Partagez| .

... BRUUUH. [ft. Milan]


Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


... BRUUUH. [ft. Milan], le Lun 22 Jan 2018 - 0:43

 
... BRUUUH.

13h. Arrivée en salle des professeurs. Comme à mon habitude, je prends un café et m'en vais ouvrir mon casier pour voir ce qui m'attend durant les heures de pauses auxquelles j'ai le droit, bien qu'en ce moment je ne suis plus sûr de rien entre Leevi et nos catastrophes et la belle rencontre que j'avais faite avec Milan, l'Italien pour lequel mon cœur a succombé en un rien de temps, chose qui m'étonne toujours autant. D'ailleurs, je ne l'ai pas recroisé depuis dans ce grand bâtiment et malgré l'après-midi que nous avons passé tous les deux, je n'ai même pas pensé à prendre ses coordonnées. Quel boulet que je fais! Je lui fais tout un speech pour lui dire que je suis prêt à m'engager avec lui, bien que je veuille qu'on prenne notre temps mais d'un autre côté je ne fais rien pour le faire se sentir désirer. Bien. Je fouille mon casier ouvert entre temps et aperçois un bout de papier qui n'a rien à faire là. "Retrouve moi à l'infirmerie à 14h15." signé Milan. Quand on parle du loup. Il veut que je quitte mon cours en plein milieu pour aller le retrouver? Bien. Je pars en classe, et m'échappe précipitamment, récupérant mes affaires comme je peux, tout en disant aux élèves que la leçon du jour est terminée, je file donc à l'infirmerie, ni vu, ni connu. J'aperçois donc le rital à l'intérieur. Je m'avance près de lui, un peu dubitatif quant à ce lieu de rencontre. Un baiser affectueux sur l'épaule, ce dernier étant plus grand que moi, je m'échappe sur le lit pour m'y assoir. "Pourquoi ce lieu insolite? Même dans les toilettes, j'aurais trouvé ça plus normal mais ici? Ca ne va pas? Tu es malade? Oh me dis pas que tu as une MST ou le AIDS, d'autant plus que ce n'est pas ici que tu vas te faire dépister." lui dis-je avant de faire une pause. Je laisse balancer mes jambes dans le vide en attendant tout en remontant mes lunettes le long de mon nez. "Ne m'en veux pas si je ne t'ai pas recontacté depuis mais je n'avais aucun moyen pour. Je vais rarement sur les réseaux sociaux et les numéros du personnel ne sont pas affichés en libre service sur les murs en salle des profs. J'aurais pu prendre des risques et fouiller dans les dossiers du Doyen cependant... Mais bien que tu mérites que je me prenne une balle pour toi, je savais bien qu'un moment donné on allait se voir ici donc j'ai aussi un peu laisser le temps au temps faut dire..." ajoutais-je en me passant une main dans les cheveux, la laissant tomber avant de tendre l'autre pour que Milan me la prenne et que je puisse le faire venir jusqu'à moi.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Sam 27 Jan 2018 - 22:30

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight

 
Tu avais mené ton cours avec brio aujourd’hui ; comme d’habitude, aurais-tu pensé, tu doutais même de l’avoir déjà foiré depuis que tu enseignais à Austin. Mais tu te disais que cette fois, tu avais préparé un cours comme jamais auparavant : passionné par le sujet comme ça n’avait pas été depuis longtemps, tes mots étaient sortis seuls, et tu avais vraiment l’impression, en sortant de l’amphithéâtre, que tu avais appris quelque chose qu’ils retiendraient à tes élèves. Ce sentiment t’avait fait chaud au cœur, mais ce n’était clairement pas comparable à ce que tu avais éprouvé en ouvrant ton casier. C’était un simple mot, mais ça pardonnait entièrement ce manque de nouvelles de Louis que tu avais pu déploré -tu avais réussi à te persuader que tout ça n’était que du vent et tu tentais de l’oublier, il avait promis de te rappeler sans jamais le faire et ça t’avait beaucoup déçu. Retrouve-moi à l’infirmerie à 14h10. C’était signé Louis. Ce n’était là que quelques mots, mais ils suffirent à te réconforter et à rendre ta journée encore plus agréable ; la simple perspective de revoir ton « ami » te rendait réellement heureux, et tu avais compté les minutes avant l’heure fatidique. Quand enfin tu arrivais sur les lieux prévus, avec bien entendu cinq minutes de retard, comme toujours chez toi, mais pourtant bien le premier, tu attendais, les yeux sur le sol ; s’il te foutait un lapin celui-là, il allait t’entendre.

C’est un baiser tendre sur l’épaule qui te fit sursauter et te retourner vers ton français préféré. « Salut toi. » Ta voix était étrangement rauque, mais elle caressait les murs avec une langueur qui montrait à quel point tu étais content de retrouver Louis. Il prit la parole, alignant comme d’habitude beaucoup de mots dans beaucoup de phrases, mais tu ne décrochais pas, l’écoutant avec attention. Ta stupeur fut immédiate. « Comment ça, pourquoi ce lieu insolite ? C’est à toi qu’il faudrait poser la question… C’est toi, après tout, qui m’a amené ici. Attends, ne me dis pas que... » Tu sortais le mot, que tu avais gardé dans la poche près de ton cœur de ta veste blanche à petits flamants jaunes, et, le dépliant, lui tendais. « Tu vois ? Mince, tu as Alzheimer c’est ça ? Tu veux qu’on en parle ? » Tu le rejoignais sur le lit, t’asseyant à ses côtés, lui prenant la main. « Tu te souviens de qui je suis, au moins ? Parce que tu ne m’as donné aucune nouvelle… »




--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Lun 29 Jan 2018 - 17:02

 
... BRUUUH.

