Partagez| .

he trip when he on it


Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar
Afficher


he trip when he on it , le Dim 17 Déc - 21:51

Le parc, aux belles couleurs quelque peu soufflées par le temps de ce mois-ci. Regard jeté dans l’assemblée comme si ce n’était qu’une benne à ordures et que tu y jetais tes dernières consommations, tu cherchais en vain une âme familière qui te ferait perdre cette sorte de langueur qui semblait t’habiter ces derniers temps. En vain, effectivement. Pas une once de cette fraîcheur qui venait se coincer dans un coin de ta poitrine quand tu apercevais l’un de tes amis… Si tant est que ce mot puisse être attribué à une de tes connaissances. De loin, cependant, tu le vis ; tes pupilles venaient de se fixer sur le professeur rouquin, ce monsieur Le Roy, dont tu avais retenu le nom, si singulier et si bon à prononcer. Il était pas mal du tout, correctement formé, avec un air malicieux qui ne t’aurait pas rendu indifférent ; mais c’était un artiste, et tu avais peur qu’il soit aussi fêlé que tous ceux que tu avais rencontré pour le moment. « Tant qu’il ne fixe pas son verre de vin vide en se disant que c’est une belle métaphore de la dépression, ça passera. »

Tu allais donc à sa rencontre, d’un pas énergique, soucieux de trouver quelqu’un avec qui discuter pour passer le temps ; mais s’il venait à te parler de l’art, aucun doute que tu t’enflammerais d’un tout autre feu que celui du désir.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 17 Déc - 22:11

 
he Trip When He On It

Mes pensées viennent à l'instant d'être bousculées par l'apparition de l'un de mes confrères. Je ne lui ai jamais vraiment parlé si ce n'est des conversations sans grand intérêt mais vu l'allure de cette personne j'en devine qu'il ne vient pas ici pour savoir comment je vais. Qu'est-ce qui lui arrive? Est-il malade? Est-il tombé sur la tête? Je ne suis pas de son monde, du moins son apparence semble me le faire comprendre. "Salut Milan, je peux t'aider?" demandais-je donc sans prendre de pinces bien que cette approche ne soit pas agressive. "T'as pas eu une journée trop chargée ça va? Ne m'en veux pas, je suis en train de corriger des copies ou du moins d'essayer de donner un avis. Tu veux m'aider? On pourrait voir ça comme Tinder en disant ce qu'on en pense que ce soit des critiques positives ou négatives." ajoutais-je en regardant les dessins désespéré. Je reste silencieux quelques secondes. "Non, je ne sais pas quoi en penser vraiment. Surtout que ce n'était pas prévu. Un gars est venu déranger mon cours, j'ai dit à mes élèves de le dessiner et j'ai eu le malheur de dire que c'était noté, maintenant ils me réclament les notes. Je suis persuadé d'avoir paumé un ou deux dessins en passant. Vont-ils me le pardonner un jour?" continuais-je en rigolant.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 17 Déc - 22:22

Effectivement, il a une jolie voix, quelque chose de captivant, un grain qui te force à l’écouter sans trop voir le temps passer. Mais il a quelques tournures de phrases un peu déroutantes, avec ses comparaisons ; c’est quelque chose que tu remarques toujours, qui t’agace. Tu ne relèves pas, et, t’asseyant à ses côtés, tu jettes un regard sur ses copies… Du dessin. Aux yeux d’un amateur d’art, cela doit sans doute être très joli ; toi, ça t’emmerde clairement, t’as jamais manié le crayon pour la simple et bonne raison que ça ne t’a jamais intéressé. Tu réponds cependant avec toute la gentillesse dont tu sais faire preuve parfois -peu donc- à ses questions. « Salut Louis. Non, ça a été, un simple contrôle oral ce matin, mais ce sont de bons élèves motivés, donc passer du temps avec eux n’est jamais dérangeant. Et toi ? » Tu tapes délicatement dans son dos, sentant la chaleur de son corps par la même occasion. « Je venais voir un de mes collègues, toi en l’occurrence, pour passer un peu le temps et faire une rencontre… Je ne connais pas grand-monde, tu vois. Et tu étais là, j’étais là-bas, boum, ça ne pouvait que… Matcher. »

Ton regard se détachait une nouvelle fois de lui, se jetant sur les copies. « Tu m’expliqueras un jour comment tu fais pour noter ça ? Je sais pas, hein, je me pose la question, parce que moi, je trouverais clairement pas de critères à une production créative. Et c’est tellement subjectif, tu vois ? Certains aiment, d’autres non, alors je ne pourrais pas faire prof d’arts plas et être objectif. » Un sourire désolé, t’excusant presque d’avoir autant parlé.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 17 Déc - 22:52

 
he Trip When He On It

"Je pourrais dire plus ou moins la même chose je suppose. Je m'ennuyais et j'avais pas envie de faire cours et tous semblaient endormis. Et pour une fois, je pense que je n'y suis pour rien." répondis-je à sa question sur un ton blasé. Ce n'est pas que je n'aime pas mon métier mais c'est surtout le fait que je ne suis pas vraiment à ma place. Il n'y a que la folie e l'artiste qui règne en moi qui fait que je peux passer inaperçu dans cet aile-là. Après j'ai certaine connaissances il est vrai mais ce n'est pas ce qui me passionne le plus. Ce que je demande à mes élèves c'est de dessiner et de faire ce que je leur dis tout en écoutant les idées qu'ils me donnent. En gros, je suis payé à rien faire et à me faire passer pour fou pour coller à mon image de professeur d'art. "Et bien je t'en prie écoute, assis-toi." lui dis-je donc avec un sourire pour reprendre la conversation avant que ce dernier me touche légèrement, ce qui me fait frissonner sur le moment. J'aime le contact physique, et je l'apprécie encore plus lorsque ça vient d'une personne avec qui je m'imagine bien passer une nuit. Mais voilà qu'il me pose une colle. Devrais-je être honnête ou pas? "Bon. Tu n'as pas l'air d'être le genre à parler à tout va comme ça donc je vais être franc. Je ne sais pas comment on note ces trucs. La plupart du temps je me sers des escaliers de mon loft en mettant des notes sur chacune des marches et je lance quelque chose et je vois où ça tombe. En vrai, l'art, j'aime ça. Ca me passionne qu'à moitié. J'ai fait des études de droit avec spécialité en criminologie donc l'art ce n'est pas vraiment ce qui est le plus proche de mon cursus de base. Ils demandaient un prof d'art donc j'ai signé pour en changer légèrement mon CV mais bon. Je suppose que le plus important c'est que j'ai un métier que je peux assurer plus ou moins non?" lui dis-je un sourire gêné et amusé aux lèvres à cause de ma connerie. "Est-ce que ça fait de moi un mauvais garçon?" demandais-je à mon interlocuteur.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 17 Déc - 23:17

Il fit un sourire en coin suite à ta remarque sur tes cours de la matinée -ça t’avait fait frémir de plaisir, déjà, de voir que tu lui plaisais peut-être un petit peu. Tu l’avais senti frissonner au contact de ta main sur son dos, et tu décidais de réitérer le mouvement en lui caressant un peu le dos. « Tu as un brin d’herbe juste-là, ce serait bête de tâcher tes fringues. » Tu t’étais retenu d’ajouter : « Pourtant t’es plus à une connerie soit disant artistique bobo près. » Vos rapports se faisaient cordiaux, voire même chaleureux, et cela te faisait plaisir -pourquoi cherchais-tu toujours le conflit, bulldog Joplin ?

