Partagez| .

[Flashback] We used to be happy... [Swederic]


Swann Eberhart
The Heart wants what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1723
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : Tinkerbell - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Sentimental memories ❥ Fred
Dancing on my own ❥ Lou
To leave or not to leave? ❥ Gaëlle
Fugue ❥ Avalon
Et tu danses ❥ Chani
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :


EN CE MOMENT :
● Elle est enceinte de 3 mois.
● Elle vient de lancer officiellement son studio et sa compagnie de danse. Elle est chorégraphe et sa meilleure amie Lily est prof.
● Elle et Fred son séparés. Elle pense que c'est mieux ainsi même si elle l'aime toujours.
● Elle danse avec Lou de temps en temps.
● Elle a fait un road trip en Argentine pendant le mois de juillet. Elle en est revenue plus apaisée.
● Elle s'est acheté un loft et prend plaisir à le décorer.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


[Flashback] We used to be happy... [Swederic], le Mer 23 Aoû - 19:53

J’avais attendu le week-end avec impatience. En début de semaine, inspirés par le très beau temps, nous avions décidé avec Fred de s’organiser un petit pique-nique. Le samedi, après avoir fait deux trois courses, je m’étais mise aux fourneaux, la cuisine étant la dernière passion en date dans laquelle je m’étais lancée. Je n’étais pas encore au niveau de la maman de Fred, mais le geek avait l’air tout de même d’apprécier.

Nous avions fini par choisir d’aller du côté du Possum Kingdom Lake à 4h de route d’Austin. Je n’y avais pas mis les pieds depuis une éternité mais si c’était fidèle à mes souvenirs d’enfance au Texas, on ne regretterait pas d’aller profiter du soleil là-bas. On pourrait se balader, faire du kayak si on voulait, se baigner et même plonger du haut des falaises – même si je ne comptais pas sauter de trop haut, j’étais un peu trouillarde.

Et c’est surexcitée que le dimanche matin je m’étais levée de bonne heure. J’avais « sauté » sur Fred, le couvrant de bisous et de câlins pour le tirer des bras de Morphée. « Alleeeeeeez ! Debout Fredoudou d’amouuuuur ! On a de la route à faire et j’ai trop hâte !! » Je me levais avec énergie et courrait à travers la maison pour préparer un rapide petit-déjeuner et les dernières affaires pour notre repas du midi. Alors que Fred arrivait enfin dans la cuisine je lui servais une grande tasse de café en me dandinant sur une musique qui n’existait que dans ma tête avant d’aller allumer la chaine hi-fi et de mettre du daft punk ! Ce qu’on ne ferait pas par amour…

Je l’avais quand même laissé petit-déjeuner tranquillement et j’étais partie me préparer, enfilant mon maillot de bain sous une robe d’été légère. La bonne humeur à toute épreuve, j’étais certaine que la journée serait parfaite. Et peu avant de partir, j’attendais Fred impatiemment. Je faisais un dernier bilan pour m’assurer qu’on n’avait rien oublié et nous avions pu prendre la voiture de l’informaticien pour filer en direction du lac.

Dans la voiture, j’avais somnolé un petit peu, l’excitation qui m’avait réveillée me laissait faire une petite sieste avant d’attaquer vraiment la journée. De temps en temps j’ouvrais les yeux et me penchais vers Fred pour déposer un bisou sur sa joue, le sourire aux lèvres. Lunettes de soleil sur le nez, cheveux au vent avec les fenêtres grandes ouvertes, il y avait dans l’air un parfum de bonheur. Et tout en l’observant discrètement derrière le verre teinté de mes lunettes, je me rendais compte d’à quel point je l’aimais et à quel point je pouvais être heureuse. Tous les moments difficiles ne rimaient plus à rien dans ces cas-là. Je glissais ma main sur sa cuisse et souriais, heureuse. Cette journée serait parfaite, je le savais.

