Partagez| .

My Happy Ending [Jaxz#6]


Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


My Happy Ending [Jaxz#6], le Sam 20 Jan - 14:28

Jaxson et moi avions passé notre première nuit ensemble avant-hier. Et depuis, je ne pensais plus qu’à ses bras protecteurs et son torse sur lequel je m’étais endormi. Je n’avais plus été aussi serein depuis des années et mes pensées étaient constamment tournées vers lui et il me manquait terriblement. Nous avions remis les choses au clair entre les cris et les larmes bien qu’il reste encore quelques zones d’ombre à éclaircir. Epuisé, j’avais fait une nuit sans rêves, pourquoi continuerais-je à rêver de ce barbu puisqu’il était enfin à mes côtés ? Le matin, j’avais quitté le lit en essayant de faire attention à ne pas le réveiller. Même si j’étais en incapacité de travail, je ne pouvais pas me permettre de ne pas aller travailler. Elijah avait toujours besoin d’être secondé, formé et de toute façon, les avertissements du médecin n’étaient que du vent. Je ne pouvais pas vivre sans travail. J’avais eu un mal fou à m’habiller seul. Un pantalon était impossible à enfiler. Résigné, j’ai dû opter pour un short estival, je perdais toute crédibilité. Avant de partir, j’avais laissé un mot sur la porte d’entrée pour être sûr que Jaxson le voie. « Bonjour toi ! Je suis parti travailler ce matin, tu dormais si bien que je n’ai pas voulu te réveiller. Le code de l’ascenseur est le 97010, tu peux venir quand tu veux comme ça. Sers-toi, y’a du café et des choses à grignoter dans le frigo. Passe une belle journée, à très bientôt j’espère ! Je t’aime. Jason. Ps : Tu me manques déjà. »

Deux jours s’était écoulés sans que je n’aie la moindre nouvelle de Jaxson. Ça me rendait fou et chaque soir, après le travail je luttais pour ne pas aller voir au garage s’il était toujours en vie. Nous devions être discrets pendant un moment, le temps qu’il mette toutes ses affaires en ordre mais le temps semblait trop long sans lui. J’avais toujours cette angoisse qui me murmurait qu’il n’allait jamais revenir mais je tenais bon, je croyais en lui. J’avais bien compris qu’avec lui je ne devais pas me tracasser, il m’aimait, je ne devais pas paniquer. Ce samedi, j’avais donné congé à Elijah et j’avais ramené des dossiers pour travailler de chez moi. Prendre les transports en commun me rendait complètement marteau et profiter le calme de mon penthouse me ferais le plus grand bien. Et puis, cela me permettrait de penser à autre chose qu’à mon cher et tendre Jaxson. J’avais juste enfilé un t-shirt ce matin. Je me baladais en boxer américain et mon t-shirt de superman à la recherche de quelque chose à grignoter mais mon frigo était désespérément vide. Résigné à avoir quelque chose dans le ventre pour commencer ma journée, je me fais couler un café et m’installe dans mon canapé, penché sur la table basse. J’ouvre le premier dossier, ma journée pouvait commencer.
Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Sam 20 Jan - 15:07




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





Les deux derniers jours, Jax n’avait cessé de penser à son petit ami, alors quand sa femme s’approchait de lui, juste présente dans la même pièce, il serrait les poings et les dents pour ne pas exploser. Ca le rendait malade de ne pas être auprès de son Jason, de devoir supporter cette pouf’ polonaise aux airs de fausse Lady. Il n’avait qu’une envie, lui cogner la tête contre le mur pour la faire taire. Cette pensée plus morbide et plus simple qui l’avait accueillie. En finir avec cette vie qui n’avait finalement jamais eu de sens. Une évidence s’était immiscé ne lui. Laisse le destin s’accomplir. Il avait gâché tant d’année, autant en finir, tout aussi simplement. La sensation d’un immense vide et de regrets infinis. Le désir puéril de vouloir revenir en arrière de plusieurs années. De pouvoir changer ce qui c’était passé.
Il savait que sa vie n’était pas ici, avec une femme et une famille qui ne le comprenait pas. Il savait qu’il renonçait à une situation stable, au but d’une vie d’hétérosexuel mais il était prêt à mettre fin à son existence qui lui échappait. Alors Jax pensait à Jason, à sa seule présence qui avait le don de tout éclairer.
Il était resté longtemps chez lui, à hésiter, tiraillé entre les deux côtés de sa personnalité. C’était le côté heureux qui lui fit noter les principaux avocats de la région sans ne rien dire à personne. Deux jours. C’était trop long, sans son amant. Il fuyait vers le bonheur qui lui tendait les bras. Il n’avait qu’à revenir chez son beau brun pour tout soit comme ça aurait dû l’êtr. Mais cette face cachée l’en empêché et avait détruit une partie de sa vie. A ce tournant, tout lui était maintenant possible et il n’allait pas tout gâcher.
Alors, ce matin là, il s’était levé aux aurores et s’était discrètement faufilé en dehors de chez lui. Il voulait voir son amant, lui parler le toucher. Depuis deux jours il n’avait pu lui envoyer de messages, le prévenir que tout allait bien. Sylwia aurait pu tomber dessus ou pire, ses frères. Prenant sa voiture, il s’était arrêté dans une petite boutique huppée d’Austin et avait choisi des croissants et des jus d’oranges ainsi que du café des pancakes et des oeufs brouillés. Ca lui avait couté cher, mais rien n’était trop bu pour son brun adoré. Quand la serveuse n’avait pas les yeux sur lui, Jax vola deux petites fleurs à côté de la caisse. Rien de grave mais assez pour embellir ce petit déjeuner.  Une fois de retour dans son véhicule il observa les sacs et se mordit la lèvre. Il espérait que ça allait lui faire plaisir. Jason lui avait tellement manqué. Ca faisait bien maigre pour deux jours d’absence. Malheureusement un bouquet de fleur c’était bien trop couteux pour un simple mécanicien en arrêt maladie. Il prit toutefois la route et se gara devant l’immeuble de son copain. Poussant la porte, il s’arrêta devant la boîte aux lettres où le journal sortait. Quoi de mieux que de se réveiller avec un petit déjeuner au lit, son copain et les nouvelles ? Jaxson s’en saisit et se dirigea vers l’ascenseur où il tapa le code donné par son amant. Il souriait bêtement. Le revoir lui faisait avoir des papillons dans le ventre. Cet homme avait le don de chasser provisoirement ses troubles. Il le fascinait complètement. Jason avait semé en lui des graines qui lui permettait de ne pas sombrer totalement dans l’alcool, la drogue ou la facilité d’une vie sans relief. Avec lui tout était possible. Une fois à l’étage, les portes s’ouvrirent dans un petit tintement de cloche. Il fit un pas et s’arrêta en voyant Jason déjà levé, penché sur sa table basse. Jaxson haussa les sourcils.

Déjà réveillé ?

Jason se tourna vers lui. Son sourire bienveillant comme son attitude en générale le faisait fondre. Il émanait de lui une douceur et une compassion qui l’avaient apaisé immédiatement. Son regard était reposant. Jax se sentait en sa présence, sa colère s’évaporer et une grande joie l’envahir. Tout en s’approchant, le mécanicien secoua la tête.

Reste assis. Je t’ai apporté le petit déjeuner.

Une fois à sa hauteur il se pencha pour l’embrasser. C’était si bon. Jaxson voulait que ces petites attentions deviennent leur quotidien. Se dire bonjour en s’embrassant, se prendre dans les bras et se cajoler dans le canapé. Il posa les sacs à côté de ses dossiers pour éviter de les tâcher avant de s’assoir à côté de lui.

Si je te dérange dans ton travail je peux te laisser, je passerais plus tard. Je voulais juste être sûr que tu manges à ta faim. Puis tu m’as manqué alors je voulais te faire un bisou.

Il se sentait un peu bête. Il n’avait pas pensé que Jason pouvait travailler si tôt. Le déranger n’était pas son intention. Néanmoins le voir, le toucher, lui faisait un bien fou.

Je suis désolé, je n’ai pas pu te joindre mais tu m’as terriblement manqué, mon coeur.

(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Sam 20 Jan - 19:48

Mon café bien que brûlant avait le don de me réveiller. Je frottais mes yeux avant de glisser mes lunettes noires sur mon nez afin de mieux me concentrer. Le goût était bien trop amer mais je n’avais pas envie de sautiller encore vers la cuisine pour aller chercher un sucre. J’avais vraiment hâte de me débarrasser de cette jambe plâtrée qui n’était que source d’inconvénients. Je tentais de me concentrer sur le dossier d’une cliente qui voulait revisiter l’émission de mon incroyable anniversaire pour sa fille mais mes pensées étaient ailleurs. Jaxson. Encore. Et puis ce canapé m’empêchait aussi de me concentrer, je repensais à la fois où nous nous étions lâchés avant de se faire surprendre. Ce malentendu ce jour-là me faisais sourire à présent. Et plus je pensais à nos dernières étreintes, plus j’avais envie de le retrouver. C’était bien simple, il avait laissé sa trace dans mon cœur comme dans mon appartement. Chaque objet, même une simple fourchette, me faisait penser à lui. Je devais le revoir. C’était presqu’obsessionnel. Soudain, comme s’il avait lu dans mes pensées, la porte de mon appartement s’ouvre, je me retourne et aperçois Jaxson. Mon Jaxson, tout sourire. Putain son sourire. J’avais presqu’oublié l’effet qu’il me procurait. Mon cœur sautille, mes poils s’hérissent et je souris à mon tour incapable de prononcer le moindre mot. Cette surprise me fait un bien fou, et j’avais envie de le serrer dans mes bras. Il s’approche enfin de moi en me demandant de rester assis. Au mot déjeuner, mon estomac gronde. Je mourrais de faim en réalité. Il se penche pour m’embrasser et je glisse ma main sur sa joue chaude. C’est électrisant. Je pousse les dossiers pour laisser de la place pour manger et recule mes fesses pour qu’il s’installe à côté de moi.

