Partagez| .

Masquerade [feat. Leevi]


Aller à la page : Précédent  1, 2
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Dim 6 Mai - 23:21


Avant de rentrer dans la superette, Cowboy et moi fantasmons sur une idée un peu folle tout en se moquant gentiment l’un de l’autre. Il me fait rire, j’apprécie qu’il rentre dans mon jeu sans se sentir outré. Enfin quelqu’un qui comprend mon humour dans cette ville ! « Oh oui,  et je te brosserais les cheveux tous les soirs avant de dormir » continuais-je en papillonnant des yeux de manière exagérée. Mes yeux se portent sur ses biceps et ce qu’il me dit me donne des envies salaces « Gaulé comme Captain America ? Vraiment ? » Dis-je en haussant un sourcil, charmeur « Il faudrait que je vérifie une telle révélation pour te croire… » Et paf. J’adore le rentre dedans. Tant au sens propre comme au figuré.

Dans le magasin, il souligne mon manque d’intérêt pour star wars. Moi les sabre lasers, c’est pas mon truc, je préfèrerais jouer avec le sien, mais ça c’est une autre histoire. Faussement vexé,  je réplique en croisant les bras « Infréquentable ? Après cette soirée, tu ne sauras plus te passer de moi, tu verras ! » J’attrape mes courses quand il me met une claque et me propose de le punir, j’éclate de rire, je ne l’imaginais pas du tout pour ce genre de ce délire-là. « Je t’en mettrais deux, s’il le faut ! ». le caissier nous regarde l’air blasé et insolent. Il est ultra moche. A se demander comment on peut le mettre en première ligne devant les clients. Je n’ai pas envie d’être sympa avec les gens ce soir, sauf avec Matteo. Lorsque je lorgne sur la tondeuse, je me dis que je me ferais bien une coupe de printemps, histoire de donner un peu d’air à ma tignasse actuelle. Je demande son avis à mon super cowboy qui ironise. Je lève les yeux au ciel en souriant mais il a raison, je suis en train de faire une crise existentielle. « Gnagnagna » parvins-je seulement à ajouter.

Lorsque j’entends ce que le caissier vient de dire, je vois rouge. J’ai une seule envie, lui démonter la gueule et ayant déjà un peu d’alcool dans le sang, je ne m’autorise pas à relativiser. C’est qu’un sombre gamin et pourtant. Je donne mes courses à Matteo et je relève mes manches, prêt à en découdre. Je pose mes mains sur le comptoir et l’attrape par le col mais avant que je ne puisse lui refaire le portrait, Matteo hurle et fous le pistolet sur la tempe de l’adolescent. Je sursaute et je le lâche par réflexe. Je le regarde incrédule, surpris par cette réaction. « Qu’est-ce que ? » et puis l’odeur arrive à mes narines. Il lui a tellement foutu les jetons qu’il s’est pissé dessus le pauvre. Je cligne des yeux, je ne sais pas quoi faire. Je le comprends, moi aussi j’aurais flippé ma race à sa place. L’illusion du pistolet factice était parfaite, il est normal qu’il ait cru à un hold up le gamin. Mon regard se pose sur Matteo puis sur le caissier. On devrait partir ? Oui c’est une solution. En silence je prends nos affaires et je sors. Dans la rue, je me tourne vers Matteo et je lâche « Tu lui à fichu la trouille de sa vie ! Il va être traumatisé l’gamin ! Viens on passe par-là » dis-je en montrant un sentier dans les bois qui longe la route. En marchant vers notre direction je lui attrape sa main et enlace mes doigts dans les siens. Il l’avait fait plus tôt, peut-être qu’il attendait que je fasse de même ? « C’est peut-être toi qui va me kidnapper en réalité.. » dis-je pour détendre l’atmosphère. Sur le chemin, un banc se dessine dans l'obscurité. Je me rends soudain compte que je meurs d'envie de m’assoir. Lorsque je pose mes fesses dessus, je soupire "Mais quelle soirée de dingue!"
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 7 Mai - 15:14


Si y'a bien une chose qu'on peut dire, c'est qu'avec Leevi on ne s'ennuie pas. On passe d'un délire kidnapping à Mexico à une revisite d'Avengers interdite au moins de 18 ans en l'espace de 10 secondes, montre en main. "C'était l'idée, avant que Batman nous attaque! Bientôt, j'en suis sûr!"

On continue de flirter dans la supérette, et Leevi me soutient très sincèrement que je ne pourrais plus me passer de lui après cette soirée. J'hausse un sourcil, prenant l'air faussement hautain. "Monsieur l'Indien, vous n'êtes pas peur fier de votre personne!" Je lui claque les fesses, il promet de me mettre deux fessées pour me punir. J'ai presque envie de le mettre au défi mais je sais pas s'il est juste dans la plaisanterie ou si ça lui plairait réellement... On verra ça plus tard, avec un peu de chance. Pour ça, il faut d'abord qu'on achète les capotes pour lesquelles on a quitté la fête à l'église en premier lieu. Je note un moment de flottement quand je parle de crise à la Britney, et je me demande si tout va bien dans sa vie...

