Partagez| .

Vaudoue Style | Cæsar Burgess


Invité
Invité
avatar
Afficher


Vaudoue Style | Cæsar Burgess, le Lun 12 Fév - 10:10


 
Vaudou style
IL N'Y A QUE LES FOUS POUR CROIRE A LA MAGIE ; IL N'Y A QUE LES CONS POUR NE PAS Y CROIRE
« Aaaam Straam Graam… » chuchotais-je, désignant d’un doigt lascif les étudiants dans la cafétéria. J’avais fini mon repas depuis un moment, j’observais les élèves aller et venir, discuter ensemble ou être isolé dans un coin. « Pic et pic… » Je me cherchais une occupation. Une victime. Je me cherchais du même coup, ce que je pourrais bien faire à cette victime. La faire tomber amoureuse ? Propager une rumeur humiliante ? Lui prendre sa première fois ? Lui faire croire qu’il/elle a une MST ? J’observais les petites têtes, voir lesquelles m’inspireraient.
Et c’est là que je le vis.
« Toiiiiiiiiiiiiiiii… » lâchais-je avec un fin sourire, le doigt tendu dans sa direction. Il ne m’avait pas vu, cependant les personnes autour de moi devaient se demander si je n’avais pas pété une durite – ce qui était potentiellement le cas. Bref.
Il s’était assis pour manger son repas. Une idée me vint presque instantanément, et je me levais pour jeter mon plateau. En passant à côté de lui, je m’arrête. Je me penche au dessus de lui, oublions donc la discrétion, et, sans un mot, je lui tire une petite mèche de cheveux pour en arracher quelques uns.
« M’ouais, ça f’ra l’affaire. » Sans plus de façon, je lui tournais le dos et m’en allais.
Mon plan était en marche.
Il me fallut trois jours pour finir les préparatifs. Cela avait demandé quelques recherches dans des livres, des achats d’accessoire et de vêtements spécifiques. Oui, j’étais parfaitement capable de dépenser mon argent pour une farce de bas étage – mais ! Une farce qui avait de l’allure. Après ces trois jours, j’espérais que ma victime avait oublié son arrachage de cheveux, néanmoins, prenant mes précautions, c’est à une tierce personne que je demandais de lui faire passer un petit mot…


« Rendez-vous ce soir à minuit à la bibliothèque.
XOXO Ton admirateur secret »

A cette heure-là, la bibliothèque fermait. Cependant, suite à une manipulation habile de ma part et la crédulité du stagiaire, je réussis à choper un double des clés de la bibliothèque pour pouvoir y pénétrer. Je vins quelques minutes en avance pour les préparatifs. Je dessinais à la craie blanche un large pentagramme sur le sol. Je sortis des bougies que je disposais à chaque branche, un bol, quelques herbes, des allumettes, et la poupée. La touche finale : je m’enveloppais dans une large cape rouge sombre, et j’éteignais les lumières.
Assise à genou au centre du pentagramme, je faisais dos à la porte menant à l’extérieur de la bibliothèque – par cette même porte où ma victime devrait faire son arrivée. Patiente, la poupée vaudou où était greffée les cheveux du garçon, et dans l’autre quelques herbes que je jetterai dans le bol où quelques braises s’échauffaient. Je devais me faire violence pour ne pas rire avant même que la blague ne commence. Il fallait que je sois d’une extrême neutralité de faciès. Je devais être sérieuse. Il fallait que cela fasse vrai. Je pris alors de profondes inspirations pour me calmer, quand enfin, j’entendis la porte s’ouvrir doucement.
Alors, levant mes deux mains vers le ciel, je me mis à psalmodier.
« Papa Legba, Houngé-vé kanzo houmfort loa ! » Je jetais les herbes dans le bol, créant une légère explosion de mini-flammes, presque comme si les herbes s’étaient enflammées par la magie. Alors que c’était du au fait qu’il y avait déjà des braises dans le bol – mais bref. Petit élément non prévu au programme mais qui faisait son petit effet : grâce à l’ouverture et la fermeture de la porte de la bibliothèque, un courant d’air se propagea au même moment que je jetais les herbes, éteignant par le même coup les bougies autour du pentagramme.

Prenant une bougie que je rallumais, je me levais doucement pour me tourner vers le jeune homme. Déjà, première chose très importante : c’était effectivement bien ma victime qui était entrée dans la bibliothèque. J’aurais eu l’air fine si cela n’avait pas été le cas, mais bon, je me serais dépatouillée d’une manière ou d’une autre. C’est donc avec un large sourire aux lèvres que je brandis la poupée vaudou sous ses yeux.
« Haha ! Piégé ! Ta vie m’appartient désormais ! »
 
code by bat'phanie
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Vaudoue Style | Cæsar Burgess, le Mer 28 Fév - 1:08

vaudoue style
« slow down it's a science he's been waiting to bring you down, snake eyed with a sly smile »


Rendez-vous ce soir à minuit à la bibliothèque. XOXO Ton admirateur secret. Cæsar a l'tournis tout à coup. Mais il s'accroche pas à sa chaise comme un abruti, il laisse passer et ça s'en va tout seul. C'est parce qu'il a oublié de manger ce midi. Il regarde d'un œil sceptique le bout d'papier, fronce les sourcils, plisse les yeux, fourre le bout de papier dans sa trousse et sort de la classe en balançant maladroitement son sac sur son épaule. Il fonce droit dans l'épaule d'un autre mec et s'excuse en marmonnant. Il regarde jamais où il va, il a la tête aux prises avec ce foutu morceau de papier. Conneries. Il ira voir quand même.

En attendant, faut faire de quoi pour pas s'ennuyer. Il va s'enfermer dans sa chambre avec un livre, il parle à personne, il tourne les pages sans comprendre quoi qu'ce soit, il s'en fiche. À vingt-deux heures, il fait une sieste, à vingt-et-une heure, il se lève, il range son livre. Il file dans la cuisine bouffer quelques céréales. Y'a absolument rien à faire, il a comme un peu oublié l'heure à laquelle il fallait sortir. Il retourne dans sa chambre, fouille dans son sac, défroisse le bout de papier. Minuit. C'est bientôt, minuit. C'est dans une vingtaine de minutes. C'est tout proche et c'est que des conneries. Cæsar le sait. Mais au cas où, il va y aller. Pour pas faire attendre si vraiment on veut lui offrir des fleurs. C'est une moindre politesse calée entre ses deux oreilles.

Il fait tout sombre dans les couloirs, ça lui donne la trouille, juste un peu. Il aime pas ça s'promener tout seul dans l'silence. Il entend que sa tête faire des bruits, des gargouillements dans ses oreilles. Cæsar se perd, c'est pas par là, me semble. C'est de l'autre côté. Il fait demi tour, énervé.

La porte de la bibliothèque est pas fermée à clé. Il l'ouvre, il toque pas, il a pas besoin, il croit. Et c'est un spectacle morbide qui l'attend. Le genre de truc qu'on voit dans les films seulement. Le genre de truc qu'on invente pour faire flipper les gosses. Le genre de truc qu'on vend dans les supermarchés à la période d'Halloween. Cæsar hésite entre repartir de l'autre bord ou simplement rester là. Il reste là. « Pardon ? » Il écarquille les yeux. Il s'attendait à une blague un peu moins élaborée. « C'est- euh... c'est bien fait ton truc, là... » Il s'demande si faudrait pas mieux s'écarter, histoire de pouvoir s'échapper s'il s'agissait véritablement d'un démon des enfers. On est jamais trop sûr.

code by black arrow

Vaudoue Style | Cæsar Burgess

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-