Partagez| .

Vaughn - Un peu de tourisme


Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Vaughn - Un peu de tourisme, le Mar 27 Mar - 22:47

Vaughn & Jay
Depuis qu'il était à Austin, Jay n'avait pas eut réellement de temps libre. Il avait bossé tous les jours, même les dimanches. Autant dire qu'il était épuisé moralement parlant. La veille, il avait pris la décision de laisser ses collaborateurs gérer les rendez-vous qu'il avait ce jour afin de rester tranquille. Pourtant, lorsqu'il se leva après une grâce matinée bien méritée, le grand blond changea d'avis et décida d'aller visiter la ville. Jouer le touriste ne lui ferait pas de mal et le temps était doux. Il fallait donc en profiter. Vêtue sobrement et simplement, le changeant ainsi de son habituel costume cravate, il attrapa les clés de sa moto et se rendit au magasin le plus proche afin d'y acheter un guide touristique. Je sais ce que vous vous dire, il aurait pu faire ses recherches par internet, mais le jeune homme trouvait cela plus sympathique d'avoir un bouquin. L'odeur du papier n'avait pas de prix selon lui. Enfin, quoiqu'il en soit, une fois son bouquin en poche, le blondinet quitta le parking du magasin pour se trouver un petit coin où il pourrait feuilleter son guide et choisir sa prochaine destination. Il croisa rapidement le chemin d'un café où il s'installa en terrasse. Tout en sirotant un expresso, il établit son parcours et prit la direction du premier lieu qu'il voulait voir.

Jay n'avait pas envie de se prendre la tête ou de s'enfermer. Il avait donc porter son choix sur une activité en pleine tranquille durant laquelle il pourrait se laisser aller au calme et à la sérénité. Son choix, c'était donc porter sur l' « Umlauf Sculpture Garden & Museum ». Cela semblait tout à fait correspondre à ses attentes et surtout ses besoins. Et même s'il n'était pas un grand connaisseur, le grand blond aimait bien l'art et découvrir de nouveaux artistes. Après avoir payé son entrée, il glissa ses écouteurs dans ses oreilles afin d'avoir un léger arrière fond sonore durant sa visite et entreprit sa balade dans ce musée qui alliait nature et œuvre d'art. Après une petite demi-heure d'errance au gré de son bon vouloir, le jeune homme décida de se reposer un peu. Il trouva un banc à l'ombre d'un arbre où il s'installa. Une petite cascade se faisait entendre à proximité. Le jeune homme ferma les yeux et prit une grande inspiration, profitant du calme. Il se sentait bien et voulait profiter pleinement de cette journée.

Après quelques instants à être resté les yeux fermés, Jay fini par sortir son guide touristique de sa poche et se mit à le feuilleter histoire de définir divers endroits, bâtiments ou musées qu'il désirait découvrir durant son séjour à Austin.
© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Mer 28 Mar - 17:17



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
Je sais qu’ça en aurait fait rire plus d’un, mais j’étais passionnée d’art. A San Francisco, déjà, j'avais fait pas mal d'sorties entre copines dans des musées. Après ça, on allait boire des cafés et on s'engueulait sur notre oeuvre préférée. Les meilleurs moments de ma vie. Quand j’étais arrivée à Austin, les larmes sur les joues, j’étais descendue du train et là, par terre, y avait cette carte. « Umlauf Sculpture Garden & Museum ». Un flyer coloré. Je l’avais ramassé, et je m’étais promise de faire un tour là-bas un jour, quand je n’aurais rien d’autre à faire. J’avais placé cet endroit dans un coin de ma tête, en avait fait un symbole : lorsque enfin, j’aurais réussi à Austin, alors j’irais là-bas et je profiterais du fait de faire enfin partie de cette ville. Aujourd’hui, j’attendais un enfant, et pour plus d’une femme, ça aurait été une réussite… Même si j’avais du mal avec cette grossesse, je ne pouvais m’empêcher de me réjouir. J’avais voulu un enfant avec Arnaud, avant qu’il ne se passe ce qu’il s’était passé chez moi, et nous n’avions jamais réussi… Savoir qu’un simple coup du destin (ou de Jayden, vous m’direz) avait pu bouleverser ma vie aussi brusquement m’avait fait prendre conscience de pas mal de choses.

C’était ça, le raisonnement qui m’avait conduite à venir me promener entre les sculptures de ce parc verdoyant. J’avais une belle robe blanche, un collant noir, des talons noirs. Une tenue simple, mon sac au bras. Le soleil brillait, c’était une belle journée de mars, les rayons venaient m’caresser les joues et je me baladais sans trop faire attention au temps qui passait. Soudain, je sentis une force me pousser, me faisant chuter. Par réflexe, je portais la main à mon ventre, et me relevant, je faisais quelques pas, me rapprochant ainsi d’une cascade. « Merde. » Mon talon droit s’était cassé. J’avais donc une posture déséquilibrée, ma hanche me faisait mal, et j’avais en plus déchiré le collant que je portais, sur le côté, du genou jusqu’au haut des cuisses. Fermant les yeux, je tentais de positiver, et lâchant mon sac au sol, j’élevais les bras pour absorber encore plus le soleil. Cette journée commençait mal...
code by bat'phanie
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Jeu 29 Mar - 20:33

Vaughn & Jay


Jay était plongé dans son guide touristique. Il avait déjà corné plusieurs pages, les lieux à découvrir ayant attiré son attention ou attisé sa curiosité. Il n'en était qu'à la moitié lorsqu'une furieuse envie de café le saisie. Le jeune homme n'avait pas franchement d'addiction, a part la caféine. Il en pouvait en boire des litres sans ressentir la moindre nervosité. À croire qu'il était insensible à la caféine. Son seul soucis était de trouver un breuvage de qualité. Il se doutait bien que la buvette de ce musée un peu hors norme ne devait pas proposer d'arabica de très haute qualité. Mais il était près à s'en contenter. Le grand blond referma donc son livre et le remit dans la poche intérieure de sa veste en cuire avant de quitter son banc. Il fit quelques pas avant de se rendre compte qu'une jeune femme avait l'air en difficulté près de la cascade. Concentré sur ce qu'il lisait, il n'avait pas vu ce qu'il s'était passé et n'avait rien entendu à cause du léger flot de musique que son MP3 diffusait dans ses oreilles. Pourtant, un détail lui fit penser qu'il s'était passé quelque chose. Fronçant les sourcils, il ne pouvait s'empêcher de scruter la jeune femme qui levait les bras au ciel. Il tiqua soudain. L'inconnue était « bancale », c'était assez étrange, ou plutôt cocasse, voir même drôle, la position que cela pouvait donner.