Je reste perplexe. Il essaie de me faire marcher là. J'hausse les sourcils en le dévisageant. Il me prend vraiment pour un abruti fini. Je regarde donc le mot qu'il me tend. Ha oui. Au moins sur ça, je ne peux rien nier mais ce n'est malheureusement pas mon écriture. J'affiche donc un petit sourire. Qui diable serait donc capable de nous faire ça? Une personne qui nous aurait vu quand j'ai déjeuné avec de dernier. Je le laisse parlant, ne voulant pas casser son délire pour le moment. Je pose mon regard sur sa main tenant la mienne et fronce les sourcils. "Je... Oui, je me rappelle de toi et je me suis déjà excusé de n'avoir rien dit durant ces quelques jours mais peut-être que je voulais inconsciemment te revoir comme par hasard, quelque chose qui n'est pas prévu comme un miracle du ciel qui veut nous faire une offrande pour égayer notre journée." lui répondis-je avant de m'approcher timidement vers lui et de poser mes lèvres sur les siennes. Je lâche cependant sa main et fouille dans ma poche. Je tripote doucement le bout de papier pris avant d'inspirer et d'expirer fortement. "Non vraiment. Je pensais que c'était toi qui avait pris l'initiative de me voir." lui dis-je en lui tendant le papier sans même le regarder, mes yeux fixant le sol. Je sais bien que je me fous de ce que peuvent penser les gens mais faire espérer deux hommes qui ne se sont même pas contactés pour se revoir, je trouve ça culotté, voire cruel. "Tu en as parlé à quelqu'un? Car je sais que de mon côté je n'en ai parlé à personne." lui dis-je. Est-ce qu'avec cette affirmation il pensera que j'ai honte de lui et que je veux le cacher? Ce n'est vraiment pas le cas pourtant. "Je ne crois pas avoir eu d'aventures désastreuses avant de te connaître et qui pourrait se venger en essayer tant bien que mal de justement... Nous faire du mal. Ou alors les personnes que j'ai pu blesser ne sont pas à Austin, ni même aux Etats-Unis donc... Tu as un amant ou ancien amant jaloux dans ton entourage?" lui demandais-je, une expression d'inquiétude sur mon visage.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Sam 24 Fév 2018 - 19:23

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight

 
Le voir ainsi s’inquiéter, partir dans des suppositions aberrantes, ça te provoqua un sourire qui grimpa le long de ta joue droite. Ce mec là valait de l’or, tu l’adorais déjà. Ses excuses t’avaient fait rougir, tu avais presque eu honte, pensant même que c’est toi qui les avait provoquées, et tu murmurais un faible pardon, inaudible, une sorte de confession pour toi-même. T’aimais pas le voir mal, t’adorais le voir sourire, s’enchanter de petits détails, et le simple fait qu’il puisse envisager de t’aimer te faisait voleter toute une colonie de papillons dans le ventre. Aussi cette terreur qui s’était dessinée sur son visage ne te faisait absolument pas plaisir ; tu voulais la calmer. Une fois qu’il t’eut demandé si tu avais parlé de lui à quelqu’un, tu pris la parole, et enchaînais les mots en un seul souffle, afin de ne pas te perdre. « Je n’en ai parlé à personne. Absolument, personne. Je l’ai même pas écrit sur mon journal de bord, celui qui est sous ma table de nuit, alors tu penses... » Un sourire délicieux. Toi tu prenais ça bien, une jolie coïncidence, sans doute une mauvaise blague, mais au moins avait-elle permis que vous puissiez vous retrouver. Ta main vint se poser sur sa cuisse, tandis que l’autre jouait avec ses cheveux.

Le lit était confortable, tu comprenais mieux que tes élèves viennent passer la plupart de leur temps ici. Son horreur reprit la forme de dizaines de phrases lancées par-ci, par-là, et tu le calmais en posant tes lèvres sur les siennes dans un baiser sulfureux qui manqua vous faire tomber sur le dos. « Calme-toi, Lou. Il n’y a personne qui ne me veuille du mal autre que mi familia, et l’Italie est loin. On a de l’argent, mais papà ne l’aurait pas gâché pour venir me voir. Non, vraiment personne ne me veut du mal. » Tu croisais les bras derrière ta tête, et regrettais immédiatement de les avoir retiré de sa peau douce. Tu te laissais tomber en arrière, froissant encore un peu plus le drap blanc cassé. « Et puis, évidemment que personne ne veut t’embêter ! T’es encore plus mignon qu’un bébé phoque, alors imagine... »




--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Lun 26 Fév 2018 - 16:05

 
... BRUUUH.