Sa réponse franche te fit plaisir ; au moins il n’avait pas l’air d’avoir peur de toi, au contraire, il t’accordait sa confiance. Dans l’analyse des mots comme toujours, tu ne manquais pas de relever quelques défauts qui n’auraient pas pu faire de ses paroles un discours comme ceux que tu admirais ; mais à quoi bon, c’était un prof dans le gazon d’Austin, pas le président de ton pays après tout. « Et bien déjà, merci de ton honnêteté. » Un rire. « Ensuite, je comprends tout à fait ce que tu veux dire, bien que, contrairement à toi, je déteste l’art… Je trouve que c’est toujours se masturber intellectuellement, c’est trop poussé pour moi peut-être… Bien que j’excelle dans ces deux domaines, l’intellect et… Enfin bref. » Un sourire gêné, tes joues rosirent ; te perdais-tu dans tes mots, le milanais ? «  La criminologie, déjà, ça me passionnerait plus, j’ai toujours adoré étudier les gens, leurs attitudes, leur physique… J’en apprends plus sur mes ennemis et mes amis ainsi ; et je peux inverser leur rôle, faire de mes ennemis des amis, et de mes amis des ennemis. Tu me suis ? Et je suis une fois de plus d’accord avec toi ; mais je trouve qu’exercer un métier qui nous fait rêver est encore mieux. J’adore écouter les gens parler, j’adore parler, ça fait de moi un mec idéal… Pour ce poste du moins. Pour le reste… » Nouveau sourire gêné. Tu accrochais son regard avec le tien, plantant tes pupilles en plein dans ses iris. « Oh, bad boy, je t’en prie, Elvis n’avait pas un crayon de couleur dans les mains... »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Mar 19 Déc - 22:04

 
he Trip When He On It

Un air surpris apparait sur mon visage. Il ne me semble pas avoir été dans l'herbe pourtant ou quoique ce soit dans le jour mais peut-être est-ce une ruse pour me toucher. Oui j'aime voir des signes d'attirance quand ça va dans mon sens même lorsqu'il n'y en a aucun mais qui sait? Je souris en entendant sa remarque. Un petit joueur de ses paroles, j'aime ça. "Oh ça dépend. Je pense que l'intellect avec l'art c'est pour se donner un genre et j'aime bien faire genre que je m'y connais alors que que nenni." lui répondis-je en maintenant mon sourire aux lèvres. Je l'écoute attentivement essayant de comprendre le sens de sa phrase. Avoir des amis en ennemis et des ennemis en amis. Ca a un certain sens si on part du principe que les ennemis/amis sont là pour des sortes d'alliance et des amis/ennemis pour un semblant de sociabilité même si on apprécie pas les personnes. Du moins, c'est comme ça que je le vois. J'hoche la tête même si peut-être, nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde. "Oui, il est vrai qu'avoir un métier qui nous passionne est mieux mais comme dit dans Starmania, dans la vie on fait ce qu'on peut, pas ce qu'on veut et c'est exactement ce que je suis en train de faire. Après j'ai un autre métier si on peut dire ça comme ça. Je tiens le Drive-In à Austin North. Tu devrais peut-être y passer un de ces jours, tu en dis quoi?" lui proposais-je en toute amitié. Je baisse un peu la tête, un sourire gêné cette fois-ci. "Tu as quelqu'un dans ta vie ou tu cherches encore? Si tu as besoin, je peux essayer de t'arranger des rencontres ou t'emmener dans des endroits branchés de la ville pour te trouver le grand amour. Tu es de quel bord? Femme? Homme? Les deux?" lui demandais-je. La franchise, toujours au rendez-vous. "Ou peut-être as-tu déjà fait un connaissance qui t'attire plus que les autres?" ajoutais-je en redressant la tête et en lui adressant un clin d'oeil.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Mer 20 Déc - 0:21

Tu fais partie de ces glaciers qui sont difficiles à faire fondre ; mais l’air étonné qui apparaît sur le visage de ton collègue suffit à te faire craquer un peu plus. Ce mec est carrément mignon, t’en es définitivement sûr désormais. Ce petit choc qui pointe le bout de son nez sur son visage accompagné du sourire qu’il décoche juste après te rend encore plus enthousiaste à l’idée de l’avoir un peu plus –dit ainsi, tu te prendrais presque pour Sasha, assis sur la pelouse du Bourg-Palette. Cette semi-euphorie est interrompue par sa remarque sur l’art et ton scepticisme ne fait que grandir à ce sujet. « Je t’avoue cash que moi je ne fais même pas semblant de m’y connaître ; l’art, je m’en tape, totalement. » Tu lui fais un sourire navré avant de t’imaginer une scène cocasse ; Louis, sous tes draps, qui interrompt votre partie de jambes en l’air pour commenter les photographies accrochées au mur. Tu secoues la tête ; tu les retireras au cas où avant qu’il vienne si tant est qu’il vienne. Tu ajoutes, presque soucieux, glissant par la même occasion une petite tape sur ses jambes. « Sans vouloir te blesser, bien sûr. »

