Partagez| .

Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle


Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 1414
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar) ♦ Beerus (signa)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :
INDISPONIBLE
INTRIGUE
AmyLou
RoseBaya
GaëlleAdrian


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦



ABOUT YOU
♦ Dealer fauché
♦ Menteur éternel
♦ Envies de partir
♦ Liberté conditionnelle
♦ Appartement parti en flamme
♦ Squatteur temporaire chez Gaëlle


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


En ligne
Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Mar 25 Juil - 9:50

Illusions et désespoir
ft. Gaëlle et Sam


Plus d’fric.
Plus d’autonomie.
Plus d’appartement.
Plus. De. Putain. De. Coke.
Une belle semaine en somme.


Tu es sur le chemin du retour après la journée au magasin. Il ne doit pas être loin de sept heures. Encore une chance qu’t’aies pu garder ce job, qu’la patronne n’ait pas perdu patience et qu’tu aies au moins ce revenu-là. C’n’est pas beaucoup, mais c’est déjà ça. Malgré tout il faudra trouver autre chose dans pas longtemps sinon tu seras mal – enfin, encore plus. Tu remontes quatre à quatre les marches de l’escalier d’ton immeuble et grinces des dents. Les tendons qui tiraillent, les muscles qui subissent le contre coup involontaire de l’incendie. Le manque, putain, le manque.
T’es arrivé sur ton palier, et traverses le chemin jusqu'à ta porte pour t'y arrêter lourdement. Tes doigts cherchent maladroitement la clef, la trouvent, l’insèrent tant bien que mal dans la serrure. Tu pousses le battant d’un coup d’épaule et il s’en faut de peu pour qu’tu n’bascules pas de l’autre côté. Derrière toi, la porte se claque avec bruit.

Ton colocataire masculin est déjà dans la pièce, et tu hoches la tête à son intention en guise de bonjour. L’visage fermé, la bouche muette. Qu'tu ne sois pas très clean, il l’a probablement compris avant même que vous n'fassiez connaissance. Que tu ne sois pas très bavard, il a dû l’intégrer maintenant. Qu'tu sois en manque, ça aussi ça a dû rentrer. Que t’as passé une journée de merde, ça se voit à ta gueule. Bref, tu n’as rien à lui dire.
Ton premier instinct est de te poser dans le divan, dans ce même divan dans lequel tu as la chance de te tourner et retourner nuits après nuits. Chaleur et angoisse obligent. Et pourtant, tu ne cèdes pas à l’envie et te diriges plutôt vers la cuisine où t’as rangé dans une armoire un bien précieux. Une petite merveille. Un peu d’poudre volée à un sans-abri, quelques dizaines de minutes de répit, un rêve éveillé plus beau qu’la réalité. Bien illusoire était l’espérance que personne n’irait te la prendre ; c’était sans compter ta coloc alias la droguée de service actuellement également en manque.

« Putain d’bordel de merde. » tu murmures. Le sachet repose dans ta main. Vide. Incroyablement, désespérément… Vide. À croire que Gaëlle – ou Sam, mais tu n’penses pas – l’a léché jusqu’au dernier recoin. Tu reviens sur tes pas et t’arrêtes brièvement devant l’mannequin de la maisonnée. « Elle est là-dedans ? » tu demandes en pointant du doigt sa chambre, avant de t'y élancer sans lui laisser le temps de répondre. Tu tambourines à la porte de la blonde, l'sachet crispé dans ton autre poing. « J’vais t’buter si t’ouvres pas tout d’suite ! » que tu grondes suffisamment fort pour qu’elle l’entende, et qu’ça raisonne avec douleur dans sa tête. Puis, tu souffles un brin agacé et te retournes sur le brun comme pour le prendre à parti. « J’vais la buter. J’te jure que j’vais la buter. » Hein que tu vas la buter ?

___________________
you've stopped allowing yourself to dream. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.
stay away
Sam T. Hanger
I'm not Famous
avatar
Inscrit le : 30/06/2017
Messages : 79
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : /
Date de naissance : 15/05/1993
Mes rps :
DISPONIBLE


MAXENCE ¥ GAËLLE ¥KENNY ¥ KILLIAN ¥ELIJAH ¥

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: WildGirl
• ÂGE : 14
• BLOC NOTE :


Re: Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Mar 25 Juil - 12:10

Illusions et désespoir
ft. Gaëlle et Sam


Personne.
Boulot de merde.
Pas fumer de la journée.
Envie de s'amuser.
Et la vie qui te mets
des putains de barrières.

