m'aurait été impossible d'arriver à l'chopper. Je soupirais une nouvelle fois, c'bien une meuf à parler d'ces pompes. « Y a que les riches pour dire c'genre d'conneries... » Mon père disait la même chose. J'veux plus rien à voir avec sa richesse, ni la sienne, ni celle des autres. Ça ramollit l'cerveau d'être trop riche.

Bon, elle est venue pour ma mère ou pour mon chien clairement ? J'veux bien qu'il joue ensemble mais à un moment va p't'être falloir me dire pourquoi elle est là la Barbie en satin. Quand elle daigne enfin m'adresser la parole, j'arrive pas à calculer son sourire. Quelle relation peut-elle bien avoir avec ma mère ? « Ouais c'est bien moi, pourquoi ? T'veux quoi à ma mère ? » Bon allez, qu'elle crache le morceau, j'en ai ras l'cul d'attendre une réponse. Comme si on s'connaissait, elle m'touche avec son doigt ultra manucuré en se considérant comme ma grande sœur. Wow, j'ai raté un épisode là...même toute une saison ! J'fronce le nez, plissant les yeux un peu plus comme si ça allait m'aider pour essayer d'me rappeler qui c'est. Ma réaction la fait rire et il ne faut qu'une seconde pour qu'elle prononce son identité et qu'je reste de marbre. Mais naaaaan, c'pas possible... Maxine, ça peut pas être elle ! J'suis d'accord qu'ça fait longtemps qu'on s'est quitté mais changer à c'point c'est impossible... Et pourtant, j'me rappelle de tout. D'son visage, d'ses mimiques, d'son rire, d'nos après-midis passées à jouer ensemble... Bordel, ma mère m'a toujours dit qu'je bavais sur elle quand j'étais encore qu'un bébé, c'pour dire... Mes yeux s'illuminent, un sourire se forme doucement sur mon visage et j'lui saute presque dessus, l'entourant d'mes bras comme si j'voulais plus jamais qu'elle reparte. En même temps ça fait un bail qu'j'l'ai pas vu, une éternité même ! Depuis qu'on a déménagé avec ma mère ici, j'ai eu très peu d'nouvelles parce qu'elle était toujours en train d'bosser apparemment. Mais là, là j'l'ai devant moi ! J'arrive pas à contrôler ma force, j'la serre contre moi sans arriver à la lâcher. Quand j'arrive enfin à la laisser s'échapper d'mon emprise, j'attrape son bras et la fait entrer illico dans la baraque, claquant la porte derrière elle. J'souris, comme un con, mais j'souris. Parce que j'suis heureux. « M'maaaaaan, c'est Maxine ! MAXINE ! T'imagines ?! » J'suis euphorique, j'arrive pas à tenir en place. Et quand ma mère croise l'regard d'ma sœur, elle est émue. Vraiment. Elle est à la limite de fondre en larmes. J'me retourne vers Max, un sourire sincère et heureux sur les lèvres. « T'as vu c'que tu fais sale vieille ? » Vue l'état dans lequel est ma mère, elle est sincèrement contente d'revoir Max, tout comme moi.
Made by Neon Demon



Les joints c'est pour empêcher les larmes de couler. Le scotch c'est pour les choses irréparables.
(c) crackle bones
Maxine A. Ghiotto
avatar
Inscrit le : 07/06/2018
Messages : 21
Avatar : Stephani Germanotta
Crédits : llyria
Date de naissance : 07/06/1990
Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Ven 15 Juin - 20:11