Tu sens que tes paroles l’ont fait réfléchir, tu sens aussi qu’il est suspendu à tes mots –presque autant que tu fais tout pour finir suspendu à ses lèvres. Son hochement de tête, puis la réplique qui s’ensuit, te provoque un nouvel élan de joie ; ce type-là, contrairement aux autres dégénérés bobos artistes, semble en avoir dans le crâne. Il s’exprime bien, et l’entendre parler te captive à ton tour. De plus, sa proposition t’enchante. Tu lui fais un clin d’œil –le plus craquant que tu ais en réserve. « J’accepte ta proposition avec plaisir. Je tâcherais d’y rester un petit peu histoire que l’on ait le temps de… » Une pause volontaire, pour qu’il remarque le sous-entendu. « Discuter un peu. » Nouveau clin d’œil, nouvelle caresse électrique dans son dos. Tu envisages de répondre à sa question, tu prends un air rêveur quelques instants, tu ouvres la bouche, la referme, puis te lance enfin, Florent Manaudou des mots dans un étang gelé et bourbeux –métaphore nauséabonde de ta vie sentimentale. « Je suis seul. Et je suis attiré par les hommes… Si tu me demandes mon type… » Tu chuchotes, de façon inaudible. « Je te dirais que tu rentres parfaitement dedans –au propre comme au figuré. » Tu éclaircis ta gorge, et parle cette fois de façon claire. « Je n’en ai pas. Je suis attentif aux mots des gens, un type qui parle bien m’aura à coup sûr dans son lit. » Nouveau clin d’œil. T’es lourd, mais au moins il pourra pas penser que tu ne le drague pas.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Mer 20 Déc - 22:17

 
he Trip When He On It

"Oh il n'y a pas de mal. L'art n'est pas fait pour tout le monde." lui dis-je en souriant. Ce qui est vrai. Vous pensez qu'en France il y a des filières pour quoi? Justement pour différencier les matières que nous apprécions et que nous ne supportons pas. Ses expressions faciales ne me laissent pas indifférent, je dois l'admettre. Un clin d'oeil par-ci, une caresse par-là. Je vais finir par succomber à un moment donné si ce dernier continue. Discuter un peu. C'est c'la oui. Sur le moment je lui adresse un sourire et un regard à la limite de la perversité. Il me fait du rentrer dedans, je ne rêve pas. Enfin quelqu'un qui dit cash qu'il veut mon corps. Je savais que mon charme ne laisse pas indifférent. Un vrai Don Juan, un Casanova! Oui messieurs et mesdames! Je suis dans la course et vous vous apprêtez à être pourchassés! "Et bien que dirais-tu de ce soir? Jusqu'à la fermeture et après on ira chez moi comme s'en suit la procédure." répondis-je à mon tour avec un clin d'oeil tout à fait charmant. Si des gens nous observent, ils vont penser qu'on a un tic ou quelque chose du genre. Je me rapproche de lui pour mieux entendre ce qu'il a à me dire. "Et bien sur ce point, nous sommes d'accord." lui dis-je en me rapprochant encore plus pour me coller à lui épaule contre épaule. "Du coup, je parle bien. Merci du compliment très cher." rétorquais-je. "Do you want me to talk French between your legs?" lui demandais-je avec mon accent bien français que je n'ai toujours pas perdu depuis. "On y va? Il n'y a pas d'heure pour l'apéro mon bro!" ajoutais-je sur un ton de racaille.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Mer 20 Déc - 22:52

Tu étais surpris dans l’instant qu’il ne cherche pas plus à défendre sa matière ; après tout, il avait l’air de s’y connaître et d’apprécier ça, non ? Tu espérais juste qu’il ne taise pas ses pensées uniquement pour te faire plaisir, car cette manie de jouer à cache-cache avec les mots te faisait peur et t’agaçait. Tu avais toujours adoré la franchise et les pensées clairement exprimées ; que l’on te mente pour te faire plaisir, ça t’énervait. Le coup du Père Noël t’avait déjà suffisamment fait souffrir petit, lorsque tous se moquaient parce que tu y croyais encore. Tu secouais la tête ; tu n’imaginais rien de plus qu’un coup d’une nuit, peut-être plus souvent ensuite, mais tu n’aurais pas à parler art sous les draps, ce n’était donc pas la peine de t’y attarder. « Je suis libre ce soir… Enfin j’aurais pu me libérer tous les jours s’il fallait si c’était pour ton corps d’athlète. Entendu, nous irons chez toi. » Voilà, ça c’est ce que tu aimais, de la directive, pas de sous-entendus. Son épaule contre la tienne te donna un frisson -Dieu, il avait le corps bouillant ! Toi, tu avais toujours eu la peau froide, à croire que vous étiez fait pour vous compléter. « I’d love to talk French while you’re between my legs, honey. » Aucun accent, l’apogée. Clin d’œil, encore. A croire que c’était un autre langage que tu maîtrisais encore plus que la dirty talk. Apparemment, vu la phrase qu’il venait de dire, il était maître de cette langue là aussi ; tant mieux, tu adorais ça. Déposant un baiser sur sa joue, tu disais. « Allez, tu as raison, allons-y… Bro ! »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Jeu 21 Déc - 22:33

 
he Trip When He On It

Je me mets à rougir lorsque ses lèvres entrent en contact avec ma peau. Je me redresse et le toise avant de prendre les devants. J'ai l'impression que deux chauds lapins sont en train de marcher ensemble vers un endroit qui pourrait faire monter leur tension sexuelle alors que si ça ne tenait qu'à moi, je le ferais là, de suite, sur l'instant en pleine pelouse de l'université mais nous avons une réputation à tenir chacun de notre côté. Ce n'est pas le moment de tout gâché.

Ellipse. Nous voilà au bar. Un bar non loin de la fac, souvent fréquenté par les étudiants. Ce n'est pas le meilleur endroit pour se voir en secret surtout pour ce qu'il va se passer ensuite mais bon. Si deux collègues ne peuvent plus sortir ensemble, où va donc le monde? Je m'assois et invite moon camarade à faire de même et interpelle un serveur pour qu'il nous serve les meilleurs shots qu'ils ont. "C'est moi qui offre." en prenant un billet dans mon porte-feuille que je pose sur la table. Je lui adresse un clin d'oeil. "Dis moi, Milan, pourquoi n'es-tu jamais venu me parler auparavant?" lui demandais-je en croisant les jambes sous la chaises, les mains liées entre-elles. "Tu as réussi à bien t'entendre avec d'autres profs ou pas?" ajoutais-je.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Jeu 21 Déc - 22:44