Journée de boulot habituelle, je rentre toujours crevé avec cette envie de m'amuser mais j'en ai jamais l'occasion. Je connais qu'une personne ici, je sors quelques fois avec mais je suis bloqué chez moi, je fais rien. Cette envie de fumer me donne des sueurs froides, j'ai envie de sentir le goût du tabac parcourir mon corps et détruire mes poumons, oui j'ai envie de ça maintenant. Je rentre dans l'appartement, je monte les escaliers, ouvre la porte fermée à clé et rentre m'affaler sur mon lit. Je cherche en vitesse une clope dans mon sac et ouvre la fenêtre pour enfin fumer, cette odeur est presque jouissante. Je finis ma cigarette et me dirige vers le salon, ma coloc n'est pas là enfin peut être que si mais elle n'est pas dans le salon. Je décide de me faire quelque chose à manger et me pose sur la fenêtre qui donne sur la rue, personne, vide, c'est tellement calme. Personne dans les rues, pas un chat, quelques voitures qui passent, c'est surtout le soir qu'il y a de l'ambiance, ce soir je pense que je vais sortir.

J'entends des bruits sourds, presque inaudible. Il y a un bruit de porte derrière moi, je me lève et je vois mon coloc. Il me dit bonjour en hochant la tête, une sorte d'habitude, je n'ai pas besoin qu'il parle pour me faire comprendre les choses, il fais simplement des gestes et je comprends. Il est souvent en manque, il est souvent mal, il passe souvent des journées de merde et quand il rentre il fume, se drogue. Ça me dérange pas en fait, j'ai rien à lui dire, j'ai pas besoin de le connaître ni de savoir ce qu'il fait de ses journées, j'ai juste besoin d'être poli c'est tout. Il se perd j'ai l'impression, il va sur le divan ensuite il se dirige vers la cuisine mais en sors avec un paquet vide, je le sens assez mal.
Il en sort, très énervé, et me demande si Gaëlle est dans sa chambre, je n'ai même pas le temps de répondre qu'il se jette sur sa porte et hurle sur elle. Je ne m'en mêle pas c'est pas mes affaires, il dit qu'il va la brûler ou je ne sais pas trop quoi puis se retourne l'air agacé.

En fait j'ai pas besoin de savoir ce qui se passe puisque leurs disputes c'est souvent pour la drogue donc au final pas besoin de demander. Je me dirige vers la cuisine pour boire un truc et pour être gentil je prends un verre d'eau a mon coloc, je lui tend.

- Tiens au cas ou. je pense qu'il va me le balancer à la gueule
mais j'en ai complètement rien à foutre.

___________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Gaëlle M. Dubois
DE L'ALCOOL A LA PLACE DU SANG. DE LA FUMEE A LA PLACE DES POUMONS.
avatar
Inscrit le : 12/04/2017
Messages : 578
Avatar : Bryden Jenkins
Crédits : Gaïa
Date de naissance : 05/01/1998
Mes rps :
INDISPONIBLE

Indiana ~ Ian ~Anastasia ~ Etsukazu ~Swann ~ Sam ~Ritchy ~ Aiden ~Cole ~ Adrian ~ Ted ~Sam & Alek ~ Alek

Bloc notes :
En ce moment...
♦ Elle a refusé d'aller voir sa famille en France pour les vacances.
♦ Elle est en manque de substances illicites.
♦ Elle se rend compte que la danse lui manque.
♦ Elle réalise qu'Alek lui plait.
♦ Elle ne sait toujours pas vraiment quoi faire de sa vie après ses études.


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Gaïa
• ÂGE : 19 ans
• BLOC NOTE :


Re: Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Mar 25 Juil - 14:27

Quand je me réveille en ce début d'après midi, je suis toute seule à l'appart. Mes colocs sont au boulot, c'est une journée en tête à tête avec moi même, et avec mon manque. Le manque, il commence à se faire sentir cet enfoiré. Il est désormais présent jour et nuit, m'entraîne dans des cauchemars effroyables, me provoque de la fièvre et des sueurs froides ainsi que des douleurs dans les membres. Je pensais que je gérerais mieux quand avec Alek on a fini mes dernières réserves, nous autorisant quelques minutes de bonheur avant longtemps. Mais voilà, je ne suis pas habituée à ne pas avoir ma dose et je réalise désormais pleinement à quel point il est difficile de contrôler les soubresauts de mon corps en manque. Putain je suis nulle.