Seulement voilà, avant que je puisse lui demander, le gamin à la caisse fait des remarques désobligeantes et je sais pas ce qui me passe par la tête, je le mets en joue avec mon faux fusil et lui donnant par la même occasion la peur de sa vie, au point qu'il se fasse dessus. Je me sens tout de suite comme la pire des merdes. Je suggère alors qu'on s'en aille, et quand Leevi sort de la boutique, je m'attarde quelques secondes. "C'est un faux... Je suis désolé, je pensais pas que..." Je ne finis pas ma phrase et je rejoins Leevi, la mine un peu déconfite. Je le suis machinalement quand il me montre un sentier qui traverse les bois (où on est, sérieusement, je reconnais rien...) et je suis soulagé lorsqu'il attrape ma main. J'avais vraiment peur qu'il me prenne pour un dingue et qu'il me largue sur place. J'aurais compris, franchement... "J'ai pas réfléchi, je sais pas ce qui m'a pris, je suis pas... je fais pas ce genre de chose en temps normal..." Leevi n'a pas l'air de trop s'en formaliser, fait même une petite blague. "Seulement si t'es d'accord!" je lui réponds avec un petit sourire. On s'assoit sur un banc dans l'obscurité et je soupire en même temps que lui. "Ouais..." Sans attendre, je pioche dans son sac et en tire une des bouteilles de vodka. Je dévisse le bouchon et prend une bonne grosse gorgée, puis une deuxième et une troisième avant de tendre la bouteille à mon bel indien. La prochaine étape, c'est de faire leur fête aux biscuits au chocolat que j'ai acheté. "Tu vas vraiment te raser la tête?"



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 7 Mai - 22:28


Je ne sais pas si c’est à cause de l’alcool qui coule dans mes veines, l’effet du joint qui se dissipe où le côté diablement sexy de Matteo qui me pousse à rentrer dans ses petits jeux de drague mais au fond, ça m’excite un peu. Au lit, je ne suis pas du genre à faire des expériences. En réalité, je suis un amant doux et attentif, sans doute trop romantique et les histoires de cul sauvages, je dois dire que je n’ai jamais testé. Même bourré, je baise comme si la personne était celle de ma vie. Je sais l’image que je peux renvoyer aux autres, celle du mec qui s’y croit, qui se juge plus beau et sexy que la moyenne, qui a ramené toute la ville dans son lit, mais j’en suis très loin. Je n’ai pas beaucoup de confiance en moi, je ne termine jamais ce que j’ai commencé, mes relations amoureuses sont un désastre et mon côté provocant et mon humour à chier sont juste un masque sur mon visage. Je me sens comme inachevé.

Hors de la superette, je rassure Matteo en prenant sa main : ça nous arrive à tous de faire des choses débiles et qu’on regrette et j’en suis la preuve vivante. Sa main dans la mienne est chaude et apaisante. Je tourne la tête vers lui et je souris « Ne te tracasse pas, ça nous arrive à tous de faire des choses un peu folles » Nous continuons à marcher et je tente une pointe d’humour pour lui rendre son délicieux sourire et ça semble fonctionner. « Faudra sans doute te montrer convainquant… » Je lui lance un clin d’œil et nous pénétrons dans la forêt. Nous marchons en silence. Comme si l’atmosphère chaude et suave entre nous avait changé pour quelque chose de moins érotique. Le banc que j’aperçois m’invite à me poser dessus et ensemble, dans un souffle nous nous installons. Ouais, cette soirée était une pure folie. Je me roule un second joint, tant pis s’il me prend pour un drogué, ce soir, y’a plus de limites. Il choppe une des deux bouteilles de vodka et se boit une longue gorgée. Non, deux. En fait, trois. Je le regarde, et j’me marre : « On avait soif ? ». Je colle les feuilles ensemble avec l’aide d’un coup de langue pour humidifier tout ça, et j’allume la tige. J’étends mon bras sur le banc derrière le dos de Cowboy. Je tire, un, deux, trois coups avant de cracher lentement la fumée. « Pourquoi pas ? » Je tourne mon visage et je regarde ses yeux bruns. Il a l’air mystérieux sous la pénombre. J’attrape la bouteille au boulot et boit une gorgée, je n’ai pas la même descente que lui et je suis déjà bien occupé avec ma fumette. Je regarde dans l’vide avant de lâcher « Changer tête, c’est s’apprêter à changer d’vie, non ? » et je bois une seconde gorgée. Je lui tends la bouteille, j’entends un craquement derrière nous, je me retourne mais je n’aperçois rien. Surement une biche ou un autre animal. «Qu’est-ce qu’un mec comme toi fait tout seul ? » dis-je en me retournant, sûr que nous n'avions rien à craindre. Ca me turlipine depuis tout à l’heure cette histoire. Faut dire que Matteo, il a la tête du mec parfait, celui qui semble stable dans sa vie, celui qui a tout réussi. C’pas un paumé. C’est pas un inachevé, lui.
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Mar 8 Mai - 23:07


Lui comme moi, on en fait des tonnes. On se cherche, on fait des blagues douteuses et des sous-entendus pas subtils du tout. On parle beaucoup, on se vante, on cherche à tout prix à obtenir une réaction de l'autre, à le surprendre, le faire rire. Et pourtant, c'est pas vraiment moi en temps normal. Calme et sérieux et peut-être un peu coincé aussi, ce soir, je suis un autre homme, littéralement transformé. Par Leevi, un peu, mais surtout pas les circonstances. Je me demande si l'inverse est aussi vrai mais je doute un peu : il m'a l'air tellement confiant, plein d'assurance et de vie...

Dans la boutique miteuse, par contre, je me surprends moi-même. Faire semblant de menacer quelqu'un, même avec un flingue en plastique, c'est clairement pas l'idée du siècle. Je suis extrêmement mal à l'aise, presque choqué par ma propre attitude. Heureusement Leevi parvient à dédramatiser un peu la situation quand on ressort, par ses paroles et par ses gestes. Alors que je descends trois bonnes gorgées de vodka, lui se roule un nouveau joint. "Soif, oui..." Et aussi l'envie d'oublier, de passer à autre chose. De revenir à l'ambiance électrique de la soirée dans l'église. J'ai l'impression que c'était dans une autre vie. Il prend une petite gorgée quand je lui tend la bouteille avant de répondre à ma question. Changer de tête, changer de vie. J'étais ptet pas si loin du compte que ça quand je parlais de crise. "Oui, ça marque une volonté de changement. Enfin, je crois... C'est pas moi le psy," je plaisante avec un sourire, observant son visage. Je me fais peut-être des idées mais il m'a l'air un peu plus... tourmenté que ce qu'il parait au premier abord.

