Partagez| .

Serendipity [feat. Leevi]


Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 466
Avatar : Ben Barnes
Crédits : av:midnightblues sign:anaëlle
Mes rps :

Check it out!



Bloc notes :





Afficher


Serendipity [feat. Leevi], le Mer 16 Mai - 23:36


Je sais pas trop si je suis en train de faire une crise de la trentaine en retard ou une crise de la quarantaine en avance. Tout ce que je sais, c'est que ça se bouscule dans ma tête, je doute, je n'ai plus aucune certitude à part celle d'avoir besoin de changement. Après m'être réveillé en cellule et avoir évité de justesse un procès pour agression après une soirée de toute évidence bien trop alcoolisée, j'ai décidé de prendre quelques semaines de vacances histoire de pouvoir réfléchir un peu à ma vie, me recentrer, prendre les décisions qui s'impose.

Me rapprocher un peu plus de ma famille, prendre des nouvelles de mes amis, faire de nouvelles connaissances, prendre le temps de faire les choses que je remets toujours à plus tard, faute de temps ou d'énergie. Aujourd'hui je n'ai rien de spécial de prévu et pourquoi pas ne rien faire à la maison? J'ai lu que l'ennui peut être positif pour son bien-être mais au bout de quelques heures, je tourne en rond et deviens dingue. Puis je repense à la conversation que j'ai eu avec Havane, la jeune italienne, il y a quelques semaines de ça au restaurant. Elle m'a parlé du café d'une de ses amies, et je décide de me renseigner. J'attrape mon téléphone, je regarde sur google et trip advisor et je finis par trouver. кактус. Je n'ai aucune idée de comment ça se prononce mais c'est pas grave, l'adresse elle m'est familière. Une fois mon portefeuille et mes clés récupérés, je prends la direction du café dans South Austin, à quelques rues du Maelström.  

L'intérieur est différent de ce à quoi je m'attendais. Du parquet, des murs blancs, beaucoup de lumières grâces aux baies vitrées qui donnent sur la terrasse et... des cactus. Ca fait tilt dans ma tête. Le nom du café. кактус. C'est donc ça. La vitrine fait envie, les étagères remplies de livres aussi, et je m'approche du comptoir les yeux levés vers les menus. "Bonjour," je fais distraitement quand c'est mon tour, toujours indécis quant à mon choix. J'ai bien envie de tenter le napoléon mais d'autres gâteaux me font aussi de l’œil... "Qu'est-ce que vous me conseilleriez? J'ai jamais goûté le napoléon mais j'ai-" Je me stoppe net en voyant le visage de l'homme derrière le comptoir. J'ai très peu de souvenirs de cette fameuse soirée mais ce visage, je n'ai pas pu l'oublier. Ce nom non plus, d'ailleurs. "Oh. Leevi, salut..." Soudainement très timide, je baisse les yeux et sens mes joues devenir toutes rouges.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 512
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Matteo#3 ¥ Esvir#2 ¥ Floyd




Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Jeu 17 Mai - 13:15


J’étais crevé. Je n’avais pas dormi assez à cause de Ceyleste qui avait décidé de jouer les ivrognes où je travaillais.  Gentil comme jamais, j’l’vais raccompagnée, je l’avais reconduit et la soirée s’était éternisée car elle me faisait un petit spectacle toute les deux secondes, cherchant la pire idée pour me faire perdre mon temps et m’emmerder. Je m’étais réveillé chez elle, sursautant hors de la chaise lorsque mon réveil s’était mis à gueuler, la réveillant au passage. J’avais mal dormi, j’avais mal partout, bref, je n’étais pas super en forme ce matin. Mes yeux piquent, je me sens pas frais mais je ne voulais pas m’éterniser chez Ceyleste, j’voulais rentrer et prendre une douche avant d’aller bosser. Sauf que ma voiture était restée au café. Fâché contre moi-même mais surtout sur elle qui foutait ma journée en l’air, je prends ses clés et j’me casse avec sa voiture jusque chez moi en laissant un mot sur l’frigo pour lui dire que j’avais pris sa voiture.  Je roule comme un dingue jusque chez moi, m’rue sous le jet d’eau chaude. L’effet et là, ça détend mes muscles.

Après avoir enfilé une chemise blanche et un simple jeans noir, je fonce au café d’Esvir. Par miracle j’arrive à l’heure pour l’ouverture et je me place derrière le comptoir. J’enfile mon tablier aux couleurs du café et j’allume les machines. Elles font un bruit à en faire réveiller les morts lorsqu’elles chauffent l’eau qu’elles contiennent. J’croise Esvir et m’excuse pour hier soir. Elle ne semble pas m’en vouloir mais j’compte bien ne pas prendre mon temps de midi pour m’excuser. Je me sens plus serein depuis que je travaille pour elle, moins tendu, moins stressé. C’est agréable comme sentiment. Les portes s’ouvrent et les premiers clients arrivent : des cafés à emporter, des pâtisseries (aux noms à coucher dehors), des jus de fruits frais, des croissants Français, bref tout y passe. Je n’ai pas eu trop de mal à prendre mes marques, par contre, j’ai un mal fou à retenir les noms des gâteaux et de certains cafés spéciaux. Ça m’prend grave la tête et je ne suis pas sûr que ça rentre un jour et que ça s’imprime dans ma caboche.

