Partagez| .

We all have a dark side (Alek)


Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


We all have a dark side (Alek), le Ven 5 Mai - 6:22

We all have a dark side

Levy &
Alek


Les doigts crispés sur les draps, ton corps commence à se contorsionner. Ton dos se cambre, faisant un arc qui fait craquer quelques vertèbres alors que tes paupières sont toujours fermées. Elles s'écrasent. Tu fais encore ce fichu cauchemar qui te hante. Tu sembles ressentir la douleur de l'aiguille qui s'enfonce dans ta peau, la drogue qui s'installe graduellement en toi. Ce poison qui coule dans tes veines d'enfant. Ton corps qui recule, penchant vers l'arrière. Le matelas arrive rapidement et tes paupières se font lourdes. La seule chose que tu vois de tes petits yeux de fillette, c'est l'homme qui quitte la pièce, le regard si triste, si vide. Ton père. Quelques minutes plus tard, un bruit assourdissant retentit dans toute la maison, puis ce fut un silence digne d'une tombe. Tu ne peux pas encore bouger. Tu n'es pas endormie. Pourquoi n'entends-tu pas ton père? Que se passe-t-il? Le temps passe si longuement ainsi avant que tes muscles ne daignent répondre un minimum. Tu te tires difficilement du lit afin de traîner les pieds jusqu'au bureau de ton père. C'est là, en poussant la porte, que tu découvres l'affreux cauchemar qui se présente à toi. Le sang éclaté sur la vitre derrière sa chaise. Le liquide vermeil qui s'est légèrement teint d'une teinte marron à cause du temps passé. Tes yeux vairons s'abaissent lentement pour voir avec l'horreur ultime le trou dans la tête de ton père. Alessandro s'était tiré une balle dans la tête. Il fallait être stupide pour ne pas le savoir. Même à sept ans tu sais ce qu'est une arme à feu et le meurtre. Dès que tes yeux se sont posés sur lui et que le hurlement qui déchira tes cordes vocales retenti, tu te réveil en sursaut dans ton lit. La sueur froide coule sur ton cou jusqu'à la naissance de ta poitrine. Tes cheveux sont collés contre ta peau. Tu respires si vite qu'un léger sifflement se fait entendre. Tes colocataires t'ont-ils entendus ? Tu ne crois pas. Tu n'espères pas.

Lentement, telle une loque, tu réussis à te soulever en traînant des pieds jusqu'à la salle de bains où tu prends un torchon afin de l'imbiber d'eau froide. Tu passes ce bout de chiffon contre ta peau basanée. Le soulagement est tel que tu soupires et tu fermes les yeux. Tu nettoies toute la sueur qui a coulé et tu vas ensuite te changer pour un pantalon serré d'un noir charbon et un débardeur d'un rouge sang. Tu laisses tes cheveux libres comme le vent. Tu attrapes simplement une carte d'identité et de guichet si jamais tu dois t'en servir. Elles se glissent facilement dans l'une des poches arrière de ton pantalon. Tu enfiles rapidement des baskets confortables et tu files en dehors de la maison. Tu ne prends même pas ta voiture. Tu ne fais que te mettre à jogger tranquillement pour atteindre le Zilker Park. C'est normalement désert à cette heure. Deux heures du matin presque exactement. Tu te faufiles aisément. Alors que tu penses être seule, un bruit te fait sursauter et tu tournes les yeux vers la gauche. Une silhouette attire immédiatement ton regard et tu t'approches afin de savoir de qui il s'agit. Ce n'est pas prudent sérieux! Mais tu t'en fiches. L'inconscience fait partie de ta vie lorsque tu manques de sommeil depuis plusieurs jours consécutifs. Tes pensées sont emmêlées. En ce moment tu commences à toucher le fond du baril. T'es à bout quoi. Tous ces cauchemars qui t'empêchent de récupérer et d'être en bonne santé. Alors que t'avances, tu t'arrêtes en voyant qu'il s'agit d'un jeune homme. Toutefois, c'est plus ce qu'il a entre les mains qui t'intrigues. Qu'est-ce que c'est, exactement?

made by roller coaster
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Ven 5 Mai - 17:00

We all have a dark side
ft. Levy


Ça sent la beuh cramée tout autour de toi. Les nuages compacts moutonnent hors de ta bouche avant de s’répandre dans la nuit blafarde. Tu les regardes se disperser, trouer leur corps d’éther, faiblir à la fraîcheur miraculeuse dans cet état désertique. Clope portée aux lèvres déchiquetées, aspiration meurtrière, bouffée abrasive. Et y’a ta bouche qui s’entrouve, et y’a tes poumons qui se crèvent jusqu’au bout, et y’a la nuée blanche qui s’en échappe. Tu pousses un gros soupir et te détournes, reprends ta marche à travers le parc. Il est près de deux heures donc la majorité des habitants dorment maintenant, même si le centre-ville et ton quartier doivent encore grouiller de fêtards et d’artistes en transe. T’as bien vite fait l’expérience des soirs animés, et même si t’y es habitué, tu préfères encore t’en soustraire. Trop de souvenirs, ceux-là mêmes qui te tiennent éveillé bien longtemps après que minuit ait sonné. Le parc de nuit, c’est le seul moment où t’y fous les pieds.
En chemin, tu sors un petit paquet de coke et le regardes, circonspect. L’envie de te l’enfiler y est bien, mais t’en as déjà pris ce soir, la veille aussi. Et puis, t’as ton joint à terminer. Tu secoues la tête, abandonnes l’idée à regret, mais réchauffes le sachet dans ta main comme une boule anti-stress.
Tu finis par retourner à l’entrée approximative du parc sans vraiment avoir pensé à l'itinéraire. Tu repères alors une silhouette à moins de dix mètres de toi, squelette esseulé abandonné sur les brins rachitiques de la pelouse, bien fragile d’apparence. Tu t’avances, t’immobilises, observes la créature qui se tient là. Une jeune femme, probablement une étudiante qui est venue s’incruster ici pour plus d’intimité. Elle se tient à une distance raisonnable et ta vue a semblé l’arrêter. Parce que la drogue t’as rendu bavard, tu lui glisses un petit « J’vais pas t’violer, tu sais. ». T’esquisses un demi-sourire qui fait sursauter la clope dans ta bouche. Ta main, qui continuait à jouer avec ta came, se rappelle que tu n’es plus seul et remet le paquet dans ta poche.  Tu tires un autre taf que tu rejettes à la figure de l’inconnue. Mais la fumée ne l’atteint pas, elle stagne plutôt entre vous comme un mur éphémère avant que la brise suffocante ne l’éloigne de vous. Quand la jeune femme se reforme entièrement dans ton champ de vision, tu la dévisages sous la lueur vacillante d’une lune énigmatique et les éclats de la ville. Même sous l’éclairage médiocre, elle a l’air fatiguée, avec ses traits tirés, ses épaules lâches, ses yeux qui brillent dans la nuit. Tu baisses les yeux sur sa tenue simple, sans recherche. « Insomniaque ou fêtarde ? » Elle n’a pas l’allure débraillée des étudiantes au bord du coma éthylique, mais sait-on jamais.
Tu finis par reprendre de ta bouche le mégot en bout de course, et l’balances dans l’herbe où il se meurt en brésillant. Mais dès que tu as fini ça, ta main plonge dans ta poche pour sortir ton briquet et une bête cigarette. Tu l’allumes, laisses la flamme flotter devant ton visage et éclairer ta gueule plus que nécessaire, avant de s’éteindre net.

