Partagez| .

C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE)


Aller à la page : 1, 2  Suivant
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Lun 30 Avr - 18:47


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria

Charlie elle l’attendait. Elle était arrivée en avance pour son rendez-vous à l’aveugle. Quelques jours plus tôt, elle avait participé à une ventes aux enchères pour l’université d’Austin. Elle avait enchéri via internet pour trois candidats. La belle n’avait pas pu assister aux résultats puisqu’elle avait été appelée en renfort au salon de tatouage. Elle avait mise des sommes ridicules juste pour le fun et ne s’était pas attendue à recevoir un sms mystérieux de son lot. Elle se demandait lequel des trois il pouvait être et espérait plus que tout qu’il ne s’agisse pas d’Andria. Le message l’invitait à passer la soirée du jeudi en sa compagnie et Charlie ayant congé le vendredi accepta sans réfléchir. Curieuse, la brune avait fait des recherches sur internet concernant le restaurant dont le mystérieux inconnu mentionnait dans son message. C’était chic, élégant et gastronomique. Tout ce que Charlie n’était pas. Elle devrait mettre une robe, des talons. Le combo qu’elle déteste mais si c’est pour avoir un putain de repas gratuit, elle allait faire un effort.

Donc, elle l’attendait, plus féminine que jamais dans une robe noire en dentelle laissant découvrir ses bras et sa poitrine couverts de tatouages. Sa robe est courte mais assez longue pour cacher ses fesses. Elle a emprunté les talons aiguilles de sa voisine de pallier, elle n’en possédait pas elle même. Pourtant, elle savait comment se tenir, il suffisait de se rappeler de son éducation. Elle jouerais un rôle aujourd’hui, de toute façon, ce gars il n’allait sans doute pas lui plaire car pour l’emmener dans un restaurant comme celui-ci il fallait forcément être riche et casse pieds.

Les cheveux relevés en chignons, Charlie jouait avec sa boucle d’oreille, impatiente. Le mystérieux inconnu n’allait pas tarder à arriver. Alors qu’elle regardait la nappe d’un œil vide, elle aperçu une ombre. Elle leva les yeux et manqua de s’étouffer : « Andria?! »

code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Lun 30 Avr - 20:03


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria

J'avais fait la soirée des enchères juste pour rapporter un peu d'argent pour l'université vu que j'étais célibataire, ça aurait été l'occasion de rencontrer une autre personne. Tailleur trois pièces contrairement à mon habitude, quelque chose de noir et d'uni, j'avais donné rendez-vous directement dans un restaurant branché. C'est la moindre des choses non? Mais tout ne se passe pas comme prévu en voyant Charlie, avec sa robe noire et préparée pour l'occasion en entrant dans le restaurant précipitament. En la voyant, je reste figé, tout en la regardant amoureusement. Elle est si belle, si attirante, si... Je sens mon coeur s'accélérer. Je me rapproche d'elle pour l'inviter à s'assoir à la table qui nous est destinée, lui tirant la chaise pour qu'elle prenne place avant de partir en face. Un serveur vient nous voir. Je regarde Charlie pour qu'elle prenne ce qu'elle veut boire avant de choisir les menus. "Si seulement j'avais su que tu étais mon invité, je t'aurais amené ailleurs, en endroit qui te plairait plus que ce genre de restaurant. Ca ne doit pas vraiment être ton délire." lui dis-je embarrassé avant que le serveur nous serve la bouteille choisie par cette dernière. Je l'en remercie. Je suis stressé. Je ne l'ai pas vu depuis des semaines, elle trainait toujours dans ma tête et j'ai l'impression de faire face à mes sentiments. "Tu es resplendissante. Je tenais à te le dire." Je baisse les yeux. Je sens que je vais devoir faire la conversation. Nous récupérons les cartes et parcourons ces dernières pour ensuite choisir et les lui rendre. "Tu... Ton road trip s'est bien passé?" Je tente de la faire parler. Peut-être que ça sera en vain.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 1 Mai - 18:44


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria

Elle détaille Andria de bas en haut, bouche bée. Elle le regarde s’assoir et ne prononce pas un mot, sous le choc. Elle ne s’était pas attendue à se retrouver en tête à tête avec lui, elle avait misé une plus basse somme que pour les deux autres. Apparemment, faut croire que passer une soirée avec le pasteur n’avait rien de très excitant pour le commun de mortels. Un serveur arrive et mon regard se tourne vers lui. A boire, à boire. Que boire ? Charlie commence à paniquer, elle a envie de fuir à toutes jambes mais courir avec des talons, c’est une mauvaise idée. Elle doit avoir les idées claires, mais l’alcool la détendrait surement. Elle commande… une eau pétillante et se réfugie dans la carte pour analyser ce qu’elle contient. Elle déglutit lorsqu’elle entend sa voix et se force à répondre comme si de rien n’était, comme si il n’y avait aucun malaise entre eux « Il faudrait que vous arrêtiez de me juger… »Commence-t-elle « Vous ne me connaissez pas vraiment. Peut-être que justement, ce genre de gastronomie me plait. » Ajoute-t-elle toujours cachée derrière la carte. Le serveur revient avec l’eau qu’il verse dans leurs verres. Elle n’ose pas prendre son verre et le porter à ses lèvres. Pourtant elle a la bouche sèche. Toujours plongée dans la carte qu’elle ne lit pas, elle murmure un « Merci » poli à son compliment. Charlie, elle ne sait pas quoi dire. Tout aurait été plus simple si ce gosse de riche était à la place d’Andria. « C’était parfait » Elle n’a pas envie de lui parler de ça, à vrai dire, elle voudrait rentrer. Son road-trip n’avait fait que lui occuper l’esprit mais à son retour, la vérité lui éclatait au visage : Andria avait toujours sa place dans son cœur. Elle se sentait faible. Elle inspire un bon coup et dépose la carte sur la table. « Dîtes, on n’est pas obligés de subir ça, vous savez ? On pourrait rentrer chez nous. » Elle se racle la gorge « Fin, chacun de son côté. Des fois, il vaut mieux ne pas compliquer les choses. » Comme quoi, Charlie pouvait se montrer responsable et mature quand elle le voulait. Serait-elle en train de changer ? De troquer sa vie de bohème pour une vie plus responsable et adulte ?

code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 1 Mai - 19:46


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
J'hausse les sourcils. Je ne disais pas ça méchamment. Je voulais juste qu'elle se sente à l'aise, dans un environnement qui lui correspondrait mieux mais si elle veut jouer le jeu, ce n'est pas de refus. Un silence se fait alors que les choses tournent normalement d'un certain côté. J'attrape mon verre rempli pour en boire quelques gorgées et faille de m'étouffer en attendant sa proposition. "Et bien, c'est vrai que j'aurais préféré quelqu'un d'autre mais... Au moins ça nous permettra de mettre les choses au clair... Non?" lui répondis-je avant que le serveur ne vienne nous demander si on a commandé. "Une escalope s'il vous plait." lui demandais-je après que Charlie ne passe à son tour commande. Mes lèvres se pincent entre elles. Je ne sais pas vraiment par où commencer. Lui demander le pourquoi du comment elle réagit ainsi? Lui demander pourquoi elle a une haine à mon égard alors que je n'ai rien fait pour la chambouler. Lui demander comment se porte Steven? "Tu ne veux pas m'en dire plus de ton voyage? Ca peut être intéressant." lui proposais-je bien qu'elle semble éviter le sujet. Pourquoi donc? Je baisse la tête, réfléchissant à un autre sujet de conversation autre que notre dernière scène où nous étions plus ou moins intimes. "J'ai revu mon ex-femme. Elle a débarqué chez moi sans que je ne sache pourquoi." entamais-je.

code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 1 Mai - 22:00


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Charlie elle tente de rester calme et de maîtriser le stress qui sautille dans son ventre. Mais lorsqu’il lui annonce qu’il aurait préféré avoir quelqu’un d’autre qu’elle en face de lui, elle se retient de lui jeter son verre d’eau dans la figure. L’entendre de sa bouche, ça met le feu aux poudre alors qu’elle souhaitait la même chose. Vraiment ? Elle repense à la conversation qu’elle avait eu avec Elijah dans la baignoire, c’était donc ça, se mentir à soi-même ? Une part d’elle était ravie de manger en tête à tête avec Andria, mais ça, elle n’était pas prête de l’avouer. Elle est trop têtue la gamine. « Je ne vois pas ce qu’il y a à mettre au clair » lâche-t-elle le plus innocemment du monde, comme si elle ne voyait pas de quoi il voulait parler. Elle tend le bras pour boire. L’eau froide lui fait le plus grand bien. Charlie commande un plat végétarien. C’est qu’elle ne mange pas de viande la brune. Non pas pour la protection des animaux, c’est juste qu’elle n’aime pas ça. Elle n’a pas envie de parler de son road-trip mais il insiste, elle soupire et croise les bras tout en s’enfonçant dans sa chaise. « C’était… » Une bouffée d’oxygène ? Une remise en question ? « … agréable de partir à l’aventure avec des inconnus. Nous avons été jusqu’au Canada en passant par la route 66. On a pas mal fait de kilomètres. Ça m’a fait du bien de retrouver le goût de la liberté, de conduire sous un soleil de plomb… » Sa vie d’avant lui manquait, elle n’avait jamais eu autant de soucis que depuis qu’elle avait déposé ses valises à Austin. Elle chipote au pied de son verre, le regard ailleurs. Alors qu’elle se perdit dans ses pensées, elle releva les yeux vers lui. Il avait revu son ex-femme ? Pourquoi lui racontait-il ça ? Elle plisse les yeux ne comprenant pas les raisons de cette révélation. « Pourquoi vous me parlez de ça ? » Son ton est sec et elle sent le monstre de la jalousie griffer son âme. Elle voulait savoir les détails, qu’est-ce qu’ils avaient fait ? Est-ce qu’il était retourné avec elle ? « Je pense que cela ne me regarde pas… » finit-elle par dire en baissant les yeux sur son assiette que le serveur venait d’apporter.