Un bruit derrière nous, on se retourne en même temps mais il n'y a rien. Probablement un petit animal qui passe par là. Et là, il me pose la question qui tue. Ou tout du moins, la question qui fait mal. Parce que je peux pas m'en sortir avec une pirouette cette fois-ci, et que la vérité risque de le faire fuir à toutes jambes. "Un mec comme moi, hein...?" Et là, tous les reproches de mon ex me reviennent en mémoire, et l'espace d'une seconde, j'en ai le souffle coupé. "La liste est longue. Je suis... obsédé par mon travail. J'y consacre beaucoup, beaucoup de temps, du coup je suis rarement à la maison. Je travaille le soir et les week-end donc je sors quasiment jamais. Je suis perfectionniste au point d'en devenir insupportable, je peux piquer des colères monstrueuses, j'ai pas beaucoup de patience, je suis égoïste..." Quoi d'autre? "J'ai parfois un balai dans le cul. Je suis le genre de gars qui suit gentiment les règles, ne dépasse pas la limite de vitesse sur la route, attend le petit bonhomme rouge avant de traverser, juste parce que j'ai un besoin pathologique de donner une image de moi parfaite aux gens..." Non mais qu'est-ce que je suis en train de faire, là? C'est limite de l'auto-sabotage... S'il se barre pas au courant, je lui demande sa main sur le champ. "Mais je cuisine bien et j'ai pas de problème d'argent, c'est déjà pas mal non?" je tente, la voix pas très assurée. Je baisse le regard vers ma bouteille, et... j'ai pas envie de passer pour un alcoolo mais merde, autant casser l'image du garçon parfait tout de suite. Un peu plus, un peu moins, maintenant, ça changera plus grand chose. Je prends une nouvelle gorgée avant d'ouvrir un paquet d'Oreo, histoire d'avoir quelque chose à faire avec mes mains. "Et toi? Le célibat, ça fait partie de ton changement de vie ou bien?" Tant qu'à faire, autant poser la question, hein. Que je sache et qu'on soit fixé l'un sur l'autre.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Mer 9 Mai - 11:57


Je suis de nature méfiante, je n’accorde pas facilement ma confiance aux gens. Je n’aime pas parler de moi, je suis plus doué pour écouter les autres. Sur le banc, on picole, on fume dans le silence pesant de la nuit. J’aime bien cet endroit. Nous sommes entre deux mondes sur ce sentier qui coupe la forêt de la zone urbaine. J’ai envie de caresser les cheveux dans sa nuque, j’ai envie de le toucher, de garder un contact permanent avec lui mais je me retiens, je n’ai pas envie de l’oppresser et de passer pour le mec en manque d’affection, déjà accro. La soirée a pris un autre tournant d’amants avides de chaleur humaine, nous sommes passés à deux clochards sur un banc à parler de la vie et de nos tristesses. Surtout de nos mauvais moments en réalité. Ça ne me dérange pas trop, tant qu’on ne parle pas de moi. Je n’aime pas ça. Je n’ai pas l’habitude et puis, on ne se connaît pas. La fumée commence à ramollir mon cerveau et le mélange avec l’alcool m’emmène ailleurs, je lâche prise alors que j’aime avoir le contrôle des choses. « Tout à fait, bien vu, Holmes !  » J’ai bien retenu que nous préférions Jude à Robert, ce n’est pas entré dans l’oreille d’un sourd. J’ai cette faculté à retenir ce qu’on me raconte ce qui peut parfois me jouer des tours.

Le bruit nous occupe quelques secondes, puis, je n’y tiens plus. J’ai envie de savoir comment ce gars se retrouve seul à une soirée étudiante sans son mec. Sauf que, je sens que j’ai touché un point sensible. Son corps parle à sa place. Il a dû souffrir, peut-être même autant que moi. Tandis qu’il me dresse tous ses défauts, je glisse ma main dans sa nuque de manière bienveillante. Ses cheveux s’entremêlent dans mes doigts pendant que mon autre main ramène mon joint à mes poumons. Je le trouve attendrissant et je laisse échapper un rire lorsqu’il m’énonce quand même deux choses positives, il sait cuisiner et à de l’argent. J’ai envie de l’embrasser pour le consoler, il a dû en baver aussi mais il boit une nouvelle gorgée. Ce n’est pas le moment de faire du romantisme. Il est mon opposé ce type, et ça me fait sourire. Je plisse les yeux lorsque la fumée vient piquer mes yeux lorsque je prends une grande aspiration. Alors que je frotte mes yeux, dans un demi sourire, parce que ouais, ce n’est pas agréable quand même, je glisse « Tu es exactement mon opposé » Mes yeux brillent causes des larmichettes qui viennent nettoyer mes globes oculaires. « Et donc bien que tu sache cuisiner, que t’as de l’argent et que tu sois beau comme un Dieu, ça ne suffisait pas ? Les gens sont bien difficiles… » Ajoutais-je pour le taquiner. Je n’ai pas envie que cette soirée tourne aux larmes. Je dépose mon stick sur le bois entre nous, et l’invite à se servir s’il le souhaite. J’attrape la seconde bouteille dans mon sac, nous aurions chacun la nôtre, c’est bien aussi. A mon tour je bois aux goulots de longues gorgées lorsqu’il me retourne la question. J’aurais dû m’en douter qu’il me demande ça. « Oui, tout à fait. » J’ai pas vraiment envie d’en dire plus, parce que ça serait beaucoup trop long à expliquer mais mon cerveau ramolli parle à ma place « J’pense trop au bonheur des autres, ça m’joue des tours, tu vois. C’quand tu veux être sympa que tu passes pour le connard de service. J’fais toujours les mauvais choix. » En matière de job, de relation, jus d’orange ou eau pétillante le matin ? Et j’finis avec la chiasse. «  En vérité, je crois que les gens sont tellement habitués à me voir me foutre de ce que les gens peuvent penser de moi qu’ils me voient pas comme je suis réellement. A les entendre, je suis qu’un petit con prétention. Du coup, j’arrête de me prendre la tête pour les autres, je pense à moi. J’ai lâché mon job à l’hôpital, j’veux faire autre chose. J’veux profiter de la vie, de faire les choses dont j’ai envie sans faire passer les envies des autres avant les miens. Donc, être égoïste, pour moi, ce n’est pas grave, c’est peut-être la solution pour être heureux » Je tourne la tête et je lui souris. Il avait raison d’agir comme ça. De penser à lui, à son job qu’il semblait aimer par-dessus tout. Mais bon, paraît qu’on est jamais satisfait de ce qu’on a. Et puis, c’est dans la nature humaine de se faire du mal et je suis bien doué pour me compliquer la vie. « J’suis trop compliqué, je me retrouve toujours dans des situations tordues. » Je me marre lorsque je pense à cette histoire entre Silver, Nell et moi. C’était il n’y a pas si longtemps mais j’ai l’impression que ça date d’avant la guerre. Tant mieux pour moi mais le problème c’est que c’est dans ma nature d’écouter et d’aider les autres et je ne pense pas que je saurais passer au-dessus de ce qui me définit. « Bref, santé à notre égoïsme ! » dis-je en levant ma bouteille pour trinquer avec lui. J’ai pas envie de chialer mais parler avec lui me fait du bien. C’est une discussion simple, sans jugement, on se raconte nos maux comme si on se connaissait assez pour qu’on soit en confiance. Ce n’est pas normal. A chaque fois que je me sens aussi bien avec quelqu’un, je sais comment ça se termine.
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Jeu 10 Mai - 15:34