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Ven 5 Mai - 20:02

We all have a dark side

Levy &
Alek


Qu'est-ce qu'il fait là à cette heure tardive? Tu sais sur quel chiffre l'aiguille de l'horloge pointe, mais tu préfères le regarder pour vérifier ses mouvements et être certaine qu'il ne fera aucun geste brusque. Tu as vite remarqué l'odeur caractéristique de la came. Nulle doute là-dessus. Tu n'as jamais fumé de ta vie, que ce soit le tabac ou toute autre substance. Tu t'es toujours demandé quelle sensation au fond cela pouvait produire. Tu sais que dans les êtres humains, certains vont très bien réagir, d'autres vont tomber dans un état horrifique. Quel côté pencherais-tu si un jour tu tentais le diable? La voix du jeune homme te fait sursauter et tu fronces un peu les sourcils. Simples paroles portées par le vent ou est-ce la vérité? Tu ne sais plus sur quel pied dansé. L'être humain aujourd'hui est tellement compliqué et corrompu que c'est difficile d'y voir clair. Certains sont maîtres dans l'art de la manipulation. Tu ne veux pas tomber sur quelqu'un qui veut t'utiliser, mais tu ne peux pas lire dans les pensées... Alors c'est assez difficile.

Ce que t'a vu traîner entre ses doigts se faufile dans une poche et disparaît ainsi de ta vue. Il expire sa fumée cancérogène dans les airs. Elle ne s'envole pas tout de suite. Le nuage grisonnant s'arrête entre vous deux, comme s'il souhaitait t'observer avant de se dissiper. Une question franchit ses lèvres et tu sembles reprendre contenance, même avoir l'air un peu plus en vie et tu te rapproches de lui en toute discrétion même s'il sait déjà que tu es là. Tu t'installes en position de tailleur à une distance raisonnable de l'inconnu. Tes yeux bicolores se posent sur lui et tu le détailles un peu sans paraître insistante. Tu ne sais pas si tu dois lui répondre. Insomniaque ou fêtarde? Certainement pas fêtarde. Ce n'est pas trop dans ton genre, surtout quand les examens approchent. '' - Insomniaque.'' Tu lui a répondu simplement par ce mot pour le moment.

Est-il venu pour la simple quiétude de l'endroit à cette heure? Tu remets tes cheveux chocolat derrière tes oreilles et tes yeux vairons glissent pour se concentrer sur le regard de l'inconnu. ''- Un cauchemar récurrent. Ça fait plusieurs jours que je ne dors presque pas, mais ça tu dois sûrement t'en foutre de toute façon.'' Vous ne vous connaissez pas, alors pourquoi s'entêterait-il à éprouver de la compassion pour toi ou à essayer de comprendre ton malheur? Les cernes sous tes yeux témoignent bien que tu manques de sommeil depuis un moment. Tu n'arrives plus à te concentrer suffisamment sur tes travaux afin de réussir les prochains examens. Ça t'angoisse. Tes tripes te font mal. C'est douloureux. Tes yeux finissent par s'abaisser un peu. Tu crains ne pas réussir à vraiment trouver le sommeil bientôt. '' - Tu es venu ici parce que normalement y'a personne?'' T'a bien insisté sur le mot ''normalement'' parce que cette fois toi t'es là.

made by roller coaster
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Ven 5 Mai - 22:10

We all have a dark side
ft. Levy


La fille s’assied dans l’herbe après avoir esquissé quelques pas, probablement pour ne plus être à la hauteur de ton odeur tu penses. Elle n’a pas l’air plus gênée que ça cependant, et tu ne vois aucune raison de te priver de ton lent suicide de feu et de fumée. Du choix que tu lui offres, la fille se décide pour la première réponse, et dans l’fond tu préfères ça, parce qu’il y a moins de risque que des amis à elles se rappliquent ici en gueulant à tue-tête. Et puis, les insomnies, tu connais. Elle continue en t’expliquant le pourquoi du comment, et t’es vaguement intéressé par la nature de ses démons, pas assez pour la questionner cependant. D’ailleurs, elle-même le fait remarquer, et tu approuves d’un quart de hochement de tête. « T’aurais pas pu avoir plus raison. » Si c’est le genre de gamine à se plaindre pour un oui ou pour un non, dans l’optique d’attendrir les cœurs et que l’auditoire se transforme en groupies compatissantes, elle peut aller se faire voir.
Tu détournes la tête et souffle encore une fois un long jet blanchâtre, et l’idée saugrenue qu’un enfant puisse y voir un fantôme venu de l’au-delà t’effleure soudainement, t’amuse un instant. Si chaque fumeur rappelait un mort à la vie à chaque cigarette, le monde serait peuplé des esprits les plus tordus que la Terre ait jamais portés. Vous seriez alors bien aise, avec trépassés et vivants polluant tous ensemble cette planète de merde. La fille qui te parle te détourne de tes pensées ô combien importantes et tu te reconcentres sur elle. Sa voix, douce et lasse, te parvient du sol, ce qui te ramène au fait qu’elle s’est assise. Tu hoches la tête en assentiment, et puis… « Et puis, tu es arrivée. » T’as répondu par l’affirmative, mais en fait tu sais même pas trop pourquoi t’es là. Pourquoi es-tu là, au juste ? Tu aurais pu simplement t’évader dans les dédales de rue, quand le ballet nocturne des voisins du haut commencerait à se confondre avec le tapage de la prison. Sauf que les bruits, les vivats, la marée d’immeubles grisâtres, tout ça aurait continué à te poursuivre. Il t’fallait autre chose. De l’air. Des étendues vertes, comme quand t’avais dix-sept ans. Le parc, supposes-tu, était la meilleure option.
T’es resté un long moment muet, tu penses, et les interrogations de la fille doivent fuser dans sa tête. « Toi, tu souhaitais peut-être trouver le coin désert ? » demandes-tu en retournant sa question, à la traîne. Tu l’observes un certain temps, trouves ses yeux dont la couleur est dissimulée par la nuit. « Auquel cas je me ferais une joie de libérer le plancher. » Comme si ça te faisait quelque chose. Y’a une pensée qui te vient en tête, et tu te demandes si elle s’est déjà aventurée par-là, par cette voie qui t’a amené à la case prison sans passer par la case départ. Peut-être, cependant elle n’a pas l’air dépendante. Tu t’souviens de tes anciens clients au Bronx, que t’abonnais à tes services avec un peu d’imagination. Il était facile pour toi là-bas de trouver des adeptes. Pour ainsi dire, tu n’avais qu’à te baisser au pied de ton immeuble pour trouver des junkies. Le plus difficile était probablement d’éviter les dealers.
Nouvelle bouffée de tabac, nouveau fantôme qui passe et s’efface. Tu t’assieds aussi finalement, assez loin pour qu’elle ne se sente oppressée. Tu lui tends ta clope, oublie que les nareux ça existe. « Promis, le tabac ça mord pas. » C’est juste une proposition, tu le lui fais comprendre en n’insistant pas spécialement. Mais quelle proposition.

