Partagez| .

Le choc de la vérité feat Lorenzo


Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Mer 25 Oct - 16:53

    Toute les journées se suivent, mais ne se ressemble pas. Brynley avait maintenant vingt ans. Cela faisait maintenant une année qu'elle avait ouvert sa boutique de stylisme dans la partie nord d'Austin mais cela ne l'empêchait pas de vendre des vêtements à prix varié. Elle voulait que tous les types de gens puisse avoir accès à ses créations. Malheureusement, elle a abandonné ses études pour ouvrir sa boutique. Donc avec son talent de styliste, la jeune italienne a décidé d'ouvrir sa propre boutique qui se nomme maintenant : De fil en aiguille. La jeune Brynley était célibataire, en pleine forme, puis sa propre patronne. Maintenant qu'elle ne travaillait plus comme serveuse, elle pouvait faire ses propres horaires.

    En ce moment, la chanson Please don't stop the music de Rihanna qui jouait en boucle depuis maintenant une heure sur son ordinateur parce qu'elle aimait cette chanson. En ce moment, Brynley était en train de passé ses commandes de tissus par son ordinateur, c'était comme légèrement plus simple et beaucoup moins de gaspillage de papier. Moins de déforestation. Depuis les derniers mois, Bryn s'était privé de sortir de peur de croiser quelqu'un de bien précis, mais on lui avait assuré qu'elle ne le reverrait plus. Malgré son amélioration en ce qui attrait au sexe opposé, c'était souvent les hommes qui venaient la coller. À ces moments là, son cœur lui donnait l'impression de cesser de battre. Faut dire qu'avec son accent italien, et sa belle gueule, elle ne laissait tout de même pas les hommes indifférents. Faudrait être fou pour ne pas voir qu'elle est ravissante... Comme la journée avait été exceptionnellement longue. Au moins elle a eut ses clients ce qui lui a permis de faire passé le temps un peu plus vite.

    Un peu nostalgique de sa vie d'étudiante, Brynley avait décidé d'aller faire un tour dans un lieu ou elle avait passé beaucoup de temps : la bibliothèque de l'école. Elle quitta tard sa boutique, il faisait déjà sombre à l'extérieur, donc elle arriva plutôt tard à l'université. Elle n'Avait jamais redonné sa carte d'étudiante donc elle n'eut pas de mal a renter. Elle se dirigea donc vers la bibliothèque. Elle n'était pas trop dur à trouvé. Elle entra alors dans l'endroit et se dirigea surtout vers la partie la plus éloigné de l'entrée. Elle alluma une lumière à faible intensité et pris un roman et décida de lire à la bibliothèque de l'université. Cela lui remémorait de tendre et bon souvenir.




Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Mer 1 Nov - 2:45

Lorenzo avait un cours de sociologie à donner ce matin, 8h30. Nous étions à la moitié de la session, et celle-ci se déroulait bien jusqu'à présent. Les étudiants étaient relativement bons. Il y avait bien sur quelques cas problèmes, comme toujours, mais rien qui sortait de l'ordinaire. Le professeur pouvait se réjouir d'avoir une bonne cohorte, cette année. Il aimait son travaille, ayant quitté l'Italie et son statut d'héritier de la mafia pour pouvoir le pratiquer. Parfois, je dis bien parfois, Enzo se demandait qu'aurait été sa vie s'il était resté et avait rempli ses obligations... Aurait-il pris goût à tout ce pouvoir? À cette facilité de faire ce qu'il aurait voulu de la vie des autres? Inspirer la crainte et le respect parmi des centaines d'hommes? Oui, parfois, il se questionnait à savoir s'il avait fait le bon choix. Il n'avait toujours pas de réponse complètement et irréfutablement vrai, mais il se contentait de ce qu'il avait. Cela lui suffisait, de toute façon.

Le cours se termina rapidement et Lorenzo leur rappela que l'examen était dans une semaine. Il les invita à se préparer et à venir le voir dans son bureau, au besoin. De toute façon, il devait y passer la journée pour corrigé des travaux, préparer des examens et annoté le dépôt initial de la thèse d'une de ses étudiantes. Dire qu'il était débordé par le travail serait un euphémisme. Il retournerait chez lui tard, ce soir, il en était certain. Personne ne l'attendait à la maison, pas même un chien ou un chat, aucune âme qui vive. La solitude lui allait bien et le réconfortait. Il y était habituer et lui avait pris goût. Les autres, souvent, finissait par l'énerver... Et le résultat n'était pas toujours beau. Ayant tendance à être impulsif, il tentait du mieux qu'il pouvait à réprimer ses envies primales, celles qu'il avait connues dans son enfance... Qui lui avait permis de survivre tout ce temps... Mais ce n'était pas toujours tâche aisée.

Lorenzo était concentré sur les multiples pages qui ornaient désormais son bureau. Il lui manquait un livre, une référence, pour pouvoir terminer ce sur quoi il travaillait depuis déjà des heures. Sans attendre, il se rendit à la bibliothèque de l'université. À cette heure tardive, personne n'y était, jamais. Il avait l'habitude d'y être tranquille. Lorsqu'il franchit la porte grâce à sa carte d'employé, il se dirigea directement vers la rangé qui l'intéressait, au fond complètement. Ce fut non sans surprise qu'il aperçu une jeune femme seule, assise en train de lire. Il ne voulait pas la déranger, mais son côté un peu parano et professeur pris le dessus...Je peux vous demander ce que vous faites ici à cette heure? Il était souvent direct, un peu trop, mais il possédait en quelque sorte l'autorité pour lui poser la question. Il travaillait pour l'université, après tout, et c'était l'une des premières fois qu'il voyait quelqu'un aussi tard! Enfin, je suis désolé, la bibliothèque est ouverte aux étudiants... J'ai simplement été surpris d'y voir quelqu'un. Il tenta de se reprendre, il ne devait pas parler aux gens ainsi. Décidemment, il était toujours aussi maladroit dans ses manières d'interagir avec les autres.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Jeu 2 Nov - 3:40

    Que se cache-t-il dans le noir de la nuit entre les étoiles ? Notre univers est né il y a environ 13 milliards et 700 millions d’année lors de ce qu’on appelle le Big Bang. À cette époque-là, ni la terre, ni le soleil, ni les étoiles n’existaient. Juste après le Big Bang, l’Univers était tellement dense et chaud que tout ce qui s’y formait était immédiatement transformé en lumière brûlante, qui ne pouvait pas avance sans se cogner dans les particules. Puis l’Univers s’est agrandi et s’est refroidi. Bref, pour faire un court résumé... Quand on regarde le noir entre les étoiles, la nuit, on regarde donc les origines de notre Univers, même si on ne s'en rend pas compte.