Machinalement je réponds « Bonjour ! » lorsqu’un client s’approche, la tête penchée dans la vitrine, je replace certaines pâtisseries. Je lève la tête pour répondre à sa question et son visage me pétrifie. C’est lui. Lorsqu’il croise mon regard et qu’il prend conscience de qui je suis, je me sens affreusement mal à l’aise. Il est encore plus beau que la dernière fois. Ou du moins, du souvenir que j’en ai de lui. « heuuu… » Je suis bouche bée. Je ne sais pas trop quoi dire. Je ressens une drôle d’impression, comme une certaine culpabilité. Il baisse les yeux et il se met à rougir. J’ai dû me comporter comme un con avec lui. Mon sentiment et son comportement semblent logique dans ce cas. Matteo. Oui, c’est ça. C’est lui. C’est Matteo. Je revois des images de son costume, mais mes souvenirs de la soirée restent trop vagues. « Je… Est-ce qu’on se connait ? » Putain. Je suis un crétin. Je me râcle la gorge, je me redresse un peu et tente de dissimuler mon malaise « Le Napoleon est très bien. C’est un bon choix. Sur place ou à emporter ? » Je me sentais affreusement coupable, comme s’il lui était arrivé quelque chose sans que j’ai pu faire quoi que ce soit. Seulement, je n’arrive pas à me rappeler quoi. Et je ressent ce pincement au cœur, je m’en veux. Pourquoi, je fais toujours les mauvais choix ? J’aurais pu le saluer, lui rendre un sourire mais… Je me sens trop mal pour assumer.
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 466
Avatar : Ben Barnes
Crédits : av:midnightblues sign:anaëlle
Mes rps :

Check it out!



Bloc notes :





Afficher


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Jeu 17 Mai - 14:22

Après en avoir parlé avec Thomas, j'ai longuement hésité à tenter de retrouver la trace de Leevi. Quelques recherches sur google et en l'espace de quelques minutes j'ai trouvé un e-mail et un numéro de téléphone de son ancien boulot, son profil facebook et son compte twitter. Mais ne voulant pas passer pour un stalker, je n'ai pas osé reprendre contact. Maintenant, alors qu'il me demande si on se connaît, je sais que j'ai bien fait. Déjà que là, alors que ces 'retrouvailles' sont le pur fruit du hasard, ça fait étrangement mal... si j'avais vraiment cherché à le revoir, ça m'aurait juste tué.

Je sais pas comment répondre. Est-ce que j'essaye de lui rappeler qui je suis? Est-ce que je prétend que c'est une erreur alors même que je connais son nom? Et là, mon estomac déjà noué se transforme en plomb. Si ça se trouve, il n'a juste pas envie de me voir. Je suis sur son lieu de travail, de toute évidence, je ne veux pas lui créer d'ennuis ou le mettre plus mal à l'aise qu'il ne l'est sans doute déjà. "Non, pas vraiment, je... Peu importe. Un Napoléon alors, et un café. Sur, euh, sur place." J'ai qu'une seule envie, c'est de prendre mes jambes à mon cou et d'aller me cacher dans mon lit tellement j'ai honte. Mais bon, je suis plus un enfant. Je suis venu pour tester le café et c'est bien ce que je compte faire.

M'installer à une table, quelque part, parcourir les étagères pour trouver un peu de lecture. Ignorer complètement le beau gosse dans son jean noir et sa chemise blanche. Avec son crâne rasé. Je paye sans le regarder dans les yeux, attrape mon plateau et vais m'assoir à l'étage, le plus loin possible du comptoir. Je prends le premier livre qui me passe sous la main et commence à lire, machinalement. Au bout de cinq minutes, mon café est en train de refroidir et j'ai dû lire la première page environ 20 fois sans même m'en rendre compte ni même retenir le moindre mot. le gâteau ne me fait plus envie du tout. Dans quelle situation impossible je me suis encore fourré? Comment je vais expliquer à Havane que je ne pourrais plus jamais remettre les pieds dans cet endroit?