Comment voulez-vous résister à un tel homme? Apparemment il a le don de savoir me calmer, chose plutôt positive, moi qui part rapidement en vrille. Je le laisse parler, oui une mauvaise blague il faut croire, de mauvais goût mais en même temps, pas tant que ça, me permettant ainsi de le revoir. "Ta famille?" lui demandais-je à un moment donné. C'est vrai qu'il ne m'a jamais réellement parlé des conflits qui pouvait y avoir. Je reste silencieux quelques instants, n'ayant pas vraiment le choix vu que ses lèvres se collent sur les miennes, et je souris. Je souris de voir que même si nous nous sommes pas recontacté depuis quelques jours ou semaines, rien n'a changé entre nous. Et je dis ça comme si nous avions vécu énormément de chose alors que ce n'est pas du tout le cas, juste toujours cet attachement soudain et une partie de jambes en l'air. Je me recule doucement de lui. "Tu sais..." commençais-je en ayant pris la voix grave de Joe Dassin par automatisme. "Je n'ai pas arrêté une seule seconde de penser à toi. J'ai même fait des choses que je n'ai jamais faite auparavant pour te déclarer mon amour. Je suis allé sur le toit de l'université où une étudiante m'a fait chanter au sens figuré comme au sens propre car elle voulait que j'approfondisse ma déclaration alors que j'étais en train de flipper ma vie car je me suis retrouvé enfermé dehors, à plusieurs mètres du sol et j'ai le vertige. Je suis prêt à tout pour toi là vraiment." lui avouais-je avant de prendre une pause dans ce flot de paroles. Si ça ne tenait qu'à moi, là, c'est le moment où je devrais le demander au mariage mais la seule alliance que je pourrais lui passer au doigt est un rouleau de scotch. Ce n'est malheureusement pas très romantique. Et précipité. Mais ça c'est le romantisme non? Faire les choses dans le feu de l'action sans jamais le regretter après. "Je veux qu'on se voit plus souvent..." lui dis-je en me retenant de dire "Quitte à vivre tous les deux ensembles". Je ne peux pas. J'ai une colocataire et je ne sais pas ce qu'elle ferait si je lui disais que son bail est annulé car je vais emménager avec l'homme qui me fait perdre la tête. "Tu... t'imagines comment toi plus tard, à l'avenir?" lui demandais-je en espérant qu'il comprenne que je veuille parler d'emménagement, de mariage et de tout ce que ferait un couple en temps normal.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Lun 26 Fév 2018 - 17:44

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight

 
Et y avait toujours eu ces questions, ces interrogations des gens sur ton passé, sur ton présent, sur ton avenir même. Irrémédiablement revenait cette énigme ; d’où venais-tu, qui étaient tes géniteurs, qui constituait ta fratrie ? Tu détestais en parler, de fait, tu détestais même accorder à ces gens une seule pensée. Seul ton big brother échappait à cette haine incommensurable, car il t’avait pris sous son aile, logé sous ses plumes, et t’avait reconstruit peu à peu, alors que tu n’étais plus qu’un amas de bois dispersé ; il avait fait de toi un château, fort, majestueux, impétueux, quelque chose qu’on regarde, qu’on envie, qui inspire une telle assurance que l’on se sent presque trop petit à côté. Quelque fois, tu relâchais la sentinelle -là, c’était Louis, alors bien sûr, tes archers déposeraient leurs flèches au sol. « Hm... C’est à dire que... » Tu ne savais même pas par où commencer, c’était trop confus, trop loin, et pourtant ça continuait de laisser cette empreinte sur ta peau. « J’ai, comme tout le monde, deux parents. Deux italiens pur souche, qui se sont rencontrés et sont tombés immédiatement fous l’un de l’autre. Ils ont eu trois enfants, et je suis le petit dernier. J’ai reçu une éducation assez… sèche. A vrai dire... » Les mots se nouaient dans ta gorge, lacets douloureux qui te lacéraient. « Ma mère ne m’a même tout simplement jamais dit qu’elle m’aimait. Et j’ai connu une période intense de joie durant mon adolescence, jusqu’au jour où… Ma sœur a gâché tout ça, tu comprends ? J’ai dû partir car j’étais condamné à rester cloîtré chez moi sinon. Mon frère m’a accueilli, et il m’a aidé à prendre un nouveau départ. » C’était tout ce que tu voulais dévoiler pour le moment ; il saurait la suite bien assez tôt.

Sa déclaration sut te toucher en plein cœur ; si c’était son but, alors il avait excellé puisqu’il avait réussi à placer des constellations entière dans ton regard. « [color=#9c0901]Moi aussi je veux te voir plus souvent. Tu m’as manqué, Louis. » Un faible rire ; quelques jours, quelques semaines, quelques grains de sable dans le sablier de ta vie, et toi tu avais eu l’impression que jamais il ne reviendrait, que jamais plus tu n’entendrais cette voix envoûtante. C’était Orphée, et toi t’étais bien loin dans les Enfers. « Honnêtement ? Je me dis que la vie m’aura porté là où elle voudra. J’aime me dire que j’aurais ma propre maison, achetée par moi et le fruit de mon travail. Je veux aussi croire que quelqu’un sera dans mes draps chaque matin, et j’ose espérer que ce sera la même personne. » Un sourire. « Et toi ? »




--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mar 27 Fév 2018 - 21:52

 
... BRUUUH.

J'écoute attentivement sa vague explication. Peut-être qu'un jour j'en saurais plus qui sait? Si mon plan d'avenir tient avec ce dernier, nous aurons toute notre vie pour dénouer ces noeuds qui peuvent être des plaies. J'hoche simplement la tête, lui faisant comprendre que je n'insisterais pas à ce sujet même si cela tise ma curiosité. "Tu me présenterais à ta famille si le temps nous le permet?" lui demandais-je. Et c'est la seule phrase en rapport avec sa famille qu'il entendra pour la journée. Un sourire s'affiche sur mes lèvres lorsqu'il m'avoue à son tour que je lui ai manqué. Même si tout s'est fait rapidement, je n'ai pas peur de dire haut et fort que j'aime cet homme. Nous n'avons jamais rien dit au coup de foudre dans les films, pourquoi le ferions-nous dans la vraie vie? Sa perception de l'avenir est cependant la même que la mienne, la même qu'une majorité de gens. Suis-je vraiment une partie de son futur comme j'ose l'espérer? "J'imagine la même chose à vrai dire, en rajoutant par la même occasion un mariage et une famille fondée, même si ces enfants ne seront peut-être pas de mon sang, je les traiterais tout comme." lui répondis-je dans le blanc des yeux. Peut-être comprendra-t-il où je veux en venir. Ce n'est pas un imbécile et c'est aussi pour ça qu'il m'attire autant. Il faut bien que ma moitié relève le niveau lorsqu'on s'attache à un attardé comme moi. Je laisse échapper un soupir et continue à faire bouger mes jambes dans le vide. J'ai l'impression d'être au primaire, ou alors au collège, dans un endroit à l'abris des regards où je peux être avec la personne sur qui je crush. "Ca va te paraitre niais hein, je ne te le cache pas mais..." commençais-je à dire, sentant le rouge aux joues. "...Mais je crois que je suis amoureux de toi. Enfin. Je dis je crois comme si je n'étais pas réellement sûr de mes sentiments alors que si. J'en suis conscient. Tout est allé trop vite mais je suis prêt à suivre ce rythme. Quitte à ce que je me prenne une baffe pour non-réciprocité. Je suis amoureux de toi. C'est un fait." lui avouais-je donc. Peut-être s'enfuira-t-il comme les amies de Ted à chaque fois qu'il s'emballe et qu'il se prend une droite derrière la tête par Marshall ou encore Barney lorsqu'il leur raconte ses mésaventures.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mar 27 Fév 2018 - 22:07

