Partagez| .

La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane


Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Dim 26 Mar - 10:32

Il a essayé Sidonie. Composer avec l'absence d'Ae-Sook, le silence de Béatriz. D'abord, il a crû que les études rempliraient ce vide, un court instant, mais juste assez pour voir revenir celle qu'il aime. Il aurait dû retenir Ae, lui demander de rester et de ne pas partir en Géorgie. Pas pour elle, mais pour lui. C'est comme ça, le mal était fait, il ne pouvait qu'attendre maintenant.

A moitié défoncé à cause des substances qu'il a déjà ingurgité, Sidonie se traîne jusqu'au comptoir, aveuglé () par les lumières fluorescentes, rendu sourd par la musique qui allait beaucoup trop fort, surtout pour un bar. Après s'être installé sur l'une des chaises hautes, il lance un petit regard et aperçoit quelqu'un seule, à sa gauche. Je te paye un verre ? Demande-t-il en criant très fort, pour se faire entendre. Je crois que j'ai besoin de discuter. Il l'a lâché sans même réfléchir. Sidonie, il a ce don pour englober des personnes qu'il connait pas dans des discussions qui ne les concerne pas. Au pire, la petite blonde peut refuser avec politesse le verre de Sidonie, et éviter de l'entendre déballer sa vie.

C'est sûrement ce que Sidonie ferait. Ou pas, la curiosité a toujours été son plus vilain défaut.

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Lun 27 Mar - 18:42

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


Voilà une demi-heure que je traîne sur le bois d’un comptoir de bar, en équilibre sur une chaise haute, le corps inerte d’un breuvage dans ma paume droite. J’en apprécie l’amertume brûlante et les relents dans les narines, alors que les autres clients se pressent dans mon dos, à siffler l’une ou l’autre serveuse ou entretenir le brouhaha ambiant avec une bande d’amis. M’absorber dans cette animation m’évite de trop penser – ce qui était justement le but en venant ici. Il y a des fois où on arrive mal à composer avec soi-même, sans même savoir pourquoi. Des fois où notre colocataire de toute une vie nous tape sérieusement sur le système. Manque de chance, difficile de la mettre à la porte.
Au bout d’un certain temps, un corps s’affalant sur une chaise toute proche se distingue des basses assourdissantes et des discussions bourdonnantes. Une respiration assez rapide, des senteurs indubitablement masculines, une masse chaude qui se rapproche. Sa voix peine à surpasser les basses, malgré ses efforts évidents. Surprise, je tourne la tête vers lui – enfin, vaguement quelque part dans sa direction. Il me propose un verre, si j’ai bien compris. C’est assez peu commun, suffisamment pour que je lui offre des sourcils étonnés. Rares sont de telles invitations spontanées. Je suis sur le point de la lui refuser, avant de me rappeler ma solitude et la fin prochaine de ma boisson. J’en descends les dernières gouttes d’une traite et lui glisse quelque chose de pas très audible non plus. « Qui suis-je pour refuser maintenant ? » Sourire amical. Ça doit l’encourager, parce qu’il continue. Je me concentre avec ravissement sur lui, m’extirpe sans regret de mes pensées. Parler, quelle bonne idée que voilà. « Eh bien, l’aveugle de service est là pour ça. » Petite pause méditative. « Sauf si j’ai déjà abusé et que je parle à une poutre à qui mon imaginaire prête vie. » J'accompagne le tout en secouant légèrement mon verre, comme pour me justifier. J’espère qu’il ne prendra pas la comparaison pour lui, mais il vaut toujours mieux vérifier, m’voyez ?

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Jeu 30 Mar - 16:05

Sidonie est agréablement surpris de voir qu'elle ne refuse pas son invitation à boire un verre. Certaines personnes fument plus loin, et le brun s'empare alors machinalement son paquet à lui, pour s'allumer une cigarette. ''L'aveugle de service est là pour ça''. Sidonie lève un sourcil, interrogateur, pleins de questions lui viennent en tête, en un seul instant. La plus importante: ''Que faisait-elle seule dans un bar bourré de monde''. Peut-être qu'elle a tous ses sens hyper aiguisés, comme Daredevil et que du coup, elle a besoin de personne. Non, tu délires pas... Je ne suis... pas une poutre. Jamais il aurait pensé sortir cette phrase un jour ou l'autre, la vie réserve de nombreuses surprises.

Tu prends quoi ? Après qu'elle ait passé commande, Sidonie fait de même. Un martini pour moi ! Le barman sert les verres et le brun tend sa commande à la blonde pendant quelques secondes. Se rendant compte qu'elle ne prend pas son verre, Sidonie tourne son regard vers elle et il capte pourquoi. Je suis euh... en train de te tendre ton verre.   Sidonie, investis dans une pelle et enterre toi, tu rendras service à ce monde. Désolé... Ma maladresse légendaire (...) On trinque à quoi ? Il demande, parce que lui, il est pas d'humeur à trouver quelque chose de festif sur lequel trinquer. Peut être qu'elle se montrera plus inventive que Sidonie.

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Dim 2 Avr - 1:30

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


Magnifique entrée en matière, Albe. J’ai sorti cette phrase comme ça, sans vraiment réfléchir, à moitié sérieuse. Après coup, je me dis que je n’ai pas bu assez d’alcool pour être déjà dans un état avancé. Il ne me suffit pas longtemps pour qu’il me confirme que, non, je ne suis pas en train de parler à un poteau. Bien, déjà ça de gagné. N’empêche, j’observe les quelques hésitations placées çà et là dans sa réponse, et j’esquisse un sourire amusé. « Tant mieux de l’apprendre. Je parie que tu dois pas entendre souvent cette comparaison… » Quelqu’un se déplace jusqu’à se tenir au-delà du comptoir, juste en face je pense. Qu’est-ce que je prends, on me demande. Après une mûre et intense réflexion d’au mois… trois secondes, je me décide. « Un daïquiri, s’il-vous-plaît. » La commande de l’autre passée, le barman s’éloigne à nouveau, vraisemblablement vers les bouteilles. « Tu as un nom, sinon ? Ou dois-je t’appeler Monsieur O’nyme ? ». J’espère qu’il verra la référence à la littérature britannique. Les boissons ne tardent pas à arriver, ce qui est assez spectaculaire pour une heure d’affluence comme cela. La conversation est engloutie un moment par le tumulte des autres discussions, jusqu’à ce qu’il me tende mon verre, comme il le remarque oralement. « Ah, d’accord. » je rigole un peu, bêtement, et j’aventure ma main dans le vide, jusqu’à saisir un verre à pied. « T’inquiète, j’pense que sur ce point là je suis pas mal non plus. » je rigole à ses excuses. Pour la question suivante, je n’en sais fichtrement rien, du coup j’improvise un petit coup. « Trinquons disons à… La victoire de Johnson au championnat international de golf ! » Mais quelles références, dis-moi. « Désolée, trop de temps passé avec mon père. » Je sais, je sais, ingrate que je suis. « De toute manière, c'est peut-être mieux que de trinquer à la réussite ou au bonheur, vu ce que c'est efficace. Johnson ne s'en plaindra pas. Mais si t'as quelque chose d'autre à fêter, ne te retiens pas. »
Un peu après, je lève précautionneusement mon verre en l'air histoire de ne pas en renverser la moitié, avant d'engloutir une première gorgée.

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Lun 3 Avr - 16:09

En effet. Après, je n'ai rien contre une petite touche de nouveauté. Au contraire, Sidonie doit avouer qu'il n'a que rarement eu affaire à des présentations aussi... cocasses ? C'est pas plus mal, ça n'a fait qu'attiser ma curiosité. Il sourit vaguement en regardant l'aveugle à ses côtés. Elle n'a de ce que Sidonie a pu connaître jusqu'à présent, c'est peut-être ce qui lui faut ? Du mystère, de l'inconnu. Elle parle d'un certain Monsieur O'Nyme. Le brun secoue la tête, pas certain d'avoir vraiment entendu ce qu'elle disait. Peut-être qu'il débutait son bad-trip, en tout cas, il n'a pas trop saisi la référence de la blonde. Je suppose qu'on peut faire fît des conventions. Moi c'est Sido, mais si tu veux vraiment m'appeler Monsieur machin truc, à ta guise. Et toi, je dois t'appeler comment ?   Elle peut être qui elle veut ce soir. Catwoman, Oprah Winfrey, Usain Bolt... Ou tout simplement elle. Sidonie rit légèrement en apprenant la maladresse de son interlocutrice. Qui ressemble s'assemble dans ce cas. Elle choisit à quoi trinquer et Sidonie n'y oppose aucun droit de véto. C'est qu'un prétexte de toute manière, pour pas avoir l'impression de simplement se bourrer la gueule. Johnson... un golfeur. Sidonie, tu es rentré dans un monde parallèle. C'est pas grave, respire, ça va bien se passer. Cette enfoiré de Johnson ! Je suis certain qu'il a gagné un beau petit chèque. Il fait cogner son verre à celui de la blonde et boit son contenant d'une traite. Je crains de ne pas être d'une grande aide. Disons que j'ai du mal à vraiment trouver quelque chose à fêter actuellement. Sidonie renifle un petit peu,  il casse un peu l'ambiance là. Mais ça me dérange pas de boire en l'honneur de notre cher Johnson. Même si je n'ai pas la moindre idée de qui il peut s'agir...

