Partagez| .

I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex]


Oliver O'Connord
avatar
Inscrit le : 22/10/2015
Messages : 1699
Avatar : Stephen Amell
Crédits : moi-même pour l'avatar & Tumblr
Date de naissance : 05/08/1985
Mes rps :
DISPONIBLE 4/5
Sujet en cours
Intrigue ~ Alex ~ Alexander1 ~ Alexander2 ~ Silver
(je privilégies les réponses courtes )

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Loulouee
• ÂGE : 25 Ans
• BLOC NOTE :


I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex], le Jeu 6 Juil - 4:52


J'avais ruminer pendant des jours avant de me décider à tenter une nouvelle approche. Je n'en revenais pas, j'étais bouche bée et j'avais beaucoup de mal a réaliser ce que j'avais quelques jours auparavant. La cause de notre séparation, à Alex et moi. Ou plutôt, ce qui l'avait poussée à s'éloigner et qui nous avait mené au point où nous étions maintenant. Pendant les quelques mois que nous avions passés ensemble, je n'avais rien vu, j'avais été aveugle malgré moi. Nos nombreuses soirées à boire de la bière en regardant la télévision ou en discutant simplement de comment s'était passé nos journées... Tout cela, pour moi ce n'était que la routine, une normalité. J'avais l'habitude de boire une bière le soir en finissant le boulot, mais je pouvais parfaitement passé une journée sans boire, sans ressentir le besoin d'ingéré de l'alcool. Je n'avais pas compris que pour Alex, il était la tout le problème. Une dépendance. Elle était alcoolique et je n'avais pas su le déchiffrer. Comment je l'avais su? Ce n'était pas important! Le fait était que je n'avais pas su être là pour la brunette quand elle en aurait eu le plus besoin. Je comprenais mieux ses paroles, ce soir la dans mon bureau. Quand j'avais senti sa réticence à me parler. Hélas, je l'avais repoussée, je l'avais même laisser partir toute seule et je culpabiliser à la simple pensée qu'elle avait probablement fini la nuit dans un bar, ce soir là. Je réalisais que l'état dans lequel je l'avais trouvé lors de notre première rencontre, ça ne devait être qu'une fois parmi tant d'autre, où elle avait perdue toute notion.

Me voilà donc devant le poste de Police de la ville. Toujours assis dans mon véhicule, attendant je ne sais quoi pour sortir et entrer à l'intérieur. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui dire? Voilà la question qui me trotte sans cesse dans la tête. Après de longues minutes d'hésitations, je me décidai enfin à rompre le contact et quitter l'habitacle pour me diriger d'un pas rapide dans le Poste. Je repérai immédiatement l'accueil, constatant que la réceptionniste était occupée au téléphone, je me contentai d'attendre à deux mètres devant le comptoir. Quand elle me fit signe, j'avançai en présentant ma carte d'affaires, comme si cela allait avoir un impact sur la réaction de la jeune femme. «Oliver O'Connord pour l'Agent Parker. Alex Parker.» Je posai mes mains sur le rebord du comptoir tandis que la réceptionniste prenait le téléphone pour appeler je ne sais ou. Le bureau d'Alex, peut-être? Je ne savais même pas si elle en avait réellement un... Mes yeux balayaient la pièce de gauche à droite, de haut en bas, quand j'aperçu la brunette passée derrière une porte vitrée. Elle ne regardait pas dans ma direction et je n'avais aucune idée si elle avait simplement éviter mon regard ou si elle ne m'avait vraiment pas vu. J'allais l'interpeller quand la demoiselle m'avisa qu'Alex n'était pas là. Je lâchai un rire sarcastique. «Vraiment? Vous vous foutez de ma gueule?» Il ne fallait pas jouer avec mes nerfs. «Je viens de voir l'Agent Parker derrière cette porte!» dis-je en pointant l'endroit exact où la policière avait passé quelques secondes plus tôt. «Je suis désolée, Mr. O'Connord, L'Agent Parker est dans l'impossibilité de vois recevoir pour le moment.» À ces paroles, je fis claquer mes mains sur le comptoir, mais je ne m'attardai pas plus longtemps. «Alex! Alex!» dis-je en me précipitant vers la porte qui était, évidemment, interdite aux visiteurs. Je cognais contre la fenêtre en répétant le prénom de la jeune femme quand quelqu'un m'attrapa un bras. «Monsieur, je vous mets en état d'arrestation pour trouble de l'ordre public...» Sans que je n'ai eu le temps de réalisé quoi que ce soit, j'étais plaqué contre le mur, les mains menottés au dos. «Merde! Lâchez-moi! Détachez-moi je vous dis! Je connais mes droits! ALEEEEEX!» «Calmez-vous!» L'Agent de Police me maintenu de plus belle pour me ressaisir et je lâchai un gémissement de douleur inattendu. J'inspirai profondément pour me calmer. «Dites à Alex Parker que je dois lui parler. C'est important. Je vous en prie.» «Il me semble que le gentille dame là bas vous a mentionner que Madame Parker ne pouvait pas vous recevoir. Allez! Par ici.» Et il me poussa abruptement pour me guider vers une salle de détention probatoire.

