Partagez| .

Just as the phoenix rise from the ashes [Libre]


Anabella Blake
✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 522
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: D.S.R. - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Renaître de ses cendres ❥ Libre
Vietman ❥ Leah
Nouveau départ ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle reconstruit sa librairie
● Elle a teint ses cheveux en roux
● Elle revient d'une mission humanitaire au Vietnam avec Leah S.


#Anacky

Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Just as the phoenix rise from the ashes [Libre], le Jeu 27 Juil - 22:32


Reconstruire. Petit à petit. Tourner la page et ne plus revenir en arrière. Ces derniers mois avaient été éprouvant mais de tout ce qui avait été détruit pouvait renaître quelque chose de beau, de lumineux. Je m’étais perdue pendant tous ces mois, j’avais découvert une partie sombre de mon âme qu’il m’avait fallu accepter pour la dompter. Partir au Vietnam, en mission humanitaire avait été la grande étape de ce parcours de vie. Ce voyage m’avait rappelé tout le bon dont j’étais capable et que j’avais oublié en ne pensant qu’à cette vie que j’avais pris. Certes, il était question de vie ou de mort, mais d’avoir été capable d’appuyer sur la détente sans menace avait laissé des traces.

Le Fantôme comme l’appelait les médias et la police était réellement devenu un vrai fantôme qui ne me laissait en paix que depuis peu de temps. Il y avait encore des nuits sans sommeil et des cauchemars mais en me réveillant le plus souvent dans les bras de Jacky, je reprenais le dessus. L’histoire de l’assassinat de ma famille avait pu avoir son point final avec la mort du fantôme qui me les avait enlevés quand je n’étais qu’une petite fille. A présent, j’étais définitivement libre de vivre où bon me semblait. Austin était l’endroit où j’avais envie d’être, de vivre, de reconstruire.

Dans toute cette histoire, j’avais perdu ma librairie, ravagée par un incendie criminel dont le Fantôme en était l’auteur. J’étais souvent venue observer les ruines, les cendres, comme pour réaliser. Comme un deuil, j’avais dû passer par différentes étapes. J’avais ensuite évité le quartier un long moment avant de revenir enfin. Prête à rebâtir ce qui avait été perdu. J’avais ressorti les esquisses, les listes d’idées et d’envie pour ce nouveau lieu. Une nouvelle librairie dont j'avais déjà le nom : « La librairie du Phénix. »

A part pour reconstruire les murs, j’avais tout fait toute seule. J’avais besoin d’accomplir tout ça pour complètement refermer le chapitre précédent. J’avais déblayé les décombres, nettoyé ce qui restait. Une entreprise avait ensuite pris le relais et une fois le local à nouveau debout, j’avais repris les choses en main. J’avais nettoyé, repeint, passé mon temps à chiner le futur mobilier. Cette nouvelle librairie reprendrait le concept de l’ancienne, des livres à feuilleter et à bouquiner dans la boutique, dans des fauteuils moelleux et confortables avec boisson et pâtisserie maison. Faire un nouveau cocon où les gens pourraient se réfugier loin de l’agitation de la ville.

Mais nous en étions encore loin. J’avais stocké les meubles dans un garde-meuble et j’avais réussi à tout charger plus ou moins toute seule le camion que j’avais loué. Jacky avait proposé son aide mais j’avais accepté qu’il ne m’aide que pour le chargement. J’avais fait le trajet avec un peu de nervosité, peu habituée à conduire un véhicule de cette taille. Et voilà comment je me retrouvais à décharger du camion, commençant par le mobilier le plus léger. Finalement des bras supplémentaires pour décharger n’auraient pas été de refus mais je ne comptais pas me laisser abattre.