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Sam 6 Mai - 5:32

We all have a dark side

Levy &
Alek


Tu n'es pas là pour évincer quelqu'un qui était déjà là. Si quelqu'un doit lever le camp, c'est toi. Tu le sais très bien. Tu baisses un peu les yeux pour regarder l'herbe à peine visible puisqu'il fait trop sombre. Tu sens l'insomnie qui pèse lourd sur tes frêles épaules. Le coup commence à être trop pour toi. Tu ne sais plus comment relaxer et trouver le moyen de dormir. Tu as même essayé l'alcool, mais sans franc succès si ce n'était que de vomir tes tripes et paraître plus désespérée que tu ne l'es déjà au fond de toi. Tu n'es pas le genre à demander la charité aux autres et certainement pas aux inconnus. La voix de l'inconnu résonne dans tes oreilles et tu lèves un peu la tête. Et puis toi tu es arrivée? Ouais, c'est ça. C'est exactement ça quoi. Pourquoi chercher quand l'excuse est droit devant soi? Tu ne pipes mot. Le silence est parfois le meilleur allié. Il te pose une question. Plutôt il te la retourne. Vraiment? Faut-il chercher aussi près? Un soupir s'échappe de tes lèvres. '' - Oui et non '' répondis-tu comme simple réponse. Oui pour le côté de la solitude, mais non parce que tu aimes bien la compagnie des autres, surtout en pleine nuit, mais ça il n'est pas obligé de le savoir tout de suite. Vous ne vous connaissez pas, alors vous ignorez si vous allez bien vous entendre ou non.

Son affirmation a pour effet de te faire froncer les sourcils. Ton expression semble bien différente à ce moment précis. Ce n'est pas de l'indécision, mais c'est étrange. '' - Si tu veux libérer le plancher, libre à toi. Je t'ai pas demandé de partir à ce que je sache. Ce serait déjà fait si j'avais voulu que tu t'en aille.'' Et puis, ce n'est pas toi qui es arrivée première ici, c'est lui. Tu ne fais pas vraiment attention à ce qu'il fait. Tes yeux se redressent pour se poser sur le ciel d'un noir charbon d'où plusieurs étoiles brillaient avec bienveillance au-dessus de vos têtes. Tu as toujours aimé les observer, mais la pollution visuelle de la ville t'en empêche. Tu ne peux pas observer aussi librement que tu le voudrais. Elles s'éclipsent sous la lumière comme si elles avaient peur. Tu remarques du mouvement par le son des pas sur le sol, puis d'une sorte de froissement. Immédiatement, tu reportes ton attention sur le jeune homme et tu remarques qu'il s'est assis un peu plus loin, une clope à la main. Étrangement, il tarde son attention sur toi et tend la main dans ta direction pour te tendre ce petit bout de poison.

Tes yeux fixent quelques secondes cette tentation malsaine avant que tes fins doigts ne s'approchent pour la prendre. L'odeur n'est pas aussi pitoyable que tu le pensais. Elle ne te lève pas le cœur, ce qui t'étonnes. Pourquoi? Tu n'en sais rien. Ton père était-il fumeur et tu ne t'en souviens pas? Peut-être était-ce cela la drôle d'odeur qui imprégnait ses vêtements? Trop de questions sans réponse. Tu portes la clope à tes lèvres charnues pour tirer une petite bouffée. La première. Elle pénètre immédiatement dans tes poumons, menaçant de les brûler. Tu ne tousses pas, mais tu es proche. Cela prend un petit moment avant que ton corps ne daigne l'apprivoiser un minimum. '' - J'avais jamais essayée, mais ça tu dois déjà le savoir en me regardant.'' Fallait être un idiot pour ne pas s'en être rendu compte, surtout pour un fumeur. Puis, tu te rappelles soudainement de ce qu'il avait dans la main lorsque tu es arrivée. ''- C'est la même chose que t'a mis dans ta poche tout à l'heure?'' Peut-être es-tu trop curieuse? Mais tu t'en fiches. Tu as envie de savoir. Une curiosité peut-être déplacée. Rare, mais présente. Tu n'as jamais essayé la drogue parce que tu n'as jamais été en contact avec celle-ci. Tu n'as jamais eu l'occasion d'essayer. Qu'est-ce qu'elle pourrait avoir comme effet sur toi? Relaxante? Euphorique? Dramatique? Triste? Tu n'en sais rien.

made by roller coaster
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Sam 6 Mai - 15:21

We all have a dark side
ft. Levy


Le temps semble suspendu entre vous deux, tu remarques son hésitation, ses yeux obsédés par ton rouleau de papier et d’herbe, la tentation qui s’infiltre lentement dans son cerveau. Finalement, ses doigts s’accrochent à ton cadeau empoisonné, son index frôle brièvement le tien. Tu lui abandonnes l’objet, avec une curiosité amusée dans les yeux. Soit elle essaie d’arrêter et vient de faire une grosse entorse à ses résolutions, soit elle ne s’y est jamais essayé. Il ne te faut pas bien longtemps pour te décider sur le second choix, quand tu la vois surprise par la brûlure de la clope en elle. T’as un p’tit sourire fugace qui surprend tes lèvres. Pourtant, si tu t’attendais à la voir cracher ses poumons il n’en n’est rien. Tu t’souviens de ta première cigarette, ta mère qui t’la passait le temps de chercher quelque chose dans son bordel. T’en as tiré une taffe dans son dos, trop longue, qui t’avait bouffé la gorge.
Ton regard dévie sur le ciel, et tu l’contemples sans un mot. T’es pas un grand rêveur, et pourtant tu as à cœur ce soir d’observer les myriades blanches qui percent l’obscurité. Il t’était arrivé de ne plus les voir pendant longtemps, quand il n’y avait que les murs de l’isolement pour te saluer de ses taches brunâtres. C’est pas ce qui t’manquait le plus, mais le noir qui se succédait aux nuits interminables et éclairées en permanence, ça ne pouvait que te faire du bien.
L’inconnue te parle, et tu hoches la tête en assentiment, descends tes yeux sur les brins mêlés du sol. Oui, tu l’as remarqué, qu’elle n’était pas familière à tout ça. Tu tends la main pour reprendre la cigarette. Entre temps, elle te pose une autre question et tu lui souris vaguement, mystérieux. Pas… pas tout à fait la même chose, non. Un truc beaucoup moins légal, un peu plus cher aussi. « Un truc qui envoie du plaisir, mais d’une autre façon. Un truc qui te détend. Qui t’fait rêver éveillée. » Y’a c’mot qui plane dans l’air, de ses attraits doucereux et de ses promesses pleines de liberté. La coke, elle n’attend que vous pour rentrer dans la danse. T’as pas besoin de vérifier autour de toi si quelqu’un est prêt à vous écouter, y’a personne à trente mètres à la ronde et vous n’parlez pas assez fort pour qu’on vous entende de l’autre côté de la grille, de toute manière. Juste cette fille et toi, l’insomniaque et le fuyard. À la réflexion, ces deux titres pourraient très bien se confondre entre vous. « T’as jamais essayé les drogues dures non plus, pas vrai ? » Une provocation dans la voix, une question sous-tendue : Tu voudrais p’têtre essayer, pas vrai ?

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Sam 6 Mai - 22:39

We all have a dark side

Levy &
Alek


L'orgueil est quelque chose qui te retiens de faire pâle figure quelque fois face aux autres. C'est le cas avec la clope qui se trouve entre tes doigts et qui trouve parfois le chemin de tes lèvres. La fumée s'infiltre comme un serpent dans toutes les horrifices de tes poumons. La brûlure se fait ressentir au début, mais elle est de plus en plus douce au fur et à mesure que tu inspires chaque bouffée. Au bout d'un moment, il tend la main devant toi et tu comprends ce qu'il veut. Sans dire un mot, tu la lui redonnes avant de poser ta question. Tu détournes ensuite la tête pour observer le parc en silence, même lorsqu'il te répond. Tu hausses néanmoins un sourcil à ses paroles. Vraiment? Quelque chose qui sait te relaxer et te faire rêver éveiller? Est-ce vraiment possible? Tu restes sceptique devant une telle affirmation, croyant que ce n'était que promesse illusoire.