La marche jusqu’au bar fut plutôt court, et tu sentais cette tension sexuelle entre vous deux ; chaque minute ne faisait que l’augmenter, vous rendant l’un et l’autre toujours plus enfoncé dans le boueux désir. Assis, le serveur vient à vous, et ton collègue fait déjà preuve d’une galanterie à toute épreuve. Tu lui adresse un sourire rayonnant. « C’est gentil, merci. » Puis la conversation reprend. Tu choisis de le remercier à ta manière ; tu l’écoutes parler, puis, lorsque vient ton tour, tu lèves ta jambe, rapprochant ton pied de la sienne, et tu commences à entreprendre des caresses. « Et bien… Je suppose que dans la vie il y a des moments idéaux pour telle ou telle chose, et là, ce moment là était idéal pour que je vienne te parler. » Tu te soucies peu des étudiants autour ; après tout, vous étiez en dehors du travail, votre vie privée ne regardait que vous. Tes mouvements de jambe se font plus intenses au fur et à mesure des mots ; tu sens sa peau bouillir sous son pantalon, et tu sens que toi même tu es au bord de l’explosion. Malgré cela, tu parles comme si de rien n’était, avec un calme apparent hors du commun. « Oui, je parle à quelques profs, enfin c’est des relations professionnelles, uniquement. » Tu lui adresse un nouveau clin d’œil, et dans une nouvelle caresse, tu ajoutes. « Je ne mélange pas vie privée et travail. » Puis, inclinant ta tête sur le côté, te donnant un air juste craquant, tu lui demandes. « Et toi alors ? Dis moi tout. »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 23 Déc - 15:23

 
he Trip When He On It

En sentant son pied caressant ma jambe, je ne peux me retenir de tousser bruyamment, comme si j'essayais de cacher ma gêne. Non pas que ce ne soit pas plaisant mais je suis aussi un être qui a besoin de douceur et non pas de gestes explicites au plus haut point. Comment ça je ne sais pas ce que je veux? Oui, j'avoue que je ne pensais pas que le personnage continuerait dans mon sens bien que j'aurais pu l'improviser. Quel imbécile! Cependant, je le laisse faire et reprends mes esprits tout en lui adressant un sourire qui en dit long. "Et bien il vaut mieux tard que jamais alors. Mais si je comprends bien, tu ne veux pas mélanger travail et relations autre, du coup que veux-tu avec moi? Tu ne me considères pas comme un collègue du coup tu entreprends une certaine relation avec moi ou alors tu joues plus avec mes sentiments en me faisant croire que tu me veux dans ton pieux alors que que nenni?" lui demandais-je en lui souriant, rien de bien méchant. Une question qui pourrait me faire passer pour un idiot qui ne comprend rien de la vie alors que dans le fond, je suis juste là pour profiter et passer du bon temps tout en le charriant. "De mon côté, j'ai tendance à avoir une relation amicale avec tout le monde mais comme on le dit si bien, être l'ami de tout le monde s'avère être au final, l'ami de personne donc je ne sais pas vraiment si je peux dire que je mélange vie privée et vie professionnelle." lui répondis-je avant de réfléchir quelques instants. "Par exemple, l'un de mes meilleurs potes est prof, ma colocataire, je la considère comme une petite soeur que je peux aider dans n'importe quelle circonstance donc je suppose que je fais la différence entre les deux bords suivant la relation et l'affinité que j'ai avec mes semblables." ajoutais-je. Je veux en savoir le plus à son sujet c'est pourquoi, lorsque je réponds à l'une de ses interrogations, je ne peux m'empêcher de rappliquer. "Et dis moi, tu viens d'où de base? Pourquoi Austin et pas ailleurs?" lui demandais-je donc. Je veux en savoir sur lui autant qu'il en saura sur moi. Du donnant-donnant comme on dit.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 24 Déc - 14:20

Tu es mi-déçu mi-vainqueur, et tu tentes de le cacher, mais ta moue te trahit ; tu es déçu qu’il n’ait pas compris toute l’ironie de ta phrase, car tu avais fais en sorte -le combo clin d'oeil et pied- qu’il puisse tout à fait appréhender le fait que ton développement sur les relations privées et professionnelles mêlées ou non l’excluait totalement ; avec lui, passer sous les draps ne te dérangerait nullement -mais il te fallait tout de même son accord, et s’il avait semblé tout à fait prêt à faire ça avec toi, sa nouvelle toux trahissait sa gêne. Il faut dire que ton audace pouvait tout à fait le déranger ; tous pouvaient voir ton pied remonter le long de sa jambe, la nappe n’était pas très longue après tout. Tu ris. « Voyons, on peut toujours faire des exceptions, si la personne me plaît réellement. Tu vois le topo ? Je ne suis pas du genre à jouer avec les sentiments des autres, j’ai… Vécu des choses plutôt dures qui m’empêchent de faire ça. Et puis, ce n’est pas un jeu, la destruction d’un autre -c’est complètement ridicule. Soyons clair. Je te veux, exactement, dans mon pieu. Et je ne veux pas jouer avec toi, c’est pour ça que je suis très… Expressif de mon attirance. Si je voulais jouer avec toi je te cacherais tout ça. » Tu lui avais fais un sourire franc.

Les boissons étaient finalement arrivées en même temps qu’il te posait des questions ; adressant un sourire franc à la serveuse, la remerciant en chuchotant quelques mots, tu fixais pendant quelques secondes ton verre. Que répondre à ça, au final ? La vérité, pure, sans doute. « Je viens d’Italie, au cas où mon prénom et mon léger accent ne m’auraient pas trahi. Un tout petit village vers Rome, peu connu. Mes parents étaient friqués bien comme il faut, j’ai grandi dans cette famille où tous se mentaient, et quand j’en ai eu marre, j’me suis taillé. Voilà le truc. C’est plutôt simple, au final. » Une moue rieuse. « Et Austin parce que Austin. C’est le destin qui s’est imposé là. Et toi alors ? Tu peux me parler un peu de toi avec ta jolie voix de crooner ? »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 24 Déc - 17:42

 
he Trip When He On It

Et une fois de plus je passe pour un imbécile en l'entendant rire. J'ai l'impression d'être un enfant à qui on explique les choses simplement pour que ce dernier capte quelque chose. Je baisse la tête en passant une main dans les cheveux avant de la redresser et de lui sourire. Cependant je ne m'attendais pas à ce que ce dernier soit comme ça. Je le voyais plutôt destructeur et prêt à jouer avec les gens mais vu qu'il est sincère dans ses paroles, ça me fait un petit quelque chose, je dois l'avouer. "C'est indiscret si je te demande ce que tu as vécu comme dures choses?" lui demandais-je en faisant une petite moue inquiète de sa réponse. Je me prends à mon tour au jeu en retirant l'une de mes chaussures pour le caresser à mon tour. Se faire du pied, il n'y a rien de plus explicite. D'ailleurs pourquoi faire du pied à quelqu'un? Est-ce un moyen de séduction pour fétichiste(s)? Un pied ça n'a rien de sexy puis pourquoi caresser quelqu'un avec ça alors qu'on peut se servir d'une main ou autre? Je ne comprendrais jamais.

