Partagez| .

Les romans de Cissy


Nathaniel Hills
avatar
Inscrit le : 20/05/2017
Messages : 78
Avatar : Jamie Campbell Bower
Bloc notes : /

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cissy
• ÂGE : 26
• BLOC NOTE :


Les romans de Cissy, le Ven 2 Juin - 10:49

J'adore écrire ! Mais...Pas que en RPG Wink Ca fait des années que j'écris des histoires, des livres pour ma petite satisfaction personnelle Smile Et j'aime les partager faute de les faire publier pour le moment. En espérant que ça vous plaise, je vais donc poster de temps en temps ici les chapitres d'une de mes histoires intitulée "Les Clans des Astres". J'espère que vous aimez les loups ! J'espère que vous aimez les loups avec des ailes Wink Pour vous résumez un peu l'intrigue, il s'agit de deux enfants propulsés dans un autre monde peuplé de loups évolués, divisés en deux clans qui se font la guerre Smile Ca a l'air un peu classique dit comme ça, mais j'espère que ça vous plaira ! N'hésitez pas à me donner vos avis après mes posts, afin que je puisse encore d'avantage améliorer mon style d'écriture s'il faut, ou tout simplement pour me faire plaisir Very Happy Allez, c'est parti ! Bon voyage !


AVERTISSEMENT

Cette création est strictement personnelle et est soumis à la protection du droit d’auteur posé par l’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle (CPI) qui dispose que « l’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre patrimonial ». Toute personne et/ou institution et/ou agent et/ou organisme de toute structure gouvernementale, relevant le contenu de ma création, vous êtes avisés qu'il vous est strictement interdit de divulguer, copier, distribuer, diffuser, ou de prendre toute autre action contre moi par rapport à ce contenu des présentes. Les interdictions qui précèdent s'appliquent également à l'employé, un agent, un étudiant ou un membre du personnel sous votre direction.

______________________________________________



LES CLANS
DES ASTRES




_______________________________________________


LIVRE I

Il était une fois...


_______________________________________________

CHAPITRE
1
Contes, Légendes et Réalité...


_______________________________________________





"Il y a très longtemps, les Terres d'Archange étaient un havre de paix. Baptisées ainsi au nom du Grand Loup légendaire qui aurait lui-même fondé ce monde, les loups et les humains vivaient en harmonie. Cependant, tout bascula lorsqu'un couple de loups, Arkain et Engelyn se disputèrent le pouvoir de régner et la puissance que pouvait leur apporter l'énergie des Astres, le Soleil et la Lune.
Arkain croyait en la chaleur bienfaitrice du Soleil tandis qu'Engelyn vénérait la pureté bienveillante de la Lune. Certains loups étaient de l'avis d'Arkain et d'autres de celui d'Engelyn. Un conflit s'ensuivit et les loups se divisèrent en deux clans, le monde en deux royaumes. Les humains, pris dans les conflits, furent presque exterminés. Les survivants se reculèrent vers les frontières.
Depuis lors, les loups vivaient chacun de leur côtés, chacun des clans étant persuadé d'être le plus puissant à l'Astre véritable."


- Mais il se fait tard, vous saurez la suite demain.
- Oh maman !
La femme referma le livre à la couverture verdoyante sur laquelle scintillait en lettres dorées le gros titre "Les Clans des Astres". Vêtue d'une robe de chambre bleue ciel, la femme aux cheveux marron ne dépassant pas le lobe de ses oreilles se leva du petit lit sur lequel étaient assis deux enfants : Jack et Lily. Ils étaient les deux petits cadets d'une famille de trois enfants qui vivait dans la campagne de Montréal, au Québec. Jack et Lily avaient respectivement neuf et six ans et étaient passionnés de contes et légendes. Le livre que leur lisait leur mère avait été trouvé chez un brocanteur qui affirmait le faible nombre de représentants de cet ouvrage. De ce fait, le roman en lui-même, avait coûté cher.
- Allez Jack, ordonna Madame Rivel, retourne dans ta chambre. Et toi Lily, au lit.
Le petit garçon aux courts cheveux châtains sauta du lit dans son petit pyjama rouge et sortit de la chambre docilement pour rejoindre la sienne, juste à côté. Il n'était pas plus haut que trois pommes du point de vue d'un adulte mais faisait tout de même deux tête de plus que sa jeune sœur. Ses pommettes innocentes se dessinaient à chacun de ses sourires et la lueur pétillante de son regard définissait un esprit espiègle et curieux. Lily avait hérité des cheveux bruns de sa mère, qu'elle avait jusque sous les oreilles, mais des yeux verts de son père. Vêtue d'une chemise de nuit rose, elle se glissa sous la couette de son lit encore trop grand pour elle. Son petit nez était encore celui d'un bébé et quand elle étirait un sourire, on voyait encore le trou marqué dans sa bouche par une dent de lait récemment tombée. Sa chambre d'ailleurs, était toute faite pour une enfant de son âge, avec des jouets traînant un peu partout sur le tapis aux motifs d'éléphant violet brodé dessus, une maison de poupée rangée dans un coin de la pièce, un petit bureau couvert de dessins et de crayons de couleur ainsi qu'une grande commode près de la fenêtre saupoudrée de peluches en tout genre.
- Bonne nuit Lily, fit sa mère avant de l'embrasser sur le front et de quitter à son tour la chambre en éteignant la lumière et fermant la porte.
- Bonne nuit maman, répondit l'enfant avant de fermer les  yeux et de commencer  à songer au récit de ce soir.