___________________
On y était presque. Ces jours qui nous caressent. On y était presque mais ce n'était jamais qu'une histoire à peu près. Est-ce qu’on arrive un jour au bout de toutes les choses ? Tu es devant moi mais tu gardes les lèvres closes. Nos jours ont moins de lumières, ils s'épuisent avec nous. Et là devant, je ne vois rien, à part la fin de tout
Frederic Douglas
ADMIN ∎ No Ambitions & No Shame
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 2866
Avatar : Aaron Tveit
Crédits : Wildworld
Date de naissance : 06/04/1989
Mes rps : INDISPONIBLE (5/2)
Dak-Ho - La victoire est belle
Clay - The after party
Ruby - Pause my game
Swann - Used to be happy
Swann - I can't help ...


SHIP DU MOMENT
Spoiler:
 


FANTASME ULTIME
Spoiler:
 


Bloc notes : EN CE MOMENT :
- Swann et lui, c'est finit
- Il songe à changer de boulot
- Il voit ses parents très très souvent
- Il game de moins en moins
- Sa vie est comme en transition

PRÉSENCE RÉDUITE
Pour des raisons personnelles, merci de votre patience les loulous, vous êtes beaux et je vous oublie pas
π Que la force soit avec moi π

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Hortie / Pommmme
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: [Flashback] We used to be happy... [Swederic], le Sam 26 Aoû - 1:03


Frederic n'avait jamais été Monsieur vacances. Monsieur weekend, Monsieur escapade, Monsieur voyage. L’été, ça avait toujours été les fins de semaine au camping - toujours le même -, jusqu’à ce qu’il quitte pour l’université. Et après ça, plus grand chose. Plus rien du tout même. Il devait donc y avoir eu quelque chose de franchement convainquant dans le soleil, l’air de l’été, les prévisions météo - le sourire de Swann surtout - pour qu’il se laisse tenter par cette idée de pique-nique. Avec un niveau d’enthousiasme assez élevé, qui plus est.
Toute la semaine, ils en avaient discutés. Entre deux bouchées de muffin rapidement avalées les matins pressés, après un chouette et nouveau petit film visionné, ou tout juste avant de se laisser aller dans les bras de morphée. Frederic avait un peu levé les yeux en l’air quand Swann avait proposé une destination exigeant autant de route - c’est lui qui conduirait et il était un peu paresseux - mais les photos et surtout l’air radieux de la brune n’avait vraiment pas tardé à le convaincre. C’était une bonne idée.
Et puis sa copine avait proposé de tout organiser; quoi de mieux ?

« Debout Fredoudou d’amouuuuur ! » Il plissa légèrement les yeux, ne pu retenir un faux rictus dégoûté face à ce ridicule surnom - le même que celui qu’il faisait toujours quand elle l’appelait ainsi - avant d’aller poser ses lèvres sur celle de Swann. Nettement plus calme qu’elle ne l’était. « Bon matin à toi aussi … » Il esquissa un sourire fatigué au travers duquel perçait tout de même un peu d’amusement. Puis il l’observa se diriger - non, se dandiner plutôt - vers la sortie de la chambre. Sa tête retomba sur son oreille alors qu’un léger rire s’échappait de ses lèvres. Un petit soupir d’aise. Jusqu’à ce qu’il voit l’heure. Seigneur, il était si tôt.
Il se glissa hors du lit, s’étira doucement, tout en trainant ses pieds et son vieux pantalon de pyjama vers la cuisine. Où un café chaud lui atterri bien rapidement entre les mains. Sourire satisfait. Il s’habituait définitivement à tout ça. C’était parfait. C’était parfait, ce Daft Punk qui commençait à résonner dans la maison à une heure aussi hâtive. C’était parfait, les fesses de Swann se secouant sur le rythme. Il s’approcha d’ailleurs un instant de la brune, l’attira un instant contre lui - malgré le fait qu’elle ne tenait pas en place depuis qu’elle s’était levée. Tout près d’elle, il souleva un sourcil, armé d’un sourire amusé avant de murmurer. « Tu me donne le temps de déjeuner au moins ? » Elle se moqua un peu, pointa ce qu’elle avait déjà préparé. Il leva les yeux au ciel, ils s’embrassèrent, elle s’éclipsa vers la chambre, la salle de bain, dieu seul sait quoi. Et Frederic alla se poser sur une chaise, avec son éternel air paumé et lunatique matinal.
Un peu trop peinard, il ne réalisa son niveau de retard qu’en voyant Swann resurgir dans le salon, prête et sautillante. Merde, ils avaient tout de même quatre heure de route à faire en effet. Il loucha un instant sur le tissu léger - très très léger, wow - de la robe de la brune avant de terminer d’une traite son café et de filer se préparer lui aussi. Un short de plage bleu, un peu vieux, mais ça irait. Un t-shirt blanc. Ça ne prit pas à moitié autant de temps que la danseuse, il ré-apparaissait déjà, bien éveillé - oserait-on dire rayonnant ? Il glissa ses lunettes de soleil sur son nez, souris largement à l’attention de sa copine en agrippant les clés de la voiture et voilà; ils étaient partis.
Dans la voiture de l’informaticien, c’était le conducteur qui choisissait la musique - forcément. Mais Frederic s’était senti indulgent, comme prêt à faire des compromis, plus que d’habitude du moins. Pas de gros grincements synthétiques donc, une playlist de vieille musique plutôt. Celle de ses parents principalement. Playlist dont la majorité des chansons lui faisait en réalité lever les yeux au ciel d’ironie. De nostalgie. Il avait descendu les fenêtres, un peu, pour se garder éveillé. Même si il n’avait pas besoin de se sentir fatigué pour avoir le pied un peu lourd. Frederic faisait partie de cette catégorie de conducteur qui aime arriver rapidement à destination. Quoique le trajet de la journée, avec Swann à ses côtés, étaient comme empreint de beaucoup plus de douceur que d’habitude. Malgré le fait que le vilain petit canard somnole tranquillement, par moment. Frederic, ça le faisait sourire.