Je m'extirpe de mon lit avec difficulté, grimaçant face à la chaleur qui envahit déjà l'appartement. Je tends une main malhabile vers mon paquet de clopes. Vide. Merde, il ne manquait plus que ça. La fin du mois signifie que je n'ai plus de fric sur mon compte, il n'y a plus un gramme de coke, d'herbe ou de n'importe quoi dans cette maison et je n'ai plus de clopes. C'est absolument formidable... Il ne me reste que mes bouteilles déjà bien entamées. En soufflant, je me dirige vers la cuisine pour prendre un verre. Alors que j'ouvre le placard, je suis étonnée de voir un petit sachet tomber à mes pieds. Mes yeux s'écarquillent quand je réalise qu'il s'agit là de quelques grammes de pur bonheur. Quelques grammes de coke quand je vais pouvoir prendre tranquillement. Sans plus penser à mes bouteilles, je me dirige sachet en main vers ma chambre où je m'enferme pour me défoncer à ma guise.

Je crois que je finis par m'endormir puisque je suis réveillée en sursaut par des coups sur ma porte et la voix rauque d'Alek qui crie qu'il va me buter si j'ouvre pas. Je grogne avant de me lever péniblement et de me traîner jusqu'à la porte, toujours en pyjama composé d'un tee-shirt trop grand et d'une culotte, crédibilité zéro. Peu importe, je ne me démonte pas quand je me retrouve face à un Alek fulminant.

-C'est quoi ton problème encore putain ? je lâche agacée. Qu'est-ce que tu veux ? Ton nouveau but dans la vie c'est de rameuter tout le quartier ou quoi ?

Je finis par sortir de ma chambre en passant devant Alek, trouvant ainsi Sam quelques pas plus loin avec un verre d'eau dans la main.

-Salut Sam, je dis en passant devant lui.

Je vais m'installer sur la canapé tentant de faire abstraction de la colère d'Alek qui déteint sur moi. Je sais très bien quel est son problème. Je suis pas complètement idiote. La sachet de came n'est pas arrivé par miracle tout seul dans la cuisine et ce n'est certainement pas Sam qui l'a déposé là. Ce petit sachet n'a pas suffit à combler totalement mon manque, c'est encore pire désormais je crois. Je finis par souffler puis enrouler mes bras autour de mes jambes tout en lançant un regard de défi à mes colocs.

HRP:
 

___________________
La française

Drug, alcohol and sex.
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 1414
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar) ♦ Beerus (signa)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :
INDISPONIBLE
INTRIGUE
AmyLou
RoseBaya
GaëlleAdrian


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦



ABOUT YOU
♦ Dealer fauché
♦ Menteur éternel
♦ Envies de partir
♦ Liberté conditionnelle
♦ Appartement parti en flamme
♦ Squatteur temporaire chez Gaëlle


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Mer 26 Juil - 1:51

Illusions et désespoir
ft. Gaëlle et Sam


Le brusque sursaut de colère qui t’a mis hors de toi est en train de refluer lentement, remplacé par cette envie sourde de frapper quelque chose, quelqu’un, sûrement Gaëlle. Sam, tu l’connais pas, il est potentiellement dangereux, tu vas éviter. Ouais, frapper Gaëlle c’est une bonne idée. Parce que même si elle s’plaint à qui qu’ce soit – ce dont tu doutes quand même fortement –, y’aura pas grand monde au balcon pour lui prêter trop d’attention.

