Partagez| .

Nell & Silver #4


Silver O. McBright
avatar
Inscrit le : 26/05/2013
Messages : 5989
Avatar : Lucy Hale
Crédits : Angie. <3 (vava), northern lights. (sign)
Date de naissance : 20/02/1992
Mes rps : EzekielClaySidonieRubyAuditionElvis

Bloc notes :

Rendre les affaires à Clay.
Faire la fête avec Ruby
Revoir Beth et Zoe
Refaire de la musique
Prendre des nouvelles de Jamie

"When I saw you I fell in love,
and you smiled because you know"





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Dada
• ÂGE : 22 ans
• BLOC NOTE : Grosse pensée à la belle et talentueuse Marion !


Nell & Silver #4, le Dim 10 Sep - 17:58

Silver était rentrée de Seattle mi-août après avoir passé deux semaines avec ses parents. Entre son stage et sa dernière année, elle n’avait pas eu beaucoup de vacances. Il arrivait parfois que les universités américaines reprennent les cours assez tôt, c’était le cas pour Silver. Il ne lui restait qu’un an, un semestre de cours, un stage et une affaire. Après elle serait diplômée. La semaine qui suivait son retour avait été plutôt calme. Enfin, jusqu’à ce qu’elle lise dans le journal local l’arrestation d’un professeur de l’université. Puis, ce n’était pas n’importe quel professeur. C’était Nell de Maisonneuve, professeur de sport adoré par ses élèves. Silver avait partagé un moment intime avec lui dans une des salles de musique de l’université, plutôt insolite comme endroit. Bref, là n’était pas la question. La brune avait dû plusieurs fois relire l’article pour comprendre. Le journaliste parlait de vol de portefeuille mais également de meurtre, de prison. Tout un tas d’allégations qui paraissaient aberrante pour Silver. Elle s’était renseignée sur l’affaire, une affaire française. Plus elle lisait et moins le profil ressemblait à Nell. Certes, c’était un parfait crétin, sûr de lui et dragueur. Il avait essayé pendant des mois d’avoir Silver. Et quand il avait réussi, l’étudiante avait été surprise par cette délicatesse et sensualité dont il avait fait preuve. Elle avait besoin de le voir, de lui parler. Alors elle s’était rendue à la prison. Et rien de ce qui c’était passé l’avait satisfait. Elle haïssait les policier et les gendarmes de prison. « Vous n’avez pas le droit de le voir ! Il a le droit de voir qu’un avocat. » Expliquait calmement depuis dix minutes le gardien de prison. « Je suis étudiante en droit, en voie de devenir avocate. Dans un an je le suis, alors laissez-moi le voir ! » Répondait en revanche Silver de manière autoritaire. Mais aucune de ses stratégies n’avaient fonctionné. Elle était donc rentrée chez elle avec l’espoir de trouver une solution qui permettra d’aider Nell.

Quelques jours plus tard, les cours recommençaient et le professeur responsable de sa dernière année expliquait les épreuves. Puis pendant de longues minutes, il expliquait l’épreuve de l’affaire. C’était simple, pour avoir leur diplôme il leur fallait plaidoyer devant un vrai tribunal et avec une vraie affaire. Le cerveau de Silver bouillonnait. Elle allait demander à son professeur avocat de prendre l’affaire de Nell. Après tout, c’était son collègue. L’étudiante était bien consciente qu’elle n’avait pas le niveau. A la fin du cours, elle allait faire sa requête au professeur.

Lorsqu’elle sortait de la classe, son visage était fermé et son cerveau en plein phase de réflexion. La brune se demandait encore comment la situation avait-elle évoluer dans ce sens et surtout pourquoi son cerveau n’avait pas mis la barrière du non bien avant. Le lendemain elle était une nouvelle fois devant la prison. Cette fois-ci, lorsqu’elle demanda de voir Nell de Maisonneuve en appuyant sa requête avec des papiers. Le gardien ne bronchait pas. Il la conduisit même dans une salle privée, vous savez cette salle intime, où personne n’y a accès sauf les avocats et leur client. C’était précisément à cet endroit qu’on l’emmenait. Le gardien l’informa qu’il allait chercher le détenu. Pour patienter, Silver se posa sur une chaise, la tête entre ses mains. Elle était en train de tuer sa carrière avant même qu’elle ait commencé. Puis, elle donnait à Nell aucune chance de s’en sortir. La porte s’ouvrit et Nell entrait dans la salle. La brune se leva instantanément. « Je suis désolée. » Elle s’approcha de lui. Le gardien avait dû l’informer que son avocate désirait le voir. Tétanisée. Elle s’en voulait. Elle avait peur de la réaction de Nell. Alors sans lui laisser le temps de parler elle expliqua. « J’avais demandé à un avocat, un vrai de te défendre. » En fait, elle ne savait même pas quoi dire.