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight

 
Toi t’as toujours adoré qu’on t’écoute avant tant d’attention, les pupilles dans les pupilles, concentré uniquement sur tes paroles, aussi sottes puissent-elles être parfois. Et puis t’adore Louis. Y a pas mal de chose que tu pourrais sacrifier pour lui, maintenant que tu y penses ; t’as déjà sacrifié une partie de ta liberté en lui disant « Je t’aime », mais tu sais que tu pourrais faire bien plus si tu t’y mettais. Déjà, t’aimerais sceller tes lèvres aux siennes pour toujours, peine capitale on ne peut plus gourmande à tes yeux. Alors, pour commencer, tu lui rends cette attention qu’il te porte, et tu écoutes ce qu’il dit, plus encore, tu t’en délecte. « Je… Oui, je te présenterais mon frère. Je suis sûr que vous vous entendrez bien. » C’est le seul segment que tu oses mentionner, parce qu’il te protège, parce qu’il compte à tes yeux bien plus que les autres ; il est la plage, ils ne sont que les coquillages, emportés par les vagues bien loin de toi, mais jamais assez cependant. Tu es content, au fond de toi, que vous partagiez cette vision sur votre futur ; tu ne lui diras pas tout de suite, mais tu t’imagines bien le voir, lui, froisser vos draps chaque nuit pour finalement être éveillé par un mince rayon de soleil chaque matin. Tu t’imagines bien faire ta vie avec lui, fonctionner comme un seul, rire des mêmes choses, partager des passions, vous coucher ensemble devant un film durant lequel tu ne manqueras pas de t’endormir, fatigué de tant d’amour. Car ça creuse, l’amour, ça fatigue, ça tire sur tous tes muscles, ça te demande un effort constant ; il s’agirait de ne pas se perdre soi-même pour le simple plaisir de voir l’autre sourire. Toi, ça, tu l’as connu, tu t’es déjà laissé influencé, oublié, juste pour voir les cils de ton prof battre. Athéna avait abattu tous les murs en te dénonçant, elle avait tout détruit, et pourtant, elle t’avait sauvé. Tu ne le reconnaîtrais jamais. Ses jambes se balançaient dans le vide, tu trouvais ça adorablement mignon -et ce mec avait plus de douze ans, pourtant. Il était devenu pivoine, et toi-même tu fus touché, et tes joues ne manquèrent pas de rosir.  « Je t’aime aussi. C’est simple, et pourtant tellement dur à expliquer. Tu me bouleverses, tu me fais vivre. Pas une minute ne s’écoule sans que je ne pense à toi. » Une main dans tes cheveux, un peu gêné. « C’est niais ce que je dis, mais c’est ce que je pense. T’es en quelque sorte… la sortie d’un long labyrinthe. Ou l’entrée… J’en sais trop rien. »




--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mer 28 Fév 2018 - 16:41

 
... BRUUUH.

Je sais bien que nous sommes sur la même longueur d'onde et c'est aussi à cause de cela que je ne sais comment réagir. Pour résumer, nous avons la même vision de l'avenir, oui c'est bien, des sentiments réciproques mais nous ne savons rien l'un de l'autre. Et ça me fait peur. Pire. Ca m'effraie, me tétanise. J'ai l'impression de tourner en rond ou alors d'avance à 5 kilomètres/heure et je ne sais pas ce qui est le pire. Peut-être devrais-je prendre les devants? En savoir plus sur lui mais qu'ai-je donc envie de savoir à son sujet? Tout. Mais je ne peux pas lui dire comme ça. "Dis-moi, il y a-t-il des exs ici, à Austin, à toi, ou même des personnes avec qui tu as forniqué ou flirté? Je ne suis pas jaloux au cas où que tu te poses la question mais je suppose qu'un couple bien que nous n'en sommes pas officiellement un, se dit tout, ainsi que des petits détails du passé comme ceci..." lui demandais-je en tentant de m'expliquer pour ne pas qu'il pense que ça parte d'une mauvaise intention. Je suis prêt à lui donner chaque nom des personnes que j'ai côtoyé, du moins, de ceux que je m'en rappelle. On n'est jamais à l'abri d'une soirée trop arrosée avec un black out à la clef. Que pouvais-je lui demander de plus? Je sens bien que sa famille, il ne veut pas réellement en parler et même si c'est un trait important à savoir, je ne peux pas le forcer. "Je ne sais même pas si tu as des passions, du moins lesquelles. J'aimerais partager des choses avec toi, tout comme j'aimerais connaitre les divers sujets ou activités que tu adores." continuais-je. Peut-être trouvera-t-il ceci inintéressant mais je suppose qu'on doit tous passer par-là pour être sûr d'avoir trouvé la bonne personne.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Sam 10 Mar 2018 - 13:46



... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight

 
Ton Louis est complètement perdu dans des pensées qui t’échappent. Tu lui fais un sourire alors qu’il pose cette question ; sérieusement ? Il pensait réellement que tu te souviendrais du nom de tous tes coups d’un soir ? Il était au moins, comme toujours, égal à lui-même ; un grand enfant, et c’est cette naïveté déconcertante qui te plaisait tout particulièrement chez lui. Tu aimais quand il s’abandonnait ainsi à des raisonnements enfantins, tu le trouvais touchant, mignon et encore mignon. « Je n’ai pas d’ex officiel à Austin. Le seul de mes vrais amours passés se trouve en Italie, alors tu ne risques rien du tout. Quand aux personnes avec qui, tu l’as si élégamment dit, j’ai forniqué… Je n’ai pas compté, mais en six ans de vie ici, j’ai du connaître une vingtaine de partenaires différents, à la suite de soirées arrosées. Peut-être plus, mais en tout cas pas moins. Et il y a Jason. » Tu laissais une pause, ne sachant pas tellement comment introduire votre drôle de rencontre auprès de Louis. Les mots justes t’échappaient et toi tu te perdais encore un peu plus dans le labyrinthe qu’étaient les yeux de ton Lou. « Jason c’est un mec que j’ai rencontré au musée de l’étrange, tu sais, le musée au centre-ville. Ça a clairement accroché entre nous, je ne te dirais pas le contraire… Mais je ne suis pas amoureux de lui et on a jamais fait l’amour. Et on ne le fera sans doute jamais. » Tu lui laisses quelques secondes pour digérer l’information, et tu te redresses sur le lit, l’embrasse sur la joue, tout doucement. Une manière de lui montrer que c’est lui que tu aimes, et personne d’autre. Ce geste te surprend toi-même ; tu ne l’avais jamais fait avec ton beau professeur d’anglais, là-bas, en Italie. « Et toi ? Quelques amants dont tu désirerais me parler ? » Au fond tu sais que ça va te rendre jaloux, mais tu t’en fous. Tu veux savoir tout de lui, ses secrets, ses idées, ses rêves, ses aspirations, ses amours passées et futures -bien que tu espères être le seul à rentrer dans cette case. « Je n’ai pas de réelle passion. Je joue aux jeux vidéos le soir. J’aime boire de l’alcool en soirée. J’aime être bourré -ça va de pair je pense. J’aime le sport, j’adore ça. Oui, ça doit être ça, ce qui s’approche le plus d’une passion pour moi : le sport. Et toi alors ? Dis-moi tout. » Tu poses tes lèvres sur les siennes, langoureusement, et tu le pousses à la renverse sur le lit. Discuter, okay, mais rendre les choses plus pimentées, encore plus okay.




--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Dim 11 Mar 2018 - 13:24

 
... BRUUUH.

Je ne le connais pas vraiment bien ce Jason dont il me parle mais je sais que si je le croise, je ne chercherais pas à être copain avec lui. S'il a tenté d'avoir mon escalope, il serait foutu de recommencer une fois de plus tant qu'il ne l'a pas dans son assiette. Les hommes. Tous des porcs. Wait what?! Je vois bien qu'il essaie tant bien que mal de me rassurer avec ses petits baisers par-ci, par-là mais bien que je lui fasse confiance, il m'en faut bien plus. Il me retourne finalement la question. Je ne sais pas si j'ai vraiment eu d'ex ou d'amant... A moins que... "Je... Il y a peut-être deux de mes élèves." commençais-je et je sais d'ors et déjà que ce n'est pas un bon commencement... Je lui prends la main pour qu'il réussisse à tenir le coup. "Une femme, Maxence, avec qui je n'ai couché qu'une fois mais que je vois souvent à mes cours pour le coup. C'est vrai qu'elle m'a envouté, un peu... Beaucoup... Mais j'ai vu qui elle était vraiment, cette croqueuse d'homme et je n'ai plus eu contact avec depuis donc tu n'as plus à t'en faire pour celle-ci." lui expliquais-je comme s'il avait à se soucier de l'autre. "La seconde, tu ne l'as jamais vu mais... C'est ma colocataire, élève et très bonne amie, si ce n'est pas -dirons-nous- ma meilleure amie. On a couché ensemble une fois, mais on n'a jamais rien fait depuis et il n'y aura pas plus." lui avouais-je en espérant qu'il ne me dise pas de couper tout lien avec elle, sachant que je vis avec, que je la vois plus souvent que n'importe qui. Je baisse la tête et affiche un sourire pincé sur mes lèvres. Devrais-je avoir honte? Je ne pense pas. Nous n'étions même pas ensemble c'est pour dire! Cependant, voilà qu'on peut vite se rapprocher et partir du bon pied. "Si tu enlèves le sport, on est plus ou moins pareil de ce côté!" parvenais-je à caler à la fin de sa remarque, accompagné d'un petit sourire en coin. "Par contre, tu rajouteras la Marie Jeanne en plus, que j'aime bien, que j'aime beaucoup." avouais-je avant de chercher des passions. "Après je n'en ai pas réellement. J'aime la cuisine. J'aime faire la fête. J'aime résoudre des énigmes. Je ne dirais pas non plus que ce sont des passions mais ce qui s'en rapproche le plus, ça doit être manger oui, la gastronomie." lui dis-je en levant les yeux en l'air. Quelle passion de merde! "Par contre je suis prêt à expérimenter des choses si tu es d'accord aussi. Comme la danse, la musique, le théâtre qui sait? L'escrime... Des trucs du genre." ajoutais-je rapidement.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Dim 11 Mar 2018 - 14:28

