Partagez| .

Morrigan - Charivari à la bibliothèque


Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Lun 21 Mai - 1:13



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Cela fait quelques jours déjà que j'ai appris qu'un atelier découverte était organisé pour les enfants à la bibliothèque. Alex et Nicky commencent à déchiffrer quelques mots déjà, alors pourquoi pas les inscrire. Cela ne pourrait pas leur faire de mal. Et puis cela me permettrait à moi aussi de prendre le temps de lire un bouquin en attendant. L'atelier commence à quatorze heures, du coup, j'ai décidé qu'on irait déjeuner dehors, en famille. Naturellement, il ne fallait pas compter sur un restaurant gastronomique, ils étaient encore bien trop jeunes pour rester tranquillement à table. Nous nous rendons donc dans un fast-food où il y a un air de jeu à l'intérieur. Je n'ai même pas le temps de passer la commande au comptoir que mes deux petits monstres sont déjà partie jouer. Au moins, ils se seront bien défoulés. Cela sera certainement plus facile pour ceux qui devait encadrer l'animation. Je m'installe à une table près du terrain de jeux et appelle les garçons pour qu'ils viennent manger. Bien qu'on ne se fasse pas souvent ce genre de sortie, car je manque de temps à cause de mon boulot, ils savent très bien comment ça marche. Du coup, ils s'installent docilement en face de moi et commencent à manger en se trémoussant. Je sens bien qu'ils n'ont qu'une hâte, c'est de se retourner jouer. Au bout de dix minutes, je craque et les laisse retourner s'amuser pendant que je finis tranquillement mon burger tout en gardant un œil sur mes garnements.

L'heure de partir arrive rapidement. Quand je leur annonce qu'il est temps de se rendre à la bibliothèque, je m'attends à des trucs genre « encore un peu papa » mais non, ils sautent de joie. J'ai du bien leur vendre le truc. Ou c'est tout simplement leur curiosité naturelle qui les pousse à vouloir y aller. Quoiqu'il en soit, cela me facilite la vie. J'adore mes jumeaux, mais parfois, c'est vraiment la croix et la bannière de s'en occuper seul. Dans ces moments-là, Maeve me manque encore plus que d'habitude. Heureusement que je peux compter sur la nounou pour jouer le rôle de la figure maternelle. Après avoir grimpé les escaliers en courant, j'explique à Alex et Nicky qu'ils doivent se tenir tranquille et ne pas faire de bruit une fois que nous aurons franchi le seuil de la bibliothèque. Une fois à l'intérieur, je me rends au comptoir pour demander où je dois emmener les enfants. Lorsque j'ai ma réponse, je baisse les yeux et... Oh misère ! Les jumeaux, on disparut. Je regarde autour de moi et les vois disparaître au coin d'un couloir. Je remercie rapidement la jeune femme et part en courant pour les rattraper. Il ne faut pas croire, mais malgré leurs petites jambes, ils galopent vite les salopiauds. Lorsque j'arrive à l'angle du couloir, ils ont déjà disparu. Et merde. Ce lieu est l'endroit rêvé pour une partie de cache-cache et je suis sûr que c'est ce qu'ils ont derrière la tête. Je me mets à errer avec méthode, passant d'une allée à l'autre. Je les entends rire, ravi de leur petite farce. Si nous n'étions pas dans une bibliothèque, j'aurais certainement crié pour les rappeler et qu'ils comprennent qu'ils font une bêtise. Mais là, je me contente de répéter leurs prénoms à voix basse. Sans succès forcément.

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Lun 21 Mai - 17:46

Charivari à la bibliothèqueCillian x Morrigan
C'était fréquent qu'on réalise quelques petits évènements à la bibliothèque, surtout pour les enfants en bas âge, mais jusque maintenant je ne m'étais pas sentie capable de les gérer. J'avais un peu le trac mais ma collègue m'y avait poussé pour que j'avance. Je voulais que ça soit un peu différent, pas une exposition chiante, ou une présentation de livre bidon. Les contes... Tous les enfants, ou presque, aimaient ça, mais il fallait que je rende ça plus vivant. Comme certains parlaient de pirates, j'avais fait une selection et m'étais décidée pour une forme de jeu de piste ou de chasse au trésor, adapté à l'âge des enfants qu'on recevrait. En l’occurrence, on avait parlé d'un groupe d'enfants de 3 à 6 ans, grand maximum.

Patty m'avait aidé à l'installer le matin même, et j'avais apporté les dernières touches, que ce soit décors ou bien vérification de certaines cachettes pour voir vérifier si elles étaient attrapables, une bonne vingtaine de minutes avant l'arrivée des enfants. Habillée en femme pirate pour l'occasion, j'attendais nerveusement près de la table où j'avais installé une carte du monde des faux ustensiles de navigation, ma lettre dans une bouteille, accompagnée de sa carte aux trésors quand je vis déambuler ce qui devrait constituer les premiers membres de mon public d'enfants. La collègue qui devait mener l'activité en ma compagnie selon le nombre d'enfants, et qui elle, était déguisée en princesse de conte de fée commença à ronchonner parce qu'ils courraient partout et faisaient du bruit:

-S'ils continuent, je vais les...
-C'est bon, il ne font rien de mal, ils s'amusent..., répliquais-je tranquille cachant mon manque d'assurance derrière une confiance de façade, cette fois-ci.
-Oui mais ça va déranger ceux qui étudient...
-Relax, ce ne sont que des enfants... Et les autres sont pas dans le périmètre de jeu... Qu'est-ce que ce sera quand y'en aura plus d'une dizaine?
-Il est en train d'arracher un de tes indices...
-QUOI?!

J'avais crié sans prendre garde et foncé droit devant, pour me rendre compte qu'il n'y avait personne là où ma collègue avait regardé juste avant. Je me retournais, surprise, puis haussais les sourcils d'incompréhension. En voyant son sourire tendu mais narquois, je compris rapidement qu'elle se payait ma tête. Pourtant, deux secondes après, j'entends rire, comme la première fois, et je commence à me promener dans les rayonnages afin de trouver mon trouble fête. Pourquoi n'était-il pas accompagné ce chenapan?

Il me fit courir un bon moment jusqu'à ce que je passe entre deux rayons en perdant sa trace... Finalement, je vis un petit pied qui dépassait d'une étagère. Alors que je m'approchais silencieusement pour faire sortir le petit farceur de sa cachette, un petit cri retenti, de l'autre côté puis un chouinement. Déjà, je vis un de mes incides en lambeaux et je me plaquais la main sur le visage pour conserver mon calme, en chuchotant:

-Ce ne sont que des enfants...

Le seul enfant que je connaissais de près c'était le fils de Gary, mon colocataire, et il était lui aussi un peu canaillou, mais autrement plus... Maléable... Je ne sais pas si c'était parce que je vivais avec ou parce que son père était là, mais c'était toujours plus facile de le comprendre et de le canaliser. Là je devais être en face de deux piles électriques.

Le chouinement recommença, et j'entendis un petit gémissement de frustration. Il me fallut un gros self controle pour ne pas rigoler. Le bambin avait réussi à coincer son pied entre un rayonnage et deux livres. Sauf qu'il n'arrivait plus à le retirer et qu'il tirait sur sa jambe, en vain. Je m'approchais délicatement comme si j'avais peur d'une bête sauvage, m'accroupissais et allais attraper les livres en question pour dégager son pied, quand le petite cria:

-Papa!!!!


Mon costume avait dû lui faire peur, ou bien était-ce parce qu'il ne me connaissait pas, mais il semblerait que ma présence lui faisait peur. J'allais tenter de le rassurer, quand je sentis deux petites mains me pousser et je me retrouvais à plat ventre, perdant l'équilibre à cause de la surprise.

-Humpf! Si je vous attrape... Je...

Le petit avait voulu protéger son frère, sans doute. J'allais me relever quand je sentis deux poids sur mon dos. Les petits morveux étaient assis sur moi. J'offrais un petit sourire chaleureux:

-Vous allez voir, vous! Vous perdez rien pour attendre...