Je dois bien admettre qu'on forme pas forcément un beau spectacle tous les deux, à fumer et boire sur notre banc au bord de la forêt, les costumes un peu défaits et les cheveux en bataille par l'agitation de la soirée. J'ai bien cru que j'allais le faire fuir mais alors même que j'explique les raisons de mon célibat, Leevi vient caresser ma nuque, ses longs doigts jouant avec mes cheveux et ça fait du bien, un peu de chaleur humaine. Je n'ai pas (plus) l'habitude du tout et je me rends compte que je suis terriblement en manque d'affection. Je grimace quand il me dit que je suis son opposé, je sais pas trop comment le prendre, l'interpréter. Après tout, on dit que les contraires s'attirent mais on dit aussi qui se ressemble s'assemble... J'ai ma réponse quelques secondes plus tard et ça me fait sourire et rougir en même temps. "Je sais, hein? Je devrais avoir une foule de prétendants à mes pieds, me suppliant de leur accorder une minute de mon temps si précieux!"

Je lui retourne évidemment sa question et quand il commence à parler, je comprends bien évidemment ce qu'il veut dire par opposé. Lui aussi a été blessé par les autres, mais pas de la même manière. D'après ce que je comprends, les gens ont tendance à le juger trop rapidement et à profiter de sa gentillesse. Jusqu'à ce que la coupe soit pleine et qu'il n'en puisse plus, comme ça a l'air d'être le cas actuellement. Je prends le joint qu'il a posé entre nous sur le banc et le porte à mes lèvres, contemplatif, lui laissant le temps de continuer, de vider son sac à son tour avant de lui répondre. "Santé," je fais en levant ma bouteille pour trinquer avec lui. "Tu sais, reprendre sa vie en main pour tenter de changer les choses dans la bonne direction comme tu le fais, c'est vraiment bien. J'ai essayé de changer mais j'y arrive pas, je sais pas par où commencer... Je t'admire, vraiment." Il me plaît physiquement et je m'en suis clairement pas caché mais il est aussi une belle personne à l'intérieur, et ça me plait tout autant sinon plus. "Toi tu veux penser un peu plus à toi, moi un peu plus aux autres, faudrait qu'on arrive à se rejoindre à mi-chemin. On peut peut-être s'aider mutuellement."

J'ai déjà Thomas qui m'aide pas mal depuis quelques temps, rien que par sa présence, mais il me laisse faire ce que je veux, sans me pousser ou me brusquer. J'aurais bien besoin de quelqu'un qui n'ait pas peur de me secouer un peu, de faire en sorte que je ne m’enferme pas plus dans mon petit cocon confortable au risque que je n'en sorte plus. J'ai envie de changement, moi aussi. Pas au point de me raser le crâne, mais... En y pensant, mon regard se pose sur la tondeuse, dans un sac à ses pieds. "Tu veux un coup de main, pour...?" j'imite le bruit mécanique de la tondeuse en glissant ma main sur ses beaux cheveux.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 14 Mai - 0:29