___________________
Is it you or is it me?
Or all the words we never say?
I lose myself in all this fights
I lose my sense of wrong and right.
It's shaking from the pain that is in my head
It's not over unless you let it take you
It's not over unless you let it break you
“secondhand serenade” .narnienne.
   
Alex D. Parker
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 222
Avatar : Sophia Bush
Crédits : RIDDERMARK
Date de naissance : 19/10/1987
Mes rps :

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Jouaanie
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE : The show must go on


Re: I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex], le Jeu 6 Juil - 14:34

J’avais réussi à tenir le coup, à me faire à l’idée que cette histoire était bel et bien terminée, que nous n’existions plus. J’étais retournée au boulot progressivement et je m’étais déniché un appartement pas très loin de chez Lily. Il y avait eu des moments où j’angoissais à l’idée que je pourrais arrêter dans un bar, un dépanneur.. J’avais réussis à contrôler mes envies. Cette journée-ci, j’étais arrivée très tôt, l’équipe avait eu une opération de saisi cette nuit et je devais monter le dossier pour le briefing. On avait un type en cellule et nous étions à la recherche d’un autre gars qui pouvait être notre cible dans une possible affaire de meurtre.

J’étais donc sagement assise à mon bureau en essayant de joindre les papiers importants ainsi que les photos que nous avions besoin pour commenter l’affaire. Obs trouvait que je retrouvais tranquillement mes repères et me laissait l’espace que j’avais besoin pour me refaire la main. Comme j’avais besoin de me concentrer, j’avais dit au sergent de l’accueil que je ne voulais pas être dérangée, que j’en avais pour la journée et donc de prendre les messages.

J’avais du descendre à l’accueil pour faire signer des affidavits et des rapports d’enquête. J’avais également discuté avec le commandant pour reprendre le terrain peu à peu. Ensuite, direction photocopieuse. J’avais donc passé devant la porte principale du poste. J’entendais un peu de mouvement, mais comme je savais que beaucoup de personnes se faisaient arrêtés devant le poste et que d’autres venaient pour des renseignements, je n’en faisais pas trop de cas.

Un officier vint me rejoindre dans la salle de photocopie en me mentionnant qu’un homme était en cellule parce qu’il désirait me parler. Il semblait insistant et on avait du le contrôler pour éviter qu’il ne force la porte de l’accueil. Je ne voyais pas vraiment qui pouvait agir de la sorte simplement pour me parler, mais je demandais tout de même dans quelle cellule le jeune homme se trouvait. J’allais le retrouver après mes photocopies.