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight


Tu le sens un peu plus tendu lorsque tu termines d’évoquer Jason. Tu aimerais lui dire de ne pas s’inquiéter, qu’il ne se passera rien de plus, insister sur le fait qu’il n’y a plus que lui, Louis, qui compte à tes yeux, mais t’y arrive pas, parce que toi-même t’es perdu dans tes sentiments, et que tu peux pas négliger qu’il s’est passé un truc avec Jason. C’est tout, c’est comme ça ; tu n’as pas choisi, sinon clairement tu aurais évité. Trop d’attaches affectives tuent l’affection, aurait dit, dans votre jolie langue sifflante, ta mère. Tu la chasses de tes pensées ; être condamné à voir Athéna errer, ombre maléfique, dans les rues d’Austin, t’est déjà suffisamment insupportable, pas besoin d’en rajouter. Inévitablement, tu ressens un peu de jalousie quand il évoque les élèves, et surtout sa colocataire, car tu as cru comprendre qu’il y avait entre eux une proximité forte, un lien très affirmé, et quelque part ça t’effraie un tout petit peu. Tu l’embrasses une nouvelle fois pour te rassurer. « Si tu enlèves le sport ? Ne me dis pas que t’aimes pas ça ? » Tu rigoles, et jouant avec les boutons de sa chemise, tu en rajoutes. « Moi qui nous voyais déjà aller courir le samedi matin en forêt et faire sauvagement l’amour derrière un bosquet… Tant pis... » Une fausse moue attristée, et tu continues de faire glisser tes doigts sur le tissu de sa chemise. Toujours à genoux au-dessus de lui, tu lui voles quelques baisers, et, le sourire étincelant de joie, tu l’écoutes te parler. « La cuisine, c’est cool. Comme ça tu feras à manger. Je suis carrément pas doué pour ça, j’ai beau faire semblant, j’arrive même à foirer mes pâtes… Un Italien qui ne sait pas faire les pasta, imagine la honte que vit ma famille ! Quand à la drogue, mon côté athlète m’interdit d’y toucher… Mais te regarder défoncé me divertirait sans doute bien plus que de raison ! » Un rire. Toi-même tu trouves ton rire niais, parce que au fond, tu es en train de t’attacher irrémédiablement au professeur Le Roy. « Les expériences, c’est mon dada. Le théâtre, j’ai été en voir toute ma jeunesse avec ma famille ; on allait souvent aussi à l’opéra, c’était marrant, d’entendre des meufs chanter avec des aigus incroyables des mots que je ne comprenais pas. Ma mère adorait ça. » Un nouveau baiser, cette fois dans le cou. Tes mains sont sur ses hanches, et tu profites de l’instant, tu profites de l’avoir rien que pour toi.




--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mer 14 Mar 2018 - 12:06

 
... BRUUUH.

C'est si mignon de nous imaginer ainsi. Moi le seul sport que je voyais avec lui c'est le sport de lit mais... "Si ça finit comme ça à chaque fois, je suis partant alors, tu m'as motivé de sortir de ma routine pantoufle canapé." lui répondis-je avec un petit sourire. Mes mains sur ses hanches, je m'amuse à le caresser de haut en bas. Je rigole à son histoire de pâtes. "Si on habite ensemble, il va falloir qu'on se sépare les tâches. Ok je prendrais la cuisine, très bien, mais je t'apprendrai à faire des pâtes. Sérieusement. Moi qui comptais sur toi pour découvrir de nouveaux plats italiens, tu me déçois." répondis-je en rigolant. "Par contre... Je ne sais pas si me voir défoncé sera très rigolo..." ajoutais-je en marquant une pause. "Tu parlais de sport... Quel genre de sport pratiques tu? Car à part la pétanque, je ne fais pas grand chose. Ah si un tennis parfois ou du vélo. Je te prends quand tu veux à ceux-là!" lui dis-je sur un ton de défi. En redescendant mes mains vers le bas, j'agrippe son haut pour le relever et le retirer. "Parfait alors, je serais ravi d'en entendre en vrai car à part dans Intouchables, je n'en ai jamais vu." répondis-je avant qu'il ne m'embrasse. Je lui rends son baiser, tentant de le faire se bouger pour que je me cale en long sur le lit, les bras derrière la tête tout en le regardant. "La prochaine fois qu'il fait beau, ça te dit un simple pique nique dans l'un des parcs dis moi?" lui demandais-je comme ça sans aucune transition avant de tenter de me redresser pour l'embrasser mais en vain, je retombe sur le dos. La santé avant l'amour, je suis en train de me briser le dos en travaillant mes abdos. Cependant, retirant mes mains de derrière la tête, j'attrape les siennes et le fait tomber sur moi pour l'embrasser dans le cou et caresser et parfois griffer légèrement son dos. Quitte à se retrouver, autant bien le faire. Je tente de me redresser en courbant doucement mon dos afin de retirer le bas de ma tenue bien que ça se fasse tout en difficulté, les chaussures n'aidant pas. Je veux surtout me trouver à nu et contre lui, si on ne continue pas plus loin, je ne ferais pas non plus de crise. Notre relation passe avant ça.
Codage par Libella sur Graphiorum


hrp:
 


