Partagez| .

Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky]


Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 4 Avr - 21:43


Je pétais les plombs. J’étais indomptable, toujours sur la défensive, toujours pleine d’une colère que je n’arrivais pas à extérioriser. John tentait de se montrer présent et ça m’agaçait. Il en prenait toujours plein la tête sans raison. Quand il tentait de comprendre pourquoi c’était pire. La seule personne avec qui j’arrivais à peu près à rester calme était Jacky. On s’était vu une ou deux fois depuis le fameux jour où j’avais tué le fantôme. Ce n’était pas comme d’habitude, il se montrait distant et nous n’avions pas parlé de la façon dont on s’était séparé à l’hôpital. Je ne mentionnais pas John et il ne posait pas de question.

Un soir alors que John avait organisé une soirée pour essayer de me relaxer, j’avais fini par exploser. « J’ai tué le Fantôme. » « Quoi ? je croyais que c’était ce policier qui a tiré, pour te sauver… » « C’était moi… » J’avais tout déballé et expliqué à John ce que j’avais fait. Je n’avais toutefois pas pu lui parler du moment où j’avais eu le choix. J’avais seulement raconté que j’avais dû tirer pour qu’il ne me tue pas et ça avait été terminé. Il était resté un moment sans rien dire avant de me prendre dans ses bras mais j’avais reculé un peu brusquement. « Je ne te mérite pas… » « Tu n’avais pas le choix Ana… C’était lui ou toi. » « Non, je ne te mérite pas parce que j’ai embrassé quelqu’un d’autre. » Cette fois c’est lui qui avait reculé. A croire que cette trahison était bien pire que celle d’avoir tué un homme en légitime défense. « Qui ?» J’étais restée silencieuse et le rire douloureux que John avait poussé me brisait le cœur. « J’ai compris… C’est ce flic… » Je n’avais rien répondu et le professeur avait quitté la maison.
Quelques jours plus tard, John dont le vrai nom était Horacio, avait reçu un coup de téléphone de son avocate. Il allait pouvoir enfin retrouver sa fille et sortir du programme de protection des témoins. Il était heureux de ces retrouvailles. Mais incapable de me pardonner le baiser avec Jacky, il m’avait quittée. Je n’ai rien fait pour le retenir. Je n’avais même pas réussi à lui reprocher ses propres mensonges au sujet de sa vie.
Et aussi vite que nous avions été frappés par la foudre, notre histoire s’était arrêtée. C’était terminé.

Je n’avais plus rien de la douce Anabella. J’avais coupé mes longs cheveux blonds, mes racines brunes avaient repris le dessus. J’étais devenu une bombe à retardement, ne supportant plus rien. La nuit je faisais des cauchemars à en avoir un couteau planqué sous l’oreiller au cas où ils deviendraient réels. Je revoyais le monstre penché sur moi et me hurlant que j’étais une meurtrière. Petit à petit j’avais arrêté de dormir la nuit pour m’écrouler au petit matin.
J’avais fini par esquivé Jacky, ne supportant plus de le sentir si distant avec moi alors qu’il avait été ces derniers mois la seule personne capable de me faire me sentir en sécurité. Ce jour-là j’étais retournée sur la tombe d’Henri et Lise et comme d’habitude j’avais déposé une rose sur celle de la maman de Jacky. Au vieux couple j’avais raconté les dernières nouvelles, confié à Henri que son protégé avait résolu l’affaire sur laquelle il avait planché toute sa vie. J’avais confié ma culpabilité, ma noirceur. Je n’avais toujours pas pleuré. Comme si en tuant ce monstre toutes les larmes de mon corps avaient disparu.

En rentrant en début de soirée, j’avais aperçu la voiture de Jacky. Même si je l’avais esquivé j’étais contente de le voir arriver sauf qu’il ne se garait pas devant ma maison. C’est devant celle de sa coéquipière qu’il avait coupé le moteur. J’avais remonté l’allée, jetant des regards curieux, espérant peut-être attirer son attention. Et puis elle est sortie de la maison. Magnifique. Dans une robe de soirée qui la rendait éblouissante. Jacky avait mis son plus joli costume et je repensais aux mots de Lily à l’hôpital. « Je prendrai une balle pour lui… » et je comprenais alors. Elle était amoureuse de lui et il l’emmenait dîner… J’avais perdu Jacky. Il avait tourné la page comme le dossier du Fantôme avait été clos. Je sentais la colère tout dévaster sur son passage et j’étais prête à foncer les voir mais avant même d’avoir atteint le bout de l’allée, ils étaient montés dans la voiture avant de s’éloigner. Poings fermés, les dents serrées je me sentais au bord de l’explosion.

J’avais pris la direction d’Austin North après avoir passé la soirée à ruminer et tourner en rond. J’étais en colère contre Jacky ce qui était parfaitement mal venu de ma part. Pourtant je me retrouvais à présent à la porte de son appartement en pleine nuit. Je tambourinais à la porte de l’appartement mais Calamity et Jane étaient les seules à se faire entendre, aboyant de bon cœur. Et s’ils étaient rentrés chez Lily ? Il proposerait peut-être à Lily de monter boire un dernier verre ? Je m’en fichais…
Assise sur la dernière marche de l’escalier, j’attendais bras autour de mes jambes et tête appuyée sur mes genoux. Il était comme tous les autres, il m’avait abandonné. Je lui en voulais de préférer cette fille à moi. Je débloquais totalement, l’autre Anabella n’aurait jamais été si jalouse et ne serait pas si énervée et bouleversée. Mais je n’étais plus l’autre Anabella.

Et cette nouvelle tornade attendait Jacky. Tant pis si ça devait durer encore des heures.

J’attendais.

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 25 Avr - 22:14

« Vous êtes magnifique mademoiselle Wetherhold » lui avais-je dis en baisant sa main. Ce soir j'emmène Lily dans un chouette – et cher – restaurant sur Austin North – le genre de restau qu'on doit réservé deux semaines auparavant. Lily est splendide dans sa longue robe et du coup je me sens manchot dans mon costard trop grand.

Pour être totalement honnête et franc (avec moi et avec vous) depuis ma rencontre avec Anabella, rien n'avait été réellement simple. Ces dernières semaines (on est à la limite des mois) avaient été incontestablement les plus intenses de toute ma vie, sur tous les plans, et pourtant ma mère était bipolaire. Je ne vais pas énumérer la longue liste de changement et d'évènement qu'il y a eu – il y'en a certains dont je ne suis pas vraiment fière et d'autres que je préfère tout simplement oublier – mais le point commun entre tous c'était elle. Ma douce et belle Anabella. La fin a commencé le jour où je me suis rendu compte que j'étais amoureux d'Elle, l'histoire s'est achevée quand j'ai vu cet homme l'embrasser. Finalement entre Anna et moi ce n'était plus vraiment comme avant, on se voilait – ou je me voilais – la face derrière une amitié que je ne pouvais plus supporter. Je l'aimais et elle en aimait un autre, la situation était trop compliquée même pour nous.