Quelques minutes plus tard, après avoir fait un détour vers le bureau pour poser mes documents confidentiels, je descendais tout en bas au sous-sol où se trouvait les cellules de confinement, les cellules temporaires et les salles d’interrogatoire. Je mis mes mains dans mes poches en scrutant les cellules jusqu’à ce que j’entende un bruit.. Arrivée devant cette cellule, le souffle me coupa. Les cheveux châtains, la belle carrure qui se dessinait à travers ses vêtements, son regard attendrissant, un regard que j’avais cru mort, disparu. J’ouvris doucement la porte. Le cœur voulait me sortir de la poitrine. Je m’approchai de lui en lui demandant de me tendre ses mains. Je sortis une clé de ma poche et lui enlevai les menottes. Spontanément, je lui frottai les poignets pour enlever la possible douleur qu’il pouvait avoir. Mon regard croisa le sien. « Salut!.. » dis-je sur un ton neutre. Cela faisait tellement longtemps… la seule personne que j’avais vu c’était Elizabeth, sa sœur… Cela me faisait penser qu’il était peut-être fâché d’apprendre que nous avions été prendre un café… La barbe lui avait poussé depuis le temps, moi qui préférait son allure de la barbe de quelques jours, cela ne me plaisait pas trop. Je ne savais pas quoi rajouter, je ne voulais pas jouer les filles gentilles qui est passé par-dessus tout ce qu’il m’avait dit. « Qu’est-ce que tu fais ici? Le sergent m’a dit que tu avais troublé la paix public… Cela ne te ressemble pas…!? » dis-je sèchement en le faisant sortir de la cellule pour le ramener à l’étage.

___________________

Watching for comets
Say my name, I'll be there. I didn't know, you should've said that you cared. It's not too late for broken hearts. Take my hand, make a wish on a star ©endlesslove.
Oliver O'Connord
avatar
Inscrit le : 22/10/2015
Messages : 1699
Avatar : Stephen Amell
Crédits : moi-même pour l'avatar & Tumblr
Date de naissance : 05/08/1985
Mes rps :
DISPONIBLE 4/5
Sujet en cours
Intrigue ~ Alex ~ Alexander1 ~ Alexander2 ~ Silver
(je privilégies les réponses courtes )

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Loulouee
• ÂGE : 25 Ans
• BLOC NOTE :


Re: I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex], le Ven 7 Juil - 4:57


Il n'était pas vraiment tendre le petit policier qui m'avait emmené en garde à vue. Enfin, si on peut considéré petit un homme qui mesure 6pi5 pour 250 lbs. J'avais beau avoir une assez bonne carrure moi aussi, malgré les entrainements et ma mise en force, je n'avais pas reçue la formation que lui avait eu en faisant l'école de Police. Même s'il avait fait trois têtes de moins et dix kilos de moins, l'Agent n'aurait eu aucune difficulté à me maitriser. Au moins, je ne tentais pas de me débattre, ce qui aurait pu aggraver la situation. Je le laissai me guider dans une petite salle fermée, demandant tout de même si on pouvait m'emmener un verre d'eau, mais tout ce à quoi j'eus droit, ce fut un regard noir et la porte se referma sur le policier qui rebroussait chemin. Je regardai mes mains menottés en soupirant, avant de m'installer sur une chaise. J'accotai mes coudes contre la table, prenant mon visage entre mes mains. Dans quelle galère je venais de me foutre...

