Partagez| .

Hey darling, let's be together (Havane & Kenny)


Kenny Sweetlove
avatar
Inscrit le : 15/04/2018
Messages : 6
Avatar : Mitch Grassi
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Hey darling, let's be together (Havane & Kenny), le Lun 16 Avr - 18:07


Hey darling, let's be together  

Austin, c'était grand. Enfin, pas autant qu'Hollywood. Mais c'était quand même grand. C'était la semaine de la rentrée et Kenny venait tout juste de sortir de l'avion. 2H40 de vol. Ce n'était pas rien, mais il avait l'habitude de prendre l'avion. Il avait eu le confort étant donné qu'il avait été en première classe. Il ne pouvait pas être en seconde classe ou classe écologique. Pas parce qu'il aimait être au-dessus des autres. Non, il n'y avait pas plus humble que Kenny. Disons qu'une célébrité voyageant en classe écologique ne risquait pas de passer un bon voyage. Cela jasais beaucoup plus, alors qu'en première classe, c'était plus tranquille. On le laissait surtout tranquille, bon il avait quand même fait une dédicace pour un adolescent qui voyageait tout seul, il lui avait aussi tenue compagnie.

Une fois à Austin, le jeune adulte s'était rendu devant l'évidence, Austin était une grande ville et lui une petite fourmie cherchant l'université. Donc au lieu de se l'a joué "où est Charlie", il avait sifflé un taxi. Il avait eu un résultat positif dans la seconde sans devoir refaire une demande. Le chauffeur avait ouvert son coffre pour lui permettre de mettre sa grande valise bleu ciel dedans. Kenny était ensuite rentré dans le taxi, gardant ses lunettes noires de soleil sur le nez, dévoilant sa destination à l'individu. Le trajet n'avait pas été très long, Kenny avait regardé sa montre pendant que l'homme sortait sa valise de la voiture. Il était 10h30, le début de la semaine était plus consacré aux installations des étudiants dans leurs chambres qu'aux cours. Pratique quand on n'habitait pas la porte d'à côté. Il avait payé l'homme, puis il avait pris la poignée de sa valise, commençant à marcher.

Kenny était vêtu d'une tenue qu'il considérait comme passe-partout, de son point de vue évidemment. Son pantalon était un jean noir moulant, un pull à col roulé à rayures noir/blanc, d'un petit manteau gothique et d'une paire de chaussures blanches à talon compenser (Tenue). Il parcourait l'université, finissant pas trouver – enfin – la résidence dans laquelle il allait élire domicile, après être passé par l'administration. Kenny avait franchi la porte de la grande demeure, grimpant les marches pour accéder jusqu'au deuxième étages. Le pauvre avait un peu galéré puisque monter une valise ainsi ce n'était pas une chose bien aisée à faire.

Kenny avait trouvé sans grand mal le bon studio, dont la porte était ouverte. S'approchant silencieusement, il avait pu remarquer qu'une femme blonde était déjà présente dans le studio. Cette dernière était assez jolie, s'il n'était pas gay, il serait sûrement tombé sous son charme et aurait fait un plan rocambolesque pour coucher avec. Sauf qu'il était gay. Et il était plutôt rassuré de devoir partager un studio avec une demoiselle. Kenny était rentré dans le studio, lâchant sa valise. Il avait retiré ses lunettes avec sa main gauche. Ses ongles étaient vernis de noir. On pouvait aisément voir à présent qu'il avait du eye-liner sur les yeux. Sa voix aiguë s'était échappé de sa bouche, saluant la demoiselle avec une certaine joie.

<<- Salut ! Je suis Kenny, on dirait que l'on va partager cet endroit, j'espère que je ne vais pas trop te déranger. Tu as pris quels domaines d'études ?>>

EXORDIUM.
Havane C. Rizzo
ADMIN ∎ Faith & Kind
avatar
Inscrit le : 16/03/2018
Messages : 78
Avatar : Rose Bertram
Crédits : Roses noires
Mes rps : Matteo - Thomas - Kenny - Rachel



Bloc notes :

Afficher


Re: Hey darling, let's be together (Havane & Kenny), le Lun 16 Avr - 19:31


Hey darling, let's be together  

J’étais hyper excitée d’enfin arriver à Austin et de pouvoir vivre un an loin de ma famille, histoire d’apprendre à être autonome et d’enfin sentir la sensation de la liberté sur mes épaules. Je n’avais jamais eu l’occasion d’aller aux USA et ce, même avec l’équipe nationale. C’était dans nos projets futurs, pour l’instant nous nous consacrions à l’Europe. Mes frères avaient eu du mal à me laisser partir, ils avaient tenté d’argumenter contre moi et ma mère, mais c’était peine perdue. J’avais le droit de vivre de mes propres ailes, d’aller à la rencontre du monde ! Et puis, j’étais diplômée, je faisais juste une année en plus pour parfaire mon anglais, langue qui me donnait du fil à retordre.