« Non, ne pars pas déjà ! Tu m’as tellement manqué que j’arrivais pas à me concentrer de toute façon : je pensais trop à toi » Je rougis comme une jeune fille de quatorze ans devant son crush du mois. « C’est trop gentil à toi d’avoir apporté tout ça, je meurs de faim. J’ai plus rien à manger à cause de cette jambe qui m’empêche de conduire. Je déteste prendre les transport en commun et sentir l’odeur de ses gens sales et puis, se frotter aux autres pour avoir de la place, c’est pas pour moi. » Je dépose mes lunettes sur une pile de dossiers « Je sais que tu n’as pas pu me joindre, je ne t’en veux pas même si je dois t’avouer que c’était pas facile pour moi de ne pas avoir de tes nouvelles. Ça se passe comme tu veux chez…euh…Chez toi ? » Je m’arrête de parler, je suis tellement heureux de le voir, et j’ai tant de choses à lui dire que je me transforme en pie bavarde. « Pardon, je parle trop… Je suis content que tu sois là, Jaxson. » Je ne me retiens pas plus longtemps, je le serre dans mes bras. Cette douce chaleur m’enivre, il m’avait manqué. Je passe une main dans ses cheveux et glisse mon nez dans son coup. Une odeur vient frapper mes narines. Du parfum de femme. Je tente de rester calme mais je ne peux empêcher de dire, le plus calmement qu’il m’est possible de faire « Tu sens son odeur...Son odeur à elle… » J’avais brusquement envie de savoir s’ils dormaient toujours ensemble, s’il était toujours obligé de lui faire l’amour ou de l’embrasser. Je secoue la tête pour chasser ses pensées qui risqueraient de foutre en l’air nos retrouvailles. Je tente de sourire avant de lui proposer de manger « T’as pris quoi ? Oh ! » M’exclamais-je en voyant les fleurs « Je ne te savais pas si romantique ! » Mon sourire devient sincère. Il illuminait la pièce depuis qu’il était arrivé, mon cœur retrouvait son rythme, un but pour lequel battre. Je ne voulais plus qu’il me laisse seul aussi longtemps.
Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 21 Jan - 11:00




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





Il était bien. Trop bien. Le revoir faisait un bien fou. Une fois assis, il glissa ses doigts dans ses cheveux. Jaxson hocha la tête. Il n’allait pas partir de si tôt, au moins pour s’assurer que son petit ami mange correctement. Jason avec des lunettes. Ça lui embrasa l’entrejambe, ça rendait son beau brun encore plus mignon avec cet air intelligent et occupé.. Les doigts se glissèrent dans sa nuque. C’était trop mignon. Jaxson hocha de nouveau la tête. Jason avait envie de parler et le voir aussi pipelette ça lui faisait plaisir. Il lui parlait des courses, des gens « sales ». Un petit sourire se dessina sur son visage. Ce petit côté hautain était si craquant chez lui alors que chez quelqu’un d’autres ça lui aurait probablement donné l’envie de le tabasser.

Je ne partirai pas si tu veux que je reste.


Les doigts lui caressant les cheveux, il lui prit lentement les jambes pour les glisser sur les siennes. Sa main se posa sur sa cuisse chaude, lui qui était en sous vêtement. Le voir a côté de lui c’était bon. Penchant la tête sur le côté il ne le quitta pas des yeux. Il parlait, il parlait. C’était si mignon.

Ça se passe. Puis il ronronna quand Jason glissa son nez dans son cou. Son parfum imprègne chaque pièce c’est insupportable. J’ai envie de partir. Elle me rend fou. Depuis que je dors dans le salon, elle s’accroche à moi comme si elle avait senti quelque chose.

Il avait parlé en regardant le vide. Sylwia était insupportable. Elle le collait constamment. Ses doigts avaient caressé sa cuisse distraitement. Seul Jason pouvait l’écouter et le comprendre. Vivement le divorce pensa-t-il. Il ne savait pas trop pourquoi de telles pensée venaient à lui à cet instant. Est-ce que c’était l’accumulation d’émotions qui le rendait dans cet état ? Il n’avait pas la réponse et cela n’avait pas d’importance. Ce matin, il allait passer un bon moment avec son amoureux et ça lui plaisait d’y penser. Un large sourire se dessina sur son visage à l’idée de manger. Son vente gronda. Jaxson se redressa et sortit du sachet tout ce qu’il avait acheté avant de ricaner bêtement.

Bah… Je me suis dit que c’était peut-être ton truc et que ça faisait pas grand chose un petit dej mais avec une fleur c’mieux tu vois ? affirma-t-il tout en sortant un à un les paquets soigneusement emballés. Posant les deux cafés et les jus sur la table basse il énuméra ses achats en espérant le faire saliver. J’ai pris du café - parce que je savais pas trop si tu prenais un truc particulier comm du Cappuccino ou quoi - du jus d’orange et je crois… il soulevant un des gobelets. Je crois que y en a un Orange/carotte et l’autre juste jus d’orange. A toi de choisir celui que tu veux. Hmm… Des oeufs brouillés, des pancakes et des croissants. Jaxson attrapa les deux petits sachets de sucres puis plia le sac en deux et le posa au sol pour faire un peu de place.

Prenant un des cafés, il ouvrit l’opercule et le tendit à Jason. Le pauvre, il avait faim et il n’avait rien dans le frigo ni dans ses placards. Sa jambe, le gênait trop et tout ça c’était de la faute de ses frères. Mais il préférait ne pas y penser.

Ah oui j’ai pris le journal dans ta boite, il dépassait. Il le lui tendit. Je me suis dit qu’un homme occupé comme toi devait lire les nouvelles d’Austin pour bien commencer la journée. Il lui vola un baiser glissant ses doigts sur sa cuisse. Ça n’avait rien de sexuel, juste être en contact avec sa peau, lui faire sentir qu’il était là. Jaxson retira sa veste. Il n’avait pas prit de pull, juste un t-shirt moulant qu’il avait attrapé en vitesse pour faire le moins de bruits possible. Il prit son café et commença à le boire. Alors ? Des nouvelles importantes dans le monde fermé de notre chère ville ?


(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 21 Jan - 15:46

Enfin Jaxson était là, et sa présence me faisait un bien fou. Evidemment, je n’avais aucune envie qu’il parte, je voulais qu’il reste à mes côtés. Seule sa présence suffisait à apaiser mes difficultés de concentration.  C’était comme si il avait apporté le soleil avec lui bien qu’il fasse un ciel radieux dehors. J’avais envie de rattraper ces deux jours perdus passés sans lui, il m’avait tellement manqué que j’avais envie de me blottir dans ses bras et lui parler jusqu’ en perdre la voix. Il déplaça mes jambes pour les mettre sur les siennes, et ce contact aidait à apaiser toutes ces pensées négatives qui tournaient en boucle dans ma tête. J’étais pressé que sa situation s’arrange, pour que nous puissions vivre ensemble mais je devais me faire violence et faire preuve de patience.

« Si ton canapé n’est pas confortable, j’ai un grand lit, j’peux te faire une petite place » dis-je sur un ton taquin. Mon cœur était soulagé d’entendre qu’il ne dormait plus avec elle, qu’il ne partageait plus ses draps. « J’sais pas comment ta fait pour la supporter tout ce temps, à l’Eglise, en trois minutes, elle avait réussis à me soûler avec son accent des goulags là. » Je ricane un coup, cracher sur le dos de cette russe ou polonaise, quelle importance de toute façon, me faisait du bien. Je pris la main de mon beau barbu tendrement et par ce geste, je lui envoyais tout mon soutien. Il semblait vraiment en avoir marre de cette situation et ça me réconfortait. J’étais prêt à attendre que les choses s’arrangent, parce qu’il m’aimait autant que je l’aimais. J’attrape les fleurs et comme tout le monde, je les porte à mon nez pour renifler leur odeur. Elles sentent le changement, elles sentent l’écriture d’un nouveau chapitre de nos vies. Je les dépose sur la table à côté de tous les paquets emballé. « Mon Dieu, t’as craqué ! On en aura pour deux jours. Tu seras bien obligé de revenir, je ne pourrais pas manger ça tout seul demain matin » Je lui lance un clin d’œil. « C’est parfait, Jaxson. Tu es vraiment adorable » Pour le remercier, je penche mes lèvres vers lui et attrape les siennes. Elles m’avaient manqué elles aussi. Sa barbe chatouille mes joues imberbes. Sa jolie barbe rousse. Mon ventre affamé, me pousse à détacher ses lèvres des siennes. Je pourrais passer ma journée à l’embrasser et à me perdre dans ses yeux magnifiquement bleus. J’attrape le café qu’il m’avait apporté, délaissant la tasse que je m’était fait couler avant qu’il n’arrive. Il était bien meilleur que le mien. « J’bois du Café noir, t’as bien choisi, mon amour » J’attrape un pancake que j’enfourne dans ma bouche, je mourrais de faim. Les grognements de mon ventre se calmèrent un peu. « Oh ! Chto chentil ! » Ajoutais-je la bouche pleine en prenant le journal que lui tendait son beau mécanicien. Même la bouche pleine de morceaux de pancake il m’embrassa. J’voulais rire mais j’allais tout cracher sur son beau t-shirt qui lui moulait les pectoraux. Je me perdis quelques instant sur ses courbes musclées avant de me plonger dans la lecture du journal pour chasser mon trouble visuel. Je porte son délicieux café à mes lèvres et n’ayant pas eu le temps d’avaler lorsque je lu cette nouvelle effroyable, je recrachais tout sur le journal aspergeant Jaxson au passage. « OH PUTAIN L’ENCULE DE MERDE ! » La colère s’empara de moi, la haine prit la place du bonheur que je ressentais quelques secondes plus tôt « C’EST QUI CE CHARLATANT DE MES COUILLES LA ?! » Je lisais l’article avec une vitesse effarante. Mes yeux volaient entre les lignes de gauche à droite. Je bougeais mes jambes de Jaxson pour me rassoir sur le divan. « ‘vais le buter… » Soufflais-je. Ma tête est rouge pivoine. Mes mains tremblent, j’avais envie de tout exploser. Ma main frappe la table basse, qui de verre éclate en mille morceau et me lacère la main. Je ne ressens pas la douleur, je suis bien trop énervé de constater que le Maire à fait appel à une nouvelle société d’événementiel. Il m’avait remplacé alors qu’un contrat nous liait lui et moi. Et c’est quoi cette merde de festival des fleurs ? « Après on se demande pourquoi je ne fais confiance à personne ! Putain, j’vais lui faire brûler son festival à la con. J’t’assure Jaxson, faut pas me prendre pour un con » Je me lève, prêt à quitter l’appartement dans une rage folle pour aller m’expliquer avec ce connard de Gary Beauxmurs qui organisait un évènement pour la Mairie à ma place.

Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 21 Jan - 16:24




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





Tout s’éclaira dans l’esprit de Jaxson. Il voulait emménager avec lui. Son beau brun. Tout en riant dans un souffle il hocha la tête. Ce n’était pas une mauvaise idée de passer la nuit avec lui et de prendre un peu de place sous ses draps. Il avait envie de lui dire qu’il était bien, de discuter avec lui de tout ce qu’il pressentait, de l’avenir qu’il entrevoyait avec lui. Mais il ne fallait pas. Il avait peur qu’il refuse. Et le fait qu’il lui propose de rester dormir, qu’il critique sa femme, lui laissait penser qu’il était maintenant temps qu’il se prenne en main.

Pas sûr que tu dormes si je viens cette nuit. souffla-t-il tout en prenant une gorgée de son café sur un air entendeur. Parfait comme ça on a déjà le petit déjeuner demain, alors. Il lui fit un clin d’oeil en réponse au sien. Après ce petit baiser sucré il reprit une gorgée de café.

Le temps qu’il passait avec lui était plus que merveilleux. C’était doux et tendre. Attrapant un croissant il se mit à grignoter tout en câlinant son petit copain. C’était si bon. Alors que Jason lisait son journal, Jax pensa à une cigarette et pourquoi pas aller faire des courses pour Jason ou lui réparer sa voiture le temps qu’il puisse travailler. Etre présent sans le déranger car il savait que le boulot de son petit ami était très important. A la voix de Jason Jax fut soudain inquiet. Tout allait trop vite. Il ne comprit rien jusqu’à ce que Jason tape du poing sur la table et fasse exploser le verre en mille morceaux. Son t-shirt fut aspergé de café. Il n’était pas près pour une autre crise et puis voir le sang sur les doigts de Jason lui retourna l’estomac. Jax se doutait que ça reviendrait. Il y avait pensé pendant deux jours, il y avait encore réfléchi en venant. Il ne voulait plus de cris et de colères. Il aurait aimé le calmer, le rassurer et que tout ça ne soit plus qu’un mauvais souvenir mais ça revenait au galop et il ne s’en sentait pas capable. Leur rencontre avait été faite dans un contexte particulier et c’était la seule fois il son coeur avait chaviré. En général ses émotions étaient verrouillées. Les exprimer pour quelqu’un d’autre, comme une personne normale lui semblait compliqué.
Il s’était levé lui aussi, et alors qu’ils étaient debout, les yeux dans les yeux, dans un élan de spontanéité qui traduisait son inquiétude :

Calme toi ! Montre moi ta main !

Il avait senti que Jason avait besoin de ce contrat pour sa carrière et qu’indirectement, peut-êt, cela allait faire échouer ses plans. Cette fois, il était plein d’espoir, Jason allait se calmer, comme un adulte, il allait souffler un coup et ils iraient à l’hopital faire soigner sa main. Que cette crise puisse se terminer en paix. Une partie de lui voulait que le temps s’accélère, qu’il soit déjà dans les bras de Jason à le caliner dans le lit. Une autre lui murmurait que cette attente, cette pause était aussi synonyme de bonheur, que c’était le plat le plus savoureux dans la vie.
Jaxson n’était pas très loquace et ne savait pas quelle attitude avoir vis-à-vis de Jason. Lui prenant le poignet il le serra légèrement pour le retenir et le forcer à lever son bras.

Tu ne vas nulle part avec cette jambe et cette main ! Tu n’arrangeras pas la situation en y allant en gueulant ! Et puis ta voiture n’est pas réparé et tu ne peux pas conduire ! Et moi je te prends pas pour un con, alors écoute moi. Il lui prit le visage entre les mains. Calme toi, mon coeur. Il lui caressa doucement la nuque. On va d’abord soigner cette plaie et tu vas t’assoir pour te calmer. Tu saignes beaucoup !

(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Lun 22 Jan - 0:24

Prendre ce petit déjeuner avec Jaxson était la meilleure chose qui me soit arrivé ces derniers jours. Je voulais profiter de ces heures passées avec lui à entendre son rire, le regarder manger, plonger son regard dans ses yeux qui étaient les plus beaux du monde, sentir son souffle sur ma peau, embrasser ses lèvres mais… comme à chaque fois, comme si une épée de Damoclès planait en permanence au-dessus de nos têtes, tout éclata en mille morceaux comme la table basse du salon. Les minutes de bonheur que nous venions de partager pour nos retrouvailles venaient de se briser, laissant place à la colère qui me submergeait. Pauvre Jaxson. De rage, j’avais explosé la table de mon salon, je perdais les pédales. Je perdais le contrôle, encore une fois. Était-ce parce que Jaxson était là ? Habituellement, je n’aurais pas été si agressif, j’suis plutôt un agneau avec des crocs, pas un ours armée d’une massue. Debout, je suis prêt à laisser Jaxson dans mon salon et partir en direction de la mairie. Mais il se matérialisa devant moi, me faisant redescendre un peu sur terre. Oui ma main. Du sang. Merde. Comment ai-je pu péter un plomb à ce point-là ? Lui avais-je fait mal dans mon élan de colère ? Mes yeux se radoucirent un instant mais j’avais toujours cette énergie dévastatrice au fond de moi, un monstre qui voulait me mettre à rude épreuve. Je lève ma main devant mes yeux et enlève mon T-shirt pour l’enrouler, afin d’éponger tout ce sang. Je ne ressentais aucune douleur. Avais-je vraiment la main en si piteux état ?

« Jaxson, j’suis en train de péter les plombs » ca sort comme ça, sans que je contrôle. Mon regard vide se pose sur la table du salon. « T’as raison. Je…J’dois pas bouger » Mon corps tombe comme une massue sur le canapé, mes yeux toujours rivés sur cette table que je venais d’exploser. Tout s’était déroulé tellement vite. Comment un simple gars avait pu me faire sortir de mes gonds. En vérité, j’accumulais beaucoup trop de choses négatives. D’abord Jaxson avec ses histoires de familles, même si je faisais tout pour ne pas y penser, ça me rongeais de l’intérieur, ma patience souffrait beaucoup trop. Ensuite, y’avait cette foutue jambe qui m’empêchait de bouger normalement, de faire mon travail correctement. Et la goutte d’eau qui faisait déborder le vase c’était que le Maire avait choisi quelqu’un d’autre pour organiser un festival pour le printemps. J’avais trop de choses à penser, trop de choses à gérer, trop d’inconnues sur lequel me fier. Je pétais les plombs tout simplement.

« Ma vie est un fiasco total » dis-je en regardant le sol comme si c’était la chose la plus intéressante. Je soupire. Je ne suis pas triste, ni malheureux, juste terriblement fataliste. Terriblement déçu de constater que tout m’échappe, que je ne maîtrise plus rien. « Tout m’échappe…C’est fou… » Je ne vois plus Jaxson, juste chaque minuscule morceau de verre brisé. J’ai trop de pression sur les épaules, je me prends trop la tête. Je sens que le t-shirt qui enroule ma main commence à s’humidifier, laissant sans doute une trace de sang sur la cuisse sur laquelle ma main et posée : « Cette main n’est que le résultat imagé de ma vie. Un putain d’échec. » Je lève mon regard vers Jaxson, mon visage est neutre, comme si toute émotion avait quitté mon corps. « J’crois que la pire chose qui pourrait m’arriver après tout ça, c’est que tu disparaisses » Une larme de trop plein s’échappe de mes cils et tombe sur mon ventre nu. Y’a pas de tristesse, juste ce vase de pression trop rempli. « Mon travail est en train de me rendre dingue et le pire, c’est que je peux pas m’arrêter. J’en veux toujours plus. Toujours plus d’objets, toujours plus de clients pour toujours plus d’argent. Et le pire tu sais ? » dis-je en levant les yeux vers lui « C’est que je suis un putain d’arnaqueur. Et ouais. Arnaqueur et drogué qui plus est ! Même pas fichu d’entretenir une bonne relation avec les gens autour de moi. T’sais que je n’ai pas une seule relation saine ? » Ces mots sortent sans que je ne puisse les contrôler, ils se déversent sur le pauvre Jaxson qui n’avait rien demandé « Et Bordel, avec toi tout est tellement parfait, que je me demande quand ça va foirer. J’te jure. C’est horrible hein ? » Et voilà, j'avouais ce qui le concernait. Il allait partir, qui pourrait supporter de vivre avec un type comme moi. En quelques jours, j'lui en avait fait voir de toutes les couleurs, je passais du rire aux larmes. J'étais incontrôlable, mes réactions devenaient imprévisibles et là, je parlait comme le condamné qui ressassait ses regrets avant de passer sur la chaise électrique.


Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Lun 22 Jan - 21:24




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





Quelques secondes avant, tout allait bien. Mais après avoir le journal, une dernière fois, Jason avait pété les plombs. Ils avaient pourtant passé un bon début de matinée. Il avait simplement hurlé puis cassé une table avant que Jaxson ne puisse comprendre ce qui se tramait. Une crise de colère. Jamais il n’avait vu son petit ami comm cela. Il l’avait toujours vu comme un petit mec aux bras bien plus mince que les siens, calmes, serein, toujours mûrement réfléchi. Cette fois-ci ce fut tout le contraire. Son travail semblait la base même de sa vie, son essence. A la moindre erreur allait-il péter les plombs comme ça ? Quand Jason redescendit enfin sur terre, il lui prit le poignet et l’aida à enrouler son t-shirt autour de sa blessure. Le mécanicien s’apprêtait à aller chercher de quoi le soigner dans la salle de bain quand sa phrase brisa le silence. Se tournant vers lui, il parut totalement désarçonné. Jason était donc au fond du trou ? Lui qui paraissait si fort. Tandis qu’il parlait, Jax ne bougea pas. Il baissa les yeux vers lui, quelque chose avait changé dans sa voix. Elle semblait plus triste, plus profonde et grave. Le barbu l’observa sans arriver à décider si il devait insister. Finalement il préféra s’abstenir.
Quand ls yeux de son beau brun se levèrent vers lui, il sentit comme une décharge puis un immense froid le parcourir le corps. Il s’assit immédiatement à ses côtés et secoua la tête. Il l’écouta attentivement jusqu’au bout sans rien dire, ne sachant quoi faire pour lui montrer toutes les choses positives qu’il avait sous les yeux. Malheureusement, Jason et lui se connaissaient peu. Trop peu. Glissant délicatement sa main sur son épaule, Jaxson inspira profondément et parla d’une voix la plus calme et la plus posée qu’il puisse :

Mon coeur, tu peux être sûr d’une chose : Je ne te quitterai pas. Je ne vais pas disparaitre sinon pourquoi j’aurais déjà pris rendez vous avec un avocat ? Je le fais parce que je veux être avec toi et qu’on ait plein de projet. Alors non, je reste. Il va falloir que tu me mettes dehors si tu veux plus me voir dans ta vie. Il lui caressa délicatement l’épaule. Et puis je t’aime, bordel ! Je t’aime comme j’ai jamais aimé personne de ma putain de vie ! J’ai jamais été aussi heureux.

Il marqua une pause. C’était peut-être beaucoup à entendre pour lui mais Jaxson parlait avec son coeur pour celui qu’il aimait plus que tout au monde. Pour ce qui était de la drogue, le barbu en savait quelque chose. Lui il était plus alcool mais bon, ça restait une addiction comme une autre. Il hocha la tête.

Pour ce qui est de ta dépendance, je peux t’aider… On va dire que je peux comprendre, je bois beaucoup. Il ricana. Mon côté Russe/écossais je suppose. Soudain il se rappela qu’il ne lui avait jamais dit pour ses origines. Il haussa les épaules. Et pour le reste, je suis là. Je peux t’écouter, on peut en parler. Je… Je suis pas aussi fort que toi ou avec toute ton intelligence. Je peux juste te dire que je t’aime quoique tu fasses. Il lui prit le visage entre les mains. Moi aussi j’ai peur que ça foire parce que j’ai peur que tu te rendes comptes que je suis pas assez bien pour toi. Même si je le pense déjà, je suis pas à ton niveau, je veux pas qu’on se sépare. Je veux pouvoir t’embrasser dans la rue, t’enlacer, vivre et voyager avec toi !

Il déposa un baiser sur son front.

Allez viens. On va soigner ça.

Il se leva et lui prit l’autre main avant de l’entrainer dans la salle de bain.

(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Mer 24 Jan - 16:12

Je me sentais vide. Tellement vide de tout ressenti, de toute émotion. J’avais cette horrible impression d’avoir raté le coche, d’avoir moi-même provoqué cette descente aux enfers, d’avoir fait exprès de me flinguer la santé. Et malheureusement, Jaxson assistati à tout ça alors qu’il était la meilleure chose qui me soit arrivé depuis longtemps si on oubliait ses frères et nos problèmes particuliers de couple. Parce que oui, c’est ce que nous étions, un couple. Un couple branlant, bancal même mais pourtant si amoureux. J’avais envie de lâcher du l’est, j’avais envie de profiter à fond de mes sentiments, lâcher prise pour une fois et me laisser envahir par ce bonheur que je bloquais à chaque fois. Seulement mon travail avait été une thérapie, une putain de vocation qui m’avait fait renaître, qui m’avait montré que je pouvais avoir des couilles et du talent. Je devais tout à mon travail, sans lui où est-ce que je serais aujourd’hui ? Sans doute sous un pont à bouffer des rats. Et sans lui, je n’aurais pas rencontré Jaxson, c’était mon entreprise qui avait poussé ici, qui m’avait permis d’acheter cette voiture que je rêvais de m’offrir, cette voiture qui m’avait conduit tout droit dans le garage de Jaxson (et qui n’était toujours pas réparée d’ailleurs).

« Tu dis ça, mais c’est ce qu’ils font tous à chaque fois, ils claquent la porte » Mon ton es las, fatigué. Je n’ai plus la force de croire en quoi que ce soit alors que mon cœur l’aime à en faire exploser Fukushima. Mais mes yeux s’illuminent lorsque j’apprends qu’il a fait appel à un avocat, qu’il a commencé à entamer les démarches pour le divorce. Je le laisse continuer, ses mots me réconfortent, me réchauffent le cœur et tentent de raviver les faible braises qui consument lentement mon âme. « Je… Je savais pas…Si je le sais mais, j’ai tellement de mal à croire que… que quelqu’un ne va pas m’abandonner. » Parce que ça aussi c’était un problème, les gens m’abandonnaient toujours. D’abord ma mère, puis mon père qui se laisser sombrer dans la maladie qui le forçait à m’oublier, mes anciens amants… Je suis désespérément seul, mais à présent, Jaxson était avec moi et je devais mettre ma peur de l’abandon de côté. Et cette situation, me pousse à me confier à lui, à lui révéler des choses que je n’ai jamais dîtes à qui que ce soit par manque de confiance « Tu sais, Ma mère est partie quand j’étais enfant, mon père ne va bientôt plus me reconnaître. Je n’ai pas de famille. Je suis tout seul. Et tu débarques, alors ça me fait péter les plombs. A chaque seconde, j’ai peur que tu partes toi aussi. C’est un schéma que je connais que trop bien pour ne pas le craindre. Alors, je suis désolé. Désolé de douter à chaque fois. Pourtant j’ai confiance en toi, parce que tu es unique, tu me montres que tu m’aimes mais j’ai ce doute qui stagne en permanence et je n’arrive pas à m’en défaire. » Evidemment, y’avait d’autres facteurs qui m’avaient poussé à défoncer cette table d’un coup de poing, mais parler à Jaxson de mes craintes me faisait un bien fou. Et s’il partait, cela prouveras qu’encore une fois, j’ai eu raison.

« J’peux pas arrêter de prendre tous ces trucs chimiques. Ils me font tenir debout et éveillé. Sans ça, j’hiberne jusqu’à l’hiver prochain. C’est devenu vital pour moi. Fin, ouais j’suis accro, drogué, mais sans ça, j’peux dire adieu à mon entreprise. » Je pose mes yeux sur lui lorsqu’il m’annonce qu’i boit un peu trop. J’avais remarqué ça à l’Eglise lorsque je l’avais croisé avec sa femme. Sa fiole avait glissé au sol, et je me souviens avoir trouvé que ça renforçait son côté mauvais garçon. Sur quelqu’un d’autre, j’aurais trouvé ça ridicule, mais chez lui, je trouvais ça sexy. Ça a du contribuer à me pousser à faire des cochonneries dans le confessionnal. « T’es Russe ? » Sur le coup, ça m’a étonné. Il n’avait pas la tête de l’emploi mais ça expliquait l’esprit étroit de ses frères et je comprenais mieux pourquoi il n’avait pas accepté son homosexualité plus tôt.

Et puis, j’ai eu envie de le gifler. J’avais envie de lui faire ravaler ses paroles, de ne jamais les avoir entendues. Je fronçais les sourcils et secouait la tête, renouant contact avec les sentiments qui m’avaient quittés quelques minutes plus tôt. Il n’y avait que lui pour me ramener sur terre, pour me faire sentir vivant. Ses mains enlacent mon visage fâché d’entendre de pareilles conneries. « Arrête de dire ça. C’est faux et tu le sais bien. T’es à mon niveau, bébé, parce que tu sais quoi, personne ne t’arrive à la cheville. Alors, je te jure, la prochaine fois que tu me sors ça, je t’en colle une pour te remettre les idées en place. » Ma voix trahissait mon visage fermé. Elle était enjouée, plus douce que tout à l’heure. Jamais je ne lèverais la main sur lui, c’était impensable. Je voulais juste qu’il prenne conscience de la place qu’il occupe dans ma vie. Pourquoi se rabaissait-il ainsi ? J’approche son visage du sien et frotte mon nez contre le sien doucement « Moi aussi je veux vivre avec toi » soufflais-je avant de poser mes lèvres délicates sur les siennes comme pour me faire pardonner. C’est bref, futile mais son contact contre ma peau même si éphémère me fait un bien fou.

