Partagez| .

Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée


Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le Lun 21 Mai - 14:16

Prénom
Nom

Cillian
Callahan

Une nuit mouvementée


Sérieusement ? Une purge ? C'est à se demander comment ce type a été élu à ma tête de la Mairie... Soit les gens sont totalement cons, soit... ils sont cons... Je ne vois pas d'autres explications. Ayant fait moi-même parti des forces de police, je sais déjà que cette nuit va être un vrai calvaire. Des innocents risquent de souffrir inutilement. Quant à l'interdiction de meurtre et de viole, elle est vaine. Les pires criminels de la ville vont s'en donner à cœur joie. Sans parler des gens bien qui vont se laisser aller à leur plus bas instinct. Les rues risquent de devenir une véritable jungle. C'est donc tout naturellement que je me suis porté volontaire pour un service de nuit supplémentaire. Pourtant, ce n'est pas pour moi que je suis inquiet, mais pour mes enfants. Surtout avec le fantôme du passé qui vient de ressurgir. Je les ai confiés à leur nounou et ils sont tous les trois partie loin de la ville dans la famille de jeune femme. Et j'ai fait le nécessaire pour qu'ils soient placés sous protection, juste au cas où. Avant de rejoindre la caserne pour renforcer les équipes de secours, j'ai quand même pris mon arme. Techniquement, on n'a pas le droit, mais pour cette nuit, nos supérieurs ont fait une exception. Le but est de pouvoir venir en aide à la population, pas de risquer bêtement nos vies.

Lorsque je prends mon service, je ne suis pas surpris de voir autant de volontaires. Pompiers et secouristes, tous sont sur le pied de guerre. J'ai longtemps protégé la population de Los Angeles en étant flic. Aujourd'hui, je sauve des vies dans mon ambulance. Et tous les hommes et femmes qui sont autour de moi et qui écoutent le briefing du chef, son comme moi. Donner nos vies pour sauver un inconnu ne nous fait pas peur. Pourtant, l'inquiétude pointe dans la voix du capitaine. Il tien à ces hommes, c'est ce qui me plaît ici. Il termine son petit laïus en nous intimant l'ordre de tous revenir en un seul morceau. Je donne une tape amicale sur l'épaule de mon coéquipier. Je sens qu'il n'est pas rassuré. Alors qu'on grimpe dans l'ambulance pour rejoindre notre secteur et commencer notre ronde, je tente de le rassurer. Il n'a rien à craindre tant qu'il fait ce que je lui dis si le danger menace. Je ne peux pas lui expliquer que j'ai de l'expérience, que j'ai été flic par le passé, mais mon assurance l'apaise et il se détend. Cela ne fait que peu de temps qu'il est secouriste, mais je sais que je peux compter sur lui. Et j'aime son caractère bon enfant. On s'entend bien et j'ai une totale confiance en lui. Ce qui est rare depuis la mort de Maeve. Quoiqu'il en soit, malgré la tension qui règne dans la ville, on garde le moral et on discute comme à notre habitude alors qu'on circule dans les rues, attendant notre premier appel de la nuit ou du premier incident que l'on pourrait voir de nous-même.

Soudain, la radio grésille. Une agression ! Ca y est, c'est parti. J'allume la sirène et colle le pied au plancher pour me rendre à tombeau ouvert à l'adresse indiquer.





Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Mikkel Larsen
avatar
Inscrit le : 06/12/2017
Messages : 138
Avatar : Colton Haynes
Mes rps :

Bloc notes : /

Afficher


Re: Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le Lun 21 Mai - 16:05

Et merde. Une purge contre le gang de la ville. S'il y en avait bien un qui ne se cachait pas de faire partie de cette gang c'est bien Mikkel. Quoi que, il était du genre plutôt tranquille et ne faisait pas trop de vague comparé à d'autre beaucoup plus fou à lier que lui. Pourtant, cela ne l'empêcha pas de sortir de chez lui afin d'aller se prendre un truc à manger. Son appartement était complètement vide et il n'y avait que les très petits casse-croûte d'ouvert alors c'est à cet endroit qu'il se rendit d'un pas lent et nonchalant. Il n'allait tout de même pas se mettre à courir cela allait paraître beaucoup trop louche... puis le Danois savait tout de même se défendre.