code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 1 Mai - 23:00


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Pourquoi s'entête-t-elle à me jouer son petit jeu de l'ignorance et de l'indifférence? Ce n'est clairement pas comme ça que nous parviendront à avoir une relation saine, ne parlant pas qu'amoureusement parlant. Elle me parle de son road trip et je l'écoute sans la lâcher des yeux, un sourire aux lèvres. Je suis content pour elle, qu'elle est pu souffler un peu. "Ca dit être cool de goûter à cette liberté." répondis-je avant de répondre à sa question. Etait-ce un sujet sensible? Je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit que le serveur arrive avec nos assiettes. Je le remercie une fois de plus avant de prendre mes couverts et d'hausser les épaules "Je ne sais pas. Je voulais juste te raconter ce qu'il y avait eu de nouveau depuis que tu es partie." lui dis-je en prenant le premier bout de viande fraichement découper. Je le savoure. "J'ai revu un ancien pote aussi avec qui j'ai fait beaucoup de conneries plus jeune." Je tente de trouver des sujets tout en mangeant. Elle a fait quelque chose d'extraordinaire et moi j'étais là à l'attendre, comme un con, en espérant que son point de vue à mon sujet change. Je pose mes couverts et m'essuie la bouche avant de m'accouder sur la table. "Bon Charlie. Pourquoi tu es si froide avec moi? Là je suis perdu. C'est car je t'ai embrassé? Que je t'ai montré que tu m'intéressais ou c'est toi qui a un problème?" lui demandais-je calmement pour ne pas que les autres tables nous entendent. Je rentre dans le vif du sujet et je sens bien que ce dîner qui devait se montrer plaisant, ne le sera probablement pas. "J'y suis pour rien moi dans l'histoire. Je suis même la victime!" ajoutais-je. "Tu me fais des avances et une fois que je suis dans la réciprocité, tu me rejettes. Vraiment, Charlie. Explique moi, qu'on puisse mettre ce différent de côté et qu'on reprenne une relation d'assistant à patron." continuais-je sur un ton exténué.

code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 1 Mai - 23:28


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Elle aime parler de son road-trip à Andria, c’est un sujet simple qui ne laisse aucun sous-entendu. Elle se surprend même à apprécier le moment. Un sourire discret s’affiche sur sa mine « Oui, ça me manque… » Elle en était venue à la conclusion qu’elle n’aurait jamais dû tenter de mener une vie normale. Tout ne serait pas arrivé si elle avait continué à parcourir les Etats-Unis à bord de Numéro 16. Charlie attrape ses couverts et commence à enrouler ses pâtes dans la cuillère. « D’accord. J’espère qu’elle ne vous a pas posé trop de soucis. » Elle a envie de se gifler. Elle devait se montrer indifférente, elle faisait tout le contraire en s’inquiétant pour lui. Elle lève les yeux vers lui lorsqu’il mentionne son ami d’enfance « Ah oui ? Quel genre de conneries ? » Elle a de nouveau envie de se gifler. Elle ne devait pas s’intéresser à lui mais c’est plus fort qu’elle. Elle veut en savoir plus sur lui et l’imaginer faire des bêtises, ça l’amuse et ça la surprend. Soudain, la tension qui semblait s’être un peu calmé entre eux reprend de plus belle. Ce n’est plus une brise qui passe, c’est un ouragan qui se déferle. Elle le regarde et cligne des yeux. Elle est prise au piège. En effet, c’était elle qui avait un problème. Il est calme Andria mais Charlie, elle a les genoux qui tremblent de nervosité. Elle ne lui dirait jamais qu’elle a des sentiments pour lui, elle ne veut pas souffrir plus. Sauf que la belle ne se rend pas forcement compte qu’elle souffre plus en restant dans son coin. Elle tend le bras et ne le quitte pas des yeux et porte le verre à sa bouche. Elle s’essuie les lèvres avec la serviette qu’elle pose sur ses genoux comme une petite fille modèle. Elle inspire et commence son explication, en priant pour que son mensonge soit gobé par le pasteur « La différence entre vous et moi, c’est qu’au départ, c’était un jeu pour moi. Puis quand j’ai compris que pour vous, c’était plus que ça, je ne pouvais plus continuer » lâche-t-elle en faisant allusion à la soirée où elle lui avait sortir la tête des poubelles. « Du coup, j’ai tenté tout pour me faire détester, et même disparaître quelques semaines. C’est tout » Charlie reprend sa fourchette comme si c’était une conversation normale. Ce mensonge pouvait tout expliquer, elle y croyait. D’ailleurs c’était ce qu’elle pensait qu’elle faisait avant de se rendre compte qu’elle était amoureuse de lui.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 1 Mai - 23:54


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Tout se déroulait bien pour le moment à ma plus grande surprise. Même son ton s’était adoucit au sujet de mon ex-femme. Peut-être avait-elle compris que ça ne partait pas d’une mauvaise intention. « Et bien je dois avouer qu’à chaque fois que je la vois... Je lui en veux toujours depuis le divorce. Mais sinon rien de bien particulier. Je n’ai pas aimé qu’elle vienne chez moi et qu’elle me dise qu’elle s’est trompée de maison alors qu’elle sait très bien que j’y étais. » Je secoue la tête. C’était n’importe quoi cette retrouvaille et j’aurais préféré ne plus jamais avoir à la revoir. Puis je rigole tout seul, me rappelant les souvenirs. J’ai juste envie de lui déballer tous les bons moments que j’ai vécu, lui dire par quel chemin je suis passé pour être l’homme que je suis actuellement. « Des conneries du style... On aimait beaucoup mettre notre grain de sel dans les disputes. Ça finissait souvent en bagarre. En général, on était là pour emmerder les gens. On trouait les pneus des voitures de police. On avait des plans élaborés pour que pour faire croire aux gens qu’on s’intéressait à eux mais en fait ce n’était pas à eux qu’on s’adressait... On aimait aussi aller dans les parkings et voir si les voitures étaient ouvertes pour se poser et fumer tranquillement aussi. C’était plus facile avant. » lui racontais je, le sourire aux lèvres, les yeux pétillants. On était jeunes. On était cons. Cette période de ma vie me manque mais maintenant je dois me tenir un minimum. Je n’ai plus vingt ans. Puis la conversation sérieuse se gère en adulte. J’hausse les sourcils, ne m’attendant pas à une telle réponse. « Tu paraissais si sérieuse pourtant... » Une petite moue triste et déçue. « Meme lors de nos échanges... Même si tu me repoussais, c’est comme si tu en avais envie mais que tu te le cachais. » ajoutais je. J’hausse les épaules et lache un soupir. « Mais bon, c’est la vie. J’ai dû me tromper en pensant que je te plaisais aussi. Ça ne fait rien. Ça passera avec le temps. » Je me sens humilié, comme si elle avait joué avec mes sentiments alors que c’est peut-être moi qui me faisait des films. « Pourquoi avoir tenté de me rendre jaloux alors? Pour voir ma réaction en tant que divertissement? » lui demandais en relevant la tête pour plonger mes yeux bleus dans les siens.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mer 2 Mai - 10:29


