Partagez| .

la musique de la vie [ft. Logan]


Kelly H. Williams
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 122
Avatar : Katerina Graham
Crédits : bazzart
Date de naissance : 12/05/1997
Bloc notes : /

Afficher


la musique de la vie [ft. Logan], le Jeu 23 Mar - 22:54

Cette journée avait commencé très mal ! La dispute avec ma mère ce matin à propos  de ma tenue pour aller en cours a terminé en pleurs parce que elle trouvait que mon jogging rose fushia et mon top orange fluo n’était pas appropriés pour aller prendre des notes dans un auditoire. J’étais tellement fâchée et affligée par ses propos que j’avais des larmes de fureur qui dégoulinaient et qui par conséquent avaient fait couler tout mon maquillage. Je suis sortie en claquant la porte aussi fort que je pouvais me le permettre.

Sur le chemin pour l’université, je me dis que ce n’était pas une bonne idée de passer dire bonjours chez Damon et maman. Toujours en colère, je rentre dans le bâtiment de l’université pour courir vers les toilettes afin de voir le saccage de mon visage après ses émotions intensives. J’examine avec attention ma face et nettoie parfaitement tout ce qui a coulé. Je remets un peu de mascara et me dirige vers la sortie. Ensuite tout va très vite. Je n’ai pas très bien compris ce qui s’est passé mais en voyant toutes les partitions étalées par terre je me rends compte que j’ai renversé un élève qui étudie la musique.   « Ho, je suis vraiment désolée, je ne voulais pas… Je suis vraiment trop désolée ». Je l’aide à reprendre toute ses feuilles. Et enfin nos regard se croisent et je lui rends le paquet. « Vraiment désolée… » J’attends un moment et ma curiosité prend le dessus. Je lui demande « Tu joues de quel instrument ? »
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: la musique de la vie [ft. Logan], le Ven 31 Mar - 20:22

La journée s'était levée trop tôt comme chaque matin et si la musique s'échappant du réveil était parfaitement inharmonique, calculée pour gêner l'oreille du musicien autant que pour l'habituer à comprendre la recherche du free-jazz, elle n'avait qu'à grand-peine percé le profond sommeil du jeune homme. Grognant, il avait augmenté le volume de l'engin en essayant de le diminuer, inconscient de ce qu'il avait attrapé la télécommande de sa chaîne hi-fi à l'envers. Il grogna encore, rejetant des draps trop chauds et trop seuls pour se diriger en automate vers le miroir.

Comme d'habitude, il s'était levé trop tard et, comme d'habitude, le temps perdu à remplir son thermos de café noir n'avait qu'à moitié été rattrapé par une marche rapide entre les différents transports en commun qu'il prenait à se rendre à l'Université. Et donc, comme d'habitude, il était légèrement en retard, plutôt agacé par ce fait lui qui aimait tellement être ponctuel et franchement pas réveillé. Il avait erré dans les couloirs jusqu'à sa salle de cours, surpris de la voir fermée. Le professeur était certes assez strict sur les horaires mais il n'était pas du genre à boucler la salle pour prévenir les retards. Surtout pas en doctorat. Collant son oreille sur le bois tendre qui le séparait de son « antre du savoir » habituelle, il s'était concentré et concentré encore mais, tel le loup sur la maison de brique, il n'était arrivé à rien. Il n'avait rien entendu.

Grognant, encore, il attrapa son agenda papier dans le sac en cuir qu'il portait en bandoulière sur sa chemise blanche et son sempiternel pantalon noir et l'ouvrit rapidement à la date du jour pour découvrir, en rouge, majuscule et souligné « Cours du matin annulé ». Grognant toujours, il avait refermé d'un coup sec le cahier, pestant mentalement contre sa propre bêtise qui l'avait empêché de faire la grasse matinée. Il lui restait deux choix. Rentrer à la maison ou se trouver une salle vide pour y travailler sa thèse. Il en choisit une troisième, parce qu'il n'aimait pas les conventions et que l'attrait du piano était bien trop fort pour lui. Tranquillement, toujours au radar, il sortit du bâtiment de Sciences Politiques et rejoignit le coin musique. Ou en tout cas, c'était ce qu'il avait prévu de faire avant d'entendre un « Logan ! » intempestif le tirer de sa transe matinale.