Alors que cela faisait plusieurs minutes qu'il se baladait, il entendit un bruit sourd derrière lui. Avant qu'il ne puisse se retourner pour voir se dont il s'agissait, il sentie une lame tranchante transpercer son bras. La douleur était vive et franche, mais tout de même, il ne se laissa pas faire. Alors que l'homme masqué tenta de se jeter sur lui de nouveau, Mikkel sortie lui aussi son couteau de sa ceinture pour se protéger. '' On s'connait? Y'a que les lâches qui attaquent par derrière. Montre ton visage. '' Il tenta de le provoquer pour qu'il puisse se venger plus tard ou bien demander à quelqu'un de le faire s'il ne le pouvait suite à cet altercation. L'homme se jeta sur lui et son couteau réussie à taillader le bras du dealer. De son côté, Mik' réussie aussi à toucher son attaquant faisant à la fois un trou dans son masque noir. Sans qu'il puisse répliquer de nouveau, l'homme beaucoup plus gras que lui réussie à planter son couteau à deux reprises dans son flan droit. Les mains faisant pression sur sa blessure, il se laissa glisser sur le sol et l'homme repartie dans la direction inverse. Maudit maire!

Le jeune homme tenta bien que mal d'atteindre son téléphone afin appeler les secours ne voulant pas se vider de son sang sur le sol de la rue. Même si en vrai, il avait toujours penser qu'il allait partir de cette façon. Il composa le numéro et entendit une femme répondre. '' Attaque.. couteau... angle 15e rue. '' Dit-il sans réussir à contenir quelques gémissements.
Nyx Ackerman
avatar
Inscrit le : 09/03/2018
Messages : 57
Avatar : sg.
Crédits : kane.
Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: BRAVADOW / MOONK.
• ÂGE : 18 yo.
• BLOC NOTE :


Re: Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le Mer 30 Mai - 14:31

Les sirènes, au loin, chantaient avec tonnerre, annonçant telle des sybilles la fin de lie. Leurs échos répétés atteignaient bien certainement l’ouïe des habitants, trahissant l’inquiétude et la peur qui gorgeaient ce semblant de nonchalance, d’assurance, qu’ils vendaient à la pelle à ceux qui remettaient en cause leur masculinité.

Nyx s’interrogeait.
L’universitaire réfléchissait, sérieusement.
Elle se demandait comment on pouvait s’obstiner à faire preuve d’autant de bêtise, en observant les agissements de certains membres des gangs locaux. Slalomer entre les rues de la ville à cette heure avancée de la nuit, malgré l’interdiction de la mairie, et avec toute la police aux aguets et possédant une liste de suspects potentiels, relevait purement et simplement d’un acte suicidaire. La décision du maire, elle, était plus idiote encore. En plus d’être probablement illégale d’un point de vue international (si la femme se souvenait convenablement de ses acquis en matière de loi), cette décision avait eu le don non seulement de créer la panique mais aussi de rameuter les assassins d’autres villes, qui eux profitaient de l’occasion pour exercer leur art sans impunité, dans le secret, en tirant les ficelles pour accuser les autres. De redoutables assassins, tels qu’Alekseï Konstantin, autrement dit tout ce dont la Ackerman n’avait fichtrement pas besoin pour compliquer sa soirée. Ami d’enfance, émissaire haut placé dans les agissements de la vraie famille royale et accessoirement taré de la pire espèce.

