Partagez| .

Get it on [ft. Gary]


Robbie Lewinsky
avatar
Inscrit le : 19/01/2018
Messages : 23
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Mes rps :


Bloc notes :


Afficher


Get it on [ft. Gary], le Dim 21 Jan - 23:06




GET IT ON

Robbie & Gary





Talia avait appelé cette fameuse aide sur son propre téléphone pour lui demander s’il pouvait gérer quelqu’un comme Robbie sans lui dire que ça allait être dur à gérer. Et qu’elle ne serait pas là au premier rendez vous. Elle avait toujours pris soin de lui et c’est pourquoi elle avait besoin de quelqu’un de confiance qui puisse gérer son frère pendant qu’elle faisait sa vie de son côté. Il souriat. Talia avait toujours cet air gentil que son attitude cachait. Elle était la seule autorisée à l’appeler par le prénom de son frère quand elle était face aux autres et elle pouvait abuser de sa prérogative en accolant au prénom des épithètes peu flatteuse pour Robbie. Talia était, une battante, elle avait gérait son frère à un âge plus jeune que la moyenne. Dix neufs ans à peine entamé, elle entrait déjà en première année de fac dans une autre ville et était aujourd’hui la femme forte que Robbie avait toujours vu en elle. Après une grosse altercation avec Talia au sujet de sa médication, il avait supplié sa soeur de ne pas le laisser retourner en hôpital psychiatrique lorsqu’elle partirait en face. Mais dans une ville comme Austin, il n’y avait aucune garderie et Talia n’avait eu d’autre choix que de se tourner vers Beauxmurs Inc.
Quelques jours plus tard, James était là. La rue menant à cet espace était un alignements de pavillons identiques, placés en rangs trop serrés. Il n’y avait aucun arbe et les minucules pelouses semblaient avoir séchés depuis longtemps. De toute évidence il y avait un monde entre ici et sa résidence. Il se dirigea vers l’entrée et vérifia sa montre. Pile à l’heure. Un pressentiment le dirigeait, qui enflait dans sa poitrine, un pressentiment qui ne lui plaisait pas le moins du monde. Une fois entré, une femme s’avança pour l'accueillir. Assis dans une sorte de salle d’attente étrange où sentait le parfum d’une vieille femme, James observa les lieux. C’était un petite salle avec peu de choses mais assez pour attendre. Sans un mot, James se leva et rangea les magazines par taille et par date avant de les disposer soigneusement sur la petite table. Puis il plaça les chaises correctement contre le mur et nettoya la plante qui avait un peu de poussière.
Depuis que Nate avait prit le dessus, un soir, il n’avait plus dit un mot. James savait qu’il fulminait mais il ne voulait pas le laisser à nouveau prendre le contrôle. C’était parti trop loin. Il devait lui faire la leçon mais aujourd’hui il n’en avait pas le courage ni l’envie. James se renfonça dans sa chaise. Quand la porte s’ouvrit, James se hâta de répondre, en oubliant de respirer.

Je suis le rendez vous de dix heures. Il est dix heures cinq. J’ai attendu en rangeant la pièce. Je n’ai pas pu m’en empêcher. admit-il en tentant de cacher une vague gêne qui ne se dessinait pas sur son visage. Il avait dit tout cela d’un ton monotone. C’est Talia qui vous a appelé pour Robbie. Il aimait rappeler les informations, que personne ne s’y perde. Il continuait de parler sans tenir compte du regard de l’homme qui venait d’entrer. Peut-être que ce n’était qu’un bénévole ou une quelconque autre personne. Quoique ce type ait eu l’intention de dire, il semblait que James prenait tout le monde au dépourvu. Il s’apprêtait à garder le silence mais il désigna finalement la porte. On y va ?

Il y eut un long silence avant que James ne s’avance vers le bureau. Il entra sans un mot. C’était grand et lumineux. Il s’installa confortablement mais étrangement droit comme un i dans un fauteuil, face à son hôte. Le rendez-vous pouvait commencer.

(c) DΛNDELION


RUNNING DOWN
TO THE RIPTIDE
Gary Beauxmurs
papa coq, basse-cour sans poule
avatar
Inscrit le : 12/01/2018
Messages : 27
Avatar : ryan gosling
Crédits : peculiar soldat (avatar)
Mes rps : LIBRE.
un
deux
trois
quatre
cinq

Bloc notes : /

Afficher


Re: Get it on [ft. Gary], le Mer 24 Jan - 14:51

Ce matin-là, c’était le café qui fut mon seul réveil, lorsque, l’avalant, je me rappelais de cet appel si différent des autres reçu la veille. Une jeune femme, qui s’était présentée comme Talia Lewinsky, quelque chose dans ce genre, m’avait demandé de quelle nature mes services étaient, et jusqu’où ils pouvaient aller. Elle m’avait ainsi parlé de son frère, un certain Robbie, qui, selon elle, souffrait de troubles dissociatifs de l’identité. Elle ne m’avait que brièvement parlé des quatre personnalités qui se présentaient pour son petit frère, me donnant leurs principaux traits de caractère, et sa voix m’avait semblé un tantinet trop sèche. Je lui avais donné rendez-vous le lendemain, aujourd’hui donc, à dix heures.