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Jeu 6 Avr - 21:41

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


« C'est pas plus mal, ça n'a fait qu'attiser ma curiosité ». Je lui offre un demi sourire énigmatique, le genre de dire « Et t’as encore rien vu… ». La commande de boissons est vite expédiée, puis viennent les inévitables présentations. « Le type des 10 petits nègres, si je me rappelle bien. La cible d’un tas de ragots mais à l’identité totalement inconnue. Et moi c’est Albane. Ou la fille qui n’a rien à faire de ses vendredis soirs. » Ou la fille qui devrait se trouver une vie, aussi. Mais bon, semblerait-il que je ne sois pas la seule puisque Sido (j’espère pour lui qu’il ne s’agit que d’un surnom) s’est décidé à me rejoindre dans ma misère. Deux personnes échouées aux abords d’un bar, pas très recommandable pour d’innocentes âmes. C’est le moment où je devrais prendre du recul et me dire que je devrais toujours faire partie de ce groupe et donc, m’éloigner de cet endroit tout de suite. Sauf que je n’ai pas envie de réfléchir, et que nos verres sont arrivés, aussi. Je trouve rapidement un évènement aussi absurde que cette soirée à célébrer, et nous voilà en train de discriminer cet odieux Johnson. « Qu’il a probablement dû dépenser en swings aux prix démesurés ! » je continue d’un ton faussement réprobateur. Il sort un petit proverbe vieux comme le monde, et je lui réponds en lui présentant mon verre. Nous trinquons finalement, avant que je ne l’entende descendre d’une longue rasade son cocktail. Le mien, j’essaie de le faire durer plus longtemps. Il continue de parler, en se désolant de ne pas trouver de bon motif à fêter. « Pas besoin de ça, on n’a qu’à boire pour oublier s’tu veux. Les célébrations viendront par la suite. » Épancher notre soif dans l’inconscience, s’assurer une gueule de bois, se torcher comme deux trous. Beaucoup d’expressions pour pas grand-chose, au final. Quand le garçon avoue son ignorance totale concernant le golfeur, je rigole légèrement. « Dustin Johnson, fier détenteur de dix victoires à l’US Open de golf et absolument vénéré par mon paternel. » C’est ça, d’avoir des parents qui vous ont eu suffisamment tard pour avoir remplacé le football américain et les voitures par le golf et le journal semestriel. Celle que je plains, c’est ma petite sœur, douze ans et astreinte au domicile familial.
Je reprends une longue lampée qui me brûle vaguement dans la gorge. C’est le moment précis que choisit un poivrot pour se ruer sur je ne sais quoi derrière et me propulser en chemin la tête dans mon verre, dont le contenu se déverse sur le comptoir. Je m’étouffe à moitié dans mon daïquiri et tente désespérément de reprendre contenance – en vain. Génial. « J’aurais peut-être mieux fait d’avaler ça aussi vite que toi, finalement. T’aurais pas une serviette ? » Vaut mieux pas m’imaginer la tête du mec, sûrement en train de se bidonner. Non, définitivement pas.

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Dim 9 Avr - 10:24

Les 10 petits nègres, mais voyons. A barrer sur la to-do list de Sidonie: parler de littérature en compagnie d'une aveugle tout en étant dans un état discutable. Je suis bien curieux de savoir qui peut être à l'origine de ces ragots... Son ex-femme ? Un membre de sa famille jaloux de l'attention qu'on a pu lui porter plus jeune ? Sa patronne avec laquelle il refuse de coucher ? Il sort des situations plutôt classiques et passes partout. Les clichés viennent bien de quelque part, non ? Ma culture littéraire s'arrête à JK Rowling. Quoique, je me souviens avoir lu une histoire avec un violon qui jouait tout seul... Et c'est tout. Genre c'est pas une anecdote de ouf, Sidonie, il a juste voulu le dire, sans aucune raison. Boire pour oublier ? Sidonie hoche la tête, dans un sourire franc avant de reporter son regard sur Albane. Ouais t'inquiète. Encore deux trois verres et on pourra danser la lambada sur du bon vieux disco des années 80. Tu parles d'un kiff. Sidonie, le regard un peu vide, écoute les exploits de ce fameux Dustin Johnson. Je pourrais avoir de l'admiration pour ce gars si j'étais pas si défoncé, juré ! Et dire qu'il a toujours cru que le dieu du golf, c'était Tiger Woods, c'est un complot.
Sidonie a déjà terminé son verre et attend qu'Albane termine le sien, histoire de ne pas paraître trop pressé à se reprendre de quoi étancher sa soif. Un poivrot vient alors heurter Albane. Sidonie reste de marbre un long moment, complètement absorbé dans ses rêveries dû aux substances qu'il a déjà ingurgité. Puis, 1 minute plus tard: Putain, tu peux pas faire gaffe ! Crie-t-il au poivrot, qui était de toute façon déjà parti. Ouais bien sûr, tiens. Il lui tend la serviette. Sidonie regarde autour de lui et pousse un long soupir. J'ai envie de prendre l'air. Une petite virée nocturne, ça te dit ? J'ai un oeuf 10 kilomètres qui va bientôt éclore sur Pokémon Go. Oui, c'est une raison totalement valable pour se laisser tenter par une balade improvisée.

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Mer 19 Avr - 1:10

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


« Je vote pour la patronne. Elle me semble louche, celle-là, avec ses airs de sainte-ni-touche. » je rigole, parce que bien sûr, je pourrais pas en savoir grand-chose. « Sur ce coup-là je ne pourrai pas trop t’aider, à moins de te dire que j’en voudrais bien un, de violon automatique. » Bien pratique, mais pas sûre que ça soit très approprié à mon niveau. Je réagis pas tout de suite à ce qu’il dit après, mais j’échoppe au mot « défoncé ». Défoncé. Ça m’évoque quelques situations mentales, de mecs avec leurs rails et leurs paroles insensées, et ça me rappelle tous les films que je me faisais à propos de ma mère. Ma mère et sa dope, qu’on m’a dit, ma mère et ses problèmes. Je fronce les sourcils, reprends une longue rasade et essaie de plus y penser, mais avec ça j’oublie de répondre, sans penser à mon interlocuteur.
Un homme me fait alors renverser mon verre, à moitié vide déjà, mais je m’en mets quand même partout. Je crache, je m’étouffe, et je récupère dans un éclair de génie un mouchoir inutilisé et tout froissé dans ma poche, mais il est clair que ça n’épongera pas tout ce que je me suis mis dessus. Au bout de quelque temps, Sido me vient en aide. « T’es un rapide, toi. Merci ! » je peux pas m’empêcher de commenter avec un petit sourire aux lèvres, sans rancune. Je sens une feuille de papier toucher ma main, et j’en profite pour essuyer un peu le gâchis sucré et alcoolisé. Maintenant, c’est le comptoir qui va boire. À côté de moi, je l’entends qui s’impatiente, pousse un long soupire. Il me demande si ça me dit de sortir, et c’est à moi de paraître surprise. Pokémon Go. Super. Le genre de jeux dont je connais vaguement l’existence mais dont je me fous royalement, parce que les smartphones et moi ça fait deux. Mais bon, sortir d’ici me convient tout à fait. « D’accord, je rigole, sauf si tu comptes sur moi pour t’aider à le rattraper. T’as pas vu la bête de course que je me paie en guise de téléphone. » Ma bête de course, elle a l’apparence d’une machine à écrire des années septante, en plus compact et à peine plus léger. Et sans le papier qui va avec.
On sort assez vite du bar après avoir réglé la note, assez car moi avec ma canne et eux avec leurs verres dans le nez, ça fait deux pour trouver la sortie. Une fois dehors, il y a l’air glacial de la nuit qui envahit mes poumons, et je resserre les pans de mon manteau contre moi en grande frileuse que je suis. « Sido ? » Je ne sais pas vraiment où il est, parce qu’en sortant je n’ai pas trop bien suivi s’il était devant ou derrière moi. « Alors il est où ton Pokémon ? » m’amusé-je à lui demander, sans vraiment m’attendre à me lancer dans la quête nocturne de ces bestioles. Et Dieu que j’ai froid. « On se les gèle. » Même si ce n’est que le contre coup inévitable après avoir quitté le BB Nixes, il me prend quand même l’envie d’un manteau plus chaud. D’un bon feu. Ou même d’une cigarette, même si j’y ai jamais touché. « Je me demande si je pourrais pas me trouver une clope quelque part. » je demande d'une voix rêveuse, plus à moi-même, parce que je m'appelle Albane Hollander et que j'aime bien dire ce qu'il me passe par la tête.


HRP :
 

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Ven 21 Avr - 11:26

On a notre coupable toute désignée dans ce cas. Comme si le faait d'être simplement constituait une preuve suffisante. Sidonie essaye de réfléchir à ce violon qui jouerait tout seul. Bah tu sais quoi, si j'en trouve un, je te l'offre. Il marque une pause, dans un petit sourire. Après, dans un sens, un instrument qui joue tout seul, ça enlève beaucoup à la magie de la musique. C'est bien là qu'on reconnait les vrais musiciens non ? Dans les nuances, l'intensité des notes, leur façon de s'approprier leur instrument.