La conversation reprend de son plein sur un sujet un peu plus car et moins sérieux je suppose. "Oui j'avais fait le rapprochement mais je m'étais aussi dit que ça ne pouvait rien dire. Pour ce qui est de l'accent pareil, je connais des français qui ont un accent américain car ils sont restés trop longtemps et il n'est jamais parti donc..." lui dis-je avant de prendre une petite pause et de siroter ma boisson tranquillement. J'affiche un sourire tout en rougissant légèrement lorsque j'entends le mot crooner. Ce mot m'a toujours plu et c'est la première fois qu'on me dit ceci. C'est plutôt flatteur. "Et bien je suis de Paris de base, un français pur souche. J'ai un frère et une soeur, on vient d'un milieu plutôt aisé et pourquoi Austin? Je n'ai pas vraiment de réponse à ça. J'aurais pu choisir New York ou une grande ville comme ça mais Austin... Je ne sais pas. J'aimais bien le nom je pense." continuais-je pour répondre à sa question. Je reprends mon verre et le vide à moitié. Passons aux choses sérieuses. "Tu penses qu'il pourra y avoir une suite une fois qu'on aura fini la chose chez moi? Après si ça ne tenait qu'à moi, je partirais maintenant comme un voleur avec toi et je passerais une nuit d'amour avant que l'alcool est raison de ce qui se passe plus bas." lui dis-je en rigolant, ce qui en même temps peut me faire du tort mais quel homme n'a jamais eu une panne à cause de l'alcool? Voilà.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Mer 3 Jan - 15:12

Tu l’écoutes patiemment former de jolies phrases avec cette voix qui t’a conquis dès le début de votre conversation, puis lorsque, à son tour, son pied se mêle à ton jeu de séduction, alors tu lui fais un sourire franc, plein de sous-entendus, pour lui montrer que pour l’instant, il s’en sort à merveille, qu’il aura tout ce qu’il voudra de toi. Tu le sens songeur, réfléchi, et tu ne sourcilles même pas lorsque tu dois parler de ton passé –t’es devenu un maître dans l’art d’éviter ce genre de réponse. « Tu peux toujours me le demander… Je n’en parle jamais au premier rendez-vous. » Tu fais une moue boudeuse, mais à la fois amusée. Décidément, ce collègue-là te plaît énormément. « Ce qui te condamne à me revoir plus tard… Pauvre de toi. » Ta main sur la table vient se poser sur la sienne, à côté de son assiette, tandis que tu te mords les lèvres dans une grimace plus que charmante qui ne trompe pas sur tes intentions ; tu n’as pas honte, peu t’importe les gens aux alentours. Tu veux juste jouer à ce jeu encore et toujours, le pousser là où ça t’intéresse, jusqu’au point de non-retour.

« Je sais parfaitement qu’on entend un léger accent quand je parle… Ça rajoute à mon côté dramatique je suppose, toutes ces syllabes que mon pays chante lorsque je tente de discuter avec les gens. » Un sourire à sa question, qui est à la fois si sérieuse mais si pleine de naïveté ; et c’est vrai, d’ailleurs, y aura-t-il une suite ? Ton côté comique te pousserait à lui dire que tout dépendra de sa performance ce soir ; ton autre côté, le fleur bleu que tu dissimules sous une couverture de glace, te ferait dire qu’il est charmant et qu’il y aura forcément d’autres chapitres entre vous. Hésitant, tu tranches finalement, décidant de ne pas prendre de risque. « Et bien… Carpe diem. Nous verrons bien. Tout dépendra de la suite de la soirée, ça ne fait pas si longtemps qu’on se connaît, après tout… Je ne connais pas encore tes défauts. » Un clin d’œil, juste craquant.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Ven 5 Jan - 16:32

 
he Trip When He On It

Je rigole légèrement en l'entendant me répondre. Mais je saurais ravi de te revoir en dehors des cours mon beau, ha si tu savais! "Nous verrons bien comment ça se passe pour le moment bien que je pense qu'il y aura une suite oui. Je n'en ai pas fini avec toi." lui répondis-je en lui adressant un sourire joueur. Je pose mon regard sur sa main touchant la mienne. Il faut vraiment que j'arrive à me décoincer vis-à-vis du regard des autres, et c'est donc ainsi que je me laisse aller et joue avec ses doigts à l'aide des miens, plongeant ainsi mon regard dans le sien. Je le laisse me répondre et secoue la tête pour approuver ce qu'il me dit jusqu'à ce qu'il me parle de défauts, une simple phrase que je prends comme une question. "Malheureusement très cher, je dirais que je suis rempli de défaut. Le premier étant que je parle énormément, mais tu as dû le remarquer. Je ne suis pas quelqu'un d'intéressant, peut-être en est-ce un autre. Je..." commençais-je donc avant de m'arrêter. Peut-être en dis-je trop, peut-être pas assez. Je devrais laisser une part de mystère qu'il voit quel genre d'individu je suis vraiment. Je regarde autour de moi et aperçois un serveur venir vers nous. Je me tiens la tête à l'aide de l'autre main et lui souris en scrutant chaque fait et geste qu'il entreprend avant de le voir repartir. Mon regard descend un peu plus sur son fessier, me laissant un peu rêveur face à cette vision. Je me lèche les lèvres et reviens dans la conversation avant de prendre le verre qui se trouve en face de moi. Je redresse mon regard vers le serveur qui est passé au niveau du comptoir et lui adresse un clin d'oeil ainsi qu'un sourire en guise de remerciement tout en continuant à boire. Je repose mon verre et pose mes yeux vers Milan. "Dès que tu veux qu'on aille chez moi, tu me le dis, ou si tu veux qu'on aille dans les toilettes du bar... C'est à toi de voir." lui dis-je pour briser ce silence entre nous.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 6 Jan - 20:14

Tu le sentais un peu fébrile à l’idée de s’exposer ainsi, de mêler vos doigts ; tu savais pourtant que sitôt sorti d’ici, s’il arrivait à se montrer patient et à ne pas t’emmener arracher tes vêtements dans les toilettes, il t’embrasserait avec passion et énergie sans en avoir quelque chose à faire des gens aux alentours. Aussi, le voir se dévergonder un peu en jouant avec tes phalanges te provoqua quelque chose intérieurement ; tu étais fier de toi, fier de l’avoir un petit peu sorti des sentiers battus -et en plus tu étais persuadé que finalement jouer avec toi lui plaisait également. « Oh, tu n’en as pas fini avec moi ? Tant mieux alors, car je me disais bien que tout ça manquait encore d’audace... » Tu lui fis un clin d’œil, et sans te soucier non plus des gens qui vous entouraient, tu faisais grimper ton pied le long de sa jambe, venant se loger tout près de l’une de ses zones les plus érogènes. Tu lui fis un sourire mi-navré mi-prédateur ; comme pour dire, désolé, Louis, mais c’est moi qui mène la danse.