« Hey, patate … » Il alla pousser doucement sur le bras de la danseuse aux yeux fermés, esquissa un sourire quand elle ouvrit ces derniers. « On arrive je crois … »

___________________
Swann Eberhart
The Heart wants what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1723
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : Tinkerbell - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Sentimental memories ❥ Fred
Dancing on my own ❥ Lou
To leave or not to leave? ❥ Gaëlle
Fugue ❥ Avalon
Et tu danses ❥ Chani
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :


EN CE MOMENT :
● Elle est enceinte de 3 mois.
● Elle vient de lancer officiellement son studio et sa compagnie de danse. Elle est chorégraphe et sa meilleure amie Lily est prof.
● Elle et Fred son séparés. Elle pense que c'est mieux ainsi même si elle l'aime toujours.
● Elle danse avec Lou de temps en temps.
● Elle a fait un road trip en Argentine pendant le mois de juillet. Elle en est revenue plus apaisée.
● Elle s'est acheté un loft et prend plaisir à le décorer.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Re: [Flashback] We used to be happy... [Swederic], le Sam 26 Aoû - 1:46


La Swann d’aujourd’hui ne pourrait s’empêcher de ressentir une énorme vague de nostalgie et de manque quand elle repenserait à cette journée qui sentait bon l’été et le bonheur.

De temps en temps, les variations de la circulation me tiraient de mon sommeil. Je me redressais avant de reposer mon regard sur le geek et le calme revenait. Tout allait parfaitement bien puisque nous étions tous les deux. La dernière parenthèse de sommeil fut néanmoins interrompue par Fred et j’avais émis un petit grognement en m’entendant me faire traiter de « patate ». Je ne doutais pas une seule seconde que c’était là, la vengeance du geek pour le « Fredoudou d’amour » de ce matin. Ce petit jeu durait depuis des mois, depuis nos premiers échanges de SMS et c’était amusant de voir la façon avec laquelle nous continuions de jouer ce petit rôle.

Apprenant que notre destination n’était plus très loin, je m’étais redressée sur mon siège, ôtant mes lunettes de soleil pour que la lumière me réveille à nouveau. L’excitation était de retour, mon regard dévorait les paysages qui défilaient et mes souvenirs d’enfances, les rare véritablement heureux, surgissaient. « C’est la mère de Lily qui nous emmenait. J’échappais à la pression de la mienne et on faisait les 400 coups avec Lily… » J’avais un sourire teinté de nostalgie et déposais un bisou sur la joue de Fred, juste au coin de ses lèvres. « Je suis heureuse. » C’était sorti tout seul, avec l’innocence et la sincérité digne d’un enfant. Pas une once de sarcasme ou d’ironie. Là, dans cette voiture, aux côtés de l’homme de ma vie, j’avais le cœur gonflé d’une chaleur douce. Le bonheur.