Et dans tout ce carnage (qui n'est pas que ça - il représente aussi un grand tournant dans ma vie principalement sur le plan psychique) il y avait Lily, ma plus-vraiment-nouvelle coéquipière qui avait été – et est encore – parfaite sur toute la ligne. Elle me soutenait tout autant qu'elle me remettait à ma place quand je partais dans tous les sens. Lily est une amie, une vraie de la vrai et ce soir on allait célébrer ça.

---

La soirée a été excellente. On a bien mangé, bien rigolé, bien parlé, un peu de douceur dans ce monde de brut. On a parlé de tout et de rien, mais aussi d'Anabella et de son super-pouvoir. Un moment Lily m'a même parlé 'un certain Jack Hudson et vaguement du livre sur lequel elle l'aidait à travailler et je dois avouer que sur ce point je l'enviais pas mal.

J'ai raccompagné Lily chez elle et je suis rentré chez moi.

Un sourire sur le cœur.

---

« OUAF ! OUAF ! » Groggy j'entends Calamity et Jane aboyer, je grogne, mon corps veut veux pas se lever. Mes yeux se posent difficilement sur mon réveil, 23:58 – je ne me suis même pas senti m'endormir. « OUAF ! OUAF ! » Apparemment j'ai eu le temps d'enlever mes chaussures, mais pas chemise, qui se retrouve à moitié déboutonner. Mes cheveux vont dans tous les sens et avec le dos de ma main, j'enlève le surplus de bave. Glamour. « OUAF ! OUAF ! »

Je sors dans ma chambre. « Calmez-vous les filles, que pasa ? » Calamity gratte la porte d'entrer pendant que Jane observe silencieusement Thelma tourner en rond. « Calamity, arrête » Je suis trop fatigué pour m'inquiéter de quoi que ce soit. Je regarde à travers le judas, personne, dans un réflexe inconscient – ne faite jamais ça à la maison – j'ouvre la personne, personne. Gauche, personne, droite, assis sur la première marche d'escalier, elle est là, je reconnais son corps, ses cheveux..

« Anabella ? ... Qu'est-ce que tu fais là ?»
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 25 Avr - 22:45


J’entendais les chiennes aboyer et gratter à la porte. Immobile sur la dernière marche de l’escalier que j’avais dû avaler pour arriver à l’appartement de Jacky, j’attendais. Je l’imaginais avec Lily et ça alimentait une boule au creux de mon ventre, une colère et une peine mêlée qui me donnait l’impression d’être au bord de l’explosion.
Je n’avais pas entendu la porte s’ouvrir mais dès que la voix de Jacky s’était faite entendre, je m’étais redressé comme une louve prête à sauter sur sa proie. Je m’étais levée, frottant dans un réflexe mon pantalon. C’est un regard sombre que je posais sur lui. Sa chemise était à moitié déboutonnée et ses cheveux décoiffés me faisaient imaginer le pire. Et sans réfléchir, je fonçais, avalant en quelques pas les quelques mètres qui nous séparaient. Je le bousculais presque en forçant le passage pour entrer dans son appartement. « Elle est là hein ? » mais je n’attendais même pas de réponse, j’étais déjà au milieu du salon.

Un coup d’œil autour de moi, rien. Ses chaussures à lui trainaient sur le sol. Je fonçais droit vers sa chambre mais en ouvrant la porte un peu violemment, je constatais qu’il n’y avait personne. Je tentais la salle de bain mais la blonde n’était pas en train d’y prendre une douche. Revenant dans le salon je me retrouvais face à Jacky et je m’arrêtais net. « Tu l’as pas ramenée avec toi ? » Je serais les dents, la respiration forte et un peu trop rapide. « Tu l’emmène dîner et tu la ramènes même pas avec toi ? » Je devais lui faire un drôle d’effet. Je devais lui donner l’impression d’avoir littéralement pété les plombs. J’avais pété les plombs.

« Je t’ai vu avec elle tout à l’heure… Dans ton costume et elle dans sa robe… » Incapable de pleurer depuis des semaines, depuis que j’avais tué le Fantôme, je sentais mon regard s’embrumer. Merde, pas maintenant. Pas ces putains de larmes qui ne coulaient plus depuis trop longtemps. Je me rapprochais et le bousculais « T’as sauvé la Survivante alors ça y’est ? Le dossier est clos et tu me laisses tomber ? » J’étais injuste mais toute logique et raison m’avait abandonné. Il n’y avait plus que colère et jalousie. A nouveau mes mains rencontraient son torse pour le pousser ou le frapper, ou peut-être les deux. J’avais juste perdu la tête. « Je te comprends, elle au moins, elle a pas de sang sur les mains… Elle a pas de squelettes dans son placard… » Je la détestais autant que je l’enviais, cette nana prête à prendre une balle pour Jacky. Mais moi aussi j’aurais pu prendre une balle pour lui. Sans l’ombre d’une hésitation. Je la méritais même cette balle. Je le bousculais une fois de plus. « Elle au moins elle t’as pas repoussé ! » Je le poussais encore une fois comme si je cherchais à ce qu’il riposte à un moment donné et qu’il m’empêche de le bousculer encore et encore. « REPONDS ! » Mes mains rencontraient son torse encore une fois. « ARRÊTE DE M’IGNORER » Je sentais les larmes de rage couler et tentais une dernière fois de le pousser mais je n’avais même plus le courage de cogner contre son torse et mes bras retombaient le long de mon corps comme s'ils étaient devenus trop lourds pour s'animer.

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Sam 29 Avr - 12:48



Ma douce Anabella est bien écorchée. Son regard est naturellement vitreux un peu comme si elle n'avait plus assez de larmes en stock mais que son cœur continue de pleurer, elle est cernées et son visage est creusé. Ça me tue de la voir comme ça. Puis soudainement un éclair passe dans son regard, je peux le voir, pour vrai, la Tornade.

Elle fonce vers moi et me bouscule en entrant dans l'appartement. « Elle est là hein ? »  Je ne comprends rien à ce qui se passe, de qui me parle-t-elle ? Je suis trop fatigué pour me rendre réellement compte de l'enjeu du moment. J'eus juste le temps de fermer la porte d'entrée, qu'elle fait le tour de mon appart, qu'est-ce qui lui prend ? Mais qu'est-ce qu'elle cherche ? Je pense beaucoup, mais aucun mot ne sort de ma bouche, je suis comme dans un rêve. C'est ça, je dois rêver. Et dans mon rêve Anabella est folle de rage, elle s'approche de moi brusquement « Tu l’as pas ramenée avec toi ? »  Sa respiration est forte, beaucoup trop forte, je sens son souffle contre mon menton. Rectification, je ne suis pas dans un rêve. « Tu l’as pas ramenée avec toi ? »  Lily. Elle me parle de Lily. Les mots restent coincé entre ma bouche et mon cerveau, je pense beaucoup mais rien ne veux sortir pourtant mon cœur bat de plus en plus vite. Qu'est-ce que je dois faire ? Je me sens totalement perdu. « Je t’ai vu avec elle tout à l’heure… Dans ton costume et elle dans sa robe… »Je m'apprête à parler mais je suis coupé dans mon élan, Anabella me pousse« T’as sauvé la Survivante alors ça y’est ? Le dossier est clos et tu me laisses tomber ? »  ce premier coup me réveille un peu plus, comme si je réalisais enfin ce qui se passait. La Tornade ne me laisse pas le temps de répondre (ni d'agir), que ses mains frappent une nouvelle fois contre mon torse. « Je te comprends, elle au moins, elle a pas de sang sur les mains… Elle a pas de squelettes dans son placard… » Je tente d'attraper ses mains elle la Tornade ne ressent plus rien.  « Elle au moins elle t'as pas repoussé ! » je recule une nouvelle fois, pas par ma volonté mais par la sienne. « REPONDS ! »  Elle frappe une nouvelle fois mon torse mais cette fois-ci je ne recule pas « ARRÊTE DE M’IGNORER »  « JE T'AIME ! » Nous hurlons en même temps et elle est épuisée. Par sécurité j'attrape tout de même ses bras et même si mon geste se veux protecteur ma voix l'est beaucoup moins « Mais ce n'est pas moi qui suit parti Anabella et ce n'est pas moi non plus qui ai joué avec toi. » Je lâche ses bras et recule, j'eu envie de lui à quel point j'en avais assez qu'elle se définie uniquement à ce qu'elle avait été, la Survivante, j'eu envie de lui dire à quel point elle était tellement plus que tout ça, j'eu envie de lui dire à quel point ça m'avait tué de voir un autre homme poser sa bouche contre la sienne; j'eu envie de lui plein de chose mais ma gorge s'était une nouvelle fois serrée.
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 2 Mai - 23:30