« Nous ne sommes pas dans un putain de film, Alekseï ! » cracha l’aristocrate, les veines de son crâne commençant à pulser dangereusement. L’Appolon s’amusait à produire de lourdes détonations avec sa carabine de secours, histoire de faire éclater le chaos qui menaçait de tout absorber. Nyx le suivait les joues rougies par l’effort, le visage encagoulé, brisant les caméras avant qu’il n’ait eût le temps de se faire remarquer. Alekseï était un professionnel irréprochable lorsqu’il était en mission. Mais lorsque la foule était impliquée, que le crime lui semblait ouvertement permis d’une certaine façon, il perdait la tête et laissait les autres nettoyer ses dégâts après lui. Plus correctement, il faisait le con, s’en contrefoutait et les autres se sentaient obligés de nettoyer. Aleksei était un lunatique de la pire espèce, que Nyx avait appris à couvrir depuis qu’elle était en âge de lacer ses chaussures et cette habitude n'avait jamais changée. Sa loyauté envers les personnes qu’elle appréciait, et le peuple du bas, ne frémissait face aux hautes vagues et marées.

Pourtant, aujourd’hui, elle n'aurait pas dû. Ce n'était pas sa place, pas son rôle. Elle demeurait la jeune femme qui avait débarqué dans la belle ville en vue de se reconstruire, alors comment expliquer la situation dans laquelle elle était imbriquée ? Contrairement à l’Al-Din à LA qui était chargé d’exécuter des missions d’infiltrations, Nyx avait été délestée de la plupart des tâches pratiques qu’incombaient son rang. De temps en temps, elle était éprouvée pour qu’on évalue si elle n’avait pas perdu la main, mais ce n’était jamais rien de dangereux. Il n’y avait que la famille des bas-fonds qui touchait aux affaires sales.
Pour en revenir au fait, Nyx avait reçu la visite d’Aleksei qui avait coïncidé avec l’appel de la mère d’un de ses nouveaux amis qui s’inquiétait de ne pas avoir vu son fils rentrer. La brune s’était alors à son tour inquiété, même si elle était consciente de ce que sa mère ignorait, soit qu’il soit un gros consommateur de drogues, Evans était un bon type dans le fond. Donc elle s’était proposée.

- « Heeeey ! Oïïï ! Ackerman. » fit le grand homme en mitraillant la toiture d’un restaurant asiatique.

- « MERDE ALEKSEI. M’APPELLE PAS PAR MON NOM ET BORDEL DE MERDE ARRETE OU J’VAIS FINIR PAR TE TROUER. QU’EST-CE QUE TU VEUX ?»

- « Y’a un crevard qui ressemble à ton pote, là, dans le coin. »

La physicienne s’avance et tombe sur le visage pâle de Mikkel et la tâche de sang qu’il empêche de s’étendre sur le reste de son torse. Elle se tourne alors vers son partenaire, l’expression chargée de dépit. « Mais bordel, t’as vu la photo ! Tu l’as bien vue ! Evans est aussi noir que la blondeur qui te coiffe ! C’EST UNE TETE DE SUD-AFRICAIN CA POUR TOI ? »  Le grande russe lui renvoya une moue boudeuse. « Tu sais bien que j’ai des problèmes de vision, une fois une certaine heure passée, Ackerman ! Puis tu crois vraiment être bien placée pour baser l’appartenance de X à une nation à partir de la couleur de peau ?» fit-il en soulevant implicitement ses origines hispaniques.

La gosse hésita une seconde entre se prendre la tête entre les mains ou commencer à le cogner.
Puis finalement, elle finit par opter pour la relaxation, inspirant grandement.
Avant de relâcher le tout.

- « Ne me provoque pas, Konstantin. Pas ce soir. »  

Elle s’avança et présenta son portable au blond avec le numéro des urgences préalablement affiché. « On prévient les secours ou vous avez quelqu’un qui peut s’occuper de ça pour vous ? »  La question pourrait paraitre étonnante, mais ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait face à ce genre de cas, elle savait comment procéder. Être admis à l’hôpital, équivalait à être dénoncé auprès des autorités (dans le cas d’un immigrant) ou d’être repéré par les flics ou le fbi. Dans la majorité des cas, les gangsters avaient un plan de rechange, quelqu’un chez qui ils pouvaient être pris en charge sans s’inquiéter de l’avenir. Le sang, les crimes, ce genre de scènes faisaient partit intégrante de la routine du le russe et étaient pour l’anglaise un lourd rappel du passé, de ses fameux entrainements.
« Tu joues au bon samaritain, maintenant Ackerman ? OÏ ! Hey ! Tu m’écoutes ??!!!» fit la voix du Russe en fond sonore.