On avait trouvé une place sur l’un des parkings réservés aux touristes et aux promeneurs. J’avais tout préparé pour notre déjeuner et j’indiquais d’un mouvement de bras un endroit qui dans mes souvenirs, était parfait pour s’installer et grignoter un morceau. Pendant le trajet à pied jusqu’à notre futur petit coin de paradis, je ne perdais pas l’occasion de taquiner l’informaticien. « C’est pas trop lourd pour tes petits bras ? » Je savais que c’était un sujet sensible, Fred aimait prend soin de son corps sans être bodybuildé. Ça tombe bien, je l’aimais comme ça. « Je plaisante ! » je n’étais pas en reste, j’avais embarqué quelques bricoles dans mon sac à dos mais sur le chemin, je sautillais comme une gamine. En plus de la chaleur du bonheur dans le cœur, j’avais l’insouciance et l’énergie de l’enfant qu’on garde toujours un peu au fond de soi.

Pas loin du bord des petites falaises – ne dépassant pas 5 mètres -  ni très éloigné du petit escalier de bois qui permettait d’y accéder, nous avions trouvé un petit coin de verdure entre ombre et soleil. Le vent nous rafraichissait un peu. L’endroit était parfait. Je me débattais avec la couverture que j’avais amenée pour notre pique-nique en tentant de l’étaler sur le sol mais en entendant le rire de Fred je m’arrêtais net, un faux air de tueuse sur le visage. « Aide moi au lieu de te moquer vilain méchant ! » Je lui lançais un bout de couverture avec un sourire malicieux et piétinais le tissu avant d’y déposer à chaque coin un sac ou un objet pour le maintenir au sol. Alors que Fred s’était penché pour déposer la glacière sur le coin restant, je lui sautais sur le dos, m’agrippant à lui en lâchant un rire de gamine. On basculait et je riais de plus belle avant de m’allonger contre lui sur la couverture. Je lui volais un baiser et plongeais dans son regard. « Tu as faim ou tu veux faire trempettes ? » J’avais un peu décidé de tout jusque là – pas dupe pour autant sur le fait que ça l’arrangeait aussi – alors il était temps pour lui de choisir le programme.

___________________
On y était presque. Ces jours qui nous caressent. On y était presque mais ce n'était jamais qu'une histoire à peu près. Est-ce qu’on arrive un jour au bout de toutes les choses ? Tu es devant moi mais tu gardes les lèvres closes. Nos jours ont moins de lumières, ils s'épuisent avec nous. Et là devant, je ne vois rien, à part la fin de tout
Frederic Douglas
ADMIN ∎ No Ambitions & No Shame
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 2866
Avatar : Aaron Tveit
Crédits : Wildworld
Date de naissance : 06/04/1989
Mes rps : INDISPONIBLE (5/2)
Dak-Ho - La victoire est belle
Clay - The after party
Ruby - Pause my game
Swann - Used to be happy
Swann - I can't help ...


SHIP DU MOMENT
Spoiler:
 


FANTASME ULTIME
Spoiler:
 


Bloc notes : EN CE MOMENT :
- Swann et lui, c'est finit
- Il songe à changer de boulot
- Il voit ses parents très très souvent
- Il game de moins en moins
- Sa vie est comme en transition

PRÉSENCE RÉDUITE
Pour des raisons personnelles, merci de votre patience les loulous, vous êtes beaux et je vous oublie pas
π Que la force soit avec moi π

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Hortie / Pommmme
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: [Flashback] We used to be happy... [Swederic], le Mar 5 Sep - 4:15