La vodka coule à flots, le joint se partage et les langues se délient. Nous parlons de nos malheurs, de nos échecs sentimentaux sans trop en dire mais suffisamment pour sentir que nous sommes bien brisés de l’intérieur tous les deux. Alors, nous nous comprenons et dans son malheur, je tente de lui apporter un peu de réconfort en lui faisant des caresses du bout des doigts dans la nuque. On se perd un peu dans le brouillard du désespoir, mais je ne le lâche pas. Je n’ai pas envie. Ce n’est qu’un inconnu et pourtant… Il me plaît. Physiquement sans aucun doute, et je ne me prive pas de lui dire mais sa sincérité me touche bien plus que ce que je ne l’aurais cru. Ça va encore me causer des soucis cette histoire, mais je ne préfère pas y penser. Je dois vivre l’instant présent sans penser au lendemain, c’est que je m’étais juré de faire. Et je le ferais. « Si tu veux, j’veux bien les remplacer. J’suis volontaire ! » J’éclate de rire .La drogue, l’alcool, tout commence à faire effet. On trinque ensemble et nous buvons encore et encore. Il m’admire ? S’il savait… Vouloir changer c’est une chose, mais je ne savais pas comment faire. Je fais des trucs, je tente mais j’ai l’impression que quoi que je fasse, le naturel reviendra au galop. Je suis assez instable en ce moment, je ne sais pa ce que je veux et je passe pour un héros. « Tu sais, je ne sais pas vraiment ce que je fais. J’me dis que j’verrais bien ce que ça donne. J’vis au jour le jour. » Je souris. J’ai envie de goûter encore à ses lèvres alors je m’approche un peu plus de lui. Je penche la tête et je laisse mes lèvres effleurer les siennes, le souffle court, je murmure « Je veux bien t’aider pour ce que tu veux… » Mes lèvres emprisonnent les siennes trop impatientes pour attendre encore plus longtemps. Elles sont chaudes et sucrées, j’ai envie de m’en emparer alors j’en attrape une que je mordille gentiment tandis que mes mains attrapent son visage. Je romps le contact, malgré moi, mais je dois le laisser respirer. Il m’attire comme un aimant ce gars. « Tu veux vraiment ? » je l’interroge. Il veut faire partie de mon changement, je ne dis pas non. Je suis prêt à faire ce changement et avec ce beau mâle à mes côtés, perdus, ou presque, dans les bois, c’est parfait. « Okay, vas-y ! »dis-je en inspirant un bon coup. Il était cuistot, pas coiffeur.
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 14 Mai - 13:36

Leevi se propose généreusement de remplacer tous mes prétendants imaginaires et j’acquiesce bien volontiers. Un vrai mec contre des mecs qui n'existent que dans ma tête, y'a même pas à réfléchir. Et puis... Il est beau. Et marrant. Et gentil. Et intelligent. Une partie de moi se demande si c'est vraiment comme ça qu'il est ou si c'est la vodka qui parle à la place de mon cerveau mais en vrai, je m'en fous. En ce moment, avec lui, je me sens bien. Et c'est tout ce qui compte. J'en ai marre de me prendre la tête pour le moindre petit truc, d'analyser chaque situation jusqu'à m'en rendre malade. Il m'avoue ne pas savoir ce qu'il fait et je hausse les épaules. "Vivre au jour le jour, c'est déjà bien. Je trouve que tu t'en sors plutôt pas mal. Après tout, tu es arrivé jusqu'ici avec moi," je plaisante et j'ai l'impression qu'il se rapproche de moi. Qu'il va m'embrasser. J'espère qu'il va m'embrasser...

Il m'embrasse. J'ai l'impression de fondre entre ses mains, qui encadrent mon visage, et je pourrais faire ça pendant des heures. Okay, peut-être pas des heures mais... plus longtemps que ça. Je peux pas m'empêcher de bouder lorsqu'il se recule mais je comprends. On a commencé trop vite, peut-être qu'il veut prendre son temps maintenant. Je lui suggère alors de l'aider à se raser la tête et il n'est pas réticent à l'idée. Avec un sourire, je sors la tondeuse de son emballage et je mets un sabot pour éviter de faire un massacre. J'appuie sur le bouton et la tondeuse se met à vibrer dans ma main. Dans mon état, je ne remarque pas le petit symbole qui clignote sur l'écran de l'appareil. Le petit symbole avec une pile barrée. Le petit symbole qui veut dire batterie faible. "Ready?" je demande en me levant devant lui, orientant sa tête comme il faut. Puis je passe le premier coup de tondeuse, observant les longues mèches tomber sur le sol et ses épaules. C'est drôlement plaisant, comme sensation. Peut-être que je lui demanderai de me tondre la tête aussi, une fois que j'aurais terminé avec la sienne. Ou peut-être que je lui demanderai autre chose à la place, parce que ça lui donne un air de mauvais garçon qui me rend tout chose... Je m'en sors plutôt pas mal, même si ça n'a rien de bien compliqué. Presque la moitié du crâne, maintenant...



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 14 Mai - 14:55


J’me sens léger, merci drogue, merci alcool. Je pourrais faire n’importe quoi dans l’état où je suis. Nous buvons comme si c’était de l’eau. D’ailleurs, y’en a qui disent, L’alcool c’est de l’eau. Ouaip. On cusse comme si notre vie en dépendait, comme si on voulait s’noyer dans les effluves d’alcool. Je dois avouer que ça me plairait bien d’être son seul prétendant à Matteo, il est canon. Et ses yeux noirs mystérieux me font vibrer. Oui, d’accord, il ne m’en faut pas beaucoup mais quand même. Et puis, il est drôle, alors what esle ? Il me titille là où il faut, suscite ma curiosité, il m’en faut pas plus. Et ses lèvres sur les miennes me font planer. Je n’ai pas envie de le lâcher mais si je reste collé à lui, je pourrais lui faire l’amour sur le banc mais je n’ai pas trop confiance aux capotes qu’il a achetées. Qualité made in China, non merci. Et je suis encore trop sobre, façon d’parler hein, pour oser le faire sans.

« Ouais, vas-y ! » dis-je en plissant les yeux très fort pour pas regarder. Il se lève se met devant moi et je ne peux m’empêcher de lâcher un « coucou toi ! » lorsque je suis face à son entre jambe. Je me mets à rire comme un con et je m’arrête aussitôt lorsque j’entends le bruit de la tondeuse. Je sens ses mains placer ma tête, je déglutis mais j’ai hâte de voir le résultat. Je sens enfin les vibrations de la tondeuse sur ma tête, je me crispe. Je n’ai jamais fait ça de ma vie. En ouvrant un œil, je vois mes cheveux tomber lentement sur le sol spongieux de la forêt. Je n’en reviens pas. Je suis en train de couper mes beaux cheveux. Je ne dis rien et je le laisse terminer. La tondeuse arrête son bruit maléfique et je secoue la tête en la relevant. J’aperçois encore des mèches à droite. « Pourquoi tu arrêtes ? » dis-je en souriant à moitié. Il a une drôle de tête et je lui arrache la tondeuse des mains et actionne le bouton. Encore. Je pousse. Elle ne s’allume pas. Je réessaie. Et je finis par comprendre : plus de batterie. Je le regarde, l’air interdit et j’éclate de rire après un moment. J’éclate de rire tellement fort que je suis obligé de me tenir le ventre. Des larmes roulent sur mes joues, j’hoquète. J’en peux plus. Délivrez-moi de ce fou rire. « Bordel… Je… » Je n’arrive pas à parler, c’est plus fort que moi. Dans un sens heureusement que j’ai l’esprit ailleurs, si je n’avais pas été dans cet état, j’aurais surement fait une crise de nerfs. Mon apparence compte beaucoup trop pour moi. « J’vais faire comment pour te pécho avec une gueule pareille ? » Je prends une grande inspiration et j’essuie mes larmes. Bon Dieu, c’est beaucoup trop drôle. Je sors mon smartphone et met la caméra en mode Selfie. « Viens, faut qu’on immortalise ça ! »
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 14 Mai - 18:39