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 512
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Matteo#3 ¥ Esvir#2 ¥ Floyd




Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Jeu 17 Mai - 15:03


Je tente de faire bonne figure et j’évite son regard. Je baisse les yeux, je le sers et je le regarde s’éloigner. Mon cœur est aussi lourd qu’une enclume mais il bat la chamade. Il bat si fort, tellement fort que j’ai des étoiles qui dansent devant mes yeux. Je m’assieds deux secondes pour reprendre mes esprits. Je suis complètement perdu. Esvir se plante devant moi et je m’attends à ce qu’elle me tende un verre d’eau sucré tellement j’ai le teint blême au lieu de ça, elle me colle une tape dans la nuque. Je relève la tête, secoué « Mais quoi ?! ». Elle tire sur mon tablier qui se détache, et elle me dit d’aller lui parler. « Mais putain, je me souviens pas d’la soirée, tu veux que j’lui dise quoi ?! ». Je m’énerve tout seul. Je suis sensé faire quoi ? Je lui explique l’histoire, je ne me souviens pas de grande chose. Je lui raconte mon réveil, ma coupe de cheveux. Elle se marre, je pense qu’elle se fout de moi, mais moi j’ai pas envie de rire, je suis perdu. C’était juste un gars de soirée mais mon cœur semble s’y être attaché. C’est un bordel, j’y comprends rien. « Oui bon ça va ! J’y vais ! » J’me lève et je traverse la salle. En bas des escaliers, je m’arrête. Dois-je réellement monter à l’étage ?

Esvir me lance des signes d’encouragements. J’ai l’impression d’partir en croisade. Je grimpe une marche. Puis l’autre. Je suis super lent. J’inspire un bon coup. Il va m’en coller une, c’est sûr. J’arrive sur le palier de l’espace lecture. Il n’y a que lui dans la pièce et il semble plongé dans un livre. Fissa je redescends les escaliers comme si de rien n’était mais ma patronne m’attends au bas des escaliers. « Il lit un putain d’bouquin ! » lui murmurais-je en faisant des grands gestes. De la façon dont elle me regarde, je comprends que je dois faire demi-tour. Je remonte, les bras ballants et le dos vouté. Il est installé à une table basse, au fond de la salle. J’analyse la situation. Installé là alors qu’il y a tant de places ailleurs, je comprends le message, il a pas envie de me voir. Sauf qu’Ezvir doit surement monter la garde en bas des escaliers. Je m’avance, je n’ai pas trop le choix d’assumer mes conneries.

« Matteo ? »

J’ai le souffle coupé lorsqu’il relève les yeux vers moi. Je secoue la tête, je baisse les yeux. J’ai chaud. Je ne prends pas la peine de prendre une chaise, je reste debout, la conversation risquerait d’être rapide. J’inspire un grand coup avant de prendre mon courage à deux mains : « désolé pour tout à l’heure.  J’ai…heu… paniqué. » Oui c’était un peu près ça. J’avais paniqué. Ma main vient se loger dans mon cou, je ne croise toujours pas son regard « Je… » Je suis perdu, à l’aide. « Je me souviens pas vraiment de la soirée, mais… j’ai cette impression d’avoir fait quelque chose de mal. »
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 466
Avatar : Ben Barnes
Crédits : av:midnightblues sign:anaëlle
Mes rps :

Check it out!



Bloc notes :





Afficher


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Ven 18 Mai - 13:07

Je me sens complètement paumé et sonné, comme si j'avais pris un coup de massue sur la tête. Je cherche à comprendre pourquoi je le prends comme ça parce que je suis bien conscient que c'est tout sauf rationnel, comme réaction, mais faut croire que mon cerveau n'a aucun contrôle là-dessus. J'ai rencontré Leevi à une soirée dont j'ai presque tout oublié, je le connais à peine... Je devrais donc être capable de me dire "tant pis" et de passer à autre chose. Et pourtant je peux pas m'empêcher de me sentir blessé et trahi même si je sais parfaitement que c'est de ma faute. Je me suis fait des films. Bien sûr qu'il n'allait pas me sauter dans les bras en me déclarant sa flamme. Quand bien même il l'aurait fait, je crois que j'aurais été horrifié. Même dans ma déception je sais pas ce que je veux, c'est peut-être bien le pire.

Perdu dans mes pensées à défaut d'être perdu dans le livre choisi au hasard, je ne l'entends pas arriver et je sursaute quand j'entends mon prénom être prononcé, cognant mon genoux dans la table et foutant du café partout. Je me lève précipitamment, épongeant distraitement la table avec une serviette en papier, mon regard fixé sur son visage. Il a le regard fuyant, les joues toutes rouges. Il a paniqué. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais je comprends. C'est parfois plus facile de se cacher la tête dans le sable que d'affronter une situation qu'on ne maîtrise pas. "C'est pas grave," je tente de le rassurer même si quinze secondes plus tôt j'étais en pleine crise existentielle. Lui non plus ne se souvient pas vraiment de la soirée, peut-être même encore moins que moi parce que... "Si quelqu'un a fait quelque chose de mal, je crois bien que c'est moi... Je me suis réveillé en cellule, apparemment j'ai fait peur à un gamin avec un pistolet en plastique, j'étais déguisé en cowboy si tu te souviens?" Je n'arrête pas de regarder ses cheveux, qu'il a désormais très courts. Je tapote ma propre tête avec mon index. "Ça aussi, je crois que c'est de ma faute... Tu... Tu as le temps de t'assoir cinq minutes?" J'espère que c'est le cas parce que j'ai envie de passer un peu plus de temps avec lui. Malgré tout ce que j'ai oublié, je me souviens quand même de ses lèvres sur les miennes et de ses mains sur mon corps... Mais je comprendrais s'il ne peut pas se le permettre, je n'ai pas envie de lui créer des ennuis avec son patron ou sa patronne. Et s'il n'en a juste pas envie, ne souhaite rien de plus et préfère mettre ça derrière tout ça... Au moins j'aurais essayé?