Spoiler:
 
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le Sam 30 Juin - 15:15

Prénom
Nom

Cillian
Callahan

Une nuit mouvementée


Une chose est sur c'est qu'on enchaîne ce soir. Pas le temps de souffler. C'est à peine si on peut déposer un patient à l'hôpital qu'on doit déjà repartir. Pour l'instant, on a de la chance, on a perdu personne. Mais cette soirée d'horreur ne fait que commencer. Et je dois avouer que je commence déjà à en à voir marre. Si je mets la main sur le salopard qui a autorisé ce carnage, je lui fais une cravate avec sa langue. Mon équipier est en train de remplir de la paperasse aux urgences afin de faire un peu de réapprovisionnement pour continuer à être opérationnel. J'en profite pour envoyer un message à la nounou et prendre des nouvelles des garçons. Ils doivent être énervés de ne pas pouvoir aller jouer dans le jardin comme d'habitude. Et si jamais ils tombent sur les infos à la télé, ils pourraient s'inquiéter. Alors autant les rassurer à chaque fois que possible. Quoiqu'il en soit, je venais de finir de nettoyer l'ambulance et de la préparer pour le prochain patient lorsque la radio grésilla à nouveau, annonçant une blessure par arme blanche à priori. Je fais signe à mon partenaire de se magner le cul car on doit décoller. Pendant qu'il monte à l'arrière pour ranger le matériel, je me mets au volant et démarre en trombe, toutes sirènes hurlantes.

« Où on va cette fois ? »

Demanda mon collègue en repassant devant.

« Angle de la 15e, c'est tout ce qu'on a. Il va falloir ouvrir l’œil sans plus d'information. »

Bien que mon attention soit concentrée sur la route, je vois dans l'angle de mon champ de vision le visage de mon collègue qui se renfrogne. En quelques minutes, nous arrivons dans la rue mentionnée. Mon partenaire demande si on a plus d'informations au central. Comme je m'y attendais la réponse est négative. Apparemment, c'est la victime elle-même qui a donner l'alerte du coup, j'imagine qu'elle est mal en point. Soudain, mon coéquipier me montre un point du doigt quelques mètres devant nous. Je ralentis et gare notre véhicule le plus près possible de la victime. Par réflexe, je saute de l'ambulance et me dirige en courant à l'arrière pour attraper la sacoche de matériel et brancard. Alors qu'on s'approche, mon instinct de flic est en alerte. Je vérifie que mon arme est bien accrocher à ma ceinture. Le fait de l'avoir sur moi me rassure même si je ne laisse pas paraître mon inquiétude.

Je réalise soudain qu'il y a trois personnes. Un homme au sol, notre victime, une jeune femme près de lui et un autre homme un peu à l'écart. C'est ce dernier qui m'inquiète. Il a l'air agité et je n'aime pas cela. Mon collègue, loin, d'avoir mon expérience, n'a pas la même notion du danger. Il se dirige déjà à vive allure près de notre patient alors que pour ma part, je tente d'évaluer la situation. Je ne la sens pas bien cette intervention. Mais je dois m'occuper du blessé. Pourtant, ma vigilance est accrue. C'est étrange comme je retrouve facilement cet instinct qui me dicte ma conduite en cas de danger. Je m'accroupis près du jeune homme au sol et effectue les contrôles de routine.