Je ne sais pas combien de minutes s'était écoulées, mais j'avais fini par m'endormir sur la table et je me réveillais en sursaut quand mes mains tombèrent sur la table malgré moi. Le bruit des menottes contre le table me réveilla brusquement et je me redressai avant de passer une main dans ma longue barbe. Moi qui avait l'habitude d'avoir un physique soigné, une barbe bien entretenue. Aujourd'hui, je portais un misérable jeans délavé et un tee-shirt blanc. Je ne m'étais pas rasé depuis au moins deux semaines et mes cheveux étaient aussi en bataille que si je m'étais battu avec le peigne... et que ce dernier avait remporté la bataille. Je relevai la tête quand j'entendis une clé dans le serrure de la porte. Quand la personne ouvrit et que je vis Alex pénétrer à l'intérieur, je me levai d'un bond, maladroitement. Je titubais sur moi même, passant près de perdre pied -probablement à cause de la légère fatigue qui m'avait envahie quelques instants plus tôt- mais je me retenais contre la table. «Alex, dieu merci. Fais moi sortir d'ici, s'il te plait.» Elle ne dit rien, exception fait de me demander de lui tendre mes mains afin qu'elle puisse retirer ses anneaux de métal qui endolorissait mes poignets depuis trop longtemps à mon goût. Le contact de ses doigts sur ma peau me procura immédiatement une sensation de chaleur là où elle touchait. «Salut. Merci de me les avoirs enlever, c'est vraiment pas confortable ces trucs.» dis-je en affichant un mince sourire. «Je ne comprends pas comment font ces gens adeptes du SM.» tentai-je dans une plaisanterie afin que l'atmosphère ne devienne pas trop lourde, mais Alex n'avait pas le coeur à rire, je le voyais bien dans son visage, dans son attitude et dans sa voix. «Je n'ai pas troublé la paix...» Je soupirai en levant les yeux au ciel. «Bon, d'accord, peut-être que je l'ai fais, mais ce n'était pas intentionnel. Alex, j'ai demandé à te voir, on ma dit que tu étais absente au moment même où je t'ai vu passé par-là. J'ai essayé de t'appeler.» expliquai-je à la brunette en la suivant hors de la salle. «On m'aurait dit que tu ne voulais pas me voir, tout ce serait passé différemment....» Ou pas, en réalité je me connaissais pour savoir que j'aurais quand même insister. Tout en marchant, je regardai la jeune femme dans les yeux. «Je sais tout... Pourquoi tu es partie sans un mot, pourquoi tu ne m'as pas contacté pendant des semaines. Tout!» Mon regard soutenait le sien, je voulais voir chacune des émotions traverser ces yeux verts desquels j'arrivais a deviner presque tout. Je pus y lire de l'étonnement, mais elle était aussi perplexe. «Je sais que tu as un problème avec l'alcool Alex, c'est inutile de le nier.» dis-je en chuchotant au cas où il y aurait de grandes oreilles dans les alentours. «Pourquoi? Pourquoi tu ne m'as rien dit? J'aurais pu t'aider si tu m'avais laisser la chance de le faire.» Ce n'était peut-être pas grand chose, mais quand j'avais su pour le problème de la jolie Policière, dès mon retour à l'appartement j'avais vider toutes les bouteilles de bières et de vin qui trainaient dans les armoires et je les avaient jetés aux ordures.

___________________
Is it you or is it me?
Or all the words we never say?
I lose myself in all this fights
I lose my sense of wrong and right.
It's shaking from the pain that is in my head
It's not over unless you let it take you
It's not over unless you let it break you
“secondhand serenade” .narnienne.
   
Alex D. Parker
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 222
Avatar : Sophia Bush
Crédits : RIDDERMARK
Date de naissance : 19/10/1987
Mes rps :

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Jouaanie
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE : The show must go on


Re: I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex], le Dim 9 Juil - 3:56

J’étais tellement restée sur ma peine depuis la dernière fois que je l’avais croisé.. que tout ce que je pouvais me rappeler de lui c’était ses yeux… devenus sans émotion. Comment avait-il pu se motiver à revenir vers moi après tout le mal que je lui avais fait. Je croyais qu’il m’avait oublié. On patinait tous les deux. Mais je compris qu’il avait vraiment insisté auprès du sergent pour me parler… Autrement, ce n’était pas son genre de déranger de la sorte. « C’est moi qui a spécifié qu’aujourd’hui, je ne pouvais recevoir personne, ce n’était pas personnel. J’ai beaucoup de travail, c’est tout! » J’aurais donné n’importe quoi pour le revoir, je me connaissais assez bien pour cela. Son regard était tellement plus détendu, plus tendre… Je lui souriai timidement.