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 512
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Matteo#3 ¥ Esvir#2 ¥ Floyd




Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Sam 19 Mai - 23:58


Ce dont je me souvenais de Matteo, c’est à dire pas grand chose, était pourtant gravé dans ma mémoire. J’avais embrassé ses lèvres, je m’étais perdu dans ses yeux et je me souvenais d’un long moment à discuter dans les bois sans me souvenir cependant de notre discussion. Tout était très flou et même si j’avais le sentiment d’avoir passé une bonne soirée, si j’avais la certitude d’avoir rencontré une chouette personne, j’avais cet horrible sentiment de culpabilité qui me rongeait de l’intérieur et je n’arrivais pas à comprendre ce que j’avais fait pour ressentir un pareil sentiment. Deux sensations opposées : un sentiment de bien être et à la fois je me sens coupable. Qu’ai-je fait ?



J’ai envie de me réfugier dans un trou de souris lorsqu’il sursaute, se cogne le genoux et renverse son café a peine entamé. Je me sens confus et terriblement maladroit. Ce malaise ne se dissipe pas lorsque je lui annonce mes excuses en précisant que j’ai paniqué. Il me dit que ce n’est pas grave. Ah. Je bredouille : « je vais te chercher un nouveau café ! » je m’avance vers l’escalier et avant de descendre j’lui lache : « Promis. J’reviens. Bouge pas ! » je ne voulais pas qu’il pense que c’était une excuse pour partir. Je descends les escaliers à fond d’balle et me glisse dans le bar pour lui refaire un café. Je me souvenais très bien de sa commande, j’avais écouté chacun de ses mots comme s’ils étaient les derniers mots que j’allais entendre de lui. Le café coule. Lentement. Trop lentement. Beaucoup trop lentement. Je ne cesse de regarder derrière moi pour être sûr de ne pas le voir prendre la porte. M’excuser, croiser son regard là-haut, m’avaient donné l’envie de l’entendre encore me parler. Sa voix suave plaisait à mes oreilles. Le café enfin prêt, je remonte les escaliers en prenant soin de ne pas le renverser. Mes mains sont tremblantes lorsque je le pose devant lui. Je lui avoue ce sentiment de culpabilité et cette sensation d’avoir fait une connerie. « En cellule ?! » l’histoire du flingue... ça me revient... le brouillard se dissipe un peu. Je vois une supérette, un night shop et un adolescent boutonneux. Son déguisement de cowBoy, ah ça oui, je m’en souvient très bien. Rien que d’y repenser, un sourire s’affiche sur mon visage que je dissimule dès que je m’en rend compte : « Oui, je m’en souviens...un peu... Je crois qu’il avait fait une réflexion sur notre homosexualité... enfin, je crois » Je me revoit retrousser mes manches, énervé. « Je l’ai frappé? » c’est la seule question qui me vient à l’esprit. Il me propose de m’assoir. Je n’hésite pas une seconde et m’installe en face de lui. Mes gestes ne sont pas sûrs, mon corps tremble et je ne sait pas l’expliquer. il me parle de mes cheveux mais j’ai un doute. « Je ne crois pas... j’avais la moitié du crâne rasé lorsque je me suis réveillé. J’ai bien failli faire une crise cardiaque en me voyant dans le miroir. Je ne pense pas que tu m’aurais fait ça avec mon consentement » je lui lance un petit sourire gêné et glisse mes mains entre mes genoux. J’ai l’impression d’être un gosse face au proviseur, je ne suis pas du tout confiant.
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 466
Avatar : Ben Barnes
Crédits : av:midnightblues sign:anaëlle
Mes rps :

Check it out!



Bloc notes :





Afficher


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Dim 20 Mai - 20:39


Je suis horrifié de le voir repartir aussi vite mais c'est de ma faute, j'aurais pu faire attention au lieu de renverser du café partout. Il me rassure rapidement en me promettant de revenir et j'ai à peine le temps de hocher la tête qu'il est déjà dans les escaliers. En attendant qu'il revienne, je continue d'éponger la table. J'aurais pu faire pire et abimer un livre mais ça va, je m'en sors pas trop mal ce coup-ci. Je me rassois, tâchant d'être patient.