« Vous m'entendez ? »

Son visage ne m'est pas inconnu. Soudain, ca fait tilt dans mon esprit. Encore un fantôme du passé. J'avais été prévenu qu'il était dans le coin pourtant. Mais je ne m'attendais pas à cela. Pendant une fraction, seconde-je me demande si je dois vraiment lui venir en aide. C'est horrible de me demander cela vu les circonstances, mais la situation est particulière. Pourtant, je chasse cette éventualité de mon esprit et me concentre sur ma tâche. Je porte mon attention sur la jeune femme et lui demande :

« Vous le connaissez ? Vous savez ce qu'il s'est passé ? »

Tout en parlant, mes mains s'activent machinalement. La voix de mon équipier me signale trois blessures à armes blanches. Une au bras et deux au flanc. Je donne mes ordres concernant les médicaments à donner, notre priorité est de le stabilisé pour pouvoir le transporter au plus vite et surtout dégager d'ici. Je n'aime pas le regard que je sens dans mon dos.





Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Mikkel Larsen
avatar
Inscrit le : 06/12/2017
Messages : 138
Avatar : Colton Haynes
Mes rps :

Bloc notes : /

Afficher


Re: Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le Ven 27 Juil - 17:02

La douleur était fulgurante. C'était comme s'il pouvait ressentir son cœur battre dans chaque trou laissé par la lame. Le Danois n'était pas du genre à ce plaindre, mais il souffrait en ce moment et surtout, il perdait beaucoup de sang. L'homme, qui était maintenant bien loin, lui avait sans doute sectionné une artère pour qu'il se vide à cette vitesse. Avait-il peur de mourir? Pas vraiment. Il n'avait pas vraiment envie, mais il ne laissait absolument personne derrière lui. Mis à part son gang, il n'avait personne dans sa vie alors à quoi bon s'accrocher encore, c'était si douloureux...

C'est alors qu'une femme arriva devant Mikkel et lui proposa d'appeler de l'aide pour lui. De peine et de misère et surtout avec une voix faible et entre coupé de gémir, car chaque respiration était ardu, il prit la parole.

-Déjà.. appelé...


Il tenta de rester le plus fort possible, par orgueil sans doute... Putain, lui avait -il touché le poumon le salopard? Il arrivait à peine à respirer. C'était comme s'il se noyait sans son propre sang, c'était tout simplement l'enfer. Puis, il entendit la sirène des ambulances. C'était comme si à ce moment, il savait qu'il n'avait plus a lutter parce que quelqu'un allait le faire pour lui. Il ferma les yeux. Pour le Danois, c'était comme s'il regardait un film les yeux fermés. Il pouvait entendre absolument tout autour de lui. Un homme qui semblait paniquer, les pas de deux personnes s'approcher de lui puis, un voix qui lui demandait s'il les entendait. Mik' ouvrit les yeux difficilement et laissa échapper un gémissement sans qu'il ne puisse le retenir. Il se sentait étourdit, mais tenta tout de même de répondre.

-Un gars... couteau... par derrière... j'arrive pas... j'arrive pas à respirer.
Nyx Ackerman
avatar
Inscrit le : 09/03/2018
Messages : 57
Avatar : sg.
Crédits : kane.
Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: BRAVADOW / MOONK.
• ÂGE : 18 yo.
• BLOC NOTE :


Re: Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le Sam 4 Aoû - 21:48

nyx acquiesça face à la réponse de l'homme, signe qu'elle a assimilé ses dires et pris en compte l'effort qu’il avait employé pour émettre des mots aussi simples. pour éviter d’aggraver l’état de l’homme, elle ne fit aucune démarche dans le but de le soigner. l’hémoglobine s’écoulait avec allégresse des blessures de l’homme, mais ce qu’elle craignait le plus c’était l’ampleur des dommages intérieurs. une hémorragie interne aurait bien vite raison de lui, si l’ambulance ne rappliquait pas… immédiatement.

une voiture de police accosta dans les flancs de la rue à la lisière de la pensée évaporée, la crinière de la brune jongla entre le Russe et les officiers qui se précipitaient hors du véhicule. l’allée était maculée du sang du blessé dans lequel le premier agent piétina en quête de lui attribuer les premiers soins. il lui posait des questions dans un tel état de panique, que nyx devina bien vite que ce genre de scènes ne devait pas lui être familier. son innocence allait éclater en fumer avec les cendres des cadavres qu’aurait abandonné la nuit au petit matin. Un autre s’avança parlant de façon, beaucoup plus posé et calme, amenant la brune à répondre avec honnêteté :