Sa prochaine question reste en suspense parce que la réponse qu'il attend est tout simplement évidente. Il faut être le dernier des imbéciles sur cette Terre pour le savoir. Tu n'as jamais essayé les drogues parce que tu ne proviens pas d'un tel milieu. Ton enfance a été marquée par un évènement plus que tragique. Tes parents adoptifs étaient trop riches. Tu ne voulais jamais de leur argent si ce n'était que pour tes cours et après tu allais voler de tes propres ailes, vers ta propre Destinée. Sauf que ce n'était pas qu'une simple question. La provocation se lisait dans les airs, perceptibles du bout de ses lèvres. Tu reportes alors ton attention sur le jeune homme dont tu ne connais même pas encore le prénom. Essayait-il de te faire pencher vers son côté? Voulait-il que tu tentes le diable en essayant l'une de ces drogues? Tout penchait vers ça.

Tu n'es pas le genre à reculer face aux défis, sauf s'ils mettent ta vie en danger. Toutefois, c'est à la fois une question de défi et de curiosité qui t'animes et tu es intéressée à poursuivre. La tentation est plus forte. Cette fois, tu te dresses sur tes jambes afin de faire quelques pas à peine afin de venir t'asseoir plus près de lui. L'odeur de sa clope ne te dérange pas et tu en a déjà fumé de toute façon. Peu de choses arrivent à te dégoûter alors franchement, ce n'est pas une simple cigarette qui allait faire changer la donne.'' - Et qu'est-ce que c'est ton truc qui arrive à faire rêver éveiller?'' Tu connais les noms ''généraux'' de ces trucs, quelques-uns de leurs effets si tu sais ce que c'est, mais puisque tu n'as jamais essayé sur toi-même... c'est plutôt difficile de dire. '' - Tu serais prêt à me faire essayer?'' T'es pas une femme qui a peur de se lancer dans des trucs dangereux, bien au contraire. Tu aimes essayer de nouvelles choses, même si elles doivent bousiller ta santé. C'est l'attraction du danger, de l'impossible, d'illégal. Acceptera-t-il de te faire essayer une première fois sans demander d'argent? Dans un autre cas, s'il veut vraiment se faire payer, il y a d'autres moyens de s'arranger, que ce soit sur l'immédiat ou plus tard, non?

made by roller coaster
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Dim 7 Mai - 0:24

We all have a dark side
ft. Levy


La fille se lève et vient poser ses fesses beaucoup plus près de toi. Elle t’gêne un peu, mais tu vas pas reculer pour ses beaux yeux. Elle répond alors à ton invitation muette par une question, piquée à vif. Vous en connaissez tous les deux la réponse, elle a glissé tantôt de ta main jusqu’à ta poche. Calmement, tes doigts plongent dedans et en ressortent le fameux paquet, la traînée blanche qui s’répand sur les parois de plastique. Même avec la faiblesse de l’éclairage, tu paries qu’elle le voit nettement. « Tu serais prêt à me faire essayer ? » La question continuelle. Oui, tu serais prêt à lui faire essayer, si tu sais qu’elle pourra plus s’en passer par la suite. Une démo en quelque sorte, bien trompeuse comme toutes les pubs qui défilent. « Toujours ravi d’faire découvrir de nouveaux horizons. » L’paquet de came, tu le lui donnes tout entier, il n’y en a pas des masses de toute manière. Assez pour se sentir planer, mais pas suffisamment pour te causer du tort en le perdant. « Tu sais comment on fait je suppose ? » Pas besoin d’être accro depuis dix ans pour savoir la marche à suivre, suffit d’avoir la télé ou un minimum de vie sociale. Tu lui sors une carte de banque volée et un billet, que tu jettes négligemment entre vous deux, entre l’espace qu’elle a restreint d’elle-même. « La poudre en ligne, le billet roulé, et tout droit jusqu’au Pays Imaginaire… » Tu l’observes quelque temps puis détournes les yeux, qui viennent s’coller à la nuit tâchée de blanc. Fait bon ce soir, on pourrait presque s’croire ailleurs. De vos deux corps près l’un de l’autre, on pourrait presque croire un couple, un couple qui s’attarde à la lueur d’une nuit magique. Sauf que monsieur n’est pas là pour conter fleurette à madame. Monsieur, il est là pour pervertir la jolie demoiselle aux prunelles fatiguées.

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Dim 7 Mai - 4:11

We all have a dark side

Levy &
Alek


Tu n'es pas trop gênée de t'être avancée vers lui de cette façon, mais si le jeune homme t'avait demandé de reculer, tu l'aurais fait sans rechigner. Tu n'es pas du genre à envahir l'espace d'autrui en général, mais là c'est une situation particulière. Tu n'as pas envie de quelqu'un vienne vous surprendre durant ce moment. Tes yeux bicolores ne cessent de l'observer. Soudain, tu entends un froissement distinctif qui provient du plastique. Tu baisses les yeux pour le voir en sortir un petit paquet translucide et dans le fond on pouvait clairement voir une poudre blanche. Tu sais tout de suite ce dont il s'agit. De la cocaïne. Tu sais ce que cette drogue fait en général comme effet, mais puisque tu n'as jamais essayée, tu ne sais pas si la réaction sera vive ou moyenne. Il jette nonchalamment le paquet ainsi que les outils comme la carte et le papier pars terre. Sa voix sonne sarcastique à tes oreilles, mais tu ne relèves rien. Tu tends les mains afin de venir prendre la carte ainsi que le billet. ''- Oui je sais.'' C'est la seule réponse que tu lui donnes puisque rien d'autre n'était envisageable de toute façon.

Le pays imaginaire ? Il va loin dans ses délires. Tu affiches un petit sourire par toute attente. Tu tends les jambes afin d'y déposer la carte. Tu prends le billet que tu roules entre tes fins doigts jusqu'à former une forme ovale plutôt étroite. Même sans les films, tu sais comment faire. C'est un processus que tous les adultes en ce monde connaissent - ou presque. S'ils ne savent pas, ils sont complètement idiots -. Tu prends le sachet transparent et sans même une once d'hésitation, tu l'ouvres. Peut-être avait-il pensé que tu serais indécise à le faire? Eh bien non! Tu viens l'étendre sur la carte en faisant attention à ne pas la renverser. Lorsque c'est fait, tu l'approches de ton visage avec le billet rouleau avec l'autre main. Tu bloques l'une de tes narines afin de mieux aspirer. Une partie de la poudre disparaît rapidement, pénétrant dans tes nasaux. Tu tends ensuite la carte avec le reste ainsi que le billet à l'inconnu, pensant qu'il voudrait sûrement prendre ce qu'il reste.