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Quand Charlie se laissait aller à bavarder avec lui, tout allait bien. Le contrôle, ça n’a jamais été quelque chose de très positif pour Charlie et sa relation avec Andria en faisait les frais. Pourquoi ne peut-elle pas être elle-même et lâcher prise comme elle sait si bien le faire ? Le nœud du problème, c’est évidemment Charlie et sa peur du rejet. Elle a envie de plaire, de se sentir aimé mais sans s’attacher en retour, mission impossible. Elle était dans une impasse : soit elle livrait ses sentiments à Andria, soit elle continuait à faire l’autruche. Charlie plissa les yeux et vit l’ex-femme d’Andria d’un très mauvais œil. Pourquoi faire semblant de se tromper de porte ? C’est suspect. « Elle devait sans doute avoir d’autres intentions. » finit-elle par dire. Une femme c’est vicieux, et Charlie est plutôt bien placé pour le savoir. Elle se détend un peu plus lorsqu’il explique ses bêtises d’adolescent, elle ne peut s’empêcher de sourire la brune en étendant toutes ces révélations. Elle en est même troublée, elle n’aurait jamais imaginé Andria faire toutes ses choses. « J’ai du mal à croire que vous ayez fait tout ça… » Elle ressemble à une bête apeurée Charlie, elle a perdu toute son assurance, toute sa confiance en elle. Et elle se ratatine encore plus quand la discussion prend un tournant inattendu. Son mensonge tenait la route mais voir la déception sur le visage d’Andria était difficilement supportable. Elle replonge dans son assiette, rouge pivoine, et continue de manger ses pâtes. Entendre ses paroles est douloureux et elle manque de s’étouffer lorsqu’il se compare à du divertissement. Du divertissement ? Charlie est choquée qu’il puisse croie ça d’elle, elle tente de ravaler sa salive. Elle bouillonne, elle a envie de hurler mais pour une fois, elle n’a pas envie d’avoir toute l’attention du monde sur elle, le regard d’Andria est bien trop lourd déjà. Elle ne préfère pas rebondir sur ce qu’il vient de dire. Elle inspire un grand coup et pose ses couverts sur l’assiette signifiant qu’elle a terminé de manger. Elle n’a plus faim. De toute façon, impossible pour elle d’avaler quoi que ce soit, le nœud dans sa gorge ne laisserais pas passer quoi que ce soit. « Ecoutez, laissez tomber d’accord. » La fuite, c’est tellement plus simple Charlie. « Ouvrez les yeux, je ne suis pas une fille pour vous. » Elle ne pouvait pas rester là à supporter le regard triste d’Andria, tout en mettant sa veste elle continue « Regardez-vous, regardez-moi. Nous n’avons rien en commun. Pas le même style de vie » Elle se lève « Nous sommes incompatibles, je suis désolée » Elle attrape son sac qu’elle pose sur son épaule « Merci pour le dîner. » Elle affiche un sourire triste. Elle étouffe, elle n’arrive plus à supporter cette situation. Elle a envie de courir, de s’envoler ailleurs. Son cœur se serre mais elle ne se retourne pas pour apercevoir le visage d’Andria. Ça lui ferait beaucoup trop de peine, encore plus. Elle serre les dents, pour contrôler toutes ses émotions qui se bousculent et pousse la porte du restaurant. Le vent est tellement fort qu’elle a l’impression de se prendre une gifle en pleine figure. Elle ferme les yeux, le vent souffle et le ciel est couvert. Ça va tomber sur elle. Elle enlève ses chaussures, prête à courir pour se protéger de la pluie, du déluge.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Sam 12 Mai - 0:48


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
J'hausse les épaules. Je ne sais pas si c'est vraiment des intentions qu'elle avait eu ce jour-là. Je ne sais même plus pourquoi je lui parlé de ça même si oui "c'est ce qui s'est passé dans ma vie depuis que t'es partie". Elle a l'air de s'y intéresser mais d'un autre côté, elle semble détachée. Comme lorsque je lui parle de mes aventures passées avec mes copains. "Et pourtant... J'étais jeune et con comme je t'ai dit, mais j'ai réussi à me recadrer un peu. Les conneries, je les fais en cachette maintenant." Je me mets à sourire en levant les yeux vers elle. Je laisse planer la conversation, cette dernière ne voulant apparemment pas me répondre. Puis je la vois se lever et s'en aller. Je n'ai même pas pu en placer une. Je fronce légèrement les sourcils, la bouche bée, ne sachant même pas où me placer. Par réflexe, je m'essuie la bouche et jette la serviette sur la table avant de me lever et de m'en aller. "Monsieur, veuillez payer s'il vous plait." Je grogne, leur dis de me lâcher avant de me débattre et de partir la retrouver. Tout en trottinant, je parviens à atteindre sa hauteur et la rattrape par le bras, la faisant tourner vers moi. Je la regarde. Longuement. Sans rien dire. Un air froid. Voire glacial. Figé. "Ose me dire que ce n'est pas réciproque avec tes paroles. Je ne veux pas rejouer avec toi sur ce genre de terrain mais s'il le faut." Je respire un coup. "Si ce n'était qu'à sens unique, ça fait bel lurette que tu m'aurais envoyé boulet ou gentiment remis à ma place à continuant le dîner avec moi. Tu ne jouerais pas les indécise. Si c'était à sens unique, tu ne t'intéresserais pas à ce que je dis et me dis pas le contraire, tes yeux te trahissent, c'est ton problème. Si c'était à sens unique, tu ne m'aurais pas rendu jaloux avec Pierce. Jay et pas Steven. Tu vois où je veux en venir? Je suis au courant. Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour qu'il crache le morceau. Tu veux que je continue peut-être?" Je prends une petite pause. "Donc oui. Ose. Affronte tes putains de peur. Ose me dire que je ne me fais que des idées, que j'ai vu trop de films à l'eau de rose. Ose me dire que je n'ai jamais traversé tes pensées, autre qu'en pensant à moi tel ton patron durant tes travaux. Ose me dire que tu ne me dévores pas des yeux ou que lorsque ce n'est pas le cas, dis moi pourquoi tu détournes le regard. Ose encore te raconter des mensonges pour simple but de te convaincre. Tes illusions ne font qu'empirer et t'aveuglent. Ce n'est pas si horrible que ça de ressentir quelque chose de positif pour quelqu'un bordel! Il n'y a pas que "qui se ressemble s'assemble" dans la vie. Il y a aussi "les opposés s'attirent". Penses-y." Je lui relâche le bras. Mon regard est si rempli de haine mais je maintiens toujours ce contact, laissant ainsi mes yeux bleus transpercer son âme. "Tu auras beau me frapper si tel est ton souhait, ça ne changera en rien ce qui se cache dans ton coeur."
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Lun 14 Mai - 15:58


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Dehors, le vent souffle. Charlie maintient sa robe vers le bas comme elle le peut. Elle se décide à enlever ses chaussures, pour pouvoir courir s’il se met à pleuvoir. Elle a envie de hurler, son cœur se serre et ça fait mal. Pourquoi c’est si douloureux ? Elle n’avait pas prévu ça la brune. Elle pensait que prendre trois semaines loin de lui arrangerait tout mais au final, le manque avait été beaucoup trop grand et, au fond, elle avait été heureuse de le retrouver là, autour d’un repas. Mais tout ça la rattrapais, elle ne contrôlait pas les sentiments qu’elle avait pour lui et ça lui foutais les jetons. Elle ne savait pas pourquoi elle avait craqué sur lui. Si on lui avait dit qu’un jour elle s’éprendrait d’un homme d’église, elle aurait ri au nez de ces devins. En quittant le restaurant, elle savait qu’elle avait tout fait voler en éclats. Des milliers de particules de tristesse l’entouraient, flottant dans l’air, menaçantes. Soudain, on lui attrape le bras, on la retourne et sans qu’elle ne puisse réagir ses pupilles sombres se plongent dans les yeux lumineux d’Andria. Il est là et la pluie commence à tomber. Sa main tient son bras fermement, elle crie alors que l’orage gronde « Lâche-moi ! » Elle tente de se débattre mais il la tient trop fermement pour s’échapper et elle se refuse de lui faire mal. Les yeux fixés sur son regard dur, les traits de Charlie respirent l’angoisse. Que va-t-il lui faire ? Voir tant de froideur dans les yeux de l’homme qu’elle aime lui donne des frissons. Elle n’aime pas ça. Elle le déçoit, elle le voit sur son visage, ça lui martèle le cœur. La pluie tombe sur eux à grosse goutes et ça ne semble pas déranger Andria qui se lance dans un monologue puissant et criant de vérité. Les yeux de Charlie se brouillent de larmes en écoutant tous ses maux, tous ces mots. Elle se mord la lèvre inférieure sans le quitter des yeux. Il la tient, elle ne sait plus détourner le regard. Ses larmes roulent et se mélangent aux gouttes de pluie. Elle pourrait tout arranger, elle a la balle dans son camp et Andria l’a percée à jour, alors pourquoi reculer ? Pourquoi se voiler la face ? Pourquoi continuer à mentir ? Oui, les opposés s’attirent. Et, bordel, ils en étaient la preuve vivante. Le vieux, la jeune. L’homme d’église, la délinquante. Le réfléchi et l’impulsive. Sur papier, tout s’agence, ils pourraient se compléter mais Charlie garde cette angoisse au fond d’elle. Il se tait, le silence fait encore plus mal que le reste. La pluie continue de tomber, mais ils s’en fichent. Elle a envie de se réfugier dans ses bras, qu’il la serre contre lui, qu’il la protège, qu’ils fassent la paix. Mais cette peur est plus forte que tout. Elle n’arrive pas à prononcer un mot, elle arrive à peine à respirer. Tout lui tombe dessus. Il savait pour tout, tout ça n’avait servi à rien. Ça avait, au contraire, nourri le pasteur à la séduire mais elle avait été séduite dès leur rencontre. Il lui lâche le bras, pourtant elle sent toujours sa main forte sur sa peau nue et rougie. Elle avait envie d’être avec lui, mais elle n’arrivait pas à se dire qu’ils seraient heureux ensemble ; tout mode de vie stable lui fait peur, s’accrocher à quelqu’un c’est prendre le risque de le perdre. Sauf qu’elle s’était déjà accrochée à lui comme une sangsue. Elle tend la main et effleure du bout des doigts les siens, ceux qui la maintenaient quelques instants plus tôt. Sentir un peu de sa chaleur la pousse à parler « je… je sais… Je connais mes sentiments… » Parvins-t-elle à articuler. Sa gorge est si nouée que c’en est douloureux « Mais… j’y arriverais pas… » Elle n’arriverait pas à être la petite amie parfaite, la femme qui l’attendra avec un bon repas fait par ses soins lorsqu’il rentrera du travail, elle ne serait pas celle qui lui donnerait des enfants, elle ne serait pas celle qui se tait lorsqu’elle n’est pas d’accord. Elle ne serait pas comme sa mère et même si rien ne lui prouve qu’Andria serait comme son père, elle n’arrive pas à se détacher de cette idée du couple, elle n’a connu que ça toute sa vie et elle ne veut pas endosser le rôle de la femme soumise. Elle déverse des larmes silencieuses. Elle s’approche de lui, se hausse sur la pointe des pieds, murmure « Je suis désolée » et dépose un baiser de pardon sur sa joue.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mer 16 Mai - 13:01