- A ton âge, tu ne devrais plus écouter ce genre d'imbécilité.
- Tais-toi, moi j'aime bien !
Le jeune Jack était retourné dans sa chambre, qu'il partageait non sans mécontentement avec son frère aîné, un jeune homme d'une quinzaine d'année qui arborait de raides cheveux mi-long qu'il tenait châtains de son père également. Il en avait la verdure de ses iris et n'avait de Madame Rivel qu'une stature d'autorité parentale trop mal placée et qui déplaisait grandement à son frère cadet, ce dernier n'appréciant guère toute morale qu'on pourrait lui donner.
- Gabriel, veux-tu bien arrêter d'embêter ton frère ? intervint alors la mère des deux enfants en pénétrant dans la pièce bien plus grande que la précédente.
Elle s'empressa de fermer les volets de la fenêtre, ne laissant que la lumière artificielle des lieux éclairer la chambre des garçons qui était divisé en deux parties. Dans chacune des parties, il y avait un lit et un bureau. Une grande armoire à porte en miroir coulissante était partagée pour les deux frères. Le côté de Gabriel désignait un bureau en désordre où se mêlaient ordinateur portable, classeur et cahier en tout genre ainsi qu'une lampe à bulle débranchée dans un coin du meuble, prête à tomber. Le sol, relativement libéré, ne contenait qu'un skate pour seul occupant. Jack avait su ranger un peu mieux son bureau. Il le fallait bien pour y installer sa collection de figurine de loups en toutes les matières, joliment arrangé. Il y en avait en plâtre, pâte à sel, plastique, céramique, bois, faïence…Des petits loups dans toutes les positions : assis, debout, couché, en train de hurler, de gronder, de dormir…Dans un tiroir du bureau se trouvait un imposant livre traitant du sujet lupin. Jack avait cet animal pour favori. Le sol de son côté de la chambre en revanche, était tapissé d'un tapis de route sur lequel il fallait faire attention de marcher pour ne pas écraser une de ses petites voitures, motos ou autobus.
Les deux frères rejoignirent leur lit respectif, situé à chaque extrémité de la chambre.
- Allez, bonne nuit les enfants, lança Madame Rivel.
- Bonne nuit maman ! s'exclamèrent les enfants en chœur.
La porte fermée, la femme, qui portait le magnifique prénom de Maria, longea le couloir de l'étage, faisant virevolter les pans de sa robe de chambre au gré de ses pas et de sa gracieuse silhouette. La maison était calme et plongée dans l'obscurité nocturne, tout comme l'extérieur. Elle pouvait enfin rejoindre à son tour sa chambre à coucher où l'attendait son mari, déjà installé dans le grand lit. On pouvait à présent y déceler les héritages de ses enfants en lui, en découvrant sa crinière châtain, courte, mais en bataille, ainsi que ses yeux d'émeraude, agrandit derrière les verres de ses petites lunettes rectangulaires. Il était un peu plus âgé que sa femme et cela se voyait dans les faibles rides qui commençaient déjà à prendre forme au pourtour de ses lèvres et de ses yeux. Maria ne devait sa jeunesse qu'à ses produits de toilette qui vantaient tant la beauté éternelle des femmes.
- Alors ? demanda l'homme au retour de sa femme, ils sont couchés ?
- C'est beaucoup plus facile une fois qu'ils ont eu leur dose de magie, répondit Maria en déposant le précieux ouvrage sur sa table de nuit avant de se coucher aux côtés de son mari qui se nommait William.
C'était un homme sans grande ambition mais son emploi dans la comptabilité d'une entreprise a permis à sa famille de vivre sans manquer de rien avec une femme au foyer, qui s'était promis de retrouver un emploi à son tour une fois ses enfants grandit. Le couple avait récemment fêter ses vingt-cinq ans de mariage et l'harmonie parfaite régnant dans la maison laissait supposé que deux autres décennies pourront se dérouler sans encombres.
- Ils commencent à grandir tout doucement, assura le père, bientôt, ils n'auront plus besoin de ça et s'accrocheront à la réalité comme tout le monde.
- Je trouve déjà que Jack est trop grand pour ça, songea la mère, mais il est si influencé par sa sœur.
- Avec du temps, ça viendra.
Maria n'en était étrangement pas convaincue. Elle jeta un regard à William qui prit ses aises sous la couverture puis se consentit à éteindre la lampe qui se trouvait sur sa table de nuit, plongeant finalement toute la maison dans le noir absolu.

***

- Reviens ici que je t'étrangle !
- Maman !
Jack déboula les escaliers de la maison à toute vitesse, suivit en rafale par Gabriel, qui manqua une marche ainsi que la chute de peu. Son frère cadet se rua dans la cuisine où Maria était en train de préparer le déjeuner. A l'entente du vacarme, elle fit volte-face devant Jack qui se réfugia à l'abri près d'elle tandis que Gabriel fit irruption l'instant d'après.
- Qu'est ce qui se passe encore ? demanda la jeune femme.
- Il m'a pris ma console et s'il ne me l'a rend pas, je lui fais manger l'écran qui va avec ! s'écria le jeune homme en fureur.
- Emprunter ! répliqua Jack avec insistance et colère dans la voix, je l'ai juste emprunté !
- Gabriel, ne peux-tu pas prêter des choses à ton frère ? demanda la mère d'un air frustré.
- Il n'a qu'à en avoir aussi et surtout pas les prendre en douce ! riposta Gabriel dans son caprice.
- Ne commence pas !
Irrité, l'aîné se résigna et quitta la cuisine non sans bousculer au passage la petite Lily qui venait de descendre à son tour vers la pièce. Celle-ci n'ayant pas assisté à la scène, ne prit pas mal le geste car, futée comme elle était pour son âge, elle se doutait néanmoins de la naissance de la querelle.
Le repas enfin prêt, la famille fut réuni à la table à l'exception du mari, trop prit par son travail pour rentrer le midi déjeuner à la maison.
- Alors Jack, tu vas retourner à la chasse avec papa ce week-end ? demanda Maria avant de prendre une fourchette de petits pois.
- Oh oui ! s'enthousiasma le jeune garçon.
- Maman…marmonna Lily, moi aussi je pourrais y aller ?
- Tu n'as pas peur de croiser un loup ? demanda Jack avec le sourire.
- Ce que t'es bête ! coupa Gabriel en arrachant un morceau de son steak, il n'y a pas de loup dans cette forêt.
- Sois gentil avec ton frère, ordonna aussitôt la mère, Lily, je crains que tu ne sois trop jeune…
- S'il te plaît maman ! insista l'enfant, désespérée.
- J'ai dit non Lily, n'insiste pas.
La petite fille afficha un air boudeur, gonflant les joues, effaçant tout sourire et fronçant les sourcils en plissant son petit front. Maria reprit son repas comme si de rien n'était et Gabriel feignait l'indifférence. Seul Jack prêtait attention aux désirs de sa jeune sœur, compatissant ses sentiments d'un regard. Les deux enfants avaient toujours été très proches, et très complices. Ils partageaient énormément de chose et avaient pour ainsi dire, quasiment les mêmes goûts.