En parfait gentleman qu'il était, Jay ne laissa pas paraître le fait qu'il était amusé par le visuel que donnait la jeune femme. D'ailleurs, s'il avait su qu'elle, c'était cassé la figure et qu'elle était enceinte de surcroît, il se serait inquiété plutôt qu'amuser. En arrivant à sa hauteur, il esquissa un sourire et demanda à la jeune femme :

« Bonjour. Est ce que tout va bien ? »

Le grand blond, qui était un grand altruiste, n'avait pas pour habitude de passé son chemin quand il avait l'impression que quelqu'un avait un problème. Il pouvait souvent donner l'impression de se mêler de ce qui ne le regardait pas et se faisait régulièrement envoyer sur les roses. Mais cela ne l'arrêtait pas pour autant. Surtout que depuis qu'il était à Austin, l'homme d'affaires était redevenu un « anonyme ». Personne ici ne connaissait son nom ou son visage, en dehors des hommes d'affaires avec qui il traitait bien entendu. Cela lui donnait une toute nouvelle vision de la vie et il se rendait compte qu'il s'était énormément renfermé sur lui-même au fil du temps. Naturellement, il passait toujours autant de temps à bosser et sa vie sentimentale était toujours aussi désertique. Mais sa vie sociale prenait doucement un tournant. C'était là une première étape. Chaque chose en son temps comme on dit. Il était encore loin d'aller faire la fête avec les autres et préférait toujours passer ses soirées de libre en compagnie d'un bon verre de scotch et d'un vieux film. En revanche, il ne cherchait plus de prétextes pour se défiler lorsqu'une occasion se présentait.

© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Sam 7 Avr - 14:00



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
J’ouvrais les yeux en entendant cette voix inconnue. Un mec, la trentaine facile, plutôt classe, carrément pas mal, un menton super bien dessiné, et une tenue simple mais en même temps pas trop, montrant qu’il avait pas l’habitude de s’habiller avec des vêtements du dimanche. Le genre de type à être en costard en permanence, et à vouloir jouer les mecs normaux le week-end. Manque de chance, j’étais une analyste en or, et j’avais vite percé son secret. J’étais toujours aussi peu droite, statue amputée d’une jambe, une épaule plus haute que l’autre, et surtout le collant déchiré, laissant apercevoir sur une bonne trentaine de centimètres ma cuisse droite. TANT PIS. C’était mon mot d’ordre en c’moment. Il faisait beau, je n’aurais qu’à casser l’autre talon, et à déchirer l’autre jambe, ça m’donnerait un certain style.

« Bonjour. Est ce que tout va bien ? » Une politesse aigüe, une voix grave, apaisante. C’était gentil d’sa part d’être venu. « Bonjour. Je suis enceinte. » Dire ça comme une présentation. Le mec s’en foutait clairement, mais moi ça m’donnait l’impression que ça impressionnait les gens. « Enfin, j’veux dire… Oui, j’ai cassé un de mes talons, et en plus de ça, j’ai déchiré mon collant. C’est pas un truc qui va vous affoler, mais dans la peau d’une femme aux hormones en feu, j’vous assure que c’est le cataclysme. » Un sourire navré, navrante. J’parle trop, il doit pas comprendre la moitié des mots que j’prononce, mais j’trouve ça cool de dévoiler tous mes soucis d’un coup à un individu. Surtout que l’individu en question est pas mal du tout, et qu’il pourrait sans doute m’aider à aller un peu mieux -pas dans le sens sexuel, saligaud ! j’voulais dire que ce mec pourrait à coup sûr m’aider à trouver un autre collant et à trouver aussi une solution pour mes foutus talons.

« J’me doute que vous comprenez pas le quart de c’que j’dis, mais j’vous promets que ça me détend de dire tous mes soucis à un type qui en a sans doute rien à faire. Il fait drôlement chaud, vous n’trouvez pas ? Et les statues de ce musée sont super. Clairement, j’devrais pas me plaindre, mais marcher en boîtant parce que j’ai réussi à casser un talon comme une idiote, comprenez-moi… Ça m’embête d’être stylée sur la moitié de mon corps et carrément ridicule sur l’autre moitié. Vous voyez le genre ? Oh, j’recommence à parler beaucoup trop. Dites-moi si j’vous embête. » J’sais pas si c’est la chaleur ou autre chose, mais j’sens que le rouge m’ait monté aux joues.
code by bat'phanie
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Mar 10 Avr - 18:48

Vaughn & Jay


Quand Jay s'était approché de la jeune femme pour lui demander si tout allait bien, il ne s'attendait pas à une telle franchise de sa part. Surprit par le fait qu'elle lui balance qu'elle était enceinte de but en blanc, il ouvrit la bouche et la referma sans rien dire. C'était peut-être un moyen de défense contre les dragueurs lourdingues. Peu importait le pourquoi du comment, la vérité était qu'il se sentait totalement déboussolé par cette situation. L'inconnue ne semblait pas perturbée plus que cela et continuait à parler avec un débit impressionnant. Le grand blond avait du mal à la suivre et à la comprendre. Il n'avait pas l'habitude de côtoyer des femmes enceintes et il se demandait si elles étaient toutes comme cela.