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Les choses étaient enfin claires et explicites bien qu'il n'y avait pas besoin de ça pour savoir la réelle valeur de ses sentiments envers moi. Malgré le fait qu'elle ne me le dise pas concrètement, ces quelques mots me rendent heureux dan le fond. Je ne dirais pas que je suis un homme comblé, pas pour le moment mais peut-être que ça viendra. Nous avons déjà franchi une étape et je ne veux pas lui faire plus de mal ou lui causer encore plus de tort avec mes mots. Je laisse échapper un soupir et ferme les yeux en la sentant venir vers moi. Ses lèvres effleurent ma peau et si ça ne tenait qu'à moi, je prendrais les devants mais je ne veux pas non plus accélérer les choses. J'ouvre les yeux et la regarde, parvenant à lui attraper la main pour l'amener vers moi et que je la serre dans mes bras, passant sa main derrière moi. Une de mes mains dans sa chevelure, l'autre au milieu de ses reins, je laisse poser ma tête sur la sienne, fermant une fois de plus les yeux. La pluie ne me dérange pas. Je considère que ce sont les larmes que je n'ai pas encore versé. Puis un silence qui se brise en entendant des pas courir. "Tu sais... Tu m'amènes du côté obscur de la force. J'suis un rebelle maintenant." lui dis-je sur un air de déconne. Je fais un pas en avant, puis un autre, jusqu'à la faire reculer avec moi. "Il semblerait que j'ai tout envoyé balader et que j'ai peut-être, malencontreusement, oublié de payer l'addition du coup..." J'accélère un peu la marche avant de me séparer d'elle. "Tu as même pris l'initiative d'enlever tes chaussures donc ce que je te propose..." Un grand "Il est là!" se fait entendre au loin. Je tourne la tête et souris à la jeune femme. "C'est de courir." Je la fixe durant quelques secondes avant d'attraper sa main fermement et de prendre les devants en la tirant derrière moi. Passant par les petites ruelles pour tenter de les semer, j'ouvre une poubelle et la balance dedans avant de la rejoindre et de fermer le capot. "Désolé, c'est le meilleur endroit que j'ai pu trouver." Je me tais quelques instants pour tenter d'entendre les bruits de la rue. "Fouillez tout!" qu'un homme s'écria. Je me tourne vers Charlie, du moins, en espérant ne pas l'avoir confondu avec un sac poubelle et lui murmure un "Si la situation devient critique, il va falloir riposter. Tous les coups sont permis. D'accord?" avant de lui tendre la main, bien que je ne pense pas qu'elle la trouvera dans le noir, à moins qu'elle tente de me toucher pour savoir si je suis bel et bien près d'elle.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mer 16 Mai - 23:20


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Charlie, elle avoue à demi-mots ses sentiments pour lui et malgré qu’un léger poids se lève, elle s’excuse. Elle ne peut tout simplement pas. Sa peau sur ses lèvres l’électrise. C’est sa façon à elle de lui dire au revoir. Sauf qu’Andria l’attrape et la serre contre lui, et Charlie, elle ne cherche pas à se défaire de ses bras. C’est doux, c’est agréable. Elle essuie ses larmes sur son costume, il est bien plus grand qu’elle et elle se sentait minuscule à ses côtés, fragile. Sa main dans son dos, l’autre sur ses reins, la brune tressaille. Elle sait qu’elle doit s’écarter mais elle en pas envie. Se laisserait-elle enfin aller ? Soudain, il s’écarte et Charlie regrette que cet instant n’ait pas duré plus longtemps. « Hein ? » Elle ne comprend pas de quoi il veut parler, elle ne lui a rien demandé, rien fait qui puisse expliquer qu’il soit devenu un rebelle à côté d’elle. Et puis, tout s’enchaine, elle se retrouve à courir à pieds nu dans la rue, et elle rit, son rire résonne contre les murs des petites rues. Il est parti sans payer. Sa main dans la sienne, elle se sent pousser des ailes. Des ailes qui l’emmènent droit… dans une benne à ordure.

Il fait noir, ça pue. Il s’excuse. Charlie se pince les lèvres pour ne pas rire et porter l’attention sur eux. Ses yeux ne s’habituent pas à l’obscurité, elle n’arrive pas à le voir et n’ose pas bouger. Elle ne se serait jamais douté que des sachets poubelles pouvaient être si confortables. Ils restent cachés un moment, tandis que leurs coureurs fouillent la ruelle dans laquelle ils se sont réfugiés. Elle rompt le silence et chuchote « Vous avez un rapport privilégié avec les poubelles à c’que j’comprends… » Elle le vouvoie toujours, sale manie, sale habitude dont elle n’arrive pas à se débarrasser sauf quand il la prend par surprise. A son tour il lui murmure que la situation risque de s’envenimer et que tous les coups sont permis, ça tombe plutôt bien, Charlie elle aime montrer ses poings mais, elle a une tout autre idée en tête et elle se rappelle ce qu’il lui a dit tout à l’heure. « J’crois qu’c’est mon devoir d’vous emmener du mauvais côté… » Elle laisse flotter un moment, histoire de titiller la curiosité du pasteur. « Vous êtes pas cap d’sortir et d’aller les provoquer un peu plus. » Elle tâtonne dans le vide avant de trouver son visage qu’elle prend entre ses mains, elle aimerait s’approcher mais elle à l’cul coincé, elle est mal foutue pour bouger sans bruit : « Mettez votre grain d’sel, comme vous faisiez quand vous étiez jeune. Montrez-moi c’que vous étiez. »

code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Ven 18 Mai - 0:51


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Elle me met littéralement au défi. Je souris, presque ravi de pouvoir enfin me défouler et de devoir revoir les scènes de mes années passées en pleine action. Difficilement, je retire ma veste de costard et lui pose sur ce qui me semble être ses genoux avant de chercher à récupérer ses chaussures. "Je suis un adepte des accessoires." et immédiatement après, je me lève, faisant tomber le capot de la poubelle en arrière avant de balancer la chaussure dans la tête d'un des trois types qui se présente devant "nous". Un bras tendu sur le rebord de la poubelle, je jette mes pieds vers l'extérieur, prenant soin de cogner l'un des deux autres mecs qui tente de s'interposer, le faisant reculer vers le mec à la chaussure. "Bon sang! Mais qu'est-ce qui m'est passé par la tête pour dire une chose pareille?" Je venais de me rendre compte que mon "adepte des accessoires" pouvait avoir une autre connotation et j'ai dû probablement passer pour un con, une fois de plus. Je fixe les trois zigotos. "Bon, c'est pour aujourd'hui ou pour demain? Vous n'êtes pas débrouillards. Qui est-ce qui vous envoie? Je ne veux pas me coltiner plus longtemps les merdes qu'on m'a refourgué." Un petit sourire en coin, les yeux pétillants prêt à cogner. "Vous n'avez pas payé l'addition." me dit le dernier survivant. "Je ne vais pas payer pour un restaurant pareil." répondis-je calmement. Il se rapproche de moi. Je me rapproche de la poubelle pour en extraire ma chère et tendre bien que ce soit un petit défi, vu qu'elle bouge à cause de l'agitation. Je remarque un objet qui me tape bien à l'oeil et prends l'initiative de me faufiler vers l'arrière de la benne à ordure pour récupérer le morceau cylindrique en fer. Je m'avance vers ces chers messieurs. Un se ramène et se prend un coup. Les autres restent sur leur garde. "Je viens juste récupérer la choisir de madame. Laissez moi être un gentleman je vous prie." Je me baisse lentement, regardant toujours le petit groupe et prends la chaussure avec moi avant de me reculer. "Vous enverrez la note au premier pigeon qui entrera dans votre restaurant." leur dis-je avant de la faire rouler la poubelle telle une boule de bowling qui est bien partie pour faire un strike. Je passe devant Charlie et lui prends les jambes pour qu'elle s'agrippe sur mon dos. "J'ai bien provoqué ou tu veux quelque chose de plus... concret?" lui demandais-je avant de courir.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Lun 21 Mai - 21:17


