Partagez| .

Avalon & Nell


Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4483
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


Avalon & Nell, le Mar 22 Aoû - 1:03

15 septembre 2017

L’enfer est terminé. J’ai regardé une dernière fois la porte de la prison lorsque Lily est venue me chercher. Un sourire est apparu sur mon visage, bien que je ne m’attendais plus à revoir cette bouille un jour. On a parlé, longtemps. Puis, elle m’a proposé de rester chez elle le temps de me remettre sur pied. J’ai accepté pour la première nuit. Il était bien trop tard pour aller autre part de toute façon… Mais dès mon réveil le lendemain, je sens le besoin de sortir dehors. J’ai été enfermé bien trop longtemps. La liberté m’attend, ainsi que l’air frais. Je suis vêtu de vieilles affaires de Nonno. J’ai une allure assez étrange comme ça, mais ça m’importe peu. Je sors dès que j’ai avalé un café et je déambule dans les rues d’Austin avec la sensation que je découvre la ville pour la première fois, avec pour autant l’impression que j’ai tout perdu malgré que j’ai été innocenté. Assez inconsciemment et au fil des heures, je me retrouve dans mon ancien quartier et bientôt devant mon ancien immeuble. Je compose le code à l’interphone, qui n’a pas changé et je toque bientôt à la porte d’Avalon. « Bonjour. » Je lui dis sans arriver à la regarder directement dans les yeux, lorsqu’elle ouvre enfin.

___________________

Avalon T. Swindell
ADMIN ∎ child of the bad revolution ϟ
avatar
Inscrit le : 13/07/2015
Messages : 639
Avatar : Anne-Marie Van Dijk.
Crédits : yusteen♡
Mes rps : (2) - Nell ϟ Swann


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: yellowsubmarine
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: Avalon & Nell, le Lun 4 Sep - 1:00

Il était huit heures trente lorsque je sortis de la douche. Comme d’habitude, je me préparais pour le boulot. Le mieux dans le fait d’être vendeuse en parfumerie, c’est que la boutique n’ouvre qu’à dix heures. Alors, pas besoin de se lever à l’aube. Je m’habillais rapidement avant de passer en cuisine pour rapidement petit déjeuner. Alors que je mettais deux tartines au grille pain, je contemplais la chaise vide depuis quelques mois. Nell manquait réellement au logement. Lui et ses conneries, sa bonne humeur habituelle. Je ne savais absolument pas ce qu’il était devenu. Il n’avait jamais répondu à mes messages, il ne pouvait surement pas, je ne lui en voulais pas. J’avais bien du mal à suivre l’affaire qui ne se déroulait pas sur le sol américain. En plus de ça, une part de moi ne voulait pas savoir. Par peur. J’avais abandonné tout espoir de revoir un jour mon ancien colocataire, et ça faisait mal.

Je venais tout juste de me servir le café lorsque l’on frappa à la porte. Je me demandais bien ce qu’on pouvait me vouloir à cette heure ci. Je n’avais commandé aucun colis. C’était peut-être le voisin casse-pied qui avait toujours besoin de quelque chose. Liquide vaisselle, lait, piles… La liste était longue et parfois même impressionnante. Mais ce fut un tout autre visage que je découvris en ouvrant la porte. « Nell ! » Criais-je en me jetant dans ses bras sans même attendre qu’il réagisse. « Repars plus jamais ! Petit con va ! » Une Avalon vulgaire, c’était une Avalon contente. Vous ne pouvez même pas imaginer la joie immense qui m’avait envahie. « C’était comment ? Tu dois tout me raconter ! » J’essayais de me calmer un peu. Nell avait sans doute vécu des moments très difficiles. « A moins que tu n’aies pas envie maintenant, ce que je comprendrais. On peut faire ce que tu veux… J’étais justement en train de petit déjeuner. »

___________________
You can't wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being. With your face all made up, living on a screen, low on self esteem,
so you run on gasoline.
Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4483
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


Re: Avalon & Nell, le Ven 8 Sep - 20:41

La jeune femme me saute dans les bras alors que je reste immobile, figé. Je ne m’attendais pas à cet accueil et un sourire se dessine alors au fil de mes pensées qui comprennent enfin que je suis de retour dans ma réalité. C’est dur de faire le lien encore. La logique ne revient pas aussi facilement que ce que j’avais prévu. Il faut dire qu’encore hier, je ne m’attendais pas à sortir de la prison, bien que j’avais eu des nouvelles plutôt réjouissantes de la part de Nonno, et même de Lily, dans des mails que son grand-père me donnait. La justice est tellement longue que même si mon innocence était prouvée, je m’attendais à croupir encore de longs mois avant une éventuelle libération. Enfin bon, je ne vais pas me plaindre d’être ici, bien loin de là.