    Brynley était arrivé tard à l'université donc elle avait pu voir les étoiles brillé loin, très loin dans le ciel, ces milliards de boule de gaz qui brillaient de sa propre lumière. C'était magnifique à voir. Cela lui faisait drôle à Brynley de retourner à l'université après avoir abandonné ses études l'années dernière. Sans vouloir le crier sur tout les toits, la jeune demoiselle avait passé beaucoup de temps à la bibliothèque, qu'elle se servait comme une troisième refuge autre que son appartement ou celui de son frère. Elle avait eut envie de changer d'air et quoi de mieux que de remettre les pieds dans cette immense bibliothèque. Elle avait toujours adoré cette endroit mais elle n'avait jamais cru bon voir quelqu'un a une heure aussi tardive. « Je peux vous demander ce que vous faites ici à cette heure ? » La jeune italienne ne compris pas sur le coup qu'on ne l'on s'adressait à elle donc elle ne répondit pas sur le coup. Jusqu'à ce que la voix d'homme continue : « Enfin, je suis désolé, la bibliothèque est ouverte aux étudiants... J'ai simplement été surpris d'y voir quelqu'un. » Ignorant tout de son interlocuteur, ignorant surtout qu'il allait la comprendre clairement, la jeune femme répondit en Italien : « Je ne suis plus étudiante, désolée... »




Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Jeu 2 Nov - 21:54

Lorenzo fut agréablement surpris par la réponse de la jeune femme. Elle ne devait pas se douter qu’il était lui-même Italien, et cela l’amusa plus qu’il ne l’aurait cru. Il fut tenté, d’abord, de jouer le jeu et paraître ne rien comprendre… Mais cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas conversé en italien, qu’il succomba immédiatement. Vous n’êtes plus étudiante? J’ai donc maintenant une vraie raison de vous demander ce que vous faites ici? Lui répondit-il dans sa langue natale. Son élocution en italien était encore meilleure qu’en anglais, même après tout ce temps. La dernière fois où il avait parlé à une italienne, remontait à exactement six mois. Et encore, ce n’avait été que par courriel. Il avait écrit à sa sœur pour savoir comment la famille allait. Depuis que son père l’avait renié, il arrivait difficilement à les contacter. Huit ans s’étaient écoulés depuis, et il n’était toujours pas retourné en Italie. Bien qu’il en garde des souvenirs mitigés, son pays lui manquait, parfois. Et la réalité le rattrapait rudement, surtout lorsqu’il entendait une inconnue prononcer des mots grâce à cette langue si belle qu’est l’Italien.  

Lorenzo cachait bien sa surprise et son appréhension. Il attendait que la demoiselle lui fournisse des explications. En temps normal, il lui aurait demandé de quitter la bibliothèque… L’éventualité d’avoir une réelle conversation dans sa langue natale gagnait cependant sur le besoin d’employer les règles de l’université. Peut-être que sa journée ne serait pas si mal, après tout.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Lun 6 Nov - 6:40

    Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas parlé italien ou qu'elle n'avait pas rencontré quelqu'un qui venait de là-bas qu'elle écarquilla les yeux de surprises quand son interlocuteur lui répondit dans la même langue qu'elle. Certes, elle parlait italien avec son frère ainé pour être sur de ne pas perdre sa langue, malgré qu'elle se débrouille quand même bien en anglais, mais de là à croiser un italien dans la ville, selon elle, il était en voie d'extinction à Austin. Elle était surprise certes, mais cacha facilement sa joie d'en croiser un autre. Quel choc. Elle fixa l'homme debout près d'elle et avait la bouche légèrement entrouverte. * Ferme ta bouche Bryn tu vas lui donner surement une mauvaise impression * pensa-t-elle. Elle l'écoutait parler. « Vous n’êtes plus étudiante? J’ai donc maintenant une vraie raison de vous demander ce que vous faites ici ? » Elle referma ses lèvres puis répondit toujours en italien : « Je ne suis plus étudiante depuis un an, mais j'aime bien venir ici de temps en temps, ça me fait du bien, surtout à une heure aussi tardive » Sans aucune gêne, elle reluqua son interlocuteur : plutôt beau gosse, d'environ 1m80 a 1m90, elle n'était pas trop sur. Elle le détailla sans scrupule. Continuant dans la même langue : « J'ose retourner la question : que faites-vous ici aussi tard ? » Ce n'était certes pas de ses affaires, mais qui pouvait bien aller a la bibliothèque aussi tard le soir. « Puis-je au moins vous invité à vous asseoir »



Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Lun 6 Nov - 21:27

Lorenzo remarqua que la jeune femme le regardait de haut en bas. Elle le reluquait sans même essayer de dissimuler ce fait. Il avait envie de rire, quel genre d’homme n’aime pas cette attention d’une belle femme? Lui n’en faisait pas exception. Il se permit donc de la regarder plus attentivement. Elle était très belle et surement née en Italie, elle aussi. Son teint halé et ses cheveux sombres la trahissait, sans parler de l’absence d’accent lorsqu’elle employait leur langue natale.