Greg était un garçon ouvert et amical, bon joueur de violon et grand amoureux du métal dont il arborait le look subversif à base de T-shirt trop courts aux imprimés agressifs et de cheveux longs. Ils s'étaient rencontrés un midi et avaient fait quelques duos. Le garçon composait, souvent, des thèmes entraînants aux paroles se voulant sombres dont il espérait se faire un jour un gagne pain. Bien qu'intéressé par le concept du violon électronique, il n'avait malheureusement ni le talent pour percer, ni la beauté pour intéresser. En attendant, il demandait souvent son avis au pianiste qui ne savait pas trop comment refuser de le donner. Cette fois, par chance, ce n'était pas la raison de son cri. Comme il l'expliqua à grand renfort de mots en allemand, il y avait cette fille, pour laquelle il avait composé plein de mélodies qui devait passer par là à l'heure du déjeuner à peu près et il voulait tester quelque chose.

Logan, pas bien réveillé, n'avait pas tout suivi. Et c'était ainsi que, sans trop savoir comment, il s'était retrouvé à moitié endormi, des partitions de métal plein les bras, devant les toilettes du Grand Hall lorsqu'une boule radioactive fluo lui rentra dedans.

Les rétines brûlées par le mauvais goût de la tenue, il ne su d'abord ni quoi dire, ni quoi faire, restant un peu interdit et, il faut bien l'avouer, particulièrement stupide au milieu de ses partitions quand, prenant la parole, la jeune femme le réveilla. Il se baissa alors, aidant à rassembler les papiers éparpillés autour d'eux.

« Euh...ce n'est pas grave. Ce ne sont pas mes partitions, je les tenais pour un ami. Je joue du piano. Ce sont des morceaux pour violon. »

Il ne savait pas vraiment d'où lui venait ce besoin de se justifier. Probablement du sentiment lancinant de stupeur qui le saisissait et dont il n'arrivait pas à se débarasser. Si Miss Fluo n'avait pas éclaté son thermos de café, il faudrait qu'il pense à en prendre une gorgée. Un jour.

Kelly H. Williams
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 122
Avatar : Katerina Graham
Crédits : bazzart
Date de naissance : 12/05/1997
Bloc notes : /

Afficher


Re: la musique de la vie [ft. Logan], le Jeu 6 Avr - 20:11

« C’est vrai, tu joues du piano ? Moi aussi ! » Dans ma tête les idées défilent à toute vitesse. On pourrait faire un morceau ensemble, créer une partition à deux, même faire un duo dans un concert ! Je le regarde à nouveau et vois devant moi un beau visage mais encore endormi. Je reste fixée sur ses traits, jusqu’à me rendre compte que ça fait plus d’une dizaine de secondes que je l’observe. Je baisse la tête, un peu gênée, et tends la main en disant « Moi c’est Kelly, Kelly Williams. Et toi ? »
Tout d’un coup je me sens mal, ma tête tourne et un poignard se plante dans mon ventre, du moins e ai-je l’impression. Ma vue commence à baisser et puis… Black-out. Je me suis évanouie…
Quand je me réveille ma tête me fait un mal de chien. Je me rends vite compte que je suis encore par terre devant la porte des toilettes pour fille. J’essaie de me relever mais quelque chose m’en empêche…


___________________
I love you
TO THE MOON AND BACK

Dear diary, a chipmunk asked me my name today. I told him it was Joe. That lie will haunt me forever. ▬ By Tris

Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: la musique de la vie [ft. Logan], le Lun 17 Avr - 0:36