Jay restait planté là, bêtement, à écouter le flot de paroles quasi-continu de la jeune femme. Lorsque enfin elle s'arrêta en lui demandant si elle l'embêtait, il attendit quelques secondes avant de répondre histoire d'être sûr qu'elle ne reprendrait pas sa diatribe. Avec un sourire qui se voulait bienfaisant et rassurant, il finit par déclarer :

« Non, vous ne m'embêtez pas. Même si je ne suis pas sûr de pouvoir vous aidez. Cependant, je sais que cela fait parfois du bien de vider son sac à un parfait inconnu. C'est thérapeutique. »

Jay offrit son bras à la jeune femme pour lui servir de béquille et qu'elle puisse trouver une sorte d'équilibre malgré son talon cassé. Décidément, depuis son arrivée à Austin, les chaussures étaient la raison à ses rencontres.

« Laissez-moi vous offrir quelque chose à boire à la cafétéria du musée. »

Dit-il en remarquant que la jeune femme commençait à avoir les joues rouges. Était-ce la chaleur ou la gêne, il n'en savait rien. Mais en parfait gentleman qu'il était, il ne pouvait pas prendre de risque en vue de l'état de son interlocutrice. Un peu d'ombre et de fraîcheur ne lui ferait sans doute pas mal.

« Je devrais certainement trouver un moyen de vous aider à poursuivre votre visite du musée sans avoir à boitiller à cause de votre chaussure. »

En réalité le grand blond savait à qui il allait demander un coup de main. Heureusement pour lui, il avait une femme en or pour assistante qui était toujours prête à gérer n'importe quelle situation. Alors un talon cassé et un collant déchiré devait certainement être un jeu d'enfant pour elle.

© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Mar 10 Avr - 19:43



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
J’avais bien vu qu’ma franchise l’avait déconcerté. Il avait du prendre ça pour une bombe anti-agression, genre je jetais mon gamin en plein dans sa face juste pour être sûre qu’il puisse pas m’agresser, pourtant ça avait rien à voir. C’était simplement un moyen d’me rassurer moi-même, de m’dire ouais okay la journée a mal commencé, mais t’as ce bourgeon de bonheur dans ton ventre rond, alors tu peux pas t’plaindre. J’l’avais doublement surpris en prenant la parole, parce qu’il s’attendait pas à couler sous les paroles d’une parfaite inconnue… Et pourtant. En parfait gentleman, il écouta tout c’que j’avais à dire, et ne se défit pas de son sourire -à moitié charmeur à moitié soucieux. Il y eut un blanc de quelques secondes. Puis sa voix. Quand il avait fini, j’tentais de lui faire un sourire sincère, mais j’y arrivais pas, alors ça devait ressembler à une vilaine grimace. « Merci beaucoup alors, d’avoir été mon psy pendant près d’une demie-heure d’mots inutiles... » Un faible rire, j’me désespérais toute seule.

Il me tendit son bras, et le rouge sur mes joues s’amplifia -ça faisait sacrément longtemps qu’j’avais pas donné le bras à un inconnu mâle en pleine journée. Arnaud avait dû être le dernier à effleurer ma peau en pleine rue. Je frissonnais. « Merci, encore une fois, j’accepte avec plaisir… De toute façon, je n’peux plus marcher toute seule. Vous allez être un réel pilier. » J’avais bien besoin de m’asseoir devant un café, et si en plus j’étais accompagnée, c’était l’pied. Je n’connaissais pas du tout la cafétéria de ce musée, alors c’était un plaisir d’la découvrir en charmante compagnie. Bordel, les hormones jouaient beaucoup trop sur ma façon d’voir les choses, chaque homme autour d’moi devenait une proie potentielle.

Je soupirais, à la fois touchée par cette générosité, mais agacée par les circonstances -la chaussure qui se casse, tout ça. « A moins que vous n’soyez... » Toujours ce tic d’écourter mes mots, et il devenait encore plus voyant si j’étais en situation de gène, alors là… « … un cordonnier capable de créer des chaussures par la pensée, je n’vois pas trop la façon dont vous pourriez m’aider… M’donner votre bras pour marcher et m’accompagner prendre un bon café, c’est déjà pas mal à mes yeux. Personne d’autre que vous n’est v’nu vers moi en m’voyant chuter, pourtant vous n’étiez pas le seul... »
code by bat'phanie
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Mer 11 Avr - 18:57

Vaughn & Jay


Jay n'était pas le genre de personne à fuir à la moindre difficulté. Il n'en serait pas là où il en est professionnellement parlant si c'était le cas. En tant qu'avocat pénal, il en avait eut des affaires difficiles, voir perdu d'avance, où son objectif n'était pas l’acquittement, mais la diminution des charges et de la peine. Faire éviter la peine de mort ou la perpétuité à ses clients avait été parfois de vrais défis. Maintenant qu'il était Président de son entreprise, la difficulté était autre, mais les obstacles étaient bien présent. À commencer par les membres du conseil d'administration qui ne lui facilitaient franchement pas la tâche. Alors une inconnue qui parle sans discontinuer et à une vitesse folle pendant un certain temps, c'était franchement facile. Le grand blond lui esquissa un simple sourire lorsqu'elle le remercia. Il offrit ensuite son bras à la jeune femme pour l'aider à se tenir debout malgré son talon cassé. Encore une fois, elle le remercia. Autant de reconnaissance allait finir par le faire rougir. Prenant doucement le chemin de la cafétéria qu'il avait repéré à quelques centaines de mètres de là, il continuait d'écouter son interlocutrice sans se défaire de son sourire.

« Les gens ne s'intéressent plus à ce qui se passe autour d'eux. Chacun vit dans sa bulle sans s'occuper de son voisin. Je trouve cela tellement triste. Et mes principes m'interdisent de ne pas venir en aide à toute personne dans le besoin. Surtout, s'il s'agit d'une charmante jeune femme. Et encore plus si celle-ci a une vie qui grandit en elle. »

Bien qu'il n'avait pas cette information lorsqu'il s'était approché d'elle, Jay jugeait que cela était une raison supplémentaire pour prendre soin de son interlocutrice. Et un peu de douceur dans ce monde de brute ne faisait de mal à personne.