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Elle le met au défi mais elle a vraiment envie de voir de quoi il était capable. Elle pensait qu’en tant que Pasteur, il allait se défiler mais elle fut surprise de le voir ouvrir le couvercle de la benne à ordure. Elle pouffe lorsqu’il dit qu’il est un adepte des accessoires, et ça rugit dans son ventre. Il passe hors de la poubelle comme un ninja et choppe deux types. Charlie fait une moue impressionnée. Quel homme ! Charlie se redresse dans la poubelle et tente de garder l’équilibre tout en s’approchant du bord. Il leur parle de manière insolente, Charlie sourit. Elle aime bien le découvrir comme ça, en mode méchant garçon. Il l’attrape par la taille et la sort de la poubelle. Il les menace à présent d’une barre de fer. Charlie s’appuie sur le rebord de la poubelle et croise les bras, elle a hâte de découvrir la suite. Elle ne peut s’empêcher de rire. Il est tellement différent de l’homme qu’elle avait rencontré la première fois qu’ils se sont vus. Il récupère sa chaussure et se débarrasse de sa barre de fer tout en reculant. Charlie grimpe sur son dos et attrape par la même occasion ses talons hauts. Ils s’envolent dans la nuit noire. « De plus concret ? Non, je pense que vous leur avez fait assez peur » dit-elle dans un petit rire. Elle gigote et descend de son destrier. Ils arrivent à l’orée d’un parc. Ce parc. Celui où il l’a embrassée la première fois. Elle sent son ventre se serrer. Ce souvenir est à la fois agréable et terrorisant. Elle avait pété les plombs cette nuit-là, elle n’avait pas envie de recommencer « Désolée pour… Mon comportement de la dernière fois… » Charlie lui attrape la main et entrelace ses doigts dans les siens. Une façon à elle de lui dire qu’il avait eu raison, que c’était elle qui avait foiré. Elle baisse sa garde, les barrières tombent.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Lun 21 Mai - 22:27


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Je souris. Je ne sais pas si je les ai effrayé ou dans ce cas, en passant pour un fou furieux mais je sais juste qu'ils ont reçu une bonne leçon même si être tabassé auraient plutôt était ma sanction pour ne pas avoir payé. Mais je ne regrette rien. Charlie descend de mon dos et nous arrivons non loin de l'endroit où je l'ai embrassé. Ca me rend nostalgique. Triste peut-être dans le fond. Elle s'excuse. "Ca ne fait rien." répondis-je d'une voix calme. Je regarde la table en bois, m'avance de quelques pas. "Tu pensais vraiment que j'étais un pervers ou je ne sais quoi?" lui demandais-je histoire de. Je continue à faire quelques pas jusqu'à m'assoir sur un troupeau de roues. J'ai même oublié ma veste aux ordures. Heureusement que je n'avais rien d'important, tout étant dans mes poches de pantalon. Je passe deux doigts sur l'arête de mon nez. "On est un peu ridicules non? On s'aime mais ça n'ira jamais plus loin." Je rigole avant de relever la tête. "J'me demande bien comme notre histoire qui a commencé sans même commencé va finir." Un sourire pincé avant de faire une petite moue, fronçant légèrement les sourcils. "Tu me trouves toujours trop gentil toi aussi?" Oui. Les mots de mon ex femme semblerait être resté en moi et malgré notre conversation, rien n'a guéri.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mer 23 Mai - 23:12


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Dans ce parc, la pluie s’est miraculeusement arrêtée de tomber. Peut-être s’était-elle arrêtée plus tôt mais Charlie ne s’en rend compte que maintenant. Elle se souvient de ses lèvres douces sur les siennes, elle avait apprécié l’échange la brune. C’était aussi léger qu’une plume, elle frissonne. Alors, pour s’excuser du mal qu’elle a fait, elle attrape sa mains et enlace ses doigts dans les siens, s’excuse et les relâche à contre cœur. Ils avancent ensemble et s’approchent dangereusement de la table en bois. Cette table en bois ou il y a un peu plus d’un mois elle s’était couchée, Andria la tête posée sur son ventre avant de prendre ses jambes à son cou, encore une fois. Elle baisse les yeux à sa question et secoue la tête « Non… » C’était juste un moyen de mettre une distance. Mais ça elle ne le dit pas. Il s’assied sur des roues, Charlie choisi la balançoire en face de lui. Son cœur se serre lorsqu’elle entend ses paroles. Ils s’aiment. Oui. Sans doute. Enfin, non, c’est certain. Elle l’avait plus ou moins accepté. Mais elle ne s’était pas doutée que vivre avec ça ferait aussi mal. Comment un sentiment pouvait tant faire de dégâts ? « Elle a commencé… » Souffle-t-elle. Il lui fallait juste du temps à la brune. Ces sentiments, c’était nouveau pour elle mais également inattendu. Dans son inconscient, il y avait toujours cette crainte d’être abandonnée, d’être mise à la porte lorsqu’il découvrirait qui elle est vraiment. Elle relève la tête. Trop gentil ? « Je vous trouve plus têtu que gentil » dit-elle dans un petit rire. Il fronce les sourcils. Quelque chose le turlupine c’est certain. Elle quitte la balançoire qui se balance à présent toute seule. Elle s’approche de lui, l’herbe sous ses pieds la chatouille. Elle s’agenouille devant lui, elle redresse le buste pour être à sa hauteur. La dernière fois qu’ils ont été aussi proches, elle avait eu envie de l’embrasser. « Qu’est-ce qui ne va pas ? » Elle écarte une mèche blonde qui s’échappe de ses cheveux. Du bout des doigts, elle la replace à sa place « Vous vous trouvez trop gentil ? » Elle observe les traits de son visage, ses rides, il est beau mais également tourmenté. Elle secoue la tête et baisse les yeux et prends une grande inspiration, c’est le moment. « Je ne veux pas être avec vous parce que vous êtes trop gentil, c’est que… « une boule se loge dans sa gorge. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus parler de cet épisode de sa vie avec autant de sincérité « A 17 ans, j’ai été mise dehors par mes parents et… » sa vue se brouille mais il faut qu’elle parle, il doit avoir des explications « Depuis, je renie toute forme d’affection. Et quand ça arrive, je fuis, c’est comme ça… » Une petite larme se glisse sur sa joue alors que ses yeux sont toujours braqués sur les brins d’herbe « Ce n’est pas parce que vous êtes trop gentil, c’est, c’est stupide je sais mais… Je ne veux pas me sentir trahie à nouveau. » Elle inspire une longue aspiration. Voilà, elle l’avait dit, et bordel, ça faisait du bien.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Jeu 24 Mai - 0:36