J’entendis la porte s’ouvrir aux alentours de dix heures, et soupirais. Je ne savais jamais comment m’y prendre avec les gens malades, j’avais peur de laisser trop d’empathie couler et de les effrayer, j’avais peur de ne pas contrôler mes mots, et j’avais peur de… Enfin, Gary, de quoi pouvais-tu avoir si peur, je m’étais dit. J’avais regardé par la fenêtre, et voyant cette pelouse verdoyante, la seule du voisinage, et entendant la voix fleurie de mon assistante, je m’étais dit que je ne devais pas avoir peur. Si j’en étais arrivé ici, c’est que je l’avais mérité, point final. Il ne fallait en aucun cas douter de mes capacités, de mes compétences sociales et… Il faisait pas mal de bruit, dans la salle d’attente, le Robbie ! J’espérais secrètement qu’il n’était pas en train d’uriner sur les magazines, mené dans cette aventure par l’une de ses facettes -avant de me reprendre et de sortir cette vilaine pensée de ma tête, il avait des troubles dissociatifs, mais il savait se comporter en société, quand même. Je me levais de mon fauteuil en cuir, ouvrais l’un des stores que le technicien de surface n’avait visiblement pas remis normalement ce matin, et me dirigeait vers la porte. Je soupirais, soucieux de bien faire pour cette première entrevue. Ma main se posa sur la poignée, et commençait à la baisser, lorsque, prenant une modeste inspiration, de quoi me lancer uniquement, je lançais « Monsieur Lewinsky, je suis à vous. »

Je le fis rentrer dans mon bureau, et quelque chose d’étrange se passait, et je supposais qu’il sentait ce feeling lui aussi puisque il s’était arrêté à l’entrée de la pièce, observant les baies vitrées qui égayaient cette triste mais immense pièce. M’asseyant de nouveau derrière mon bureau, je lui tendais une main amicale. « Gary Beauxmurs, enchanté. C’est moi personnellement qui m’occuperait de vous. » Je lui fis un sourire. « Merci pour le ménage, mon employé néglige souvent la salle. Ah, les employés… Vous savez ce que c’est. » Un rire gêné. Bien sûr que non il ne savait pas, il ne dirigeait pas de société, il n’employait personne. Continue comme ça, Gary, et c’est lui qui quittera le bureau, troublé par une honte causée par tes remarques inutiles. Robbie vint s’asseoir dans le fauteuil en face de moi, étrangement droit. Lui faisant un signe pour qu’il puisse se mettre à l’aise, il ne le comprit vraisemblablement pas puisqu’il resta fixe. « Vous pouvez faire comme chez vous. Ce bureau est autant le mien que celui de mes clients. J’y mets un point d’honneur. Vous voudrez à boire, ou autre chose, pour commencer cette entrevue ? »


You'll Never Know
HOW I LOVE YOU
LITTLE BOY

Robbie Lewinsky
avatar
Inscrit le : 19/01/2018
Messages : 23
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Mes rps :


Bloc notes :


Afficher


Re: Get it on [ft. Gary], le Jeu 25 Jan - 23:34




GET IT ON

Robbie & Gary





De l’autre côté du bureau de le fameux Gary dont lui avait parlé sa petite soeur. Après un bref échange visuel, James se mit à regarder autour de lui. Dans un coin il y avait un canapé moelleux mais le “patient” s’était assis sur une des chaises d’apparence inconfortable qui se trouvaient devant son bureau. Il s’assit en face de lui. Il devait presque tendre le cou pour le voir au dessus des piles de dossier qui encombraient le bureau.
Sa voix le sortit de sa divagation. Un grand sourire s’était dessiné sur son visage. James tourna les yeux vers lui. Il sentit son coeur se serrer mais il lui sourit, semblant recouvrer son sang-froid. Soudain toute sympathie disparu de son visage. Il lui avait proposé à boire avec chaleur - plus que ne s’y attendait James. Il secoua la tête avant de souffler un petit :

Non merci.