Déjà lassé de cet endroit, Sidonie propose à Albane d'aller faire un tour. La musique techno commençait a trop raisonner dans sa tête. Alors, il ne cache pas son impatience de quitter le bar. Je suis sûr que t'exagères ! Il doit quand même faire le taff ton tel. En d'autres termes: si il appelle, c'est déjà pas mal. C'est quand même le but d'un premier d'un téléphone. Ils arrivent finalement à l'extérieur, où le froid règne en maître. Sidonie referme machinalement sa veste, soufflant dans ses mains pour se réchauffer, entendant par la même occasion Albane l'appeller. T'inquiète, j'suis juste à côté de toi. Tiens, ça pourrait être drôle, genre partir sans rien dire. Enfin sûrement qu'elle l'entenderait, et de toute manière, ça ne ferait rire que Sidonie, forcément. Oh putain, il y a un dracolosse sur la grande place, un peu plus loin ! S'exclame-t-il en regardant sur le GPS du jeu. Il en oublie presque qu'Albane l'accompagne, il en reprend conscience qu'au moment où elle parle d'une clope. Sidonie arrête de scruter l'écran de son téléphone. Et bien, ton sauveur est arrivé. Il se trouve justement que j'ai des clopes sur moi. Il a l'impression qu'elle parlait dans le vide plutôt qu'à lui, mais pas grave, c'est pas plus mal qu'il ne termine pas ce paquet de clopes tout seul. On connait tous la sentence: 1 clope= 1 minute de moins à vivre. Ou alors, j'ai quelque chose d'un peu plus fort, à toi de voir. Sidonie ne l'incite pas du tout à consommer. Il propose simplement, c'est toujours mieux de savoir toutes les possibilités qui s'offrent à nous. Vu que d'ici la fin de la soirée, je vais me plaindre pour pas grand chose et remettre en question l'intérêt de tout et n'importe quoi, du temps que j'y pense encore, t'as été aveugle toute ta vie, ou tu l'es devenu ? Il s'allume son joint après l'avoir roulé et continue. Ouais je sais, c'est pas très original comme question, mais t'es ma première... Sidonie fronce les sourcils, y'a comme quelque chose qui sonne pas juste dans ce qu'il vient de dire. Longue réfléxion intense avant de comprendre... Enfin je veux dire t'es la première aveugle que je rencontre (...) Oh Dracolosse... ! Il va se concentrer sur son jeu tiens, ça vaut mieux.

Spoiler:
 

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Sam 29 Avr - 1:41

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


« Plus qu’à aller
lui régler son compte dans ce cas. ». Pas sûre d’être en état d’aller lui faire une tête au carré, mais je suis sûre que Sido sera très conciliant.
Quelques minutes et un daïquiri plus tard, j’en viens à parler de mon super téléphone.  « Oh, si tu insinues par là qu’il envoie des messages, appelle et troue les poches de mes pulls de par son poids, alors oui il est parfait. » Au moins semble-t-il que ce genre d’appareils là est hors de danger des mains des pickpockets.
On sort du bar, après un verre renversé et un besoin pressant d’échapper à l’exiguïté étouffante. Mais du coup, c’est le froid qui me surprend une fois dehors, qui vient me manger la peau. Je m’inquiète un instant de ne pas avoir suivi Sido, juste avant qu’il ne me rassure, à deux pas de moi et mon radar-chaleur-humaine hors course. Autrement dit, je suis particulièrement à côté de la plaque ce soir. Sans même trop de raisons, ces fois où la vie vous montre son doigt le plus majestueux. J’entends le garçon qui s’émerveille au sujet d’une créature virtuelle, et je le sens frétillant comme un gamin devant une glace dans une fête foraine. En attendant, je suis frigorifiée de froid et en viens même à penser à du feu, du feu sur une cigarette, des flammèches sur le papier. Cependant, je ne m’attendais pas vraiment à ce que mon compagnon d’un soir m’en donne une, et j’ai un moment un petit bug, probablement une moue interloquée sur le visage, avant de finalement me décider à lui en demander une.  « Si t’en as une, ma foi… » Il rajoute encore quelque chose, à propos d’une substance plus forte, et je fais subitement le lien avec sa phrase de tout à l’heure.  « Pour l’instant, je serai contente avec simplement une clope… J’ai jamais fumé. » Je lance un sourire dans l’air, un petit peu fatidique devant la misère de ma vie. En même temps, pas sûre qu’il me voie, étant donné que je n’ai aucune idée du sens de sa tête. Il m’annonce ensuite la couleur de la suite de la soirée, assurément haute en émotions, et il déraille sur ma cécité.  « On m’a diagnostiqué une maladie génétique quand j’devais avoir… cinq, six ans ? » Il s’embrouille après, se perd, trouve enfin ses mots et je ris doucement. Il n’est certainement pas le premier à se gêner devant moi.  « Honorée d’inaugurer tes discussions avec des handicapés ! » je réponds ironiquement, comme si c’était un titre, une chose dont il peut se vanter. Enfin, en soi rien ne lui interdit, mais comparé aux oscars du septième art, ça ne fait pas trop le poids.
Je prends le rouleau qu’il m’a passé, hésitante, et puis finalement hausse les épaules, comme pour abandonner. J’attire la cigarette à mes lèvres, en aspire une longue bouffée que je recrache aussitôt. Je m’étouffe à moitié, détourne la tête. En attendant, je l’entends parler tout d’un coup d’un Dracolosse, et je suppose que c’est un dragon qui est… colossal. Très habile en déduction, je sais.  « Fonce, va attraper tes rêves ! » Mon ironie est – un peu – foirée avec une dernière quinte de toux qui vient se ficher à la fin de ma phrase. Pour une première, c’est réussi. Pourtant, j’essaie une deuxième fois, en tentant cette fois-ci de ne pas tout recracher en moins de deux, y compris mes poumons.  « Dis, c'est toujours aussi mauvais ? » Réflexion. « Enfin je me doute que non, vu le nombre de fumeurs. (…) Sinon, toujours là ton Dracolosse ? »

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Ven 5 Mai - 0:05

Un téléphone qui troue des poches ? « Mais c'est un monstre ! Je suis trop curieux maintenant... » Il imagine genre un truc dans le style de la machine énigma là, dans The Imitation Game. Sidonie se souvient s'être endormi devant ce film, pourtant, il semblait pas si mal. « Jamais fumé ? Attends, j'essaye de retrouver les phrases typiques à sortir dans ce genre de situations. » Il garde pour l'instant son paquet de clopes en main, en faisant mine de réfléchir. « ''Attention, fumer tue !''... ''Moi aussi je me suis dit: ''juste une ! '' et regarde où j'en suis maintenant... » Sidonie tend finalement son paquet de clopes dans un petit sourire. « Voilà, tu peux maintenant choisir en ton âme et conscience. »

Toute façon, Sidonie n'a pas vraiment le temps de l'en dissuader. Un dracolosse attend à se faire capturer. Il aura tout le temps de s'en vouloir pendant le reste de ses jours si Albane devenait dépendante au tabac. Il prend néanmoins le temps de s'intéresser à l'handicap de la blonde, c'est inévitable, il n'a pensé qu'à ça dès qu'elle le lui a fait remarquer. « Tu as l'air pas mal indépendante. Est-ce que t'es genre un Daredevil féminin ? Je pourrais être ton Foggy Nelson ! Tu sais genre ton meilleur pote qui va prendre des plombes pour découvrir que t'es une super héroïne. » Sidonie, il trouve ça trop cool. Mais en même temps, il se demande si il est pas un peu con de prendre l'handicap d'Albane autant à la légère. « Tu peux l'être ! Rien que pour ça, je me souviendrai probablement de toi toute ma vie. » Et c'est tout ce qui compte: Rester dans les mémoires des autres.

Sidonie essaye d'attraper le dracolosse, dans un sourire mauvais en comprenant l'ironie dans la phrase d'Albane. Elle a pas tord, j'suis un gars qui a quitté à un bon bar chaud avec vodka pour s'aventurer dans la nuit froide, tout ça pour un putain de pokémon, pas vraiment réel en plus. Merde, c'est Dracolosse quoi !  J'ai manqué de m'étouffer à ma première taffe. C'est comme tout, on s'y habitue... » Il hausse les épaules, lançant une baie pour attirer le pokémon, puis il l'attrape, du premier coup. « Emballé c'est pesé ! Alors, c'est qui le meilleur dresseur pokémon ? » Dit Sidonie tout fier. Devant le silence qui accompagne sa question, il tousse doucement et se reprend. « C'était une question totalement rhétorique, t'inquiète pas.   »  Il reporte son attention sur Albane et sa cigarette en main. « Tu sais, quand on parlait de se souvenir de l'autre pendant le reste de sa vie. Si jamais tu deviens fumeuse compulsive, oublie que c'est moi qui t'ait incité à fumer ta première clope. Dis toi plutôt ''Oh oui, y'avait ce gars trop cool là, Sidonie. Il était un peu con à chasser des pokémons à 3h du mat...''   »