Lorsque les morceaux ne sont plus en ta possession, tu te laisses doucement tomber sur le dos. Tes yeux vairons se perdent dans le ciel étoilé. Douce vue qui ne cesse de disparaître lorsque son opposé lumineux se pointe. ''- Dis-moi, je commence à manquer d'imagination à te surnommer. Je m'appelle Levy, et toi tu es?'' Il est temps de mettre un prénom sur le visage de celui qui te fait face et vice-versa. Tu sais que la cocaïne peut entraîner une forte dépendance, mais pas avec tout le monde. Est-ce que ce sera ton cas? '' - T'es sûr que tu voulais rien contre ça?'' Les entourloupes, non merci! Même s'il tirait avantage de ce que tu venais de dire, tu ne pouvais lui en tenir rigueur. Il existe plusieurs modes de paiement après tout, non? Au bout de quelques minutes, ton corps semble se réveiller. Ton rythme cardiaque commence à s'accélérer. L'envie irrémédiable de rire te prend. Une euphorie sans nom. Un corps léger. Tu affiches alors un plus grand sourire, mais sans rire. Les pupilles se sont arrondies davantage ainsi que la sclère qui était maintenant légèrement rougie, montrant bien que les effets de la drogue avaient commencés à se montrer.

made by roller coaster
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Dim 7 Mai - 17:22

We all have a dark side
ft. Levy


Elle te rend la carte à l’horizontale, avec encore la moitié de la dose dessus. Tu rouvres le sachet froissé dans ton poing et remets le reste dedans, en pensant l’économiser pour plus tard. Sa voix te parvient, calme. « Le mec beaucoup trop raisonnable assis juste à côté de toi. » tu fais tout en secouant une dernière fois la carte de crédit pour en faire disparaître toute la poudre. Tu refermes le tout pour le remettre dans ta poche et observes la fille allongée sur le dos. Ses cheveux forment un petit coussin sous elle. Levy, un nom tout en douceur. D’ailleurs, quel est le tien ? « Sinon, c’est Caleb. » Caleb. Le premier nom qui t’est venu à l’esprit, en rien le tien. Encore quelque chose que tu viens de voler. Tu ne portes heureusement pas tes origines scandinaves sur la gueule et peux prétendre des origines américaines. Même si Aleksandr ou son diminutif sont totalement anodins à l’oral, t’aimes pas le balancer à tour de bras. T’aimes pas qu’on s’en rappelle, même toi.
Elle te demande ensuite si t’es sûr que tu ne veux pas être payé, et un petit sourire naît lentement sur tes lèvres. Cette fille a bien compris tes activités. Pas besoin d’avoir un doctorat en psychologie pour le deviner, remarque. « Nan, c’est bon. » … pour cette fois flotte implicitement dans l’air, évidemment. Ça non plus, il ne faut pas être un génie pour le sentir. Tu pourrais lui faire payer en soi, cependant tu préfères qu’elle ait apprécié suffisamment l’expérience pour vouloir la retenter une nouvelle fois.
Quelques minutes passent sans que rien ne s’échange entre vous, sinon quelques soupirs entremêlés de fumée pour toi, les dernières bouffées que tu peux tirer du mégot. Finalement il s’éteint définitivement et tu le balances dans l’herbe avec regret. Ta chaussure l’écrase, et puis plus rien. Tu tournes la tête, t’attends presque à voir la fille endormie même si c’est totalement contre les effets de la drogue dans un premier temps. Au lieu de quoi tu la retrouves souriant béatement, étendue sur le dos. « Alors, satisfaite ? » tu murmures à son intention. T’imagines aisément ce qu’elle ressent en ce moment, la félicitée plus jouissive que n’importe quoi d’autre, le corps qui s’envole plus haut et plus légèrement que jamais. Tu ressens le baiser de la coke, l’air vif qui pénètre dans les narines, l’esprit grand ouvert sur des montagnes de possibilités nouvelles. Rien qu’à ce souvenir, t’as l’ombre d’un rire dans les yeux. Ces sensations ne datent pas même de six heures auparavant, alors tu t’en souviens encore très bien. P’têtre que la seule chose que tu vois encore plus nettement, c’est le crash qui a suivi et qui continue de t’fatiguer. Pourtant t’as appris à vivre avec, presque continuellement. Chez toi, la limite entre l’endurance et le masochisme est assez floue.
Tu te baisses à ton tour pour appuyer ton dos sur le sol et fermes les yeux un instant. La coke t’attend bien patiemment dans ta veste, tentatrice. Trop, peut-être. Tu rouvres les paupières pour pas t’endormir, maintenant que t’as plus ta cigarette pour t’occuper l’esprit et les mains. Tu tournes la tête vers la fille que tu vois de travers maintenant. Le regain d’énergie induit par la drogue va sûrement lui faire oublier son insomnie de la nuit, après quoi… après quoi, c’est pas ton affaire.
« Ca donnerait presque envie d’étirer c’moment, d’l’étirer jusqu’à… jusqu’à la fin. » Tu t’embrouilles à essayer des belles paroles à deux balles, toi qui n’as jamais lu un seul poète du grand siècle. T’as plus l’inspiration d’la coke pour te dicter des vers, mais t’espères que l’autre trouvera quoi dire. Ou sera au moins trop stone pour faire attention à toi.

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Dim 7 Mai - 20:16

We all have a dark side

Levy &
Alek




Tes bras viennent se poser en position papillon derrière ta tête alors que tu restes à fixer la voûte céleste qui s'étend au-delà. La voix du jeune homme te parvient, mais tu ne tournes pas la tête dans sa direction. Ça servirait à quoi de toute façon? '' - Je t'imagine pas comme ça. '' Il ne semblait pas être le genre raisonnable. Tu es assez intelligente pour remarquer qui se présente devant toi et pourtant tu n'as pas peur de te retrouver ainsi près de lui ou même prendre ce qu'il te tend. Tu as simplement essayé et t'es contente du résultat. Peut-être chercheras-tu à en prendre d'autre dans le futur? T'en sais rien. Au niveau des thunes, ce n'est pas l'idéal, mais dans le pire des cas, tes parents adoptifs pourraient te fournir si tu trouves une bonne raison... Tu n'es jamais allée jusque-là, mais c'est toujours une option dans ta poche. Un prénom. Tu rigoles doucement. Ton rire cristallin s'envole dans les airs. ''- T'a pas une tête d'un Caleb, mais au moins je t'appellerais pas l'Inconnu.'' Tu ne peux pas t'empêcher de rire. Les petits soubresauts qui font bouger ton ventre. Vraiment, il n'a pas l'air de porter ce prénom. Mais s'il a pas envie de te dire son vrai, c'est son choix et tu ne vas pas lui en vouloir pour ça. Il a ses propres raisons.

Vous ne parlez pas pendant un petit moment. Tu es satisfaite dans un sens qu'il ne demande rien en retour, mais tu n'aurais pas rechigné si ça avait été le contraire. Un bruit de froissement dans l'herbe attire ton attention vers lui et ta tête tourne en sa direction. Il s'est également étendu à tes côtés et maintenant vous ne faites que vous regardez temporairement. Tes yeux vairons s'incrustent dans les siens sans même aucune once de gêne. Ce ne serait déjà pas le cas au naturel, ce ne sera certainement pas le cas en plus avec la drogue qui court dans ton système. ''- Je savais pas s'que ça fait la première fois, mais oui je le suis.'' Cela allait sûrement le rendre un peu heureux puisqu'il savait ce que cela signifiait pour lui: que tu vas certainement devenir une cliente de ses ventes. Il pouvait déjà compter là-dessus.