Comme quoi, dans la vie, rien n'est perdu d'avance. Deux mecs un peu largués sentimentalement, qui traînent des casseroles derrière eux comme des boulets, on pourrait croire à la recette parfaite pour un désastre total mais non, pour l'instant, malgré nos mésaventures avec Batman puis le caissier de la supérette, ça colle plutôt bien entre nous.

Il fait l'idiot lorsque je me lève avec la tondeuse, apparemment ravi d'être en tête à tête avec Matteo Jr. et ça me fait rire, moi aussi. Il fait moins le malin une fois la tondeuse allumée, cela dit, mais il est brave, mon Indien, et se laisse faire malgré son air crispé. J'espère qu'il n'aura pas de regrets demain matin et surtout, qu'il ne m'en voudra pas. J'aurais peut-être dû l'encourager à réfléchir un peu au lieu de nourrir son impulsion. Mais bon, après tout c'est lui qui veut vivre au jour le jour et maintenant c'est bien trop tard pour s'arrêter, il faut continuer. Seulement voilà, la tondeuse s'éteint toute seule dans ma main. J'essaye de la rallumer mais rien à faire. Mon visage se décompose. Mon Dieu, il va me tuer. "Euh, c'est pas moi, en fait euh..." Il m'arrache la tondeuse des mains pour essayer de la rallumer par lui-même, avec exactement le même résultat. La tondeuse ne tondra plus pour ce soir. "Leevi, je..." J'ai pas l'occasion de terminer, il se met à rire. Beaucoup, très fort. Je sais pas comment réagir, je suis pas sûr s'il trouve vraiment ça ou si c'est un rire nerveux qui va finir en crise de larmes. Il se calme un peu quelques instants plus tard et merci petit bébé Jésus, il ne se précipite pas pour m'étrangler. Au lieu de ça, il se demande comment il va faire pour me pécho. Ses mots à lui. Et je sais pas ce que ça dit sur moi mais même avec le crâne à moitié rasé, il me fait de l'effet. Peut-être parce que je l'ai vu avant, et que j'arrive à voir à quoi il ressemblera une fois le boulot terminé également... "Te fais pas de soucis pour ça," je lui répond en tentant un petit bisou sur son nez. Je suis sur le point d'être un grand garçon et de prendre mon courage à deux mains pour retourner chercher des piles à la supérette quand il me surprend en demandant à ce qu'on fasse un selfie tous les deux. Un grand sourire s'étend sur mon visage. Putain, ça va faire une photo collector, ça. "Ca marche!" Je m'assois sur ses genoux et je passe un bras autour de lui. Je fais un sourire de winner en brandissant fièrement la tondeuse, prêt pour la photo.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Lun 14 Mai - 19:22


Je ris tellement que j’en ai mal au ventre. Mes abdos en béton sont en train de travailler sévère. Mon diaphragme se fait un petit tour de montagne russes, j’en peux plus, j’suis à bout de souffle. Je repense à Matteo et sa mine déconfite, le pauvre, il a du se demander quoi. Et je ris, je ris tellement fort que mon écho se répercute dans l’obscurité de la forêt. Je laisse tomber la tondeuse au sol, elle est inutile à présent. J’essuie du bout des doigts mes larmes logées au ras de mes cils et je me tourne vers lui, presque triste que lui et moi on ne conclura pas ce soir. Mais il se penche vers moi et murmure des mots qui me font frissonner avant de déposer un baiser léger sur le bout de mon nez. J’ai envie de l’attraper par le col de la chemise et de le coucher sur le sol. « Si même avec cette tête, je te plais, c’est que t’es l’bon ! » et j’éclate de rire et sors mon téléphone pour prendre une photo de ce moment loufoque. Peut-être qu’il l’était en réalité, ou peut-être qu’il était juste trop bourré pour se rendre compte de la tête horrible que j’avais. Lorsqu’il s’assoit sur mes genoux je fais aller mes jambes de bas en haut. J’ai envie de l’ennuyer, j’sais pas. Il me fait rire et je sens toujours cette bulle d’euphorie intense au creux de mon ventre qui risque encore d’éclater à tout moment. J’aime sentir son bras autour de moi. Lorsque je tends le bras et que je nous vois sur la photo, lui brandissant la tondeuse, je pince les lèvres pour éviter de rire. Je parviens, par je ne sais quel miracle à sourire et prendre la photo avant de poser ma tête sur son torse pour y étouffer mon rire. Cette photo est juste magique. « Bordel, ça fait des années que j’ai plus ri comme ça ! » Je le serre contre moi, son corps est chaud et j’ai envie de m’y blottir. Je ne me souvenais plus exactement mais la dernière fois que j’ai eu un fou rire comme celui-ci, c’est sans doute la fois où Ceyleste et moi on était à la ferme à se balancer de la paille dans la figure. Ses vêtements sentent bon le parfum, une odeur enivrante que je ne me lasserais pas de renifler. Je mordille doucement son torse à travers le tissu avant de relever la tête vers lui : « Si les capotes sont aussi solides que les piles de cette tondeuse, on devrait aller chez moi… » Clin d’œil, sourire Colgate. J’ai envie de lui et lui avait envie de moi, même avec cette tête-là, pourquoi me priver de ce délicieux corps d’apollon ?
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Mar 15 Mai - 18:53