Evidemment qu'elle faisait du piano. Elles faisaient toutes du piano. Lui-même avait été surpris de voir à quel point la filière artistique de l'Université d'Austin était populaire, alors même que l'établissement, s'il jouissait d'une bonne réputation en général n'était pas spécialement connu pour ses grands noms des arts. Il retint un haussement d'épaule qui aurait pu passer pour dédaigneux. Il se savait élitiste concernant son instrument, c'était naturel quand on avait la musique qui courait au bout de ses doigts. Cela ne lui donnait cependant pas le droit de juger les gens sans les avoir entendu jouer, sans avoir pu apprécier de visu (ou tout du moins d'oreille) leur potentiel effectif.

Sans bouger, perdu dans des pensées à peine consciente et embrumées par la fatigue matinale, il ne se rendit pas compte de l'inspection qu'il subissait. Et quand bien-même cela aurait été le cas qu'il n'en aurait pas conclu grand chose. Seule, la voix de la jeune femme le rappela au monde réel. Fidèle à son habitude, il réfléchissait encore à un moyen de passer outre les présentations quand l'inconnue porta la main à son ventre. Une nouvelle fois, papiers et partitions se retrouvent sur le sol collant devant les sanitaires. S'il a tenté de la rattraper, il s'y ai mal pris et son fardeau s'est échappé en vain. Il n'aura pas su éviter le bruit sourd d'un corps inconscient sur le sol. Doucement, il s'agenouilla, pliant son manteau sous la tête de l'étudiante, attrapant son téléphone portable à la recherche du numéro de l'infirmerie à défaut de celui des urgences. Autour d'eux, il y eut comme un silence, comme si les autres avaient soudainement décidé d'aller voir ailleurs. Coïncidence ou simple hasard – après tout la plupart des cours du matin avaient commencés – cela ne l'arrangeait pas du tout. Les soins étaient loin d'être sa spécialité et s'il était doué pour sentir les émotions d'autrui lorsqu'il s'agissait de parler et de jouer, il était bien moins réceptif concernant les malades qui avaient toujours tendance à l'agacer plus ou moins. Sérieusement. Il avait autre chose à faire qu'à jouer les chevaliers en armure. C'était clairement pas son truc à lui.

Le temps, dans ce genre de moment, semble avoir plusieurs vitesses.

Logan était toujours en train de regarder vaguement s a liste de contact quand un mouvement de la part de Kelly attira son attention. Sans réfléchir, il la maintint au sol du bras, sa main se fermant au niveau de son épaule.

« Ne bouge pas. Tu as fait un malaise. Tu as...euh... mangé ce matin ? Du diabète peut-être ? Ca te prend souvent ce genre de trucs ? »

Il n'avait pas osé lui demander si elle avait ses règles mais, sérieux, c'était aussi une cause possible. Ce n'était pas parce que c'était cliché que c'était faux. Et elle AVAIT porté la main à son ventre, il en était presque certain.

Autour du corps à présent conscient traînaient toujours les partitions inachevées du violoniste. Maintenant qu'il y repensait, il était curieux qu'il ne soit pas encore sorti. A moins qu'il ne l'ai laissé là exprès ? Il soupira. C'était bien son genre de tenter de le caser tiens...

Kelly H. Williams
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 122
Avatar : Katerina Graham
Crédits : bazzart
Date de naissance : 12/05/1997
Bloc notes : /