« Et sachez que je n'ai pas de baguette magique pour réparer votre talon, mais j'ai une super assistante qui est capable de miracle. »

Expliqua-t-il en arriva à leur destination. Le grand blond trouva une table rapidement et tira une chaise en invitant la jeune femme à s'asseoir avant de s'installer lui-même. Il sortie son téléphone de sa poche intérieure et appuya sur une touche pour appeler Kateline.

« Vous allez voir, elle va encore réaliser des merveilles. »

Dit il en faisant un clin d'œil à son interlocutrice alors que la sonnerie retentissait. Au bout de deux tonalités, le combiné décrocha. En quelques mots, Jay expliqua la situation à son assistante de façon concise. Après trois minutes de conversation, il raccrocha et porta son attention sur la jeune femme qui lui faisait face.

« Je manque à toutes les règles de politesse. Je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Jay. »

Dit il en tendant la main à celle qui était encore une inconnue.
© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Mar 24 Avr - 14:09



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
Cette rencontre imprévue avait illuminé ma journée ; Jay était un beau mec, et en plus de ça c’était un vrai gentleman. J’aurais même pu parler de gendre idéal, si seulement j’avais eu une mère à qui le présenter… Enfin bon. Nous avions commencé à marcher un peu, passant devant quelques sculptures pour lesquelles je marquais un petit temps d’arrêt, ne les ayant pas encore admiré. Le style de ce parc était définitivement le mien. J’adorais tout ce que j’avais vu à cette exposition ; si il n’y avait pas eu ce souci de talon collants, j’aurais sans peine pu qualifier cette visite de meilleure sortie de l’année. Il faudrait que je revienne ici, plus tard, avec ma petite fille. J’me taisais, sachant parfaitement que pour l’instant, tout ce que j’avais dit avait mené à une incompréhension totale de mon interlocuteur. Au moins, le silence m’offrait la possibilité de ne pas avoir ce débit de parole qui m’était propre. Cependant, lui amorça une discussion qui m’intéressait, alors sans plus réfléchir, j’pris la parole. Au diable la vitesse de mes mots. « J’suis d’accord avec vous. Avant, quand on parle aux grands-parents -si tant est qu’vous ayez des grands-parents normaux avec qui parler-, on apprend que tout l’monde parlait à tout le monde, qu’obtenir un service était cent fois plus facile qu’aujourd’hui. Sans vouloir faire ma vieille jeune, j’dois dire qu’Internet a actionné tout un processus qui a fait merdé la société -vous m’pardonnerez l’expression. Et voilà où on en est… A trouver le seul mec sur Terre qui accompagne une demoiselle en détresse prendre un café. » Un sourire. J’avais parlé distinctement, c’était surprenant -le soleil devait m’apaiser de fou.

On arrivait au café en question quand il interrompit la conversation pour m’parler de son assistante. Je faillis lui dire que parfois, une femme intelligente valait mieux qu’la majorité des baguettes magiques, mais j’avais peur de paraître ingrate. On avait quand même parcouru une centaine de mètres l’un et l’autre, c’était pas rien ! « Si elle fait autant de miracles que vous me l’dites, alors on peut sans complexe l’appeler Marraine Bonne Fée ! » Une blague, maladroite, à mon image. Il me tendit une main, faisant fi de ce soudain souci d’humour. Je tendais à mon tour la mienne, et la poignée fut chaleureuse. « Enchantée, Jay. Je m’appelle Vaughn. »
code by bat'phanie
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Mar 1 Mai - 17:33

Vaughn & Jay


Ce fut dans le silence que Jay parcourrait les allées du parc en compagnie de la future maman. Cette absence de conversation ne le dérangeait pas, car cela n'avait rien de pesant. Ils profitaient simplement de la sérénité du lieu. Le grand blond suivait le rythme de la jeune femme, s'arrêtant quand elle le désirait pour observer des sculptures. La conversation reprit finalement entre les deux jeunes gens. Même s'il n'était pas un grand bavard de nature, l'homme d'affaires appréciait de découvrir de nouvelles personnes. Du coup, il continuait à deviser avec son interlocutrice tout en se rendant à la buvette de ce musée extérieur. Jay ne put retenir un sourire lorsque la jeune femme jugea qu'il était le seul mec sur Terre à venir en aide à une demoiselle en détresse. Bon peut être que son espèce se faisait rare, mais il espérait qu'à travers le monde, il existait encore des hommes comme lui, sinon il ne donnait pas cher de l'espèce humaine.

Les deux jeunes gens arrivèrent à destination. Une fois que la jeune femme fut assise, Jay lui parla de Kateline et des merveilles qu'elle pouvait faire. Il eut un léger rire quand elle la qualifia de Marraine Bonne Fée. Elle n'avait pas totalement tord. Cela faisait un peu plus de deux ans qu'elle travaillait avec lui et déjà il ne comptait plus le nombre de fois où elle l'avait sorti d'un mauvais pas, sauver la mise ou encore prévu l’imprévisible. Cependant, il ne préféra pas continuer sur le sujet, car il pouvait faire l'éloge de son assistante pendant des heures. Oui, Kateline était un sujet intarissable. Il se contenta donc de lui donner un coup de téléphone. Après une courte conversation, il raccrocha et jugea qu'il était temps de savoir à qui il s'adressait. Surtout, qu'il était parti pour passer un peu de temps en la compagnie de cette demoiselle.

« C'est un plaisir de vous connaître Vaughn. Dites-moi donc ce qui vous ferait plaisir ? »

Répondit-il une fois les présentations faites. Étant un accroc à la caféine, il savait parfaitement qu'il allait consommer un café noir. Mais comme on devait se rendre au comptoir pour passer la commande, et qu'il ne lisait pas encore dans les pensées de son interlocutrice, il devait bien lui demander ce qu'elle souhaitait. Lorsqu'elle lui fit par de son choix, le grand blond alla chercher leurs consommations. N'ayant pas foule, il revient rapidement et posa ce que Vaughn avait choisi devant elle avant de s'installer tranquillement à son tour.