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Jayden x Maxine




Qu'est-ce qu'il est désagréable ce môme, bon sang. Je le regarde me faire ses petits yeux comme si il allait me bouffer parce que j'étais en terre inconnue. Un vrai texan et pourtant, je sais qu'on a pas grandit ici. Il me regarde avec sa moue et son ton à couper au couteau. J'hausse un sourcil et je décline mon identité. Je le vois continuer de faire ses yeux noirs. Je ris un instant. "C'est bon, ça tilte ?" J'attends, je suis patiente pour une fois. Je veux voir sa surprise sur son visage et finalement, je ne suis pas déçue. Ses yeux s'agrandissent, sa moue d'appréhension est éclatée par un immense sourire qui lui va si bien. Jayden m'attrape dans ses bras, je lâche mes affaires et les laisse tomber par terre. Il me prend dans ses bras et je l'agrippe dans les miens. Y a comme une impression de famille dans ses bras, une impression de bonheur que j'avais pas eu depuis longtemps. Je me laisse aller et j'sens ma carapace se craqueler au fur et à mesure qu'il me serre dans ses bras. Des câlins comme ça, on en a pas souvent. Je le serre fort contre moi en agrippant ses hanches avec mes jambes. A sa hauteur, je pose enfin ma tête sur son épaule et je lui embrasse la joue en souriant. "Plus jamais sans nouvelles, tu m'entends ? Jamais !" Un immense sourire pointe le bout de son nez sur ma face et je sens des larmes de joies perler sur mes yeux. Maxine Ghiotto ne pleure jamais, sauf dans ces moments là.

Tu me relâches enfin et je tente d'atterrir correctement sur mes talons. Une fois par terre, je sens ton bras me tirer et claquer la porte derrière. Tu oublies le chien et j'oublie mon sac et le cadeau de ta mère sur le palier. Alors que tu me tires en criant, j'éclate de rire. "Jay, t'as oublié le chien dehors." Mais tu ne m'entends pas. En voyant ta mère, je lui courre dans les bras en venant l'embrasser avec autant d'amour que celui que je porte à ma mère. Je viens la prendre dans mes bras en éclatant en sanglot. Je la serre contre moi en souriant. "Vous m'avez tant manqués, tous les deux." Tu me fais remarquer que je fais pleurer ta mère en me disant que je suis vieille, je me tourne vers toi en riant. T'offrant l'un de mes plus beaux doigts d'honneur gantés. "Respecte ta sœur, petit con !" Je me décale légèrement en riant et je viens déposer mes lèvres sur la joue de ta maman. La sonnette se remet à sonner. Je me lève pour ouvrir et j'éclate de rire en voyant Jeremiah, mon chauffeur privé, avec mon sac, le chien et la boite où le chapeau est rangé dans les bras. Il ne m'a jamais vu avec un sourire pareil et je le regarde. "Merci Jeremiah." Je prends les affaires et le petit bout me suit. Je l'appelle en claquant ma langue et il vient a mes pieds.

J'arrive dans le salon où je pose mon sac. J'amène cette immense boite vers ta mère en souriant. "Je l'ai crée spécialement pour toi, et je voulais t'en faire cadeau." Je souris et j'ajoute gentiment. "Pour tout ce que tu as fait pour moi, à quel point tu m'as poussé à devenir ce que je suis aujourd'hui. Je te remercierais jamais assez Melissa, vraiment." J'essuie une larme qui perle au coin de mon œil en me retournant vers toi. "Jayden, je suis désolée... Je ne pensais pas te voir aujourd'hui.." Je baisse un peu les yeux, de peur que tu m'en veuilles. Il faut dire que la famille, c'est la famille et qu'elle est importante à mes yeux comme aux tiens.




©️ Gasmask


Crushing you like a cockroach

©️ flotsam.
Jayden G. Westwild
J'travaille les abdos de mes mains en levant le doigt du milieu
avatar
Inscrit le : 26/12/2017
Messages : 225
Avatar : Max Hamilton
Crédits : t-rex et crackle bones.
Date de naissance : 02/12/1995
Bloc notes :

Baby Chayton ♥️


C'est l'gang de couillus, t'peux pas test fréro

Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Sam 16 Juin - 23:14

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Max & Jay

Sacrées retrouvailles.