Il continua sur sa lancée alors que je le dirigeai vers l’escalier. « On va aller dans mon bureau, on sera plus tranquille » C’est alors qu’il me disait savoir tout. Mon corps se figea. Mon cœur palpita un peu à voir ses yeux percer mon mystère. Je roulai des yeux. « Laisses tomber Oli… » Je ne voulais pas aller là… je l’avais retrouvé… pourquoi fallait tout gâcher une nouvelle fois. Arrivée devant le bureau, j’ouvris la porte et l’invita à entrer. Je me posai sur le bord du bureau, les bras croisés. J’haussai les épaules, sans trop savoir quoi répondre. « Tu veux que je te dise quoi? » Je devrais apprendre à Lizzie à se la fermer. J’avais été prendre un café avec la sœur de mon ex petit copain et j’avais eu envie de me confier à elle… une personne différente de ma meilleure amie. Évidemment, il y avait eu une partie de moi qui avait espérer qu’elle lui en parle, mais une autre partie me laissait convaincre qu’il n’y avait plus rien entre nous, que cela ne servait à rien de s’expliquer… Il était trop tard. « C’est Lizzie qui t’a parlé? Qu'est-ce qui lui a prit à cette petite conne... » Je ne pouvais voir qui d’autre… Surtout qu’avec le temps, on s’appréciait beaucoup tous les deux et que cela m’avait brisé le cœur de devoir renoncer à elle… Elle m’avait cependant convaincue de garder contact.

Je demeurais silencieuse quelques secondes pour remettre mes idées en place. Avec une journée mouvementée, je ne pouvais pas m’attendre à une telle confrontation. Depuis ma cure, j’avais tenté de me soigner par moi-même, j’avais repris progressivement le boulot et je demeurais sage la plupart du temps. Je m’éloignais des bars et des gens peu recommandable. Voir Oliver… c’était l’équivalent de trouver une oasis pendant une grande sécheresse. J’avais eu tellement soif… soif de lui… soif de son amour, de sa chair… « Mais tu t’es vue? Tu es un avocat réputée, à la tête d’une grande firme d’avocat, tu es sérieux, je ne voulais pas être un fardeau… À côté de toi... je n'aurais pas pu faire le poids... » je me tus cherchant mon souffle. Je secouai la tête et baissai le regard… « De toute façon… je ne voulais pas d’aide… j’étais dans le déni… » je le regardai, l’envie pressante de le toucher, me coller à lui… « J’aurais cherché par tous les moyens d’obtenir la moindre goute si je l’avais voulu, tu comprends… » C’était pour cette raison que j’avais préféré m’éloigner, qu’il m’oublie et réalise que je n’en valais pas la peine… que j’étais un risque à prendre… « La nuit où tu m’as trouvé dans les ordures, les soirées où je te disais que j’étais au boulot… j’avalais un énorme quarante onze en remplissant mes rapports.. » Je ne voulais pas m’éterniser, mon cœur se nouait, je ne voulais pas qu’il parte. Je devais mettre les cartes sur table une bonne fois pour toute. Je lui offris une tasse de café en même temps de me servir.. « Oliver, tu as eu raison de m’en vouloir… je ne t’ai pas traité comme tu le mérites… Je sais bien… mais je ne sais pas quoi rajouter de plus … » lui dire que je l’aime encore me brulait les lèvres… « Et maintenant que tu sais… ça change quoi maintenant? » dis-je détachée. L’espoir était partie, même si à quelque part, je n’avais jamais renoncé à y croire.