Il se lève et m’entraine dans la salle de bain pour me soigner. Je passe ma main au-dessus de l’évier et enlève mon vieux t-shirt qui a troqué son bleu contre du rouge. Le résultat est moins pire que la violence du geste. J’ouvre le robinet pour qu’un filet d’eau nettoie mes plaies. L’eau prend la couleur du sang mais je ne peux quitter Jaxson du regard qi s’affaire à me soigner. Si Jaxson avait réagi comme moi, je me serais caché dans un coin tout tremblant. Je basse les yeux lorsque je lui lâche « Je suis désolé… C’est pas dans mes habitudes… je suis pas quelqu’un de violent… j’crois que… J’crois que, fin. Merci pour tout. » Dire merci avec sincérité, il n’y avait qu’avec lui que je pouvais le faire. Et j’étais convaincu qu’il était l’homme que je recherchais depuis des années. L’homme de ma vie, c'était lui. « Et si tu... heu..; si tu t'installais ici ?» J'avais envie qu'il reste près de moi, le retrouver chaque soir en rentrant, l'entendre prendre sa douche alors que je travaillerais sur mes dossiers sur la nouvelle table du salon, le voir dormir le matin quand je partirais travailler, partager mes repas, se disputer pour le programme télé. Je voulais construire quelque chose avec lui, quelque chose de solide qui pourrait durer toute la vie.


Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Mer 24 Jan - 22:30




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





Il s’était passé beaucoup de choses depuis lur rencontres : la lutte sans espoir pour tenter de se faire passer pour hétéro, puis l’inévitable retrouvaille avec Jason, puis les coups suivi d’un congé. Toujours collé à lui, Jason semblait complètement perdu. Son travail c’était toute sa vie, tout ce qu’il avait construit. C’était si mignon, attendrissant, excitant… Jason et son bébé. Jax hocha la tête.

Je sais tout ça. Je l’ai bien compris. Mon père m’a abandonné aussi. Il est partit comme ça alors je comprends ta douleur. Et je peux te le répéter tous les jours : je ne t’abandonnerai pas. Pour ton travail, je sais que c’est ton bébé.

Soudain l’expression sévère de Jason ne laissait pas de place au doute. Jax se sentait bien moindre par rapport à lui. Il n’avait pas fait son entreprise, pas de diplôme, pas d’études, pas réussi dans la vie et était loin d‘être aussi cultivé que son beau brun. Tout ça c’était au creux de son ventre comme une boule de nerf accroché à lui en permanence. Quand est-ce que Jason allait se rendre compte qu’ils n’étaient pas au même niveau ? Dans tous les cas il n’avait pas apprécié cette révélation. Jax ne put réprimer un petit rire quand il lui dit d’un ton enjoué qu’il allait le frapper. L’image était presque comique mais vu la façon dont il avait fracassé la table basse, le barbu n’allait pas rire longtemps s’ils en venaient aux mains.
Une fois le tendre baiser passé puis dans la salle de bain, il avait prit de quoi lui faire un pansement. Jax observait son amant faire couler de l’eau sur sa blessure. Il esquissa un sourire en coin avant de secouer la tête. Jason était si mignon et tout autant fragile que Jaxson, à sa manière à lui. Entre eux ça coulait presque source, comme si c’était naturel, comme si c’était liaison existait depuis toujours et dans toutes les dimensions.

Ne t’excuse pas, je sais que t’es pas violent… Même si tu voulais me frapper tout à l’heure, souffla-t-il pour rire en levant les yeux au ciel. Petite référence à sa menace quelques minutes plus tôt. Jaxson savait que c’était une plaisanterie.

Le mécanicien resta silencieux pendant un moment. Il sentait que Jason voulait dire quelque chose sans savoir probablement comment aborder le sujet. Finalement il lâcha sa proposition. Ses yeux se firent alors plus brillant et son visage devint pâle. Les battements de son coeur s’accélérèrent. Pendant un bref instant, il eut la tête embrouillée par un milliard de pensées.

T’es… t’es sérieux ? Se mettant à trembler comme une feuille il agita les lèvres sans qu’aucun sons ne sortent. C’était rapide. Ils s’étaient mis ensemble seulement deux jours avant. Tu… T’es sûr ? Je veux dire avec mes frères et puis… Je veux pas brusquer ta vie ou quoi. Je l’ai déjà assez fait comme ça…

Jaxson ravala un sanglot. Il lui était arrivé mille fois de s'imaginer dans un endroit pareil auprès d’un bel homme. Et là, il lui demandait s’il voulait bien vivre avec lui. Ca promettait beaucoup de bonnes choses. Posant la main sur le meuble le plus proche, il se sentait défaillir. Dans un long frisson puis une grande chaleur, il hocha rapidement la tête.

Oui. Oui je veux vivre avec toi. Je veux… je veux m’endormir dans tes bras et t’embrasser à longueur de temps. Je vis plus sans toi ! Le mécanicien hésita à se coller contre lui mais il renonça - préférant pouvoir s’appuyer au meuble. Il lui fallut un court instant pour maîtriser son trac et se rappeler qu’il était juste face à son petit ami et qu’il pouvait parler librement. Il parcourut la pièce du regard puis glissa sa main sur les reins de Jason avant de souffler : J’en peux plus de vivre avec elle, je veux être avec toi mais je veux rien brusquer. Je veux pas que tu regrettes après. Je veux vivre avec toi ! Je veux qu’on fasse l’amour. Je veux pouvoir faire plein de choses avec toi ! Glissant lentement son menton sur son épaule il ferma les yeux. Je t’aime, mon Jason, alors oui, je veux venir vivre ici avec toi.


(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 28 Jan - 14:06


Toute ma vie, j’avais rêvé de rencontrer ce type qui me ferait perdre les pédales, ce type avait qui je me sentirais bien, cet homme pour qui je pourrais me battre et pour lequel mon cœur battrait. J’ai toujours aspiré à vouloir construire une famille même si je cache ce désir au fond de moi depuis des années, trop déçu de ces hommes rencontrés qui se volatilisaient. Avec Jaxson, je retrouve cette envie. J’ai la certitude que c’est l’homme qu’il me faut, l’homme avec qui je veux partager mes nuits, mes joies et mes doutes. Cet homme à qui je veux tout donner sans rien attendre en retour. Je le sens au plus profond de moi. C’est lui que j’attendais et même si la situation est compliquée, je ne lâcherais rien. J’apprendrais. J’apprendrais à être patient et je ne voulais pas me taire sur mes envies. Même si j’étais gourmand de sentir sa présence tous les jours, je me ferais violence car je sais que tout prendrait du temps. Lorsque j’étais encore qu’un jeune homme et que je fantasmais sur l’homme de mes rêves, il ne correspondait pas du tout à Jaxson. Je ne m’imaginais pas batifoler avec un homme marié, un homme qui ne comprenait pas son homosexualité. Je n’aurais jamais imaginé tomber sous le charme d’un mécanicien mais plutôt tomber d’amour pour un riche chirurgien, comme quoi, la vie est joueuse mais j’apprécie les cartes qui sont dans ma main. Je n’échangerais jamais Jaxson pour un beau médecin. Je ne pouvais pas prétendre le connaître, je ne savais pas grand-chose de sa vie mais j’étais intimement persuadé que c’était avec lui que je voulais être, c’était lui que je voulais dans ma vie. Même si ça pouvait sembler trop rapide, je ne pus m’empêcher de lui proposer d’emménager, d’être avec moi. Nous voir nous deux dans cet appartement me remplissait de bonheur mais Jaxson ne semblait pas être de cet avis et le voir trembler et justifier ma précipitation me fit un pincement au cœur. Je détaillais Jaxson du regard, il semblait mal à l’aise. Encore une fois, je commençais à douter de son amour pour moi, était-il vraiment réciproque ? Je baisse les yeux, le cœur trop meurtrit pour dire quelque chose. Je ne pouvais pas le forcer à rester et son comportement était bien trop étrange pour qu’il accepte. Jaxson ne semblait pas aller bien. Son visage devient blême, un bruit étrange s’échappe de sa gorge alors qu’il se maintien au meuble. Toujours la main sous l’eau, je ne bouge pas, j’ai bien trop peur de le brusquer une seconde fois.