Sans s’attarder plus longuement et suivant les directives de la jeune femme, il alla la rejoindre et prit place en face d’elle avant de répondre, toujours en italien. Je suis professeur de sociologie. J’étais venu chercher un livre pour terminer ce sur quoi je travaille depuis cet après-midi. Il posa les yeux quelques secondes sur le livre que la demoiselle tenait, avant de se présenter. Je m’appelle Lorenzo Castelli, enchanté, les chances de rencontrer une italienne ici à Austin sont assez rare. Il avait précisé son nom de famille, pour qu’elle comprenne bien qu’ils étaient sans doute de la même nationalité… D’ailleurs, il souhaitait ardemment qu’elle ne fasse pas le lien entre lui et sa famille. Il aurait pu mentir, mais n’y voyait pas la nécessité. En cas de besoin, il nierait toute implication dans la mafia italienne. Ce chapitre de sa vie était terminé, et il désirait qu’il en subsiste ainsi.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Jeu 9 Nov - 6:21


    Reluquer : regarder quelqu'un avec une curiosité indiscrète ou considérer quelque chose avec envie, avec convoitise. Dans le cas présent, c'est bien l'option numéro un. La jeune italienne ne s'était pas gêné pour le regarder de la tête aux pieds et elle remarqua que son interlocuteur ne se gênait aucunement non plus. Pour les rares fois qu'un homme la détaillait comme cela. Elle n'allait certainement pas s'en offusqué. Elle avait un peu de misère a discerné la couleur de ses yeux puisque à une heure pareil la bibliothèque était peu éclairé. Ne voulant pas le laisser planté la debout, la jeune femme l'invita à s'asseoir. Son interlocuteur vint s'asseoir en face d'elle. « Je suis professeur de sociologie. J'étais venu chercher un livre pour terminer ce sur quoi je travaille depuis cet après-midi » Brynley eut un léger sourire. « Est-ce trop personnel de demandé sur quoi vous travailliez ? » On dit souvent que la curiosité est un vilain défaut. Qu'être trop curieux peut valoir des ennuis. Pourtant, la curiosité peut être aussi une qualité. Après tout, tant qu'à être ici autant se taper la discussion. « Je m’appelle Lorenzo Castelli, enchanté, les chances de rencontrer une italienne ici à Austin sont assez rare » Bryn retourna son livre, les pages face contre le petit bureau et sourit délicatement. « Vous êtes le troisième italien que je croise. Je m'apelle Brynley Jones. Oui je sais mon nom de fait pas très bien italienne mais je suis bel et bien née à Venise » Comme c'était agréable de parler une langue que peu de gens dans cette vile maitrisait.




Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Ven 10 Nov - 15:38

Il fallait l’avouer, Lorenzo ne travaillait pas sur le dossier le plus amusant au monde. C’était dans ses tâches de professeur, après tout, donc rien de très intéressant. Il répondit tout de même à sa question, par politesse. J’annote le dépôt final de la thèse d’une étudiante au doctorat. Je tenais à vérifier l’une de ses sources, dans la bibliographie. L’italien lui adressa un sourire en coin. Il avait conscience qu’il devait sonner aux oreilles de la demoiselle comme étant quelqu’un d’ennuyant. Ce qui n’était pas tout à fait faux, selon les circonstances. Il avait tendance à être très sérieux en ce qui a trait à son travail. Plutôt perfectionniste, il avait le souci des choses bien faites… En dehors, dans sa vie privée, il pouvait se montrer différent. Là encore, selon l’individu qu’il côtoyait.

Il est vrai que Jones ne sonnait pas très italien. Peut-être avait-elle changé de nom de famille? Ou simplement avait-elle plusieurs nationalités? Il allait attendre avant de poser la question, qu’il jugeait trop personnelle pour deux personnes venant juste de se rencontrer.  Vous êtes la première personne avec qui je peux parler en italien ici, et j’ai déménagé il y a 8 ans. Je dois manquer de chance, ou les italiens m’évitent peut-être. Il rigola à cette pensé, plutôt ironique… Lorsqu’il était en Italie, les gens l’évitaient. Ils ne voulaient rien à voir à faire avec la mafia, et encore moins le futur parrain. Personne n’avait envie de finir mort, simplement pour avoir échangé deux ou trois mots avec l’héritier Castelli… L'Italie vous manque, parfois? Lui aussi, était curieux. Pour les rare fois où il pouvait parler de son pays natal, il n'allait pas se gêner.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Ven 10 Nov - 17:35

    Cela lui faisait étrange d'être de retour en ces lieux. Pas seulement la bibliothèque ou elle avait passé de nombreuses heures, mais d'être surtout en ces murs, à l'université. Elle avait quitté les bancs d'école à dix-neuf ans, et à vingt ans, soit un an plus tard, la revoilà dans ce bâtiment qui avait été longtemps son refuge. Son cœur chavira encore plus en entendant Lorenzo parler dans la langue italienne. Elle qui n'avait que croiser deux personnes parlant l'italien, cela lui faisait chaud au cœur de converser avec quelqu'un dans une langue que peu de gens maitrisait. Elle observa quelques instants Lorenzo et fini par lui demandé sur quoi il travaillait. Cela ne la regardait pas mais il n'était pas obligé d'y répondre pourtant il le fit : « J’annote le dépôt final de la thèse d’une étudiante au doctorat. Je tenais à vérifier l’une de ses sources, dans la bibliographie » « La bonne vieille méthode. J'ai toujours eu plus confiance aux livres qu'au net ». Elle lui retourna un léger sourire. « De toute façon, j'aime mieux u prof qui adore ce qu'il fait et qui parle avec passion qu'un prof qui parle d'un ton morne et qui est ennuyeux ». Ce qui n'était pas faut. Certes, c'est vrai que Jones sonnait plus anglais qu'italien mais elle était née à Venise. Puis, elle pensait prendre le nom de famille de sa mère un jour. Parlant de sa mère, elle tenta de ne pas pensé qu'elle était encore en prison à l'heure actuel. « Vous êtes la première personne avec qui je peux parler en italien ici, et j’ai déménagé il y a 8 ans. Je dois manquer de chance, ou les italiens m’évitent peut-être. » Son sourire s'agrandit. Non ils le l'évitaient pas puisqu'il étaient peu nombreux. « Cela fait dix ans maintenant que je suis au Texas. Et autre que mon grand frère ou mon........... ex amoureux, je n'ai pas croisé grand monde, c'est pour cela que je disais que vous êtes le troisième que je croise ici. Ce n'est certainement pas à cause qu'ils vous évitent. Pour répondre à votre dernière question : bien sur qu'elle me manque. Mes grands-parents maternelles sont là bas et c'est pas mal la seule famille qu'il me reste. Ma mère en prison pour meurtre et mon père mort. Un jour je me suis promis que dès que j'ai de l'argent j'y retourne pour y voir ma famille. Et vous ? Elle vous manque ? »



Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Mar 14 Nov - 17:41

Parler avec une jeune italienne lui rappelait ses sœurs. Elles lui manquaient terriblement. Lorenzo n’avait que très peu d’occasion de leur parler et elles étaient toutes les deux restées en Italie. Un jour, il allait défier son père pour avoir la chance de les revoir. Il rêvait en secret qu’elles viennent le rejoindre aux États-Unis. Vivre dans une famille mafieuse n’était pas facile, surtout pour elles. Elles se devaient toujours d’être parfaites et irréprochables… Des mariages arrangés pouvaient même encore avoir lieu, si le parrain avait besoin d’alliance ou de faire pression sur d’autres familles.  Juste à cette idée, la mâchoire de l’italien se serra. Il n’aimait pas parler de lui, et essayait de ne pas penser à la situation dans laquelle ses deux sœurs se trouvaient. À chaque fois, il était animé d’une colère froide et d’une envie pressante de retourner en Italie pour les protéger. Mais s’il y retournait, il serait probablement tuer par son père, le parrain.

Tandis qu’il réfléchissait à sa propre expérience en Italie, il écoutait la demoiselle devant lui. Il était facile de voir qu’elle aussi, était prise dans une condition malencontreuse. Elle avait perdu son père, sa mère était en prison pour meurtre… La façon dont elle avait hésité à parler de son ex amoureux en disant long, aussi. Lorenzo appréciait sa franchise, elle était ouverte à lui. C’était surement du au fait que les deux soient italiens. Un sentiment d’appartenance, de minorité dans cette si grande ville, aidait probablement la brune à se confier à lui. Il aurait aimé être capable d’en faire autant, mais il en était incapable, depuis si longtemps. Moi aussi, l’Italie me manque. Ma famille y est aussi… Je rêve de pouvoir les revoir un jour! Il restait vague, ne voulant pas en dévoiler davantage. Surtout pas le fait qu’il soit le fil du parrain. Il ne dirait jamais ceci à quelqu’un, encore moins une italienne! Est-ce indiscret de vous demandez pourquoi êtes vous venue ici? À Austin? Il ne voulait pas lui poser de questions au sujet de sa mère ou de son père, ils ne voulaient pas la mettre mal à l’aise.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Mer 15 Nov - 3:51

    C'était dur de parler de sa famille comme cela. Pour elle, il le lui restait presque rien : elle n'avait que très peu connu la famille de son père, elle connaissait un peu les parents de sa mère. Cela faisait déjà dix ans que sa mère était en prison en Italie et la jeune femme ne savait pas quand est-ce que sa mère allait sortir de prison... Surtout que ce fut un meurtre prémédité. Parlant de sa famille, comment allait-elle ? Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait vu son grand-père et sa grand-mère sans leur parler ni leur écrire, que la jeune italienne se demandait si elle ne les avait pas oublier. Sa mère lui avait déjà donner leur adresse papier. Elle l'avait toujours conserver. Le jour ou elle se rendrait chez eux, allaient-ils la reconnaîtront. Sinon, elle prendrais un vol direct pour les États-Unis, avec très clairement, les larmes aux yeux. Brynley faisait partie d'une très grande minorité au Texas, trois italiens dans une ville qui comporte beaucoup d'anglophone, c'était dur. Une chance qu'elle parlait la langue. Même si sa langue maternel, elle la maitrisait mieux. Certes, elle ne s'attendait pas à lui révélé trop de chose, mais c'était sorti tout seul. Bryn lui demanda s'il s'ennuyait de l'Italie. Sa réponse fut comme la sienne : « Moi aussi, l’Italie me manque. Ma famille y est aussi… Je rêve de pouvoir les revoir un jour! ». Bryn sourit. Quand tu vis dans un pays aussi beau que l'Italie, cela faisait de la peine parfois de la quitté. Elle avait malgré son passé, de beaux moments en Italie. « Est-ce vous êtes déjà retourner en Italie depuis que vous êtes ici ? » Devait-elle posé la question. Pourquoi pas ! « Par curiosité, cela fait combien de temps que vous êtes ici au Texas ??? Après tout, cela ne me regarde pas, je n'en tiendrai pas rigueur si vous choisissez de ne pas répondre. Juste au cas ou vous vous poseriez la question, je suis styliste depuis un an maintenant, à défaut d'avoir des rêves brisés on s'en créé d'autre, vous n'êtes pas d'accord la dessus ? Également, vous permettez qu'on se tutoie, ça me fait bizarre » Brynley espérait qu'il dise oui, certes ce n'était pas si "convenable" de tutoyer quelqu'un si peu de temps après une rencontre, mais s'il répondait non, elle continuerais avec le "vous". Elle répondit à sa question : « Tant qu'a en avoir trop dit : je ne suis pas venu ici au Texas de mon plein gré, parce que mon grand frère me manquait. Oui il me manquait et ce malgré les huit année qui nous sépare. Si ma mère est en prison depuis les dis dernières années c'est parce qu'elle a tué mon père. Mon père m'a violé de mes six ans à mes dix ans et un jour, ma mère est revenu plus tôt que prévu de son emploi et elle a surpris mon père pendant l'acte cruel envers sa propre fille. Les flics ont débarqués chez moi et ont arrêté ma mère. Ils ont voulus m'emmener mais je leur ai dit que mon frère aîné, qui avait dix-huit ans à l'époque, était aux États-Unis, donc on m'a accompagné jusqu'ici. Ce fut extrêmement difficile au départ, mais on fini par s'y habitué. Et vous, qu'est-ce qui vous a poussé a vous éloigné de vos proches.»



Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Ven 17 Nov - 15:29

La demoiselle lui partageait des détails très intimes de sa vie, et il écoutait avec attention. Lorenzo n’était pas doué pour parler, certes, mais était la bonne personne avec qui se confier. Justement, il ne disait jamais les secrets, encore moins ceux des autres. Elle n’avait pas eu une vie facile, et il comprenait très bien ce sentiment. Il avait lui-même une relation conflictuelle avec son père, mais jamais le viol était acceptable! L’italien était animé d’une rage sans pareille, à l’idée qu’une jeune fille ait pu vivre de telles atrocités. Sa mère avait bien fait, de tuer cet enfoiré. Lorenzo aurait probablement fait de même, dans cette situation. Si son père avait osé toucher ses sœurs, il aurait mis fin à ses jours sans même y réfléchir. Heureusement, son père était peut-être l’un des criminels les plus importants d’Italie, mais il n’était pas un violeur. Il respectait les traditions, sa femme, donc la mère de Lorenzo en l’occurrence. Pour le parrain, sa famille est ce qu’il y a de plus important. Il est exigeant, sévère et oblige un code de conduite particulier, mais son respect est toujours présent. Quoi qu’il en soit, Lorenzo écoutait la jeune femme raconter son récit, tout en essayant de ne pas se mettre en colère. Du moins, pas devant celle-ci. Il venait à peine de la rencontrer, il ne voulait pas laisser son côté impulsif prendre le dessus.

Il avait l’impression d’être en Italie, avec tous ces mots prononcés dans leur langue natale. Cette phonétique était une vraie mélodie à ses oreilles.  La signification des mots qu’elle prononçait, cependant, en était tout autre. Il la laissa terminer, avant de répondre à son tour. Non, je ne suis jamais retourné en Italie, depuis que je suis ici. Et je suis d’accord pour que l’on se tutoie. Il lui adressa un sourire en coin avant de continuer. Cela fait huit ans que j’ai déménagé, afin de poursuivre mes études en sociologie. Je suis ensuite devenu professeur… Et je suis sincèrement désolé pour tout ce qui t'ai arrivé! Je comprends ta mère, j’aurais fait la même chose. Il soupira, retenant sa colère. En ce qui me concerne, j’ai également quitté l’Italie à cause de mon père. Il attendait de moi une chose que je ne voulais pas faire. Il ne voulait pas en dire plus, gardant son passé pour lui. C’était trop dangereux, cela pourrait mettre sa carrière en péril. Et ça, il ne le permettrait jamais.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Sam 18 Nov - 16:44

    Vider son cœur, qui signifie exprimer d'un seul coup la souffrance morale et psychique que l'on gardait jusqu'ici pour soi. Certes, les psychologue sont très doués pour écouter, nous faire parler de nos petits bobos. Brynley en savait quelque chose. Elle avait passé sept longues années à parler, pas au début, mais dans les derniers temps, elle jasais de ce qui allait de travers. De ce qui ne fonctionnait pas, la rendait triste ou nerveuse. Ce fut dur au départ d'admettre que son père avait commis quelque chose de totalement monstrueux envers la chair de sa chair. Brynley n'en revenait toujours pas après dix ans. Aurait-elle été différente de ce qu'elle est depuis dix ans si son père n'avait rien fait et qu'elle serait resté en Italie. Surement, mais la vie est un long parcours et ce qu'elle a vécut lui a permis d'un autre côté de devenir la jeune femme qu'elle est maintenant. Certainement pas. Avec le temps, elle a gagner en assurance et en plus d'avoir de l'ambition au point d'ouvrir son propre magasin de stylisme. « Je suis désolée, je sais pas pourquoi je t'ai raconté tout cela. J'imagine bien ce que tu as pu ressentir en apprenant ce que j'ai vécu. J'imagine que tu avais sans doute d'autres plans en tête que de m'écouter parler de moi » La jeune femme soupira et détourna le regard pour regarder vers la fenêtre. Comme l'Italie lui manquait. Elle pensais peut-être y aller pour Noël. Cela serait le bon temps. Cela allait être magique de passé Noël en famille, sans famille complète. Puis elle le questionna sur sa vie, sans trop entré dans les détails. « Non, je ne suis jamais retourné en Italie, depuis que je suis ici. Et je suis d’accord pour que l’on se tutoie » La jeune femme lui retourna son sourire. Son interlocuteur continua. « Cela fait huit ans que j’ai déménagé, afin de poursuivre mes études en sociologie. Je suis ensuite devenu professeur… Et je suis sincèrement désolé pour tout ce qui t'ai arrivé! Je comprends ta mère, j’aurais fait la même chose. » « Si ce n'est pas trop indiscret, cela te fait quel âge ? Si tu me dis que tu es dans la quarantaine alors la je te crois pas »Son sourire s'agrandit encore plus. Il paraissait jeune c'est un fait. Elle avait de la misère un peu à le cerner. Elle tentait de déchiffrer les expressions de son visage, mais elle lâche prise. «En ce qui me concerne, j’ai également quitté l’Italie à cause de mon père. Il attendait de moi une chose que je ne voulais pas faire. » « Ne me dis pas que ton père voulait que tu tues quelqu'un ? » Elle était un peu perplexe là.



Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Lun 20 Nov - 21:21

Lorenzo était en effet quelqu’un de difficilement déchiffrable. Les gens, aux premiers abords, n’arrivaient pas à bien le cerner. Il était mystérieux, secret et ne laissait ses traits que rarement trahir ses émotions. L’italien possédait en effet un contrôle de lui-même remarquable. Il connaissait ses défauts par cœur, et savait ce qu’il devait faire pour les laisser loin derrière. La colère qui l’animait à la simple idée de ce qu’elle avait vécue restait cachée, du moins, elle restait tempérée. C’était la première fois qu’il voyait la demoiselle, il devait faire bonne figure… Sur son lieu de travail, en plus, il ne pouvait se permettre de laisser libre cours à ses excès de colère. Mieux valait un Lorenzo en contrôle, qu’un Lorenzo qui n’écoute que ses impulsions. Ses mains formaient cependant des poings, marquant bien l’état interne dans lequel il se trouvait. Il écoutait la jeune femme s’excuser pour avoir partagé avec lui ses secrets intimes. Il n’y voyait aucun inconvénient. Tu n’as pas à t’excuser! Ça me fait plaisir d’être là pour t’écouter. Je suis seulement indigné qu’un homme ait fait de telles atrocités! Il serra les dents, avala sa salive difficilement et repris le contrôle avant que celui-ci ne lui échappe. J’ai trente ans et toi? Si tu me dis que tu as la quarantaine, ce sera à mon tour de ne pas te croire. Il laissa un petit rire se frayer un chemin à travers ses lèvres, qui s’évanoui aussitôt à la prochaine question de la belle brune. Il n’aimait pas cette supposition, surtout en sachant l’exactitude de son passé et à quel point ces propos étaient près de la vérité. Mon père… Voulait simplement que je devienne quelqu’un d’autre. Il était trop exigent, ce genre de conneries. Il ne démenti pas les paroles de la brune, ni ne les appuya. Pour le moment, il était judicieux de ne pas en révélé trop à son sujet. Il avait commis des crimes horribles, et une italienne pouvait facilement savoir en quoi le rôle du parrain de la mafia consiste… Personne ne pouvait être mieux placé que quelqu’un venant du même pays! Son cœur battait légèrement plus rapidement, maintenant qu’il cherchait à dissimuler des faits. Heureusement, il était passé maître dans l’art de camoufler sa vraie nature. N'hésites pas à me le dire, si tu veux retourner à ta lecture. C'est vrai, quand même, il ne voulait pas la déranger. Peut-être voulait-elle se retrouver seule, ou peut-être même allez ailleurs? Il voulait qu'elle se sente à l'aise de lui dire, il ne serait pas offusqué.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Mar 21 Nov - 4:24

    « Tu n’as pas à t’excuser! Ça me fait plaisir d’être là pour t’écouter. Je suis seulement indigné qu’un homme ait fait de telles atrocités! » « Mais quand même... Ouais, un homme qui était censé être mon protecteur, mon ami, mon confident, dont je suis la chair de sa chair. Tu n'as pas idée à quel point je redoutait mon père dès que ma mère partait travailler. Que je pleurais de longue heures après que mon père aie user de brutalité envers sa seule fille. Malgré le geste qui a condamner ma mère, mon père méritait de mourir. Dix fois plutôt qu'une. Elle me manque par contre » Bryn se rappelait avec difficulté, parce qu'elle ne voulait pas y pensé, des souvenirs passé en famille. Surtout le 25 décembre, chez ses grands-parents, le sapin, les décorations, les cadeaux, jamais elle n'aurait cru que son cauchemar allait commencer un an plus tard. Très longtemps, la jeune demoiselle avait eut un visage fermé, sans expression, rien. Pendant de nombreuses années, on aurait dit qu'elle était un zombie. Elle fixa un long moment Lorenzo, elle ne le connaissait pas mais elle était presque sure qu'il n'était pas le genre d'homme à tolérer un homme frappant une femme. Si c'avait été lui son grand frère, son père aurait été mort dès le premier round. Il n'aurait jamais eut le temps de recommencer. Au moment ou elle lui demanda son âge, il lui répondit : « J’ai trente ans et toi? Si tu me dis que tu as la quarantaine, ce sera à mon tour de ne pas te croire » « Hahahaha, une chance, parce que m'en allais te répondre que tu étais jeune pour une homme de quarante ans. Tu me crois si je te dis que j'ai vingt ans ? » Elle le regarda et eut un très large sourire, fendu jusqu'aux oreilles. En lancant que son père voulait qu'il tue quelqu'un Lorenzo perdit son sourire puis lui répondit : « Mon père… Voulait simplement que je devienne quelqu’un d’autre. Il était trop exigent, ce genre de conneries » Cette fois ce sut elle qui perdit le sien. C'était pas plaisant de devenir quelqu'un qu'on ne voulait pas être. « Oh... Je... » Brynley avait perdue sans langue. « Je n'aurais jamais du posé la question » Y a pas une expression qui dit qu'il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Elle aurait pu mordre très fort. « N'hésites pas à me le dire, si tu veux retourner à ta lecture » Son sourire s'agrandit. « En fait, non. Aussi bizarre que cela puisse paraitre, ça fait du bien que tu sois là. Je n'ai pas fait grand chose ses dernières semaines, ni vu grand monde. Beaucoup de commandes, peut de temps pour tout faire. Les professeurs doivent sensiblement vivre la même chose avec leurs devoirs, non ? Disons qu'un peu de calme ça fait du bien une fois de temps en temps, tu ne crois pas. Je suis également très contente que tu sois italien, ça me fait du bien de ne pas forcer dans une langue qui n'est pas la mienne » Quelque chose vibra dans sa poche. Son téléphone. Elle l'ignora.



Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Mar 21 Nov - 16:42

Si Brynley avait été sa sœur, il n’ose même pas imaginer ce qu’il aurait fait vivre à cet enfoiré. Il détestait les gens comme lui, et c’est en partie la raison pour laquelle il avait quitté L’Italie. Trop de crimes persistaient toujours autour de lui. La pression qu’il avait sur les épaules, vivre avec toutes les atrocités qu’il avait lui-même commis. Non, il n’avait jamais violé qui que ce soit. Mais il avait tué, battu, perpétré beaucoup de crimes, de trafics en tout genre… Plus les mots de la jeune femme s’insinuait dans son esprit, plus la colère devenait difficile à contrôler. Ce soir-là, il irait probablement défouler ce ressentiment au gym, dans ses cours de boxe, question de ne pas laisser toute cette énergie disparaitre en vain. Je comprends que ta mère te manque, elle devrait sortir de prison dans combien de temps? Le plus important, était de savoir que son père était mort. Il ne reviendrait plus pour la blesser, plus jamais. Son prochain mouvement fut innatendu, il déposa sa main sur celle de la jeune femme, qui étaient déposées sur la table devant eux. Simplement pour lui transmettre son soutien, sa chaleur, avant de la retirer pour continuer la conversation.