___________________


Nathaniel Hills
avatar
Inscrit le : 20/05/2017
Messages : 78
Avatar : Jamie Campbell Bower
Bloc notes : /

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cissy
• ÂGE : 26
• BLOC NOTE :


Re: Les romans de Cissy, le Ven 2 Juin - 10:50

CHAPITRE
2
Echappés, Egarés et Transportés…



- Lily ! Lily !
Jack courrait le long du couloir à l'étage des chambres jusqu'à la porte de celle de sa petite sœur où il entra en trombe. Lily était assise à la fenêtre de sa chambre à cheval sur un petit coffre où elle rangeait ses plus belles poupées. Elle ne regardait pas son frère et ses yeux se perdaient dans le lointain extérieur tristement.
- Je n'ai pas envie de jouer, maugréa-t-elle.
- Tu es fâchée ? demanda son frère en s'approchant d'elle.
- Maman est injuste avec moi !
- Elle dit que c'est trop dangereux pour toi.
- C'est pas vrai !
- Non, ce n'est pas vrai. Moi je le sais puisque j'y suis déjà allé.
Lily se tourna brutalement vers Jack et serra les poings en frappant dans le vide.
- Alors emmène-moi avec toi ! supplia-t-elle.
- Je ne peux pas…répondit le garçon, dépité, maman l'interdit.
- Jack…
Il était très hésitant et très mal à l'aise. Il n'aimait pas désobéir à sa mère mais ne voulait pas décevoir sa sœur. De plus, la voir malheureuse l'attristait. Elle était tout pour lui, ce petit être à défendre, à soutenir, à consoler. Jack n'avait que trois ans de plus qu'elle, pourtant, il prenait son rôle de grand frère très à cœur. Il avait partagé des moments avec elle qu'il n'avait jamais pu partager avec ses parents ou même avec Gabriel. Par ailleurs, Lily était cette fraternité si aimante pour lui contrairement à son frère aîné qui le haïssait et passait son temps à jouer les gros durs avec lui. Jack se montrait d'une attention toute particulière envers Lily, un lien comme on aimerait en voir dans toutes les familles. Il serait perdu sans elle, et elle serait rien sans lui. Quand à Lily, elle voyait Jack aussi bien comme son frère que comme son confident le plus fidèle. Un journal intime à qui elle pouvait tout confier. Une coquille dans laquelle elle pouvait s'enfermer. Il était l'épaule sur laquelle elle pouvait pleurer. Il était les bras présents pour l'aider.
- Bon d'accord, finit par dire le jeune garçon devant les yeux doux de sa frangine, mais j'ai une idée. On va sortir rien que toi et moi cette nuit.
- La nuit ? répéta Lily.
- Bien sûr, tu as peur ?
- Non…
- Alors on ira ! En plus, cette nuit, c'est la pleine lune. La forêt sera toute éclairée et il paraît que c'est magnifique. Alors ? Tu es d'accord ?
- Oui !
Son sourire radieux était revenu d'un seul coup, éclairant par la même occasion le visage de Jack qui fut ravi de voir sa sœur retrouver la joie. Il voulait toujours tout faire pour lui faire plaisir et ne voulait jamais la voir malheureuse. Les joues rondes de Lily rougissaient de plaisir et ses yeux pétillaient d'impatience. Elle et Jack étaient toujours partant pour faire les quatre cent coups ensemble.
- Je te chercherais quand le moment sera venu, ajouta le garçon à l'oreille de la petite fille qui hocha joyeusement la tête.
Tout à coup, la voix de Maria s'éleva du rez-de-chaussée, interrompant le complot de la fratrie :
- Lily ! Tu veux faire des cookies avec maman ?
- Oh oui ! s'exclama l'enfant en bondissant de la fenêtre avant de sortir de la chambre et de descendre à la cuisine, suivit par Jack qui se mêla à la course en riant.

Les deux enfants passèrent beaucoup de temps à faire des gâteaux dans la cuisine auxquels ils auront droit pour le goûter. L'après-midi passa rapidement grâce à cette activité gourmande et le soir s'annonça avec le retour à la maison du père de famille.
- Bonsoir tout le monde ! s'exclama-t-il en franchissant le seuil de la porte d'entrée.
- Bonsoir mon chéri, répondit Maria, la première à venir à sa rencontre pour le saluer à la manière d'un couple respectif, tu rentres tard ce soir non ?
- Oh ? Tant que ça ? ironisa l'homme dans un rictus plaisantin mais sa femme n'avait pas tort puisque tout le monde était déjà à table à l'attendre.
- Maman a dit que nous allions manger sans toi si tu tardais trop, lança Gabriel depuis la salle à manger sans que son père ne puisse toutefois le voir depuis l'entrée.
- Vraiment ? s'amusa-t-il malgré tout, vous n'auriez pas osé.
- Maman est capable de tout ! ajouta Jack, également depuis sa place alors que son père venait de pénétrer la salle à manger, prêt pour le dîner et accompagné par sa femme.
- Pour ça Jack, répondit l'homme, je te crois sur parole ! Alors les enfants, qu'est-ce que vous avez fait de beau aujourd'hui ?
- Des cookies ! ria Lily sous le regard complice de Jack.
- Parfait ! Papa aura de quoi grignoter dans la journée.
- Moi aussi ! intervint Gabriel.
- Tu n'avais qu'à nous aider ! riposta Jack à l'adresse de son frère.
- De quoi je me mêle demi-portion ?
- On se calme les enfants, ordonna la mère en haussant le ton.
- Votre mère a raison, approuva William, prenez donc exemple sur votre sœur.
- Maman ? demanda alors Lily, choisissant ce moment précis pour prendre la parole.
- Oui ?
- Tu continueras l'histoire ce soir n'est-ce pas ?
- Bien sûr ma chérie, si tu termines ton assiette.