___________________

Watching for comets
Say my name, I'll be there. I didn't know, you should've said that you cared. It's not too late for broken hearts. Take my hand, make a wish on a star ©endlesslove.
Oliver O'Connord
avatar
Inscrit le : 22/10/2015
Messages : 1699
Avatar : Stephen Amell
Crédits : moi-même pour l'avatar & Tumblr
Date de naissance : 05/08/1985
Mes rps :
DISPONIBLE 4/5
Sujet en cours
Intrigue ~ Alex ~ Alexander1 ~ Alexander2 ~ Silver
(je privilégies les réponses courtes )

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Loulouee
• ÂGE : 25 Ans
• BLOC NOTE :


Re: I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex], le Sam 15 Juil - 4:02


Je pouvais comprendre que Alex avait du boulot et qu'elle avait demandé à ce qu'on ne la dérange pas, mais ce qui m'avait mis hors de moi, c'était que la réceptionniste avait mentit sur la présence de la policière. Si elle m'avait dit qu'Alex était occupée j'aurais essayé d'avoir un numéro pour la contacter ou alors je me serais débrouiller pour qu'on m'obtiennes un rendez-vous. Même si cela n'aurait pas été possible aujourd'hui. J'avais bien mis quelques jours avant de me décider à la confronter, donc une journée de plus ou de moins, j'aurais survécu. Malheureusement, j'étais sorti de mes gonds quand j'avais mon ex petite amie de l'autre côté de la porte et voilà que j'en subissais les conséquences. À quelques part, j'espérais qu'Alex pourrait me sortir du pétrin dans lequel je m'étais fourré, mais je n'y comptait pas trop malgré tout.

J'avais attendu que nous soyons hors de la pièce pour lui dire que je savais. Je n'allais pas laisser tomber, même si Alex insistait. Pendant trop longtemps j'avais cherché à avoir des réponses à mes questions et maintenant c'était le moment où j'allais tout savoir. Je connaissais les grandes lignes, mais je voulais savoir ce qui se cachait derrière. Pourquoi s'être enfuie plutôt que de chercher du soutient auprès de moi? Pourquoi être partie plutôt que de m'avoir ouvert son coeur et ses pensées les plus sombres? «La vérité, Alex. C'est ça que je veux que tu me dises.» C'était on ne peut plus clair, non? J'entrai finalement dans le bureau suivi de la brunette qui émit tout de suite des suppositions. Même si elle tapait dans le mille, je n'allais pas creuser la tombe de ma soeur. «Premièrement, ce n'est pas important, comment je l'ai su. Tu croyais quoi? J'ai des contacts dans toute la ville, Alex. Forcément que j'allais finir par découvrir ce que tu me cachais.» Bon sang, ça avait long pourtant avant que je n'y parviennes, mais la vérité fini toujours par éclaté. «Deuxièmement, je t'interdis de parler d'elle ainsi. C'est ma soeur j'te signale. Et depuis quand es-tu aussi familiale avec elle? Lizzie, c'est la première fois que je t'entends la nommer ainsi.»