J’étais devenue complètement une autre. Je ne réagissais même pas à Jacky tentant de me stopper. Une tornade, c’était exactement ça. J’étais incontrôlable. Jusqu’à ce que Jacky finisse par hurler. Et les trois mots qu’il avait hurlé avait pris le dessus sur les miens. Epuisée mais l’esprit encore vif, je relevais les yeux vers lui, scrutant son visage comme si je pouvais y lire la confirmation de ce que j’avais cru entendre. Mais je n’avais aucun doute en réalité. Il venait de me hurler ses sentiments en pleine tête et il avait au moins fallu tout ça pour stopper la tornade et la laisser s’évanouir au milieu du salon.
J’avais ressenti comme un soulagement jusqu’à ce qu’il reprenne la parole sur un ton bien plus ferme que celui qu’il avait l’habitude d’employer avec moi. Ses accusations faisaient mal et je levais les yeux vers lui horrifié. « C’est ce que tu penses vraiment ? Que j’ai joué avec toi ? » Qu’il puisse penser une chose pareille me faisait mal au cœur. C’était comme y planter une centaine d’aiguille. Jamais je n’avais voulu faire de mal au policier. Jamais.
Ses mains lâchaient mes bras et je l’observais reculer et chaque pas qu’il faisait en arrière était une déchirure. J’étais fatiguée de le sentir s’éloigner. J’étais fatiguée de me débattre au milieu de mes sentiments. Je sentais mes larmes couler et je les essuyais maladroitement d’un revers de main. « Je n’ai jamais voulu jouer avec toi, je n’ai pas joué avec toi… Jamais. » Ma voix tremblait à l’idée qu’il puisse croire réellement une horreur pareille.

« J’ai fini par t’éviter parce que je ne supportais plus la distance entre nous, ça me faisait trop mal… » J’avais pourtant essayé plusieurs fois de prendre mon courage à deux mains pour venir le voir, comme ce soir, et lui dire ce que je ressentais. En vain. Je m’étais toujours défilée. « Je te demande pardon, j’ai jamais voulu te blesser… » Je repensais au baiser qu’on avait échangé dans ma cuisine et à la peine que j’avais du lui faire. Je lui avais rendu son baiser mais l’image de John s’était interposée et je l’avais repoussé.
J’avais envie de lui dire que j’étais tombée amoureuse de lui et qu’au moment de notre baiser, il avait déjà pris trop de place dans mon cœur. J’avais envie de lui dire que John était parti, que j’avais fini par lui raconter pour notre baiser et que je n’aurais pas pu continuer cette mascarade encore longtemps. Que je ne pouvais pas être avec un homme alors que toutes mes pensées et mes sentiments étaient dirigés vers un autre. Mais j’étais tellement fatiguée que rien ne sortait. Tellement fatiguée que j’étais incapable de structurer mon discours. J’aurais aimé qu’il comprenne que la jalousie m’avait amenée ici mais que moi aussi je l’aimais.
Je tentais un pas pour me rapprocher de lui. Mon regard usé rencontrait le sien et je tendais doucement la main pour effleurer son bras comme si j’étais en train d’essayer de l’apprivoiser. « Tu me manques. » J’avais murmuré si bas que je me demandais s’il avait pu entendre quoi que ce soit. « Je sais plus qui je suis, je sais plus où je vais, je ne sais pas comment survivre mais… » Je levais les yeux vers lui, trop brillants à cause des larmes qui coulaient sans s’arrêter comme pour rattraper le retard de ces dernières semaines. « J’ai l’impression que sans toi j’y arriverai pas… » J’étais désespérée. J’avais l’impression qu’à tout moment, je pouvais le perdre. J’avais envie de le prendre dans mes bras, de sentir les siens autour de moi, m’empêchant de sombrer encore plus. « Je t’en supplie… Pardonne moi. »

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Dim 21 Mai - 5:35

Depuis petit je n'aime pas les disputes. J'évite les conflits comme la peste, avec plus de cœur encore que lorsque j'évitais mes bourreaux à l'école primaire.
Je n'ai jamais les bons mots et au final c'est moi qui ai le cœur en miette.

« C’est ce que tu penses vraiment ? Que j’ai joué avec toi ? » Il est trop tard pour faire marche arrière, je secoue la tête presque désolé de penser ça, lâche ses bras et recule. Je frotte mes yeux et garde en tête le faible espoir que tout ça ne soit que le fruit de mon imagination, d'un mauvais rêve. « Je n’ai jamais voulu jouer avec toi, je n’ai pas joué avec toi… Jamais. » Sa voix tremble et ça me brise le cœur, je déteste entendre sa voix trembler.  Mon coeur et mon corps veulent se rapprocher d'elle, je veux la serrer dans mes bras et lui dire « On oublie tout » mais je n'y arrive pas. Je n'arrive pas plus à bouger. Face à mon silence, Anabella continue « J’ai fini par t’éviter parce que je ne supportais plus la distance entre nous, ça me faisait trop mal, je te demande pardon, j’ai jamais voulu te blesser… » Pour la première fois depuis que la bombe avait été lâché je pose mon regard sur elle, elle semble si fragile, ça me tue mais je n'arrive pas à faire quoi que ce soit. En temps normal j'aurais surement bafouillé que c'était moi qui été désolé, que je l'aimais et que je voulais juste qu'elle soit heureuse mais je n'arrive pas, rien ne sort et pourtant mon amour pour elle est bien là, présent, il serre, déchire et fait battre mon cœur.

Elle se rapproche, lasse, nos regards se croisent et je sens sa main effleurer délicatement mon bras. Ô ma douce Anabella. « Je sais plus qui je suis, je sais plus où je vais, je ne sais pas comment survivre mais j’ai l’impression que sans toi j’y arriverai pas, je t’en supplie pardonne moi.  » « Eh Ana, Ana.. » dis-je d'une voix douce en m'approchant d'elle, j'attrape sa main. « Je serais toujours là pour toi, toujours, je te l'ai juré... » Mon regard ne veux plus quitter le sien.