Le bon. Wow. Je sais que Leevi plaisante mais quand même, les mots ont du pouvoir et ces mots-là, ils me mettent presque K.O. Il joue avec le feu, mon indien, parce que même si je me l'autorise pas, je crève d'envie d'avoir quelqu'un avec qui partager ma vie. Ou tout du moins mon quotidien. Mais c'est ni le lieu, ni le moment, ni le bon contexte pour réfléchir à tout ça. Il me fait vibrer, au sens figuré comme au sens propre lorsqu'il se met à bouger les jambes quand je m'assois sur lui et ça me fait rire aussi. On arrive tant bien que mal à prendre le selfie et il m'avoue que ça fait longtemps qu'il n'a pas ri autant. "Moi aussi," je lui avoue, un peu à fleur de pots à cause du mélange magique de l'alcool et de l'herbe qui fait son effet bien plus que nécessaire. "Je... je passe vraiment une très bonne soirée. Merci..."

Et Leevi se fait à nouveau de plus en plus tactile, venant embrasser et mordre mon torse à travers ma chemise et je réponds évidemment à ses caresses, mon corps se mettant à frissonner légèrement. Il marque un point, en comparant les capotes à la tondeuse et finit par m'inviter chez lui. Je le regarde droit dans les yeux. "Allons chez toi. On met la tondeuse à charger, on fait l'amour comme des bêtes, je finis de te raser le crâne et on refait l'amour comme des bêtes." Ça me semble être un plan tout à fait cohérent et solide, n'est-ce pas? On verra bien si je passe la nuit avec lui ou si je m'éclipse au petit matin lorsqu'il s'endort. Vivre la vie au jour le jour, comme il a dit. Se laisser aller, profiter du moment présent... Je me relève et lui prend la main. Derrière nous, une branche craque à nouveau mais tellement focalisé sur Leevi, je ne l'entends pas.



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Mar 15 Mai - 21:47


Je ne suis plus en mesure de mesurer mes mots, ni de prendre conscience de l’importance de ceux-ci dans l’état où je suis. Je suis hilare, je me sens étonnamment bien. J’ai des crampes au ventre à force d’avoir tant ri et me sens flatté lorsqu’il me trouve toujours aussi canon. Je sais que je le suis, mais même avec l’alcool qui coulait dans mes veines, je doutais que mon sex-appeal soit à son top niveau ce soir avec ma nouvelle coupe de cheveux. Mais apparemment, je lui plaisais autant qu’il me plaisait. J’avais tiré le gros lot avec lui, une vraie pépite ! Je glisse ma main dans ses cheveux tendrement lorsqu’il me dit que lui aussi, et je souris. Un sourire qui se scotche à mon visage, impossible à effacer lorsqu’il me dit qu’il passe une bonne soirée. Avec ses yeux qui pétillent, j’ai envie de le croquer, de le faire mien. « Et la nuit n’est pas terminée.. »

Mes pulsions sauvages me poussent croquer sa peau à travers sa chemise et je lui propose de venir chez moi. J’ai envie de le consumer, de découvrir chaque parcelle de son corps. Ses yeux pénètrent les miens. Abattez-moi. C’est inhumain d’avoir un regard aussi profond que le sien. Un courant electrique se dilue dans mon dos lorsqu’il me dit ouvertement, sans aucune subtilité, qu’il a envie de me faire l’amour. Encore. Et Encore. Redis-les moi encore ces mots. Ils résonnent dans ma tête, ils me font tanguer et mon entrejambe semble être de mon avis. J’acquiesce, hypnotisé par son regard quelques instants puis je lâche « Ça me semble être une excellente idée ! » Il se lève et attrape ma main. Nous sommes fort tactiles, non ? Pas dans le sens qu’un simple plan cul devrait l’être. J’ai la tête qui tourne. Je me colle à lui, je ne sais pas si j’aurais le courage d’attendre. J’ouvre la bouche pour parler sauf que je la referme et tourne la tête vers les bois, peu rassuré « T’as entendu ? » Je déglutis. La dernière fois que je me suis retrouvé dans les bois avec un mec, dédicace Louis, j’avais rencontré un cadavre, une bombe nous avait explosé à la gueule, rencontré Jason Statham et perdu une dent. Toute excitation s’évapore, il se passe un truc pas net. « C’est pas normal. » Mes yeux sont fixés sur les yeux qui nous fixent entre les branches. Je chuchote sans bouger d’un millimètre « Y’a quelqu’un qui nous regarde » Un frisson me parcours le dos. Elle est loin l’envie de le déshabiller. Je n’arrive pas à décoller mes rétines de cette chose à travers les buissons. Je recule de deux pas. Je me sens pas bien, mon cœur s’emballe et je serre la main de Matteo bien plus fort pour tenter de me rassurer.
Matteo Mastroianni
Eat Me, Drink Me
avatar
Inscrit le : 11/04/2018
Messages : 425
Avatar : Ben Barnes
Crédits : avatar:antemortem signature: anaëlle
Mes rps :

Check it out!