Tu tiques cependant à son œillade appuyée envers le serveur, et là tu appuies légèrement avec ce même pied, pour lui rappeler que tu existes et qu’il ferait mieux de ne pas penser à quelqu’un d’autre ce soir. Tiens donc, Milan, serais-tu un peu jaloux ? « Ce ne sont pas vraiment des défauts, c’est ceux qui font que tu es toi et personne d’autre… Et puis, pour tes bavardages comme tu dis, on sait au moins que dans certains cas ils n’existent pas... » Nouveau clin d’œil. On va finir par croire que vous parlez en morse ! Tu ris à sa remarque suivante. « Je suis prêt quand tu veux… Mais les toilettes, sérieusement, t’as pas mieux à me proposer, monsieur l’artiste ? »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Dim 7 Jan - 16:11

 
he Trip When He On It

Je continue de rentrer dans son jeu, variant les caresses avec mon pied ainsi qu'avec ma main. Je me remets dans l'ambiance de mon rendez-vous lorsque ce dernier appuie légèrement plus fort, ce qui me fait fuir le regard du serveur. Serait-il jaloux? J'hausse un sourcil avec un sourire amusé qui se déploie pour un sourire à pleine dents, sans rien exagérer. "La jalousie ferait-il partie de tes défauts, beau brun?" lui demandais-je en ricanant gentiment comme pour me moquer de lui amicalement. Sa petite réponse me fait doucement sourire. Certes ça fait ce que je suis mais étant quelqu'un d'agaçant et en ayant en tonnes, ça peut m'amener à avoir des ennemis aux quatre coins du globe. Je réfléchis le temps de quelques secondes tout en regardant autour de moi. "Si tu n'es pas chaud pour les toilettes, on peut faire monter la chaleur en cuisine." lui répondis-je en remettant ma chaussure pour me lever, regardant le serveur qui me faisait de l'oeil avant de lui adresser un nouveau sourire. J'attrape la main de mon partenaire et l'amène discrètement à destination, poussant la porte de la cuisine où une bouffée de chaleur me fait soudainement frissonner. Je regarde les alentours, lui fais signe que la voie est libre et l'emmène derrière les fours, où il semblerait qu'il n'y ait personne. Je le stoppe devant moi, lui fais un sourire coquin et commence à le déshabiller. "Ah nous deux! Je veux te bouffer comme une escalope milanaise!" lui dis-je sachant pertinemment que cette approche est foireuse. Je jette un regard par-ci, par-là par sécurité puis passe ma main derrière sa nuque avant de l'embrasser sauvagement, tentant de déboutonner son pantalon de l'autre main. "C'est un petit bar ici, on ne devrait pas être trop dérangé sauf si le serveur tente de nous retrouver car on s'est éclipsés sans payer." lui dis-je en continuant mes baisers en direction de son cou tout en le mordant. Je remonte petit à petit pour attendre son lobe et le titiller, ma main libre lui touchant les parties pour ensuite le stimuler en douceur. "Le pourboire qu'on laissera sera ce que l'autre mérite niveau sexe, 10 dollars étant le maximum." ajoutais-je pour rigoler sachant pertinemment que ce genre de choses me fait peur, voulant satisfaire et me donner à 100% pour chaque partie de jambes en l'air. Et s'il ne voulait plus me voir après ça?
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Mar 9 Jan - 21:42

Piqué sans trop vouloir le faire paraître par sa remarque sur ta prétendue jalousie, tu arques dignement ton sourcil droit ; toi, dépendre de quelqu’un, éprouver de l’affection à en vouloir le préserver des regards des autres ? Jamais. Il aurait dû le comprendre, tu ne t’attachais que difficilement et ne pensais souvent qu’à ton propre intérêt. Tu ne t’attardais donc même pas sur cette pique -qui pourtant n’en était pas réellement une- et continuais cette drôle de danse que faisait tes pieds contre les jambes fines de Louis. Quand à sa proposition pour les cuisines, elle t’amusait et te séduisait ; c’était un lieu insolite, et t’imaginer le faire bouillir de plaisir sur un des fours, homard subissant les sévices de la luxure, te plaisait bien plus que de mesure. Aussi, lorsque il s’était levé, t’intimant silencieusement de le suivre discrètement, tu t’étais pour une fois résigné à obéir sans plus de questions ; il avançait comme s’il avait fait ça toute sa vie. Au fond, était-il prof depuis minot, où avait-il déjà été cuisinier dans un cinq étoiles -ou escort de luxe dans des restos gastronomiques ? Tu secouais ta tête dans le vide, y jetant ainsi ces pensées qui te divertissaient.

Ses mains sur ton corps te brûlent presque ; Dieu, ça fait combien de temps que tu n’as pas fais ça, Milan ? Ce genre d’escapade rarissime te faisait ressentir tout un panel d’émotions ; mais dans tous les cas, tu étais excité, que ce soit par la situation ou par ton compagnon de la soirée. Ses mains vinrent jouer avec les boutons de ta braguette déjà bien tendue, tandis que vos lèvres se mêlent dans une sorte de sauvagerie, allant très vite, vous mordant régulièrement, félins féroces se voulant chacun plus que l’autre. D’ailleurs, cette pensée te rappelle un fait appris récemment ; les lions ont eux aussi des relations homosexuelles. C’est dans une revue scientifique que tu… Enfin, peu importe, ce n’est clairement pas le moment d’étaler ta science. Tu ris à sa remarque sur l’escalope, pourtant clairement digne du pire comique, et décide de jouer toi aussi sur les mots. « J’ai la bouche fragile, alors tout cet emballage de spaghettis a intérêt à être al dente… » Clairement pas aussi bon, mais dire ça suffit à te placer encore plus dans le feu de l’action. Son jeu t’amuse ; tu as retenu de tes expériences passées que tu étais plutôt un bon amant, avec des fois des relations plates, d’autres foi carrément explosives ; tout dépend du partenaire. « Prépare les dix dollars alors, chéri. » Et tes mains se glissent sous son pull, caressant avec ardeur ce torse fin qui te faisait rêver depuis le début de la journée.
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Ven 12 Jan - 21:17