« Et bien, qu'est ce qui occupe une jeune femme comme vous dans la vie ? »

Demanda-t-il de but en blanc, histoire de faire un peu la conversation.
© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Ven 13 Juil - 16:16



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
Son rire quand j’parlais de la Marraine Bonne Fée de ces contes m’arracha un sourire. Si l’adjectif rayonnant devait qualifier quelqu’un, alors ce mec en était l’incarnation pure et dure : il avait su apporter un peu de joie à ma journée, et sa façon de rire m’inspirait, sans trop qu’je sache pourquoi, la chaleur du soleil. Il téléphona donc à son assistante, et je ne fus pas gênée le moins du monde d’écouter sa conversation, et, en découlant, sa façon d’lui parler -j’adorais analyser les gens, et ce Jay était quelqu’un de profondément sympathique, il suffisait de voir comment il s’adressait à cette Kateline ou encore comment le fait d’aider une inconnue lui avait semblé naturel. Lorsqu’il raccrocha, me demandant ce que je voulais, je fus saisie durant quelques instants d’un doute. Il était encore tôt, alors je laissais mon coeur vagabonder vers la boisson caféinée que j’avais aimé depuis que j’étais toute petite. « Ce s’ra un cappucino pour moi, s’il vous plaît, Jay. » Je n’savais pas trop si c’était pour la moustache blanche que ça m’dessinait, ou plutôt pour le goût chocolaté, mais j’avais toujours surkiffé cette boisson-là. Un cappucino, du soleil, d’la charmante compagnie, c’était les clefs d’une bonne journée.

« Merci. » Je sirotais quelques secondes durant ma tasse, sans un bruit, et ça m’dérangeait pas du tout. Parfois, les mots étaient de trop, et le silence était bon. Quand il troubla ce mutisme pour me poser quelques questions, un sourire se dessina sur mes lèvres -ça m’faisait très plaisir aussi qu’il veuille faire connaissance. « Je suis étudiante. Plus précisément, j’étudie le chant, avec options psycho et sport. J’adore chanter, depuis qu’je suis enfant -ma tante venait parfois me garder l’soir, et nous chantions toutes les deux. C’était plutôt sympa. Le sport, j’vais devoir bientôt arrêter, ou du moins ralentir la cadence -vous comprenez, le bébé, tout ça… Et la psycho… J’adore analyser les gens. » Un sourire éclatant. « Vous n’avez pas de bague, donc vous n’êtes pas marié. Vous êtes un homme prévenant, qui a réussi dans la vie car il a voulu de toute son âme réussir. Vous êtes à la tête d’une société, j’parie, ou alors vous avez un poste haut placé dans une société qui aide les gens… Enfin j’vous vois bien comme ça : à travailler dans l’social, ou dans les affaires peut-être. » Un clin d’oeil. « J’ai rien suivi à la psycho cette année, mais je sais lire dans les gens. »
code by bat'phanie


Spoiler:
 
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Sam 21 Juil - 23:44

Vaughn & Jay


Il était rare les moments de calme pour Jay. En effet, depuis qu'il était entré dans la vie active, il n'avait pas cessé de courir ou presque. Durant toutes ces années en tant qu'avocat, il ne cessait de passer des tribunaux, aux commissariats et autres établissements pénitenciers quand il ne se noyait pas dans les dossiers. Ces deux dernières années, il avait repris la tête de l'entreprise que son père lui avait léger à sa mort quand il était enfant. Mais n'allez pas croire qu'il se la coulait douce pour autant. En effet, l'homme d'affaires qu'il était devenu avait un emploi du temps encore plus chargé que lorsqu'il était avocat. Du coup, la sérénité qu'il affichait face à la jeune femme était quelque chose de rare, un moment précieux qu'il se devait de profiter au maximum. La compagnie Vaughn n'étant pas désagréable, il n'avait aucun doute sur ce point. Il fallait sérieusement qu'il pense à se prendre plus de temps pour lui, surtout maintenant qu'il avait quitté New-York. Changement de décor, changement de style de vie. C'était le moment ou jamais.

Après avoir apporté la commande à leur table Jay s'installa en face de la jeune femme et sirota doucement son café, profitant de ce petit moment de paix. Bien que l'art de faire la conversation n'était pas son point fort, il se sentait d'humeur badine et engagea la conversation en interrogeant son interlocutrice sur un sujet qu'il espérait ne pas être trop indiscret. C'était avec un intérêt non feint qu'il écouta la réponse de la future maman. Cette dernière tenta une analyse du grand blond dans la foulée, ce qui le fit sourire. Bien que le résultat ne fut pas totalement faut, elle n'était pas totalement dans le vrai. Quand elle aborda le fait qu'il n'avait pas d'alliance, il ne put s'empêcher de jeter un œil à son annulaire. Depuis le temps, la marque de sa bague avait fini par disparaître... C'est avec une certaine douceur qui ne lui était pas inhabituelle quand il se sentait à l'aise avec son interlocuteur qu'il lui répondit :

« Je suis divorcé pour être plus exacte. Je ne sais pas si je voulais réussir de toute mon âme, mais j'ai toujours fait de mon mieux pour atteindre mes objectifs. Je suis en effet à la tête d'une grosse entreprise dans le domaine de la haute technologie depuis deux ans maintenant. Depuis ce jour, je tente de faire en sorte que ce que nous créons puisse aider la population. Avant cela, j'étais avocat. À partir du moment où j'ai pu choisir mes propres affaires, je n'ai jamais refusé d'aider un client même si ce dernier ne pouvait pas régler les honoraires. Donc, oui, on peut dire que dans un sens, j'ai toujours aidé les gens. »

Jay s'interrompit un instant, surprit de se livrer autant à quelqu'un qu'il connaissait à peine finalement. Lui qui n'aimait pas parler de lui, voilà qu'il faisait un petit résumé de sa vie sans s'en rendre compte. Il poussa un léger soupir avant d'ajouter :

« Bien que je sois né dans une famille fortunée, j'ai perdu mes parents très jeune. J'ai donc réalisé que le malheur pouvait frapper n'importe qui n'importe quand très tôt. J'imagine que mon désir de venir en aide aux autres vient de là. »

Le regard du grand blond s'assombrit quelques secondes, mais il se reprit rapidement afin de ne pas se laisser allé à la mélancolie qui le gagnait à chaque fois qu'il évoquait ses parents. Celui qui a dit que le temps guérissait toutes les blessures s'était planté en beauté. Rapidement, il se reprit et esquissa un sourire à la demoiselle.