Il remonte deux minutes plus tard et je peux pas m'empêcher de sourire lorsqu'il s'assoit face à moi. Il a l'air choqué lorsque je lui dit où je me suis réveillé le lendemain matin de cette fameuse soirée. "Ouais, en cellule. Le gamin a finalement décidé de ne pas porter plainte, j'ai eu de la chance..." Leevi se souvient d'une partie, et maintenant qu'il en parle... "Ah... C'est peut-être pour ça qu'il a pas osé jusqu'au bout. Je... je pense pas que tu l'aies frappé. Mais tu t'es accroché avec Batman quand on était encore dans l’église." Ça non plus, je ne m'en souvenais plus jusque maintenant. Il n'a pas l'air convaincu quand j'avoue penser être à l'origine de sa coupe de cheveux. Les détails sont flous et incertains mais je me revois avec une tondeuse à la main. "Il me semblait... Je suis sûr qu'on a acheté une tondeuse à la supérette, j'ai eu le détails de nos achats. De la vodka, des gâteaux, des capotes et une tondeuse. Ça peut pas être une coïncidence si tu t'es réveillé comme ça." Et Leevi dit qu'il avait seulement la moitié rasée. "Mais pourquoi on aurait pas fini? Je t'aurais jamais laissé dans cet état volontairement. Mais euh... en tout cas ça te va bien aussi très bien, les cheveux courts..." C'est pas forcément le moment de flirter mais c'est sorti tout seul.

J'ai beau réfléchir, je ne me souviens pas de cette partie de la soirée. Je devais être trop alcoolisé... et drogué, parce que la police m'a aussi foutu une amende pour consommation de stupéfiants. Je baisse la voix, même s'il n'y a personne assis à côté. "C'est toi, l'herbe?" je demande, parce qu'il ne me donne pas l'air d'un gars qui fume, tout sérieux avec son tablier. Bon sang, il est vraiment craquant. Maintenant je sais pourquoi je n'ai pas arrêté de penser à lui ces derniers jours, même si les souvenirs de la soirée s'étaient envolés.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 512
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Matteo#3 ¥ Esvir#2 ¥ Floyd




Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Lun 21 Mai - 19:39


Je m’absente même pas cinq minutes lorsque je descends en furie lui refaire son café. A peine en bas, j’ai déjà envie de remonter pour retrouver ses yeux noirs. L’attente me semble une éternité mais dès que le café est enfin dans sa tasse, je remonte sans perdre une seule seconde de plus. Je prends la peine de m’installer en face de lui. Il n’y a pas grand monde en bas, c’est une heure creuse. Lorsque j’aurais pris la peine de me justifier auprès d’Esvir, elle comprendra, j’en suis persuadé. Et puis, c’est elle qui m’a poussé à monter lui parler. D’ailleurs, faudra que je pense à lui dire merci. Il m’annonce qu’il s’est réveillé en cellule. Mon ventre se tord. Le pauvre. Ça doit être traumatisant. Il m’explique que dans son malheur il eut de la chance… C’est vrai mais quand même… « Oui, on peut voir les choses comme ça… Mais c’est ma faute si cela t’es arrivé, et j’en suis désolé. » Je marque une pause « Je peux me montrer très sanguin, parfois… » Je tente de lui lancer un sourire, mais c’est plus une grimace de malaise qu’autre chose. Et puis il me parle de Batman, et mon accrochage me revient en mémoire. Je m’insurge : « Oui ! Je me souviens ! Il l’avait amplement mérité ! Il voulait que je te partage et… » Je baisse les yeux et je me sens rougir. Je bredouille « Et… et… j’voulais pas… ». Le déroulement de la soirée se fait de plus en plus clair au fur et à mesure que nous assemblions les pièces du puzzle ensemble mais j’ai toujours cette zone d’ombre sur mes cheveux, et je ne pense pas qu’il soit à l’origine de cette coupe désastreuse. Sauf qu’il me dit qu’il a trouvé une note sur ses achats. Il est intelligent. Il a cherché à trouver des explications, moi je n’ai rien fait de mon côté : « Nous avions sans doute prévu une bonne soirée » je glousse un peu nerveusement. Lui non plus ne sait pas pourquoi nous n’avons pas terminé et il me complimente sur mes cheveux courts. Je rougis encore une fois. Ce mec était adorable. « Merci… » un simple murmure. Je fourre ma main dans mon tablier pour en sortir mon téléphone. Peut-être avait-je des explications de cette soirée, des preuves ? J’ouvre le dossier des images et des photos et j’éclate de rire. Mon Dieu. C’est quoi cette horreur. L’écran me renvoie une image de moi et Matteo qui entoure mon cou de ses bras, brandissant une tondeuse et moi tout sourire les cheveux à moitié rasé. Je lui tends mon téléphone « Je crois que, ça ne nous aide pas mais oui, à mon avis, tu es bien coupable. » Cette photo est juste drôle à en mourir. Je me permets de l’enregistrer dans mon Cloud, je ne veux pas la perdre. On semble réellement complice sur cette image. Une euphorie partagée, on passait un bon moment. Tellement bon que j’avais bien pris qu’il me rase qu’à moitié la tête.