Non et non. une ambulance est en route apparemment, il a énormément de difficulté à parler et à voir son état le poumon doit être touché. stabilisez-le ou il fera pas long feu. » peut-être qu’elle était tout de même un peu affectée face au spectacle d’une vie qui s’effaçait. Donner des ordres aux officiers n’était pas de coutumes, à vrai dire, y’a longtemps qu’elle aurait dû se casser bien avant que le duo ne rapplique mais fallait croire que sa part d’humanité la handicapait beaucoup trop.    

l'organisme en ébullition de Konstantin, la jeune Nyx elle le ressentait niché dans ses tripes à elle. la lueur tentatrice qu’émettait la carabine éclairée par les rayons de lune, momentanément dissimulée derrière la corpulence du nordique, ne l’enchantait guère plus. Une folie qui scintillait dans ses iris qu'elle s'essayait de dissuader à force de grands regards significatifs. Y’avait comme un pressentiment macabre qui gorgeait l'atmosphère, une appréhension patiente face à l'inéluctable. une bulle menaçant d'éclater d'un instant à l'autre, au rythme des pas du Russe qui se mouvait encore plus bizarrement.

- J'ai une question pour vous, les keufs ? claqua la voix lourde du Russe, son accent débordant de chaque syllabe. Qu'est-ce qui vous motive à vous bouger l'matin hein ? à faire s'métier ? vous vous croyez mieux que nous ?

Konstatin n'aimait pas les flics, car ils représentaient tout ce qui l'exaspérait : la morale, les règles, les codes, les protocoles. puis y avait le fait qu'ils aient buté sa mère aussi, mais d'après lui c'était moins grave que son aversion naturelle. et si cette purge lui permettait de s'en débarrasser impunément, à foison et sans prendre de pincettes, il n'allait pas se gêner. de toute façon, il ne se serait pas retenu non plus en absence de toutes ses autorisations.

- am... stram...

les dextres de la femme s’octroient un sursaut dans un vieil automatisme qui se réveille à l’entente du timbre de voix que produit son ami. dans un réflexe bourru, la brune s'élance de tout son poids sur Cillian pour le dégager de la trajectoire du fusil qui vomit une rasade horizontale dans la ruelle. elle maintient le policier plaqué contre le mur, derrière la benne à ordure derrière laquelle ils ont eu le temps de se réfugier. La brune coince dans sa gorge la grande expiration qu’elle meure d’envie de laisser sortir et indique au policier qu’une deuxième fournée de balles risque de s’échapper de l’engin. enfin, logiquement, l’appareil devrait manquer de balles mais avec Konstantin on n’était jamais trop prudent.  

y’a son cœur qui bat contre sa tempe à une vitesse fulgurante, lorsque le constat l’étreint de plein fouet. le Russe ne l’avait pas épargné dans son viseur, nyx aurait compté parmi les nombreuses victimes de l’hérétique, sans ses réflexes. Ce n’était pas la première fois que son canon l’épargnait de peu, mais sans qu’elle n’ait été prévenue à l’avance, ça puait un truc louche. la visite surprise, l’insistance qu’il avait avancé pour l’accompagner lors de la purge… Ce putain de connard voulait la descendre elle aussi. Avec Mikkel à terre, le second agent probablement blessé, son arme presque à bout de minutions, sous le plafond ombragé de cette nuit mouvementé, seul Cillian représentait un synonyme d’espoir.

Au loin on pouvait entendre son rire qui approchait et une conversation avec l’agent blessé à terre.
Vous n’avez rien ? Je vais l’attirer ailleurs mais dès que je m’élancerais, tirez-lui dans les jambes, à travers l’angle de la poubelle ça serait parfait. c'est un professionnel si on agit pas intelligemment et rapidement, il nous aura. »

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée, le

Nyx & Mikkel - Une nuit mouvementée

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: Autres lieux-