Ses paroles vaguent jusqu'à tes pensées et tu affiches un sourire, une nouvelle fois. Tu te redresses un peu sur tes coudes et tu te propulses légèrement afin de te retrouver assise. Tu te penches légèrement vers lui, toujours en plantant tes yeux dans les siens. ''- Et qui te dit que c'est terminé? On peut l'étirer si on veut.'' Un rictus amusé vient se dessiner sur les traits de ton doux visage alors que quelques mèches chocolat viennent gêner ta vue par occasion. ''- Et si tu prenais ce que j'ai laissé de ton essai gratuit et qu'on allait se promener?'' Tu ne sais pas pourquoi tu lui a proposé ça, mais l'envie est présente. Tu te lèves sur tes pieds en venant enlever un peu l'herbe sur tes vêtements. ''- À moins que tu n'aies pas envie, s'que je comprendrais aussi.'' Provocation? Peut-être. Tu n'as pas envie de te retrouver, toute seul, en ce moment. Caleb - on va ainsi le surnommer puisque c'est le prénom qu'il t'a donné - n'était pas de la meilleure des fréquentations, mais tu t'en fiches royalement. T'es pas là pour le juger. T'es ni le genre princesse d'ailleurs. Tu n'as pas peur de te salir les mains ou de faire des trucs nouveaux. Bien au contraire, t'en rêve! Peut-être connaîtrait-il un endroit où vous pourrez aller ou un truc à faire?


made by roller coaster

___________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.

by PETULIA
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Dim 7 Mai - 23:15

We all have a dark side
ft. Levy


Y’a sa voix qui t’parvient comme assourdie, comme de loin. « Si j’te jure, on dirait pas comme ça mais plus cartésien tu meurs. » tu plaisantes en finissant de nouer le sachet. Tu lui donnes ensuite ton "vrai" nom, et elle a l’air moyennement convaincue. Tu souris vaguement, mais l’éclair de dents a plutôt l’air destiné à ton paquet. « On me l’dit souvent. Mais si ça te fait plaisir t’as qu’à m’appeler comme ça. » L’inconnu. Il y a déjà eu pire, comme surnom. T’en as enfin fini, et tu remets le tout dans ton manteau sans plus y penser.
T’es sur le dos, juste à ses côtés, et y’aurait presque vos épaules qui s’touchent. T’as envie de reculer mais elle tourne la tête et t’oublies ton réflexe premier. T’en rigolerais presque, à observer son regard approximatif, ses pupilles éclatées, l’air béat qui a colonisé son visage. Elle ne se retient pas de rire et y’a des éclats de cristal qui s’échappent dans l’air. C’est à ce moment-là que tu te rends compte de l’étrangeté de son regard, de ses yeux dissemblables. Le mot effleure ton esprit et tu passes quelques secondes à le chercher. Et puis, tu le trouves. Vairons. Elle a des putains d’yeux vairons. Tu n’fais aucun commentaire cependant, parce qu’entre-temps elle t’a parlé. Ça t’fait complètement oublier son regard et t’as un sourire vaguement vainqueur qui plane sur tes lèvres. Gagné. Quelques temps et des pensées philosophiques ratées plus tard, c’est à elle de tenter le diable, d’une timbre léger, presque doux, qui vient s’insinuer dans tes pensées. Tes paupières se closent un instant et quand elles se rouvrent, c’est pour découvrir ses longues mèches te chatouiller le visage. Elle te tente, Levy, elle te provoque, Levy.
En d’autres soirs, t’aurais p’têtre refusé. Sûrement, même. Mais t’as la fatigue de longues semaines sans repos sur les épaules, le manque qui te tiraille et un défi qui t’font craquer. « Oh, et puis merde. » tu jures entre tes dents en te relevant le buste d’un coup, en manquant de lui foncer dedans. D’une main fébrile, tu sors le petit sachet des profondeurs de ta veste une nouvelle fois, en emportant d’un coup coke, billet et carte de crédit. Il ne te faut pas plus de deux minutes pour tout aligner, ni plus de trois secondes pour sniffer le tout d’un coup. Y’a ta narine droite qui te démange furieusement et tu renifles avec agacement. Les effets ne seront plus longs à attendre, maintenant. Tu contemples le sachet vide dans ta main, sa surface constellée d’aspérités et d’infimes grains blancs, si minuscules, si insignifiants.
Tu ne t’relèves pas tout de suite, même si la stature de la fille continue de supplanter ta vue, même si t’as envie de t’bouger l’corps. Ce n’est que quand l’extase te gagne que t’arrives à puiser la force de te dresser sur tes jambes. D’un coup, tout paraît plus vif, moins endormi. Le poids de ton corps a disparu d’un coup et t’es bien pour la deuxième fois de la soirée. Même si tu ne penses pas sourire comme un idiot, t’as les yeux dans l’vague, l’regard absent. Déjà loin. Tu fais quelques pas, te retournes. Levy, elle est là, et tu la nargues du coin des lèvres. « C’tait pas toi qui voulait t’perdre dans c’parc ? Où t’es tellement défoncée que tu sais plus faire un pas en avant ? » Sans prendre la peine de t’assurer qu’elle a approuvé, tu t’mets en route vers le couvert d’arbres que t’aperçois, trente mètres plus loin, avec leurs coupe en brosse et leur immobilité illusoire. Finalement t’y es, et devant les masses de troncs et de feuilles, y’a les souvenirs qui t’rattrapent, y’a les fugueurs et vos nuits volées qui s’rappellent à toi. Mais aux flashs de liberté se succèdent les images de la taule. L’humidité de la pluie sur les feuilles, la chaleur étouffante des douches, l’odeur de l’alcool partagé, la moiteur des corps, le feu de camp, les regards absents, les trains, le vomi, les coups, la défonce…
Tu reviens plus ou moins sur Terre quand t’entends quelqu’un bouger à côté de toi. La fille. La brune. Levy. Tu t’étais pas rendu compte que t’avais totalement arrêté de bouger. Pour te remuer, tu essaies de trouver son regard, de voir où il te mène. « J’connais pas l’endroit. On a qu’à s’enfoncer et puis voilà. » Voir où ça vous mène. Il te semble que y’a une rivière, là-bas, plus loin. Encore une fois, tu projettes tes jambes en avant. Sous le couvert des arbres, la lueur de la nuit y est beaucoup plus ténue et t’arrives à peine à voir devant toi. Et puis tu n’as pas de lampe de poche, juste ton briquet et sa flamme insignifiante. « Tu préfères l’faire au talent ou t’as quelque chose pour éclairer ? »

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Lun 8 Mai - 4:20

We all have a dark side

Levy &
Alek




'' - J'ai pas dis que je te croyais pas. Seulement que t'avais pas la tête d'un Caleb. Après, si tu me refiles le mauvais prénom c'est ton choix, j'vais pas te forcer à me dire le vrai.'' Tu n'es pas comme ça. Il est assez vieux pour prendre ses propres décisions quand même! Il pouvait choisir de mentir ou de dire la vérité. C'est lui qui en paye les conséquences, pas toi. Tu t'es faite presque envoûtante en le regardant de haut, lui susurrant ces mots qui l'inciterait à prendre ce que tu lui as redonné de son sachet gratuit. Tu observes sa mine alors qu'il avait fermé les paupières. Une phrase sort de ses lèvres et soudain, il se redresse. Tu as tout juste le temps de reculer pour éviter d'être percutée. De toute manière, s'il t'avait touchée, cela n'aurait pas eu un grand mal et tu ne sens pas grand chose dans cette situation. Il aligne le tout tellement vite que tu sais maintenant pour sûre qu'il est bien habitué à ces genres de choses. Cela ne te dérange pas. Tout le monde vit sa vie comme il l'entend, qu'elle soit merdique ou non. Chacun s'échappe de ses démons du mieux qu'il peut.

Alors que tu suis le mouvement, ton corps semble tanguer légèrement et tu pars un peu à rire sans même savoir pourquoi. La sensation d'euphorie est tout simplement intense. Soudain, tu t'arrêtes parce qu'il s'est arrêté. Tu allais dire quelque chose lorsque sa voix résonne de nouveau avec un soupçon d'ironie et... serait-ce encore une fois de la provocation? Tu fronces les sourcils et tu continues à le suivre dès que c'est possible. Tes pas se font si légers que tu n'as pas l'impression de marcher. C'est comme si tes pieds ne touchaient plus le sol. '' - Ça changerait quoi de toute façon? C'est la première fois que j'en prends!''Tu suis calmement le jeune homme dans sa lancée, mais il est plus rapide que toi. Il est plus habitué à prendre de la drogue que toi aussi! Tu n'es pas avantagée sur ce terrain, loin de là. Tu continues de marcher quand tu manques de foncer dans quelque chose et tes yeux vairons se lèvent pour tomber sur le visage de Caleb. Il s'était arrêté? Pourquoi? S'enfoncer et voir où ça vous mène? Pourquoi pas? ''- Ouais, ça me va. Allons-y'' Tu n'es pas du genre à fuir devant la première difficulté venue et certainement pas face au danger. L'adrénaline est excellente comme drogue naturelle. Mélangée à la cocaïne... C'était presque comme avoir un feu constant qui parcourt tes veines.