« En tout cas, vous avez un sacré talent pour faire parler les gens. Je ne suis pas du genre à m'épancher sur ma vie en général. À part à un ou deux amis très proches. Vous avez de l'avenir dans la psychologie. »

Il porta une nouvelle son café à ses lèvres avant de changer de sujet.

« Alors comme ca, vous aimez le sport. Quel est votre favori ? »

Même s'il ne pratiquait pas, l'homme d'affaires était un passionné de sport.

© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Dim 22 Juil - 0:01



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
J’avais plusieurs valeurs qui étaient chères à mes yeux. Il y avait toujours eu la politesse, même si, longtemps, cette dernière avait fait concurrence à mon désir d’être cash, d’être sans filtre, de transgresser les normes sociales pour, plus facilement, me rapprocher des gens. Il y avait également toujours eu cette notion floue de respect, celui que je vouais et celui que j’pensais mériter. Le respect, j’en avais pas reçu assez d’ma foutue famille, alors j’me disais souvent que c’était ça qu’je cherchais dans la vie. Certains cherchaient l’argent, d’autre le grand amour, moi j’voulais juste qu’on m’voit à mon juste niveau, qu’on sache qui j’étais vraiment et, peut-être par orgueil, qu’on m’admire, qu’on veuille m’imiter -quand bien même c’était impossible. Enfin, j’avais toujours voué une adoration totale à la confiance ; j’avais confiance en moi, aujourd’hui plus que jamais, j’avais quitté cette image de l’adolescente qui, le soir, pleurait dans ses draps sales par la faute d’une famille qui la rabaissait ; j’avais confiance en autrui, n’hésitant pas à aborder le premier inconnu s’il venait à m’inspirer une pensée, aussi commune puisse-t-elle sembler ; finalement, je vénérais le sentiment qu’je ressentais quand quelqu’un m’faisait confiance à moi. Me dévoiler à Jay n’avait pas été un souci ; c’était un chouette type, ses propos n’faisaient que le confirmer. En revanche, je n’m’étais pas du tout préparée à ce qu’il m’en dise autant sur sa vie, comme ça, d’un coup, et, une fois ses phrases finies, j’ressentais une fierté certaine. « Vous allez rire, sans aucun doute, ou peut-être flipper grave et vous barrer, mais j’ai toujours rêvé du divorce de mes parents. Ils étaient trop heureux ensemble, trop fusionnels, et ils m’ont toujours exclue. » Ça m’faisait bizarre d’évoquer ça ; c’était un chapitre de ma vie que je n’dévoilais presque jamais, soucieuse que ça puisse laisser transparaître une part de moi un peu plus sensible. « J’ai vécu, si j’ose le dire, toute seule, pendant longtemps. Enfant, je jouais seule ou avec le fils de la voisine. Adolescente, j’ai tout découvert seule... » Une pointe d’humour, j’pouvais pas m’en empêcher. « … ou avec le fils de la voisine. » Un clin d’oeil, et un petit rire. Un coup de pied des bébés, aussi. « En fait, j’pense pas que quelqu’un m’ait déjà pris sous son aile. Même pour eux... » J’caressais mon ventre. « … j’suis toute seule. Le père m’a lâché. J’espère qu’la bouille de ces anges changera un peu sa façon d’voir les choses. J’pourrais pas les élever toute seule, j’aurais trop de mal. Et j’aurais peur qu’ils me détestent. » Je finissais mon cappucino, une moustache sur les lèvres. En quelques minutes, ce mec en savait plus sur moi que n’importe qui d’autre dans cette ville, excepté peut-être Elijah. Je laissais planer un silence, parce que j’pensais en avoir dit pas mal, et que j’me doutais qu’il lui faudrait un peu de temps pour digérer cette biographie que j’avais fait en live. Le soleil s’était calmé, ses rayons s’faisaient plus doux, et j’avais quelques fourmis dans les jambes. Les bébés étaient agités, j’sentais qu’ils n’arrêtaient pas d’bouger, et j’murmurais quelques mots, pour tenter d’les apaiser. En vain ; ils d’vaient faire un vrai match de foot pour qu’ça bouge autant là-dedans.

J'élude la question sur le sport, pas par manque d'intérêt, mais parce que ça fait longtemps que je n'ai pas pu en pratiquer. Un blanc, de nouveau. Malgré tout, ma curiosité prit le dessus, et ma voix fluette coupa brusquement le silence que j’avais laissé s’installer. « Vous faites quoi, exactement, dans cette entreprise ? J’veux dire… J’ai comme envie d’vous poser un test, là, d’un coup. » Les mains sur la table dansaient, accompagnant mes mots, comme quand j’étais trop stressée ; c’était bizarre, j’étais pourtant en pleine plénitude ; peut-être était-ce simplement une façon particulière de parler qui m’était propre, peut-être encore était-ce un tic qui ferait rire mon interlocuteur. « Pour quelqu’un dans ma situation : enceinte, seule, et sans le sou. Qu’est-ce que f’rait votre entreprise pour alléger un peu sa vie ? » J’le fixais, curieuse de savoir ce qu’il pourrait répondre à ça ; c’était une véritable colle.
code by bat'phanie
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Dim 22 Juil - 16:12