Assise dans l’un des fauteuils, au bord du coffre du petit camion pour la pause déjeuner, j’avalais une gorgée de thé glacé avant de terminer mon sandwich avec appétit. Je poussais un premier fauteuil jusqu’au hayon mais au moment d’enclencher le système de la plateforme qui était censé me permettre de décharger sans problème le gros mobilier, plus rien ne répondait. « Non… Non non non, marche ! » J’observais avec désespoir la hauteur entre la plateforme et le sol. Je n’allais jamais réussir à porter les fauteuils toute seule. Je risquerais de les renverser et de les abîmer ou encore pire, de me blesser. « C’était trop beau pour être vrai ! »
HRP:
 

___________________
I push to the limits, I climb every wall. I keep on believing anything's possible

And now I will start living today. I close the door. I got this new beginning and I will fly like a cannonball. Freedom. I let go of fear and the peace came quickly. I was in the dark and then it hit me. I chose suffering and pain in the falling rain. I know, I gotta get out into the world again.
William S. Hutcherson
avatar
Inscrit le : 20/02/2015
Messages : 254
Avatar : Le sublime Max Irons
Crédits : Angie aka Alexia <3
Date de naissance : 16/07/1992
Mes rps : Julian & Ezekiel

Bloc notes :

“One day I will find the right words, and they will be simple.”





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Just as the phoenix rise from the ashes [Libre], le Ven 8 Sep - 21:13

William était en quête. Il cherchait l’inspiration, le désir d’écrire et le plaisir de créer. Cette page blanche, cause de tant d’angoisse avait trouvé une nouvelle victime. Et William désespéré en venait même à trouver qu’il ne méritait de porter ce prénom, si artistique. Il fumait. Il buvait de temps en temps. Il se droguait, parfois avec Beth et parfois sans rêvant de trouver l’inspiration dans les méandres de son cerveau et de son inconscient. Mais rien ! Ni d’inconscient, ni de conscience. Juste le néant et la sensation de vide qu’il laissait. Alors l’écrivain soupirait. Il lui fallait une nouvelle inspiration, un nouveau monde. Il lui fallait oublier et retourner à la vie. Celle pour laquelle on écrit. Il prit son blouson, ses clopes, ferma la porte. A présent seul lui importait. La foule devenait son refuge et le bruit sa musique. Il devait réapprendre à observer, à aimer et à comprendre. Un bruit, un mot ou un visage pouvait suffire à débloquer cette panne. Mais encore fallait-il que ce soit le bon. Il observait. Puis se demandait à quel moment la vie réelle était devenue une banalité. Les téléphones avaient remplacé le contact visuel et les écouteurs les conversations. William enviait Kerouac, Hemingway ou Fitzgerald qui, eux, avaient un univers d’inspiration. William s’était perdu dans la liberté de Kerouac, dans les voyages de Salinger, dans l’amour de Fitzgerald. Et lui, s’il devait s’inspirer de la vie réelle, il aurait quoi à raconter ? Il était une fois un homme qui demanda en ami une fille et elle accepta, point. Fini le romantisme. Fini la beauté. William dépérissait. Il devait se ressaisir. Il profita donc de cette petite balade pour se changer les idées.

William déambulait dans les rues. Il continuait d’espionner les passants essayant de mémoriser leurs expressions, leurs tiques pour les retranscrire, les rendre éternel. Il remarquait un camion et à ces côtés une jeune femme rousse. C’était l’élément perturbateur à ce décor si banal. L’originalité de cette journée, de cette histoire. Les mains dans les poches, William s’approcha d’elle. « Je peux peut-être vous aider ? » Demanda-t-il. Il n’avait pas réfléchi, il s’était juste approché. Le camion était rempli d’objet lourd, encombrant. Puis, il se retourna et remarqua sur la devanture un mot. Ce mot. Celui qui avait le don de faire vivre William. Ce mot lui suffisait à lui donner la chair de poule. Librairie. « C’est à vous cette librairie ? » Demanda-t-il avec une lueur d’émerveillement dans ses yeux.

___________________
Anabella Blake
✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 522
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: D.S.R. - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Renaître de ses cendres ❥ Libre
Vietman ❥ Leah
Nouveau départ ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle reconstruit sa librairie
● Elle a teint ses cheveux en roux
● Elle revient d'une mission humanitaire au Vietnam avec Leah S.