Lorsqu'il te demande si tu as quelque chose pour éclairer, tu affiches un simple sourire narquois. ''- T'a pas de portable pour t'aider?'' Tu glisses une main derrière toi afin de saisir ton téléphone dans ta poche et tu l'en sors. L'écran se déverrouille et tu cherches rapidement une application. Flashlight. Une lumière Dell fait son apparition, produisant une grande lumière pour un simple téléphone. Vous commencez ensemble à arpenter le parc. Soudain, un bruit attire ton attention. Tu t'arrêtes et tu poses une main sur l'avant-bras de Caleb. ''- Attend.'' Tes yeux se tournent vers la source du bruit. Une voix s'élève au loin. T'es pas sourde, même sous l'effet de la cocaïne. ''- Putain y'a quelqu'un, c'est peut-être un flic, viens!'' Sans lui demander son reste, tu glisses ta main dans la sienne et tu te mets à courir du mieux que tu peux, du comment tes jambes peuvent encore te supporter sans risquer de te voir plonger tête première au sol. Tu resserres davantage tes doigts autour de la paume du jeune homme et vous continuez à courir un petit moment, t'aidant d'une luminosité plus faible de ton téléphone pour éviter de foncer dans quelque chose. Au bout de plusieurs minutes de course, tu t'arrêtes derrière un muret proche de cette rivière que tu as trouvé. Tu éteins simplement ton portable. Tes mains empoignent la veste de Caleb et tu l'obliges à se mettre face à toi. Vos corps sont si près l'un de l'autre que tu peux sentir son souffle sur ton visage. Tu t'es servie de sa veste comme un camouflage à la noirceur puisque ton chandail rouge pouvait tout de même attirer l'attention. ''- Désolée si c'est inconfortable, mais reste comme ça encore un peu... Jusqu'à ce qu'il parte.'' Tu ne savais pas comment Lui il prenait la situation. Ce n'était pas désagréable d'avoir quelqu'un comme lui aussi près, mais même si cela avait été mieux dans une autre situation... tu n'avais pas vraiment eu le choix.


made by roller coaster

___________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.

by PETULIA
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Lun 8 Mai - 18:49

We all have a dark side
ft. Levy


T’entrevois ses lèvres se tordre sous son expression narquoise. « Nan, paraît que les ondes c’est mauvais pour la santé. » tu fais, plein de contradiction ironique. Évidemment, dire ça c’est plus sexy que d’avouer que t’as pas l’argent pour t’en acheter un, ou en tout cas que t’as pas encore investi dedans. Le fric qui passe dans tes mains est trop éphémère, tes économies grimpent à vitesse rachitique. Une lumière blafarde s’allume à côté de toi et vous vous remettez en marche. T’as la tête ailleurs n’empêche, avec la drogue qui s’est infiltré dans tout ton organisme, avec sa douce jubilation, ses murmures pressants, sa langue d’allégresse qui t’envahit. Tu suis le chemin blanc, c’est tout ce que tu sais.
La main qui s’accroche à ton bras te fait redescendre trop vite, t’casser la gueule sur la réalité aveugle. Tu t’arrêtes aussi brusquement que la fille et suis son regard que la lampe de poche a un peu illuminé. Pendant qu’elle jure, t’aperçois ce qu’elle a entendu. Là-bas, au loin, derrière les arbres, un minuscule point lumineux qui se balance au rythme d’une démarche chaloupée. T’as pas le temps d’en voir plus que la main de Levy descend jusqu’à ta propre paume pour t’entraîne au pas de course derrière elle. Malgré ta démarche saccadée et tes réflexes amoindris tu fais attention à ne pas trébucher même s’il te faut du temps pour prendre le rythme. Si au début tu te laissais presque littéralement traîner sous sa poigne, t’as forcé le pas et vous vous trouvez côte à côte, avec de temps à autre vos épaules qui se heurtent. Un muret apparaît alors devant vous, et la brunette prend les devants pour s’y accoler. Tu vois le cours d’eau qui s’déverse juste à côté, sa surface qui reflète le croissant métallique, t’entends son débit tranquille que la coke transforme en vacarme de tous les diables.
Ton moment d’observation passe et elle s’agrippe à ta veste, vos corps solidement arrimés. Celui que vous aviez fui ne semble pas se rapprocher, même si des deux tu es le moins bien placé pour en juger. Tout ce que tu vois, c’est le visage de Levy. Petit pour ton sexe, t’arrives tout juste à la hauteur de ses pupilles dilatées, dans lesquelles tu plonges les tiennes. Elle t’murmure des paroles, comme si tout ça la gênait, comme si de votre position elle n’en tirait que de l’inconfort. Tu lui souris, amusé. « C’est très bien comme ça aussi. » tu lui souffles au visage, avec en cadeau ton haleine aux relents de tabac. « Même si ce serait mieux si t’enlevais ça, c’pas très discret le rouge… » Tu glisses ta main sur son ventre pour passer dans son dos, sur sa peau chaude. Et y’a tes doigts qui remontent, et y’a ses traits qui se rapprochent, et y’a tes lèvres qui s’emparent des siennes. Et y’a la nuit qui s’efface, un mélange chimique qui explose en toi.

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

Levy A. Porteiro
La femme au regard bicolore, tels Terre et Ciel
avatar
Inscrit le : 03/05/2017
Messages : 211
Avatar : Sarah Mcdaniel
Crédits : Moi-même
Date de naissance : 02/02/1993
Mes rps : Adrian x Gaïa x Alek x Jahan

Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Cataleya
• ÂGE : 27
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Lun 8 Mai - 20:09

We all have a dark side

Levy &
Alek



Tu n'as même pas pris le temps re garder si c'était vraiment un policier qui s'était tenu là quelques secondes plus tôt. Tu as seulement agi en prenant la main de Caleb pour le tirer avec toi dans une autre direction, éteignant ton portable dans le même mouvement. Tu as bien fait attention pour ne pas t'étendre sur le sol puisque la drogue faisait toujours effet dans tes veines. Ton cœur tambourinait avec forces dans toute ta tête, principalement au niveau des tempes. Lorsque vous êtes tous les deux hors d'atteinte, tu as simplement agrippée la veste du jeune homme afin de cacher ton haut d'une couleur rouge éclatante. Ce n'était pas discret. Tu remarques à cet instant précis la grandeur du jeune homme. Vous faites environs la même taille puisque ses yeux se fondent dans les tiens. Tu dévies un peu pendant deux secondes à peine afin de vérifier si l'autre ne vous avait pas suivi. Tu t'es excusée si jamais tu l'as mis mal à l'aise, mais ses paroles te confirment que ce n'est pas le cas. Son souffle qui te parvient au visage est chaud, mais tu sens également une odeur cendrée caractéristique de la cigarette. Elle ne te dérange pas. Devrait-elle? Peut-être. Tu t'en fiche à dire vrai. La proximité du jeune homme commence à émettre des signaux dans tout ton corps. Vos regards ne sont pas décrochés l'un de l'autre, comme s'ils étaient magnétiques.