Il fit toutefois mine de ne pas relever le dernier commentaire sur “faites comme chez vous” qu’il trouvait totalement ridicule et déplacé. Mais soit… L’homme en face correspondait aux critères de beauté. Les cheveux blond, de beaux yeux, cet homme avait tout pour plaire aux femmes. Penchant la tête sur le côté il ne se cacha pas de l'observation qu’il faisait. Il aimait bien ses traits. Il avait l’air gentil ce Gary. Mais un problème se posait. S’il était pour discuter avec lui, quel était sa véritable raison d’être ici, face au blondinet ?
Une seconde s’écoula puis une autre. Personne ne vint le sortir de ce silence ou lui rappeler sa présence ici. Talia n’était pas là pour le sauver. Il fallait qu’il reste concentré - il aurait le temps de passer en revue les manières de se présenter à un inconnu plus tard. Il dirigea son attention sur les mains de ce type, croisées sur le bureau. Il avait les doigts fins. La porte était fermée, tout n’était que silence et malaise.

Vous êtes, donc là pour… me surveiller ? Et donner des nouvelles à la soeur de Robbie ?

Au cas où il ne le savait pas, il ne s’adressait pas à Robbie. C’était James qui était aux commandes. Robbie avait disparu depuis au moins un an ou deux. Il dormait paisiblement tandis que les autres gèraient leurs vies.

Je suis James. Déconcertant n’est-ce pas ? Probablement pour l’homme en face de lui qui avait peut-être entendu parler du fameux trouble de la personnalité diagnostiqué. Quant à eux, c’était des médecins qui niaient leur véritable existence. Il ne pouvait rien cacher de sa différence. Tous en étaient conscient. Je suppose que Talia vous en a déjà parlé, n’est ce pas ? Sa voix avait un accent tranchant qu’il n’avait pas auparavant.

Il expira longuement avant d’avoir un moment de réflexion puis il secoua la tête. Talia avait du le mettre au courant de la situation, des événements de sa vie - notamment l'hôpital psychiatrique, les médicaments… - qu’ils étaient cinq mais que Robbie n’était plus vraiment là, des personnalités des uns et des autres. Il le fixa du regard avant de reprendre :

Nous sommes ravis de vous rencontrer. Enfin… moi en tout cas pour les autres après…

(c) DΛNDELION


RUNNING DOWN
TO THE RIPTIDE
Gary Beauxmurs
papa coq, basse-cour sans poule
avatar
Inscrit le : 12/01/2018
Messages : 27
Avatar : ryan gosling
Crédits : peculiar soldat (avatar)
Mes rps : LIBRE.
un
deux
trois
quatre
cinq

Bloc notes : /

Afficher


Re: Get it on [ft. Gary], le Sam 27 Jan - 23:14

Je faisais face à un réel iceberg : ça me déconcertait autant que ça me rassurait, car d’une part je me sentais perdu face à ce regard froid, perdu, et à ce mots peu enclins à la conversation raffinée, mais d’autre part, je m’attendais à bien pire que ça. Ce Robbie était un type tout à fait normal, somme toute, et sans même lui parler davantage j’étais sûr qu’il (ou du moins une de ses personnalités) avait un réel grand cœur, et tout ça m’intriguait ; j’allais suivre le dossier Lewinsky avec un intérêt incroyable. Mon sourire commençait cependant à disparaître, et cela m’inquiétait dangereusement : ce n’était pas professionnel et ce n’était sûrement pas moi. J’étais quelqu’un d’agréable, c’est ce que tous les avis sur mon entreprise vantait ; alors il me fallait l’être encore plus avec ce jeune homme car je sentais que son histoire allait compter énormément à mes yeux, tant dans ma carrière, que dans ma vie, car on m’avait prévenu, et même si on ne l’avait pas fait, je l’aurais deviné : Robbie allait me prendre beaucoup de temps. Je m’imaginais déjà le présenter à Milo, lui parler de ses problèmes, j’étais absolument sûr qu’ils allaient bien s’entendre : mon fils était compréhensif et il adorait découvrir de nouvelles personnes. Serait-ce de l’humour noir que de dire que là, il en découvrirait cinq d’un coup ? A ses yeux, ce serait un super moment. Je divaguais, et reprenant le fil de la conversation en chemin, je demandais à mon assistante une simple canette de coca.

« Je ne suis pas là du tout pour vous surveiller, Robbie. Je suis là pour veiller sur vous, m’assurer qu’il ne vous arrive rien. Si vous le désirez, ne seront dites à votre sœur que les choses essentielles. Je vous assure que vous n’aurez pas à vous sentir sous une quelconque contrainte ; nous allons devenir des amis, je l’ai senti dès que vous êtes entré dans ce bureau. » Un sourire franc, sincère : c’est cette même sincérité qui me différencie de mes concurrents, car j’établis toujours avec mes clients un réel lien, quelque chose de cordial, là où eux ne sont concentrés que sur le profit et le strictement professionnel. Je le regarde dans le blanc des yeux, et par mon regard je veux lui transmettre toute cette franchise, cette volonté d’apprendre à le connaître.