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Ven 5 Mai - 23:57

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


J'ai la grande joie de décevoir tous ses espoirs sur mon téléphone. « Ah, t’attends pas à la voir ce soir, je pense que je l’ai oubliée chez moi. » Oubliée n’est pas vraiment le mot, quand vous souhaitez le temps d’un soir vous déconnecter de tout, de tout le monde, et simplement vivre autre chose le temps d’un soir. C’est ce qui se passe en ce moment, et je vais probablement m’en mordre les doigts demain, et je m’en fous certainement à l’instant même.
Il me fait une réflexion sur les fumeurs, et je lui décoche un sourire amusé. « Quoi, avec les doigts jaunes, l’aura cancérigène, les membres qui tremblent et tout ? » Je me crée de toute pièce une image mentale à peu près semblable, et ça me paraît si pathétique sur le moment que je ris doucement toute seule. Ensuite vient le temps de la première cigarette, que je ne gère pas vraiment bien, à cracher mes poumons dans tous les sens. Quand j’ai repris contenance, on parle un peu de mon handicap, sujet inévitable. « Disons que quinze ans de cécité, ça aide pas mal à prendre ses marques. » Apparaît-il ensuite que je serai éternelle dans sa mémoire. « Trop d’honneur ! »
Il me fait part de sa première expérience de fumeur, et ça me rassure quelque peu. Ou pas ? Je sais pas trop. Du moins, ça m’encourage à ne pas m’avouer vaincue. Je recommence donc une deuxième fois, avec à peine la satisfaction de faire durer la toux quatre secondes de moins. Pas terrible, mais je m’en accommoderai pour la minute à suivre. Il part un peu plus loin chercher la grosse bête, et je l’entends revenir victorieux. Il se pavane un tantinet, et je lui offre un petit silence mutin en réponse sans quoi ses chevilles ne feraient qu’enfler. Il reprend avec l’histoire de la cigarette, que j’avais presque réussi à oublier entre temps. Je lui souris doucement. « Mais je rajouterai que y’a pas meilleur attrapeur de Dracoloss que toi, si ça peut impressionner les gens. » Je reprends encore une bouffée, et retrouve la cigarette refroidie par la fraîcheur de la nuit. S’il est véritablement trois heures du matin, alors je ferais bien de pas tarder. Mais la perspective de retourner chez moi ne me réjouit pas plus que ça, et je retarde volontairement ce moment.
« Toi, tu… pourquoi tu prends de la drogue ? » J’ai l’impression de parler comme une enfant, à rougir et bafouiller, à utiliser des phrases toutes candides. Mais au fond, j’ai envie de savoir, parce que tout ce que tout ce qui me relie à ce sujet, c’est ma foutue cécité que m’a prédestinée la dépendance de ma mère. Tout ce que je sais, c’est les dommages que ça peut avoir, et juste pour ça je me demande pourquoi les gens continuent.

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Mar 9 Mai - 12:28

Sidonie exagère sa déception. Il prend délicatement le bras d'Albane, arrêtant leur progression dans les rues d'Austin pour lui formuler la demande la plus importante de toute l'univers et de la création. « Attends ! Promets moi que j'aurais l'immense honneur de voir un jour ton téléphone ? » Bien évidemment que dans la tête de Sidonie, ce n'est qu'un prétexte pour revoir Albane dans d'autres circonstances.
« Hm... Ouais, ce genre de trucs. » Cancérigène, doigts jaunes. Sidonie hoche doucement la tête, dans un petit rire nerveux. « Je sais pas si on te l'a déjà dit, mais t'as un putain de don pour rendre les gens à l'aise. » Ironie, quand tu nous tiens...

Dracolosse en poche, sa fierté l'oblige à se la jouer un peu devant le regard un tantinet médusé d'Albane. Sidonie, l'éternel incompris. « A titre d'exemple, et en extrapolant un petit peu, attraper un dracolosse, c'est un peu comme rencontrer Michael Jackson...   » Comparaison totalement foireuse, Sidonie s'en rend compte assez vite. « Enfin, dans l'hypothèse où il serait encore vivant. Parce qu'il est mort en faite, et du coup, ça voudrait dire qu'attraper un dracolosse est impossible, alors qu'en soi, c'est plus probable que de rencontrer Michael Jackson pour le coup. Quoique, certains disent que son fantôme vit encore. A toi de voir si tu crois en ses conneries ou non. Moi j'y crois pas trop. Je veux dire, j'ai grandi dans une famille de scientifiques, mon père est chimiste. Donc mon rayon, c'est plutôt la théorie de l'évolution, le big bang, tout ça. J'ai pas besoin de croire en une force supérieur pour donner un sens à ma vie. Je sais, ça fait très cynique comme façon de voir les choses, le temps, les évènements de la vie rendent cyniques. Tu te lèves un matin, et t'arrête de croire, tu sais que tu ne peux qu'avancer, que c'est la seule chose que t'as à faire. Et...   » Sidonie fronce les sourcils. « On parlait de quoi déjà ?   »

Dracolosse ! Heureusement qu'Albane remet ce sujet sur la table. « Putain, ça, c'est la plus belle chose qu'on m'est dite de toute ma vie ! J'suis trop ému.   » Sidonie, le meilleur attrapeur de dracolosses., ouais, ça sonne drôlement bien.
Sidonie relève le regard vers Albane lorsqu'elle lui pose une fameuse question. Il doit avouer qu'il ne s'y attendait pas.  « Je... t'avoue qu'on ne m'a jamais posé la question, du coup j'sais pas trop quoi te répondre.   » Il réfléchit intensément, enfin, autant qu'il le peut, pour apporter un élément de réponse.  « Au début, c'était un moyen de défier l'ordre établi. Comme beaucoup, j'ai eu besoin de tester mes limites. Puis, ça devient un rendez-vous, un moyen de décompresser, de t'envoler un peu de ta vie de tous les jours. » Putain, c'est pas mal ça. Sidonie soupire en se rendant compte qu'il aura certainement zappé complètement les phrases qu'il avait formulé ce soir. Dommage, ça aurait pu servir dans d'autres circonstances. « Toi, t'as jamais eu envie de tester tes limites ? De te révolter contre ce monde immuable, même si tu sais qu'au fond, la meilleure chose à faire, c'est de suivre le sens du vent ?   » La drogue, ça rend Sidonie très lyrique.

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Lun 22 Mai - 1:15

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


Il m’accroche à la sortie, et je lui décoche un petit sourire. « Mais quand tu veux Sido. Je te passerai le numéro du téléphone destructor si tu veux. » Il risque d’être déçu, parce que l’heure tardive et mon esprit plus très rationnel ont tendance à exagérer ma pensée. Mais je hausse les épaules. S’il veut me revoir, eh bien on verra en temps et en heure.

« Exactement ce que me disait le Père Noël du centre commercial quand je lui disais qu’il puait l’alcool et la clope. Enfin, quand j’étais gosse. » Oui, parce que si je m’asseyais sur ses genoux maintenant, avec mon âge actuel, ce serait pervers. Beaucoup.
Un dracolosse plus tard, Sido m’apprend toute son importance et je siffle entre mes dents en admiration plus ou moins feinte. Il commence à partir dans un long monologue, que je suis en essayant de ne pas trop me perdre dedans. Mais lui-même se perd dedans et je ne vois pas de raison de le relancer.
Ça parle soudain de drogue, et j’écoute ce qu’il dit – un peu plus cohérent que ses histoires de Michael Jackson.  Je sais pas trop à quoi je m’attendais en lançant le sujet. À voir mes scénarios catastrophes se confirmer ? À me dire qu’au final, c’était juste une question d’addiction ? Peut-être. Mais je suis loin de tomber sur ça. « T’envoler de ta vie de tous les jours… » je répète en échos, doucement, imperceptiblement. La vie de tous les jours. Le tumulte des étudiants pressés. Les coups de coude, dans le dos. Les études. Les emmerdes, les retards, les amis, la solitude, la musique, les rêves.
Les rêves, les chimères.
Les illusions.
Je souffle, d’une haleine légèrement cendrée, avec ce tube cancérigène au bout des doigts. Tout froid. Je me mets à parler, pas spécialement en répondant à sa question, comme si je réfléchissais à voix haute. « Il me semble que oui, mais j’ai jamais vraiment trouvé comment faire. J’espérais changer le monde avant. Du haut de mes quatre ans, j’espérais qu’il se remplisse de joie et de bonheur pour tout le monde. Qu’il n’y ait plus de vilains monsieurs et de vilaines madames. Que les licornes déclarent haut et fort qu’elles existaient et qu’on pourrait bientôt les chevaucher dans les prairies verdoyantes. Et puis j’ai grandi, et puis je me suis rendu compte que c’était pas aussi simple que ça. Que y’avait beaucoup trop à faire, beaucoup trop de gens à contenter, beaucoup trop de graphite noir à effacer avec sa gomme de porte-mine. Beaucoup de choses qui vous arrivent sans raison aussi – et qu’on peut pas y faire grand-chose. J’ai essayé de tester mes limites, de ne pas suivre le sens du courant – je le fais toujours. Je pense. Mais une aveugle qui essaie de faire croire qu’elle va révolutionner la planète, c’est pas vu très sérieusement. Je ne fais juste que déranger. J’ai l’impression que tout ce qu’il y a à faire, c’est de se retirer du jeu et de s’en inventer un autre. » Je m’arrête, parce que je n’ai plus beaucoup d’autre chose à dire et parce que je commence à manquer de salive. Ça n’a même pas de rapport avec ce qu’il a dit. Pas beaucoup d’intérêt non plus, juste moi qui raconte ma vie philosophique passionnante. Ce n’est pourtant même pas forcément mon genre de me montrer aussi… défaitiste. Pessimiste. C’est pas non plus mon genre de me retrouver à trois heures du mat’, une clope pas fumée à la main en compagnie d’un type défoncé.
Je souffle lourdement et lève la tête au ciel, comme si je m’apprêtais à sentir des gouttes de pluie froide. J’ai l’impression que je vois ce qu’il veut dire en m'entendant raisonner comme ça. « Est-ce que ce serait aussi pour ça que y’a des gens qui en prennent ? Pour ne plus se sentir aussi insignifiant ? »

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Mar 23 Mai - 14:09

Sidonie se montre satisfait. C'est con, mais il apprécie déjà bien Albane, et lui, il fonctionne à l'instinct. Le fait qu'ils ne se connaissaient pas encore il y'a peine une heure, c'est que du détail.
Elle lui pose une fameuse question sur ce pourquoi il se drogue. Un peu moins déchiré, le jeune brun aurait peut-être répondu qu'il n'y a pas forcément de raison. Que c'est comme ça, ça fait parti du folklore maintenant. Mais du coup, dans son état actuel, c'est à dire vulnérable, tout fait sens.
Peut-être que toutes ses séances de défonces (pas si nombreuses que ça non plus) n'ont pas forcément toujours du sens. Mais sa première en tout cas, c'était ça. Un moyen d'être borderline, de se sentir différent, au dessus d'un monde qui fonctionne selon des principes et des règles.