« À mes yeux tu n'a jamais été que la Survivante.. – je souris timidement en me remémorant notre rencontre – .. Tu es avant tout cette jolie blonde qui a du me prendre pour un fou à lire un livre à voix haute dans un cimetière un jour pluvieux, tu es cette libraire super super sexy qui pour une raison qui m'est encore totalement obscure adore manger sucré.. – je souris sincèrement avant qu'il ne s'estompe – .. tu es aussi celle pour qui j'ai risqué ma carrière et surtout celle de ma coéquipière. » Mon corps est presque collé au sien et mes mains serrent les siennes un peu plus fort « Ana avant toi la chose la plus importante dans ma vie c'était mon travail. Je.. J'ai du me battre et sacrifier énormément de chose pour avoir ma place et pourtant sans aucune hésitation j'ai tout risqué pour toi et si c'était à refaire, je le referais. - je lève son menton d'une main et passe l'autre dans ses cheveux court - Et non pas parce que tu es la Survivante comme tu le crois; mais parce que tu es la belle chose qui me soit arrivé Anabella.»
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Jeu 25 Mai - 22:48

Ça me faisait paniquer. L’idée d’avoir perdu Jacky. L’idée d’avoir raté ma chance. Tout le reste foutait le camp, mais si Jacky ne faisait plus partie de ma vie alors ça ne servirait à rien de se battre pour survivre. Voilà où j’en étais. Je sentais sa main dans la mienne et aussitôt je l’avais serrée de peur qu’il ne la retire. Il réitérait sa promesse, cette promesse en laquelle j’avais douté. Ma jalousie m’avait aveuglé même si la bombe qu’avait prononcé Jacky m’avait tiré de ma torpeur.
Il évoquait notre rencontre et j’avais souris doucement, me souvenant parfaitement du cimetière, de l’averse, de ce restaurant avec des tacos et de tout ce qu’on s’était dit ce jour-là. C’était un souvenir précieux que je gardais tout contre mon cœur. Je n’aurais jamais imaginé qu’on en serait là des mois après. Je n’aurais jamais imaginé que ce type qui faisait la lecture à sa mère pouvait devenir aussi important pour moi. Parce que j’avais toujours été la fille de passage et que j’imaginais qu’on ne se reverrait pas.
Je perdais un peu de mon sourire quand il évoquait les risques qu’il avait pris. Je m’en voulais encore, tellement. J’aurais voulu lui éviter ça. J’aurais voulu assumer d’avoir tué le Fantôme. Au lieu de jalouser et de détester Lily W. j’aurais du la remercier de prendre soin de Jacky et d’avoir elle aussi prit des risques sans même me connaître. Au lieu de ça, je l’avais insultée de tous les noms dans ma tête et l’avait maudite. Par pure jalousie.
Mais malgré ce passage difficile, il s’était rapproché et je pouvais sentir toute la chaleur de son corps contre le mien. J’avais eu froid, trop froid. Tuer ce Fantôme m’avait glacé le cœur et l’âme mais aux côtés de Jacky, j’avais l’impression qu’un réchauffement était possible. Je ne lâchais toujours pas ses mains, avec cette même peur que ses doigts glissent et s’échappent des miens.
Le regard relevé vers lui, je ne l’interrompais pas, buvant chacune de ses paroles. J’avais eu peur que tout ce discours ne se termine mal, qu’il me demande de le laisser tranquille après lui avoir apporter tous les problèmes qu’il avait du affronter. Je lui étais tellement reconnaissante. Je savais que Jacky m’avait sauvé la vie, que sans lui je serai sans doute morte. J’avais souvent pensé ces derniers temps que ça aurait été bien mieux ainsi mais à présent, dans les bras de Jacky, j’avais presque envie de croire que ça valait le coup d’avoir été une fois de plus la Survivante. Même si aux yeux de Jacky j’étais plus que ça. Il m’aimait pour celle que j’étais et pas pour le surnom et l’histoire que des journalistes avaient relayés.

« Je n’ai plus rien de l’ancienne Anabella… » J’avais le même regret dans la voix que lorsqu’on parle de quelqu’un qui n’est plus là, qui est mort. « Est-ce que tu peux encore m’aimer si je n’ai plus rien de cette libraire que tu as rencontré ce jour pluvieux ? » Je baissais les yeux. « Je te promet que je n’ai jamais joué avec toi… Tu as été ce mec un peu curieux qui lisait des livres à sa mère et qui m’a emmené manger des tacos et qui m’a fait écouter de la musique sur américaine dans sa voiture. Tu as été mon Héros, au sens noble du terme et sans toi je serai surement morte. Mais ce soir-là, quand tu m’as embrassée… Je t’ai demandé de partir parce que tu méritais bien mieux que ça. Je ne voulais pas jouer avec toi… » J’avais besoin de lui dire tout, qu’il comprenne que j’étais sincère avec lui jusqu’au bout. « Plus je me rapprochais de toi, plus je me suis éloignée de John. » Pas besoin de préciser qui était ce John. « Je pouvais plus être avec lui parce que je t’avais dans la tête et dans le cœur… Je ne l’ai pas fait appeler à l’hôpital. Je l’ai aimé, c’est vrai, et je garde de l’affection pour lui mais nos chemins n’étaient pas fait pour s’unir… Le mien a croisé le tiens et je savais que je voulais parcourir ce chemin avec toi… » Je serrais ses mains dans les miennes. « Je suis tombée amoureuse de toi sans m’en rendre compte et quand je l’ai réalisé j’ai eu peur… Mais je suis là maintenant… » Je marquais une pause et lâchait une de ses mains pour glisser la mienne sur sa joue. « Je t’aime… » Il n’y avait plus de colère. Plus de tension. Plus de douleur. Je m’étais toujours sentie en sécurité avec Jacky et cette soir je me sentais apaisée.

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 30 Mai - 21:28

« Je n’ai plus rien de l’ancienne Anabella… Est-ce que tu peux encore m’aimer si je n’ai plus rien de cette libraire que tu as rencontré ce jour pluvieux ? Je te promet que je n’ai jamais joué avec toi… Tu as été ce mec un peu curieux qui lisait des livres à sa mère et qui m’a emmené manger des tacos et qui m’a fait écouter de la musique sur américaine dans sa voiture. Tu as été mon Héros, au sens noble du terme et sans toi je serai surement morte. Mais ce soir-là, quand tu m’as embrassée… Je t’ai demandé de partir parce que tu méritais bien mieux que ça. Je ne voulais pas jouer avec toi… Plus je me rapprochais de toi, plus je me suis éloignée de John. Je pouvais plus être avec lui parce que je t’avais dans la tête et dans le cœur… Je ne l’ai pas fait appeler à l’hôpital. Je l’ai aimé, c’est vrai, et je garde de l’affection pour lui mais nos chemins n’étaient pas fait pour s’unir… Le mien a croisé le tiens et je savais que je voulais parcourir ce chemin avec toi… Je suis tombée amoureuse de toi sans m’en rendre compte et quand je l’ai réalisé j’ai eu peur… Mais je suis là maintenant… » Elle caressa ma joue. « Je t’aime… » À ces mots je l'embrassa fort, très fort, passionnément - ne rebondissant même pas sur le prénom qu'elle avait cité, sur ce John -, parfois j'éloignais mon visage du sien comme pour m'assurer que ce n'était pas un rêve. Qu'elle était bien là, enfin, avec moi. Je l'embrassa encore et encore, manquant de peu de nous renverser sur le canapé  « La réponse est oui. Oui je continu et continuerais de t'aimer. » Mes yeux furent troubler par une énorme masse derrière elle. À travers ce tourbillon d'émotion, Calamity avait jugé qu'elle pouvait désormais s'approprier le canapé « Hep hep Calamity, si tu crois que je t'ai pas vu, descend tout de suite » la chienne me regarda l'air de rien et descendit rejoindre Jane dans leur niche. Je ne peux m'empêcher d'exploser de rire, avant de regouter aux lèvres d'Anabella avec plus de douceur cette fois.