Je me retournais doucement sur le côté, en souriant, puis commençais à chatouiller celui le plus à ma portée, sans les faire tomber par terre, bien entendu. Les rires résonnèrent dans la bibliothèque et un grand chuttttttttt de la part de ma collègue restée au bureau me fit comprendre que je devais calmer le jeu.
© YOU_COMPLETE_MESS
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Mar 22 Mai - 19:00



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Le problème quand on a des jumeaux, c'est qu'ils ont la fâcheuse tendance à s'en grainer l'un l'autre. Quand Nicky commence à faire une bêtise, Alex le rejoint et inversement. Et puis, ils sont comme moi, déterminés et têtus. Du coup, ils n'abandonnent jamais tant qu'ils ne sont pas satisfaits. Alors autant dire que je n'étais pas près de les retrouver tant qu'ils ne l'auraient pas décidé. J'ai beau savoir qu'il s'agit certainement d'un jeu pour eux, je sens la colère monter. Et ils vont se faire sérieusement gronder quand je leur mettrais la main dessus. Ils détestent cela quand je prends ma grosse voix. Je n'ai jamais eu besoin de crier avec eux. Il me suffit de parler d'une voix plus grave que d'ordinaire pour les calmer tout de suite. Mais je ne reste jamais fâcher bien longtemps contre eux. Il suffit qu'ils lèvent leurs petits yeux tristes et me fassent leur petite moue en disant pardon pour que je craque. Je sais que Maeve aurait eut plus de force de caractère que moi pour cela. Mais c'est certainement parce qu'elle n'est plus là que je ne peux pas leur en vouloir longtemps. Pendant que je les cherche dans les allées, j'espère une seule chose, qu'ils ne mettent pas le bazar. Cela serait bien plus difficile de tout leur faire remettre en place qu'à la maison...

Soudain, j'entends la voix de Nicky qui m'appelle. Mon cœur se met à accélérer. J'espère qu'il ne lui est rien arriver. Alors que je prends la direction dans laquelle me semblait venir le cri de mon fils, je sens l'inquiétude me gagner. Alex n'a pas montré le bout de son nez. En général, quand l'un des deux à un souci, l'autre ne tarde jamais à venir me chercher. Pourtant, là, je n'entends même pas un nouvel appel de détresse. Je ne supporte pas l'idée que je pourrais perdre l'un des deux, ou même les deux. L'angoisse m’envahit alors que je passe en trombe devant l'allée où mes deux canailles se trouvent. Marchant précipitamment, je les ai vus trop tard et je fais donc demi-tour pour revenir de quelques pas en arrière. Quand j'entre dans l'allée, je dois avouer que je m'attendais à tout sauf au spectacle qui s'offre à mes yeux. Une jeune femme, qui à l'air d'être vêtue en pirate et que je suppose devait travailler en ces lieux, était étaler sur le sol, mes deux asticots sur le dos en train de rire. En une fraction de seconde, je sens tous mes muscles se détendre et l'angoisse me quitter. J'observe la scène pendant quelques secondes, bien trop soulagé pour les disputer sur le moment. La scène est plutôt mignonne, je dois l'admettre et je me surprends à imaginer Maeve à la place de l'inconnue. Je sache rapidement cette pensée de mon esprit et m'approche avant de me racler bruyamment la gorge et de froncer les sourcils. Cela ne manque pas. Instantanément, Alex et Nicky se plantent sur leurs petites jambes et me regardent avec leur air de chien battu. À les salopiauds, ils savent comment m'amadouer. Pourtant, je ne cède pas et d'une voix de stentor, je déclare calmement :

« Alexander Matthew Callahan et Nicholas Christopher Callahan, rappelez moi ce que je vous ai dit avant d'entrer dans la bibliothèque ? »

Alors que je vois les petits yeux de Nicky se remplir de larmes, Alex me répond d'une toute petite voix :

« Qu'on devait se tenir tranquilles et ne pas faire de bruit. »

Quand j'utilise leur second prénom, ils savent pertinemment que je ne suis pas content, et ils n'aiment pas cela. Tout, comme je déteste que l'un deux me boude. Nicky vient se jeter contre mes jambes et j'entends qu'il marmonne quelque chose. Des deux, c'est lui le plus sensible, mais cela n'empêche pas Alex de venir en faire de même. Je soupire et me baisse pour être à leur hauteur avant de les serrer dans mes bras.

« Ce n'est rien, vous m'avez fait peur. Alors maintenant vous allez vous excusez auprès de la dame pour l'avoir dérangé dans son travail. »

Je dépose un baiser sur chacun de leur crâne avant qu'Alex n'attrape son frère par la main et se dirige vers la jeune femme. Je sais très bien que la timidité de Nicky et sa méfiance envers les adultes l'empêchera de prononcer un mot tout comme je sais que son frère le fera pour lui. Et cela ne manque pas. Je vois mes deux bambins lever leur visage vers la jeune femme et Alex lui dire :

« Pardon m'dame. On r'commenc'ra plus. Promis. »

Maintenant que je suis rassuré pour mes deux petits diables, je porte mon attention sur la jeune femme et esquisse un sourire d'excuses.

« Je suis désolé. J'espère qu'ils n'ont rien dégrader et surtout qu'ils ne vous on pas fait mal. »

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Mar 22 Mai - 22:18

Charivari à la bibliothèqueCillian x Morrigan
On s'amusait bien avec les petits loups, même si je devais avouer qu'ils m'avaient fait légèrement tourner en bourrique. Après ça restait tout mignon, y'avait rien eu de méchant et je trouvais ça beau qu'ils se défendent ainsi et se protègent entre membres de la même famille. Le truc, c'est que les autres enfants allaient bientôt arriver, et que je ne pouvais pas rester ainsi indéfiniment. J'allais stopper le jeu avec les petits quand une présence se fit remarquer. J'arrêtais net de rire, en découvrant la personne que je devinais être leur père.  J'avais peur que les gamins se fassent plus enguirlander qu'il ne le fallait. Bien que cela ne me regardait pas, j'étais assez sensible sur ce genre de sujets.

Je me relève lentement, un peu inquiète, sans même prendre le temps de réajuster ma toilette. J'avais l'impression d'avoir également fait une bêtise. J'admirais finalement l'autorité et la justesse dont il faisait preuve avec ses enfants, qui semblaient sincèrement regretter leur geste. C'était de braves petits bonhommes. Tandis qu'il leur rappelait les règles apparement pré-établies, je ne pouvais m'empêcher de fixer le visage de l'homme aux yeux bleus. Il avait l'air de s'être fait du soucis pour ses petits. J'allais me mettre en retrait, un peu gênée face à une telle situation mais le père mit ses enfants face à leurs propres responsabilité.

Je leur souris tendrement quand l'un des petits s'excuse pour les deux. Je me penchais un peu, mettant mes mains sur les genoux, jambes fléchies:

-C'est pas bien grave, petits moussaillons.. Mais tenez votre promesse, comme ça on pourra tous bien s'amuser... Je leur fis un clin d’œil et désignais les sucettes qui attendaient un peu plus loin. Elles sont pour les enfants qui auront été sages pendant la chasse aux trésors...

Je ne savais pas si ça marcherais mais pour savoir, il fallait bien tenter. Je me gardais bien de dire que ça serait de toute façon pour chaque enfant ayant participé et me redressais lentement pour répondre au père cette fois-ci:

-Ne soyez pas si confus... Ce sont des enfants... Mais je vous avoue que je ne suis pas habituée à de telles piles électriques, c'est une première pour moi.

Je me mis à rire et proposais aux enfants:

-Et si vous alliez jeter un coup d'oeil à la table où y'a la princesse là-bas, j'arrive tout de suite, de toute façon on attend encore quelques enfants, et on ne tardera pas à commencer.

Je rassurais une nouvelle fois le père, même si je mentis un peu pour les dégâts matériels. En même temps, ce n'était que quelques bouts de papiers:

-Non, non, ils n'ont rien cassé...  Et pour mon dos... Il va me falloir au moins une dizaine de séances chez le kiné, sans aucun doute... , plaisantais-je, sans savoir qui il était ni ce qu'il faisait dans la vie. Puis je me reprenais après avoir ris légèrement.  Tout va bien, ce sont des poids plumes à cette âge là...J'ai surtout eu peur que ce soit eux qui se fassent mal

Je me tournais pour vérifier si tout allait bien du côté de ma collègue, puis proposais:

-Cela vous dirait de faire la chasse à nos côtés? On a des chapeaux pour les parents, faute de costumes pour vous. Je vous demanderais juste de ne pas tricher, il faut qu'ils trouvent seuls les indices. D'autres parents vont sans doute vouloir rester de toute façon... Ils auront la même consigne... Pis... Y'a pas de perdants...

J'avais de toute façon prévu de proposer cela à la plupart des parents mais alors que certains aimaient accompagner leurs petits dans les activités et partager ce moment privilégiés, d'autres se contentaient de nous les laisser comme dans une garderie et de revenir voir entre temps comment ça se passait.