T’entends bouger au travers d’la porte, t’entends son corps réagir à tes propos. L’autre, il s’était éclipsé à la cuisine, et il en est revenu avec deux verres d’eau dont il t’en passe un. « Tiens, au cas où. » T’observes c’qu’il te passe sans bouger pendant une seconde, puis tu t’en empares avec un semblant de remerciement. « ‘erci… » qu’tu grommelles. Tu l’vides d’une traite, mais ça n’apaise pas pour autant la soif qui t’tiraille, ni les tremblements dans tes doigts qu’tu dois raidir pour ne pas lâcher le verre. « P’tain, qu’est-ce qu’elle fout c’te conne… » À l’instant même où tu finis ta dernière syllabe la porte s’ouvre enfin sur une Française en petite tenue – Hallelujah ! « C’est quoi ton problème encore putain ? » Tu hausses un sourcil, étonné de tant d’audace. « Tu t’fous vraiment d’ma gueule nan ? » « Qu’est-ce que tu veux ? Ton nouveau but dans la vie c’est de rameuter tout le quartier ou quoi ? » T’as un bref rire froid et forcé. « Ouais, j’les inviterai tous aux premières loges pour t’admirer te rouler par terre face au manque. T’sais, ce sera soirée popcorn avec spectacle en direct. » Elle passe devant toi en t’ignorant, et salue votre coloc comme si de rien n’était. Ton regard dévie très brièvement sur sa culotte mais tu t’obliges à le rediriger sur sa tête. Concentration, Alek, concentration.
Tu tentes de rassembler le semblant de calme qu’il te reste pour ne pas attirer tout le voisinage, comme on te l’a si bien fait remarquer. Seulement, la colère et la douleur n’peuvent pas s’empêcher de remonter instantanément quand tu poses tes yeux sur elle, et sa position prostrée, et c’te putain d’coloc qui t’empêche de lui balancer les pires vacheries du monde. Parce qu’tu l’connais pas suffisamment, et que mine de rien t’as quand même un minimum de retenue. « Quand j’te disais qu’te passerais d’la came gratuite… » ta voix, sourde, est empreinte de ta veine tentative de neutralité. « … Ce sachet n’en faisait clairement pas partie. » Tu lui montres bien en évidence ce qu'tu tiens dans ta main gauche. Cela dit, on va éviter de le lui jeter à la gueule parce que la légèreté évidente du plastique gâcherait tout l’effet. Tu t’retournes vers l’autre mec de la pièce. « Parce que j’suppose qu’c’est pas toi qui t’est fait exploser les sinus avec la coke ? » Tu plonges rapidement tes yeux dans les siens. Pupilles normales, blanc des yeux aussi blanc qu’il ne le devrait. Ça sent vaguement la clope, c’qui te rend d’autant plus agressif, mais rien d’autre. Et il a l’air d’avoir les pieds sur terre. Les camés, t’sais les reconnaître. T’en croises un devant l’miroir tous les matins, même si en c’moment il n’a pas bonne mine.

___________________
you've stopped allowing yourself to dream. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.
stay away
Sam T. Hanger
I'm not Famous
avatar
Inscrit le : 30/06/2017
Messages : 79
Avatar : Cole Sprouse
Crédits : /
Date de naissance : 15/05/1993
Mes rps :
DISPONIBLE


MAXENCE ¥ GAËLLE ¥KENNY ¥ KILLIAN ¥ELIJAH ¥

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: WildGirl
• ÂGE : 14
• BLOC NOTE :


Re: Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Mer 26 Juil - 10:46

Illusions et désespoir
ft. Gaëlle et Sam


Histoires.

Ce sentiment de solitude me parcourt la tête et me fait réfléchir, ils sont là, différents de moi, à se disputer et à ne pas faire attention à ma présence. Je suis quelqu'un qui adore se faire remarquer mais dans cette situation je ne peux pas être le centre du monde, je dois être discret. Je me demande quel sensation ça a de prendre de la coke, je ne m'y mettrais pas, mais c'est une sensation qui m'est inconnue. Pourquoi cette sensation d'adrénaline me parcourt les veines et monte jusqu'à mon cerveau, pourquoi je ressent cette sueur froide qui me parcourt le dos, je ne veux pas de ça.

J'entends un bruit qui vient de la chambre de Gaëlle, la porte s'ouvre enfin et en fait sortir une jeune femme en petite culotte, c'est la seule chose que je remarque. Elle gueule sur mon coloc et ils commencent à s'engueuler, pas trop fort, mais assez pour que leurs paroles viennent jusqu'à leurs cerveaux. Mon coloc a pris mon verre d'eau et d'une parole sourde me remercie, il n'a rien contre moi, j'ai rien contre lui on a pas besoin de se détester. Je sais que c'était peut être pas le moment de lui donner mon verre mais c'est un bon geste même si ça ne calmera pas sa "soif" de coke ou d'autres choses. Gaëlle passe devant moi et me salue.

- Salut Gaëlle. dis-je en la regardant.