Alors ce serait ça le bonheur ?
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mer 31 Mai - 23:24

Ses lèvres contre les miennes. La passion qui traduisait le manque et l’attente. Je lui rendais chacun de ses baisers et me serrais encore un peu plus contre lui-même si de temps en temps Jacky semblait vérifier que c’était bien moi contre lui et bien moi en train de l’embrasser. Ça m’avait arraché un sourire avant de reprendre de plus belle. Entre deux baisers il avait enfin prit la parole, me répondant par la même occasion. J’avais envie d’y croire. De croire qu’il pourrait m’aimer quoi qu’il arrive mais j’avais peur des serments parce que certains pouvaient les briser en un claquement de doigt. Mais ce soir, je voulais y croire sans appréhender les « si » qui pouvaient être destructeurs.
J’avais reculé jusqu’au canapé, retenue de justesse par Jacky alors que Calamity avait cru bon de s’installer confortablement. Le lieutenant de police la grondait et coopérative, la chienne avait rejoint son coin habituel pour rejoindre Jane qui y dormait déjà. J’avais croisé le regard de Jacky et en l’entendant rire, j’avais fait de même. J’avais presque été surprise par le son de ma voix. Je n’avais pas ris depuis une éternité. Et c’est le policier qui avait réussi à m’arracher cet éclat de joie.
Ne résistant pas à l’appel de ses lèvres, j’y avait goûté à nouveau et en toute sécurité, c’est dans le canapé qu’on avait basculé sans risque d’écraser personne. J’avais fait une pause, mes mains sur les joues de Jacky, pour pouvoir me perdre dans son regard et réaliser que j’étais bien là, sous lui, sa chaleur contre la mienne. Cette fois c’est moi qui avait besoin de m’assurer que tout ça était bien réel. Que cette petite flamme qui semblait me réchauffer avait été ravivée par Jacky et qu’elle ne risquait pas de s’éteindre au réveil, quand le rêve s’évanouirait.

J’avais fini de déboutonner sa chemise et le reste de ses vêtements avait rejoint le sol et la suite était une parenthèse que nul n’avait besoin de connaître en détail. On s’était juste retrouvés, libres enfin d’être ensembles après tout ce que nous avions traversé. Le fantôme était du passé et si j’avais encore du mal à croire que je pouvais me reconstruire, dans les bras de Jacky cette idée ne semblait plus tout à fait aussi absurde.
Trop fatigués pour oser s’imaginer rejoindre la chambre du policier, c’est dans le canapé que l’on avait décidé de passer le reste de la nuit dont il ne restait plus que quelques petites heures. Jacky s’était endormie mais torturée toujours par mes insomnies, j’étais restée parfaitement éveillée. Je l’avais observé, l’air si serein et je me retrouvais à sourire bêtement dans le noir, me promettant de ne plus le pousser à prendre de tels risques pour moi. Promettant de tout faire pour être à la hauteur de l’homme qu’il était.
De temps en temps je déposais un baiser sur sa peau, le plus délicatement possible pour ne pas le réveiller. Et miraculeusement, au bout d’une bonne heure à observer mon homme dormir, j’avais fini par l’imiter. Malheureusement, même dans les bras de Jacky, il y avait des images qui continuaient de venir troubler le peu de sommeil que je parvenais à gratter. Au début ça n’avait été que des murmures, puis un sommeil agité avant que ça ne se termine en cris. Les chiennes de Jacky surprises avaient aboyé avant devenir se coucher au pied du canapé. A hurler ainsi j’avais réveillé le policier et cherchant encore mon souffle je tentais de chasser les images horribles qui me hantaient. Il y en avait encore du chemin pour que mon quotidien ne soit plus teinté d’un enfer qui avait du mal à s’estomper dans mon esprit.

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 6 Juin - 13:16

On avait fini par s'endormir sur le canapé et après de longues années d'abstinence je pensais que le fait de dormir avec quelqu'un serait plus compliqué que ça. Mais c'était Anabella et avec elle tout était si naturel.

« Maman ? » L'océan m'entoure, je flotte, seul, un phoenix passe au dessus de ma tête, je baisse les yeux et me retrouve sur une barque, l'océan est calme. Je me sens si bien. Un orage. J'entends un orage. La mer commence à s'agiter. Doucement et de plus en plus. Le phoenix se transforme en corbeau. Il y a quelqu'un. Je sens une présence et..

« AAAAAAH  » Le cri d'Anabella me sort de mon rêve (?) et mes chiennes aboient avant de se calmer d'elle-même. « Anabella, je suis là, je suis là » Je la sers dans mes bras, elle est en sueur et son cœur bat à mille à l'heure, je le sens. « Ce n'est rien. Tu as fais un cauchemar » dis-je en caressant délicatement ses cheveux et en posant sa tête contre mon cou. « Je suis là.. » Mon cœur ralentit « Je vais rester éveillé le temps que tu te rendorme d'accord ? »
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mar 6 Juin - 23:25

J’avais l’impression que chaque cauchemar gravait à nouveau des images lugubres derrière mes paupières comme si à chaque fois que j’arrivais à trouver le sommeil mon esprit et ma conscience se débrouillaient pour m’empêcher de recommencer cet affront de vouloir trouver un peu de repos. Roulée en boule, je sentais les bras de Jacky m’entourer et tentais de me raccrocher à la sensation de sa peau contre la mienne et de sa voix délicate.

Ça n’avait rien d’un cauchemar, c’était la réalité qui venait me tourmenter encore et encore. J’avais tué le fantôme et ça me hantait. C’était une culpabilité que je ne pouvais pas extérioriser parce que le policier s’était accusé à ma place. La légitime défense n’avait que peu de poids, car je savais que quelques minutes avant, j’avais appuyé sur la détente de façon volontaire. « Je l’ai tué… » Je m’étais dégagée des bras de Jacky. Non, je ne voulais pas me rendormir. Je ne voulais pas voir le visage de l’homme à qui j’avais ôté la vie revenir me voir dans mon sommeil.