« Si…Si tu juges que c’est trop tôt, d’accord… J’attendrais. » Je lâche ces excuses sans aucune conviction, je n’ai pas envie d’attendre. Pourrais-je seulement y arriver ? Alors que je suis en train de frotter mes blessures qui me font souffrir à chaque pression, j’entends ce oui inespéré. Je relève la tête, mes lèvres formant un rond de surprise. Avais-je bien entendu ? Mon cœur rate un battement, mes poils s’hérissent, mes oreilles l’écoutent attentivement alors que dans le creux de mon ventre, j’essaie de clamer ce feu d’artifice qui explose de bonheur. Il se colle contre moi et me tient fermement par les hanches. Je glisse mes bras autour de son cou alors que son menton vient se poser sur mon épaule. Je le serre contre moi, je sens sa chaleur se rependre dans mon corps. Ses paroles me font un bien fou, et l’entendre dire qu’il ne voulait plus être près de cette moche slave, me transporte ailleurs. Je glisse une main dans son dos, son dos si musclé que je caresse avec douceur. Je dépose un baiser léger sur sa joue, puis un deuxième, puis un troisième tout en me rapprochant de ses lèvres. Lorsque j’arrive à leur naissance, ma bouche s’empare de la sienne et je ne veux plus le lâcher. Ce monstre de désir se réveille dans le bas de mon ventre mais ce n’est pas le moment. Je voulais profiter de ce moment câlin avec lui, de ces mots partagés. Ma langue roucoule entre ses lèvres et joue avec la sienne. Je pose mon front contre le sien, écarte ma bouche et je murmure « Je devais partir à New-York ce week-end, mais je ne peux pas prendre l’avion avec mon plâtre. Si tu veux… Tu peux… Tu peux t’installer dès demain… » Mes yeux sont brillants et je ne peux quitter mon regard de ses yeux océan, ces yeux qui m’ont hypnotisés dès qu’il a posé son regard sur moi. « Moi aussi je t’aime et… je suis peut-être égoïste mais… je suis sûr que dès que tu partageras ta vie avec la mienne, tout ira mieux… » Mon cœur fait plusieurs bonds dans ma poitrine, je suis encore attiré par ses lèvres mais le moment est trop important pour que je m’occupe d’une partie de jambes en l’air et puis, le salon est en sale état.

« Je vais aller néttoyer mes conneries pour pas que Weasley se blesse et puis… » Je le regarde avec un regard que je souhaite coquin et je lâche « Et puis, on pourrait continuer ce déjeuner, ouvrir une bouteille de vin pour fêter ça et voir ce que l’avenir nous réserve ? »

Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 28 Jan - 14:43




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





Le moment était beaucoup trop beau. Il allait être heureux, Vivre progressivement une vie normale dans les bras de l’homme qu’il aimait. Jason semblait presque avoir renoncé à entendre un oui et à la vue de sa mine surprise, il avait toutefois gardé une lueur d’espoir car ces deux derniers jours avaient dû lui paraître bien long. Jaxson avait dit oui. Il n’avait pas vraiment réfléchi aux conséquences - comme d’habitude- mais toute son âme le poussait à s’installer chez lui et l’aimer comme il le méritait. Il se sentait heureux et insouciant. Pourtant, les coups et les blessures qu’ils avaient tous les deux reçus, rien n’avait entravé ce qu’il se passait entre Jason et lui, ça avait pris les allures d’un rêve. C’était à peine croyable. Ses lèvres rencontrant les siennes, il poussa un soupir tremblant. Son bas ventre s’était immédiatement réveillé, tel un monstre dans sa tanière. Sans attendre, il poussait contre sa braguette et le suppliait de lui ouvrir la trappe. Ses doigts glissèrent le long de son dos avant d’arriver à la courbure de ses reins. Il avait envie de le déshabiller, de lui griffer la peau et de le caresser longuement. Entre temps, Jason s’était détaché de ses lèvres et c’est la respiration haletante que Jaxson hocha la tête. Jason lui avait dit qu’il pouvait s’installer dès demain. Dès qu’il le pourrait il irait chercher sans affaires sans plus d’explication à Sylwia.

Je suis déjà heureux quand je suis près de toi alors je n’en doute pas une minute.

Il avait envie de l’embrasser, de le soulever et de lui montrer tout son amour sur le sol de la salle de bain ou bien directement sur le lavabo mais Jason semblait vouloir faire les choses bien et notamment nettoyer avant tout. Jaxson hocha de nouveau la tête avant de se figer et d’étirer un petit sourire en coin qui en disait long. Il lui vola un baiser avant de se diriger vers la cuisine. Lorsque Jason alla nettoyer son désordre, Jaxson avait sortit une bouteille de vin et rangé le déjeuner qui s’était retrouvé au sol. Pendant une minute, seul avec lui même, il avait senti planer au dessus de lui cette ombre, ancienne méfiance qui annonçait la peur. Jason, lui terminait de nettoyer.
A mesure que le temps passait, il avait l’estomac qui se nouait d’appréhension et son coeur battait à tout rompre. Et si leur moment partagé n’était pas si superbe que ça ? Et si Jax ne savait pas gérer son excitation et venait trop tôt ? Et si… Trop de questions tourbillonnaient dans sa tête. Pourtant il avait tellement envie de ce corps, de cette peau. Jax leva la tête, leurs regards se rencontrèrent et de nouveau tout alla bien. Il lui adressa un sourire en le voyant se pencher outrageusement pour ramasser les morceaux de verres. Il avait besoin de le sentir contre lui pour se sentir un peu plus rassuré. Il avança vers Jason, une bouteille à la main.

Celle la ? Sa voix avait un timbre très viril.

Jason donnait une image très différente de celle que Jaxson avait découverte lorsqu’il l’avait retrouvé seul, devant lui devant ce bar gay. Il lui avait semblait fragile et sans défense. Aujourd’hui, Jason était son pilier, fort et robuste. Se collant à lui, l’envie toujours dans le caleçon et le bas du ventre, Jaxson souffla à son oreille.

J’crois qu’on aura pas le temps d’ouvrir cette bouteille. Il lui mordilla le lobe. L’envie était trop présente et avec Jason qui s’était penché, ça n’avait fait qu’augmenter un des septs péchés capitaux. Parce que j'ai beaucoup trop envie de toi.


(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Lun 29 Jan - 14:43


Détacher mes lèvres des siennes était une torture indescriptible mais nécessaire. Je sentais le désir de Jaxson contre moi mais nous devions prendre notre mal en patience, nos retrouvailles sous la couette n’en seraient que plus intenses. Si je devais écouter mes plus profonds désirs bestiaux tapis dans le fond de mon âme, je ne laisserais pas Jaxson quitter le lit. Il était plus sage que je nettoie mes conneries dans un premiers temps, je ne voulais pas que Weasley souffre par ma faute. Et par la suite, m’occuper de Jaxson tout en nous délectant d’un délicieux nectar rouge comme en traduisait son doux sourire coquin. Nous avions envie des mêmes choses et si je n’avais pas pété les plombs tout à l’heure, peut-être que nous serions déjà passés aux choses sérieuses. Mais avec des Si, il y aurait beaucoup trop d’hypothèses à nous faire tourner la tête. Un baiser plus tard, et je laisse Jaxson ranger la nourriture tandis que je prends le matériel nécessaire pour balayer les débris de verres qui s’étaient éparpillés comme la peste. Voir tous ses bouts de verres partout me donna envie de retourner me coucher. J’avais l’impression que je n’en viendrais jamais à bout et balayer avec mon pied plâtré offrait un spectacle comique. Ayant enfin rassemblé chaque morceau de verre, je me penche tant bien que mal en avant, veillant à ne pas perdre l’équilibre. A l’aide d’une petite brosse et qu’une ramassette, j’amasse tout sur la palette avant de jeter les débris dans un seau et je recommence l’opération. La voix de Jaxson me fit sursauter alors que je me penchais pour ramasser les crasses pour la troisième fois. Avant que je ne puisse me retourner pour visualiser de quelle bouteille il s’agissait, son corps se colle au mien et grâce au fin tissus de mon caleçon, le désir de Jaxson me donne des frissons et m’arrache un sourire gourmand. Je me redresse lentement, mon excitation grimpe elle aussi et contrairement à lui, elle n’est pas coincée dans un jeans, elle est à la vue de tous formant un chapiteau sous mon caleçon américain. Je sens son souffle dans mon cou et je ne peux m’empêcher de frissonner. Le verre dans la ramassette rejoint les autres dans le seau avec un faible bruit que j’entends à peine tant je suis concentré sur la respiration chaude de mon amant. Je tressaille alors qu’il me mord le lobe en murmurant qu’il meurt d’envie de passer aux choses sérieuses. Les dégâts au sol n’ont plus la moindre importance mais je ne peux m’empêcher de jouer avec la tension sexuelle palpable entre nos deux corps. Je me penche vers l’avant, tout en tournant la tête vers lui, les yeux brillants de provocation tout en prenant soin de ne pas décoller mes fesses de son jeans qui semble vouloir laisser échapper son envie : « C’est dommage, il me reste tant de choses à ramasser… ». J’ai du mal à contrôler mon envie de me jeter sur lui mais ce jeu m’amuse autant qu’il m’excite d’avantage. Sentir le sexe de Jaxson contre moi fait vibrer mes sens, et une chaleur grimpe en flèche dans tout mon être. J’ai envie qu’il se frotte à moi, de sentir sa peau contre la mienne. Je me relève et fait mine d’être outré et je lance feignant une innocente indécence « Tu ne trouves pas qu’il fait chaud ? » dis-je avant de descendre le seul bout de tissu sur mes jambes. Toujours dos à lui, je ne me retourne pas mais je ne peux m’empêcher de me mordre les lèvres, tiraillé entre le déshabiller à son tour ou contrôler mon insolence. Je fais tomber volontairement mes ustensiles de nettoyage qui étaient toujours entre mes mains et lance ironique avant de me pencher à nouveau « Je suis tellement maladroit… »

Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Lun 29 Jan - 22:15




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason







(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Lun 29 Jan - 23:13




Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Lun 29 Jan - 23:46




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason







(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 4 Fév - 14:07




Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 4 Fév - 15:48




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason







Avant d’ouvrir les yeux et de contempler Jason, il sentait sa peau contre la sienne, la douce pression de son ventre contre son sexe, le liquide chaud et son souffle haletant qui soulevait sa poitrine. Un gémissement de bien être lui échappa et restant totalement immobile, il baissa les yeux vers leur union charnelle tout en savourant l’odeur de son parfum musqué. Il ne put s’empêcher de sourire en repensant à cet instant, à ce lien qu’ils avaient noué. Jaxson était épuisé. Son regard s’attarda néanmoins sur son visage aux traits réguliers, au charme fou puis ses larges épaules, son torse et ses biceps. Un sourire étira ses lèvres alors qu’il le contemplait. Puis, se décidant enfin à la quitter, il se retira. Ses joues rosies par l’excitation. Sa respiration saccadée. Puis il se laissa aller à ses côtés. Se tournant vers lui, il le fixa quelques secondes. Jason, l’homme qui le faisait vibrer comme personne au monde.