Sidonie voit que son petit monologue fait écho dans l'esprit d'Albane. Il en est un peu fier, c'est vrai. Il l'écoute s'épancher à son tour, faisant preuve de beaucoup d'effort pour se concentrer. Parfois, il bute sur des mots, les retourne et perd le fil, mais il suppose qu'il a comprit l'essentiel. « Ouais, y'a rien de pire que devenir adulte. » Abandonner certains de ses rêves, d'venir plus raisonnable, plus conscient. Conscient de la merde qui t'entoure, conscient que peu importe ce que tu feras, peu importe comment on te considéra, finalement, tu resteras qu'un grain de poussière dans un engrenage bien trop grand pour toi. Tout ça, Sidonie connaît aussi. « T'as le droit de te battre aussi pour tes idéaux, Albane. Y'a rien d'autre à faire de toute façon... Sûrement que tu sauras jamais rendre le monde meilleur, mais tu peux au moins essayer d'apporter un peu de lumière dans la vie des gens qui t'entourent. Concrètement, on est pas grand chose... Mais il ne tient qu'à toi de penser le contraire. »  Ou à une personne de lui faire comprendre que c'est pas forcément le cas.
C'est toujours la même histoire. On trouve des raisons de vivre, d'avancer, là où on peut. Sidonie sourit doucement à la dernière question d'Albane, et hésite à répondre, tellement elle lui semble rhétorique. « C'est une raison qui se tient, oui.   » Il jette le reste de son joint pas complètement terminé et observe Albane. Il sait pas trop si elle peut ressentir ce genre des trucs et savoir quand on la regarde.  « Tu t'en souviens quand j't'ai dis que j'avais besoin de discuter. En faite, j'me sentais seul. » Il marque une pause, soupirant un p'tit peu. « Je dois composer avec l'absence d'une personne actuellement, et je comprenais pas trop pourquoi j'arrivais pas à vivre comme avant tu vois ? Je veux dire avant qu'elle fasse irruption dans ma vie...   » Sidonie suppose qu'elle comprend où il veut en venir, mais il termine à exprimer le fond de sa pensée, pour la forme.« Finalement, j'crois que c'est elle qui me fait sentir moins insignifiant.  »  Peut-être qu'Albane trouvera ses propres de réponse dans ce que Sidonie venait de raconter. Il l'espère en tout cas.

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Mar 27 Juin - 16:08

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


« Ouais, y’a rien de pire que devenir adulte. » « Ne grandis pas, c’est un piège… » je fais à voix basse, en citant l’éternel Peter Pan et son enfance tout aussi immortelle. Un sourire passe sur mon visage, un peu faiblard mais qui arrive à point nommé. Je l’écoute parler, en buvant presque littéralement ses paroles. « C’est un truc qu’on me disait souvent gamine. Faire du bien à ton échelle. » Marquer le monde d’une manière réellement utile, en quelque sorte.
Concrètement, on est pas grand-chose… Mais il ne tient qu’à toi de penser le contraire. J’ai envie de croire à sa fin, vraiment. « Le truc, c’est que même si je le pense très fort, ça changera pas de beaucoup l’état réel des choses. »

Il y a un petit blanc, pendant lequel nous continuons de marcher en silence. Juste le bruit d’Austin, et ma canne qui frotte les dalles de la ville, pendant que je me guide de Sido pour ne pas totalement dévier. Il va parler, c’est le genre de silence qu’on tient pendant qu’on rassemble ses pensées. Quand il me demande si je me souviens de ce qu’il m’a dit, il se passe quelques secondes avant que je n’hoche la tête. Il reprend, en parlant de sa solitude et d’une personne absente de sa vie. J’ai un petit sourire, parce que j’ai l’impression de connaître ça, les cœurs esseulés. Sido ne me donne pas beaucoup de détails – logique –, et je m’amuse à m’imaginer cette personne de tas de manières différentes. Fougueuse, loyale, bruyante, qui fait l’effet d’un ouragan ? Bohème et douce, la gentillesse aux lèvres ? Distinguée, fascinante, intelligente ? Je secoue la tête, très légèrement. Des filles comme ça, je peux m’en créer des images mentales aussi erronées les unes que les autres. « C’est beau, de compter pour une personne à c’point. » Je le pense, sincèrement. « J’imagine pas ce que ça doit faire. » La joie procurée, mais la douleur de l’absence aussi. Dans un registre différent, j’ai l’impression de tout de même connaître ça, en ayant grandi loin de ma mère biologique. « Trouver quelqu’un avec qui on est à l’aise. Au-delà de l’amitié ou d’la simple attirance, je veux dire. C’est sûr que ça donne plus de choses auxquelles se rattraper que des rêves. » Créés par ton propre esprit ou par les drogues. La suite me vient sur les lèvres, plus facilement il me semble grâce à l’heure tardive, et à la fatigue liée à elle. La nuit, gardienne d’infinis secrets. « J’ai jamais connu l’grand amour, ou même quelqu’un qui m’a donné envie de me poser avec lui. Alors, je t’avoue que j’ai du mal à me représenter ce qu’une telle relation peut t’apporter. J’veux dire, même si elle est d’une autre nature… » Mes mots s’embrouillent, mon élocution est moins claire, je perds le fil de mes pensées. « Ma mère connaissait pas mon père, et j’l’ai moi-même pas connue pour longtemps. J’ai jamais beaucoup aimé ma sœur. Et j’avais beau dire, les choses n’ont plus été les mêmes avec mes parents après que j’aie perdu la vue. » J’étale tout ça, sans me rendre compte du bordel que mon arbre généalogique peut être si on ne précise pas que je suis adoptée. « Des relations fortes, j’en ai pas des masses au final. Même au sein de ma famille. C’est con, à force j’ai l’impression d’avoir vécu la vie d’un autre. D’prendre sa place auprès de ses proches. » Mais je ne suis pas une voleuse. « C’est dommage à vingt ans quand même. »


HRP:
 

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Sam 1 Juil - 15:22

Sidonie est un brin nostalgique quand Albane cite Peter Pan. C'est totalement ça. Grandir, c'est un piège. Et on tombe tous dedans un jour ou l'autre. Cette putain d'ironie. T'as beau être prévenue, tu as perdu d'avance. Il le redoute Sidonie, ce jour où il sera adulte. Il lui semble déjà avoir eu un avant goût de ce que ça pourrait être... Spoiler: il n'est pas très adroit là dedans. Son rayon, c'est plutôt de fuir la réalité, et se cacher pour ne pas qu'elle le rattrape. Il grimace un p'tit peu en se rendant compte qu'il ressort la même merde que les autres. Il aurait voulu pouvoir inspirer Albane plus que ça, lui dire quelque chose qu'elle n'aurait jamais entendu, quelque chose qui pourrait changer ses perspectives. « Tu dois vraiment te sentir seul. Peu importe ce qu'on peut dire, ça change rien à la réalité concrète. » Sidonie soupire avant de continuer. « Je ne sais pas si ça pourra t'apporter un peu de réconfort, mais tu le réussis. Je veux dire ''faire du bien à ton échelle''. Je me sens bien avec toi. » Et c'est tout ce qu'il lui fallait après ces semaines de merde.

Sidonie en arrive à parler d'Ae-Sook. Ce n'était pas réellement au programme, mais ça se prêtait assez bien à la conversation. Il se sent tellement idiot. Parce qu'il en voulait malgré tout à Ae-Sook pour tout ça et qu'il se sent incapable de le montrer par un geste concret. Au contraire, il l'idéalise encore et toujours. Sidonie se raccroche aux mots d'Albane pour oublier à quel point il est pitoyable. Une lueur particulière brille au fond de son regard devant les confessions de la blonde. Voilà un domaine où il peut comprendre Albane. Lui aussi, il a longtemps fait cavalier seule. Puis elle parle de son père et de sa mère. Et Sidonie pense au sien aussi. Et dire qu'il l'avait abandonné à Seattle pour devenir un artiste. Et aujourd'hui, Sidonie étudie la chimie, suit le même chemin que son vieux. Bien sûr, il n'arrive pas vraiment à cacher sa tristesse à pensant à sa mère. Son décès était encore récent, tellement qu'il ne l'avait même pas encore enterré. Il y a un mélange de pleins d'émotions que Sidonie ne contrôle pas. De la frustration, de la tristesse, de la peur, du doute. Il détourne un instant le regard, essaye de reprendre contenance, de rester digne. Mais à l'intérieur de lui, ça bouillonne. « Les histoires de famille compliquées, j'en connais un rayon. » Avoue-t-il dans un léger rire forcé, mais également un peu naturel. « J'ai l'impression que tous nos vieux se sont réunis et ont décidés d'être de parfaits trous du cul. Adolescent, j'voyais des familles parfaitement heureuses, et ça leur paraissait tellement naturel. C'est à ce moment que j'ai commencé à comprendre qu'il y avait un problème. Et ce problème... » Sidonie se pince les lèvres, tente de trouver le courage de terminer sa phrase. « C'était moi. » Il hoche la tête d'un air entendu. Sidonie peut pas le cacher, quand il l'a découvert, ça lui a foutu un sacré choc. Dans ce genre de moments, tu peux pas éviter de te remettre sans cesse en question, de te demander où t'as merdé.  « Je suis le responsable de la séparation de mes parents. Responsable des mauvaises relations avec mon père. C'était moi le problème, et j'ai arrêté d'essayer de me dissuader de contraire, parce que c'est vrai. » Il ne revient même pas sur sa relation avec sa mère, et ses refus incessants d'aller lui rendre visite. C'est ironique que c'est maintenant qu'elle est plus là que Sidonie voudrait à tout prix la revoir. Vraiment dommage. » Surtout d'après ce que Sidonie voit et entend. « Je suis certain que tu finiras par reprendre le contrôle sur ta vie. Tu sais on m'a toujours dit ''ne cours pas après les chimères''... Moi si je peux te donner un conseil, c'est de continuer à courir après. Parce que même les chimères ont une date de péremption... » Il fait allusion à la famille d'Albane. Sidonie lui souhaite de tout cœur de pouvoir réparer les pots cassés avant qu'il ne soit trop tard.
Spoiler:
 