Je m'installais à une chaise en face du bureau d'Alex. Ça faisait étrange que pour une fois, les rôles soient inversés. «Revenons-en à la raison de ma présence ici. J'ai besoin de savoir, ça me ronge de l'intérieur. On était si bien, non?» Je passai mes mains sur mon visage. Je ne savais pas si elle céderait, mais je devais y croire, c'était ma dernière chance. «Un quoi? De quoi est-ce que tu parles? T'as déjà eu l'impression d'être un fardeau pendant les quelques mois passés ensemble?» Parce que moi, je n'avais jamais eu la sensation d'avoir un poids sur les épaules, dire que je ne m'étais même pas rendu compte de son problème, ça me rendait complètement fou. «T'as quand même trouvé le courage de partir en cure de désintox...» dis-je avec une pointe de déception dans la voix. «À ce moment-là, tu avais décidé de t'aider, mais tu as fais le choix de te rétablir sans moi. Est-ce que tu sais à quel point ça fait mal? On aurait du affronter ça ensemble. Tu sais bien que je ne t'aurais jamais découragé, bien au contraire. Je t'aurais rendu visite, ou alors j'aurais attendu que toi tu sois en permission, mais on aurait pu surmonter ça. Ensemble.» Oui, nous aurions pu, si tout s'était passé différemment. Hélas, la confiance était brisée et même si Alex me mentait, je ne savais pas si un jour, tout pourrait redevenir comme avant. «Ce que tu as vécut, ça a fait ressortir ton pire côté... Mais, eh, qui n'en a pas? Tu me surestimes tellement, Alex. Tu crois que je suis parfait, parce que j'ai eu une belle vie, que je suis à la tête du plus grand Cabinet qu'Austin ait connu. Je suis pas parfait, ma vie n'est pas parfaite. Et l'image que je peux projeter, je m'en contre-fous. Et si tu as cru que je me serais éloigné de toi en découvrant que tu avais un problème, alors tu ne me connais pas.» Bien sur que j'avais raison de lui en vouloir, mais au moins, maintenant je connaissais l'histoire intégralement. «Aujourd'hui, j'admets que ça change rien et tout à la fois.» Je m'avançais doucement sur ma chaise pour poser mes mains sur celles d'Alex. «Rien parce que, quoi qu'il en soit, notre relation a été brisée et qu'à cet instant, je ne saurais pas te dire si un jour, les morceaux pourront être recollés. Et tout parce que je comprends, à présent, les raisons de tes motivations et que si nous ne pouvons pas être ensemble, je peux quand même t'apporter mon aide et mon soutient. Parce qu'on peut-être amis, véritablement, sans vices cachés.»

___________________
Is it you or is it me?
Or all the words we never say?
I lose myself in all this fights
I lose my sense of wrong and right.
It's shaking from the pain that is in my head
It's not over unless you let it take you
It's not over unless you let it break you
“secondhand serenade” .narnienne.
   
Alex D. Parker
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 222
Avatar : Sophia Bush
Crédits : RIDDERMARK
Date de naissance : 19/10/1987
Mes rps :

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Jouaanie
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE : The show must go on


Re: I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex], le Sam 29 Juil - 17:13

La vérité… la vérité, il la savait maintenant. Comment pouvait-il me demander plus? J’étais pour me ridiculiser devant lui à lui raconter ma période difficile, alors qu’il ne veut plus rien savoir de moi. Et de le voir me dire que de toute manière, il l’aurait su me mit sur les nerfs. Il était là avec son air confiant comme si je pouvais rien lui cacher ou pire, que je ne serais jamais capable de lui cacher quoi que ce soit. « Et bien, tu n’as qu’à partir voir un de tes contacts si tu es si fin! Tu n’as pas besoin de moi! » Qu’il descende de sur ses chevaux le mec. Je compris ensuite que je l’avais insulté en traitant Lizzie de conne.. J’étais frustrée, ce n’était pas sensé se passer comme cela. Mais sa sœur espérait tellement que tout revienne comme avant que je ne pouvais pas lui en vouloir d’avoir jouer en ma faveur. Je la voyais les yeux tout brillants quand elle me disait que tout finirait par s’arranger, que j’étais la seule femme qui l’avait fait craquer à ce point. « Bah… disons que nous sommes devenus proches avec le temps… » Je ne pouvais quand même pas lui dire que l’on s’était à maintes reprises depuis notre rupture… Mais j’avais développé une belle relation avec sa sœur, les confidences, les soirées dans les cafés… les footings matinals…