***

La nuit était tombée rapidement sur la campagne québécoise qui était à présent plongée dans le calme et l'obscurité. Il faisait froid dehors et les étoiles semblaient être des éclats de glace éparpillés dans le ciel. Dans la pénombre de sa chambre, une silhouette ne craignait pas de quitter la chaleur de ses couvertures. Jack traversa la pièce silencieusement en jetant un furtif regard vers le lit de son frère endormi. Discret, il ouvrit la porte avec une patience extrême en ne cessant de prier intérieurement qu'elle ne grince pas. Par chance et coup de main habile, il y parvint, et s'éclipsa dans le couloir obscur. Tel un commando en mission, il ne fut bientôt qu'une ombre longeant le mur pâle du couloir, ne pouvant s'aider que de sa connaissance des lieux pour se repérer. Ce fut un jeu d'enfant pour lui de se rendre dans la chambre de sa petite sœur qui attendait déjà son arrivée, assise sur son lit, ayant revêtue des habits du jour en un pull rose pâle et un petit pantalon bleu. Jack n'avait fait qu'entrouvrir la porte de sa chambre. D'un signe de la main, il supplia l'enfant de ne pas faire de bruit. Lui aussi était déjà prêt pour sa balade nocturne avec son haut épais et noir, adapté à son opération furtive dans la maison et son pantalon marron.

Jack avait pensé à prendre sa lampe de poche, sans toutefois osé l'utiliser à l'intérieur de la maison. Les deux enfants rejoignirent l'entrée avec succès. Ils mirent leurs plus chaudes bottes et leurs petites vestes à capuches avant de quitter le domicile. Pour ce faire, il n'y avait rien de plus facile que d'attraper le trousseau de clé qui pendait au côté de la porte et Jack était assez grand pour ça.

La lisière de la forêt ne se trouvait qu'à quelques mètres de la maison. Grâce à la pleine lune, il faisait clair dehors. Jack et Lily sortirent sur la route principale qui passait à proximité mais se contentèrent de la traverser pour aboutir plus loin aux abords de la forêt où Jack attendit ce moment précis pour allumer sa lampe de poche.
- Ne t'éloignes surtout pas de moi, conseilla-t-il, tu pourrais te perdre. Tu n'as pas peur ?
- Je n'ai pas peur parce que tu es avec moi, répondit Lily avec un sourire d'ange.
Confiants, ils s'enfoncèrent dans les profondeurs des bois sous la clarté lunaire. La petite fille était ravie même si la forêt présentait une atmosphère assez angoissante. Elle puisait dans le courage de son grand frère pour en avoir autant. Au fond d'elle, elle n'était pas vraiment fière d'une telle désobéissance des lois de la maison, mais il était arrivé un moment où elle avait pris pour la première fois une décision par elle-même, une chose nouvelle pour elle, qu'elle ne semblait pas vouloir lâcher.