 
he Trip When He On It

Je souris à sa remarque et élargis ce dernier à sa seconde phrase. Il a l'air bien sûr de lui, plus sûr que je ne le parais en tout cas bien que je n'ai reçu que des compliments lorsque je décidais de cuisiner quelqu'un durant des nuits entières. Je poursuis la danse comme il se doit, faisant mon affaire proprement et me laissant envouter totalement à cet italien. J'ai pris du plaisir oui, je ne vais pas vous faire un dessin de ce qu'il s'est passé, vous l'aurez vite compris. Je me redresse et m'essuie le front pour enlever toute trace de ce péché charnel puis regarde autour de moi, voir s'il n'y a pas eu de témoins. Je reporte mes yeux sur l'homme en question avant de lui adresser un sourire satisfait et de poser une nouvelle fois mes lèvres sur les siennes. "Maintenant, mission ninja de sortir ni vu ni connu." lui dis-je en prenant la première porte à notre droite, cette dernière nous amenant dans la salle. "Vraiment excellent! Je ne vous le dirais jamais assez! Cuit à la perfection, un vrai délice pour les papilles!" m'exclamais-je pour nous donner une couverture même si cette méthode pouvait vite être grillée. Nous repartons à notre place. Je m'assois et respire profondément. "Normalement, là c'est le moment où je me cale contre toi et que nous discutons de tout et de rien. Allons-nous chez moi ou tu veux en finir là?" lui demandais-je en prenant mon porte-monnaie et déposant un billet de dix dollars en lui adressant un sourire coquin avant de passer ma langue sur les lèvres. Ha il semblerait d'ailleurs que je ne me sois pas bien essuyé. Très bien. Je prends une serviette et la passe doucement sur ma bouche avant de reprendre ma consommation et de la finir entièrement.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 13 Jan - 15:19

Les choses se font naturellement entre vous, tu le sens anxieux dans certains passages, comme s’il doutait de ce qu’il faisait, alors que c’est lui même qui t’a entraîné là-dedans. Toi, tu es confiant, et pendant qu’il s’affaisse à te faire éprouver le plaisir suprême, tu te laisses aller à une détente et à une confiance en toi inouïe ; cette expérience dans les cuisines, en plus de t’avoir été bénéfique au niveau culture sexuelle, t’aura fait ressentir dans l’instant la plus délicieuse et douloureuse des sensations ; la petite mort, tu l’avais presque oublié avec tout ce temps sans rien faire, mais Louis te l’a fait ressentir avec clarté et expertise. Lorsqu’il a fini son affaire et te fait rire de nouveau, avec ces phrases qui ne sont propres qu’à lui, tu l’attires à toi et, plantant tes lèvres dans les siennes, tu le remercies silencieusement avec un baiser qui lui montre que cet instant restera gravé dans ta mémoire. « On peut sortir en toute confiance, sinon… Enfin, je veux dire, maintenant, c’est fait, ils ne peuvent plus nous empêcher de quoi que ce soit, si ? » Tu le sens toujours un peu anxieux, sur la défense presque. Le pauvre. Vous sortez donc et sa phrase délicieuse te fait rire encore. Tu décides toi aussi de jouer le jeu. « Ah ça… L’escalope milanaise, c’est un plat que les gens s’arrachent, mais le cuisinier ici est… Splendide. » Tu lui fais, pour la première fois depuis une bonne dizaine de minutes, un clin d’œil. Le retour, depuis la cuisine, des toqués. Douce ironie, ce double sens t’arrache un nouveau sourire. Vous vous asseyez de nouveau, et cette fois, sans même hésiter, tu prends sa main par la tienne, et tu joues avec tes doigts sur sa paume comme tu le ferais sur un piano. Tu y mets de la douceur, car tu lui es encore reconnaissant de cette escapade. Ton ventre gargouille. «Je suis bien avec toi, mais je voudrais grignoter encore un peu. Je t’avoue que j’ai un petit peu faim encore... »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 13 Jan - 16:24

 
he Trip When He On It

C'est vrai que je n'ai même pas pensé à cette partie du rendez-vous. Nous sommes presque dans un date improvisé et nous n'avons toujours pas manger. Bien. Je referme ma main sur ses doigts, les emprisonnant avant de les entrelacer avec les miens et regarde le serveur de tout à l'heure pour lui faire signe et lui faire comprendre que nous avons besoin de lui. Il se ramène et je lui demande simplement la carte qu'il nous donne dans les 5 minutes qui viennent. "Prends ce que tu veux, je continue mon offre et t'offre ce que tu désires." dis-je à Milan avant de lâcher sa main et de lire le menu. Le serveur reste à notre table. Je lui jette des petits regards sans même lui adresser l'ombre d'une attirance réciproque. Ce qui venait de se passer avec Milan m'a fait comme changé sur cette facette de moi; ne pas aller cavaler ailleurs alors qu'on ne s'est rien promis. Est-ce ma raison et mon respect envers l'italien qui parle ou la faim me donne comme un moment de sagesse? Allez savoir. "Je voudrais des tagliatelles au saumon s'il vous plait." demandais-je donc tout en fermant la carte et la posant au coin de la table. "Serait-il possible d'avoir votre meilleur vin par ailleurs? Des vins qui iraient parfaitement avec nos plats bien entendu." ajoutais-je en prenant mon verre et en le levant légèrement avant de boire ce dernier d'un trait. Le serveur s'en va. Revenons à nos moutons. Je reprends la main de mon beau brun et lui adresse un sourire. "Ton date idéal ça serait quoi dis moi? Des endroits que tu rêverais de faire lors de rendez-vous galants?" lui demandais-je pour mieux le connaitre à l'aide de mes questions idiotes.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 13 Jan - 16:49