C’était toujours quelque chose d’un peu particulier, quand ils se partageaient des petits bouts de souvenirs. Ça n’arrivait pas terriblement souvent, ils tentaient tout les deux généralement de vivre dans le présent. Alors quand c’était le cas, ça avait un goût de privilège. C’était comme une confidence un peu sacrée et Frederic, généralement attentif qu’à moitié, se mettait dans ces moments là à vraiment écouter. Même pour des banalités. Il n’était pas vraiment romantique au quotidien, mais il aimait retenir ce genre de détail. Ça se classait dans un coin de sa tête et ça finissait par lui servir, peut-être. Et puis Swann avait ce sourire tout particulier quand elle évoquait des souvenirs heureux. Il lui jeta un bref coup d’oeil, un mince sourire attendri au coin des lèvres, avant de se re-concentrer sur la route.
Elle alla coller ses lèvres tout près des siennes. Elle cherchait à le déconcentrer ? Ça fonctionnait. Il faillit lui répondre. Oui, moi aussi. Mais juste dans sa tête, ça sonna affreusement cliché et surtout vulnérable. Alors il s’abstint. Toujours cette stupide et inutile fierté masculine qui le suivait. Il se contenta de retirer l’une de ses mains du volant, pour aller s’emparer glisser ses doigts entre ceux de la ballerine, posés tout près. Pour les serrer un peu en continuant de fixer la route, comme si de rien était.

Ils arrivèrent sur le site. Le soleil brillait et la petite brise était agréable. Lunettes de soleil toujours sur le nez, Frederic scruta les environs, se réjouissant de ne voir le stationnement qu’à moitié rempli. Ce serait tranquille. Il s’était naturellement emparé des éléments les plus lourds dans le coffre de la voiture, glacière et autre sac rempli d’il ne savait trop quoi - c’est Swann qui avait absolument tout préparé, ne l’oublions pas. Puis il suivi cette dernière, guide officielle de cette expédition, alors qu’elle lui faisait d’enthousiastes signes de main pour l’entrainer vers ce qu’elle affirmait être un charmant petit coin.
« C’est pas trop lourd pour tes petits bras ? » Il lui lança un regard qui en disait long au dessus de ses lunettes. « Pendant combien de temps j’ai porté un sac de patate entre mon entrée et mon salon déjà ? » Trop vite, le coin de ses lèvres s’étira alors qu’il accueillait la riposte de Swann face à cette petite moquerie, elle qui le menaçait déjà de ses petits points. Ne pouvant soulever les mains pour se protéger, il détourna légèrement le corps, rigolant doucement tout en répliquant. « Je plaisante aussi, je plaisante ! » Voilà pourquoi ils ne pouvaient jamais se fier aux horaires qu’ils planifiaient à deux; ils se chamaillaient et blaguaient tellement que ce qui devait prendre une heure finissait pas en prendre trois …
Ils parvinrent finalement à ce parfait petit espace, tout vert et pratiquement sorti d’un jeu vidéo. Qui mériterait sinon de s’y retrouver. Et Frederic ne se gêna pas pour rester planter là, glacière et sac en main, à observer Swann se démener. « C’est trop compliqué pour tes petits bras ? » Elle tourna instantanément la tête dans sa direction, et lui éclata de rire. Pas très longtemps, elle avait adopté son air sérieux. De l’aide, oui madame. L’informaticien savait suivre les ordres parfois, avec son petit caractère tout mou. Franchement, la noirceur du regard y était pour beaucoup - celui de Swann ne l’était pas souvent, généralement plutôt mignon et brillant, même quand elle tentait d’être prise au sérieux.
Il posa la glacière. Et cette grande enfant profita justement de cet instant pour lui bondir sur le dos. « Hey - ! » Il voulu se retourner - pour la regarder - trébucha dans les plis de la couverture, tomba, Swann avec lui. Elle s’allongea, automatiquement à l’aise, maline et heureuse de son petit piège. Ses lunettes à lui tombé, un couette de cheveux déplacé, il tourna la tête vers elle. Un sourire en coin alors qu’il secouait doucement la tête. « T’es vraiment une gamine quand tu t’y met … » Il n’allait surtout pas parler de lui, mais disons qu’ils avaient en réalité tendance à s’égaler à ce niveau.
« Tu as faim ou tu veux faire trempettes ? » Il fixa ses yeux interrogateurs un instant. Puis son regard glissa sur son corps allongé, cette petite robe légère qu’elle portait. Pouah, trop de tentation, à l’horizontal comme ça. L’une de ses mains suivi son regard alla se poser sur la hanche de la brune, jouer doucement avec le tissu avec qu’il répondait en un murmure. « J’aurais plutôt eu autre chose en tête là, mais … » MAIIIS, ils étaient dans un lieu public et Frederic était tout sauf exhibitionniste, se sentant même mal-à-l’aise de toute démonstration d’affection en public. Alors il poussa un petit soupir, leva les yeux au ciel en affichant un mince sourire vaincu. « Allons-y pour le repas. » Il se redressa sur la couverture - rester allongé était une mauvaise idée, trop d’idées s’étaient déjà activées dans son cerveau - pour s’asseoir. Il haussa un sourcil interrogatif. « Tu nous as préparé quoi ? »