J’aurais pu perdre mes moyens face à ses phrases suivantes si seulement sa sœur ne m’avait pas prévenu. Je savais à qui je faisais affaire ; James était en quelque sorte la personnalité la plus présente, et je me faisais une joie de tenter d’apprivoiser cette sorte de leader en premier. « Enchanté, James. Je propose que l’on se tutoie, on est amenés à passer du temps ensemble. Tu pourras me parler rapidement de ces autres, s’il te plaît ? Je veux être sûr que eux aussi comprennent que je ne leur veux que du bien. Pour ça, je vais avoir besoin de ton aide, tu les connais beaucoup mieux que moi. »


You'll Never Know
HOW I LOVE YOU
LITTLE BOY

Robbie Lewinsky
avatar
Inscrit le : 19/01/2018
Messages : 23
Avatar : Aaron Taylor Johnson
Mes rps :


Bloc notes :


Afficher


Re: Get it on [ft. Gary], le Dim 28 Jan - 21:56




GET IT ON

Robbie & Gary





Le premier choc probablement passé, James commença à se sentir un peu plus à l’aise avec Gary. Son apparence n’avait rien d’un homme d’affaire grotesque. Il avait le don de mettre les gens en confiance. Il se fit alors une curieuse réflexion : c’était mieux comme ça ? Avec ce type à ses baskets ? Toujours collé à lui ? Une idée ridicule bien sûr, c’était impossible. Il le dévisagea en silence, sans bouger. Gary posa une phrase stupide tout à fait incongrue. Être ami ? La remarque le fit néanmoins sourire. N’arrivant pas à le quitter des yeux, il n’avait pas l’air mal à l’aise. Tout du moins un peu gêné par une situation extraordinaire. Il secoua la tête.

La notion d’ami est particulière surtout dans notre situation où c’est la soeur de Rob qui vous achète ce service. Je ne crois pas qu’il soit nécessaire d’instaurer ce genre de relation.

Il ne répondit pas de suite au reste. Il devait y réfléchir. D’un côté c’était une bonne idée qu’il puisse connaître les autres avant même de les avoir rencontré d’un autre, il se sentait mal à l’aise d’expliquer la vie des uns et des autres sans leur demander leurs avis. Il faudrait alors expliquer les liens entre eux, le pourquoi du comment, etc. Cela ne le gênait pas plus que ça finalement, si ça pouvait éviter certains ennuis causés notamment par Nate ou Rose. James hocha la tête. Il n’avait aucun raison de se sentir coupable, il faisait ça pour le bien de Robbie. Il ne causerait aucun tort à personne.

Il y a tout d’abord Ian. C’est un homme introverti mais très intelligent et timide. Il adore les livres notamment sur l’histoire. Il y a Nate qui se prend pour un super héros. c’est lui qui fait le plus de bêtises c’est pourquoi il a été banni pendant un moment. Il séduit beaucoup de personnes grâce à son charme. Il est très sûr de lui. Puis il y a Rose. C’est quelqu’un de fondamentalement gentil peut-être trop naïve. Puis Robbie qui n’est pas revenu depuis quelques années maintenant. Je suis en charge de tout ce monde, c’est moi qui ait la lumière et qui les fait sortir quand je le décide.


C’était peut-être un peu long mais c’était nécessaire. Il était passé outre les relations des uns et des autres et notamment des travers de Nate mais ça, le Gary aurait tout le temps pour apprendre à les gérer. C’était sa tâche donc bon…

C’est tout ce dont vous avez besoin de savoir. Le reste ls vous l’apprendront d’eux mêmes, quant à savoir pourquoi je suis en charge et pas un autre, c’est parce que je suis le plus fort et le plus carré dans les choix à prendre pour le bien de Robbie. Nous sommes tous là pour lui et le protéger. Je suppose que sa soeur ne vous a rien dit à ce propos.

Ici, dans ce bureau, James se sentait bien. Etrangement… Il essaya d’imaginer ce qu’il aurait ressenti face à une autre personne. La personne assise en face de lui n’avait pas été Gary. Aurait-ce été si simple ? C’était maintenant inconcevable. Ou plutôt, il savait que dans ce cas, il aurait prit la fuite à la première pause. Ca avait été tellement l’enfer en hôpital psychiatrique qu’il ne voulait plus y retourner et c’est pourquoi il préféra l’avertir.

Il est hors de question que nous retournions à l'hôpital. Au moindre problème nous partirons et ne laisserons aucune nouvelle. Pareil pour toute forme de médication

(c) DΛNDELION


RUNNING DOWN
TO THE RIPTIDE
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Get it on [ft. Gary], le

Get it on [ft. Gary]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin North :: Autres lieux-