J’attrapais mes sous-vêtements que j’enfilais et enfilais la chemise de Jacky, trop grande pour moi. Je ne pouvais plus me recoucher. C’était comme ça à chaque fois. J’ouvrais les yeux dans mon canapé, tentais de me calmer – et ça avait été plus rapide grâce à Jacky cette fois – et tournais en rond dans la maison comme un lion en cage. Je ne savais pas comment vivre avec cette culpabilité qui m’étouffait. « Je l’ai tué… » Je tournais la tête vers Jacky. Contrairement à d’habitude, ce n’est pas à moi seule que je parlais. « La balle n’est pas partie à cet instant là mais j’ai eu envie de le tuer… j’ai appuyé sur la détente. » Je me mettais à paniquer. « S’il y avait eu une balle à ce moment-là, je l’aurais tué de sang-froid. » Et ça me faisait paniquer d’être capable d’une telle chose, monstre ou pas en face de moi. Je prenais ma tête entre mes mains avant d’écarquiller les yeux comme si je réalisais seulement maintenant que j’étais chez Jacky, que nous avions fait l’amour et que j’étais toujours cette bombe à retardement. Je baissais les yeux sur mes mains que je savais recouvertes de sang malgré leur blancheur apparente dans la pénombre. « Faut que je m’en aille… »

J’attrapais mon pantalon, l’enfilais aussi vite que possible et courrais après mes chaussures que j’avais envoyé valsé un peu plus tôt. « Tu mérites mieux que moi… » C’était d’une évidence, je comprenais pas qu’il ne le réalise pas, lui aussi. « J’avais pas le droit de venir ici… j’avais pas le droit… Tu mérites mieux qu’une meurtrière… » Voilà ce que je vivais depuis des semaines. Des moments d’apaisements et des crises de paniques ou de colère. Je savais que j’étais en train de les faire subir à Jacky et ça renforçait ma panique. Si j’avais eu les idées claires, si j’avais dû m’observer avec un regard extérieur, j’aurais clairement compris que tous ces comportements impulsifs résultaient d’un trouble de stress post-traumatique mais je n’étais pas objective et je ne faisais que subir mes émotions et mon fantôme. Le Fantôme. Il n’avait jamais aussi bien porté son nom.

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Sam 24 Juin - 13:41

« Je l’ai tué… »

Anabella culpabilise et ça me tue parce que je ne peux rien y faire. Elle se dégage de mes bras et se lève rapidement, je m'assois et la regarde faire, je ne sais pas quoi dire. Elle l'avait tué cet enfoiré de Fantôme, c'était un fait et contrairement à ce que qui se passe dans les séries télé, ôter la vie de quelqu'un n'est pas quelque chose d'anodin qu'on fait sans conséquence. Ana le subissait maintenant.
Ana attrapa ses sous-vêtements et enfile ma chemise - t'es si belle - avant de tourner en rond dans le salon, je l'observe patiemment et Calamity et Jane font la même chose. J'ai envie de dire quelque chose, n'importe quoi qui pourrait l'apaiser mais aucun son ne sort, j'espère juste qu'elle va se calmer d'elle-même.

Puis elle s'arrête et me regarde  « La balle n’est pas partie à cet instant là mais j’ai eu envie de le tuer… j’ai appuyé sur la détente. - sa voix s'accélèrent, elle panique - S’il y avait eu une balle à ce moment-là, je l’aurais tué de sang-froid. » J'ai envie de me montrer rassurant, lui dire que je la comprends, qu'elle ne peux ni s'en vouloir, ni regretter car j'aurais probablement fait comme elle et que rare sont les personnes qui n'auraient pas tiré dans son cas. Mais, on ne s'arrête jamais d'être flic, est la loi stipule qu'il est illégale de se faire justice alors je ne dis rien. La Tornade est revenu et j'attends juste qu'elle passe.
Elle me semble si fatiguée, si abîmée ma douce Anabella.

« Faut que je m’en aille… » dit-elle en attrapant son pantalon.« Quoi ? Non, reste Ana » je me lève si vite que ma tête tourne, la Tornade ne semble pas m'écouter. « Je veux pas que tu partes s'il te plait Ana » « Tu mérites mieux que moi… » « Non, s'il te plait ne fait pas ça.. » Je tente d'attraper son bras mais plus rien ne semble l'arrêter. «  « J’avais pas le droit de venir ici… j’avais pas le droit… Tu mérites mieux qu’une meurtrière… » Je suis impuissant face à elle, je ne peux pas la forcer à ne pas y penser.

« Ana.. » ma voix s'évanouit en même temps qu'elle claque la porte de mon appartement.

Je suis pris de rage parce que je ne peux rien faire, parce que la femme que j'aime va mal, parce que ce putain de Fantôme est mort et qu'il continu à lui pourrir la vie, parce que tout ça est trop injuste. Je balance un énorme coup de pied dans le table basse, ça fait mal, je m'assois sur mon canapé et me met à pleurer. Calamity et Jane se pose à mes pieds.

J'attrape mon téléphone

Citation :
Ana si tu veux revenir à la maison, je suis là.. Envoi moi un message quand tu es rentré. Je t'aime.
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Dim 25 Juin - 0:33

Je n’attendais aucun mot de la part de Jacky, de toute façon, quoiqu’il dise, même si c’était lui qui le disait, ça ne me rassurerait pas. Ça ne me ferait pas arrêter de paniquer. Et l’angoisse avait été telle que j’avais décidé de m’en aller, j’avais enfilé le reste de mes vêtements à la hâte, n’écoutant aucune des réactions du policier qui me demandait de rester. Et toujours vêtue de sa chemise, j’avais claqué la porte sans me retourner. J’avais fuis, comme toujours, ce même instinct de survie qui m’avait toujours habitée depuis que j’étais une gamine.

Je n’avais pas répondu à Jacky pour la simple et bonne raison que j’avais laissé mon téléphone chez lui. Je m’en étais rendue-compte qu’au moment de m’écraser sur mon lit alors que je venais de passer deux bonnes heures à rouler sans but. Ça avait eu le don de me calmer et de me recentrer. Je m’étais endormie aux premières heures du jour et cette fois les cauchemars m’avaient laissée à peu près tranquille. J’avais émergé difficilement, le parfum sur la chemise de Jacky m’apportant un peu de réconfort avant de réveiller la culpabilité. Je m’étais enfuie de chez lui d’une façon dont je n’étais pas fière du tout.

Après une bonne douche, j’avais replié la chemise et enfilé des vêtements propres avant de prendre mon courage à deux mains pour retourner chez le policier. J’avais sonné puis avais rejoint l’appartement. Quand il ouvrait la porte, je prenais une grande inspiration en lui tendant sa chemise que je lui avais ramené « Je suis désolée. » J’avais réfléchi pendant mon escapade nocturne et j’avais pris une grande décision. « Je suis désolée d’avoir aussi mal réagit cette nuit… Si tu veux bien, je voudrais entrer et te parler… » Mon air était grave mais j’étais décidée.