Spoiler:
 

___________________
love get out of my life
Things we lost to the flames. Things we'll never see again. All that we've amassed
Sits before us, shattered into ash.  (⚡️) Bastille


Clay et Silver ce n'est pas un crime    Alors que Nell et Silver SI !
Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4332
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


En ligne
Re: Nell & Silver #4, le Sam 23 Sep - 11:58

Au fond de ma cellule, allongé sur mon lit depuis des heures, la nuit ne semblait pas avancer. C’était comme ça depuis plusieurs semaines maintenant et je commençais à croire que jamais je ne sortirais de là. L’enfer de la France avait recommencé. Personne ne croit en mon innocence, si ce n’est les personnes qui ne connaissent assez pour savoir que je ne suis pas un meurtrier. Malheureusement, ce ne sont pas elles qui vont pouvoir me défendre et plaider en ma faveur. Lily, la policière qui m’a mené ici, m’a promis de m’innocenter mais jusqu’à maintenant, je ne crois pas une seule seconde qu’elle pourra le faire. Mon avocat en France, il a essayé de ce qu’il m’a dit et pourtant, bien qu’innocent, je n’ai pas réussi à échapper à la prison… Je cherche encore après toutes ces années à savoir comment est-ce qu’on a pu me piéger mais le mystère reste entier.

Alors que le jour se lève, je me dirige lorsqu’on nous y autorise, vers le réfectoire où je prends mon petit déjeuner. Assis seul à une table, un groupe vient bientôt me rejoindre et me prend le peu de repas qu’il y a sur mon plateau. Eux aussi ont faim et ce n’est pas la première fois que ce petit bizutage a lieu. La seule différence c’est qu’ils sont de vrais criminels eux, alors je ne fais pas le malin et je les laisse agir, sans rien dire. C’est le ventre presque vide que je fais ensuite ma toilette, me rendant bien compte que j’ai déjà l’air amaigri. Mon regard se terni et je finis par me reposer sur mon lit, un livre dans les mains. C’est une des rares distractions dont je dispose, une des choses qui me permet de m’évader. Au moins, en France, j’avais réussi à me faire une place, à me faire respecter un minimum. Disons que peu me cherchaient des noises et je pouvais vivre ma petite vie de prisonnier de manière plutôt tranquille, ce qui n’est pas le cas ici. Par chance, mon compagnon de cellule n’est pas la pire des ordures et bien au contraire, il se montre assez sympathique, bien que lunatique.

On m’appelle bientôt, m’indiquant que mon avocat veut me voir. Je fronce les sourcils. « Je n’ai pas d’avocat. » Le maton me regarde. Il n’a pas l’air d’avoir envie de discuter, ni de me donner des explications. « Ca doit être ton jour de chance alors. » Fini-t-il par lâcher, dans le seul but que je ne pose aucune question complémentaire. J’ai bien essayé de faire appel au frère d’Alpha mais sa secrétaire n’a jamais voulu me le passer et il ne m’a jamais rappelé. Sans doute la distance et le fait qu’il a bien d’autres choses à faire. Et autant dire que je n’ai pas assez d’argent pour me payer un véritable avocat à Austin. Pour ce qui est d’un avocat commis d’office, on m’a gentiment fait comprendre qu’il faudra attendre, étant donné que je dois être renvoyé vers la France très prochainement. Bref… Rien qui ne me donne espoir et donc c’est à la fois surpris et choqué que je vois une tête plutôt familière dans la petite salle où on m’emmène.

« Silver ? » Je suis rempli d’incompréhension. Il me semble me souvenir qu’elle a mentionné ses études de droit mais il ne me semblait pas qu’elle avait terminé. Quoi que ? Ce n’était pas vraiment le centre de notre dernière conversation. Elle s’excuse et je ne comprends pas pourquoi. Je la regarde, encore et encore. « Je n’ai pas les moyens de me payer un avocat. » Je réponds un peu sans réfléchir, de manière assez automatique. Je me demande qu’est-ce qu’elle fait là. Est-ce qu’elle s’est senti coupable ? « Qu’est-ce que tu fais là ? » Je n’ai pas encore compris qu’elle veut réellement me défendre. Pourtant, je m’avance vers elle et je la prends dans mes bras, plus que soulagé de voir une tête familière, bien que nous n’ayons jamais été vraiment amis.

___________________

Nell & Silver #4

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Autres quartiers & reste du monde :-