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Lun 10 Juil - 2:19

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


Peu importe ce qu’on peut dire, ça change rien à la réalité concrète. Quelle réalité ? Celle dans laquelle notre naissance nous lance ? Celle qui suit le réveil, "l’après-rêve ?" ? Une réalité plus vaste, mondiale, qui touche les conflits universels ? Je soupire légèrement, en même temps que Sido et ça m’arrache un petit sourire. Parfois, on a juste l’impression d’être petits et insignifiants. Notre passage ici, il ne changera pas grand-chose. Reste à voir ce qu’on en fait. Il continue, et mes lèvres s’étirent davantage. La présence de l’autre, curative. C’est probablement ça, vu la piètre conseillère que j’aurais pu être jusqu’ici. « Et moi donc. » Et moi d’hocher la tête, un peu plus convaincue. Une rencontre nouvelle, quelque temps passé à prendre de la distance. Une petite bulle d'air.

« Les histoires de famille compliquées, j’en connais un rayon. » Et il part dans un petit rire, que je sens dans l’entre deux, ni spontané ni totalement forcé. Son histoire, ses histoires, ne doivent pas être des plus agréables non plus. Ses paroles font écho dans mon esprit. Les familles parfaitement heureuses, naturelles, si évidentes. C’est censé être la norme, n’est-ce pas ? Un couple, des enfants, une maison, un jardin, un chien peut-être. Les cours de théâtre de la petite, le football du gamin, les Noëls où on voit l’oncle boire un peu trop et la bûche arriver sur la table. Sauf que la réalité, elle prend aussi en compte les accidents de route. Les divorces, les disputes, les voyages hebdomadaires chez Papa et chez Maman, les fils indignes, les filles décevantes, les échecs à répétition, les ménages à trois… C’est sans fin. Ça existe pas la famille modèle.
La chute de sa tirade arrive et m’interloque. Je tourne la tête dans sa direction par réflexe, fronce les sourcils. Je mets quelques secondes à réagir. « J’pense pas que tu en sois la raison. » je commence, lentement. « Enfin, je ne connais pas tes parents, donc objectivement qui je suis pour dire ça mais… » Je soupire. Du diable si j’arrive à trouver mes mots ce soir. « On a souvent tendance à penser que c’est notre faute, je suppose. Parce qu’on a fait un pas d’travers, parce qu’on a pas fait ceci ou cela, ou parce qu’on a totalement foiré. Mais très souvent, les choses sont pas comme on les croit. C’t’un truc vaste nos vies. Un peu comme un jeu de carte, un très long jeu de carte. On n’en n’est que les participants, avec nos propres p’tits cartons en main. On connait pas ceux des autres, on n’sait pas ce qu’ils ont comme atouts et comme merdes. Tout le monde joue, foire, gagne, recommence. Et c’est pas parce qu’un coup est bon ou mauvais que l’autre suivra cette lignée. La seule façon d’tout connaître c’est d’abattre ses cartes. » Et alors, game over. Fin du jeu. Je me suis un peu perdue dans ma métaphore, et il me faut quelques secondes pour retrouver le fil de ma pensée. « C’que j’veux dire, c’est qu’il y a sûrement tout un tas d’autres choses qui ont fait que ça a pas bien fonctionné entre eux. T’as peut-être été une des raisons pour laquelle ils se sont pas entendu mais… Y’a tout un tas d’autres données à prendre en compte. » Des données. Des chiffres, des statistiques, des pourcentages. C’est tout ce à quoi on se raccroche certaines fois, parce que la logique est irréfutable, parce que c’est la voie la plus sûre. C’est aussi la plus facile et on l’emprunte par défaut, parce qu'on ne sait pas grand chose de l'histoire de l'autre. Jusqu’à finalement la connaître, et se risquer sur des chemins plus glissants.

Je souris, parce que j’aime bien ce qu’il dit – même si sur le fond ça me donne surtout envie de pleurer. Des chimères à date de péremption. Toutes nos ambitions, nos rêves, ces choses qui n’ont de consistance qu’à travers nos esprits, avec une fin programmée ? Du jour au lendemain obsolètes, bons pour la casse. D’une friabilité désolante.
Son conseil, je pense que je vais le suivre, jusqu’à n’en plus pouvoir. J’espère juste ne pas me perdre en chemin. « D’accord. J’vais essayer d’faire ça. » avec un petit sourire en coin. « Tu m’aideras ? Une aveugle à la course, elle risque fort de foncer dans les barrières. » J’ai envie de revoir Sido après cette nuit, parce que je suis bien. L'écho de ses précédentes paroles remonte un bref instant de ma mémoire. Je veux dire "faire du bien à ton échelle". Je me sens bien avec toi. En cet instant, on est deux. Cette soirée, finalement, aura pris un tournant bien meilleur que son commencement.

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Mer 19 Juil - 0:47

« J’pense pas que tu en sois la raison. » Sidonie tourne la tête vers Albane, plutôt surpris. Il se demande sur quoi elle s'appuie pour dire ça. Au fond, elle ne connait pas la famille de Sidonie, n'a aucune idée du foutoir que c'est. Est-ce qu'elle le dit simplement par pitié ? Sidonie ne lui en voudrait pas, il se trouve lui même ridicule ces derniers temps. Il l'écoute finalement, s'accroche religieusement à ses mots et comprend où elle veut en venir. Elle a ce talent qui donne envie de croire en tout et de ne rien remettre en question. Peut-être. Peut-être que Sidonie se juge trop sévèrement, qu'il n'est que la face visible de l'iceberg. Mais ça change rien à la suite. Il reste l'élément perturbateur principal, celui qui a gâché la fête, le porteur de mauvaises nouvelles. Son arrivée a tout changé dans la relation qu'entretenait son père avec sa mère. Parce que les couples, ils font souvent ça... Ils omettent, décident d'oublier, pour le bien commun... Mais un gosse, ça s'oublie pas, c'est tangible, c'est concret. « Il y a ce côté sombre qu'on pourra jamais contrôler. J'sais pas trop comment définir ça, le hasard, ça me paraît être un terme bien trop vaste.» Puisqu'au fond, on peut prétendre que ce qui nous arrive est la conclusion de plusieurs résultantes. Ce qui apparaît comme plus mystique pour Sidonie, c'est la manière dont elles s'imbriquent les unes aux autres. Parfois, ça manque de logique, de sens.  « C'est rassurant, non ? La perte de contrôle. Tu sais que t'as juste à te laisser aller, que tu ne peux rien y faire. Tout se détend, tout devient plus paisible. » Alors pourquoi ce sentiment d'être autant un imposteur, puisque dans un sens, il sait que ce n'était pas totalement de son ressort ? « Est-ce que ça veut dire que je peux y faire encore quelque chose ? Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.  » Sidonie pose la question sans lien, après une réflexion. Il imagine qu'Albane doit complètement être paumée. Concernant la réponse à sa question, il n'en sait rien... Au fond, il reste tellement à faire et Sidonie sait que le temps défile et qu'on le rattrape pas. Et ça l'étouffe de savoir que sa chance a une date fatidique, qu'à partir d'un moment, il sera trop tard pour réparer les pots cassés.

Les histoires de Sidonie font échos en Albane et vice versa. Contrairement à ce qu'il aurait pu croire en croisant la blonde dans ce bar, Sidonie partage de nombreux points communs avec Albane. La principale ? Une famille déconstruite. Des histoires compliquées, de celles qu'on raconte dans les films le samedi soir pour amuser une famille lambda. Il y a plein de choses pour lesquelles Sidonie est inefficace, beaucoup de discussions où son avis voire son expertise est inutile. Mais là, il part en terrain connu, il sait de quoi il parle.

Son conseil, bien qu'un peu lyrique, comme tout cette nuit et cette rencontre au fond, est le meilleur conseil que Sidonie aurait pu donner à Albane ce soir. Celui qui lui semble judicieux et qu'il a lui même refuser de suivre, par fierté ou simple bêtise, ça en revient au même. Le sourire de Sidonie se creuse finalement, aux phrases qui suit son conseil. Elle va essayer de le suivre. Sidonie, ce soir, et ce même au plus profond de tes abîmes, t'as réussi à inspirer quelqu'un. T'es peut être pas si à jeter que ça.. Sidonie entoure un bras protecteur autour d'Albane, amicalement, galvanisé par sa dernière phrase, dans une hystérie quelque peu contenue. « Promis, j'serai là et je t'aiderai du mieux que j'peux. Par contre, va falloir qu'on rattrape tes lacunes en matière de Pokemon également.   » Dit-il dans un léger rire. Ce ne sont pas des paroles en l'air que Sidonie balance sur un coup de tête. Il sera là, peu importe le moment, peu importe l'endroit. Pour lui, il n'y a rien de plus sacré qu'une promesse, il fera en sorte de s'y tenir, coûte que coûte.