Au bout d'une demi-heure de marche, Jack jugea qu'il était temps de rebrousser chemin. Il n'aimerait pas du tout que leur escapade soit découverte. Après quelques détours au coin des arbres, il s'arrêta et brandit sa lampe au bout de son bras, parcourant les alentours de son faisceau de lumière, faisant virevolter des ombres derrière les arbres et les buissons.
- Jack ? interrogea Lily en levant son regard vers le visage indécis de son frère.
- Euh…hésitait ce dernier, je ne suis plus sûr du chemin.
- On est perdu ?
- Non, non ! Juste égaré…Ne t'en fais pas, je vais retrouver la route.
Le jeune garçon fit un pas en avant, mais la main de sa jeune sœur dans la sienne émit une réticence, accompagnée de sa petite voix criarde :
- Là Jack ! Là regarde !
L'enfant sautillait sur place à ses côtés. Elle pointait de l'index une direction où une lueur bleutée se faisait voir au loin, entre les arbres. Ca paraissait immobile. Jack plissa les yeux, mais il ne pouvait rien distinguait de plus que ce qu'il ne voyait déjà. Il en restait sceptique.
- Qu'est-ce que c'est ? La maison ? La ville ?  se demandait-il.
- Il faut aller voir ! s'exclama Lily, intenable, impatience et inconsciente.
Toujours aussi intrigué, Jack se consentit néanmoins à accéder à la requête de sa frangine. Tous deux suivirent ainsi le chemin dénoncé par la lumière étrange. Très rapidement, un bruit d'eau se fit entendre. Plus fort qu'un clapotis, moins puissant qu'une vague. Bientôt, les deux enfants débouchèrent devant une petite cascade qui parcourait un amas de rochers en s'écoulant dans un petit point d'eau depuis une courte falaise. La lumière aux allures surnaturelles provenait d'un point qui semblait se trouver derrière la chute d'eau.
- Qu'est-ce que c'est ? se demandait Jack en contemplant la cascade avant d'attarder son regard en son centre, là où se trouvait la lueur bleue.
- C'est joli ! s'exclama sa jeune sœur en s'approchant de la source.
- Tu ne devrais pas…
- On va voir ce que c'est ! C'est peut-être un trésor !
- Ca, ça m'étonnerait…
Mais Lily était terriblement têtue. Elle ne rechigna pas à la tâche. Jack dû à nouveau se résigner à la suivre, par manque d'autorité et de volonté. La petite fille avait déjà entamé la montée de rocher, plutôt habilement. Ses mains parcouraient sans trop de peine la roche humide, son visage continuellement éclaboussé par la petite chute d'eau d'à côté. Quand Jack l'a rejoignit, il l'aida par derrière, de peur qu'elle ne glisse et fasse une douloureuse chute. Lily parvint enfin à se retrouver à la même hauteur de la cascade où se trouvait la lumière et s'écria de surprise :
- Oh Jack ! Viens voir, regarde !
- Quoi ?
Le garçon grimpa à son tour à la même hauteur que Lily qui lui fit découvrir que la chute d'eau cachait l'entrée de ce qui semblait être une grotte. Sans aucune hésitation, elle se libéra de l'emprise de son frère et passa rapidement sur les pierres glissantes qui passaient derrière la cascade avant de s'engouffrer dans le trou rocailleux.
- Non Lily ! cria Jack en essayant de la rattraper en vain, frôlant à peine le pan de sa petite veste.
Il ne perdit cependant pas de temps à se jeter  à son tour dans la caverne qui formait un tunnel, manquant de peu dans sa précipitation de glisser sur un rocher et de chuter avec le flux de la cascade.
- Lily ? appela-t-il, ayant perdu sa sœur de vue, Lily ce n'est pas prudent !
Il rampait désormais dans ce terrier rocheux comme un ver de terre dans sa galerie. Lily était bien plus fine et petite que lui, c'était la raison de la rapidité avec laquelle elle avait faussé compagnie à son frère. L'écho de l'appel de ce dernier se diffusa le long des parois et à sa joie, lui revint une réponse :
- Jack ! Viens voir !
Le garçon essayait tant bien que mal d'accélérer l'allure. Sa veste le protégeait de la roche qui pourrait lui râper la peau à force de s'y frotter pour avancer à la manière d'un serpent. Enfin, le tunnel s'élargit d'un seul coup en un espace réduit et sans issue. Sortant du trou, il aperçut Lily qui se tenait accroupit au bord d'un étrange petit bassin dont l'eau scintillait comme si elle était remplit de paillettes. Cette illumination était dû aux rayons de la pleine lune qui parvenaient à éclairer la source en ayant trouvé un passage d'une petite ouverture au plafond de la caverne que Jack ne remarqua qu'au dernier moment. Fasciné, le garçon figea son regard sur l'eau limpide et lumineuse. Il se demandait même si c'était réellement de l'eau.
- Tu as vu ? lança subitement Lily en lui adressant un grand sourire qui dévoilait toutes ses petites dents, c'est super joli !
Jack soupira de soulagement. Finalement, il n'y avait rien de dangereux en ces lieux. Le problème posera plutôt pour en ressortir. Sa sœur n'était pas déçue de cette balade en forêt et c'était ce qui le ravissait le plus. Il décida d'en profiter également et contempla le liquide scintillant comme les écailles du plus beau des poissons.
- Tu crois que je peux toucher ? demanda l'enfant en tendant la main vers l'étang étoilé.
- Non Lily, on ne sait pas ce que c'est !
Mais il était trop tard. Dès que les doigts de la petite fille effleurèrent la surface de l'eau, elle se fit violemment aspirée dans le bassin en lâchant un cri strident. Jack se jeta sur elle pour la rattraper et eut tout juste la chance de se raccrocher à elle avant que tout deux ne disparaissent.

___________________


Nathaniel Hills
avatar
Inscrit le : 20/05/2017
Messages : 78
Avatar : Jamie Campbell Bower
Bloc notes : /

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cissy
• ÂGE : 26
• BLOC NOTE :


Re: Les romans de Cissy, le Ven 2 Juin - 10:51

CHAPITRE
3
Voyage, Découvertes et Dangers…




Ayant l'impression de sombrer dans le vide, Jack et Lily ne purent s'empêcher d'hurler à plein poumon, leur main s'étreignant le plus fort possible, de peur d'être séparés si jamais ils lâchaient prise. Les yeux fermés, ils ne savaient pas dans quoi ils tombaient mais ce n'était pas de l'eau, c'était comme chuter dans le ciel. Une chute qui parut à la fois interminable et très courte, quand tout à coup ils s'écrasèrent lourdement sur un sol dur, rocheux, noir, humide et froid, sans pouvoir s'en apercevoir par eux-mêmes. Ils avaient perdu connaissance.

Ce noir, ce gouffre. C'était la première fois qu'ils y étaient confrontés. Alors qu'un temps indéfini s'était écoulé, Jack s'éveilla le premier. Ses paupières s'ouvrirent non sans peine. Il ressentit la douleur de la chute, et la sensation désagréable de s'être effondré dans une position inconfortable. Sur ses deux mains, il prit appuie pour se redresser. Son corps était endolori mais il parvint tout de même à s'asseoir. Cependant, ses esprits furent rapidement récupérés. Le garçon regarda autour de lui, ayant l'impression de ne pas avoir bougé de la grotte. Il y avait toujours ce petit bassin au centre de cette chambre caverneuse, scintillant. Soudain, son regard s'abaissa sur le visage de Lily qui était allongée à ses côtés et ne répondait d'aucun mouvement.
- Lily ! s'angoissa-t-il, est-ce que ça va ?
L'enfant fut parcouru d'un frémissement, avant de remuer légèrement et d'ouvrir les yeux. Ses prunelles verdoyantes se déposèrent sur le visage inquiet de son frère. Ce dernier fut néanmoins grandement rassuré de voir sa sœur sortir de l'inconscience.
- Jack ? Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Je ne sais pas. Je ne sais pas du tout ce qui est arrivé.
Le jeune garçon était réellement décontenancé de la tournure des évènements. Lily s'assit à ses côtés. Elle avait eu plus de peur que de mal. Elle regarda le trou dans la paroi de la grotte qui donnait sur le tunnel. Le son doux de la cascade se faisait toujours entendre.
- Sortons d'ici, conseilla Jack avant de prendre la main de sa jeune sœur pour retourner dans le terrier rocailleux et revenir vers la surface.
Lily derrière lui, le garçon longeait les parois humides de la caverne jusqu'à arriver face à la petite chute d'eau qui formait un rideau rendant l'entrée de la grotte invisible aux yeux extérieurs. Comme pour y entrer, les deux enfants passèrent derrière elle en s'accrochant aux quelques rochers qui dépassaient du mur rugueux, le descendant ensuite prudemment pour ne pas risquer de glisser, et revenant finalement sur le sol herbeux. Ce fut une fois dehors qu'ils remarquèrent qu'il faisait déjà jour. Jack, qui était arrivé à terre le premier, récupéra Lily dans ses bras pour l'aider à descendre. Tous deux firent ensuite volte-face mais se figèrent sur place, les yeux écarquillés. L'endroit où ils se trouvaient était entouré de palmiers et autres arbres tropicaux. L'herbe claire au sol était parsemée de nombreuses et grandes fleurs aux couleurs chatoyantes. Une magnifique petite clairière s'était dressée devant eux et à quelques pas sous leur nez se trouvaient les cocotiers qui barraient la vue à tout ce qui pouvait se trouver derrière. En revanche, ils n'empêchaient pas l'arrivée d'une étrange odeur d'algues et de sel aux narines des deux enfants interloqués, ni même l'agréable chant de vagues, apporté par une douce brise. Il faisait chaud. Jack et Lily levèrent les yeux vers un magnifique ciel d'azur qui planait au-dessus de leurs prunelles ébahies.