Il passait une main sur mon visage… je fermai les yeux, comme pour savourer… comme si j’avais peur que la douceur de sa peau sur la mienne ne soit qu’éphémère. J’avais envie de lui dire à quel point il me manquait, à quel point que oui… nous étions si bien… « Je suis tellement désolée… » Ce que j’avais ajouté le rendit plutôt perplexe. Mais c’était vrai… je le pensais vraiment… Être alcoolique peu être lourd pour l’entourage qui cherche sans arrêt à contrôler les besoins et les pulsions. L’entourage qui se fait remplir de mensonges… Il l’aurait vraiment supporter? « Je ne pouvais pas te faire ça… » et je n’avais pas eu la force de lui dire, de terminer notre relation… j’avais donc préférer fuir. Il me piqua en me disant que j’avais quand même eu le courage d’aller en cure. Je soupirai.. Il n’avais aucun droit de me faire. Je n’allais pas me sentir coupable.. je ne pouvais plus me sentir coupable. « Oliver s’il te plait… on n’est plus ensemble… ça ne sert plus à rien de t’acharner sur moi… va-t-en tant qu’à me faire encore sentir comme de la merde! » Il insista pour me dire que si je ne l’avais pas écarter de cette décision, il aurait prit soin de moi, il m’aurait soutenu, encouragé.. Je roulai des yeux. Je savais au fond de moi qu’il aurait fait attention à moi… « Ce que tu comprends pas Oli… c’est que je gâchais tout… tout ce que je faisais, c’est en fonction de la prochaine bière que j’allais me chercher… Je n’étais plus moi-même. Tu te rappelles quand même de la scène que je t’ai fait au bar? » c’était vague également pour moi, mais je savais que c’était du au fait que je devais contrôler ma dépendance… Je l’avais presque humilier devant tout le monde cette fois-là. « Je ne me serais jamais pardonner si je t’avais blessé encore une fois… » même si je l’avais pourtant fait en prenant mes distances. « J’ai cru que c’était la meilleure solution.. que si tu m’en voudrais, au moins… ce ne serait pas difficile de perdre tout ce qu’on a vécut »

Je lui avais fait réalisé à quel point il était un homme connu, sérieux et que je ne faisais pas le poid devant autant de prestige et d’importance. Il se mit à me dire que l’image n’a pas d’importance et tout et tout. Je me levai aussitôt exaspéré. « Oliver… tu m’as quand même dit que toi au moins on ne te trouve pas dans les ordures aux petites heures du matin… Cela veut dire quoi pour moi tu penses? Arrête de me faire croire que tu ne penses pas une seconde que cela se pourrait que je te fasse honte! » Comment pouvait-il venir aujourd’hui me dire d’aussi belles paroles, alors que l’on avait arrêter de se parler depuis près d’un mois ou deux. Et d’ailleurs, nous nous étions pas quittés sur une belle note. Il comprenait que peu importe ce que je pouvais lui dire, nous deux c’était brisé… «Et bah… ça ne sert à rien de discuter davantage alors… » je retournai tranquillement à mon siège et préparait mes dossiers que je devais faire cet après-midi.

Je le scrutai du regard… il ne se décidait pas à partir… « Tu veux que je te dise que tu me manques depuis qu’on s’est quitté? Que je m’en veux à chaque jour qui passe? Que je regrette mon geste.. que tout ce que je voudrais c’est de t’avoir dans mon lit, me coller, me cajoler… ? Bah voilà c’est dit!!! Mais à quel prix? Tu vas encore me dire que tu es en colère, que tu n’arrives pas à croire à quel point je t’ai fait souffrir? Non merci ça va aller! » J’avais réussi à passer à travers notre relation, nos montagnes russes. Je commençais à reprendre le boulot, à retrouver une qualité de vie plus stable… Je ne pouvais pas commencer à m’excuser à tour de bras… tout était terminé, on avait clarifié tout cela… ou pas… mais quoi qu’il en soit nous avions fait le tour de notre histoire.

___________________

Watching for comets
Say my name, I'll be there. I didn't know, you should've said that you cared. It's not too late for broken hearts. Take my hand, make a wish on a star ©endlesslove.

I know your secret and... im sorry for being a fool[Olex]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: Gendarmerie-