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Je baisse la tête, la conversation se faisant extrêmement sérieuse pour le coup, toujours par ma faute, posant les questions qui ne faut pas. Mais son ton semble être différent de d'habitude, ressentant une sincérité effroyable. Au point qu'elle m'affirme d'une certaine manière qu'il y a bel et bien un nus. Un sourire éphémère arbore mes lèvres avant qu'il ne se transforme en rire. Je suis têtu maintenant il faut croire, mais au mins, bien que ce soit apparemment un fait, ce n'est pas aussi meurtrier que les mots de mon ex-femme. Rien ne sera plus douloureux que de la revoir. Même lorsque Charlie est partie pour une longue durée. Ca aurait pu être pire, c'était proche, mais ça ne l'était pas. Ce n'est pas vraiment le même type de douleur et même la colère que j'ai pu avoir envers elle ne sera jamais aussi intense que celle éprouvée pour la vipère. Puis je sors de mes pensées, je remarque qu'elle s'agenouille devant moi. Elle s'inquiète pour moi il faut croire. Mais je ne la pensais pas si démonstrative. Je me laisse le temps de son semblant de caresse pour fermer les yeux et commencer à parler, un peu, pour une fois, me confier. "Je t'ai parlé de mon ex femme. Ce n'est pas le moment je sais, mais je crois que ça me travaille plus que je ne l'aurais imaginé. J'ai cru à ses paroles qu'elle me rendait fautif de ce trait de caractère, disant presque que je suis un robot. Je sais que ça parait enfantin dit comme ça mais c'était beaucoup plus dur que ça." Je prends une légère pause. Mon regard se durcit, repensant à toute cette haine éprouvée. "Tu m'imagines énervé, au point de briser des choses? Moi non plus. Du moins, jusqu'à sa visite." Je rigole, légèrement embarrassé avant qu'elle ne reprenne la parole. Je l'écoute attentivement. Il faut croire que c'est toujours après minuit que les grands esprits se rencontrent et qu'ils osent dévoilés leurs pensées les plus profondes. Je ne m'attendais pas à une telle révélation cependant. Comment des parents ne peuvent-ils pas aimer une fille pareille? C'est insensé! Je respire un grand coup et lui attrape ses petites mains afin de la relever et de la faire avancer vers moi. D'une main, je relève son menton. Je comprends tout à fait ce qu'elle veut dire. Je pourrais même ressentir ce genre de choses parfois, à la seule différence qu'au lieu de fuir, je suis prêt à prendre le risque, espérant que les choses fonctionnent. "Je ne te forcerais pas à être avec moi alors si c'est ce que tu veux." tentais-je de lui dire les yeux dans les yeux. "J'aurais beau te faire des promesses, tu n'y croiras pas mais... Jamais je ne te lâcherais. Il faut vraiment que tu ailles très loin pour que je t'abandonne et tu n'es pas une méchante fille dans le fond." Une façon de lui dire que je serais toujours là pour elle. Je la tire un peu plus vers moi pour la faire s'assoir sur mes genoux, passant son bras autour de mon cou. Je lui caresse la joue avant de la laisser tomber sur son bras. "Je t'aime Charlie." lui avouais-je bien qu'elle s'en doute déjà mais je ne lui avais jamais dit dans de tels mots. Puis je rigole. "J'espère que tu ne partiras pas avec ce que je viens de dire. Ce n'est pas des mots comme ça mais ça fait du bien parfois de les entendre. Donc minute papillon." Je lui relève une fois de plus la tête. "Je t'aime." Je lui souris. "Fais vraiment attention. Tu t'en vas je te suis, j'te retiens, j'ferais tout mon possible pour pas que tu t'échappes quitte à te mettre un coup de barre de fer dans la tête aussi." Un sourire qui s'étire. Je ne sais comment lui prouver plus mon affection et je me vois mal lui demander sa main, surtout à son âge, surtout avec la vision qu'elle a de la chose et surtout après ses révélations. Ca serait une sorte de troll dans le fond et je ne suis même pas sûr que ça la fera rire. "Je... Je peux au moins t'embrasser et te donner l'affection qu'on ne t'a pas donné?" lui demandais-je en fronçant légèrement les sourcils, ayant un peu peur de sa réaction.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Jeu 24 Mai - 18:36


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Beaucoup de choses ont changé en peu de temps. Elle appréciait découvrir Andria, la brune. Elle le trouvait drôle, spontané et imprévisible. Tout ce qu’elle ne pensait pas qu’il était en réalité. Quand elle le regardait, elle avait du mal à cacher les étoiles qui dansaient dans ses yeux bridés. Et puis, lorsqu’elle voit qu’il l’air tracassé, même s’ils s’étaient mis d’accord, même si il avait compris qu’il ne se passera jamais rien entre eux, elle ne peut pas se résoudre à le laisser là dans ses tracas. Elle fronce les yeux lorsqu’elle entend que l’ex-femme d’Andria a osé dire de lui. Il avait l’air remonté rien qu’à se souvenir de cet épisode. Charlie pose sa main sur la sienne, bienveillante. Elle avait envie d’être gentille avec Andria, elle n’avait pas envie de lui faire plus de mal. Tout était clair entre eux. « Elle ne vous connaît pas, je ne vois pas d’autre explications. Elle doit être vraiment frustrée pour dire ça. Vous êtes gentil, oui, mais c’est une qualité. » Elle marque une pause « C’est ce qui m’a sans doute attiré chez vous… » Murmure-t-elle à demi-mots. « Oui ça ne m’étonne pas, vous êtes humain après tout. » Charlie, elle se sent différente à être honnête, à ne pas cacher les choses. C’est grâce à Andria. Elle se sent plus légère, moins constamment sur la défensive. Elle laisse parler ses sentiments, elle lui explique la situation, ce qu’elle en pense. Elle a peur de la trahison, de se faire rejeter une seconde fois. Ses yeux brillent, elle perd quelques larmes dans son récit. Des petites gouttes d’espoir aussi. De sa main, il relève son menton, les étoiles coulent sur sa joue timidement. Elle tente de sourire, mais ses lèvres sont coincées dans une grimace de malaise. Il est si gentil que ça lui brise le cœur de ne pas pouvoir lui donner ce qu’il désire. Elle écoute ce qu’il dit, elle boit ses paroles. Elle pourrait écouter ses paroles toute la nuit. Il ne l’abandonnerait pas, il lui dit. Elle sent de la sincérité dans ses paroles. Il ne lui donne pas envie de partir, au contraire, elle pourrait rester. Elle ne serait jamais loin. Les miles ne sont que des chiffres. Il la tire vers elle et elle s’installe sur ses genoux. Elle est hypnotisée Charlie. Par ses paroles, par ses yeux bleus, par toutes ces différences qu’ils ont en commun. Il lui caresse la joue, elle ferme les yeux quelque instants pour profiter de cette caresse inattendue. Elle ouvre les yeux surprise par sa déclaration : « Qu…Quoi ? » Son cœur chut d’une centaine de milliers de mètres, son ventre fait des bonds et se serre. Il vient de dire des mots qu’elle n’avait jamais entendus, des mots qu’elle n’attendait plus de personne. Ses mots, même ses parents les rendaient tabous. Ça lui en coupe la respiration. Partir ? Elle en est incapable, elle est fixée sur ses genoux, tentant de reprendre ses esprits alors que ces trois mots dansent dans sa tête et réchauffent son cœur et font fondre sa carapace. Il lui répète. Elle ne se lasserait jamais de les entendre. Elle ne s’attendait pas à aimer ça la brune. Oh que non. Elle n’arrive même pas à sourire lorsqu’il la taquine. Elle est scotchée, perdue la tête dans les nuages. Elle est ailleurs, elle sourit mais ne dit rien. Elle se replonge dans les yeux bleus d’Andria, se reconnecte avec la réalité. Il fronce les sourcils, peureux de sa réaction sans doute, lorsqu’il lui demande s’il peut l’embrasser. Elle en a envie, elle en crève d’envie mais y’a toujours cette chose invisible qui la retient, qui l’empêche d’être tout simplement heureuse. « Andria… Je… » Elle approche son visage du sien, ils sont aimantés, impossible à séparer « Je… » Ses lèvres se posent sur les siennes. Son ventre explose en mille morceaux, des particules de plaisir, de bonheur. Les papillons dans le ventre, dont on parle tant, c’est un euphémisme. Charlie, c’est une colonie qu’elle sent s’giter dans le bas de son ventre. Elle entrouvre ses lèvres, capture celles du quadragénaire. Elle glisse une main dans ses cheveux et elle se sent transporté, retour dans les nuages. Ses lèvres sont gorgées de confiance et d’insouciance. Des sentiments qu’elle avait enfouis, oubliés et pour la première fois depuis longtemps, elle se sent bien. Elle enroule ses bras autour de son cou, elle ne veut plus le lâcher. Elle l’aime, oh ça oui. Et elle prend conscience qu’affirmer ses sentiments, ne pas aller à leur encontre la rendra heureuse. Elle ne fermera plus les yeux sur ça, Charlie et elle compte bien lui montrer qu’elle a changé d’avis. Elle se détache de ses lèvre et frotte son nez contre le siens les yeux fermés avant de les ouvrir. « Je ne veux aller nulle part. » Par ces paroles, il comprendrait sans doute, du moins elle l’espérait, qu’elle souhaitait rester avec lui. Il l’avait transformée, percée à jour et elle, à présent, elle devait apprendre à se découvrir au naturel. En réalité, elle se sentait adulte pour la première fois de sa vie.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Ven 25 Mai - 0:38


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Peut-être a-t-elle raison? Peut-être pas? Peut-être que je ne la connaissais pas vraiment moi non plus. Je me rappelle des copains qui m'envier pour sortir avec un "canon" pareil et qu'en plus de ça, je suis parvenu à lui passer la bague au doigt... Prenez là maintenant. Vous comprendrez bien mon calvaire. Les choses se gâtent avec le temps et je ne parle pas de cette relation qui était vouée à l'échec. Elle me donne un baiser. Le genre qu'on en redemande, qu'on ne veut pas lâcher même pour une liasse de billets, le genre où je ferme les yeux et que je me laisse planer pour cette douceur. J'esquisse des sourires, par-ci, par-là jusqu'à qu'elle arrête tout pour m'adresser un baiser esquimaux. "Je ne veux aller nulle part." Que suis-je censé comprendre avec cette phrase? Qu'elle ne veut pas bouger d'ici? Qu'elle a changé d'avis et qu'elle accepte vraiment ce qui lui faisait peur? Je pose ma tête au dessus de sa poitrine et ferme une fois de plus les yeux. Dois-je la ramener chez moi? La raccompagner? Rester ici sur ces roues qui ne sont pas confortables pour un sou? "Ca te dit un grec? Je suis persuadé que ça sera meilleur que ce qu'on avait commandé..." J'ai l'art de briser le silence lorsqu'il ne le faut pas parfois mais entendant mon ventre gargouiller, je pense que c'est la meilleure chose que je puisse faire. "Et nulle part où ensuite?" enchainais-je pour savoir la suite du programme, ce qu'elle a bien envie de faire. Je pose mes mains sur sa taille pour la redresser et me lève à ma tour, lui tendant la main pour la tenir à mon bras, l'autre dans une poche, marchant au ralenti jusqu'au premier endroit de mal bouffe qu'on trouve. "Intérieur? Extérieur? Encore ailleurs?" lui demandais-je. C'est encore sa soirée après tout, elle est maître de ce qu'elle a envie pour ce soir. Puis je repense à quelque chose. Je me racle la gorge pour éclaircir ma voix. "A partir de maintenant, je ne t'impose qu'une chose; tutoie moi. Nous sommes égaux après tout. Voilà, pour le reste tu es libre de tes choix mais pour ça... Surtout avec ce qu'on a pu vivre à présent, je pense qu'il est donc temps de passer ce petit cap." Je lui adresse un sourire, ce dernier étant accompagné d'un clin d'oeil. Je la lâche et lui tire la chaise pour qu'elle s'installe et me pose à mon tour. "Tu voudras rester à la maison ce soir?" lui demandais-je, mes mains entrelacées devant moi.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Dim 27 Mai - 14:44