En attendant, avec toute cette agitation, mon trac s'était envolé en fumée, parce que je n'avais plus l'occasion d'y penser. Je retournais vers mon autre collègue et nous nous préparions à commencer. Je proposais aux parents intéressés les fameux chapeaux et j'abandonnais l'homme quelques instants histoire de ramasser les papiers et de remplacer les indices manquant, me dépêchais de les replacer et le tour était joué. Au moment de commencer, pourtant, je pâlis un peu en m'installant sur le rebord de la table. Je dévisageais une nouvelle fois le père. En réalité, j’espérais qu'il reste pour m'aider à canaliser ses loustics si jamais je ne m'en sortais pas.
© YOU_COMPLETE_MESS
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Ven 25 Mai - 20:22



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Un sourire flotte sur mon visage alors que j'observe Alex et Nicky présenter leurs excuses à la jeune femme. Cette dernière indiqua une direction que je suivi du regard. Je ne put m'empêcher de lever les yeux au ciel. Des sucreries. A bien y réfléchir je ne trouve pas cela si surprend pour ce genre d'animation. Mais le visage gourmand que me présente les jumeaux me laisse à penser qu'ils vont se donner à fond. Je ne suis pas sur que cela soit une bonne chose au final. Ils me ressemblaient énormément sur ce point. J'allais devoir garder un œil sur mes garnements si je ne voulais pas que cela tourne à la catastrophe.

« Vous pouvez me croire ils sont plutôt calme aujourd'hui. »

Répondis-je à la jeune femme lorsqu'elle m’annonça qu'elle n'avait pas l'habitude d'avoir a faire à des enfants aussi énergique. J'avais dit cela sans vraiment y réfléchir et j'espérais que cela ne l'inquiéterais pas trop pour la suite. Les jumeaux me regardent attendant la permission d'aller rejoindre la fameuse princesse. Je leur fait un signe de tête et ils partent en courant avant de se stopper et de se mettre à marcher. J'aime quand je n'ai pas à me répéter. Me retrouvant assez fréquemment avec les petits sur le dos lorsque nous chahutons ou même quand je rentre à la maison, je sais parfaitement qu'ils ne sont pas aussi léger que mon interlocutrice le dis. Mais elle n'a pas l'air d'avoir eut à subir de dégâts physiques. Elle s'inquiétait plutôt pour eux. Je trouvais cela touchant.

« Ils sont coriaces ne vous inquiétez pas. Ils prennent parfois de sacrée gamelles et je suis toujours surprit de les voir se relever et repartir en courant, comme si de rien n'était. Ils doivent tenir cela de leur mère. Mais ceci dit, si vous avez une douleur quelconque, faite le moi savoir d'accord ? Je suis secouriste et je pourrais toujours regarder pour voir si vous avez besoin d'aller voir un médecin. »

Je ne suis pas le genre de secouriste qui se laisse bouffé par son job en dehors des heures de service. Mais si mes enfants devaient être à l'origine d'un quelconque soucis chez la jeune femme, mes principes, pour peu qu'il m'en reste encore quelques uns, m'empêchaient de la laisser dans cet état. Mon interlocutrice me demande si je souhaite participer à la chasse au trésor. Cela n'était pas dans mon intention mais je comptais bien les garder à l'oeil mes deux petits monstres.

« Et bien je vous remercie de la proposition mais je dois voir cela avec mes gargouilles. Je ne voudrais pas que cela les déranges. Mais en attendant, je ferais bien d'aller les rejoindre avant qu'ils ne fassent devenir chèvre votre collègue. »

Je fais un sourire à la demoiselle avant de tourner les talons et de la laisser vaquer à ses derniers préparatifs. Lorsque je rejoins mes deux petits diables, ils sont tout excités. Des histoires de pirates, rien de mieux pour que cela les passionnes. Lorsque je le leur demande s'ils veulent que je reste avec eux, Alex me fait clairement savoir que non avec un grognement caractéristique de son mécontentement. Nicky quant à lui me prend la main sans rien dire. Pour des jumeaux, je suis parfois surprit de voir à quel point ils peuvent si différents tout en étant si complémentaires. Je réfléchis rapidement à un compromis.

« Ok, vous faite équipe tous les deux et moi je reste un mètre derrière. Comme ça, s'il y a un problème, je ne suis pas loin d'accord ? »

Malgré ma situation un peu particulière qu'est ma vie, je fais de mon mieux pour ne pas être trop surprotecteur. Ils doivent apprendre à être autonomes et à se débrouiller seul. Je veux que lorsqu'ils seront des hommes et qu'ils auront leur propre famille, ils soient capables de la protéger sans crainte parce que je ne leur aurait pas insufflé mes inquiétudes et angoisses de les perdre. Mais l'atelier est sur le point de commencer. Alex prend son frère par la main. Il lui murmure quelque chose à l'oreille afin de le rassurer certainement. Pour ma part je reste comme promis un peu en retrait. Je croise le regard de la jeune femme pirate et me rend compte qu'elle n'a pas l'air très bien. Je lui fait un sourire rassurant. Si elle agit comment elle l'a fait avec mes deux canailles, je suis sur que tout se passera bien. Elle à l'air de savoir s'y prendre avec les enfants. Les jumeaux sont tranquillement assis par terre et on les yeux rivé sur la jeune femme. Je les trouve étrangement calme. J'imagine que c'est l'effet sucettes.

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Mar 29 Mai - 10:47

Charivari à la bibliothèqueCillian x Morrigan
J'avais attentivement écouté l'homme qui avait précisé que là, ses enfants étaient calmes comparé à d'habitude. C'est ce qui contribua à renforcer mes inquiétudes. Mais même si je me forçais à ne rien laisser paraître je suis comme un livre ouvert, difficile de cacher quoi que ce soit.

L'homme avait aussi évoqué leur facilité à accepter la douleur et à remettre le pied à l'étrier, en mentionnant au passage la mère de ses enfants. Il est probablement marié, ou divorcé, en attendant, il a l'air d'être un super papa, même si quelque part c'était  peut-être un jugement hâtif de ma part. Je savais juste que si un jour je devais avoir un mari et des enfants, ce serait la façon dont j'aimerais qu'un homme se comporte avec les notres.  J'avais promis au secouriste que si problème il y avait, je le contacterai, mais je doutais d'avoir affaire appel à lui suite à toute cette histoire, de toute façon. Tout allait pour le mieux.

Il m'avait fait rire un peu, en qualifiant ses petits bonhpmmes de gargouilles et je trouvais ça cool qu'il songe à consulter ses bambins afin d'avoir leur avis. Tout cela me tournait dans la tête alors que j'aurais dû me concentrer sur l'activité en question. Le sourire que l'homme me fit, me mit la boule au ventre, comme si en essayant de se montrer aimable, cela cachait le fait que les choses pouvaient empirer. D'un autre côté j'étais prise dans un sentiment contradictoire, relaxée par son sourire. Je me surpris à répondre à ce sourire et à recouvrer courage et réconfort. Je tappais désormais dans mes mains pour attirer l'attention de la petite assemblée qui se tenait désormais en face de moi.

Ce n'est qu'une fois que j'obtins le silence complet, que je fis avancer un peu les enfants afin qu'ils puissent voir des éléments du décor et mieux m'entendre à l'occasion, puis débutait mon conte animé.Je jouais les scènes avec ma collègue la princesse, puis amenais rapidement le thème du sujste, la fameuse chasse au trésor. Je rappelais les consignes de sécurité, les endroits où on pouvait chercher les indices, et d'autres consignes importantes, en les liant à l'histoire du personnage.

Le premier indice, se trouvait quelque part dans la baie des pirates, et ils allaient devoir le retrouver afin de trouver le lieu du second indice. Des petites équipes de 5 enfants avaient été constituées, afin de rendre la recherche plus facile et de'encadrer les déplacements dans la bibliothèque. Il serait hors de question qu'un enfant se fasse blesser ou piétiner en ma présence. Les enfants en groupe, avaient tendance à s'exciter plus facilement.

Forcément, les premiers à avoir percuter l'endroit dans lequel ils devaient chercher le premier indice, grâce à l'énigme énoncée, furent les petits speedy Gonzales du secouriste. Je laissais aux enfants leurs petit bonhomme de chemin, aidait ma collègue à guiderles groupes qui se perdaient vers une mauvaise direction, lisait les parchemins que les enfants trouvaient, au fur et à mesure de leur recherche, donnait un indice, quand une énigme était un peu trop difficile ou qu'un puzzle à reconstituer était plus compliqué qu'un autre.

Tout se passait dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce qu'une petite fille essaie de retirer des mains du petit que j'identifiais comme Alexander puisqu'il ne se laissait pas faire, l'indice qu'il venait de trouver.  Autant dire que ce fut un peu la bagarre parce que la petite fille était hargneuse et sournoise. Elle mit un doigt dans l'oeil d'Alexander, qui répliqua par une main levée, réflexe de petit enfant.

-Stop la bagarre!


J'arrivais rapidement sur les lieux de la discorde et attrapais doucement la main d'Alexander avant qu'il termine son geste, ainsi que celui de la petite fille et les attirais tous les deux à l'écart avant que les parents interviennent, car même si l'homme avait l'air plus raisonnable, je ne savais pas comment réagirait la mère de la petite fille, et je ne voulais pas courir ce risque de surénervement :

-Il ne faut pas vous bagarrer, il y a plusieurs fois le même indice!