J’enlace enfin ma colocataire dans mes bras et j’enfuis ma tête dans sa longue chevelure, respirant son doux parfum que j’ai toujours apprécié. « Qu’est-ce que ça m’avait manqué. » Je lâche bientôt dans un souffle alors qu’elle est déjà pressée que je lui raconte toute l’histoire. De mon côté, j’ignore si j’ai envie de me remémorer les détails. Le mieux serait d’aller de l’avant, tout oublier pour enfin me reconstruire, mais je doute que ce soit aussi simple. Comme pour d’autres traumatismes, il va falloir faire mon deuil de toutes ces années de souffrance, de fuite et réussir à retrouver un semblant de vie normale, même si je sais pertinemment que rien ne sera plus jamais comme avant.

Dès que l’étreinte est terminée, j’entre comme chez moi, reprenant ainsi en quelques secondes mes anciennes habitudes et je regarde partout autour pour voir ce qui a changé en mon absence. Au final, je ne note rien de pertinent mais quelque chose m’inquiète. « Est-ce que tu as gardé mes affaires ? » Une de mes plus grosses craintes en prison était que la jeune femme ait remis ma chambre en location, ce dont je n’aurais pas pu lui en vouloir. Si tel est le cas, j’espère que je pourrais au moins récupérer ce qui m’appartient.

« Je peux prendre un café ? » Je lui demande. Je ne me sens quand même pas chez moi à ce moment là, comme si je devais être invité de nouveau pour pouvoir agir, demander la permission pour tout. Je finis par m’asseoir à la place qui était la mienne avant tout ceci, autour de la table. « C’était… un enfer. La prison quoi. Et autant dire que les détenus ne sont pas de cadeaux aux prétendus meurtriers… » Je baisse les yeux, repensant à toutes ces cicatrices que je garderais désormais à vie, même si elles s’estomperont sans doute avec le temps.

___________________

Avalon T. Swindell
ADMIN ∎ child of the bad revolution ϟ
avatar
Inscrit le : 13/07/2015
Messages : 639
Avatar : Anne-Marie Van Dijk.
Crédits : yusteen♡
Mes rps : (2) - Nell ϟ Swann


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: yellowsubmarine
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: Avalon & Nell, le Dim 17 Sep - 22:35

Ca me semblait tellement surréaliste de revoir Nell ici, sur le pas de la porte que je me demandais si ça n’était pas encore un énième rêve. Mais non, j’étais bel et bien réveillée, et dans ses bras. « A moi aussi ! » Je m’étais sentie tellement seule ces derniers temps, et voilà qu’il réapparaissait, pile au bon moment. J’étais heureuse qu’il soit là et pas à pourrir en prison… A moins qu’il ne se soit enfui ? Voilà que mon cerveau commençait déjà à s’imaginer tout un tas de scénarios rocambolesques.

Il entra dans l’appartement, constatant surement que je n’avais rien modifié. A part ce nouveau cadre qui trônait dans le salon, tout était identique à quand il était parti. « Oui évidemment. Tout est resté tel quel dans ta chambre. » Affirmais-je avec un sourire. Je n’avais pas eu le coeur à chercher un autre colocataire. Le départ de Jo Emsley, mon premier colocataire à Austin, m’avait déjà bien affectée. Puis Nell l’avait remplacé et nous avions notre routine, nos habitudes, une entente comme tout le monde pourrait en rêver. Comme persuadée qu’il reviendrait, je n’avais pas cherché quelqu’un d’autre pour louer la chambre. Mon salaire me permettait de payer l’appartement, même si je ne roulais pas sur l’or.