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Ce baiser était sans doute le plus agréable qu’elle avait eu à donner de sa vie. Chaque sensation qu’elle avait ressenti jusque rien n’étaient pas comparable au feu d’artifice qui se déroulait dans son ventre pendant que les lèvres d’Andria et les siennes se rencontraient. Elle sentait qu’elle avait pris la meilleure décision de sa vie en effaçant toutes les barrières qu’elle s’était mise concernant le beau pasteur. Elle n’y aurait jamais cru si on lui avait prédit son avenir qu’elle tomberait amoureuse d’un homme d’Eglise et pourtant… Le destin pouvait se montrer joueur et malicieux. Alors elle lui murmure qu’elle veut rester avec lui, qu’elle n’a plus envie de fuir désormais. Elle avait envie de prolonger ce moment avec lui mais il avait faim. Charlie acquisse et ils se lèvent : « Là où le vent nous portera » Lâche-elle en souriant avec ce petit air malicieux sur le visage. Il n’avait donc pas compris ? Il avait fait peut-être son deuil de l’avoir rien que pour lui et il attendait peut-être des preuves plus claires. Ils arrivent devant un petit Fastfood et Charlie s’installe à l’extérieur. Elle n’a pas vraiment très faim. « b » Non elle n’avait pas très faim, mais elle se disait que le froid allait lui donner moins chaud. Parce que oui, elle avait chaud la brune. Elle lève un œil intéressé vers lui. Il souhaitait qu’il la vouvoie, elle n’avait même pas remarqué qu’elle le faisait et se met à rire « Je vais essayer mais je ne … vous promets rien » Elle sourit la brune, elle allait prendre un nouveau plaisir : l’emmerder. Maintenant que les choses étaient claires entre eux, enfin plus ou moins, elle allait pouvoir redevenir elle-même. Son ventre fait un bond lorsqu’il lui propose d’aller chez lui ensuite. « Oui, pourquoi pas ? » Son sourire illumine son visage, elle avait envie de le connaître, de découvrir son univers, sa vie. Leurs commandes arrivent rapidement, merci les fastfoods. Charlie s’enfile son milkshake en quelques coups d’aspirations. Le froid lui monte à la tête, elle fait la grimace. Elle se frotte le front, elle déteste cette sensation.  Elle repense à ce qu’il lui a dit le premier jour, lorsqu’elle lui faisait du rentre dedans et qu’il la sermonnait sur les relations amoureuses, elle se mord la lèvre pour calmer son rire et demande « J’avais cru comprendre que vous n’emmeniez pas les femmes chez vous lors du premier soir, j’avoue être assez surprise. »
code by bat'phanie

 
[/quote]
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Lun 28 Mai - 14:26


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Je ne m'attendais pas à une telle remarque de sa part. J'avais même oublié mes propres propos il faut croire et bien que ce soit toujours d'actualité, je ne faisais que lui proposer un toit pour dormir ce soir, je ne cherchais pas plus loin. Je me mets à rougir, un peu embarrassé avec de rigoler. "Je.. Je peux ramener des femmes mais ça ne veut pas dire qu'il se passera quoi que ce soit. Si je peux dépanner pour qu'elle dorme, ça ne me dérange pas." Je lui souris. Aimerait-elle passer à l'étape supérieure? En ai-je envie? Suis-je prêt à me libérer de ce poids n'ayant pas toucher une femme de la sorte depuis... Laissez moi compter... Un certain temps? Et si je ne savais plus m'y prendre? Si j'étais aussi trop gentil au lit et que mon côté sauvage ne peut plus ressortir depuis l'autre garce? Et si elle pensait que je ne voulais d'elle que pour du sexe? Et si? Et si? Et si? Le serveur vient nous voir. "Bonsoir! En fait on se posait juste, je crois qu'on va partir." lui dis-je avant de me lever et de tendre la main à la belle. Oui je suis indécis et alors? Je passe son bras sous le mien une fois de plus et commence à marcher. "Je suis navré de ne pas avoir de veste pour te réchauffer... A moins que tu veuilles qu'on aille la récupérer dans les poubelles..?" Sourire gêné. Je laisse échapper un soupir. "Tu... Tu veux bien dormir avec moi ce soir du coup? Je... J'ai pas envie d'être seul et... Et j'ai rêvé de ce moment depuis... Depuis un long moment." lui demandais-je toujours aussi innocemment. "Ou je peux te raccompagner?" tentais-je de me rattraper rapidement. "Me laisse pas décider je t'en prie car si ça ne tenait qu'à moi, on serait déjà dans la villa." Sourire pincé.
code by bat'phanie

 




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Mar 5 Juin - 20:18


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Plus le temps filait avec Andria comme délicieuse compagnie, Charlie le découvrait sous un autre jour. Il avait plusieurs facettes et enfin, elle ne le voyait plus comme le pasteur coincé et grincheux qu’elle avait connu. Elle découvrit un homme espiègle, couvrant un bon nombre de secrets, bien plus complexe qu’il ne voulait bien le laisser paraître. Charlie le titille, elle aime découvrir ses réactions, peut-être même le mettre mal à l’aise, le sortir de sa zone de confort. « Oui je vois… Des femmes alors ? » Dit-elle en souriant, l’air taquin, en se mordant la lèvre. Peut-être qu’il ne se passera rien, peut-être que oui, mais Charlie avait envie de voir où il habitait. On en apprend beaucoup sur les gens et la façon dont ils entretiennent leurs biens. C’est sa mère qui disait ça et Charlie devait bien avouer, qu’elle avait raison et c’était sans doute le seul point. Le serveur arrive et Andria le renvoie. Elle n’avait pas faim la brune et c’était très bien comme ça. Ils marchent dans la rue, leurs bras entremêlés « Oh mais je n’ai pas froid ! » Le corps du Pasteur proche du sien était une source de chaleur confortable et agréable, elle n’avait pas besoin de s’encombrer de tissus et prendre le risque de rompre ce contact. Il a l’air stressé et Charlie, ça la fait rire. Son rire résonne dans la rue vide, tout semble s’être endormi alors qu’elle ne se sentait plus vivante que jamais. « D’accord. Je viendrais chez vous…Heu... Chez toi, ce soir » Ce vouvoiement avait la vie dure, il s’était insinué en elle comme une sale habitude. « On peut y aller directement, je vous… Te sens impatient » Elle bredouille un peu, que fallait-il pour qu’elle parvienne à s’adresser à lui en le tutoyant ? Les allées se font plus espacées, ils arrivent dans un quartier typiquement américain et particulièrement charmant. Le genre de quartier où tous les voisins se connaissent et où les enfants peuvent faire du vélo librement dans la rue. Elle aurait bien aimé grandir dans une rue comme celle-ci Charlie, et non pas dans une maison isolée sur le versant d’une colline entourée de grilles anti-gredins. « C’est un chouette quartier… »Lâche-t-elle admirative en regardant chaque maison avec une certaine attention. Ils arrivent devant la maison du pasteur et Charlie la trouve magnifique « Ça fait longtemps que vous habitez ici ? » Ses yeux pétillent et elle détaille l’allée, la pelouse parfaitement coupée en vis-à-vis de la rue, chaque fenêtre, chaque brique comme si elle voulait s’imprégner de chaque détail de la maison. « On s’fait péter une bouteille de vin ? » La soirée est loin d’être finie même si elle avait déjà été riche en rebondissement. Charlie n’avait pas envie de dormir, elle avait encore trop d’énergie pour aller se coucher.
code by bat'phanie

 
Andria L. Giudicelli
ADMIN ∎ With or Without You
avatar
Inscrit le : 27/01/2018
Messages : 464
Avatar : Simon Baker
Crédits : TAG (vava) FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 13/01/1977
Mes rps :
INDISPONIBLE (6/5)