#Anacky

Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Just as the phoenix rise from the ashes [Libre], le Sam 9 Sep - 22:47

J’avais laissé tomber l’idée de faire marcher cette fichue plate-forme. J’observais les fauteuils avec désespoir et commençait à me dire qu’il me faudrait décharger ce que je pouvais décharger seule. Avec un peu de chance Jacky finirait pas trop tard, je pourrais l’appeler et lui demander un coup de main. Mais au moment où j’allais battre en retraite, une voix s’était faite entendre. Je me retournais vers l’homme qui venait de parler. Je levais les yeux vers la librairie avec un petit sourire. « Oui, c’est ma deuxième maison. » avais-je glissé avec amusement en remarquant le regard pétillant de l’homme. « Mais il faudra encore un peu de temps avant que ça puisse devenir la deuxième maison des amoureux des livres. » Il y avait encore un peu (beaucoup) d’aménagement à faire. « Et j’avoue qu’un peu d’aide ne serait pas de refus. »

Je sautais depuis le hayon et désignais le chargement d’un geste vague de la main. « Le hayon m’a laissée tombée… Et si je pousse les fauteuils toute seule, ça va être une catastrophe. » Malgré tout, je me sentais quelque peu gênée d’embêter l’homme avec ça. « Mais vous avez peut-être mieux à faire… Y’a beaucoup de meubles et ça risque de prendre du temps… » avais-je rajouté en grimaçant légèrement. Après quelques secondes d’observations supplémentaire, je souriais amusée par sa réaction. « Vous avez l’air d’aimer les livres, je me trompe ? » Je reconnaissais dans les expressions de son visage celui de la petite fille que j’étais et qui aimais se perdre dans la bibliothèque de son père.


___________________
I push to the limits, I climb every wall. I keep on believing anything's possible

And now I will start living today. I close the door. I got this new beginning and I will fly like a cannonball. Freedom. I let go of fear and the peace came quickly. I was in the dark and then it hit me. I chose suffering and pain in the falling rain. I know, I gotta get out into the world again.
William S. Hutcherson
avatar
Inscrit le : 20/02/2015
Messages : 254
Avatar : Le sublime Max Irons
Crédits : Angie aka Alexia <3
Date de naissance : 16/07/1992
Mes rps : Julian & Ezekiel

Bloc notes :

“One day I will find the right words, and they will be simple.”





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Just as the phoenix rise from the ashes [Libre], le Dim 10 Sep - 18:20

William se tenait debout, devant cette librairie vide. Il tournait la tête. Le camion rempli de fauteuil lui donnait le tournis. Une librairie ça ne tombait pas du ciel, il fallait installer, créer un espace unique, un espace où chacun se sentent bien. Qu’il soit en communion avec le libre. Cette ambiance devait se créer et demandait beaucoup d’effort d’imagination mais également d’effort physique. La jolie rousse en face de lui ne pouvait pas affronter ça toute seule. Alors William s’était arrêté. Il devait arrêter de torturer son esprit. Elle confirmait son idée, c’était bien une librairie. Une deuxième maison pour elle ce qui étonnait peu l’écrivain. Il hochait la tête pour montrer son accord avec elle. Comme il avait pu le penser avant, une librairie ça ne tombait pas du ciel. « Vous aimez bien la mythologie ? » Demanda-t-il. Le nom de la libraire sonnait très mythologique ou fantastique. Un phénix c’est imaginairement fabuleux et merveilleux. William littéraire à ces heures perdues et sportifs aux autres heures n’avait pas peur de la charge de travail. Il n s’était juste pas imaginé finir sa journée comme cela. Dire qu’il y a une heure à peine, il était en face de cette page blanche.