Le frère et la sœur se donnèrent la main, incrédules, et marchèrent doucement vers les arbres des tropiques. L'haute et belle herbe leur effleurait les bottines. Les fleurs étaient si belles et imposantes qu'ils n'osaient pas les piétiner et les contournaient soigneusement. Etaient-ils dans un rêve ? Ils se seraient endormis durant leur excursion dans la forêt ? Ou bien n'étaient-ils même pas sortis de leur lit ?

Ils avaient l'impression de traverser une petite jungle tout droit sortie d'un monde féerique. Guidés par le son familier de la houle marine, les deux enfants débarquèrent très vite sur un sol jonché d'une couche sableuse, presque blanche. Dans leurs manteaux, ils avaient très chaud. Le soleil les frappait comme le zénith de midi aux Canaries. Devant eux s'étendait ainsi l'immensité d'une mer ou d'un océan aux vagues scintillantes et à l'écume d'ivoire s'étalant un temps sur la rive avant de reculer, rappelées par l'horizon. Devant ce paysage de rêve, les deux enfants demeuraient sans voix, les yeux ronds comme des soucoupes. Ils restaient immobiles devant le ressac d'eau turquoise qui caressait doucement dans un rythme régulier le sable fin et chaud d'une plage baignée de soleil sous un ciel sans nuage.
- Où sommes-nous ? demanda Jack, absolument abasourdi en faisant ses premiers pas sur la plage, lâchant la main de sa jeune sœur qui le suivait tout en retirant sa veste qui la faisait suer.
- C'est vraiment joli ici ! s'exclama-t-elle avant de s'élancer dans une course folle le long du ressac, jetant sa veste de côté au passage et riant aux anges.
Jack resta sur place, la suivant du regard. Il s'intéressa un instant à l'étendu de la place de sable qui semblait continuer infiniment en une côte constamment bordée de cette luxuriante et charmante jungle fleurie. Le regard marron du garçon s'attarda finalement sur l'horizon de l'océan où une forme au loin se dessinait, probablement une petite île. Lily revint près de son frère aussi vite qu'elle en était partie, sautillante de plaisir telle une sauterelle un matin de printemps.
- On ferait mieux de ne pas traîner dans le coin, lui dit alors Jack, une pointe d'inquiétude suite à ce décor trop parfait pour être vrai.
- Où va-t-on aller alors ? demanda l'enfant en cessant son manège et l'interrogeant du regard.
- Je ne sais pas, mais on finira bien par tomber sur quelqu'un qui pourra nous aider. Suis-moi Lily.
Il lui prit à nouveau la main et retourna sur ses pas pour retourner au sein de la petite jungle de laquelle ils étaient tous deux sortit.

Main dans la main, les deux enfants ne restèrent pas longtemps dans cette végétation tropicale qui se transforma, au fur et à mesure de leur progression, en une étrange forêt d'arbres épais et couvert de mousse aux imposants feuillages qui cachaient le soleil. De grosses racines sortaient du sol et rendaient gênant l'avancement des deux enfants qui devaient faire preuve de prouesses acrobatiques pour les contourner ou les franchir. Certains arbres étaient même renversés, servant parfois de pont pour passer de petits ruisseaux et sur lesquels poussaient d'étranges champignons de couleur variantes du bleu turquoise au noir charbon. Par moment, le piaillement d'oiseaux qui passaient par là troublait le silence de cet environnement plongé dans une certaine quiétude. Jack, cependant, observait les alentours avec prudence tandis que Lily était tout simplement émerveillée par ce qui lui arrivait.