Soudain, il baisse la voix et regarde autour de lui pour vérifier que personne ne nous écoute. L’herbe. Ah oui, ça c’était sans doute moi. « Oui, c’est encore moi… » Bordel. Que lui avais-je fait à cet homme ? Je l’avais dévergondé ? Je lui avait fait quoi ? « Je… Je t’en ai fait voir de toutes les couleurs je crois bien… » Je me mords la lèvre. Je comprends le sentiment de culpabilité. Je sais bien que j’ai parfois des idées folles et j’avais envie de profiter à fond de ma soirée. Je me souvenais avoir été chercher quelques grammes chez Louis avant d’arriver à l’église. « Je suis désolé, je sais je me répète mais… » il a l’air tellement sérieux, tellement droit dans ses bottes, tellement mature que je ne peux pas m’empêcher de m’excuser toutes les cinq secondes. « Mais… tu sembles tellement… » Beau ? Désirable ? Inaccessible ? « … plus responsable que moi que je m’en veux de t’avoir entrainé là-dedans. »
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 466
Avatar : Ben Barnes
Crédits : av:midnightblues sign:anaëlle
Mes rps :

Check it out!



Bloc notes :





Afficher


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Mer 23 Mai - 12:02

Leevi continue de penser que c'est de sa faute. Je continue de penser que c'est de la mienne. Très sérieusement, j'ai besoin de personne pour agir comme un con. Je suis sorti avec l'idée de me prendre une mine et de m'amuser un peu. Forcément, ça a fini par déraper mais c'est à moi d'en assumer les conséquences. "Dans la vie de tous les jours, j'ai tendance à être un peu trop sage alors quand je me laisse un peu aller, je peux vite faire n'importe quoi." J'ai beau avoir 35 piges, j'ai la maturité émotionnel d'un gamin, j'avoue... On reparle de Batman, avec qui on s'était accroché un peu plus tôt et... "Oui, je m'en souviens. J'aime pas partager non plus alors je suis content que tu l'aies envoyer bouler." Ce petit côté protecteur, je trouve ça attirant, je dois bien l'admettre. Bon, faudrait pas que ça tourne à la jalousie maladive mais pour ça, faudrait déjà que... ben qu'il se passe quelque chose de réel entre nous et je sais pas si c'est quelque chose qu'il recherche et j'ai la trouille de demander.

Après quelques minutes à essayer de trouver le responsable pour ses cheveux, Leevi finit par chercher des indices dans son téléphone et... C'est plus un indice là, c'est une preuve. C'est bien moi qui lui ait coupé les cheveux et on a tous les deux l'air hilare sur la photo. Je peux pas m'empêcher de pouffer de rire. "Bon, c'est officiel je crois... Je suis désolé pour tes cheveux. Ils euh... repousseront?" C'est bizarre comme sensation. En temps normal, j'aurais juste été horrifié de mon comportement mais je sais pas, il y a ce quelque chose chez lui qui me rassure et qui me dit que je suis déjà pardonné.

Je lui demande si c'est lui qui m'a fourni en herbe pendant la soirée et je vois bien à son visage qu'il se sent coupable. Je secoue la tête. "Hé, c'est pas grave. Je suis pas un grand fumeur mais c'est ni la première, ni la dernière fois que je fume." Quant à mon aspect responsable... "Oui, je mène une vie très droite, carrée, organisée... Très chiante. Alors euh... Pas la peine de t'excuser, vraiment, ça m'a fait un choc de me réveiller en cellule mais tout bien réfléchi, y'a quand même eu beaucoup de positif dans cette soirée." Et puis... pour quelqu'un qui se pense irresponsable, son inquiétude et sa façon de s'excuser me disent qu'il est beaucoup moins frivole qu'il ne le pense. "Peut-être qu'on pourrait passer une nouvelle soirée ensemble, plus calme, pour voir ce que ça donne?" j'arrive enfin à demander, même si la peur d'être rejeté me prend aux tripes. Mais faut que j'essaye. Il est tellement beau et craquant que je m'en voudrais tout ma vie si je tente pas ma chance. Et si j’entends la voix de mon ex me murmurer que ça finira forcément mal, que je finirais par tout foutre en l'air... Et bien ça me donne juste envie de lui prouver le contraire à ce connard.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 512
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Matteo#3 ¥ Esvir#2 ¥ Floyd




Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Jeu 24 Mai - 21:09


Je m’excuse. Sans cesse. J’ai l’impression au fil de la conversation d’avoir perverti Matteo. Nous avions passé une soirée, sans doute formidable vu que je garde une bonne impression de lui, mais aussi rocambolesque. Je souris timidement lorsqu’il m’avoue être quelqu’un de trop sage dans la vie réelle. « Ce n’est pas une mauvaise chose, ça laisse des souvenirs.. » Enfin, pour le peu qu’on s’en souvienne. Je ne le lâche pas des yeux, j’ai toujours le souvenir de ses lèvres sur les miennes, j’aimerais pouvoir y goûter en étant sobre. Peut-être souhaitais juste-t-il des explications ? Je me risque à lui avouer pourquoi je me suis frité avec Batman et sa réponse me soulage un peu. Peut-être qu’il est disposé à vouloir me revoir ? En tout cas, j’en ai envie… « Je serais prêt à recommencer s’il faut. » Je tente le charme et le sourire qui va avec. Je suis plein de doute, peu sûr de ce que je ne fais, pas certain de ce qu’il attend de moi. J’y vais à tâtons, mais bordel, qu’est-ce qu’il est intéressant.

L’idée lumineuse de fouiller dans mon téléphone à la recherche d’indices fut une idée excellente. Je trouve une photo de moi et lui, complices d’un méfait hilarant. J’éclate de rire, je ne lui en veut pas de m’avoir fait cette horrible coupe, il devait y avoir des raisons qui nous échappent à l’heure actuelle. Je ris de plus belle lorsqu’il s’excuse, d’un geste de la main je le fais taire gentiment « Ne te tracasse pas, ce ne sont que des cheveux. » C’est bien moi qui ai dit ça ? Mes cheveux, mon atout de séduction rasé, ce n’est pas grave ? Faut croire que Matteo m’aidait à relativiser la chose.

Plus la conversation avance, plus j’ai envie que ce moment s’éternise mais les minutes passent beaucoup trop vite, je vais devoir bientôt redescendre et je n’en ai aucune envie. J’essaie de me convaincre des résolutions que j’avais faite : arrêter de s’attacher à la première personne qui passe, vivre au jour le jour mais… c’est compliqué. Il me plait vraiment. Beaucoup. Je baisse à nouveau les yeux et je glisse une main dans mon cou, mal à l’aise de l’avoir fait fumer. Je vais finir par croire que je l’ai dévergondé. Mais si nous étions passés sous les draps, je m’en serais rappelé, c’est certain. « Oui, il faut parfois mettre un peu de piment dans sa vie… Mais j’avoue, même moi, je ne me suis pas encore retrouvé en cellule… J’ai dû avoir une mauvaise influence sur toi… Et toi une bonne vu que je me suis réveillé dans mon lit… »
J’aurais sans doute aimé qu’il se réveille à mes côté, qu’on prenne un café, qu’on lise les nouvelles du jour, qu’on sente un malaise éphémère de se réveiller à côté d’un coup d’un soir. Il aurait sans doute « Oui ! » je m’écrie instantanément lorsqu’il me propose de se revoir. Putain, Leevi t’es trop con. Je m’emballe tout seul « Heu, oui. Pourquoi pas ? » Il me fait perdre mes moyens, mon cœur fait un marathon dans ma poitrine. J’inspire un coup « Un film ? Demain soir, on se retrouve là-bas ? » Putain. Voilà que je me comportais comme un adolescent, que je suis con ! « Ou on pourrait aller au restaurant, fin... j’en sais rien… Comme tu préfères. » Je suis perturbé, il me perturbe. Ce n’est pas mon premier rencard pourtant !
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 466
Avatar : Ben Barnes
Crédits : av:midnightblues sign:anaëlle
Mes rps :

Check it out!



Bloc notes :





Afficher


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Lun 28 Mai - 21:20

Ça laisse des souvenirs, oui. C'est exactement ce que j'essaye de lui faire comprendre, alors qu'il s'excuse pour la... je sais pas combientième fois. Certains pas exactement géniaux, c'est sûr, mais d'autres... D'autres qui n'ont pas de prix. Si on ne s'était pas laissés aller un minimum, tous les deux, on ne se serait jamais rencontrés. On ne se serait jamais isolés dans le jardin de l'église pour fricoter. On n'aurait jamais passé tout ce temps ensemble. Alors non, rien de rien, je ne regrette rien. Copyright Edith Piaf. "Mon sauveur!" je plaisante lorsqu'il me dit qu'il serait prêt à cogner Batman une nouvelle fois. J'ai beau faire des blagues, je suis réellement content qu'il ait réagi. Je suis tout sauf bagarreur, j'ai jamais mis un coup de poing à qui que ce soit, alors un mec de cette carrure qui n'aurait pas lâché l'affaire, je sais vraiment pas comment je m'en serais débarrassé...