Bloc notes : /

Afficher


En ligne
Re: Masquerade [feat. Leevi], le Mer 16 Mai - 0:05


Il se passe quelque chose de magique, là. Malgré l'alcool, l'herbe, un Batman agressif, un ado boutonneux qui se pisse dessus et un crâne à moitié rasé, l'attraction entre nous deux est toujours là. C'est un signe, un putain de signe, j'en suis persuadé. Tu m'étonnes que je vais le suivre jusque chez lui et faire toutes sortes de cochonneries que je n'évoquerais pas ici! Bon, d'accord, un peu plus sobre, je pense que sa coupe de cheveux foirée me perturberait mais là, je dois bien l'admettre, il pourrait avoir un mulet que je m'en foutrait royalement. Et comme il dit, la nuit n'est pas terminée. Je dirais même plus qu'elle ne fait que commencer. Quelque part au fond de moi, je sais que je vais le regretter demain matin mais je m'en fous. Je me fous de tout, sauf de lui. Il m'obsède, m’ob... M'obbubile... M'obnubible? Putain, je sais même plus parler.

Il semble avoir un bug l'espace d'une seconde, ses yeux plongés dans les siens, avant de se lever et de se coller à moi. Bon sang, j'ai tellement envie de lui... J'espère que c'est pas très loin chez lui parce que je suis pas sûr qu'on aient la patience d'attendre. Puis il change radicalement, se raidissant d'un coup. Me demande si j'ai entendu. "Non..." je fais, un peu perdu. Qu'est-ce que je suis censé avoir entendu? Il regarde intensément dans les arbres à quelques mètres et... putain il a raison. Y'a bien quelqu'un qui nous observe, là, tapis dans l'ombre, comme un putain de psychopathe. Et merde... J'avais pas prévu de finir torturé dans une cave et découpé en mille morceaux dans un congélateur, moi... Leevi recule, du coup je recule aussi. Je sers sa main aussi fort que lui la serre, si ça continue on va se péter des doigts. "Batman, c'est toi?" je demande, la voix mal assurée. Jamais j'aurais cru dire ça un jour et je crois pas que j'aurai la force de raconter cette histoire si je m'en sors. Trop la honte...

Pas de réponse. Mais une silhouette informe s'avance entre les branches et... c'est pas humain, ce truc. Trop grand, trop étrange. "Un loup-garou!" je m'écris sans même me rendre compte de ma propre stupidité. Mais là tout de suite, j'en suis persuadé, je pourrais le jurer sur la tête de ma mère, c'est un loup-garou et si on reste là à rien faire, il va nous bouffer et on retrouvera nos cadavres atrocement mutilés le lendemain. Je suis trop jeune pour crever, putain... Surtout déguisé en cowboy. C'est juste pas possible. Alors je balance la tondeuse de toute mes forces, et un hurlement terrible déchire le silence de la nuit. En plein jour et sobre, j'aurais vu que c'était un SDF qui pousse un caddie remplie de merdes mais pas de bol, je suis bourré comme un coin et quelque peu déchiré. "Cours, Leevi, cours!" j'hurle en prenant mes jambes à mon cou, le tirant derrière moi. Je crois bien que je suis en train de pulvériser le record du monde de vitesse, là, même si j'ai aucune idée d'où je vais.  



AND WITH ONE KISS

You inspired a fire of devotion that lasts for twenty years. What kind of man loves like this? What kind of man?
Leevi J. Valentine
ADMIN ∎ Broken Heart
avatar
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 478
Avatar : Nicolas Simoes
Crédits : Goldboode
Mes rps : Avalon ¥ Melyna ¥ Jayden ¥ Ivan ¥ Ceyleste#2 ¥ Nell#2 ¥ Camping ¥ Rachel ¥ Matteo ¥ Ezvir ¥ Scar
COMPLET



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Masquerade [feat. Leevi], le Mer 16 Mai - 21:01


C’était une soirée presque parfaite si on oubliait le petits contretemps mais là, sur ce banc, rien ne pouvait nous arriver. On était bien. L’alchimie entre nous était bien présente et l’air s’électrifiait à nouveau lorsque nos corps se touchaient. Nous avions envie l’un de l’autre et je ne pouvais plus attendre plus longtemps. J’étais prêt à l’emmener chez moi, mais évidemment, les imprévus, quand ça commence ça ne s’arrête plus. Et ces yeux brillants, là entre les branches, ça me fait tellement flipper que je dessoule d’un coup. Je recule, Matteo me suit. Je déglutis, on va se faire bouffer par un sérial-Killer et je n’aurais pas pu profiter de mon beau CowBoy. Tristesse. Quand il demande s’il ne s’agit pas de Batman, je serre les poings prêts à marquer mon territoire à nouveau. Non, il ne lui péterait pas la rondelle à Matteo. C’est ce qu’il m’avait dit à l’oreille. Je ne peux pas le laisser aux mains d’un malpropre et d’un malpoli. La silhouette sors de la pénombre et je plisse les yeux, prêt à lui sauter à la gorge puisque j’avais rassemblé tout mon courage. Je sursaute violemment lorsque Matteo se mets à hurler et ma main relâche la pression dans la sienne lorsqu’il se met à courir, laissant mon corps dans un mouvement flou. Il me hurle de courir et il disparaît de ma vue. Je me retourne vers le type qui sort des bois : un SDF mal fagoté qui pousse un caddie. Je lève les bras, impuissant. Je trottine pour retrouver mon Cowboy qui a pris la route de la station-service. Lorsque j’arrive près de la sortie du sentier, des lumières bleues. Merde. La police. Je m’avance et me cache dans un buisson et je vois Matteo en train d’se faire mettre les menottes tandis que l’ado boutonneux s’époumone « C’est lui ! C’est lui !! ». Merde ! Cet enculé avait appelé les flics. Je ne peux pas le laisser dans cette merde, et lorsque je me lève hors des buissons, je capte le regard de Matteo qui me fait un signe de tête de gauche à droite. Je comprends que je ne dois pas intervenir. J’affiche une mine triste et je lui fait un signe de la main qu’il n’a sans doute pas eu le temps de voir puisqu’il est poussé à l’arrière de la voiture de police. C’est donc pas aujourd’hui que les Cowboys et les indiens enterreront la hache de guerre.


FIN
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Masquerade [feat. Leevi], le

Masquerade [feat. Leevi]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-