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Mer 19 Juil - 2:45

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


Il marque un silence, plutôt long. Je le laisse réfléchir, tourner cette image que je lui ai donnée sans savoir si elle est réellement utile. Finalement il reprend. « Il y a ce côté sombre qu’on pourra jamais contrôler. J’sais pas trop comment définir ça, le hasard, ça me paraît être un terme bien trop vaste. » Je fais une moue pensive, en pensant à ce qu’il a dit. Le hasard, c’est un terme trop nébuleux. Je ne suis pas de ce genre de filles à donner un nom sur le moindre fait, cependant j’ai un avis là-dessus. « Hm… J’crois personnellement en un enchaînement des plus logiques… terriblement compliqué… qu’on pourra jamais comprendre totalement. Ou alors on s’appelle Dieu et on n’a rien à faire sur Terre à s’ennuyer avec des histoires pareilles. » Mais même cet être divin, je ne suis pas sûre qu’il existe.
« C’est rassurant, non ? La perte de contrôle. » J’ai un petit frisson. La perte de contrôle, d’habitude… Non, je n’aime pas ça. Me sentir perdue, sans pouvoir m’accrocher à rien. Lâcher prise est une chose bien trop complexe, bien que la limite soit déjà floue pour moi. « Tu sais que t’as juste à te laisser aller, que tu ne peux rien y faire. Tout se détend, tout devient plus paisible. » J’essaie d’imaginer ça. Laisser la peine aux autres de mener la barque, et se faire balloter entre les flots. La sensation, grisante ou angoissante, des évènements qui arrivent en désordre. Je ne sais pas si j’aimerais ça. « Est-ce que ça veut dire que je peux y faire encore quelque chose ? Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. » Je tourne la tête vers lui, un peu surprise de la suite incohérente de ses idées sans pour autant être déboussolée. « Je pense, oui. Tant qu’il y a encore l’envie que ça s’améliore, je pense que tu trouveras toujours la force de… Faire le nécessaire. » Je secoue la tête en fronçant les sourcils, moi-même loin d’être convaincue par mes propos. Et si ce n’était pas assez, justement ? Et si le temps imparti, ce fil de vie éphémère, n’était pas assez long pour nous ? Le sentiment d’être dépassé est là pour une bonne raison la plupart du temps. Parce que nos petites existences bien tranquilles le sont beaucoup moins en réalité, bercées par tant d’incidents qu’il est difficile d’en faire l’inventaire. Parce que même avec toute la bonne volonté du monde, on arrivera jamais à ce qu’on voulait au départ. Ça peut choquer, ça peut faire peur. Ça peut plaire, aussi. Ça laisse rarement de marbre. « Désolée. Sur ce coup-là je ne suis pas vraiment d’une grande aide. Aussi paumée que toi sur la question. » Deux gens sans réponses, qui essaient à tâtons de se retrouver dans un grand fouillis. « Je pense que tout c’que je peux te dire… C’est qu’il faut du temps. D’la patience. Parce que tout peut changer d’un moment à l’autre. » Sans même qu’on s’en aperçoive, parce qu’emmerdes comme bonheurs n’arrivent pas avec une pancarte clignotante à notre nom.


Il s’accroche à mes épaules, et je vacille sous le coup, surprise, à tel point que la cigarette froide dans ma main tombe. J'ai dû tirer trois coups dedans mais tant pis. Il reprend, ça a l’air de lui faire plaisir, et je lui adresse un « Merci… » simple et des plus sincères. Par contre, la dernière partie de sa phrase me fait rigoler, de ce rire qui se répercute bien peu discrètement dans les rues vides. « Eh, j’suis pas si mauvaise ! » J’essaie de me creuser la tête, pour trouver n’importe quoi qui puisse sauver mon honneur, mais tout ce qui me vient en tête est Dracolosse, parce qu’il a attrapé tout à l’heure un Dracolosse. « D’abord, il y a celui que t’as eu tantôt. Et je sais qu’ils s’attrapent avec des boules. Et qu’le type, là, euh… Sacha ? Il a un Pikachu ! Et… Il est sensé être jaune ? Enfin le Pokemon, pas Sacha. Avec une queue. » D’après ce qu’on m’a dit, et d’après mes plus que vagues souvenirs d’autrefois. La période où je voyais remonte à loin, et ma mémoire d'alors était plus que douteuse… « Bon, ok. D’accord. » capitulé-je en me rendant compte dans quel niveau d’ignorance je m’enfonce. Je lève une main en reddition. « T’as le droit de rire. » Même s’il est plus que probable qu’il n’a pas attendu ces derniers mots pour le faire. « Je me posais une question existentielle tout à l’heure, tu sais… En admettant que ces Pokemon "existent", qu’est-ce qu’ils sont supposés faire quand ils sont dans les boules ? Genre, ils dorment ? » Pardonnez-moi, il est tard, j’ai passé une mauvaise journée et une soirée bien meilleure mais déroutante, on vient de discuter philo pendant trente minutes, et mon cerveau n’est plus en bon état de marche…

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Jeu 27 Juil - 17:55

Albane, elle est plus cartésienne. Sidonie l'écoute sans dire un mot, dans un hochement de tête. Un enchaînement logique, des liens de causes à effets qui nous dépassent. Rien de mystique, ou presque, puisqu'elle en vient à parler de Dieu. Celui avec un grand D. Plutôt hésitant, Sidonie cherche à comprendre si Albane dit ça pour la vanne, ou si au fond, ça reste un questionnement important dans son existence. « Parfois, je me dis que ma vie serait plus simple si j'arrivais à croire en cette vie après la mort. En cet être supérieur qui remet tout le monde à sa place au moment de passer l'arme à gauche... Très clairement, ça permettrait de nuancer des sujets bien plus vastes que la mort elle-même. Et de réparer de nombreuses injustices. » Mais le fait est qu'il n'y croit pas. Sûrement un coup de son père amoureux de sciences, et des études poussées que Sidonie suit en chimie. Difficile de se prétendre être des rêveurs quand on donne autant de crédit à la science elle même. A croire que Sidonie se trouve constamment le cul entre deux chaises. La réponse d'Albane à la question de Sidonie a de quoi encourager. Seulement, l'étudiant en chimie ressent très bien les doutes de la blonde. Quoi de plus normal ? Parfois la volonté, ça suffit pas. Et être adulte, c'est l'accepter. Accepter d'être impuissant. « Et toi, tu te sens assez forte pour faire le nécessaire ? » Pour peu qu'elle sache ce qu'est le nécessaire. Il s'agit d'une vérité universelle, souvent on pense bien faire en faisant mal. Et on a beau prétendre qu'avec le temps, on arrive à moins se soucier des dégâts qu'on laisse derrière soi, c'est rarement le cas, et c'est ce qui rend tout ça si compliqué. Albane, elle semble aussi paumée que Sidonie. Et c'est limite plus rassurant que si elle lui avait balancé une réponse toute faite et pleine d'assurance du style ''Tant qu'on veut, on peut''.  « C'est pas grave de pas savoir. Peut-être même que pour une fois, c'est la vie qui va nous répondre ? » Même si concrètement, ça reste déchirant de devoir attendre sans rien faire.

Finalement, après une promesse échangée, Albane essaye de démontrer ses connaissances en matière de Pokémon. Sidonie trouve cette tentative veine mais plutôt respectable et amusante. « Les boules, on appelle ça des Pokéballs. Et t'as aussi des Superballs et des Megaballs.  » Des termes trop techniques,
avant de courir, faut déjà apprendre à marcher. Sidonie se gratte l'arrière de l'oreille à la question d'Albane. « Euh bah..  » Il marque une pause avant de hausser les épaules dans un petit sourire. « On s'en fout un peu de toute façon. Ils sont juste là pour combattre. Faut arrêter de croire en l'amour entre Pokémons et dresseurs. On les maltraite nos pokémons, c'est de l'esclavagisme moderne.  » Sidonie est pas trop sûr que ce soit la meilleur façon de vendre Pokémon. Mais autant qu'elle apprenne les faces sombres de ce jeu vidéo par quelqu'un que par elle-même par la suite. « C'est quoi ton Pokémon à toi ? Ce truc dont t'adore discuter avec les autres ? »

___________________


Shipman:
 

Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2653
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : Lolitaes (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
SidonieKelly
SandraElias


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Évoquer son père est toujours aussi douloureux mais elle s'y fait petit à petit.
○ Elle se questionne toujours à propos de sa famille biologique.
○ Elle se laisse porter par les événements.
○ Elle se raccroche à son violon.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: anesidora (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