20 ans? Elle était jeune, il avait de la difficulté à y croire, presque. Toutes ses expériences l’avaient probablement changée, lui donnant la maturité qu’elle abordait aujourd’hui. Puis, elle semblait regretter de lui avoir posé la question, il n’avait pas voulu la rendre mal à l’aise, il n’était simplement pas doué dans ce genre de propos. Lorenzo ne parlait jamais de lui, ou presque, il désirait changer, mais n’y arrivait pas. T'as vingt ans? C’est assez surprenant, oui! Et t’en fais pas pour la question, ce n’est pas toi… C’est moi qui n’arrive jamais à m’exprimer correctement. Il lui adressa un sourire pour détendre l’atmosphère, pour lui montrer qu’elle ne devait pas s’en soucier. Je dois t’avouer que je suis content de pouvoir parler en italien avec quelqu’un aussi. Puis comme tu l’as si bien dit, je n’ai pas beaucoup de temps à accorder à ma vie sociale, non plus. Il la regardait dans les yeux. Pas le temps, ou normalement pas l’envie. Mais parler avec elle était facile, ce qui ne se produisait presque jamais.


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Jeu 23 Nov - 5:23

Désolée de mettre autant de temps... Je trouve ça intéressant comme suspence Very Happy

    L'Italie lui manque. Sa famille lui manque. Sa mère lui manque. Que dire de plus à cela. Elle prit la décision de partir pour Noel. Cela lui ferait du bien, elle espérait jusque que sa mère pourrait être là et que la prison lui laisserai une chance de voir ses enfants. D'ailleurs, elle se mit une note dans sa tête d'appeler son frère pour prendre des ses nouvelles. Son téléphone vibra encore dans sa poche mais elle l'ignora toujours. Au pire elle y répondrait plus tard. Elle était en si charmante compagnie. Par contre, Lorenzo lui posa une question qu'elle ne pourrait jamais y répondre : dans combien de temps elle l'ignorait. « Pour être honnête, je ne sais pas. Cela fait déjà dix ans qu'elle est en prison. Comme s'est un meurtre prémédité et qu'elle n'a pas contredit les faits qui lui ont été mit dans la face, je pense qu'elle risque d'y passé le reste de ses jours. » Elle ne s'attendait pas à cela mais Lorenzo pris dans main dans la sienne. Une boule se forma dans sa gorge. Elle serra ses doigts dans sa main et ne sut que répondre. Puis il la retira. La dessus, la jeune demoiselle était un peu déçue. Mais sa chaleur lui dit tellement de bien. Au moment ou son interlocuteur lui dit qu'il ne lui croirait pas si elle lui disait qu'elle avait quarante ans, un sourire timide vint étirer ses lèvres. « T'as vingt ans? C’est assez surprenant, oui! Et t’en fais pas pour la question, ce n’est pas toi… C’est moi qui n’arrive jamais à m’exprimer correctement » « Oui j'ai vingt ans » Elle lui sourit. « Pour un homme de trente ans, tu ne fais pas du tout ton âge » Elle lui lanca tout bonnement comme cela. « Mais tu sais... Quand mon père m’a violée durant quatre longues années, j’ai cru que j’allais mourir. Je voulais mourir. J’étais brisée. Je ne voyais même plus la vie en couleur, pour moi tout n’était que noir et à la limite gris. Puis j'ai du quitté ma vie, ma famille, mon pays pour venir m'installer ici. J'ai suivi des séances avec un psychologue, mon grand frère était là pour me soutenir. La psychologue m’a beaucoup aidé et les cours de théâtre m’aident énormément. J'ai du grandit trop vite. J'ai l'impression d'être une vieille âme dans un corps très jeune » « Je dois t’avouer que je suis content de pouvoir parler en italien avec quelqu’un aussi. Puis comme tu l’as si bien dit, je n’ai pas beaucoup de temps à accorder à ma vie sociale, non plus.» « Contente que tu sois content. En fait, je disais seulement cela parce qu'avec les cours et les devoirs, je pensait pas que les professeurs pouvaient avoir du temps à eux. À une heure aussi tardive et un prof qui est encore ici. T'as tout de même pas une centaine de copie à corriger ? » Elle lui lançais une pique. Pas méchante, mais une simple blague.




Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Lorenzo Z. Castelli
avatar
Inscrit le : 18/10/2017
Messages : 466
Avatar : Matthew Daddario
Date de naissance : 01/10/1987
Bloc notes :


Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Lun 11 Déc - 18:14

Cela faisait maintenant dix ans que sa mère était en prison? Il ne pouvait s’empêcher de penser à tous les crimes odieux que lui-même avait commis… Et de constater qu’il était toujours en liberté. Le système de justice avait parfois totalement faux. Une femme se retrouvait derrière les barreaux pour avoir tué un homme abject alors qu’un gentil petit professeur ancien mafieux avait la vie libre. Il était soudainement pris d’une culpabilité grandissante. Il détestait ces moments où la réalité le frappait de plein fouet. Les contacts et l’argent apportaient des avantages non négligeables,  qu’il avait eu la chance de posséder pendant des années… Enfin, qu’il possédait même encore aujourd’hui, il ne les utilisait simplement plus de la même façon. Lorenzo était soudain empli d’un désir de l’aider, de trouver une solution pour qu’elle sorte de prison plus rapidement. Avec de bons avocats, ils pourraient peut-être allez en appel et faire changer le verdict pour réduire la sentence. Il avait suffisamment d’argent pour ça. Mais pourquoi avait-il envie d’aider une femme qu’il venait à peine de rencontrer? Il était motivé par le désir de faire ce qui était juste, pour une fois. Et ce qu’elle lui inspirait jusqu’à maintenant était positif. C’était peut-être une idée folle, mais c’était déjà un début. Il décida de ne pas lui en parler tout de suite, il attendrait de voir la suite.