Je donnais deux papiers différents aux enfants, mais m'agenouillait face à Alexander pour regarder son oeil:

-ça va moussaillon?

Je le fixais pour déterminer s'il n'y avait rien, lui donnait une petite tapote amicale sur le dos et me tournais ensuite vers la petite blonde pour lui faire comprendre gentiment que ce qu'elle avait fait c'était mal et demandais ensuite:

-Qu'est-ce qu'on dit, quand on a fait mal à quelqu'un?

Je ne voulais pas savoir le pourquoi du comment il lui était venu à l'esprit que ce serait mieux de lui mettre un doigt dans l'oeil qu'autre chose, il était évident que c'était juste pour récupérer l'indice. Si j'avais été une professionnelle de la petite enfance je lui aurais probablement obligé à reformuler ce qu'elle avait fait de mal, mais je passais cette étape, puisque je n'y connaissais rien. La petite fille boudait sans rien vouloir dire. Je crosais alors les bras sur ma poitrine en tapotant du pied:

-C'est simple, fis-je avec douceur mais fermeté dans la voix. Si tu ne demande pas pardon, tu ne pourras pas continuer la chasse aux trésors princesse!
-Pardon...
-Plus fort... je n'entends pas.

La petite finit par lâcher un "pardon" plus audible, à contre-cœur et je demandais à Alex:

-ça te va?
© YOU_COMPLETE_MESS
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Jeu 28 Juin - 18:55



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Bien que je gardais un œil sur mes deux têtes blondes afin de les canaliser en cas de besoin, je les laissais aux bons soins des deux animatrices de l'après-midi. Au départ, j'écoutais d'une oreille distraite l'histoire qui était contée. Après quelques instants, je me surpris à écouter avec attention, regrettant presque de ne pas être un enfant pour y participer. Lorsque le moment vu venu de partir à la recherche du premier indice, je ne fus pas surprit de voir mes deux terreurs partir en premier. Mon côté papa poule me disait de les suivre, mais mon instinct paternel me criait de les laisser se débrouiller. Je restais donc à ma place et me mis à regarder les livres se trouvant dans le rayonnage le plus proche de moi. Je savais parfaitement qu'Alex ou Nicky serait me trouver en cas de gros soucis et que sinon, ils se débrouilleraient très bien avec la charmante pirate qui avait déjà chahuter avec eux. Les minutes défilèrent sans que je m'en rende compte. J'avais trouvé un livre qui me semblait intéressant et avait commencer à le lire, planter debout au milieu de l'allée, histoire de m'occuper. C'était un peu ce que j'avais prévu à la base. Mais c'était sans compter sur Nicky qui vient me chercher en courant.

« Papa, papa ! Une fille, elle a mis son doigt dans l’œil d'Alex. Faut que tu viennes le soigner ! Vite ! »

Devant la panique de mon fils, je dois bien avouer que mon cœur loupa quelques battements. Je m'imaginais déjà le pire. Nicky me tirait par la main, il avait vraiment l'air inquiet. Mais cela n'était pas rare. Dès que l'un d'eux se faisait mal, l'autre avait tendance à monter cela en épingle. J'avais beau le savoir, je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter. Un jour, cela serait forcément grave. Mieux valait  s'attendre au pire. Lorsque j'arrive sur les lieux du drame, je constate que notre amie pirate est en train de gentiment houspiller une petite fille. Je décide donc de rester en retrait, car à première vue, tout le monde va bien. Enfin physiquement. Alex lui boude. Il est frustré, je le vois à son expression. Nicky est allé le rejoindre et passe son bras autour des épaules de son frère pour qu'il arrête de faire sa mauvaise tête. Ils ont beau se ressembler comme deux gouttes d'eau, ils ont des caractères totalement différents mais complémentaires. Alors que la jeune femme venait de parvenir à arracher des excuses à l'enfant qui avait déclencher tout cela et qu'elle demanda à Alex si cela lui convenait, ce dernier tira la langue avant de tourner les talons et de venir vers moi. Décidément, quelle tête de mule. Il tient cela de moi, je dois l'admettre. Il s'approche donc de moi et me montre son œil. Après mettre mit à croupit pour être à hauteur, je fais mine de l’ausculter. L’œil est peut-être un peu rouge, mais rien de bien méchant, comme je m'y attendais.

« Je crois que j'ai ce qu'il te faut pour soigner ce vilain bobo. »

Je fouille dans mes poches et trouve un bandana que je garde toujours sur moi sans vraiment savoir pourquoi. Je plie le tissu de telle sorte que je puisse l'attacher derrière la tête d'Alex, le faisant passer sur son œil.

« Et voilà maintenant, tu ressembles encore plus à un pirate. Et maintenant tu vas aller retrouver les autres pour me ramener ce trésor d'accord ? »

Le sourire qui éclaire le visage de mon fils me laisse entendre que toute cette histoire est enfin finie. Il repart donc en direction de son petit groupe et s'approche de l'animatrice et lève son regard vers elle.

« C'est pas grave. Et je suis désolé d'avoir tiré la langue. »

Je ne peux retenir un sourire devant la scène. Décidément, cette jeune femme a su totalement apprivoiser mes deux terreurs.

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Dim 1 Juil - 4:01

Pour toute réponse, je reçus une grimace qui ne m'offensait pas le moins du monde, mais pour conserver ma crédibilité, il ne fallait pas que j'éclate de rire, et ce fut le moment qui me sembla le plus difficile de toute mon existence. En tout cas l'incident avait chassé toutes mes appréhensions. Si j'avais su gérer cette crise, il est fort probable que j'arrive à trouver des solutions pour les prochaines, même si je n'aimerais pas que cela se reproduise spécifiquement.

Bref, je n'en aurais pas attendu moins du petit, et c'est qu'une fois qu'il eut le dos tourné, que je pouffais un peu dans ma main. Je crois que j'aurais été presque déçue qu'il agisse autrement. Je regarde le père procédé, et je trouve cela magique, encore une fois, la façon dont il maîtrise la situation. Il semble en parfaite symbiose avec ses enfants. Là encore je n'ai aucune idée de son statut de veuf, et que cela aurait pu générer une relation plus fusionnelle entre eux, par la force des choses. La mort rapprochait autant les gens qu'elle pouvait les séparer ou les déchirer.

Je le promis de retenir l'astuce du bandeau, et j'assistais à la scène avec encore plus d'attendrissement encore, si c'était possible. Ce qui suivit me surpris, agréablement cependant. Je fourrageais doucement dans la main du petit filou comme pour signifier que c'était rien, et m'agenouillais:

-Va petit moussaillon, sinon tu vas te faire souffler le trésor à une ou deux têtes près...


Je soufflais alors plus bas, main en biais sur la joue, pour cacher ma bouche, comme lorsqu'on dit un secret à quelqu'un:

-Je t'en veux pas petit...


Puis en riant, je lui tirais la langue et faisait des cornes sur le côté avec mes deux mains puis l'incitais à revenir dans le jeu.

Le reste sembla se passer sans trop d'encombres, même si quelques coups bas furent encore donnés, et nous devions aller très vite pour offrir les récompenses aux enfants. Le trésor venait d'être trouvé par Nicky, largement aidé d'Alex, comme si le dernier n'avait pas pu résister à l'envie de mettre son frère en lumière. Je trouvais cela juste adorable, cet amour de frère, et je dois dire que les petites têtes "blondes" avaient réussi à me marquer plus que d'autres enfants auraient pu le faire.

Nous nous rassemblions alors tous au même endroit pour l'ouverture du coffre, représentant une grande malle avec des livres, des livrets de coloriage, des feutres et des stickers pour enfants, des badges et des petits accessoires miniatures, des figurines et des paquets de bonbons, en plus de ceux qu'on distribuait après afin de récompenser les enfants.

Je les félicitais en clôturant l'histoire par un partage des trésors, entre tous les enfants ayant participé, chacun repartant avec leurs propres petits lots similaires et les parents purent récupérer leurs enfants.

A la fin, quand le petit groupe commença à se désemplir, je revins vers le père de famille en souriant.

-Je voulais vous dire... Je trouve cela époustouflant ce que vous avez fait tout à l'heure pour votre fils... Cela se voit que vous êtes très liés avec eux, ça fait plaisir à voir... Je suis désolée pour ce que la petite fille lui a fait à son oeil!!!


Je remarque alors qu'un des enfants étant resté avec ses grands parents, se faufile derrière moi pour essayer de se glisser entre mes jambes, et je manque de tomber à la renverse. Il ne m'en aurait pas fallu plus pour écraser le pauvre petit qui se fit vite rappeler à l'ordre et embarquer sans autre forme de procés:

-Et bien...

Je me penchais alors vers les jumeaux et expliquais:

-Vous avez vraiment été mignons, vous pouvez revenir quand vous voulez... Je suis fière de vous...