J’ai l’impression d’avoir été dépucelé avec toi.

Jaxson posa sa paume sur son torse et se mit à sourire. Il avait chaud puis froid. Chaud, contre le corps de Jason, leurs jambes emmêlées, sa main sur son torse encore humide, mais froid car il avait transpirait. La vu du torse d Jason déclencha une volée de papillons dans son ventre.

C’était… magique oui. Il ria dans un souffle. C’est le mot. J’avais jamais pris du plaisir avant. C’était… comme si… Il se mit à rire. Je suis jamais venu aussi vite !

Jaxson se mit à sourire même s’il était un peu perdue. Il n’avait jamais prévu de coucher avec un homme et c’était comme une pointe de couleur dans un tableau en noir et blanc. Partagé entre la joie ce qu’il s’était passé, toutes les sensation,s délicieuses qui l’assaillaient et révéillaient son corps et la crainte de devoir en payer les conséquences. En se relevant sur un coude, Jaxson se pencha pour lui voler un baiser et en profita pour retirer le préservatif et se lever pour aller le jeter. En venant chez lui, jamais il n’aurait cru que ça se passerait ainsi entre eux. En revenant dans la chambre, Jaxson sentit qu’il était peut-être allé un peu fort avec sa jambe. Une douleur le submergea mais devant Jason il préféra ne rien montrer. Depuis quelques jours, il avait l’impression que son bel amant n’avait pas prêté attention à sa prothèse et c’était tant mieux. Il ne voulait pas que ça puisse casser quelque chose. Jaxson s’assit sur le lit et se massa discrètement la cuisse avant de jete un coup d’oeil à son ventre.

Tu vas devoir te doucher. souffla-t-il un sourire aux lèvres. T’es tout sale. Il jeta un regard à son propre ventre. Et moi aussi d’ailleurs.

(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 4 Fév - 17:05


On s’éloigne, nos corps se décollent. Jaxson tombe à côté de moi dans un souffle. Un sourire est collé à mon visage, inébranlable. Je ferme les yeux un instant pour revivre ce moment bien trop court, comme toutes les bonnes choses. J’ai la tête qui tourne, comme si j’avais consommé. Un sentiment de bien-être m’envahi, celui-là même qui m’avait abandonné il y a bien longtemps. J’éclate de rire lorsqu’il a l’impression d’avoir été dépucellé. Je pose mes yeux sur ses rétines en silence et profite du contact de sa main sur mon torse. Mon rire résonne quelques temps mais disparait quand je pose mes lèvres sur les siennes. Oui ce moment était magique. Inattendu. Jamais je n’aurais pensé pourvoir être si transporté par tant d’émotions en consumant un acte charnel avec quelqu’un. Peut-être n’avais-je jamais vraiment aimé avant Jaxson ? Tout était à la fois simple et compliqué entre lui et moi. Mes émotions étaient décuplées. Il avait ce pouvoir sur moi, ce pouvoir de me rendre heureux. Après avoir essuyé les restes, je me tourne et love ma tête sur son torse et je murmure comme une révélation « Je suis heureux avec toi mon amour… Depuis que je te connais… Rien n’est plus pareil… Et je veux que ça continue comme ça, tu me fais revivre. » Avant de se lever il m’embrasse. Ses lèvres ont encore le goût de la fièvre que nous avons partagé. Je le regarde se diriger vers la poubelle et mes yeux s’arrentent sur ses fesses que je regarde sans gêne. Il a le cul le plus attirant du monde. Et puis plus bas, Je posais mes yeux sur sa prothèse, celle qui soutenait sa demi-jambe. Et bizarrement, cette image ne me dégouta pas même si sa prothèse semblait être de mauvaise qualité. Le matelas s’enfonça lorsqu’il s’assied pour me regarder. J’hausse les épaules. Habituellement, je fonçais dans la salle de bains, tous ces fluides me dérangeaient, me dégoutaient mais pas ceux de Jaxson. Il ne me dégoutait pas. Je tire de la commode un cendrier et une cigarette que je m’empresse d’allumer. Le plaisir de sentir la nicotine après ce moment jouissif et une habitude à laquelle j’aime m’abandonner. Ma main caresse le dos de Jaxson alors qu’une question me brûle les lèvres. Peut-être est-ce le moment d’en apprendre un peu plus sur lui. Nous avions abaissé les barrières charnelles, il était temps de découvrir Jaxson et je souhaitais tout savoir de lui.

« Comment ça t’es arrivé ? » demandais-je en parlant de sa jambe. Je continue à caresser son dos, je veux le mettre en confiance. J’ai peut d’avoir été trop curieux mais je brûle d’envie de savoir comment il avait perdu une partie de sa jambe. De toute façon, il devait bien se douter qu’à un moment j’allais lui poser la question, son bout de plastique était trop voyant pour que je ne le remarque pas. Je dépose la cigarette dans le cendrier et j’entoure son corps de ses bras. Je pose la tête sur son épaule. Son dos contre mon ventre est froid, j’ai envie de le réchauffer. « Si… Si tu ne veux pas en parler… Je… Ne veux pas t’obliger… Je voulais juste que tu saches que ça me dérange pas. Ça te rend encore plus unique à mes yeux. » Déclarais-je tout en couvrant son épaule et son cou de petits baisers doux comme du coton.


Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 4 Fév - 22:54




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason




Jaxson assit sur le lit, se massait la cuisse. Sans, un mot, uniquement la présence de Jason comme accompagnateur, il reprenait soudainement conscience de la réalité. Tout allait bien pour eux. Jamais il n’y aurait cru. Ca avait été tellement difficile au début entre eux. Il ne s’attardait plus sur les mill questions qu’il s’était posé tout au long de ces deux jours. La main sur la cuisse il stoppa son geste quand les doigts de Jason lui touchèrent le dos, prenant le temps de se faire à l’idée qu’il allait habiter avec l’homme qu’il aimait. Tout allait si vite. Ravalant un brin de panique, Jaxson tourna la tête. Comment tout ça avait pu lui arriver ? C’était une question que Jason avait dû avoir envie de poser depuis un bout de temps et le barbu s’y était attendu.
Il demeura d’abord muet avant de lui adresser un sourire quand Jason ajouta qu’il n’était pas obligé de parler. En réponse à cela, la main du mécanicien vint attaper la sienne. Il frissonna sous ses baisers. Il aurait aimé lui dire tant de choses, qu’il le connaisse déjà entièrement, mais cette relation là allait prendre du temps.

J’étais gosse quand c’est arrivé. Hmm… Huit ou neuf ans je dirais. J’étais déjà fasciné par ls voitures et j’étais entré dans la bagnole de ma mère pour jouer au conducteur. Mon frère est entré et il avait les clefs. Il m’a dit qu’il m’emmenait faire un tour. J’étais trop content. Alors on a démarré et on est allé en ville. Ca s’est plutôt bien passé même si Nate avait a peine la taille pour voir au dessus du volant. Il se mit à rire dans un souffle.

Ca faisait a moins quinze ans qu’il n’avait pas raconté cette histoire. Ca n’avait pas été simple à vivre alors mettre de nouveaux des mots dessus lui comprimait le coeur. Sa jambe avait toujours été une source de souffrance, de douleur atroce avec laquelle il avait appris à vivre. Mais sentir sa peau contre la sienn lui procura un vague de chaleur intense qui lui fit fermer les yeux tout en jouant distraitement avec ses doigts.

On a vraiment bien ri ce jour là. Puis du coup on s’est dit qu’on irait plus vit si on allait sur l’autoroute. On avait pas vraiment de destination mais on voulait juste rouler. Puis je partageais enfin quelque chose avec mon frère donc j’étais heureux. Il haussa doucement les épaules. Je ne sais pas si c’est Nate qui roulait doucement ou si c’est le camionneur qui ne nous a pas vu mais quand on est entré sur l’autoroute un camion de deux tonnes nous ait rentré dedans. Pour le coup, je m’en rappelle pas, je me rappelle plus de l’impact et du réveil dans la voiture, au milieu de la route et les pompiers autour de moi. Dans un souffle il se fit à rire : T’imagines même pas la panique à voir toutes ces têtes à l’envers - oui parce que la bagnole s’était retournée.

Il n’avait pas envie de finir cette superbe journée avec une note si triste. Ils avaient été tellement pressés qu’ils avaient à peine parlé avant de tout ça. Ses mains occupées toutefois ses pensées. Elles étaient si douce, les doigts si fins.

Enfin voilà.

Il prit sa main et la leva pour poser ses lèvres dessus. En se tournant légèrement, Jax, se mit à sourire. Il ne souffrait plus vraiment ou du moins pas consciemment de ce mollet disparu. C’était bien trop vieux et il avait appris à vivre sans. Il posa la main sur la cuisse de Jason. C’était si bon de pouvoir le toucher sans aucun vêtements entre leurs peaux. Jaxson se détendit peu à peu. Inutile d’en dire plus sur l’accident, sur la douleur atroce et les sensations du membre fantôme, ni même du regard des autres qui lui avaient fait perdre tout son savoir à l’école, aux crises de colère qu’ils faisaient encore parfois. Il ne verrait peut-être qu’une raison supplémentaire pour ne pas le trouver à la hauteur, qui sait ? Jaxson avait peur de ce silence choqué, alors il avait préféré poser une autre question. Changer de sujet, même si là, Jason connaissait une bien grosse partie de sa vie.