Ensemble, on parvient à résoudre l'énigme 'Qui a flingué la belle chevelure de Leevi?' et je suis désolé de confirmer que le coupable c'est bien moi. Je m'excuse et il tente de me rassurer comme il peut mais ça me reste quand même en travers de l'estomac. Ou de la gorge. je sais plus trop c'est quoi l'expression, mais en tout cas je suis pas encore tout à fait à l'aise avec ça. "Non, vraiment. J'ai l'impression que ça compte vraiment pour toi... Mais au risque de me répéter, je trouve que ça te va bien quand même!" La flatterie, c'est pas vraiment un péché quand on le pense réellement, non? Bon, dans le pire des cas, c'est pas le pire péché que je puisse faire. Je me rappelle quand j'allais encore à l'église après mon coming out et que le prêtre a littéralement annoncé à tout le monde que j'irai en Enfer. Qu'il aille se faire foutre avec une tronçonneuse, ce connard.

On discute de l'herbe qu'il avait sur lui ce soir là et que nous avons bien évidemment consommé. Il dit avoir une mauvaise influence sur moi, et moi une bonne influence sur lui. C'est pas tout à fait vrai mais c'est pas tout à fait faux non plus. "C'est une bonne chose, non? Ça veut dire qu'on est complémentaire..." Nan mais sérieusement, d'où me vient le courage de sortir des choses comme ça? En temps normal j'aurais jamais osé mais aujourd'hui je me sens pousser des ailes, ça serait presque affolant si c'était pas Leevi en face de moi. Leevi qui est plus timide que je l'aurais pensé, qui regarde vers le bas et se frotte la nuque quand il est pas trop à l'aise. Leevi que je peux pas m'empêcher de vouloir revoir. Il s'empresse d'accepter ma proposition et je souris tellement que ça m'en fait mal aux joues. Il est super enthousiaste, même s'il essaye de le cacher après coup, et me propose qu'on se revoit demain. "On peut faire les deux?" je suggère, bien conscient que j'en demande peut-être beaucoup. "Un resto dans lequel je cuisine pas, ça fait bien longtemps et j'ai pas été au cinéma depuis..." Je sais même plus, ça fait des années. On pourra discuter tranquillement pendant le repas, apprendre à mieux se connaître et après, pendant le film... Apprendre à mieux se connaître aussi mais de manière un peu plus tactile. Histoire de voir si notre compatibilité n'était pas juste une erreur d'un soir. Je suis quasiment sûr que non mais je me dévoue, non, je me sacrifie pour vérifier...



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 512
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Matteo#3 ¥ Esvir#2 ¥ Floyd




Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Serendipity [feat. Leevi], le Mar 12 Juin - 15:47


Le malaise que j’ai ressenti lorsque je l’ai vu tout à l’heure en bas lorsqu’il commandait un café s’était largement dissipé pour laisser place à une gêne typique des ados qui flirtent pour la première fois. Ce sentiment étrange ne m’est pas familier, rarement je ne me suis senti aussi ridicule, stupide, à côté de mes pompes (barrez la mention inutile) face à quelqu’un qui me plait. Je suppose que le fait que trop de zones d’ombres liées à notre rencontre me mettent mal à l’aise. J’essaie de faire bonne figure autant que je peux, n’hésitant pas à dragouiller de temps en temps. Au fond de moi, je me liquéfie à chaque fois qu’il croise mon regard et mon ventre sautille lorsqu’il sourit. Son effet sur moi est aussi visible que le nez au milieu de la figure et ça me désarçonne d’être si mis à nu. Je ne contrôle pas ce que je dis, ce que je fais et je me sens terriblement maladroit. Chacune de ses phrases me donne envie d’être demain pour nous revoir dans un lieu où peut-être je me sentirais plus à l’aise que sur mon lieu de travail. Et puis, je suis sûr qu’Esvir allait me demander un rapport détaillé de ce qu’il s’était passé à l’étage. J’aime beaucoup Esvir, mais je préfère rester secret sur mes relations et mes fréquentations, ça n’apporte que des emmerdes. « Oui, oui, comme tu préfères » dit-je en souriant lorsqu’il me propose le combo resto-ciné. Il m’annonce ensuite qu’il n’a plus été au restaurant, ni au cinéma depuis des années. Je me rappelle qu’il m’avait révélé être un chef cuisinier. Je devais l’emmener dans un endroit où ses exigences culinaires seront assouvies. Et l’air de rien, ça va me foutre la pression. « Je vais essayer de trouver le restaurant parfait alors… Euh… Tu … Me donnes ton numéro au cas où ? » Au cas où quoi ? Je suis tellement con. Mais au moins, il accepte ma proposition. « Je… Je dois retourner travailler malheureusement… Heu… A demain alors ! » Je souris tout en me levant. Je fais quoi ? La bise ? Je lui serre la main ? HAAAAAA ! Trop de dilemmes ! « N’oublies pas de manger ton Napoléon ! » J’opte pour un signe de la main discret et mal à l’aise signifiant que je lui dis au revoir avant de disparaître dans les escaliers pour retourner en bas. Je me rue dans la cuisine pour prendre la porte de service et respirer un grand coup dehors en souriant comme un abruti de première.

FIN.
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Serendipity [feat. Leevi], le

Serendipity [feat. Leevi]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-