« Tu es chez toi Nell, tu fais tout ce que tu veux » Je lui apportais une tasse de café, avec du lait, mais sans sucre. J’avais retenu ses préférences à force. Il évoquait la vie en prison, me passant les détails, trop sordides pour que je ne les imagine. « Ils t’ont fait du mal ? » Demandais-je, outrée de savoir qu’on avait pu s’en prendre à un innocent. M’asseyant à mon tour, je lui demandais : « Et les preuves pour t’innocenter, comment tu as fait ? » Lorsqu’il m’avait expliqué la situation, des mois plus tôt, il semblait totalement condamné. Aucune preuve, aucun alibi, aucun témoin. Son avocat devait être un génie, ça n’était pas possible autrement.

___________________
You can't wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being. With your face all made up, living on a screen, low on self esteem,
so you run on gasoline.
Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4483
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


Re: Avalon & Nell, le Sam 23 Sep - 19:11

Je lui souris, encore, tentant de reprendre mes anciens repères. Retrouver ma chambre telle que je l’ai laissé va être un soulagement. J’imagine qu’elle est toujours en bazar, avec le lit défait et ma pile de documents administratifs qui ne demandent qu’à tomber, entassée sur ma commode. Mes vêtements doivent sentir le renfermé désormais et je ne peux m’empêcher de penser qu’il va falloir que je nettoye tout. Ce sont toujours ces petites choses pratiques dont on pense en premier, comme si on essayait de se raccrocher comme on peut aux branches. C’est exactement la sensation que j’ai et je ne tente pas de le cacher, même s’il est essentiel d’essayer de faire bonne figure tout de même. C’est un moment joyeux ces retrouvailles entre colocataires et il est hors de question que je gâche tout avec mes états d’âmes. J’ai envie de filer au bout du couloir et de me rouler dans mes draps mais je m’abstiens, me contentant de dévisager encore Avalon, avant d’enfin finir par avancer près de la table. La jeune femme m’apporte une tasse de café. « Merci. » Je ne tarde pas à en prendre une gorgée. « Pile poil comme j’aime. Tu t’es souvenue. » C’est comme s’il fallait que je reprenne tout à zéro alors que dans les faits, j’ai été absent un peu moins de trois mois. C’est étrange cette sensation.

Et lorsque ma blonde préférée me demande si on m’a fait du mal, je ne peux pas m’empêcher de regarder mon ventre. Je sais à quel point j’ai perdu en masse musculaire et en kilos également, à force qu’on me pique mes repas. J’essaye de le cacher tant bien que mal avec mon tee-shirt désormais trop grand. Je ne veux pas dramatiser la situation non plus. Tout est fini, c’est le principal non ? « J’étais avec des meurtriers, des vrais donc disons qu’ils n’ont pas tous une moralité normale. » Les menaces au couteau, les quelques cicatrices qui me restent encore, principalement dans le dos, lorsque je me suis retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment, pris dans une baston entre deux camps. « Beaucoup de bagarres, de menaces. Je n’ai pas mangé à ma faim… » Je lui cache le reste, parce que je ne veux pas y penser moi-même. En France aussi, les violences arrivaient, bien que moins fréquemment et jusque là, j’ai réussi à vivre avec ces détail alors j’espère que ça sera de nouveau le cas.

« J’avoue que ça reste encore bien mystérieux. » Pourtant, après qu’on m’ait expliqué tout cela en présence de mon avocat et que Lily m’ait encore tout retracé en long et en large la veille, j’ai l’impression que c’est tellement surréaliste… « Tu sais, Lily Wetherhold, la flic que j’avais rencontré au speed dating ? Elle est allée en France pour enquêter. Elle a été interroger mes parents et mon ex-copine. Elle a fini par assembler les pièces que les autres n’ont jamais pris la peine de trouver… » Je baisse les yeux, finissant d’une traite ma tasse de café avant de la reposer sur la table devant moi. « Tout ça est encore plus fou que tout ce que j’ai pu imaginer… C’est à cause de mon père et de son boulot. Il s’est retrouvé malgré lui dans un truc… » Quoi ? Je ne saurais pas trop l’expliquer. « Il a déclenché la fureur de la mafia russe qui s’est vengé sur moi en me tendant un piège à ce que j’ai compris. » Complètement fou en effet, de quoi gâcher des vies mais en même temps, c’était ça le but ! « J’ai encore du mal à y croire je t’avoue… »

___________________

Avalon & Nell

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: Les logements-