Elle est pas mal, elle est pas normale non plus mais elle est elle-même. Elle a les yeux assez rouges mais c'est rien, pour moi en tout cas. Mon coloc ne parle pas, enfin plus, j'ai l'impression qu'il se calme ou plus qu'il essaye mais il recommence à parler à Gaëlle. Ce n'est plus des engueulades mais une discussion enfin plutôt comme ça, il veut être discret je pense. Il lui montre le paquet qui est dans sa main puis se tourne vers moi.

- Pourquoi je ferais ça ?

Il plonge ses yeux dans les miens, yeux normaux pas rouges ni rien, il n'a pas du fumer ni toucher à la coke depuis un moment à mon avis.
J'ai juste envie de m'éclipser dans ma chambre fumer une p*utain de clope et en finir avec tout ça, je suis pas trop disputes. Ce que je me demande c'est pourquoi ils se disputent pour un fichu paquet, pourquoi ils s'en achètent pas d'autres ? Ils ont peut être des problèmes d'argent mais moi je peux leur en filer une petite somme mais je vais pas m'en mêler d'avantage.




___________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Gaëlle M. Dubois
DE L'ALCOOL A LA PLACE DU SANG. DE LA FUMEE A LA PLACE DES POUMONS.
avatar
Inscrit le : 12/04/2017
Messages : 578
Avatar : Bryden Jenkins
Crédits : Gaïa
Date de naissance : 05/01/1998
Mes rps :
INDISPONIBLE

Indiana ~ Ian ~Anastasia ~ Etsukazu ~Swann ~ Sam ~Ritchy ~ Aiden ~Cole ~ Adrian ~ Ted ~Sam & Alek ~ Alek

Bloc notes :
En ce moment...
♦ Elle a refusé d'aller voir sa famille en France pour les vacances.
♦ Elle est en manque de substances illicites.
♦ Elle se rend compte que la danse lui manque.
♦ Elle réalise qu'Alek lui plait.
♦ Elle ne sait toujours pas vraiment quoi faire de sa vie après ses études.


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Gaïa
• ÂGE : 19 ans
• BLOC NOTE :


Re: Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Mer 26 Juil - 16:45

Je sais que j'ai déconné, que je n'aurais pas dû piocher dans la came d'Alek sans son aval. Mais aussi, pourquoi est-ce qu'il a voulu tenter le diable en laissant ça sous mon nez. Il est con lui. J'ignore l'insulte que j'entends à travers le bois fin de la porte alors que je vais pour sortir. Ce que je ne peux ignorer en revanche, c'est son air furieux. Peut-être que ce serait le moment d'abandonner la partie sans même de la commencer, de faire la souris qui rentre dans son trou et m'excuser directement de lui avoir pris sa coke. Mais je n'en fais rien, parce que mon cerveau décide tout seul qu'il est temps de monter sur mes grands chevaux, de faire du grand Gaëlle. Alors, je réponds à son agressivité par de l'agressivité. Parce que je ne sais pas faire autrement, parce que je suis une putain de camée impulsive, incapable de réfléchir avant de parler. Et je sais à l'instant où j'emploie le même ton que lui que notre désaccord est loin de se terminer. Putain de dealer. Putain d'incendie. Et putain d'été à Austin.

-Ha ha, j'ironise alors qu'il parle de spectacle.

J'ajoute rien de plus, me contentant de saluer Sam et d'aller me poser sur le canapé. Le pauvre Sam a d'ailleurs l'air de ne pas savoir où se mettre, ni de comprendre l'importance de ce sachet. Et on ne peut pas le blâmer d'être clean et d'ignorer tout du trafic de drogue et de la sensation de manque qui nous possède Alek et moi. Le rescapé d'incendie finit par reprendre la parole et je peux aisément voir qu'il se retient de hurler ou de faire je ne sais trop quoi de ma personne. Finalement, c'est peut-être bien que Sam soit là, le cas échéant, je ne donnerais pas cher de ma peau. Alek fait référence à notre marché. Putain de marché. Je sais bien que ce sachet ne faisait pas partie du deal, je l'ai su à l'instant où je l'ai vu tomber à mes pieds. Puis, il y a Sam qui répond de façon évidente que ce n'est pas lui qui a touché à la came qui traînait. C'est d'une voix toute aussi contenue que je m'adresse à nouveau à Alek.