Et toi ? Tu fumes toujours après avoir fait l’amour ?


(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Jason V. Butler
ADMIN ∎ Ambition & Regrets
avatar
Inscrit le : 18/12/2017
Messages : 280
Avatar : Joseph Gordon Levitt
Crédits : JAYDEN ♥
Mes rps : JAX#6 - MILAN - KALA - ELIJAH#2 - LIBRE - MIKKLE - CONCERT DES FLEURS - (ABELE) - (DAVID) - --- (en attente)



Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Dim 4 Fév - 23:36


J’écoute Jaxson s’ouvrir à moi en silence tout en posant délicatement sur sa peau douce et salée. Il me parle avec un calme déconcertant et j’ai peur que sa voix se brise. Je tente de le rassurer comme je peux avec mes maigres petits bras autour de lui. Son histoire me chamboule, il avait failli mourir. A cause de son frère encore. Je le déteste pour tout ce qu’il lui a fait subir, y’a-t-il encore d’autres choses que j’ignore encore à son sujet ? A chaque fois qu’il parlait de lui, ce n’était pas pour me raconter des choses glorieuses même si au fond, je pense qu’il aimait son abruti de frère. Quand j’entends ces choses, je me dis que j’ai eu de la chance d’être enfant unique. Il m’explique alors que c’était quand même un bon souvenir mais à la chute tragique. L’autre aurait dû crever, mais je garde cette réflexion pour moi, je ne veux pas lui faire de la peine. Jaxson ne méritais pas d’entendre mes pensées acerbes sur sa famille de fous furieux.

« Ça m’arrive oui… Tu en veux une ? » lui demandais-je en tendant le paquet. Je couvre son dos de petits baisers furtifs. J’aime apprendre ce qu’il est, le connaître. Je le serre plus fort contre moi et je murmure « Merci pour cette histoire. J’aimerais tout connaître de toi. » je dépose ma tête sur son dos et je lâche « Moi non plus, je ne suis pas constitué que de chair et d’os… » Avouais-je à demi-mots. J’avais confiance en lui, toute cette confiance me poussait à m’ouvrir, à lui raconter des choses que je n’avais jamais avouées à personne. J’oublie cette cigarette qui se consume lentement seule dans le cendrier et commence mon récit « Quand j’ai quitté Austin à vingt ans pour New-York, j’avais des rêves plein la tête, mais évidemment, comme je n’avais pas fait d’études, je me suis ramassé la gueule à Broadway. Personne ne voulait de moi mais ça m’a permis de trouver ma vocation, j’ai bossé dans une petite boite d’évènementiel à New-York et mon boss est rapidement devenu un mentor pour moi. Un soir, alors que je rentrais dans mes minables deux pièces, je me suis fait agresser. C’était un mec que j’avais croisé en audition. Un mec vraiment étrange qui m’avait fait des avances que j’avais refusé… » Je déglutis. Personne n’était au courant, même pas mon père. « Il m’a cogné tellement fort au visage que j’en ai eu le nez cassé. A l’hôpital, le médecin m’avait prévenu que certaines dents n’allaient pas résister. Et en effet, elles sont tombées les unes après les autres. J’étais vraiment moche à voir » dis-je dans un petit rire. « Mais je n’avais pas d’argent, mon père encore moins, je ne pouvais pas les remplacer. Du coup, mon patron a utiliser son assurance pour couvrir les frais de l’opération. Et puis quand j’ai eu assez d’argent, je l’ai remboursé. Du coup, j’ai une prothèse dentaire. » J’inspire profondément et glisse mon nez dans ses cheveux pour humer son odeur, je lui mordille le lobe avant de chuchoter « On forme un beau couple de rafistolés, tu ne crois pas ? » dis-je en penchant la tête pour lui voler un long baiser.

Mes bras le relâchent. Je secoue mes membres qui commençaient à s’engourdir mais je ne peux m’empêcher de le toucher. Son corps m’attire comme un aimant.  Je caresse le creux de son dos du bout des doigts. « Je reviens » dis-je pour attraper mes deux béquilles pour m’aider à marcher. Je vais dans la salle de bains et fais couler l’eau dans la baignoire. C’est un Luxe de posséder une douche et une cuve dans un appartement. Je claudique jusque dans la cuisine en jetant un clin d’œil au passage à Jaxson lorsque je repasse devant lui. Je dépose mes béquilles au sol et attrape deux verres de vin. Je parviens à sautiller jusqu’à la chambre sans me casser la figure. Mon corps s’appuie sur le chambranle de la porte et je regarde Jaxson amoureusement en tendant mes trophées vers lui en souriant: « Ca te dis-toi et moi dans une baignoire chaude avec un verre de vin ? »




You and I
IN MY HEAD
STAY MINE FOREVER, BE US

Jaxson Dostoïevski
I'm high above the Muscovites' sky
avatar
Inscrit le : 19/12/2017
Messages : 165
Avatar : James McAvoy
Mes rps :

Bloc notes :

✤ Né d'une mère russe et d'un père écossais.
✤ Mère sur-protectrice - père "absent".
✤ Mécanicien
✤ A arrêté les études après le brevet des collèges.
✤ Marié à Sylwia - alias Kroshka (ma puce - (polonaise - vendeuse à Sephora) depuis ses 18 ans - n'a pas d'enfant et ne cherche pas à en faire.


Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le Mer 7 Fév - 11:57




MY HAPPY ENDING

Jaxson & Jason





L’histoire de Jason lui retourna l’estomac. Les battements de son coeur résonnaient dans un silence assourdissant. Jaxson n’osait pas se retourner. Il avait déjà vécu ce moment où la Terre semblait pivoter sur son axe. C’était il n’y a pas si longtemps quand il avait appris qu’il s’était fait tabasser par ses frères. Certes il ne lui avait pas encore promis de le protéger coute que coute. En revanche il se sentait d’autant plus responsable après une telle confession. Jason était à ses côtés, puis se leva. Silencieux et pudique, comme à son habitude. Un homme secret, mutique et si beau. Il parlait rarement de sa vie, de son passé. Jaxson connaissait peu de chose de son beau brun. Son bel inconnu…
Jaxson n’avait pas osé bouger, ni même le regarder. La colère lui était monté au nez. Comment on pouvait oser le frapper ? Ce Jason, l’homme de sa vie. Pourtant quelques mois auparavant, Jax n’aurait pas hésité à “tabasser” un gay. Jason lui avait tapé dans l’oeil. Et pour ça, il lui en avait voulu. Lui et son beau sourire. Il était toutefois admiratif, il ne pouvait pas s’empêcher d’être encore plus intrigué par son beau brun.
C’était la première fois qu’il se sentait aussi bien. Enfin lui même. Après leur première “nuit” ensemble, le barbu se sentait à la fois excité et déstabilisé. Est-ce que cela allait changer quelque chose entre eux ? L’attirance serait-elle toujours la même après avoir assouvi un tel désir ? Au retour de Jason, Le coeur battant. Se levant en grognant, il s’avança vers lui d’un pas lent et boitant, l’air grave. Il lui prit délicatement le visage entre les mains.

Merci de m’en avoir parlé. Je t’aime. Je t’aime comme tu es. Jaxson s’efforça d’embrayer sur le vin et le corps si sexy de son amant. C’était une super idée. Il hocha rapidement la tête et déposa un baiser sur le nez de Jason. Il souriait, excité et impatient. Il en arriverait presque à oublier les problèmes du quotidien. Jaxson lui pris les verres. Passe devant, monsieur le romantique ! Le mécano le suivit jusqu’à la salle de bain où l’eau coulait encore dans la baignoire. Il déposa les verres sur le côté ainsi que la bouteille et glissa sa main dans l’eau fumante. C’est parfait ! Tu vas pouvoir aller dans l’eau avec ton plâtre ? Lui avec sa prothèse, c'était pas le bon plan, mais il se garda de le lui dire.

Jaxson entra dans l’eau le premier, serrant les dents en sentant la chaleur presque brûlante de l’eau. Il s’installa doucement et écarta les bras pour l’inviter à se mettre contre lui. Il aimait tant cet instant. Il aurait voulu que le temps s’arrête et qu’il ne reste plus qu’eux sur Terre. Une fois Jason contre lui, Jaxson mordilla l’épaule de son amant. Sa peau douce, qu’il aimait tant caresser, les mains du barbu remontèrent sur ses côtes tout en glissant ses lèvres sur sa nuque.

J’ai envie qu’on reste ici pour toujours. Rien que toi et m… Soudain une petite tête surgit et les fixa. Et… ton chien. Il ricana. Tout était parfait. Jamais Jaxson n’avait été aussi heureux et il avait besoin de le lui dire. Tu sais, par rapport à ce que tu m’as dit tout à l’heure : J’ai jamais connu ça. Je t’aime et… c’est tellement fort entre nous. Je suis vraiment heureux avec toi et moi aussi je veux pas que ça s’arrête.

Il remonta ses lèvres sur son lobe tout en inspirant sa douce odeur musquée.

Nous deux c’est… Il ria dans un souffle. C’est indéfinissable.


(c) DΛNDELION


IT'S WHERE
MY DEMON HIDE
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: My Happy Ending [Jaxz#6], le

My Happy Ending [Jaxz#6]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin North :: Les logements-