Il écoutait le reste de ses paroles sans dire un mot, préférant la laisser terminer. Il n’avait jamais été doué dans ce genre de conversation, il ne savait jamais vraiment ce qui était ou non approprié de dire. Surtout qu’il ne la connaissait pas encore beaucoup. Il était en colère, d’imaginer ce qu’elle avait vécu, mais il n’allait pas exploser de rage ici et maintenant. Il était en possession de ses moyens et de ses émotions. Seuls peut-être sa mâchoire serrée et ses poings fermés pouvaient le trahir. Puis, la conversation continua sur son emploi du temps et il se détendit quelque peu. Relâchant la tension au niveau de ses épaules, et de tout le reste. Heureusement que tu as réussi à recommencer à vivre un peu plus normalement… Personne ne devrait vivre ce que tu as vécu… Il était sincère et croyait ses paroles, mais il ne pouvait s’empêcher avoir l’impression d’être un hypocrite. Il était né dans l’une des familles mafieuses les plus influentes d’Italie, forcément, ses membres devaient avoir commis des viols et même du trafic humain. Bien sûr, il ne fallait pas qu’il se rende coupable de tout ce que la mafia pouvait commettre, avec ou sans lui, mais cela ne l’empêchait pas d’y avoir participé à certains niveaux. Il n’avait jamais violé, mais il avait côtoyé des gens ignobles pendant si longtemps… Lorenzo regarda sa montre, c’est vrai qu’il était tard, mais il avait l’habitude maintenant. J’aime accorder le temps qu’il faut pour bien faire mon travail, et j’ai presque des centaines de copies à corriger, effectivement. Il y alla d’un rire franc. Cette petite pause avec l’Italienne était bien méritée.

Spoiler:
 


his eyes have their own vocabulary. what a beautiful language to learn.
©crack in time
Brynley Jones
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
avatar
Inscrit le : 13/01/2016
Messages : 1792
Avatar : Chloé Bennet
Crédits : Neon Démon (signature) ; Eilyam (avatar)
Date de naissance : 20/03/1997
Mes rps :
RP : Indisponible [4/4]
× Lorenzo
× Leevi
× Emmett
× Vez


Bloc notes :
Je veux être le ciel que tu contemples, l’air que tu respires, les lèvres que tu embrasses, mais par-dessus-tout, je veux être la raison qui fait battre ton cœur...


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Sundae
• ÂGE : 27 ans
• BLOC NOTE : Mettre à jour tous mes rps


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le Jeu 18 Jan - 16:10

HORS JEU:
 

    Brynley sentait de plus en plus un point au cœur d'être ici. La bibliothèque, les salles de cours, le bâtiment tout court. Elle ne niait pas intérieurement que Lorenzo était plus que d'agréable compagnie. Elle cacha bien sa nostalgie derrière un sourire sincère. Elle discutait tranquillement en charmante compagnie. Puis elle tomba dans la lune en fixant Lorenzo sans scrupule. La forme de son visage, ses yeux, ses lèvres. Puis soudain, elle remarqua que son expression avait changé, pas la sienne a elle mais plutôt celle de Lorenzo. Elle semblait fâché ou quelque chose dans le genre car, après toutes ses années, la jeune italienne avait développé un "don" d'observation chez les autres, ayant passé beaucoup de temps seule, c'en était presque trop facile. Elle avait eut envie de lui prendre les mains dans les siennes et de lui sourire pour le calmer à sa manière, mais elle n'eut pas besoin de le faire. « Heureusement que tu as réussi a recommencé à vivre un peu plus normalement... Personnel ne devrait vivre ce que tu as vécu... » « J'ai réussi a m'ouvrir à un homme après presque dix ans. On s'est aimé le temps que ça prit et la relation s'est tellement mal terminé que ça m'a pris du temps à me remettre. Ce que j'ai vécu, je souhaites que cela n'arrive a personne » Soudain une question lui brûla les lèvres : « Suis-je méchante de dire que mon père méritait de mourir après que ma mère l'ai tué pour me sauvé la vie ? » Elle demandait par simple curiosité, peut-être avait-il une opinion la dessus. Entre italien on se sert la pince comme on dit non. Surtout qu'ils étaient rare à Austin. « J'aime accorder le temps qu'il faut pour bien faire mon travail, et j'ai presque des centaines de copies à corriger, effectivement » Brynley sourit. « Ça doit être long une centaine de copies. Vous n'avez pas d'assistant pour vous aider ??? Ça diminuera votre tache par vrai ??? Enfin, je dis ça comme ça » Puis elle sourit. Soudain, son téléphone vibra encore dans sa poche, elle lança a Lorenzo un sourire d'excuse : « Excuse-moi un petit instant, je dois répondre avant que mon grand frère ne mette la police a mes trousses. Il m'énerve a joué au père-poule » Elle se leva et s'éloigna. Elle parla environ 7 minutes en rassurant son frère et lui promit d'aller le voir le lendemain. Elle fit une petite recherche du google sur Lorenzo. Pourquoi son nom lui avait tiqué les oreilles quand il s'était présenté. Elle tomba sur un article directement sur lui. Castelli était la magnifique mafieuse d'Italie. Elle écarquilla les yeux d'horreur. Il lui avait menti. Elle s'approcha de nouveau de sa chaise, mais elle n'osa plus le regarder dans les yeux. Sa grand-mère lui avait toujours dit de ne se fier a personne, encore moins à la mafia.



Comme un ouragan qui est passé sur moi. L'amour a tout emporté. Dévasté ma vie, des vagues en furie. Qu'on ne peut plus arrêter. Comme un ouragan, la tempête en moi. A balayé le passé. Allumé ma vie, c'est un incendie. Qu'on ne peut plus arrêter.
Contenu sponsorisé
Afficher


Re: Le choc de la vérité feat Lorenzo, le

Le choc de la vérité feat Lorenzo

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Université :: Washington Hall :: Bibliothèque-