Une fois dans l’appartement, j’avais adressé quelques caresses aux chiennes avant de regarder Jacky. « Je vais partir… » Je lui faisais signe de me laisser finir avant de dire quoi que ce soit. « Une de mes voisines est médecin et il y a quelques semaines, elle m’a proposé de la suivre en mission humanitaire. Je vais accepter… » C’était une décision difficile mais qui me paraissait tellement nécessaire. « Je crois que j’ai besoin de partir d’Austin même si ça veut dire partir loin de toi… J’ai peur que si je reste, je finisse par exploser et qu’on y survive pas… Et ça je ne veux pas… J’ai besoin d’aller quelque part où on ne me connaît pas du tout et surtout de me rendre utile, de faire quelque chose de bien… » Je comprenais très bien si jamais Jacky ne me pardonnait pas cette décision. « Je comprendrais si à mon retour tu ne veux plus de moi, ou si même maintenant, après cette nuit tu ne veux plus de moi. » Même si ça me nouait la gorge d’imaginer une telle fin. « Sache que si je pars, je le fais surtout parce que j’espère revenir et être un peu plus libre de t’aimer sans tous mes fantômes… » Je tentais un pas vers lui. « J’ai du te donner l’impression de jouer encore cette nuit mais je te jure du plus profond de mon cœur que ce n’est pas le cas. C’est pour ça que je veux partir. Pour être libre de t’aimer et de construire vraiment quelque chose avec toi… » Et prudente je rajoutais encore une fois. « Si tu le veux aussi… »

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...
Jacky Weinhandler
CLUMSY & ROMANTIC
avatar
Inscrit le : 08/04/2016
Messages : 354
Avatar : Jesse Eisenberg
Crédits : Camelot_queen sur livejournal / Neil Sandman sur ouat-storybrooke-rpg.com / Tumblr
Mes rps : Indisponible (3/3)
#Alex Homicides moi? Et avec lui sérieusement?
#Lily Welcome Back To The Real World
#Anabella Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas...

Bloc notes : EN CE MOMENT:
(♥) Ça relation avec Anabella ne commence pas aussi bien que prévu, mais ils s'aiment et pour une fois Jacky veux croire qu'il mérite lui aussi d'être heureux
(☹) Il a menacé son Capitaine pour couvrir Anabella, Lily & lui-même. Ça semble avoir plutôt bien marché mais a quel prix ?
($) Il mets de l'argent de côté pour faire une belle surprise à Anabella
(I) Il a reprit ses séances chez le psy





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mer 5 Juil - 21:29

1 heure est passée et aucun message d'Anabella. Rien. Le néant.
À la hâte j'enfile un vieux jean et un t-shirt qui me sert de pyjama, je prends mes clefs de voiture et descends jusqu'au parking, je m'installe sur le siège du conducteur et.. Je n'arrive pas à démarrer.
Les poings et la mâchoire serrée, je n'ai jamais été si en colère.
Pas contre Ana, ma douce Ana, mais contre moi parce que je n'ai pas su la protéger et que maintenant nous en subissons les conséquences. Si seulement à l'époque d'Henri j'avais continué à croire en lui, à enquêter sur le Fantôme, ou même juste à le soutenir, on aurait finit par l'arrêter ce « AAAARG » - mon poing se cogne violemment contre le klaxonne et le bruit me fait presque sursauté – et Ana, ma douce Ana, serait si heureuse maintenant, mais je n'ai pas été là..
J'ai envie d'aller chez elle, pas pour l'embêter, elle ne se rendrait même pas compte de ma présence mais juste pour voir de mes propres yeux qu'elle est là, chez elle, en sécurité mais je ne peux pas. Vaincu je sors de ma voiture, j'ai mal au crâne, mon cœur bat beaucoup trop vite et je manque de peu m'effondre.. Par soucis de bonne conscience j'ai envie d'aller la voir, de juste voir que tout va bien mais je ne peux pas, je m'inquiéterais toujours pour elle et je sais que si je me laisse tenter d'y aller maintenant, mon beau Phoenix ne sera plus jamais libre car peu à peu je l'enfermerais – malgré moi – dans une prison doré.
Elle mérite mieux que ça.
Elle mérite d'être enfin libre.
Je dois être fort, pour elle, pour nous.

5h28. Aucun signe de vie d'Ana et je n'ai pas réussi à m'endormir. J'ai sorti les chiennes, rangé mon bureau, ré-organisé ma bibliothèque, nettoyer le salon et je me suis même laisser terminer quelques dossiers pour m'avancer sur mon travail. Je fais tout ne pas penser à elle.

6h02. Je somnole sur mon canapé, Calamity à mes pieds et Jane s'est installé sous ma main.

6h05. L'interphone sonne et je bondis - littéralement - de mon canapé. C'est Ana. Elle est vivante, elle va bien, elle est là. Mon cœur bat à 100 à l'heure, le temps qu'elle monte je prépare du café – j'ai bu au moins 5 tasses depuis qu'elle est parti – et attends patiemment. Je vais la serrer dans mes bras et l'embrasser et lui faire l'amour et on vivra heureux et tout ira bien. La porte sonne. Elle ne porte pas les mêmes vêtements qu'hier (signe qu'elle est bien rentré chez elle, ça me rassure) - je souris. Elle me tends ma chemise «  Je suis désolée. » Son ton semble poser, beaucoup plus calme que quand elle est parti pourtant je sais que quelque chose ne va pas et une peur m'envahit. Je sens la mauvaise nouvelle arriver. « Je suis désolée d’avoir aussi mal réagit cette nuit… Si tu veux bien, je voudrais entrer et te parler…  » Je me pousse et la laisse entrer.  À peine 24heures passé avec elle et j'ai déjà tout foiré.

Calamity et Jane sont contente de la voir, elle leur donne même quelques caresses et ça me fait plaisir, je photographie ce moment dans mes souvenir. Lorsque son regard se pose de nouveau sur moi, elle ne passe pas par 4 chemins et m'annonce qu'elle va partir, je n'ai même pas le temps de dire quoi que ce soit qu'elle me fait signe de la laisser parler. J'obéis. « Une de mes voisines est médecin et il y a quelques semaines, elle m’a proposé de la suivre en mission humanitaire. Je vais accepter. Je crois que j’ai besoin de partir d’Austin même si ça veut dire partir loin de toi… J’ai peur que si je reste, je finisse par exploser et qu’on y survive pas… Et ça je ne veux pas… J’ai besoin d’aller quelque part où on ne me connaît pas du tout et surtout de me rendre utile, de faire quelque chose de bien… Je comprendrais si à mon retour tu ne veux plus de moi, ou si même maintenant, après cette nuit tu ne veux plus de moi. Sache que si je pars, je le fais surtout parce que j’espère revenir et être un peu plus libre de t’aimer sans tous mes fantômes…   » Je tremble. Je tente de ne rien laisser paraître et glisse mes mains dans mon jean. Je déteste les départs. Je hais ça depuis que ma mère m'avait dit quelque chose de similaire quelques années plutôt (qu'elle voulait partir pour faire quelques choses de bien, découvrir le monde) et qu'elle était morte quelques semaines plus tard dans un trou paumé du Nevada. Ça me fait trop mal rien que d'y penser. Ana n'est pas ma mère et toutes les personnes qui partent ne vont pas mourir (dixit mon psychologue). Je ne l'ai même pas senti se rapprocher de moi. «  J’ai du te donner l’impression de jouer encore cette nuit mais je te jure du plus profond de mon cœur que ce n’est pas le cas. C’est pour ça que je veux partir. Pour être libre de t’aimer et de construire vraiment quelque chose avec toi…  Si tu le veux aussi… » Je marque une pause, peut-être un peu trop longue car la machine à café fait bip. « Tu veux un café ? » Je n'arrive pas à me concentrer sur ma réponse, l'habitude faire comme si de rien n'était aussi. Je me dirige vers la cafetière, en attrapant la machine je renverse la moitié sur la table de travail.  « Putain de cafetière de merde! » dis-je en attrapant éponge et serviette. Je veux pas affronter ce moment, je veux pas affronter ce moment.