___________________
Swann Eberhart
The Heart wants what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1723
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : Tinkerbell - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Sentimental memories ❥ Fred
Dancing on my own ❥ Lou
To leave or not to leave? ❥ Gaëlle
Fugue ❥ Avalon
Et tu danses ❥ Chani
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :


EN CE MOMENT :
● Elle est enceinte de 3 mois.
● Elle vient de lancer officiellement son studio et sa compagnie de danse. Elle est chorégraphe et sa meilleure amie Lily est prof.
● Elle et Fred son séparés. Elle pense que c'est mieux ainsi même si elle l'aime toujours.
● Elle danse avec Lou de temps en temps.
● Elle a fait un road trip en Argentine pendant le mois de juillet. Elle en est revenue plus apaisée.
● Elle s'est acheté un loft et prend plaisir à le décorer.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Re: [Flashback] We used to be happy... [Swederic], le Mer 6 Sep - 1:16

Je n’avais pas besoin de mots pour savoir que le bonheur était partagé. Il était aussi évident que la chaleur de la main de Fred dans la mienne. Le reste du trajet m’avait paru un peu plus long à cause de mon impatience mais cela nous offrait la possibilité de profiter un peu plus de ce moment suspendu dans le temps.

Arrivés sur place j’étais à nouveau devenue une pile électrique, la petite sieste durant le voyage ayant probablement fait du bien. Je nous guidais jusqu’au coin idéal non sans taquiner mon cher et tendre sur ses petits bras musclés, c’était bien trop tentant. Je ne m’attendais pas à sa répartie et j’ouvrais la bouche, l'air choquée. « T’étais bien content de me porter, tu pouvais en profiter pour me peloter ! » Ce qui était totalement faux, Fred yant toujours été respectueux. Enfin… Sauf quand il me hissait sur ses épaules comme un sac à patate effectivement, ou qu’il cognait mes jambes parce qu’il avait mal calculé le passage entre ses meubles. Ça aura eu le mérite de me faire rire à chaque fois. Y’avait que lui pour réussir à me faire rire de ce genre de situation. Ces moments constituaient d'ailleurs mes rares souvenirs heureux en fauteuil. Je fermais mes petits poings et le menaçait clairement alors qu’il se détournait en insistant sur la plaisanterie. « Vilain geek va ! » avais-je pesté avec un sourire qui rendait absolument peu crédible cette insulte qui n’en n’était absolument pas une.

Je me débattais avec la couverture alors qu’il retournait ma vanne contre moi. Je le fusillais du regard même s'il y avait toujours une petite lueur de malice persistante dans mes yeux et un minuscule sourire qui tentait de se faire une place sur mes lèvres. « Aide moi patate ! » avais-je râlé avant qu'il ne vienne me prêter main forte.
J’avais retrouvé ma place contre lui, allongés sur la couverture et à sa remarque, je m’étais contenté de sourire exagérément pour faire honneur à cette gamine qu’il m’accusait d’être. « Je me met à ton niveau. » avais-je fini tout de même par répliquer avec un sourire de chipie.