Cela ne valait peut-être rien à leurs yeux mais aux mien c'était assez important. Il m'avait facilité la vie en se comportant bien malgré les circonstances.



Merci encore, Yenko♥️

Il peut arriver que Momo parle en #cc66ff ou en deeppink selon rps ou codages. Si jamais cela vous pique les yeux, n'hésitez pas à me le dire.

Spoiler:
 
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Lun 2 Juil - 16:21



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Alors qu'Alex et Nicky s'apprêtent à reprendre leur activité de chasseurs de trésors, je pousse un léger soupir de satisfaction. Ils ont beau être plutôt du genre dynamique voir turbulent, en les voyants agir ainsi, je sais que se sont de gentils petits gars. Instinctivement, je porte ma main à mon cou et me mets à jouer distraitement avec l'alliance de Maeve. Elle serait certainement très fière de ses bambins. Je souris doucement en voyant la bibliothécaire qui a l'air de dire un secret à Alex. En la voyant faire une grimace en retour tout en riant et la bouille amusée et hilare de mon Alex, je sais qu'elle vient de se faire un ami. Bien que Nicky soit plus en retrait et plus timide, je suis sûr que lui aussi apprécie la jeune femme. Nous voilà bon pour venir régulièrement à la bibliothèque.

Une fois mes deux brigands retournés à leur jeu, je me trouve un coin où m’asseoir et continue mon livre. Je sais que les jumeaux se comporteront bien et je n'ai plus besoin de garder un œil sur eux. Le nez plongé dans mon bouquin, je ne réalise pas que le temps passe si vite. C'est uniquement quand Nicky vient me sauter sur les genoux que je prends conscience que l'après-midi est fini.

« Papa, c'est moi qui ai trouvé le trésor avec Alex. »

Me dit-il tout exciter.

« Viens vite voir le trésor. »

On ne peut pas vraiment dire que j'ai vraiment le choix. Nicky me tire par le bras et m'oblige à le suivre. Je pose mon livre et prend donc la direction du petit groupe où Alex nous attend. Une fois leur récompense en main, les jumeaux viennent vers moi pour me montrer leurs trésors. Je m'agenouille et regarde les différents objets qu'ils ont le droit de ramener à la maison en les félicitant aussi bien d'avoir trouvé le trésor, mais aussi pour avoir été sage.

« Et si on allait manger une glace avant de rentrer à la maison ? »

Les petits cris de joie qui viennent me vriller les oreilles me laisse à penser que cela est un oui. Je ris doucement et lorsque je me relève, je me retrouve face à la jolie pirate. Avec un sourire et un haussement d'épaule, je lui réponds :

« Vous savez, les petits bobos sont monnaie courante quand on a des jumeaux. Il faut donc savoir improvisé pour éviter les drames. Et ne vous excusez pas. Ce n'est pas de votre faute si certains enfants ne se comporte pas très bien. Et je suis qu'Alex n'a pas dû être très tendre avec elle non plus. »

J'ai à peine le temps de finir ma phrase qu'un enfant déboule et manque de faire tomber la jeune femme. Instinctivement, je tends les bras pour la retenir, mais elle s'en sort très bien toute seule et reporte rapidement son attention sur les jumeaux. Décidément, cette jeune femme est imperturbable. En revanche, le manque de politesse de la part des adultes qui accompagnait le petit chenapan me fait légèrement froncer les sourcils. S'excuser pour le dérangement n'aurait pas été un luxe, mais je ne dis rien. Ce n'est pas à moi de faire la remarque, car je n'ai pas été la victime de cette petite mésaventure.

Notre amie pirate félicitait les jumeaux et leur proposa de revenir. Il n'en fallait pas plus pour voir mes deux crapules se pendre à son cou et lui coller un gros bisou sur chaque joue avant qu'ils ne se tournent vers moi pour me demander :

« On pourra revenir dit ? »
« Oui, on va s'arranger. Et si ce n'est pas avec moi, se sera avec Bree. »

Nicky me fait signe de me baisser et me chuchote à l'oreille. Au regard qu'il jette à son frère, je me doute qu'Alex est aussi de mèche. Je souris avant de répondre :

« Je n'y vois pas d'inconvénient. »

Les jumeaux portent alors leur attention vers la jeune femme et s'approchent d'elle timidement avant de tirer doucement sur sa jupe et de demander d'une petite voix.

« Papa, il nous emmène manger une glace. Tu veux venir avec nous ? »

Je sais que pour Nicky, c'est presque un exploit de demander ce genre de chose à quelqu'un qu'il connaît à peine. Je regarde notre interlocutrice et ajoute :

« Je serais ravi que vous nous accompagniez si vous le pouvez bien sûr. Vous avez fait une forte sensation sur les jumeaux et il me semble évident qu'ils vous aiment bien. »

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Mar 3 Juil - 23:44

C'est vrai que je n'ai pas remis les parents en place, malheureusement, je me voyais mal refaire un éducation qui visiblement n'avait jamais été faite. Cela serait revenu à pisser dans un violon que de leur dire ma façon de penser. Et si je faisais peur aux usagers, jamais ils ne reviendraient. Sur ce coup là je n'avais pas tellement mon mot à dire car je pourrais me faire taper sur les doigts. Sauf si un adulte avait mis la vie d'une autre personne en danger. En l'occurence, ce n'était pas le cas, alors je laissais couler, c'était encore ce qu'il y avait de mieux à faire.

Je ne m'attendais pas à la réaction des deux enfants, mais j'accueilli leur élan de tendresse avec un plaisir certain. Je souriais et me redressais après avoir essuyé la rafale. Je me demande qui est cette fameuse Bree, mais cela ne me regarde absolument pas et en attendant, cela me fit plaisir que les enfants aient envie de revenir. Ce n'était pas une question de marchandising mais une véritable éthique de travail. J'aimais que les gens se sentent bien ici. Il n'est pas normal à l'heure actuelle, que les enfants soient fâchés avec la lecture parce qu'ils auraient été dégoûté par un quelconque adulte, à mon sens.

Je vois les deux petits loupiots marmonner quelque chose dans l'oreille de leur père et encore une fois je ne peux qu'admirer la complicité qu'il existe entre eux. J'allais retourner à mes affaires pour ranger l'activité, mais je vis approcher les petits avec une soudaine nouvelle timidité. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour me faire craquer. Je m'agenouillais cette fois-ci à leur hauteur et m'attendais à tout sauf à cette demande.

-Oh..., mes yeux brillèrent un peu. Je me sentais à la fois flattée et émue de la proposition de la part des enfants.

C'est la seule réaction que je suis capable d'avoir pendant quelques secondes et puis explique aux enfants, en prenant soin de les regarder l'un après l'autre, une main sur une épaule de chacun d'entre eux:

-Je vais voir ce que je peux faire... Je suis sensée travailler encore un peu... Mais peut-être que si vous me laissez me changer et...
-Morrigan, vas-y, me lance ma collègue.

J'hésite quelques secondes. Je sais qu'elle peut gérer avec mes autres collègues jusqu'à ce soir. Mais si je n'avais pas l'accord de ma hiérarchie, ça allait être compliqué. Comme si elle lisait dans mes pensées, elle ajouta:

-Je t'ai vu vomir après l'animation... Tu couves quelque chose depuis le début de l'après-midi, mais en bonne professionnelle tu es restée pour m'aider pour l'animation... Tu ne pouvais juste pas faire autrement que de rentrer chez toi maintenant que l'animation est passée...

J'embrassais ma collègue sur les deux joues et ajoutais:

-Tu me diras quand tu auras besoin de tes deux heures... Ce sera sans problème. Même un samedi... Je me débrouillerais...
-Cela tombe bien, je suis de mariage la semaine prochaine... Tu devais être en congés nan?

Je souris et me tournais vers les jumeaux:

-Si vous pouvez encore attendre au moins que je me change et que je me démaquille... Je viens avec vous...

Je ne sais pas ce qui me poussais à accepter l'invitation, mais j'appréciais également les bouts de choux. Ce n'était pas forcément très professionnel d'aller manger une glace avec un père de famille et ses enfants mais pour moi il était avec quelqu'un, il n'y avait donc aucune équivoque. Je voulais faire plaisir aux enfants avant tout. Et la proposition était si généreusement avancée...

Je me dépêchais de ressortir fringuée normalement et attrapais mon sac, bienheureuse de ne plus avoir ce cache oeil sur le visage. Je me sentais un peu mal que ma collègue me couvre. Je n'aimais pas les mensonges. Je n'étais pas du genre à sortir avant mon service et j'aimais bien trop mon boulot pour ça. J'eus alors mauvaise conscience.