Le voyage en avion avait été pénible bien que je sois en première classe. Pour un aussi long voyage, j’avais mis les moyens pour me payer ce billet. De toute façon, ce n’est pas comme si je n’avais pas les moyens même si je devais faire attention à mes finances durant cette année sans pouvoir gagner de l’argent via mon équipe de football. A peine avais-je posé le pied sur le sol américain que je fus prise d’une angoisse : et si je n’y arrivais pas ? Ma famille allait surement me manquer étant donné l’importance que nous y accordons chez nous. Le temps à Austin était bien différent que le climat d’Italie. L’air était chaud, presqu’étouffant. Ça manquait d’air par ici, et il me faudrait sans doute un certain temps d’adaptation.

J’étais arrivée sans encombre sur le campus armée de mes deux grosses valises pleines à craquer. J’étais totalement essoufflée lorsque j’étais entrée dans ma chambre. C’était une chambre simple avec deux lit d’une personne l’un en face de l’autre, laissant au centre de la pièce assez d’espace. Elle était très impersonnelle cette chambre et j’étais bien décidée à la décorer, du moins ma partie, pour me sentir comme à la maison. Je dépose mes valises sur le lit dans un souffle. Directement, je choisis le lit de droite et en profite pour changer de tenue après avoir pris une douche. L’avion m’a donné chaud.

J’ai rapidement pris mes marques dans ce studio. J’ai eu le temps de ranger mes affaires dans une armoire et de faire mon lit. Je n’aime pas laisser traîner les choses, tout doit être absolument à sa place. Penchée sur mon bureau, j’étais occupée à placer des photos de ma famille lorsque quelqu’un entra dans le studio. Un type âgée d’une vingtaine d’années tout au plus venait d’entrer avec sa valise.  Un sourire s’étire sur mon visage, enfin, mon colloc était arrivé ! Il avait un sacré look et je compris rapidement qu’il devait être homosexuel. Avec une tenue comme la sienne, on ne pouvait pas s’y tromper. Malgré son côté excentrique, je ne pouvais m’empêcher de l’admirer, il avait un style qui me plaisait et il était très sympathique !

« Bonjourno ! «  M’exclamais-je, ravie de le voir entrer « Joue souis Havane ! Joue souis très contente de toue vouarre ! » Continuais-je en tentant de ne pas rouler les R comme au pays, Dieu que c’était compliqué. « J’étoudie les langues et toua ? » Je vais à sa rencontre et le serre dans mes bras. Je suis peut-être directe mais je ne connais pas encore leur culture, chez nous, c’est assez habituel d’accueillir les étrangers de la sorte même si mes frères me dévisseraient la tête s’ils savaient que j’allais partager ma chambre avec un gay. « J’ai prris le lit drrouate, ça te dérranges ne pas ? » m’inquiètais-je en m’écartant de lui pour le laisser respirer.

EXORDIUM.
Kenny Sweetlove
avatar
Inscrit le : 15/04/2018
Messages : 6
Avatar : Mitch Grassi
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: Hey darling, let's be together (Havane & Kenny), le Lun 16 Avr - 21:56


Hey darling, let's be together  

Kenny avait tout de suite remarquer que la demoiselle n'était pas originaire d'un pays anglophone. L'accent était vraiment marquer. Il avait de la chance de ne pas avoir gardé d'accent quand il avait été adopté par ses parents. La seule chose qu'il avait gardée du Mexique, c'était bien sûr sa langue natale, mais aussi des souvenirs qui venaient le hanter de temps en temps le soir. L'accent lui disait quelque chose, mais il n'arrivait pas à retrouver le nom du pays associé. Il avait appris à faire les salutations dans un tas de langue quand il faisait des tournées. Et aussi le par cœur à apprendre pour le côté jeu, mais bon, c'était en phonétique aussi.

Le jeune adulte avait souri en direction de la demoiselle, apprenant que cette dernière étudiait les langues. Une blague salace lui était tout de suite venue en tête, mais il avait préféré ne rien dire. Il ne savait pas comme elle allait réagir et il ne voulait pas qu'elle prenne cela comme une attaque. Kenny s'était apprêter à lui divulguer ses domaines d'études, mais il n'avait pas pu parce que la dénommé Havane l'avait serré dans ses bras. Légèrement surpris, Kenny s'était vite repris pour serrer lui aussi la jeune femme. Il s'était ensuite reculé.