-T'es con aussi ! je lance dans sa direction. Pourquoi tu laisses ça dans l'endroit le plus visible de la maison. Autant le laisser traîner sur la table. Tu le dis toi même, j'ai pas les couilles pour supporter le manque. Tant pis pour toi au bout d'un moment, j'ajoute agacée.

Puis je tourne la tête. Il m'énerve et je tente de reprendre mes esprits. J'ai jamais promis que j'allais être aussi sympa que le soir où j'ai accepté qu'Alek se ramène. Certes, toute cette histoire est de ma faute. Mais merde à la fin. La drogue avant l'honnêteté ou la paix.

-Sam ? Imagine un instant que tu sois un dealer. Donc forcément si t'es un dealer, t'as l'habitude des meufs droguées. Imagine maintenant que t'es un dealer qui squatte chez une camée en manque, est-ce que tu cacherais un sachet de coke dans la cuisine ?

Bien Alek, tu veux jouer à la victime ? Le jeu est lancé et crois moi je ne vais pas te faire de cadeau cette fois.

___________________
La française

Drug, alcohol and sex.
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 1414
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar) ♦ Beerus (signa)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :
INDISPONIBLE
INTRIGUE
AmyLou
RoseBaya
GaëlleAdrian


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦



ABOUT YOU
♦ Dealer fauché
♦ Menteur éternel
♦ Envies de partir
♦ Liberté conditionnelle
♦ Appartement parti en flamme
♦ Squatteur temporaire chez Gaëlle


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle, le Dim 20 Aoû - 3:20

Illusions et désespoir
ft. Gaëlle et Sam


La réponse à ta question, elle arrive nette et précise. « Pourquoi je ferais ça ? » Et bien oui, pourquoi aurait-il fait ça ? « J’me le demande bien, tiens. » Réponse rhétorique à une question qui l’est tout autant. De ce que tu l’connais, ce type a dû au plus fumer quelques pétards dans sa vie, expérimenté deux ou trois choses et l’pire que tu puisses lui reprocher est une consommation excessive de tabac. Rien de bien alarmant quand on connait votre mode de vie à la Française et toi. Et puis d’toute manière, vu les emplois qu’accumule Sam tu supposes qu’il a autre chose à faire que d’se foutre en l’air au premier sachet de coke qui passe.

« T’es con aussi ! Pourquoi tu laisses ça dans l’endroit le plus visible de la maison. » Tu souffles, excédé. À cause d’elle évidemment, mais pas seulement. Évidemment qu’t’as été con, bien trop con. Évidemment qu’cet endroit était l’un des pires qu’t’aurais pu trouver, parce que clairement la prochaine étape était d’tout remettre aux mains de la police. Hier soir, quand t’es rentré avec, t’avais déjà eu du mal à n’pas te l’enfiler d’un coup. T’as dû trouver une place, rapidement, parce qu’aller bosser avec ça sur toi n’était pas une possibilité non plus. Et t’as stupidement écarté de ton esprit la probabilité que ce soit Gaëlle qui profite d’ton petit trésors… « Tu le dis toi-même, j’ai pas les couilles pour supporter le manque. Tant pis pour toi au bout d’un moment. » Tu secoues la tête et souffles un coup, avec la colère des derniers jours qui remonte. Parce que oui, clairement, ton humeur exécrable ne date pas de cette après-midi. Dans d’autres cas t’aurais pas eu cette réaction si… sérieuse. T’aurais balancé quelques vacheries à ta coloc et l’aurais traitée de toxico inutile sans prendre Sam entre les deux, puis basta. Sauf que là, tu peux pas t’empêcher d’en faire des caisses. « Sam ? Imagine un instant que tu sois un dealer. Donc forcément si t’es un dealer, t’as l’habitude des meufs droguées. Imagine maintenant que t’es un dealer qui squatte chez une camée en manque, est-ce que tu cacherais un sachet de coke dans la cuisine ? » Tu roules des yeux. « Merde Gaëlle, merde. » fais-tu en te dirigeant vers ladite cuisine, pour y reposer ton verre. Le manque de répartie, pourtant, est clairement indicateur de ta culpabilité. Merde Alek, merde.
Tu restes quelques temps à l’écart des deux autres pour éviter d’encore t’échauffer – sans vraiment trop de succès – et te bornes à les écouter d’une oreille distraite.

HRP:
 

___________________
you've stopped allowing yourself to dream. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.
stay away

Les illusions s'effacent et le désespoir s'installe | Sam et Gaëlle

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: Les logements-