Son offre te fait plaisir, et on t’a appris à ne pas refuser ce genre de choses. Tu lui fais un sourire franc et concède, presque à regret, à relâcher sa main le temps de feuilleter le menu. « Merci beaucoup c’est gentil. » Tu remarques les quelques regards que jette Louis à votre serveur, et tu t’aperçois que la lueur que tu y trouvais il y a moins d’une heure semble avoir changé ; satisfait plus que de raison, tu jettes à peine un œil aux plats proposés. « Pour ma part, ce sera une salade César. Et puisque j’ai vu que vous proposez un accompagnement avec la salade, je voudrais remplacer les frites -puisque, qui mangerait des frites avec une salade ?-, par votre salade tomate et feta. En petit bol bien sûr. Merci. » Le ton est sec, sans équivoque ; le pauvre ne s’attendait sûrement pas à ça puisqu’il reste silencieux, avant de partir en cuisines sans un regard pour ton ami, après avoir pris en compte sa réclamation de vin -ce qui te rend encore plus heureux. « Merci pour tout ça, vraiment. » Ta main continue de jouer avec la sienne tandis que tu réfléchis à sa question. Tu as vu pas mal de films romantiques, et c’est vrai que même si c’est souvent niais, toi, ces effusions d’amour imprévues, ça te touche presque. La réponse t’apparaît d’un seul coup. « Clairement, ce serait un pique-nique sous les étoiles. Ça retarde la digestion, mais c’est féérique, installés dans l’herbe, avec un repas simple. » Tu lui souris. « Et toi ? »
Louis Le Roy
ADMIN CORBEILLE
∎ Pour vous servir
avatar
Inscrit le : 29/11/2017
Messages : 2206
Avatar : Andy Samberg
Crédits : FRIMELDA (signa)
Date de naissance : 01/06/1989
Mes rps :
INDISPONIBLE (7/5)


- Hibby-Blue #2
- Ceyleste
- Drama Queens
- Leevi #3
- Diana
- Leevi #4
- Le Roy Family

Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 13 Jan - 18:04

 
he Trip When He On It

Je lui adresse un sourire en guise de réponse. Ce n'est rien après tout. J'ai bien le droit de faire plaisir à un collègue et peut-être même à un futur amant permanent. C'est vrai qu'un pique-nique ça pourrait le faire. Si nous parvenons à tenir la route, je lui ferai ceci durant la période printanière ou estivale. Cependant je ne sais même pas ce qui serait le mieux pour moi. "Peut-être quelque chose du genre. Je dirais un voyage, un weekend complètement à l'improviste sans que je sache la destination avec à la clef des activités en tout genre fraîchement concoctée par mon partenaire avec un bon dîner aux chandelles pour la fin de la soirée et une longue ballade main dans la main avant de rentrer et de partir pour une nuit torride." répondis-je finalement, rêveur en espérant que ce genre de situation m'arrive un de ces jours. Et en parlant de voyage... "Raconte moi ton plus beau séjour. Et parles moi de la ville ou du village le plus époustouflant que tu as vu. Celui qui t'a le plus marqué et que tu placerais en top 1 sur une liste des endroits visités." lui dis-je en tenant ma tête à l'aide de ma main libre, prêt à écouter ses histoires et me laisser bercer par la mélodie de sa voix. Tout en attendant les plats, je remonte ma main vers son poignet et son avant-bras pour le caresser. J'aime beaucoup cette sensation à cet endroit-là et le contact de mes doigts sur les poils qui recouvrent cette partie. Je trouve ça doux et agréable, autant pour moi à le pratiquer que de le recevoir lorsqu'on me le fait. Le serveur se ramène avec nos plats. Je lève la main lorsqu'il demande pour les tagliatelles. J'attrape ma serviette et la pose sur mes genoux, attrape mes couverts prêt à manger ce repas. "Buon appetito." lui dis-je avant de commencer à enrouler les pâtes autour de ma fourchette. "Rien à voir mais que penses-tu de manger des pâtes avec une cuillère? Beaucoup de français le font et c'est d'ailleurs à cause d'eux, de nous, que les restaurants italiens servent une cuillière avec les pâtes. Je ne sais pas toi mais pour moi, c'est un blasphème." demandais-je avant d'enfourner ma fourchette en bouche et d'avaler comme il se doit. "Mais là n'est pas la question. Du coup, revenons à nos moutons. Toi et tes voyages. Dis moi tout." repris-je en savourant mon plat.
Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: he trip when he on it , le Sam 13 Jan - 20:44

Son sourire est craquant, et voir ainsi cette mine joyeuse se former sur son visage te fait, sans que tu le contrôles vraiment, chavirer. Il faut dire que Louis est beau gosse, qu’il a un côté fou qui te plaît -et pourtant tu hais les artistes à cause de ce même côté chez eux-, et que… Tu envisages bien de passer ta nuit chez lui, voire même le jour suivant et pourquoi pas d’autres nuits encore. Ce n’est pas que sexuel -bien que ça y soit pour quelque chose-, non, être en sa compagnie te fait te sentir vivant, vrai, et ce n’est pas pour te déplaire. Tu l’écoutes te raconter son date idéal, et tu planifies tout ça dans ta tête ; un bref calcul plus tard, tu te dis qu’il serait possible, un jour, que tu l’emmènes faire ce voyage qui lui plairait tant. Bien entendu, ce sera une surprise ; tu ne veux pas apparaître plus découvert que tu ne l’es déjà, il faut que chacun d’entre vous conserve une part de mystère pour continuer de surprendre l’autre. « Mon plus beau séjour, c’est de loin mon enfance ; même si je l’ai quittée, Rome aura toujours une place spéciale dans mon cœur. Quand tu vas prendre un Starbucks dans des rues si belles, crois-moi que ton café n’a pas la même saveur. L’Italie, c’est tout un rêve pour moi… S’il n’y avait pas eu ces histoires avec ma famille, j’y serais resté toute ma vie, j’adore ce pays, j’adore les gens qui y habitent, et la langue, mon Dieu, la langue... » Tu soupires, rêveur, et te laisse aller à quelques mots. « Questo è il tesoro più bello per me, questo amore per il mio paese... » (C’est le plus beau trésor pour moi, cet amour du pays.) Surpris d’ainsi te laisser aller dans la langueur de l’italien, tu te ressaisis, et brusquement rougi par une sorte de honte que tu ne saurais qualifier, tu marmonnes des mots d’excuse. Son bon appétit te fait sourire ; il faudra que tu lui apprennes à mieux manier l’accent. « Thanks, you too. » Tu manges dans le silence, te délectant de cette salade, venant loger ta jambe contre celle de Louis pour ne pas perdre ce contact qui te paraît si précieux. Ses réflexions te font sourire. Ses caresses te faisaient frémir. Dio, ce mec est parfait ! « C’est une honte… Mais je t’avouerais sans peine que quand la fatigue me prend chez moi et que j’ai oublié de prendre une fourchette… Une cuillère fait l’affaire. Ce serait une honte à Rome, mais mon chez moi est maintenant en Amérique. Le plus beau des voyages serait d’y retourner, comme ça, en tant que visiteur, de retrouver ces lieux que j’ai déjà connu et effleurer de mes doigts. » Une pause. « Et toi, alors, tes voyages ? Tes racines ? Raconte moi tout, je veux tout connaître de toi. »
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: he trip when he on it , le

he trip when he on it

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: 2018-