<<- J'étudie les mathématiques en majeur et la biologie en mineur.>>

Le jeune adulte avait jeté un regard vers le lit de droite puis celui de gauche. Il avait rangé ses lunettes de soleils dans une de ses poches, puis avait montré sa main gauche en faisant un geste un chouia efféminé. L'on pouvait clairement voir les trois chauve-souris en plein vol sur le dos de sa main et une tête de mort sur son majeur.

<<- Je suis gaucher donc le lit de gauche me va amplement !>>

Kenny avait guidé sa valise jusqu'au lit qui lui était donc assigné. Il l'avait allongé par terre, puis avait tourné la tête vers le bureau où des photos de familles étaient présentes.

<<- Tu as des frères ? J'en ai qu'un, il fait du mannequinat parce qu'il est pas doué en tant qu'acteur. Tout en muscle, rien dans le cerveau.>>

La dernière phrase était dite de façon amusée, loin d'être méchant.

EXORDIUM.
Havane C. Rizzo
ADMIN ∎ Faith & Kind
avatar
Inscrit le : 16/03/2018
Messages : 78
Avatar : Rose Bertram
Crédits : Roses noires
Mes rps : Matteo - Thomas - Kenny - Rachel



Bloc notes :

Afficher


Re: Hey darling, let's be together (Havane & Kenny), le Mar 17 Avr - 20:19


Hey darling, let's be together  

J’étais ravie d’avoir un colocataire et non une femme pour partager le studio. Je me suis toujours mieux entendue avec les garçons, les femmes sont des créatures jalouses et fourbes. Mon père me disait toujours qu’il fallait se méfier d’elles, parce qu’elles étaient capable du pire. Il n’avait pas tort ! Le nombre de fois où j’ai fait semblant de pleurer pour que mes frères se fassent engeuller à ma place était chose courante. Je suis la plus sage mais pas la plus bête et avec six garçons à la maison, même s’ils roulaient les mécaniques pour me protéger lorsque nous étions de sortie, je devais avoir du caractère et m’imposer. J’suis peut-être blonde mais plutôt maligne.

Je serre cet inconnu dans mes bras, c’est chez nous maintenant et je voulais vraiment qu’on établisse une relation presque fraternelle. Sans doute qu’il ne s’attendait pas à une telle démonstration d’affection mais, je ne sais pas me défaire de mes habitudes facilement. Enfin, je le laisse respirer et il me répond qu’il étudie les mathématiques. Je ne peux m’empêcher de faire la grimace, les mathématiques et moi, on n’a jamais été copains.  

« Ah ! » lâchais-je « Nous soummes trrès différrents alors ! J’ai option sporrrtive ! » Je ne pus m’empêcher de rire face à son attitude. Je n’avais jamais eu d’ami gay à cause des idées très étroites de ma famille mais j’en avais toujours voulu un. On racontait qu’ils étaient de précieux conseils et de très bons confidents. Si je pouvais avoir un pilier dans cette nouvelle vie et en plus que ça soit quelqu’un de confiance, je serais rassurée. « Perfetto ! » Au moins, on ne se disputera pas pour le lit, c’est une bonne chose.

Pendant qu’il s’installe, je continue d’agencer les photos sur mon bureau. Les cadres n’ont pas subi les risques du voyage. J’éclate de rire à cette information. Moi aussi mes frères ne sont pas très intelligents. « J’avoirr Sixe frrrerres. » Je lui montre une photographie où mes frères, mes parents et moi posons comme une équipe de football, certains sont accroupis devant et d’autres debout derrière. « C’est Rrrico, Giusseppe, Pino, Antonio, Michelangelo et Salvatorrre. Là c’est la mama, Giussepina et papà Marchello. » Je pourrais aisément lui raconter ma vie, mais je préférais éviter de parler du passé de gangster de ma famille et des affaires louches de mes frères, je ne voudrais pas donner une mauvaise image. « Ils trrravaillent dans le bâtiment. Ils sont pas malins. » Je lui lance un clin d’œil et lui tend la photo « Ils pourraient faire mannequinat aussi, tu penses ? » Je souris. La moitié de me frères avaient le visage tellement balafré qu’ils auraient pu avoir survécu é un ourgan. Antonio, le plus jeune était celui qui s’en sortait le mieux avec son jumeau Michelangelo.

Je replonge dans ma valise et sors le drapeau italien. A l’aide de punaises, je l’accroche au-dessus de mon lit, fière de mes origines. « Tou veux, avec moa, aller à soirée d’accueil ? Ché mieux d’aller en duo, non ? » Je comptais y faire un saut, histoire de rencontrer des gens mais étant plutôt réservée et timide en groupe, avoir Kenny avec moi m’aiderais à faire ma place.


EXORDIUM.
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Hey darling, let's be together (Havane & Kenny), le

Hey darling, let's be together (Havane & Kenny)

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Université :: Résidence :: Etage n°2-