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Sam 7 Avr 2018 - 12:22

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight
Son regard était brillant quand il te regardait, et toi ça te fascinait une telle adoration dans des pupilles marron. Louis était beau, c’était une vérité, et il n’avait pas cette beauté propre aux mannequins, non, il avait quelque chose de particulier, une flamme, un mordant, quelque chose qui le rendait différent et qui te plaisait plus que de raison. « Je t’en ferais découvrir quelques uns, ne t’en fais pas. On a même une salade secrète dans la famille Joplin, je te jure que tu l’adoreras. Quand je la mange ça me rappelle Naples, Rome, le soleil, l’huile d’olive et les cris de ma mère quand on buvait un peu trop avec ma sœur. » Un rire. Ses mains sur ton corps sont brûlantes, et ça ne te fais même pas mal, tu adores ce contact et tu aimerais le prolonger éternellement. « Je suis certain que ça sera marrant. Et qui sait… Je pourrais peut-être essayer aussi une ou deux fois. Tu vois, je te ferais découvrir l’Italie et toi tu me feras voyager à travers les effets de la Marie-Jeanne... » Un sourire sincère, tu plonges tes pupilles dans les siennes, et tu ne veux même pas détourner le regard, t’aimes trop ce lien entre vous pour te laisser aller à des émotions comme de la simple gêne. « Je fais un peu de tout, à vrai dire. Principalement de la musculation, mais aussi beaucoup de course, je suis pas mal fier de mon niveau de volleyball. En foot je m’en sors un peu aussi. Et le tennis… J’adore ça. La pétanque, j’ai du mal, j’y jouais un peu avec mon frère il y a dix ans, mais je n’étais déjà pas très doué… Là, j’ai carrément perdu la main je pense. » Tu l’écoutes attentivement, à vrai dire tu bois ses paroles, t’adores sa voix. « On ira à l’opéra très très vite alors. Je suis sûr que tu vas adorer. Et pourquoi envisager un simple pique-nique ? On peut carrément partir faire un peu de camping tous les deux, ce serait super génial, tu penses pas ? Et pense à nos élèves… Deux profs absents d’un coup, ils seront aux anges. » D’une main tu déboutonnes peu à peu sa chemise, et tu déposes quelques baisers dans son cou, tandis que ta main gauche vient jouer avec sa ceinture. Le contact de vos deux peaux, tu le veux intense, plus prolongé que ces simples caresses.


sorry pour le retard...



--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mer 11 Avr 2018 - 13:03

 
... BRUUUH.

Je ne sais pas à quoi est à base son plat mais il m'en donne déjà l'eau à la bouche. "Espérons que lorsque tu prépareras ça, ça ne rappellera pas les jours de pluie de cette si jolie ville, du moins je suppose." lui dis-je pour me moquer de lui. Je secoue légèrement la tête quand il me dit plus ou moins qu'il serait prêt à (re)tenter la marie jeanne juste pour faire comme moi et m'accompagner dans mes délires. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Peut-être qu'on sera calmes et posés, peut-être qu'on sera complètement défoncés au point de faire n'importe quoi, des choses qu'on regrettera. Je ne saurais dire mais pour un sportif comme lui, vaut mieux ne pas consommer mais peu importe. "Pour le tennis je suis complètement d'accord de te suivre, on pourra même défier d'autres couples en mode cliché au bord d'une jolie villa avec nos short et bandeau qui nous rend débile." lui dis-je en m'imaginant très bien la scène avant que ça parte sur un projet d'avenir à court terme. Nous sommes ensemble. C'est sûr. Même pas besoin de confirmation. Dès que je m'adresserais aux gens ou s'ils tentent de m'avoir dans leur lit, je saurais quoi leur dire, le petit "désolé mais j'suis en couple tuhoi?" avec une voix de pétasse et un petit claquement de doigt pour les narguer qu'ils soient toujours dans leur célibat. "Ca serait mieux oui. Les beaux jours vont arriver, il faudrait se prévoir ça, quitte à le faire avec des potes, peu importe qu'il y ait des gens autour, du moment que tu es là, plus rien ne comptera plus que toi pour moi, je ne verrais que toi." lui dis-je en l'embrassant avant de l'embêter pour passer à autre chose. Je n'ai jamais testé dans l'infirmerie et il faut bien une première fois à tout. "Tu as un endroit pas trop loin où l'on pourrait aller camper ? A maximum deux heures de route peut-être?" demandais-je. Je suis prêt à organiser ceci, si je trouve du monde et du temps, mais me connaissant, l'idée va vite sortir de ma tête, puis revenir et je ferais ça encore à la va-vite. Je l'embrasse dans le coup et lui titille le lobe pour faire monter le désir, quelques caresses par-ci, par-là pour pimenter un peu plus la chose.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mer 11 Avr 2018 - 13:53

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight
« Tu pourrais m’aider à préparer le repas, à coup sûr… Il faudra juste que tu fasses bien attention à ne pas me distraire avec tes mains. Elles sont trop baladeuses parfois, et je risquerais de me brûler... » Tu lui fais un sourire resplendissant. De fait, si tu lui parles de ça, c’est uniquement parce que lorsque vos deux peaux se touchent, tu as l’impression qu’elles vont exploser. Mieux vaut prévenir que guérir… « Et si je te fais goûter cette salade, tu devras cacher à tous que tu l’as goûté… C’est le secret familial, tu comprends ? » Ce ne sont que des mots, mais pour toi ils sont lourds de sens ; ils veulent inviter Louis à rejoindre les Joplin, ils veulent lui faire comprendre que maintenant qu’il a cette place dominante dans ta vie, il fait pleinement partie de la famille. Tu ressens quelque chose de fort, d’indescriptible pour lui, et même si ça t’arrange pas forcément d’être relié à quelqu’un de cette façon (ça te crée une dépendance), tu apprécies l’inquiétude que tu crois lire dans ses yeux lorsque tu fais part de ton désir de consommer de la drogue avec lui. Il prend soin de toi, et ça te permet de te laisser aller à un attachement complet. Avec Louis, tu te sens bien, tu n’as pas envie de partir, de le quitter, et quand il n’est pas là, vers toi, tu n’as de cesse de lui accorder tes pensées. C’est presque obsessionnel. « C’est carrément cliché, mais je suis partant. Je vais chaque été en Italie, chez une amie d’enfance. Elle a bien réussi dans la vie, son mari aussi, ils ont une superbe villa sur la côte. Je t’y emmènerais, c’est génial pour faire du sport. Et comme ça je pourrais te la présenter ! Je suis sûr qu’elle t’adorera. » Qui ne l’adorerait pas, après tout ? Si toi tu as su autant te laisser aller pour lui, alors aucun doute n’est permis : tout le monde autour de toi affectionnera ton doux amant aussi vite que tu t’es laissé conquérir. « Y a bien le parc forestier Tanglewood… C’est pas très loin d’ici, et on pourrait y camper. Ouais, il me semble que c’est ça le nom… Tanglewood. » Ses baisers te provoquent un nouveau sourire, et tes doigts viennent pianoter sur son torse, dans une mélodie muette qui t’est propre.