Ah la technologie et les machines. Les hommes deviennent dépendants à ces choses. Seule, la jolie rousse ne peut pas finir de débarrasser le camion à cause du hayon. William, c’était son idée de l’aider. Alors lorsqu’elle montrait sa gêne par rapport à l’aide reçu, William contredisait. « Je n’ai rien de mieux à faire. » Soit il l’aidait, soit il retournait à sa page blanche. « Puis c’est pour une bonne cause. » Les livres s’étaient révèles être une passion pour le jeune homme. Permettre à tout le monde l’accès à ce monde merveilleux grâce à cette petite boutique, c’était une bonne cause. Il souriait à la question de son interlocutrice. William le si mystérieux ne l’était peut-être plus. « On ne peut rien cacher à une libraire. » Répondit-il avec un sourire. Il décidait de monter dans le camion en enlevant sa veste avant. « Pourquoi une librairie ? » demanda-t-il. Il y avait plein de solution comme une bibliothèque ou encore un café littéraire. Une librairie c’était se perdre des heures dans les rayons à la recherche de la plume parfaite. William poussait un fauteuil vers le bord du camion.

___________________
Anabella Blake
✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 522
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: D.S.R. - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Renaître de ses cendres ❥ Libre
Vietman ❥ Leah
Nouveau départ ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle reconstruit sa librairie
● Elle a teint ses cheveux en roux
● Elle revient d'une mission humanitaire au Vietnam avec Leah S.


#Anacky

Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Just as the phoenix rise from the ashes [Libre], le Ven 22 Sep - 17:05

J’avais levé le nez vers la devanture quand il parlait de mythologie. J’aimais le symbole du phénix mais la mythologie, ce n’était pas vraiment mon sujet de prédilection. Si on m’en parlait, si on me la racontait, j’écoutais avec attention et curiosité mais je n’étais pas spontanément du genre à aller chercher des livres à ce sujet. J’esquissais une petite moue. « Je ne suis pas passionnée mais j’ai aimé lire certaines histoires… J’aimais surtout la symbolique du Phénix. » Parce que Jacky me comparait à l’oiseau, parce que j’avais l’impression d’être en train de renaître de mes cendres mais aussi parce que… « La librairie a brûlé il y a plusieurs mois et ça correspond bien à son retour… » J’avais ramené mon regard sur le jeune homme avec un sourire.

J’étais touchée qu’il veuille m’aider bien que gênée. Je n’avais pas envie de lui voler du temps mais il dissipait ma gêne en quelque mot. Il était bien décidé à me filer un coup de main et je pouvais difficilement insister pour qu’il ne s’embête pas. J’avais besoin de ramener le camion en fin de journée et que les fauteuils prennent place dans la boutique. J’avais souris amusée à sa remarque, j’avais l’habitude d’observer les gens et puis c’était difficile de ne pas remarquer la flamme dans son regard. « Pourquoi pas ? » Une fois de plus j’avais souris amusé, c’était pas vraiment du jeu de répondre comme ça.
Je l’aidais pour le premier fauteuil tout en répondant plus sérieusement à sa question. « Quand j’étais gamine j’avais du mal à dormir la nuit. Mon père avait son bureau à la maison avec sa table à dessin, il était architecte. Bref, dans son bureau il y avait une immense bibliothèque et j’aimais bien aller me glisser dans le canapé, soit pour lire, soit juste pour observer les tranches posées les unes à côté des autres… Et puis je finissais par m’endormir. Ça avait un pouvoir apaisant. » Je haussais les épaules avant de sauter du hayon pour faire descendre le premier fauteuil avec l’aide du jeune homme. « J’ai toujours aimé lire alors la librairie, ça paraissait assez logique… Mais je voulais qu’il y ai un côté convivial, d’où les fauteuils. Que les gens puissent s’installer pour bouquiner, pour écrire, pour déguster un thé par exemple et avaler un bout de gâteau. » Le premier fauteuil touchait le trottoir et je me mettais à le pousser jusqu’à l’intérieur de la boutique avant de revenir. « Je m’appelle Anabella au fait mais tout le monde m’appelle Ana. » Autant mettre un prénom sur le visage de mon sauveur.

___________________
I push to the limits, I climb every wall. I keep on believing anything's possible

And now I will start living today. I close the door. I got this new beginning and I will fly like a cannonball. Freedom. I let go of fear and the peace came quickly. I was in the dark and then it hit me. I chose suffering and pain in the falling rain. I know, I gotta get out into the world again.

Just as the phoenix rise from the ashes [Libre]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: South Austin :: Autres lieux-