C'est l'air un peu mal à l'aise que je demandais au jeune homme:

-Cela vous dérange que je prévienne ma direction que je m'en vais? Je sais que ça vous fait encore patienter, mais je me sentirais mieux de les prévenir qu'au vu de l'heure et du nombre qu'il y a de membres du personnel, ils peuvent se passer de moi deux petites heures.

Il arrivait que cela se produise, ce n'était pas si déconnant, et généralement on rattrapait nos heures dans le mois. Tant qu'aucun problème n'avait lieu, ce n'était pas dérangeant. Je ne voyais pas le besoin de mentir, encore une fois, et ce n'était pas moi. En plus, montrer aux petits loups que c'était classe mentir pour faire ce qu'on voulait me semblait un très mauvais exemple à donner:

-Je trouve que ce n'est pas une manière d'agir, encore moins face à des enfants... Ce serait véhiculer un mauvais message. Eux ce sont très bien comportés... Et je les aime bien aussi.. Je peux pas leur faire ce plan là.



Merci encore, Yenko♥️

Il peut arriver que Momo parle en #cc66ff ou en deeppink selon rps ou codages. Si jamais cela vous pique les yeux, n'hésitez pas à me le dire.

Spoiler:
 
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Mer 4 Juil - 18:57



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Je dois bien admettre que je suis impressionnée par la facilité avec laquelle cette jeune femme a su gagner l'affection des jumeaux. Faut dire qu'elle a très bien commencé en acceptant de chahuter un peu avec eux dans les rayonnages avant que tout cela commence. Cela a dû jouer en sa faveur. Alex et Nicky ne sont pas du genre sauvages non plus, mais la menace n'est jamais loin. Mon passé peu ressurgir n'importe quand. Il suffit d'un petit détail pour qu'on me retrouve et que tout bascule. J'ai donc très tôt apprit aux jumeaux de se méfier des étrangers. Je suis persuadé que s'ils étaient venus avec leur nounou, ils n'auraient pas réagi ainsi. Ils savent que je suis là et que si je les laisse faire, c'est qu'il n'y a pas de problème. Je me refuse à élever les garçons dans la peur, mais je leur inculque des bases solides. Un jour, il faudra que je leur explique la réalité de la situation. Pourquoi leur maman est morte, pourquoi ils ne connaissent pas leurs grands-parents ou d'autres membres de la famille et pourquoi ils vont devoir se méfier de toutes les nouveaux visages dans leurs entourages. Je n'ai pas envie d'en faire des paranoïaques non plus. Tout cela est bien compliqué. Mais pour le moment, je les laisse vivre leur petite vie d'enfant de cinq ans. Ceci leur réaction vis-à-vis de cette jeune femme à peine rencontrée me fait comprendre à quel point la présence d'une mère doit leur faire défaut. Bree est une excellente nounou et mes crapules l'adorent, mais il n'y a pas ce petit brin de magie que je peux voir alors qu'ils claquent une bise sur les joues de notre interlocutrice. C'est sans doute à cause de cela que je n'ai pas le cœur de leur refuser d'inviter notre amie pirate à venir déguster une glace bien que je trouve que cela soit un peu déplacé. J'espère qu'elle ne se fera pas d'idées.

Suite à sa réponse, j'étais sur le point de dire aux garçons que la jeune femme avait encore du travail et que cela serait pour une prochaine fois, quand sa collègue la poussa à venir. En revanche, je ne peux pas franchement être d'accord avec l'excuse donné. Bon d'accord, le mensonge, je nage dedans depuis des années. Mais pour ma part, c'est une question de vie ou de mort. Cependant, la première réaction de notre nouvelle amie me donnait l'impression que cela ne la dérangeait pas plus que cela. Elle avait l'air heureuse de pouvoir nous accompagner. Cette réaction me fit sourire légèrement. Alors qu'elle se retourne vers les jumeaux et qu'elle leur demande de patienter, je les attrape par la main afin qu'ils n'en profitent pas pour se sauver dans les rayonnages. Ils firent tous deux un signe d’acquiescement, bien décidé qu'ils étaient à ce qu'elle nous accompagne. J'ai comme l'impression qu'ils n'auraient pas acceptée un refus de sa part. Leur détermination était impressionnante pour leur âge. Cela m'inquiète pour l'avenir. Ils sont deux contre moi, je risque de vite craquer... Cette idée me fait frissonner légèrement. L'adolescence va être une vraie galère !

Mais nous n'en sommes pas encore là. J'ai encore une bonne dizaine d'années de paix. Enfin, j'espère. Pendant que la jeune femme est allée se changer, j'emmène mes crapules dans la zone enfants et attrape un petit livre pour leur raconter l'histoire afin de les faire patienter. Alex sur le genou droit, Nicky sur l'autre, j'entreprends ma lecture. Nous n'avons même pas le temps de finir le livre que notre invitée vient nous rejoindre. Je lève mon regard vers elle et lui réponds en souriant.

« Faite ce que vous avez à faire. Je n'aimerais que votre défection vous attire des ennuis. »

Je ne peux qu'être d'accord avec elle quand elle m'explique qu'elle trouve que cela n'est pas un bon exemple pour les garçons. J'apprécie le geste et suis plutôt d'accord avec elle. Et j'avoue que le fait qu'elle pense à cela me touche plus que cela ne devrait.

« On va finir de lire l'histoire de Mimi la fourmi. Vous êtes d'accord les jumeaux ? »

Un oui sonore et plein d'entrain vient me vriller les oreilles. Je n'ai pas besoin de dire quoique se soit que mes deux garnements ont déjà posé leur main sur leur bouche et prennent des mines contrites. Je me mets à rire légèrement. C'est ce que j'aime avec eux. Ils font les bêtises une fois et ensuite ils se corrigent tout seul. Alors que la jeune femme va vaquer à ses occupations, je l'observe quelques secondes avant que Nicky me tapote légèrement l'épaule, me ramenant à la réalité.

« Elle est gentille la dame hein. »

Me dit-il avec un petit air canaille. Je me contente de répondre par un hochement de tête et reprends notre histoire de fourmi.

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Mer 4 Juil - 22:33

Je remarque seulement qu'après avoir expliqué mon cas au père des jumeaux qu'ils sont installés. Je les ai dérangé en pleine lecture. Le jeune homme s'est montré très compréhensif et les petits loups très coopératif. Cela a le mérite de m'aider à me diriger vers les vestaires avec l'esprit plus léger, pour y sortir mon téléphone et chercher à joindre notre patronne qui n'était pas sur les lieux.

On s'arrange vite elle et moi, et le coup de file ne s'éternise pas. On n'en est pas au premier arrangement de la sorte. Je file prévenir ma collègue qui voulait mentir pour moi et l'aide un peu à ranger, et retourne vers les enfants et leur papa, et m'annonce d'une voix toute douce et discrétion:

-Je suis là...

Je me penche discrètement pour voir où ils en sont, je ne veux pas les interrompre dans leur moment privilégié, mais je tenais à faire ressentir ma présence. Je m'assieds à une certaine distance pour respecter cet instant familial mais l'un des loulous vient me chercher, en attrapant de sa petite main la mienne.

Je m'approche alors un peu et m'assied. Le petit moustique me regarde, sourit, et saute sur mes genoux, sans me demander mon avis. Je chuchotais alors en souriant:

-C'est confortable là?

Je regarde le père lire l'histoire, attends son feu vert pour faire descendre le jumeau de mes genoux et me relève:

-J'espère que vous connaissez les parfums de glace sur le bout des doigts les petits filous. Parce que moi, je ne sais pas tout ce qu'on va trouver.

Je me tourne vers Cillian et l'enjoinds à sortir de la bibliothèque avec ses deux enfants. Je tiens la porte pour les laisser sortir, on est au vingt et unième siècle quand même, puis je me rends compte que j'ai un peu laissé le père de côté, alors que les petits bouts tiennent à me donner la main pour marcher.

-Et vous, c'est quoi votre parfum de glace préféré?



Merci encore, Yenko♥️

Il peut arriver que Momo parle en #cc66ff ou en deeppink selon rps ou codages. Si jamais cela vous pique les yeux, n'hésitez pas à me le dire.

Spoiler:
 
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Jeu 26 Juil - 19:16



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Pendant que notre nouvelle amie part vaquer à ses occupations, je reprenais ma lecture, un garçon sur chaque genou afin qu'ils puissent voir les images qui illustraient l'aventure de Mimi la fourmi. Nous étions plongées dans notre lecture quand elle revint et s'annonça doucement. Je levais à peine le nez du livre, juste ce qu'il fallait pour lui faire savoir que je l'avais vu. J'étais sur le point d'interrompre notre histoire quand je la vis s'asseoir un peu plus loin, nous laissant ainsi le temps de terminer. Cela n'échappa pas à Alex qui alla la chercher pour qu'elle se joigne à nous avant de se servir d'elle comme d'un fauteuil. Cela ne me surprend absolument pas de sa part. Comme il est plus expansif que son frère, il n'a pas peur de faire savoir aux gens qu'il les apprécie. L'inverse est vrai aussi cela dit. Je les observais quelques secondes avant de me faire gentiment rappeler à l'ordre par Nicky qui posa sa main sur ma joue pour me remettre le nez dans le livre. Rapidement, j'arrive à la dernière page, la dernière ligne, le dernier mot.