Après un long moment de marche, Jack était sur le point de s'arrêter pour souffler lorsqu'un mur de pierre rongé par la mousse et le lierre surgit d'entre les arbres. Il avait l'air de constituer la paroi d'une immense et ancienne bâtisse dévorée petit à petit par la forêt et les effluves du temps. Légèrement anxieux, Jack ne lâcha pas la main de sa sœur et décida de contourner les lieux en longeant l'empilement de pierres verdâtres et grises. Ce bâtiment, quel qu'il soit, était vraiment grand mais se désagrégeait à vue d'œil. Il devait dater de plusieurs siècles. Personne ne semblait l'habiter. Des trous s'étaient formés dans les murs, il y avait des fenêtres brisées et des vitraux ternis de poussière.
- On dirait une sorte de vieille église gigantesque qui tombe en ruine, marmonna Jack qui détaillait le monument du regard.
Tout à coup, Lily se libéra de son emprise et s'engouffra en courant dans l'entrebâillement d'une lourde porte de bois, aux gonds et à la poignée rouillés, comme si elle avait aperçu quelque chose.
- Non Lily ! s'écria Jack prit au dépourvu.
Evidemment, la frangine ne l'écouta pas et disparue aussitôt. Son frère n'eut pas d'autre choix que de s'élancer derrière elle, pénétrant l'inconnu.
L'intérieur paraissait encore plus grand que l'extérieur. On aurait dit le hall d'un palais venant d'une autre époque. On repérait la présence d'un étage grâce à une mezzanine longeant les murs à plusieurs mètres du sol possédant de sombres ouvertures. Ces passerelles bardées de barrières aussi vertes que le reste des lieux étaient soutenues par d'impérieuses colonnes de pierres. Le plafond ne dominait pas toute cette immense salle car un énorme trou, probablement dû à un éboulement, laissait passer la lumière du jour qui éclairait les débris de brique et de rochers qui s'étaient effondrés au sol. Autre que les éboulis, il y avait des racines partout qui sortaient de la terre, soulevant les vieux dallages craquelés de la bâtisse. Tout paraissait tellement vieux et détruit, qu'à part les amas rocheux anéantit et la nature qui reprenait ses droits, on ne distinguait rien d'autre sur quoi mettre un nom. Les murs, tout comme tout promontoire présent, étaient envahis de plantes grimpantes qui s'en donnaient à cœur joie.
- Lily ? appela Jack d'une voix incertaine.
Si l'endroit avait été complétement fermé, il y aurait probablement eut un écho comme dans une chapelle. Pour cette option, le garçon n'avait pas osé hausser trop son appel. Mais en se rendant compte qu'il ne risquait pas d'attirer une quelconque attention malsaine sur lui, il s'apprêta à renouveler son cri lorsque la voix de sa sœur se fit entendre :
- Viens voir Jack !
Le garçon risqua un premier pas et manqua de trébucher sur une pierre glissante. Il chercha sa sœur du regard. Finalement, il l'aperçu à l'autre bout du grand hall, au sommet d'un large escalier à l'état des marches douteuses, sur une plate-forme qui se divisait en deux passerelles rejoignant les mezzanines de l'étage. Faisant plus attention où il mettait les pieds, Jack traversa habilement le hall jusqu'à l'escalier qu'il monta en se tenant à la rambarde poussiéreuse. Il finit enfin par rejoindre sa jeune sœur. Celle-ci pointa l'index devant elle. Contre le mur, au centre de la plate-forme, se tenait une statue, ou plutôt deux, que Jack n'avait même pas remarqué de loin. Et pour cause, elles étaient toutes deux vieillies comme la pierre des façades et se confondaient dans le décor. L'une des deux statues représentait un homme d'âge mûr, vêtu d'une tunique resserrée par une ceinture. Sa main frôlait l'encolure d'un grand loup qui se dressait fièrement à ses côtés. Jack considérait les personnages avec inquiétude. Il baissa son regard sur le piédestal qui les portaient, sur lequel était gravé un soleil et une lune s'effleurant le rebord de leur cercle respectif. Il restait de petites traces de couleurs jaune et bleue pour chacun des deux astres, effacées par le temps.
- Je me demande où on est, bredouilla Lily.
- Moi aussi…répondit son frère sur un ton quelque peu désespéré, sachant pertinemment qu'ils n'étaient plus dans la campagne canadienne.
- Regarde !
Une fois de plus, Lily se déroba, vive comme l'éclair, en empruntant l'appontement de droite, toujours suivit de Jack. Elle se stoppa. Il en fit autant. Sur la façade que longeait l'estrade s'étalait une grande fresque qui suivait la passerelle jusqu'au premier angle au loin. Jack et Lily suivirent le chemin au-dessus du hall en contemplant les gravures qui avaient l'air de raconter une histoire. Ils y voyaient des loups. Des loups qui couraient, qui chassaient, qui jouaient. Certains étaient vraiment étranges, arborant de grandes ailes d'aigles, d'autres des colliers ou des bracelets, d'autres de grandes oreilles, de longues queues, un pelage abondant, des griffes immenses, des crocs luisants. Il n'y avait hélas plus de couleurs, éteintes comme les autres. Les loups pourvus d'ailes volaient en cercle autour d'un soleil et d'une lune, ceux qui restaient en bas poussaient des hurlements. Les loups rejoignirent ensuite un groupe d'hommes, de femmes et d'enfants qui jouait avec eux où partageait leur repas. Jack pouvait presque imaginer la scène se mouvoir et l'histoire se produire réellement devant ses yeux comme lorsqu'il regardait la télévision.

Les deux enfants arrivèrent à la fin de la fresque, se terminant par cette étrange association d'humains et de loups bizarres. A sa suite, un magistral vitrail éclairait d'un rayon embrumé le parterre du hall. Les diverses couleurs des carreaux fascinaient malgré le teint grisâtre qu'elles avaient prises. Elles représentaient un monde étrange autour duquel un loup orange et un loup bleu aux allures fantomatiques tournaient. Jack et Lily restèrent un long moment devant la magnificence de cette antiquité énigmatique.