Dans un moment de presque-folie, fatigue + stresse + caféine, je commence à ricaner - pas de manière diabolique, plutôt las - « Qu'est-ce que tu veux que je te dise Ana ?   » Je montre froid, plus froid que ce que j'ai vraiment envie de montrer mais j'ai peur et bien sûr que non je n'ai pas envie qu'elle parte ! « Mes sentiments pour toi on pas changé en une soirée. Je t'aime, non que dis-je suis totalement fou amoureux de toi et je t'aime tellement que qu'est-ce que tu veux que je te réponde à part d'accord quand tu me dis que tu pars ? Hein ? Franchement ? Quand tu me dis que tu as BESOIN de partir. Je veux que tu sois heureuse, je veux juste que tu sois heureuse. » et sur ses derniers mots je me mets à pleurer, fatigué.
Anabella Blake
ADMIN ∎ ✒︎ Des livres et moi...
avatar
Inscrit le : 26/10/2015
Messages : 514
Avatar : Rachel McAdams
Crédits : Avatar: Hallows - Gifs : Mcadamsdaily (Tumblr)
Date de naissance : 28/05/1985
Mes rps :

DISPONIBLE

Vietman ❥ Leah
Retrouvailles ❥ Ethan
Hopital ❥ Eva
Jalousie ❥ Jacky

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● Elle est amoureuse de Jacky
● Elle a tué l'assassin de sa famille
● Elle ne sait plus où elle en est
● Elle part en mission humanitaire avec Leah
● Elle a coupé ses cheveux
● Elle a des idées pour sa nouvelle librairie mais n'y pense plus vraiment



Walking with a friend in the dark is better than walking alone in the light. #Leobella



Mon p'tit trophée:
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE :


Re: Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky], le Mer 5 Juil - 22:26


Je m’attendais à ce que Jacky soit en colère. Je m’attendais à ce qu’il m’en veuille. Alors que tout devrait s’arranger, alors que le Fantôme état hors d’état de nuire, alors qu’on s’était avoué nos sentiments on aurait pu être libres mais ce n’était pas le cas. Ce n’était pas si simple et c’était surtout moi qui compliquait tout. J’avais du mal à gérer le dénouement de mon histoire, du mal à vivre avec ma culpabilité. J’étais effrayée depuis que j’avais vu de quoi j’étais capable lorsque j’étais poussée à bout.

Je m’étais lance dans un long monologue, j’avais peur de ne pas réussir à dire tout ce que je pensais, tout ce que je ressentais, tout ce que j’avais besoin de lui dire. Je voulais qu’il comprenne que je l’aimais, que je l’aimais même trop pour prendre le risque de tout gâcher en fonçant tête baissée. Si je ne prenais pas le temps de mettre de l’ordre dans mes affaires, j’allais finir par tout gâcher comme j’avais gâché notre première nuit ensemble.
Partir ne m’enchantait pas, je savais déjà qu’il me manquerait atrocement mais je voulais croire que partir et donner de mon temps, essayer de renouer avec mon côté généreux me permettrait de revenir et d’être à la hauteur de Jacky et de tout l’amour qu’il pouvait me donner et dont je ne me sentais pas digne pour le moment.

Je ne m’attendais pas à ce qu’il réponde par une question aussi anodine que celle me proposant un café. Je fronçais les sourcils, désarçonnée. « Non, je… » Mais il faisait déjà demi-tour, attrapait la cafetière et renversait la moitié de son contenu sur la table. Je l’entendais jurer et je me rapprochais, prête à l’aider, comprenant que la colère qu’il faisait subir à la machine m’était sans doute destinée ou destinée à ce foutu destin qui n’était pas encore prêt à nous laisser en paix. « Jacky… »

Je l’entendais se mettre à rire, un rire douloureux qui me nouait l’estomac. Je l’avais mérité se rire même s’il me donnait envie de pleurer. Je n’osais pas répondre, je baissais les yeux, lui lançant des regards mal assurés. Je le laissais parler, sans l’interrompre, sentant à chaque question un coup de poing se loger dans mon estomac. Je lui faisais mal. Je lui faisais mal encore une fois et ça me tuait littéralement. Face à ses larmes je n’arrivais plus à me retenir et je me mettais à pleurer, me précipitant pour le prendre dans mes bras. « Je t’aime tellement… Je suis désolée… Si tu savais comme je suis désolée de te faire subir tout ça… »

Je me détachais à peine de lui, glissant mes mains sur ses joues, le forçant à me regarder dans les yeux. « J’ai peur de ce dont je suis capable quand je laisse ce qu’il y a de plus noir en moi prendre le dessus… J’ai peur que ça nous fasse encore plus mal que maintenant et rien que ce soir ça me tue de te voir dans un tel état… Je te demanderai jamais assez pardon mais je ne te quitte pas… » C’était peut-être difficile à croire après lui avoir annoncé que je partais à l’autre bout du monde mais pourtant c’était le cas. « Je ne te quitte pas. Je reviendrais. Je te promets que je reviendrai. J’ai besoin de partir, de retrouver un peu de celle que j’étais même si je ne serai plus jamais tout à fait la même. Mais je veux revenir libre, capable d’imaginer l’avenir et crois moi quand je te dis que cet avenir-là, si je veux être heureuse, je le vois forcément avec toi… » Je le serrai dans mes bras aussi fort que je le pouvais. « Je t’aime trop pour ne pas revenir… Tu as déjà tellement fait pour moi, je te demanderai pas de m’attendre… » ma voix s’était nouée à l’idée que Jacky puisse rencontrer une autre qui le ferait m’oublier. « Mais si jamais à mon retour tu as encore de la place pour moi, tu es la première personne que je viendrais retrouver… » Je me détachais à nouveau pour plonger dans son regard. « Je peux pas te le promettre mais j’espère du fond de mon cœur revenir et t’étouffer d’amour au point que tu en auras marre de moi… On pourra faire des tas de projets, je pourrais reconstruire ma librairie et tu continueras d’être un merveilleux policier… Peut-être qu’on pourra se trouver un chez nous, un nouveau chez nous sans mauvais souvenirs… j’ai envie d’y croire mais je sais que j’ai besoin de partir pour mieux revenir… » Je déposais un baiser ses mains qui tenaient les miennes. « Je te promet qu’après je ferai tout pour te rendre heureux. »

___________________
Je viens de croiser le diable. Il avait le sourire en pensant à demain

De la beauté du marbre j'ai parfois la froideur mais c'est au bout d'un sabre que j'accroche mon coeur. Ma cage d'or et d'acier. Des choses derrières les choses. Des choses qu'on ne voit pas. Devenir victime de son intimité, c'est ma face cachée...

Quand je te dis de t'en aller, de partir, ne m'écoutes pas... [Jacky]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Austin North :: Les logements-