En ligne
Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Dim 3 Sep - 1:11

La pilule bleue ou la pilule rouge ?
ft. Sidonie


Sa réponse tarde, et je l’attends en silence. Ça cogite dans ma tête, et même si au début je lançais ça comme ça j’en viens à m’interroger réellement sur ce sujet. Finalement Sido me répond et je l’écoute sans un mot, encore. Ce qu’il dit est vrai, être sûr qu’il y a bel et bien quelque chose après la mort ça arrangerait de nombreux problèmes. Beaucoup de gens le sont, d’ailleurs, convaincus. La seule chose dommage c’est que certains pensent qu’il est utile d’entrer en guerre pour que les autres le soient. On en est rendu à ça au final, à se battre pour des idéaux, parce qu’il n’existe pas de manuel sur comment bien se comporter et qui a raison qui a tort. « Ca serait… Beaucoup plus facile. Mais d’un autre côté, je sais pas… J’ai toujours eu un peu de mal avec cette idée de punition et de récompense au bout du chemin. Je dis pas que tout le monde doive vivre sans éthique, mais ça ne réparera pas les torts. Et y’aura toujours des gens pour en causer, Dieu ou pas Dieu. » Ce système me rappellerait un peu un enfant, qu’on gronde parce qu’il a cassé la vaisselle ou qu’on câline parce qu’il a bien retenu ses leçons. En un peu plus sérieux, peut-être, mais l’idée reste la même.
On enchaîne, et je me retrouve à patauger dans mes propres dires. À propos des pots cassés qu’on essaie de réparer. Non, sur ce coup-là, je ne sais pas quoi lui dire.  Est-ce qu’on peut vraiment faire quelque chose, quand le temps et les évènements ont été trop loin ? Je sais pas. Je sais pas. « Et toi, tu te sens assez forte pour faire le nécessaire ? » Je sais pas. Je me mords la lèvre et secoue doucement la tête. De gauche, à droite. De droite, à gauche. Plus par ignorance que négation. « Je… Je sais pas. Peut-être pas assez forte, non, mais assez butée pour essayer. » Jusqu’à finir par s’éclater en mille morceaux au pied du mur. « Enfin pour ça, faut déjà réussir à dépasser le stade de la fierté. Y’a un tas de choses qu’on fait pas à cause de cette foutue fierté. » Fierté, crainte, jalousie, égoïsme, ici c’est plus ou moins la même chose. La relation avec ma sœur est pourrie jusqu’à la moelle parce que je l’ai toujours tenue à distance par jalousie et parce que je me drapais dans ma fierté. Enfin drape, c’est toujours d’actualité. Je secoue la tête. « C’est pas grave de pas savoir. Peut-être même que pour une fois, c’est la vie qui va nous répondre ? » Je souris légèrement et hausse les épaules. Peut-être. Il ne reste plus qu’à savoir lâcher prise.

Une promesse se tisse et le sérieux se détisse. Allez, de retour aux Pokémons et à mes connaissances des plus limitées sur ce sujet. J’échoue lamentablement à lui prouver le contraire et il m’explique la différence entre les sortes de boules. J’hoche la tête l’air de dire que je maîtrise le sujet, alors que pas du tout, et lui repose une autre question. Il met un peu de temps à répondre, et je rigole quand il parle d’un amour survendu Pokémon-dresseur. « Ah, je vois ! C’est un peu du pain et des jeux non ? » Je souris. Même si refaire ma culture sur ce jeu ne me dérange pas, un autre jour vaudrait mieux. Quand la fatigue arrêtera de me guetter, notamment, histoire d’avoir les capacités d’enregistrer ce qu’il me dit. « C’est quoi ton Pokémon à toi ? Ce truc dont t’adores discuter avec les autres ? » Je souris instinctivement. Pas besoin de réfléchir beaucoup pour lui répondre, sur ce coup-là. « La musique. » Je resserre les pans de mon manteau contre moi et continue. « J’en fais depuis que je suis toute petite, je devais avoir quoi… Sept, huit ans quand j’ai commencé le violon. Puis j’ai plus jamais décroché, au point d’en faire des études. » Ca a vraiment été ça, le truc qui m’a permis de ne pas couler. De ne pas me faire bouffer vivante par le noir de ma cécité. C’est arrivé pile au bon moment en fait, quelques mois après avoir perdu la vue. « Tu joues d’un instrument, toi ? » Couche-tard, sympa, dresseur de pokémon, camé, touchant, philosophe, peut-être musicien, je dessine la carte mentale de Sido dans ma tête.

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Sidonie N. Reeves
Je rêve donc je suis.
avatar
Inscrit le : 02/09/2015
Messages : 802
Avatar : Robbie Wadge
Crédits : mélopée
Date de naissance : 15/11/1995
Bloc notes :

C'est beau d'être un magicien.



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Alexou
• ÂGE : 20 ans
• BLOC NOTE :


Re: La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane, le Ven 27 Oct - 15:49

Parler d'un Dieu, pour Sidonie, c'est un peu comme lui voler une sucette alors qu'il est enfant et qu'il s'apprête à voir le Père Noël en vrai. Il ne peut pas le nier, son parcours n'aura jamais été parfait. Une succession de départs plus ou moins définitifs, d'abandons aussi parfois. Il est difficile pour lui de trouver un moment dans sa vie où il a pu se sentir pleinement heureux, complètement lui même. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, on lui a toujours arraché des petits morceaux de lui, retrouvables certainement, mais pas sans dégâts, et il n'a sincèrement jamais eu la force de partir en quête de son soi perdu, tous ces êtres partis loin de lui, trop loin, même sans qu'il en soit la cause parfois. Mais fondamentalement, ça change rien, victime direct ou indirecte... Il n'aura pas été une raison suffisante pour s'installer, pour rester. « Tout ce que j'en sais, c'est que si Dieu existe, soit il a une dent contre moi, soit c'est un incroyable fils de pute. » Il suffit d'ouvrir les yeux pour se rendre compte de tous les dégâts causés. Toutes ces inégalités qu'on ne peut pas réparer, ces mauvaises personnes au pouvoir. « Quand j'étais petit, c'est très bête hein, mais j'ai toujours cru que je changerais le monde. Tu sais, que je pourrais résoudre des problèmes importants. Comme la famine en Afrique, le SIDA, les cancers. Et je me suis raccroché jusqu'à très tard à cette idée. Puis un jour, je me suis réveillé, j'ai vu mon père manger en regardant en face de lui, juste à la place vide où ma mère dînait auparavant. Et j'ai compris que tout n'était pas réparable. Quand un dégât trop important est causé, tu peux juste le regarder de loin dans une fausse compassion. Ou alors en souffrir, quand ça te touche.   » Sidonie fait une légère moue après ce long monologue. Il se permet de distinguer les traits de visage d'Albane dans un petit sourire. C'est qu'il se sent vraiment bien, à ce moment précis, en train de déambuler dans les rues avec elle. « C'est pour ça que je pense que quand on est face à un dégât réparable, il faut tout faire pour ne pas regretter, quitte à rater.   »
A priori, Albane souffrait aussi. C'était pas ce style de souffrance à vous pourrir l'existence, parce qu'au fond, on apprend à souffrir, à vivre avec. Mais elle combat aussi tous les jours contre sa chimère. Sidonie se demande quelle forme elle prend, sans oser questionner Albane. Un événement ? Ce genre de souvenirs qui te font regretter de ne pas avoir le pouvoir de remonter dans le temps ? Une personne ou plusieurs ? Ou peut être que c'est tout ça à la fois. Il comprend Sidonie, ce contraste entre l'envie de tout réparer et cette fierté. C'est plus simple de se raccrocher à ce bouclier que le temps a créé, plus rassurant aussi sans doute. L'étudiant en chimie s'y réfugie depuis des années. « Je vais pas prétendre que l'important, c'est d'essayer. Parce qu'au fond, si tu rates, tout aura été très vain. Mais je suppose qu'on peut rien faire d'autre.   » Sidonie prend une profonde respiration. De celles qui annoncent une grande confession. Il s'en veut un peu de toujours tout fait revenir à lui, mais au fond, ils ont la même histoire, les mêmes démons, et ça fait du bien à Sidonie de savoir de quoi il parle, de pas trop être largué. « Ma mère habite en Islande. Elle est parti quand j'étais encore gosse. Je me suis toujours dit que j'irai lui rendre visite un jour, mais il y a toujours beaucoup de remords. Finalement, le plus loin que j'ai réussi à aller, c'est jusqu'à l'aéroport, les billets en main. Puis j'ai rebroussé chemin.  » Et il n'y a aucune satisfaction à avoir essayer. Simplement des regrets.

Divagué entre des discussions sérieuses et Pokémon. Il semble que Sidonie va devoir s'habituer à naviguer entre ces deux eaux. Cette promesse a tout ce qui a de très sincère. Il y aura d'autres promenades, que ce soit au clair de lune ou en plein jour. D'autres moments de complicités, d'autres discussions interminables. Il hoche simplement la tête quand elle compare les dresseurs et leur pokémon à ''du pain et des jeux''. Il lui faut un petit moment pour comprendre qu'Albane ne peut le voir l'affirmer. « Mmh, oui, c'est totalement ça.  » Qu'il dit doucement, perdu un petit peu dans ses pensées. Il retourne les pieds sur Terre quand Albane parle de sa passion à elle. La musique. Sidonie étouffe un léger rire. Evidemment. Du violon, l'un des instruments dont le jeune brun adore le son. Il y a toujours cette once de nostalgie, ce petit quelque chose qui lui donne envie de revenir dans son passé. Et il a le pouvoir de décider si ça se transforme en une certaine forme de mélancolie ou non. Sidonie ne dévie pas son regard d'Albane, des ses lèvres. Parce qu'il sait qu'il y a toujours quelque chose de beau à attendre une musicienne parler de son art. « La musique, ça peut être un très bon refuge. Un moyen d'exprimer toutes ces petits choses que tu gardes en toi, quand t'arrive pas à dire de vive voix. Tu as déjà une idée de ce que tu veux faire après tes études ?  » Albane lui demande ensuite si lui aussi il joue d'un instrument. « Je joue de la guitare. J'ai commencé adolescent sur les docks de Seattle avec des amis. Et jusqu'à récemment, j'étudiais la musique en option, en + de mes études de chimie. Mais tu sais, la guitare pour moi, ça reste cette instrument que tu joues au coin du feu, en partageant un joint tout en philosophant sur la vie. J'ai compris que je voulais pas en faire mon métier.  »

Spoiler:
 


___________________


Shipman:
 

La pilule bleue ou la pilule rouge ? ft. Albane

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: En ville :: Downtown :: BB Nixes-