Tout à coup, un bruit retentit quelque part dans le vide de la bâtisse, faisant sursauter les deux enfants qui se croyaient seuls. Ils firent volte-face vers l'intérieur du hall sans rien apercevoir. Jack s'approcha même un peu de la rambarde, mais aucun mouvement en vue. Mais alors qu'il cherchait à se convaincre qu'il s'agissait d'une souris, un grondement apparu dans l'air, le faisant à nouveau tressauter et renoncer à l'idée du rongeur. Effrayée, Lily s'empara de son bras. Le grognement avait l'air de plus en plus proche et Jack n'arrivait pas à percevoir sa provenance.
- Jack ! s'écria Lily en lui tirant le bras avant de lui montrer du doigt une forme musclée et énorme se mouvoir dans l'ombre à l'autre bout de l'appontement.
La silhouette s'approcha dans son grognement rauque et ne tarda pas à se dévoiler à la lueur du jour. Jack déglutit devant la créature. C'était un genre de lion au pelage argenté et rayé de noir à la manière d'un tigre, qui fixait avidement les deux enfants de ses petits yeux jaunes perçants. Jack se retrouva paralysé par la peur, croisant les pupilles dilatées du monstre, mais un rugissement féroce de ce dernier, dévoilant des crocs immenses, le fit réagir au quart de tour. Jack enfourcha la main de sa sœur qui hurla de terreur et détala à toutes jambes sur la suite de la mezzanine. Le fauve s'élança à leur poursuite d'un bond de ses puissantes pattes et Jack, qui avait jeté un regard par-dessus son épaule, se rendit rapidement compte qu'il ne pourra jamais le semer. Il s'arrêta soudainement à un endroit où un pilier en ruine rendait une chute du balcon moins haute. Soulevant Lily par-dessus la barrière malgré les protestations d'incompréhension de cette dernière, il la relâcha de l'autre côté en espérant qu'elle ne se fasse pas trop mal, de quoi la mettre au moins à l'abri du félin assoiffé de sang. L'enfant poussa un cri aigu durant sa chute mais atterrit subitement sur quelque chose de blanc et poilu qui pris la poudre d'escampette en quittant le hall en ruine par un trou dans le mur.
- Lily ! s'écria Jack en voyant l'éclair blanc à quatre pattes s'enfuir avec sa sœur sur le dos.
Il n'eut pas le temps de voir exactement de quoi il s'agissait et n'eut pas non plus le temps de réfléchir à la question car le fauve était toujours à ses trousses et tenta de se jeter à sa gorge, mais le jeune garçon fit un bond en arrière, se plaquant dos au mur, entendant les mâchoires du félin claquer dans le vide. Il se hâta de fuir le plus vite possible tandis que le lion argenté se redressa sur ses pattes avant de reprendre la chasse. Jack revint vers la plate-forme, la statue et l'escalier. Sa course se freina lorsque, hors d'haleine, il trébucha dans les marches et fut frappé d'un puissant coup d'une patte griffue qui l'éjecta jusqu'en bas des marches. Le garçon s'écrasa lourdement sur le sol jonché de pierre dans une plainte douloureuse, plaquant sa main sur son épaule droite sanguinolente qui avait été lacéré par les crochets mortels de la patte féline. Son atterrissage sur les rochers lui donna l'impression d'avoir les côtes en bouillit. L'idée de se remettre debout paraissait impossible. Dans les marches, derrière lui, l'étrange lion à la crinière nacrée vint chercher sa proie. L'enfant se retrouvait figé d'effroi, le visage en pleurs, le corps meurtri.
- Quelle honte de s'en prendre à un petit d'humain ! lança tout à coup une voix masculine, grave, et furieuse.
- Ah ! Ces félins ne retiennent aucune leçon décidément ! répondit une autre sur un ton au contraire très jovial.
Jack ne se posa pas de question sur ce qu'il venait d'entendre car la bête se propulsa sur lui et l'enfant sitôt se cacha le visage en se recroquevillant sur lui-même. Il tremblait, paniqué, les mains sur la tête, mais jamais il ne sentit le coup de grâce venir. Au contraire, le bruit d'un coup avait bien eut lieu mais pas sur lui, et à cela s'ensuivit un grondement furieux du fauve. D'abord hésitant, la curiosité de sa miraculeuse survie décida Jack de se déplier et de regarder ce qui se passait autour de lui. Devant lui se dressait une silhouette canine au pelage noir, parsemé de poils rouge sang au bout de sa queue touffue, le long de ses pattes musclées et sur ses grandes oreilles. Un large collier de cuir clouté lui enserrait l'encolure sans visiblement le déranger. Il faisait bravement face au félin qu'il venait apparemment de repousser. Jack voyait ce qui semblait être un loup que de dos, mais l'animal lui adressa un regard froncé par-dessus son épaule, dévoilant des iris aussi rouge que certaines parties de sa fourrure. Jack avait son regard figé sur le canidé qui reprit son attention sur le fauve non loin de lui.
- Je déteste ces bêtes là ! grogna soudain le loup furieux.
Jack, stupéfait,  écarquilla les yeux, fixant l'animal, bouche bée. Ce loup venait-il réellement de parler ?! Tout à coup, quelque chose frôla le garçon qui eut un sursaut avant de se retourner vers un deuxième loup, tout de blanc immaculé, mise à part une puissante paire d'ailes noires comme l'ébène collées à ses flancs. L'enfant demeurait immobile devant cette nouvelle apparition malgré le regard d'azur qu'imposait cet autre canidé. Ce dernier abaissa la truffe vers le visage du garçon. Ses babines étirées formaient un rictus le long de son museau avant d'ouvrir la gueule qui renfermait ses pairs de crocs.
- Il ne vaut mieux pas traîner ici quand Kartor est en colère ! ria t-il d'une voix chantante, offrant un clin d'œil avec l'enfant.
Puis, le loup blanc se coucha ventre à terre à ses côtés. Pendant ce temps-là, l'autre loup aux allures agressives prit les devant avec le fauve en passant à l'attaque. Il sauta sur son dos et s'y accrocha avec force et courage à l'aide de puissantes griffes avant d'enfoncer profondément ses crocs dans l'épaule du félin qui feula de colère et de douleur, se débattant, essayant d'éjecter son assaillant.
- Allez grimpe ! ordonna gentiment mais prestement le loup blanc aux ailes noires.
D'abord indécis, Jack se fit une raison et se ressaisit de ses émotions avant de se remettre sur ses jambes encore pantelantes sous tout ce qui lui arrivait depuis peu. Il passa l'une d'elle par-dessus le dos de l'animal afin de s'asseoir juste derrière ses ailes aussi grandes que celles d'un condor.
- On part devant ! annonça le canidé à son compagnon toujours aux prises avec le lion d'argent qui se débattait avec une réelle violence, sans parvenir à se dégager du loup noir et feu.
Sur ce, le loup au pelage de neige se mit à battre de ses ailes impressionnantes et s'envola dans les airs. Toujours aussi abasourdi par cet enchaînement d'évènements, Jack s'accrochait aux poils de l'animal de peur de glisser sur sa fourrure soyeuse. Le canidé le transporta sans peine hors de la bâtisse de pierre par le grand trou du plafond. Ailes déployées, il s'enfonça avec assurance et agilité dans la forêt en serpentant entre les arbres.

___________________


Les romans de Cissy

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: We got a talent-