Je m'sentais aussi con qu'un verre de terre qui essaye d'voir où il creuse. C'pas possible, j'suis d'venu aveugle ou quoi ?! C'est Maxine putain, Maxine ! Ma seule et véritable sœur qui vient au Texas, j'suis juste heureux mais en même temps choqué. Pourquoi n'était-elle pas restée à New York ? Bon, là n'est pas la question, j'verrais plus tard quand on aura l'occas' d'en parler. Pour l'instant, l'heure est aux retrouvailles et aux effusions plein d'amour. J'ai toujours été câlin mais dans c'cas là c'était comme un "Bonjour" ou un "Welcome back home". Ça f'sait bien trop longtemps que j'l'avais pas vu...10 ans ? Non, moins...enfin pour moi ça f'sait trop longtemps. Quand on a pas vu quelqu'un qui compte pour nous et qui fait comme partie d'la famille, même une semaine c'est trop. Comment j'ai pu oublier son visage sérieux ? Allez, on va mettre ça sur l'compte du fait qu'elle a bien changé depuis New York. Et maintenant, j'veux tellement pas l'oublier qu'je la serre contre moi pour m'imprégner d'elle. Les courbes de son corps, son parfum...jusqu'aux grains d'sa peau. Et même son poids, puisqu'elle décide carrément d'me sauter dessus. Mais ça me dérange pas, au contraire, j'la fait même tourner pour entendre encore une fois son rire. Le contact d'ses lèvres contre ma joue me font sourire alors qu'un frisson parcoure ma colonne vertébrale. Ça aussi ça m'manquait, notre proximité. Quand j'l'entends dire qu'à l'avenir on s'donnera toujours des nouvelles, mon sourire n'fait qu's'agrandir. Une main la soutenant par le bas du dos, j'dégage l'autre pour lui tendre mon p'tit doigt. « Promis ? » J'vois qu'ses yeux s'humidifient et quelques perles d'eau finissent par rouler le long d'ses joues. Les miennes vont pas tarder à arriver si on continue comme ça. C'pas bon, c'pas bon... Avec ma main libre, j'essuie avec délicatesse ses joues. « Pleure pas ou j'vais chialer aussi... » J'lui dépose aussi un bisou sur la joue pour la rassurer puis en profite pour nicher mon visage dans sa nuque à mon tour. J'serais bien resté dans cette position plus longtemps si j'pouvais, mais ma mère attendait elle aussi d'pouvoir revoir sa fille.

Quand j'finis enfin par la faire redescendre, j'attends même pas une seconde pour l'entraîner dans la baraque. J'veux pas être le seul à être aussi content, ma mère doit l'être aussi. Quoi j'ai oublié le chien dehors ? Boh, on s'en branle, j'irais le récupérer après. Les retrouvailles entre une mère et sa fille sont bien plus importantes qu'un clébard qui aurait essayé encore une fois d'me faire un croche-pattes. Et putain, quand j'vois ma mère sourire autant, des larmes coulant aussi sur son visage, j'me dis qu'cette scène j'l'oublierais jamais. Ça f'sait bien longtemps qu'elle avait pas été aussi heureuse. Elle rend tous les bisous, tous les câlins et tous les pleurs que lui offrent Max. Si elle s'appelait pas Ghiotto, juré on dirait une mère qui a pas vu sa fille depuis qu'elle est partie faire ses études à l'étranger. Genre, j'sais pas, y a cette lueur dans ses yeux, celle qu'j'traduirais par "Maxine, je suis fière de toi, regarde comme tu es magnifique." Bordel, j'sens les larmes me monter. Pourquoi elle est obligé d'sortir c'genre de conneries ? Évidemment qu'à nous aussi elle nous manque, c'est logique, pas b'soin de l'dire... J'me sens obligé d'me frotter les yeux, j'ai pas envie qu'on m'prenne pour un faible. Et pourtant, Max en a vu des larmes couler. Et c'est dans c'genre d'situation que ni ma mère, ni moi, arrivons à nous retenir. Surtout elle en fait, elle arrive même plus à caler deux mots. Alors j'prens l'relai. « Toi aussi tu nous as manqué, hein Maman ? » Elle hoche la tête, les larmes aux yeux, et se décroche presque plus d'Max. Donc j'l'accuse comme responsable de ces pleurs, ce à quoi elle m'répond en rigolant et en m'dévoilant un magnifique doigt. J'fais semblant d'être offusqué par son geste. « Sainte Marie Joseph, une grande sœur c'pas sensé donner le bon exemple ? » Et j'rigole, encore et toujours. Maintenant, c'ma mère qui veut plus lâcher Max. Chacun son tour. Mais la sonnette nous arrête dans notre moment en famille. Quel est l'con qui a fait ça ? Attendez c'qui lui ? Un sourire mesquin se dessine sur mes lèvres. « C'ton nouveau toutou ? » Bon, j'la taquinais, parce que c'était évident qu'le mec avait pas du tout l'attitude d'un p'tit copain. Genre, il avait l'air un p'tit peu coincé... Dans tous les cas, il avait rendu toutes nos affaires à Max. Oh merde oui, c'est vrai, on a tout laissé dehors. Par contre, j'suis surpris qu'Chayton la suive comme un bon toutou. Il en a toujours fait qu'à sa tête avec moi mais avec elle ça passe ? J'suis pas d'accord, y a erreur sur la marchandise, on m'l'a pas donné pour qu'il soit plus obéissant avec les autres qu'avec moi ! « Comment t'as fait pour l'apprivoiser comme ça ? J'suis choquéééé ! C't'une vraie tête de mule d'habitude ! » Après, c't'un bébé aussi, donc difficile d'lui apprendre des trucs quand tout c'qu'il veut c'est jouer.