Vaughn & Jay


Jay s'était ouvert bien plus que d'ordinaire à cette jeune femme. Sans réellement savoir pourquoi. Lui qui s'était toujours méfié à cause de son statut de riche célibataire, et encore plus depuis qu'il était devenu PDG de « Pierce Industries », avait naturellement fait confiance à son interlocutrice. Alors les confidences étaient venues spontanément. Son instinct ne le trompait guère sur la nature des gens et Vaughn lui donnait la sensation qu'elle n'était pas du genre à aller vendre des informations personnelles à son sujet à la première feuille de chou venu. Il ne ressentait pas cette crainte de voir s'étaler sa vie privée à la une d'un journal à scandale quelconque. Depuis son arrivée à Austin quelques semaines auparavant, il ne cessait d'avoir cette impression de respirer à nouveau. De pouvoir vivre sa vie comme il l'entendait tout simplement. Finalement, cette implantation avait du bon à tous les niveaux. Et en vu des propos que tenait son interlocutrice, le climat de confiance qu'il ressentait devait être présent également pour elle. Pourtant, cela ne l'empêcha pas de hausser un sourcil. C'était étrange qu'une enfant veuille voir ses parents divorcer. En général, c'était plutôt l'inverse. Bien que ses souvenirs devenaient de plus en plus flou, le grand blond aurait payer cher pour voir ses parents ensembles plus souvent. Son père était tout le temps absent et sa mère passait le sien à s'occuper de la fondation Pierce ou à divers rendez-vous pour son bien-être. Lui, il avait été élevé par une gouvernante anglaise peu démonstrative. Pourtant, il ne s'était jamais senti malheureux pour autant, car quand ses géniteurs étaient là, ils lui prodiguaient tout l'amour dont il avait besoin. Ces moments rares étaient intenses pour lui. Vaughn continuait de s’épancher, parlant de sa solitude et de sa crainte face à l'arrivée de ses enfants. Une certaine tendresse pour son interlocutrice venait naître dans le cœur du grand blond. Il avait beau être un homme d'affaires, il n'en avait pas moins un cœur tendre.

Alors qu'un nouveau silence s'installait entre les jeunes gens, Jay réfléchissait. Il avait sincèrement envie de venir en aide à cette jeune femme qui avait l'air pleine de courage. Il fut sorti de sa rêverie par la voix de la jeune femme qui lui demanda son rôle dans son entreprise et voulait lui faire passer un petit test. Quelle drôle d'idée. Plongeant son regard dans celui de la future maman, il l'invitait silencieusement à continuer. La question le fit hausser un sourcil et il répondit en haussant les épaules.

« Mon entreprise en elle-même, pas grand chose malheureusement. Actuellement, nous travaillons plutôt sur un moyen de résoudre le problème de la faim dans le monde. Pour votre problème financier, je peux toujours vous aider à trouver un travail en fonction de vos compétences dans mon entreprise. Ou si vous préféré continuer vos études, j'ai la possibilité de vous faire bénéficier d'une bourse complète. Ensuite, nous soutenons énormément d'associations. Il me semble que l'une d'entre elle vient en aide aux mères célibataire. Il ne sera pas difficile de vous mettre en relation avec elle. »

Un léger sourire vient flotter sur ses lèvres. Il avait sincèrement envie de faire plus pour cette jeune femme. Il n'avait pas envie de la voir disparaître lorsqu'elle aurait réparé son talon. Actuellement, nous travaillons plutôt sur un moyen de résoudre le problème de la faim dans le monde.

« A titre plus personnel, je peux vous offrir le soutien dont vous aurez besoin et être tout simplement là quand vous aurez besoin d'une oreille attentive. »

Le grand blond posa délicatement sa main sur celle de la jeune femme avant d'ajouter :

« Et je suis sûr que vous ferez une excellente maman. »

Il relâcha délicatement la main qu'il tenait dans la sienne et alla farfouiller dans sa poche intérieure d'où il tira une petite carte sur laquelle on pouvait lire « Jay Pierce, « Pierce Industries », PDG » et ses différents numéros de téléphone. Il sortit également un stylo et retourna le petit morceau de papier carton. Il fronça les sourcils en y voyant déjà inscrit de manière manuscrite les mots « peau de fleur ». Qu'est-ce qu'il avait voulu dire ? Cela ne devait pas avoir une grande importance. Il nota en dessous son numéro de portable personnel et tendit la carte de visite à la jeune femme en concluant.

« Et si jamais vous en doutez, appelez moi. Ou pour quoique se soit d'autres d'ailleurs. Je ne l'explique pas vraiment, mais j'ai l'impression que ce n'est pas un hasard si j'ai croisé votre chemin aujourd'hui. Et j'aimerais sincèrement continuer à vous aider en faisant plus que d'appeler mon assistante à la rescousse pour vous trouver de quoi réparer votre talon. »

On pourrait croire que le grand blond espérait quelque chose en retour, mais cela n'était franchement pas le cas. Dans cette histoire, son seul bénéfice serait de voir cette jeune femme heureuse, sereine et épanouie.
© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Dim 22 Juil - 16:36