--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2119
Avatar : Andy Samberg
Crédits : TAG (vava) astra (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Sam 14 Avr 2018 - 19:59

 
... BRUUUH.

Un petit sourire pervers se colle sur mon visage avant de redevenir sérieux lorsqu'il me parle de salade. Je ne pensais pas que ça lui tenait autant à coeur. J'arque un sourcil. "Très bien. Je n'en dirais rien alors. Ca sera un secret." lui répondis-je. Venais-je de signer un pacte avec le diable? Une entrée dans la mafia italienne? Allez savoir. Mais je m'y aventure sans aucune hésitation du moment que je suis à ses côtés. Je pourrais même aller en Corée du nord et avoir une coupe différentes de la leur s'il me le demandait, c'est pour dire! "Nous verrons bien. J'ai tendance à bien m'entendre avec tout le monde en général même si des fois les rencontres sont un peu brutales." lui dis-je en rigolant. Je prends note de l'endroit, lâchant carrément son corps pour faire une recherche sur mon portable. Je pense que l'endroit correspondrait en effet à une attente de camping idéale. Manque plus que l'occasion se présente. Je range mon cellulaire et m'occupe cette fois de mon homme. Je peux dorénavant l'appeler comme ça. Sans même réfléchir, je l'attrape et le fais vaciller pour me mettre sur lui et partir dans quelque chose de plus sérieux mais qui ne demande pas beaucoup de réflexion si vous voyez ce que je veux dire. De fil en aiguille, cette petite fournée se fait en douceur, entre deux cours et par un dernier baiser après un quelques secondes de détente intense, je boucle cette histoire. J'attrape un bout de papier pour m'essuyer et le jette dans la poubelle. L'avantage d'une infirmerie, il y a tout ce qu'il nous faut sous la main. "Si je te proposais dans les plus brefs délais d'emménager avec moi, qu'on trouve un appartement ou une maison qui nous plaise à tous les deux, tu en dirais quoi?" lui demandais-je tout en rangeant mon engin à sa place et de le regarder par la suite. "C'est peut-être tôt mais il faut bien un commencement à tout aussi, non?" ajoutais-je le plus sérieusement du monde.
Codage par Libella sur Graphiorum


“If you end up with a boring miserable life because you listened to your mom, your dad, your teacher, your priest, or some guy on television telling you how to do your shit, then you deserve it.”
Frank Zappa
Milan Joplin
MODOescalope à l'italienne
avatar
Inscrit le : 13/12/2017
Messages : 439
Avatar : Nathan Niehaus
Crédits : cosmic light (avatar) + signa by old money
Date de naissance : 07/06/1993
Mes rps : VIENS PAR MP.
un
deux
trois
quatre
BIIIP
six
sept
huit
neuf
dix
onze
douze

Bloc notes :
je l'ai retrouvé

dans mes plus beaux crépuscules


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: let me spell.
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le Mar 24 Avr 2018 - 14:49

... BRUUUH

Milouis

i hear the birds on the summer breeze, i drive fast, i'm alone at midnight
Alors que tu refermes les boutons de ta chemise de la main gauche, refermant aussi avec attention la braguette de ton jean de la droite, puis dans un geste (classe?) d’étirer tes sous-vêtements afin de tout remettre en place -il ne manquerait plus que ça, faire subir cette gène aux élèves !-, tu l’écoutes te parler. Ton cœur te crierait de lui dire oui, de tout remettre sur le couvert alors même que tu viens d’achever de te rhabiller, tu as cet instinct qui te pousse à refuser. T’as bien trop peur, d’un coup, de la tournure que tout cela prend. Tu n’as jamais été doué pour les relations, à vrai dire tu n’en as pas vécu assez pour réellement savoir comment ça marchait. T’es pris d’une panique soudaine, et le fait de plonger ton regard dans celui de Louis n’arrange rien -ton pouls bat beaucoup trop vite, tes yeux cherchent une échappatoire. Tout cela va à une vitesse déconcertante, tu n’arrives pas à penser que c’est possible pour toi d’avoir quelque chose de sérieux. C’est pas ton genre, Milan, les relations sérieuses, et pourtant t’es complètement dingue de Louis. Son odeur, sa peau, son caractère, ce grain de beauté sur la cuisse gauche en forme de fenêtre, toi c’est ta dope, mais d’un seul coup quand il te parle d’emménagement, t’as cette peur brutale. Et tu l’as déjà vécu par le passé. Alors tu restes, interdit, tes yeux plongés dans les siens tandis que tu cherches comment formuler cette peur sans le blesser. Quelques minutes s’écoulent, et tu es toujours aussi silencieux. Et pourtant tu sais que tu devrais parler, mais tu n'y arrives simplement pas. « Je… Je devrais y aller, je vais être en retard, Louis. »



--- c'était lui
le briquet de toutes mes nuits.
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: ... BRUUUH. [ft. Milan], le

... BRUUUH. [ft. Milan]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-