Pourquoi est-ce que... Attend. Il avait bien dit ce que tu venais d'entendre? Pour la confirmation, l'une de ses mains s'incruste sous le bout de tissu écarlate pour venir caresser ton ventre jusqu'à se poser dans le creux de tes reins. Nulle gêne ne s'installe dans ton corps, mais une chaleur écrasante oui. Ses doigts remontent doucement contre ta peau et tu te perds dans ses yeux jusqu'à ce que ce ne soit plus possible. Vos lèvres entrent en contact. Tu ne sais pas quel mot mettre sur ce qui se passe exactement autant dans ta tête que dans ton corps. Esprit embrouillé par la cocaïne, corps au contrôle presque perdu... Ses lèvres sont bien plus tentatrices que tu l'avais imaginé. Elles sont chaudes et douces même si on peut penser le contraire. Tes doigts, toujours accrochés à sa veste deviennent plus féroces. Tes jointures blanchissent sous cet effet. Lorsque le baiser prend fin par cause de manque d'oxygène, tu recules d'un pas afin de mettre une petite distance entre vous deux. Ta respiration saccadée reprend peu à peu de son rythme normal, mais ton cœur bat toujours rapidement dans ta poitrine. Une lueur traverse ton regard. ''- Pour la question du rouge et de la discrétion, ça peut vite s'arranger...'' Un rictus amusé s'incruste au coin de tes lèvres alors que tu empoignes le bas de ton chandail. Lentement, le morceau de tissu s'élève, dévoilant peu à peu ta peau basanée jusqu'à la naissance de ta poitrine. Puis, il passe au-dessus de ta tête et tu le laisse simplement aller trouver une place sur le sol.

Tu as bien pensé à mettre des dessous heureusement. Ce qui cache ta poitrine est d'un noir charbon parsemé d'une magnifique dentelle délicate. Tes doigts viennent trouver à nouveau le chemin de la veste qui t'a échappé des mains il y a seulement quelques minutes. Tu forces un peu sur tes avant-bras pour l'inciter à avancer. Ton visage ainsi proche du sien à nouveau, vos regards qui se confondent. ''- C'est mieux comme ça?'' soufflais-tu d'une voix faible, un murmure porté par le vent à son seul destinataire qui se trouve devant toi. L'une tes mains relâchent la pression sur la veste. Tes doigts parcourent son torse avec le peu d'espace qu'il a entre vous avant qu'ils ne trouvent le chemin de sa tignasse. Ils s'y emmêlent et tu le rapproches de nouveau de toi pour t'emparer de ses lèvres à ton tour. Votre petit jeu semblait presque comme celui du chat et de la souris, l'un provoquant l'autre. Aviez-vous prévus d'arriver à un dénouement pareil? Certainement pas! Mais ce n'était tout de même pas pour te déplaire. Pas du tout même. Le contact de Caleb est chaud et doux. Même son haleine cendrée ne te dérange pas. Tu te laisses seulement portée par tes pulsions. Plus le temps de réfléchir. Tu n'en a pas envie. Même que... dans une situation sobre tu aurais peut-être réagi de la même façon.

made by roller coaster

___________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.

by PETULIA
Alek Sagataïev
de fumée et de cendre
avatar
Inscrit le : 29/04/2017
Messages : 571
Avatar : Luke Grimes
Crédits : Angie (avatar)
Date de naissance : 28/12/1991
Mes rps :

KyllianGaëlle
RoseLevyAmy


Bloc notes :


♦♦♦ REVØLUTION ♦♦♦


♦ Nomade enchaîné à cette ville
♦ Dealer aux doigts pilleurs
♦ Déchet des prisons
♦ Visage sans nom

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris
• ÂGE : 16 ans
• BLOC NOTE :


Re: We all have a dark side (Alek), le Mer 17 Mai - 0:56

We all have a dark side
ft. Levy


La fille répond à ton baiser avec ardeur, et tu en profites pour toi aussi te faire d’autant plus insistant. Tu sens ses doigts qui s’accrochent à ta veste, qui enserrent le cuir assoupli par les années, d’une manière instinctive et passionnée. Sa paume s’écrase contre ton dos, et tu ressers ton étreinte sur le sien. Quand vous devez vous séparer, reprendre haleine dans l’espace limité qui sépare vos visages, tu plantes ton regard dans le sien, trouves le bassin noir de ses pupilles, décèles les différences de teintes de ses yeux. Tu laisses petit à petit retomber tes mains et elle en profite pour se détacher de toi, à reculons. Posément. Juste d’un pas. L’air d’Austin, que tu n’arrêtais pas jusque-là de trouver irrespirable, te parvient en bouffées fraîches et tu n’arrives pas à dire si c’est à cause de la cocaïne ou de vos corps qui se séparent. Mais ça n’a plus trop d’importance, quand tu la vois réagir à tes précédentes paroles et enlever son débardeur à une lenteur délibérée. Sa peau halée se dévoile et captive ton attention. Quand le vêtement finit piteusement sa course sur le sol, ton regard remonte enfin et vient se perdre dans le visage de la fille encore une fois. Un petit sourire remonte le coin de tes lèvres.
Elle tend son bras vers toi et s’arrime à ta manche pour te faire quitter le mur. Tu t’en défais, et vos nez se retrouvent de nouveau à quelques centimètres l’un de l’autre. Elle te chuchote quelque chose, tu sens son haleine chaude se briser sur tes lèvres.  « Un peu. » Un petit mieux. Le parfait, lui, se fait encore attendre.

Les doigts fiévreux de Levy se perdent dans ton dos, trouvent le chemin de ton torse et remontent jusqu’à ta tignasse. Vous recommencez à vous embrasser, l’ardeur croissant sans arrêt, et tes pensées s’emmêlent. Les drogues qui mêlent leur grain de folie, la moiteur de la nuit texane, vos corps emmêlés, son souffle, son contact… À un moment donné, la chaleur t’étouffe et c’est en vitesse que tu te débarrasses de ta veste. Elle s’échoue par terre, au pied du muret. Une des mains de la brune s’agrippe à ton vieux T-shirt, ses ongles s’enfoncent dans ta peau à travers le tissu et tu les attrapes d’un petit geste brusque. Une petite idée trotte dans ta tête, et tu la conduis à pas lents vers la rivière, une poignée de mètres plus bas. La rive est précédée d’une pente douce couverte d’herbe, et tu t’y assieds en attirant la fille avec toi. Le jeu peut reprendre, et tu apposes tes paumes sur sa taille. Tu les y presses, remontes encore une fois sur son dos. Sauf que cette fois-ci, tes doigts ne se contentent plus d’effleurer et ils défont d’une pincée l’agrafe de son soutien-gorge. Tu t’éloignes de quelques centimètres d’elle et tu hausses un sourcil, la mettant au défi d’aller plus loin. Là, tout de suite. Et tant pis pour les conditions. Mais tu souris déjà, sûr de sa réponse et des minutes à venir. Tu te défaits d’elle et enlèves ton T-shirt rapidement. Tes mains descendent jusqu’à la bordure de son pantalon et tes pouces se faufilent entre sa peau et le tissu de ses dessous. Un regard. Un regard et tu continues. La forcer n’est pas ton objectif – et puis, ce serait moins plaisant. Un peu comme de la triche dans ce jeu du plus audacieux, loin d'être terminé tu en es convaincu.

___________________

don't get to close it's dark inside

▬ “YOU HAVE STOPPED allowing yourself to dream, because it was more painful to long for things and never get them than to deal with whatever was in front of you. You're too old to hear confront nonsense anymore. Too old to believe that everything will be alright.” ▬ By Tris

We all have a dark side (Alek)

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: South Austin :: Zilker Park-