Je laissais monsieur décider entre manger ou se baigner et à son regard, j’esquissais un sourire en coin, non contente de l’effet que je pouvais lui faire. A son murmure, j’avais esquissé un sourire amusé et même si je faisais mine d’être parfaitement maîtresse de la situation, mon esprit n’avait pas de mal à vagabonder pour rejoindre celui de Fred. Il me tirait de ma rêverie en optant pour le repas et je venais frôler ses lèvres sans céder à l’appel d’un baiser comme pour le torturer un peu plus.
Je me redressais l’air de rien et piochais dans les sacs pour sortir ce que j’avais préparé. « Alors… » A chaque fois que je sortais une boîte de la glacière ou du sac, je faisais une rapide présentation des choses à grignoter. J’avais soigneusement réfléchi pendant la semaine, tentant de choisir des choses dont Fred raffolait pour lui faire plaisir. J’avais tout de même réalisé quelques nouvelles tentatives culinaires, le geek étant devenu mon cobaye préféré même si ça ne semblait pas trop l’ennuyer pour le moment.
« Tu vois, si tu me présentais ta mère, je pourrais tenter de reproduire ses recettes » ça aussi c’était devenu un jeu. Je n’avais pas eu la chance de rencontrer les parents de Fred. Au début j’avais bien évidemment été vexée, ça avait donné lieu à une dispute parce que je pensais que Fred n’assumait pas notre relation ou avait honte de moi - et qu'on avait souvent le don pour se disputer, il faut l'admettre. Quand j’avais compris qu’en réalité il cherchait juste à éviter que sa mère se mêle de notre vie privée, j’avais arrêté de râler, me contentant de tourner le sujet en plaisanterie. Après tout, si j’évitais de parler à ma mère de Frederic, si je la maintenais à distance de ma propre vie c’était pour les même raisons. Bien évidemment, je crois que je préfèrerais sans doute la façon de faire de la mère de Fred à celle de ma mère. La mienne ne se mêlait de mes affaires que pour y instiller son venin.

On picorait alors que je le chargeais d’ouvrir la bouteille de vin à laquelle j’avais pensé. « Tu m’emmèneras un jour camper ? » Je posais mon regard malicieux sur lui. « Ici, c’est un peu de mon enfance et toi je sais que tu allais camper. J’ai jamais campé tu le sais, alors, tu m’emmèneras un jour ? » J’avais eu une enfance moins riche en moment de détente que celle de Fred. Ma mère ne songeait qu’à la danse et à part les escapades avec Lily et sa mère ou le seul voyage avec ma mère en Argentine, mon enfance et mon adolescence se résumaient à des heures d’entraînement interminables.

On papotait sur un ton léger, piochant dans tout ce qui était étalé sur la couverture jusqu’à plus faim. Je terminais de tout ranger avant de lancer un regard à Fred et de lui sauter dessus pour m’allonger à nouveau à ses côtés. Rien ne pressait, on avait tout le temps de profiter de la journée et le visage enfoui dans son cou, mes jambes emmêlées aux siennes, je n’aurais pas dit non à une petite sieste. Je sentais la main de Fred sur ma taille, ses doigts jouant avec le tissu. Je ne voyais pas son visage mais je devinais quand même ses pensées et je lui donnais une petite tape sur la main juste pour le plaisir de l’embêter. J’étouffais alors un rire. « Bas les pattes, t’avais qu’à pas me traiter de sac à patate. » mais je déposais déjà un baiser dans son cou avant de remonter à son oreille pour promettre qu’une fois seuls, il pourrait quand même en profiter.

Je m’écartais et roulais pour me retrouver sur le dos. J’observais les nuages défiler et en pointait un du doigt. « On dirait un lapin-girafe ! » Je lui lançais un regard. « Mais siiiii regarde, c’est un lapin sauf que le cou est extensible ! Un lapin-girafe. CQFD. » Promis, je n’avais même pas abusé du vin. J’observais le reste du ciel et pointais du doigt un autre nuage. « Et là c’est Shodan ! » Je n’avais même pas réalisé que je venais de citer un personnage de jeu vidéo que Fred aimait, l’air de rien, comme si c’était normal pour moi d’avoir ce genre de références. Je ne jouais peut-être pas toujours avec lui mais j’avais beaucoup appris en l’observant jouer pendant que je bouquinais ou faisait autre chose. Attentive sous des airs faussement distraits.

___________________
On y était presque. Ces jours qui nous caressent. On y était presque mais ce n'était jamais qu'une histoire à peu près. Est-ce qu’on arrive un jour au bout de toutes les choses ? Tu es devant moi mais tu gardes les lèvres closes. Nos jours ont moins de lumières, ils s'épuisent avec nous. Et là devant, je ne vois rien, à part la fin de tout

[Flashback] We used to be happy... [Swederic]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Autres quartiers & reste du monde :-