UN PEU DE TOURISME
and i will leave a light on.
J’avais l’sentiment que les mots sortaient tout seuls quand je parlais avec Jay ; c’était rare que j’détaille autant ma vie, évoquant même les chapitres les plus sombres, ceux que, d’ordinaire, j’cachais. Mais c’était comme un marché muet : il m’avait parlé d’sa vie, m’racontant des secrets, alors même que c’était notre première rencontre ; je devais en faire de même, c’était une question d’honneur. Et en dehors même d’une obligation, ou d’un quelconque échange de bons procédés, c’était agréable de lui parler, et ça m’faisait plaisir de lui confier quelques anecdotes. J’le sentais un peu pensif, un peu turlupiné par le test que j’venais d’lui annoncer, alors, quand ses lèvres s’écartèrent pour laisser passer une réponse, j’le fixais, attentive. J’hochais la tête au fil de ses phrases, impressionnée par son désir de bien faire : si un ange gardien veillait sur Austin, alors il avait sans doute pris posssession du corps de ce mec friqué et adorable qui me faisait face. Il n’avait pas, comme plusieurs autres personnes de sa classe sociale, cet air coincé, ce désir de montrer qu’on est supérieurs ; Jay était plus sain, plus doux, plus affectueux, et de ce fait, il avait gagné instantanément mon amitié. Quand il en vint à évoquer une aide personnelle qu’il pourrait m’apporter, je laissais m’échapper un immense sourire, un de ceux qui prenaient la moitié d’mon visage, et, toujours les iris plongés dans les siens, j’enchaînais. « J’suppose que si j’avais une idée d’une réponse idéale, alors elle s’apparentait beaucoup à celle que vous venez de me formuler. Votre entreprise a l’air formidable, et vos employés ont beaucoup de chance d’avoir un papa-patron comme vous. Vous êtes quelqu’un de foncièrement bien, je me répète, mais c’est vrai. » Un sourire. « J’serais ravie de vous revoir très vite, Jay. J’ai l’sentiment que nous allons être de vrais amis. Et je me trompe très rarement. » A l’écoute d’son compliment, à sa main sur la mienne, il renforçait cette image de quelqu’un de dévoué, de compatissant, qui aimait les gens. Il n’y avait aucun doute ; j’avais croisé, dans ce musée extérieur, la route d’une des personnes les plus sympathiques du monde. Il n’y avait aucune ambiguïté entre nous, je n’avais aucun désir, et j’éclipsais bien vite toute possibilité de romantisme ; Jay était un ami, et ce lien indéfectible qui s’était noué en si peu de temps entre nous ne laissait aucune place à de la passion. Si j’avais eu un frère, j’aurais presque pu supposer qu’il aurait adopté le même comportement que le businessman vis-à-vis de moi. Quand il me tendit sa carte, je fus émerveillée de l’une des expressions griffonnées dessus. Peau de fleur. Une légère faute d’inattention peut-être, mais qui m’laissa béate, et surprise, et ce pendant plusieurs secondes. C’était poétique, fluet, et une très jolie image. Je lui fis un sourire. « Je n’hésiterais pas à vous appeler. Vous auriez l’heure ? » Question rhétorique, impolie malgré tout ; j’regardais mon téléphone. Merde. J’avais rendez-vous à l’hôpital pour un contrôle banal des jumeaux. J’devais à tout prix être à l’heure. « J’suis vraiment désolée… Je vais devoir y aller. Un test pour les bébés. » Je me levais, pris mon sac à main, et, contournant la table, prit Jay dans mes bras. « Merci pour tout. J’espère vous revoir vraiment très vite. J'vous dois un café, après tout ! »
code by bat'phanie
Jay Pierce
Nothing a dry martini can't cure
avatar
Inscrit le : 18/03/2018
Messages : 218
Avatar : Justin Hartley
Crédits : Blondie
Date de naissance : 29/01/1982
Mes rps :
Disponibilité RPG: fermé
Contacter moi par MP si vous souhaitez être prévenu quand je suis dispo pour RP ^^

Maxence #1Maxence #2LucasAbi #2SamHeather



Bloc notes :

Heureux parrain d'Even


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Andromeda
• ÂGE : 35 ans
• BLOC NOTE :


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le Lun 23 Juil - 17:47

Vaughn & Jay


Les confidences étaient allées bons trains d'un côté comme de l'autre, montrant ainsi que quelque chose se passait entre les deux jeunes gens. Rien de sentimentale attention. Mais clairement un feeling comme rarement Jay en avait ressenti existait entre ces deux-là. Il avait la sensation de revivre sa rencontre avec celui qui était encore aujourd'hui son meilleur ami. Enfin, dans une certaine mesure, car beaucoup de choses avaient changé depuis cette époque. C'était quelque chose qui ne pouvait pas s'expliquer. Une rencontre, quelques mots échangés et paf ! Vous voilà connecté. N’étant pas devin, le grand blond ignorait totalement ce que cela donnerait sur le long terme. Après tout, ce ne serait pas la première fois qu'il rencontre quelqu'un avec qui toute cette passe bien qui finalement disparaissait de sa vie.

Sa réponse avait l'air de satisfaire la demoiselle qui décréta que ses employés avaient de la chance de l'avoir. Il ignorait si ces derniers pensaient cela de lui, mais une chose était sur Jay avait une gestion plus sociale de sa boite que son père ou même celui qu'il remplace aujourd'hui. Se faire du fric sur le dos de ses petits employés n'était franchement pas son style. Mais il ne devait pas oublier qu'il devait aussi répondre aux exigences des actionnaires. Il avait beau être le détenteur de cinquante-cinq pourcents de celles-ci, il fallait aussi faire en sorte que les autres soient satisfait. Et pour l'instant, les choses se passaient plutôt bien. Sa politique de gestion, bien que fortement controversé au début, avait su gagner le cœur de ceux qui se trouvaient tout en bas de l'organigramme et aussi les motivés. La lutte avait été rude durant les différents conseils d'administration et ses compétences avaient été remises en cause. Mais il n'avait rien lâcher et après deux ans de combats, les premiers résultats positifs se faisaient ressentir. L'expression papa-patron le fit rire légèrement.

Quoiqu'il en soit Vaughn avait l'air d'accord avec lui quant au fait qu'il s'était passé quelque chose et le grand blond fut ravi de l'entendre dire qu'elle n'hésiterait pas à l'appeler. Mais avant qu'il n'est eut le temps de réagir, la jeune femme c'était levée, lui avait donner l'accolade. Elle devait filer car elle avait un rendez-vous en rapport avec sa grossesse. Il lui esquissa un sourire.

« En attendant, soyez prudente et prenez soin de vous. »

Jay se leva à son tour et regarda la jeune femme s'éloigner avant de jeter lui-même un œil à sa montre. Et bien, le temps avait filé bien plus vite qu'il n'y paraissait. Il n'avait pas franchement le temps de finir sa visite du musée. Cela serait pour une autre fois. C'est donc d'un pas tranquille que l'homme d'affaires quitta les lieux afin de reprendre sa vie, mettant ainsi un terme à sa petite parenthèse de tranquillité qu'il s'était offerte et qui lui avait permis de faire une bien belle rencontre.

© 2981 12289 0




Jay Pierce
Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal,
c'est le courage de continuer qui compte
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Vaughn - Un peu de tourisme, le

Vaughn - Un peu de tourisme

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-