- Keleos
- Tommy
- Morrigan
- Zeus
- Robbie
- Charlie #4

Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Sam 9 Juin - 13:21


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
Comment je me sens actuellement? Confus. Je fronce légèrement les sourcils, un petit sourire en coin. Suis-je censé comprendre ce qu’elle veut dire ou sous-entendre ? Sommes-nous en plein quiproquo d’un je ne sais quoi ? « Des femmes et des hommes. » lui répondis-je lentement, craignant d’avoir fait une bêtise en lui disant ceci. Je me redresse et nous prenons la route, l’un plus ou moins contre l’autre. Je lui lance des petits coups d’œil, par-ci, par-là et ça m’amuse de la voir si… émerveillée ? J’hoche la tête. « C’est très mignon oui. On n’est jamais à l’abri du danger mais je ne pense pas qu’ici les gens s’en soucient. J’pense que la chose la plus courante serait des cambriolages. C’est souvent les bourgeois et tout ça qui vivent ici. » Je lui adresse un sourire pincé. J’en fais parti de ce monde pourtant mais je n’ai pas l’impression d’agir et d’être comme ces autres. Je lâche la demoiselle pour passer la clef dans la serrure et rentre pour ainsi la faire entrer. « Et bien si on part sur du vin, c’est à ta droite, la porte juste avant l’escalier. » lui dis-je avant de refermer derrière moi et de l’attraper gentiment par le bras. « Mais d’abord une petite visite. Là, en face c’est le salon, salle à manger. Si on continue au fond, salle de bain, toilettes, un cellier. Et en haut, mais on ne va pas y aller pour le moment, quatre chambres et une salle de bain. Et une autre dans la mienne… » J’lui fais un sourire avant de laisser tomber mon bras après avoir pointé chaque pièce du doigt. Il y a un garage aussi avec une sorte de cachette en dessous pour mon petit atelier, mais le garage, pas besoin de lui montrer je suppose, elle n’est pas tout à fait aveugle. Je l’emmène dans la cuisine et m’approche des quelques bouteilles de vin que j’ai. « Plutôt rouge ? Rosé ? Blanc? Une sangria peut-être? » lui demandais-je tout en commençant à dépiauter le papier entourant le bouchon de liège. Je passe une jambe par-dessus l’autre pour me tenir en équilibre contre le plan de travail. « Mi casa es tu casa, bien évidemment. Fais ce que tu veux, si tu veux chercher quelque chose de plus à l’aise pour te vêtir ou autre, je t’en prie. Ou tu préfères bien t’habiller et partir sur un strip poker ? On ne sait jamais ! » Je lui adresse un sourire avant de rigoler et de me retourner. J’attrape un tire-bouchon puis de le faire sauter. « Champagne ! » m’exclamais-je en me retournant finalement après le « pop » de ce dernier. J’attrape deux verres à pied et les pose sur la table puis commence à servir. « Tu voudras dormir avec moi ou je te confie une chambre d’ami ? » J’espère qu’elle ne choisira pas la seconde option bien entendu. Je pose la bouteille et m’étire avant d’enlever la chemise de mon pantalon et de déboutonner mon gilet et les boutons qui me serrent légèrement le cou. « Que faisons nous miss ? On peut démarrer le jacuzzi aussi dans le jardin si tu veux te sentir détendu ? » lui proposais-je en prenant la bouteille d’une main, mon verre de l’autre. Je jette un coup de tête vers les autres bouteilles pour qu’elle comprenne qu’elle peut en choisir une autre, celle qui lui plaira et me dirige dans le salon pour prendre un raccourci histoire d’aller dans le jardin. Je pose ce qu’il faut sur le rebord de ce dernier. Je l’active et retire la bâche avant de partir vers le mur pour allumer la lumière, une lumière un peu d’ambiance, et d’autres de petits flambeaux électriques en plein dans le jardin. Je commence à me déshabiller, enlever d’abord mes chaussures, me donnant une position complètement stupide face à la jeune asiatique. Je lui souris tout en continuant et balance le tout au sol. Je me rapproche d’elle une fois en caleçon et lui dépose un baiser sur le front. « Je t’aide à l’enlever ? » lui demandais-je en passant par derrière, prêt à lui tirer sur la fermeture éclair.
code by bat'phanie

[/b][/b]




That's me in the corner, That's me in the spotlight, Losing my religion
Charlie L. Riviera
ADMIN ∎ WILD CHILD
avatar
Inscrit le : 18/01/2018
Messages : 349
Avatar : Levy Tran
Crédits : Gamyn
Mes rps : 4/6
ROBBIE#2 - ANDRIA#5 - RACHEL - Elijah#3



Bloc notes :



Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le Sam 16 Juin - 18:09


C'est l'destin ma pauv' Lucette
Charlie X Andria
La maison d’Andria est magnifique pour les yeux de Charlie. Une maison typiquement familiale où il serait bon de grandir. La brune observe la maison et ses extérieurs. Elle avait envie de prolonger la soirée, de boire du vin et de discuter avec lui. « Oui ça se voit que c’est les riches qui vivent par ici… » Et encore, elle avait connu des quartiers bien plus chics mais celui-ci respirait la sérénité comparé à ceux qu’elle avait connu dans sa jeunesse. Peut-être qu’un jour elle lui parlerait de cette période de sa vie, de la fortune de ses parents, de l’éducation qu’elle a eu. Peut-être. Ils entrent enfin et Charlie mémorise chaque endroit. Elle s’y sent bien dans cette maison bien que pour l’instant elle n’est que dans le hall. Il lui prend le bras et elle se laisse emporter dans une visite rapide, amusée : « Quatre chambres ?! Mais pourquoi ? » C’est une vraie question. La brune se demande l’intérêt d’avoir quatre chambres si un homme vit seul dans une grande demeure comme celle-là. Le plaisir de montrer qu’on peut s’offrir l’espace qu’on veut ? Une fierté ? Du narcissisme ? La cuisine est lumineuse. Blanche mais à la fois colorée par des décorations colorées. « Du rouge. Je suis une femme de goût et de caractère monsieur. » dit-elle avec un clin d’œil. Elle grimpe sur le plan de travail et le regarde débouchonner la bouteille de haut. Elle le regarde, souriant bêtement entortiller ses jambes pour parvenir à la déboucher. « Un strip Poker ? Vraiment ? » Charlie est à la fois surprise et amusée par cette proposition. Il ne semble pas être sérieux puisqu’il change de sujet pour lui demander de dormir avec elle. Charlie se sent rougir. C’est stupide, ce n’est pas la première fois qu’un homme lui propose de partager sa couche, mais, avec lui, c’est différent. « Je prendrais ma décision quand il sera l’heure d’aller nous coucher » réponds-t-elle énigmatique alors qu’elle crève d’envie de dormir à ses côtés. Elle aime la chaleur humaine Charlie, elle aime qu’on s’occupe d’elle, qu’on prenne soin d’elle-même si elle montre tout le contraire. Mais la brune aime avant tout s’amuser. Elle fixe attentivement les mains d’Andria déboutonner cette chemise et elle aimerait se transformer en bout de tissus quelques temps pour elle aussi se glisser sur sa peau. « Oui pourquoi pas. » Elle se mord la lèvre. Il ne sait pas que sous sa robe, elle ne porte aucun sous-vêtement et cette situation l’amuse autant qu’elle la gêne. C’est un sentiment agréable. Charlie attrape une autre bouteille de rouge en passant et suit Andria dans le jardin. Ils sont seuls et la quiétude du lieu est appréciable. Elle regarde d’un œil à moitié troublé son beau pasteur se déshabiller pour se retrouver rapidement en caleçon. Charlie ne préfère pas s’attarder sur ses attributs pour le moment, elle aurait l’occasion de les regarder plus tard. Son baiser sur le front l’électrifie brièvement. Elle se retourne et penche faiblement la tête pour qu’il détache sa tirette qui descends jusqu’à l’orée de ses fesses. Charlie n’est pas de celles qui sont pudiques. Elle fait partie de ceux qui ne trouvent aucun complexe à se balader nus. La robe tombe sur ses pieds et elle se retourne instantanément contre Andria, leurs poitrines sont nues, collées. « Oups. » Elle sourit et se mord la lèvre, malicieuse. Elle monte les marches du Jacuzzi et entre dans l’eau brûlante jusqu’aux genoux avant de tourner la tête en arrière vers Andria sans réussir à le voir « Tu viens ? » Elle s’enfonce dans l’eau et s’installe confortablement. Son corps se soulève parfois. Ses seins semblent presque flotter mais ne dévoilent rien, juste une peau parfaitement lisse et à quelques endroit colorée. Il la rejoint enfin lui tendant son verre de rouge : le plaisir parfait. Du vin rouge, des bulles chaudes, de la vapeur, un homme incroyablement mur et sexy et cette odeur de désir qui se fait sentir petit à petit. Les besoins physiques de Charlie ne sont jamais loin... " Je me suis toujours demandée.. Quels genre de fantasmes un pasteur peut-il avoir ?"
code by bat'phanie

 
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE), le

C’est l’destin ma pauv’ Lucette (ANDLIE)

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-