« Et voilà, c'est fini ! »

Déclarais-je gaiement en refermant le bouquin avant de me lever, faisant glisser mon petit monstre doucement sur le sol. Je lui tendis le livre et sans avoir rien besoin de dire, il alla le ranger sur l'étagère. Alors que nous prenions la direction de la sortie, Alex se mettait à énumérer tous les parfums de glace qu'il connaissait, répondant ainsi à la question de notre invitée. Rapidement, les jumeaux allèrent donner la main à la jeune femme ce qui ne me posais aucun souci en soit. Depuis qu'ils étaient en âge de marcher, je m'étais souvent fait la remarque qu'heureusement, j'avais deux mains. Alors qu'elle me demandait mon parfum de glace préféré, Nicky glissa sa petite main dans la mienne, se retrouvant ainsi entre moi et mon interlocutrice qu'il tenait toujours par la main également.

« Et bien, je dois admettre que sur le sujet, je suis plutôt un homme classique. Je reste un adepte du vanille/chocolat. »
« Comme moi » s'écria Alex, un grand sourire sur le visage.
« Et maman, c'était quoi son parfum préféré ? » Demanda soudain la petite voix de Nicky.

J'avoue que la question me désarçonna pendant quelques secondes et une petite lueur mélancolique traversant mon regard. Je me reprenais rapidement, afin que personne n'ait le temps de se rendre compte de mon désarroi.

« Et bien, votre maman vouait une vraie passion à tout ce qui était à la fraise. C'est une chose qui lui est venue pendant que vous étiez tous les deux dans son ventre. »
« C'est pour ça que j'aime aussi la fraise alors ? » Me demandait-il
« Ou c'est parce que tu aimais déjà la fraise qu'elle s'est mise à l'aimer. Va savoir. » Répondais-je en souriant.

Cette réponse laissa mon Nicky songeur jusqu'à ce que nous arrivions chez le glacier quelques instants plus tard. Avant que j'ai eu le temps de dire ouf, mes deux gargouilles avaient déjà le nez collé à la vitrine et pointait du doigt ce qui leur faisait envie. Autant dire tout le magasin. Arrivant rapidement derrière eux, les garçons me passèrent commande et allèrent s'installer à une table installée devant le stand. Je portais mon attention sur le vendeur afin de lui dicter nos envies avant de me tourner vers la jeune femme en souriant :

« Et pour vous ? »

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Lun 30 Juil - 1:53

Tout se passait plutôt bien et je découvrais petit à petit leur petit monde et leurs goûts en matière de glace mais le petit que j'identifiais comme Nicky, posa une question à son père qui me laissait dubitative sur le coup. Je me disais que l'utilisation du temps du passé par ce petit bout était peut-être une maladresse de langage. Enfin, c'était plus ou moins ce que je voulais me faire croire parce que depuis cette après-midi, j'avais pu voir à quel point ces jumeaux savaient s'exprimer et se faire comprendre.

Mais je me rendis compte assez rapidement que j'avais encore plongé tête baissée dans un gros plat, au lieu d'y mettre simplement les deux pieds. Il n'était pas nécessaire que je croise le regard du présumé monsieur Callahan, après tout je ne lui avais pas encore demandé son prénom et le nom de famille des jumeaux pouvait très bien être associé à celui de leur mère, pour comprendre un peu mieux la situation.
Lui aussi s'exprimait en employant le passé et vu la tendresse avec laquelles ils en parlaient ensemble, je me doutais bien qu'il ne s'agissait pas d'une histoire de divorce. D'un coup je ne me sens pas très bien, mais je caresse lentement du pouce chaque petit main qui est dans la mienne.

Je restais aussi songeuse que le petit Nicky tout le long du chemin, et même si la fraise était un des parfums que j'affectionnais réellement le plus, je ne pouvais pas décement manquer de tact en demandant ce parfum:

-Le chocolat ça peut être sympa... Mais... Je crois que le cassis m'irait bien mieux... Et vous pouvez m'appeler Morrigan... Je ne sais d'ailleurs pas votre prénom...

D'ailleurs je me rendais compte que je ne connaissais absolument rien de lui , je m'étais laissé charmée par ses deux bambins attachants, hormis le fait que sa femme, n'était plus de ce monde... Enfin, c'est ce que je supposais. Je ne savais pas comment m'y prendre, je ne voulais pas poser de questions indiscrètes qui auraient pu faire du mal aux petits mais aussi à leurs pères. L'idée d'un quelconque rencard futur avec lui ne me vint même pas à l'esprit pour l'instant, parce que je compatissais avec lui et je ne pouvais pas m'imaginer la douleur que cela devait être pour lui, si jamais ce que j'imaginais était bien réel. Cela dit, je suis quelqu'un de naturel, et il est difficile pour moi de faire comme si cela n'avait pas eu lieu ou comme si je n'avais pas interprété les choses. Même si je faisais tout pour donner le change, je ne peux m'empêcher d'arborer moi-même un regard triste:

-Je ne sais plus très bien ce que je préfère... Généralement je me laisse entraîner par l'envie du moment... Attendez...

Comme les enfants précédement, je me collais presque à la vitre pour voir les parfums disponibles et m'accroupis:

-Plouf plouf... Une allumette... Roh.... Nan, pas toi!

Je me relevais et haussais les épaules:

-J'arrive pas à me décider... Et si j'essayais de vous faire confiance? Vous choisissez pour moi?, proposais-je. Et c'est moi qui régale parce que j'apprécie beaucoup vos deux bouts de choux...

J'étais assez culottée pour lui demander de choisir à ma place, je ne savais pas comment il allait le prendre mais je retrouvais la gaité originelle en le taquinant de la sorte. Je méritais qu'il ne choisisse rien tiens, et qu'il me laisse dans ma propre merde. Je sortais ensuite mon portefeuille par contre, j'avais envie de faire plaisir aux petits monstres, alors ça impliquait que le jeune homme oublie de sortir le sien.



Merci encore, Yenko♥️

Il peut arriver que Momo parle en #cc66ff ou en deeppink selon rps ou codages. Si jamais cela vous pique les yeux, n'hésitez pas à me le dire.

Spoiler:
 
Cillian Callahan
L’homme craint ce qu’il ne peut voir.
avatar
Inscrit le : 19/05/2018
Messages : 58
Avatar : Jesse Lee Soffer
Date de naissance : 23/04/1985
Mes rps :
Disponibilité RPG: Fermé
Si vous avez envie de RP avec Cillian, n'hésitez pas à demander en MP pour que je vous recontacte dès qu'une place se libère.

♦️ Keleos ♦️ Morrigan ♦️ Nyx & Mikkel ♦️ Gaëlle ♦️ Bal vénitien ♦️ Aimée



Bloc notes :
Mes deux amours, ma raison de vivre




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Ven 10 Aoû - 20:51



Charivari à la bibliothèque

Cillian et Morrigan

Depuis que Nicky et Alex savent parler, je les aie toujours incités à me questionner sur leur mère. Je trouve que c'est important qu'ils la connaissent si je peux le dire ainsi. Naturellement l'une des premières choses qu'ils avaient demandée, c'était pourquoi ils n'avaient pas de maman et où elle était. Je leur avais donc expliqué simplement les choses, passant sous silence les circonstances de la mort de Maeve, mais sans pour autant leur mentir. Pour l'instant, cela les satisfaisait. Je craignais cependant le jour où ils voudraient connaître les circonstances de tout cela. Même si c'est toujours difficile pour moi d'aborder ce sujet, je ne réalisais pas tout de suite que ce petit échange avait fait entrer notre invitée en plein cœur de notre vie. Alors que le silence s'était installé dans notre petit groupe, je l'observais pendant quelques instants, remarquant ainsi son trouble. Je trouvais cela très délicat de sa part de ne pas chercher à en savoir plus. Cela arrivait tellement souvent que les gens se mettent à poser toutes sortes de questions pour avoir des détails lorsqu'ils découvraient notre situation. Mes fils n'avaient pas de maman, certes, mais ils ne manquaient pas d'amour et étaient heureux. Le reste m'importait peu. Je n'avais pas besoin de la pitié des gens. Alex et Nicky étaient pareils sur ce point. Il m'était déjà arrivé d'être convoqué par la directrice de l'école parce qu'ils avaient envoyé bouler la mère de l'un de leur petit camarade qui venait d'apprendre la nouvelle et qui leur avait dit un truc du genre « je suis triste de l'apprendre.». Naturellement, Alex et Nicky avaient rétorqué un truc du genre « Y n'a pas de raison d'être triste. Maman, elle est au ciel maintenant et elle veille sur nous. T'es bête ou quoi ? » Cela avait fait quelque peu scandale qu'ils réagissent ainsi. L'entretient avec la directrice et la mère concerné avait été quelque peu mouvementé. Je ne comprenais pas pourquoi mes enfants seraient obligés de vivre malheureux à cause de cela. Ils étaient tellement jeunes à l'époque du drame, qu'ils n'ont aucun souvenir de leur mère alors à quoi bon qu'ils vivent avec son fantôme. Je le faisais suffisamment comme cela pour nous tous.