J'suis Max du regard, avec sa grosse boite qui ressemble à un espèce de cadeau. Bon, c'pas pour moi, mais j'suis étonné d'voir qu'elle a apporté un cadeau à ma mère et pas à moi ! Et voilà, bravo, ma daronne a encore les larmes aux yeux mais son sourire trahit son immense joie. Elle ouvre la boite méticuleusement et dès qu'ses yeux s'posent sur l'objet dedans, l'expression d'son visage traduit l'éton'ment, puis un nouveau sourire s'étale sur ses lèvres, beaucoup plus grand qu'le dernier. Elle remercie Max de tout son cœur et lui dit même qu'elle n'a rien fait de plus que lui faire découvrir c'qu'elle valait vraiment. Roh putain, faut vraiment qu'elle arrête les aveux et les compliments sinon j'vais plus pouvoir tenir. Et quand Max m'dit qu'elle a pas prévu d'cadeau pour moi, j'fais la moue. « Comment ça t'as rien prévu pour moi ?! Choqué déçu. » J'reste un bon moment comme ça avant d'me diriger vers elle, déposant une nouvelle fois un bisou sur sa joue. « T'inquiète, juste te revoir ça m'fait l'plus grands des plaisirs. » Un sourire sincère, avant d'me rendre compte que si, y a bien quelque chose qu'elle pourrait faire pour moi. « Ah si en fait, si tu veux t'faire pardonner, va falloir de un qu'tu manges un part d'ce gâteau dégueula... » Ma mère me tape avec la boite qui contenait son cadeau, je jure, puis reprend en riant. « Et de deux, j'veux qu'on rattrape l'temps perdu genre, j'sais pas, on s'fait une p'tite sortie dans Austin et tu nous racontes où est-ce que t'étais passée et c'que t'as fait ces dernières années. » Je plisse les yeux. « C'pas négociable en fait. » Cette petite sortie incluait ma mère, évidemment, et Chayton aussi pourquoi pas. Parce que ouais, elle est pas venue jusqu'ici pour offrir un cadeau à ma mère, j'veux qu'elle me dise comment elle va, c'qu'elle fait dans la vie, tout en fait.
Made by Neon Demon



Les joints c'est pour empêcher les larmes de couler. Le scotch c'est pour les choses irréparables.
(c) crackle bones
Maxine A. Ghiotto
avatar
Inscrit le : 07/06/2018
Messages : 21
Avatar : Stephani Germanotta
Crédits : llyria
Date de naissance : 07/06/1990
Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le Mar 19 Juin - 18:51