Enfin, quoiqu'il en soit, j'appréciais la réaction de notre nouvelle amie. Rapidement, nous avions atteint notre destination. Après avoir pris la commande des garçon ainsi que la mienne, je me tournais vers la jeune femme pour lui demander ce qu'elle souhaitait. Alors qu'elle hésitait entre le chocolat et le cassis, elle profita de l'occasion pour se présenter et me demander mon prénom en retour. C'est avec un léger sourire que je lui répondais :

« Et bien Morrigan, c'est un plaisir que de vous avoir rencontrer. Et vous pouvez m'appeler Cillian. »

La jolie blonde avait l'air de ne pas être capable de prendre de décision et ses réactions me firent rire. Alors qu'elle se relevait pour me laisser choisir pour elle, je me repris.

« Désolé. Je ne voulais pas me moquer. Ajoutez une fraise/vanille pour mademoiselle. »

Cette dernière phrase était naturellement à l'intention du vendeur. Je trouvais que c'était un parfum qui correspondait plutôt bien à la douceur que dégageait la jeune femme. Cependant, lorsqu'elle sortit son portefeuille, je posais délicatement ma main sur la sienne en secouant doucement la tête de droite à gauche.

« Hors de question, c'est nous qui avons lancé l'invitation. Et même si cela me touche que vous appréciez mes deux gargouilles, vous n'avez pas à payer pour eux. J'aurais l'impression d'abuser de la gentillesse dont vous faite preuve envers eux depuis le début. »

Je lui fis un sourire chaleureux. Mon ton était doux, mais je ne comptais pas céder sur ce point. Cela n'avait rien à voir avec un quelconque principe à la noix sur la galanterie et tout ce bazar. C'est juste qu'à ce moment précis, je trouvais cela déplacé.

« Mais si vous voulez nous retourner l'invitation à l'occasion, j'en connais deux qui n'y verrons aucun inconvénient. »

Ajoutais-je pour lui faire comprendre mon point de vue du moment. Pendant que le vendeur préparait notre commande, j'observais la jeune femme avec un léger sourire. Puisque les garçons étaient hors de porter, j'en profitais pour ajouter :

« Et je tiens à vous remercier de ne pas avoir tiqué sur notre petit échange concernant la mère des jumeaux. Contrairement à d'autres familles dans notre situation, le sujet n'est absolument pas tabou chez nous. Et comme vous avez pu le constater, cela à parfois tendance à venir sur le tapis au moment où on s'y attend le moins. Alors merci de ne pas avoir posé de question. »

Alors que je finissais ma phrase, le glacier déposa notre commande sur le comptoir. Après avoir payé la note, j'attrapais le plateau et allais rejoindre les deux asticots qui commençaient à s'agiter sur leur chaise.

« Vous voulez bien attraper un stock de serviettes en papier s'il vous plaît. »

Demandais-je à Morrigan en passant devant les dites serviettes.

©️ YOU_COMPLETE_MESS




Cette insupportable colère qui étouffe le chagrin au point que le souvenir de l’être aimé n’est plus qu’un poison dans tes veines.Et un jour tu te surprend à souhaiter que la personne aimée n’aie jamais existé pour être libéré de ta peine.
Morrigan Davenport
avatar
Inscrit le : 25/10/2017
Messages : 1580
Avatar : Jennifer Morrison
Crédits : Snowqueen (me)
Date de naissance : 24/10/1983
Bloc notes : A venir: Sonny, Esvir, Mérédith Laëna Maxine, Heather, Blake, Nell ou autre de ses persos + Alexis.

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Matmatah
• ÂGE : +30
• BLOC NOTE : I want to break free!


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le Lun 13 Aoû - 12:10

Charivari à la bibliothèqueCillian x Morrigan

Je me retourne en grimaçant gentiment en entendant le jeune homme rire. Le fameux Cillian donc. Je ne prenais pas mal son rire, au contraire, je sais que je peux avoir des comportements un peu étranges qui peuvent en dérouter plus d’un. Que cela le fasse rire plutôt que le faire buguer me fit plaisir.

-Je vous en veux pas le moins du monde. Le plaisir est partagé.


Le choix du jeune homme est vite fait, et heureusement quelque part qu’il n’est pas comme moi, du genre à tergiverser pour ce genre de choses. On allait gagner du temps. Il repousse gentiment ma proposition de payer et quand il m’explique les motifs, je ne peux pas faire autrement que de céder. Même si à mon sens je n’avais rien fait de plus que ce qu’une autre personne aurait faite.

-C’est pas bien difficile d’apprécier vos farfadets en même temps… Et je me contente d’être moi-même… J’ai pas eu grand-chose à faire d’autre. Ce ne sont que des enfants…

Je me réjouis quand il propose cette alternative qui me plaît énormément.

-Revoir les deux petits microbes les plus craquants de la planète ? Vendu !

Pour le dernier point qu’il évoque, je ne sais pas trop où me mettre. Je suis un peu gênée, et au final poser des questions, de toute façon, ça m’aurait paru déplacé… Au pire des cas, si je comprenais bien ce qu’il venait de me dire, les jumeaux pourraient être amenés à récidiver sur la question de leur mère. Ce qui me paraît logique. Je crois que si cela m’était arrivé j’aurais posé énormément de questions à mon père. Quoi qu’on ne peut pas savoir tant qu’on ne se retrouve pas dans la situation même. Je ne vois cela que de mon point de vue extérieur et je ne prétendrais jamais pouvoir comprendre ce qu’ils ressentent tous. Le père y compris.

-Euh… c'était rien voyons..., lançais-je plus intimidée que troublée.

Je sais, c’était nul de répondre cela, et je restais sur place quelques secondes après qu’il m’ait demandé de récupérer les serviettes. Je range mon portefeuille dans mon sac, ce qui me laisse un peu de temps. Je me ressaisis en espérant que ma petite absence n’ait pas été trop remarquée, et réclamais au vendeur, tout en attrapant les dîtes serviettes, des petites cuillères colorées. Je me souvenais que toute petite déjà, il m’arrivait de faire tomber ma cuillère sans arrêts et que c’était tout un drame après parce que les vendeurs étaient plutôt avares de ce petit matériel. J’attrapais aussi des pailles pour montrer une petite ânerie aux jumeaux qu’ils connaissaient déjà sans nul doute et revenais vers eux. Je déposais mon chargement sur la table et souriais :

-Vous savez les garçons… La glace c’est un des trucs que je préfère au monde avec les pizzas…

Et probablement les pâtisseries, mais je ne m’étalais pas sur le sujet et du coup déposais un baiser sur la joue de chacun d’entre eux :

-Merci beaucoup pour l’invitation, vous êtes des amours…
-C’est les sous de papa…, me répond du tac-o-tac le petit Alex. Ce qui m’arrache un petit gloussement que j’étouffe un peu du plat de la ma main. Alors papa a aussi le droit à un bisou…

Je me mordille la lèvre en essayant de ne pas rire cette fois et fixe Cillian droit dans les yeux comme pour essayer de deviner ce qu’il en pensait. Je gagnais un peu de temps, je n’étais toujours pas assise avec eux. J’ébouriffais les cheveux de chacun des bambins et leur redonnais à chacun un autre bisou sur la joue :

-C’est un bisou pour chacune des joues de papa… Je ne le connais pas encore assez, alors ça serait peut-être pas très correct de lui donner un bisou sur la joue maintenant, mais du coup vous, vous pouvez lui transmettre comme ça… Vous voulez bien faire les petits facteurs pour moi ? Surtout qu’il le mérite bien, il a fait un très bon choix de parfum pour moi…

Je coulais de nouveau mon regard vers lui :

-Merci d’ailleurs… J’apprécie beaucoup ces deux parfums. Je trouve qu’ils vont bien ensemble...

Je m'installais alors à leurs tables et fis la distribution.
© YOU_COMPLETE_MESS



Merci encore, Yenko♥️

Il peut arriver que Momo parle en #cc66ff ou en deeppink selon rps ou codages. Si jamais cela vous pique les yeux, n'hésitez pas à me le dire.

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Morrigan - Charivari à la bibliothèque, le

Morrigan - Charivari à la bibliothèque

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: Autres lieux-