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Jayden x Maxine




Le nez niché dans ton cou, je relève la tête un instant en te regardant. Je viens de te jurer que plus jamais, on n'arrêtera de se donner des nouvelles. Tu me tends ton petit doigt comme quand on étaient petits et je ravale mes larmes, qui n'arrêtent pas de dévaler mes joues. J'attrape ton auriculaire avec le mien et je le serre, plongeant mon regard dans le tien. "Promis, Jay." Tes doigts effacent les larmes qui coulent et je te souris encore en te regardant. Tu as tellement changé ! Mais ce regard, oh my. Ce regard. Ces yeux bleus perçants, eux, je ne les oublierais jamais. Je les aimes beaucoup trop. Je ris un peu en t'écoutant me dire que tu vas te mettre à pleurer. "T'as le droit, je te jugerais pas." Je sens tes lèvres venir contre ma joue et je soupire d'aise. Ca faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi bien dans les bras de quelqu'un. Je te laisse nicher ton visage dans ma nuque, te serrant contre moi avec amour et tendresse.

Tu me déposes au sol et nous partons voir ta mère, ma mère, la notre. Avec ce niveau d'amour qui flotte dans l'air, je me retrouve au sol en allant câliner cette femme qui a tant fait pour moi. Elle comme moi, nous pleurons et je sais très bien que d'où tu nous regardes, tu pleures aussi. Tu insinues que je vous ai manqué à tous les deux et Melissa hoche la tête en pleurant encore. Je la prends dans mes bras. Je suis tellement heureuse de vous revoir tous les deux, je sais que les larmes ne s'arrêteront pas tout de suite. Ta réponse à mon doigt d'honneur me fait rire et j'en profite pour retirer l'humidité qui est présente sur ma joue. Mais la sonnette sonne et Jeremiah nous apporte ce que nous avions laissé dehors. Je me retourne vers toi en riant. "Jeremiah ? Non, c'est mon chauffeur perso." Je rentre en fermant la porte et j'éclate de rire quand tu pètes un petit câble à propos de Chayton. "J'y peux rien, moi ! Il m'aime c'est tout." Histoire de pousser le vice encore plus loin, je me retourne vers Chayton qui déambule et je lui demande de s'asseoir. Le chiot s'exécute d'un coup. Je te lance un regard comme pour te dire : "Et toc !", je caresse Chayton en souriant puis je viens enfin offrir son cadeau à ta maman.

Malheureusement, je n'en ai pas pour toi et ça me désole. Mais je sais d'avance ce que je te ferais : un magnifique costume qui fera ressortir tes beaux yeux. Je te regarde faire le pitre en me disant que tu es choqué et déçu. "Ouais, ouais. Laisse nous tranquilles. " Je te tire la langue, tu sais très bien que je rigole. L'angoisse que tu puisses m'en vouloir est passée et tu me le confirmes lorsque tu viens m'embrasser sur la joue et je souris en te prenant dans mes bras. "T'imagines même pas à quel point je suis heureuse de vous revoir, vraiment." Et je ne mentais pas. Je ne savais pas du tout que vous étiez ici avant de l'apprendre de ma mère, une semaine plus tôt. J'embrasse Melissa sur la joue en me relevant et je viens m'asseoir sur le canapé. Je commence à rire quand tu me dis que tu n'aimes pas la tarte aux fraises. Je vois Melissa te frapper avec la boite, gentiment. Et j'éclate de rire. Je te regarde. "Va s'y, donne moi cette tarte." J'avais faim, beaucoup trop faim. Eh oui, ça creuse les émotions. Je t'écoute me dire que tu veux qu'on rattrape le temps perdu, mais pour moi ça me semblait évident. "Ce serait avec plaisir ! Mais, j'impose une condition. Seulement si je vous invite dans un des meilleurs restaurants de la ville et si, j'ai le droit de promener Chayton." Bon, finalement, y en a deux mais c'est pas très grave.




©️ Gasmask


Crushing you like a cockroach

©️ flotsam.
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden., le

Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. - feat Jayden.

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin East :: Logements-