Afficher


Re: la musique de la vie [ft. Logan], le Ven 21 Avr - 20:48

Le jeune homme dont je ne connaissait toujours pas le nom me parla et me demanda si j'avais des problème de santé qui aurais pu causer cette chute de tension. Mon cerveau pris du temps a intégrer l'information, mon cerveau mis aussi beaucoup de temps a réfléchir. Finalement je me souvains que mes règles avait commencé hier et que c'est surement ce qui a du causer la dispute entre ma mère et moi!
"Problème de fille. Si tu vois ce que je veux dire"
Je me levai et cette fois l'étudiant ne m'en enpêcha pas. Bien sur, moi, la fille qui voulait toujours se montrer plus forte qu'elle ne l'était, se leva trop vite et donc retombas et se rattrapa sur lui.
"Pas très commun comme rencontre n'est ce pas? Et désolée encore une fois pour tes feuilles."
Oui, parce que les feuille étaient tombées comme des confettis qu'on lance a carnaval.
Je pris mon sac et remis les choses qui étaient tombés. Je pris un nurofen qui était dans une poche et Je le pris avec un peu d'eau.
Je regarda l'homme devant moi. "Finalement je ne sais toujours pas ton nom?" dis je avec une vois un peu lointaine.

___________________
I love you
TO THE MOON AND BACK

Dear diary, a chipmunk asked me my name today. I told him it was Joe. That lie will haunt me forever. ▬ By Tris

Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: la musique de la vie [ft. Logan], le Dim 14 Mai - 16:02

Logan soupire, partagé entre un agacement réel et quelque chose d'autre qu'il ne saurait définir mais qui s'apparente à une lassitude certaine venant calmer l'agressivité qu'il sent monter en lui. Cette fille l'énerve énormément. Elle est habillée de façon ostensiblement radioactive, sa voix fait mal aux yeux, elle en fait trop. Trop dans la force, trop dans la joie, trop dans la faiblesse. Il ne voit qu'artifice chez elle et ça gronde en lui, ça lui rappelle qu'il y a des choses dans la vraie vie réelle qui ne sont pas drôles. Des mères s'effondrant sur le sol pour de vraies maladies, des qu'on a peur de nommer parce que les mots font peur et mal, et pas parce qu'on a quinze ans et honte de parler de ses règles aux garçons. Et cette colère en lui, cette agressivité, cette froideur qu'il sent monter en lui, tous ces sentiments lui font peur. Il a l'impression de devenir son père. Il a l'impression de perdre son sacro-saint contrôle, il a peur de devenir violent, injuste, stupide. Il a peur de devenir un géant écrasant de son ombre une innocente dont le seul crime aurait été de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment, avec la mauvaise dissonance. Alors, il prend sur lui. Parce qu'il n'est pas son père. Parce qu'il ne veut pas devenir son père. Parce qu'être malheureux n'excuse pas tout et surtout pas le mal que l'on peut faire à autrui. Il soupire, tentant d'être le moins méprisant possible tandis que Kelly continue ses bêtises de jeune fille finalement assez immature.

« Ecoute Kelly. Je vais t'emmener à l'infirmerie que tu le veuilles ou non. Ca fait deux malaises en une seconde. Je ne veux pas savoir si tu as tes règles ou pas, d'ailleurs, pour information, le Nurofen ça calme les douleurs, pas les malaises. Alors peut-être que ce n'est rien, peut-être que tu as sauté le petit déjeuner pour être plus mince, peut-être que tu as juste eu une chute de tension, je ne sais pas et je ne veux pas savoir. Je ne suis pas médecin. L'infirmière, elle, elle saura, elle te le dira, et ce sera votre problème. Voilà. Du coup, tu vas me suivre, et je te prierais de ne pas discuter parce que je ne reviendrais pas sur ma décision. Si tu voulais qu'on te laisse tranquille, il fallait t'évanouir sur un autre pianiste. »

Il la tient fermement par le bras, lui prêtant sa force pour l'aider à de se relever, faisant tout de même attention à ne pas lui faire mal. Il commence à comprendre ce qu'il lui reproche. Elle veut trop être et du coup, il n'arrive pas à savoir qui elle est vraiment, quelle est la personne derrière ce masque orange et fushia. Il connaît peut-être son nom mais il ne la connait pas. Il n'aime pas s'inquiéter pour des filles qu'il ne connaît pas. C'est bête mais c'est ainsi.

« Je m'appelle Logan. Tu me dis quand tu es assez solide sur tes pieds pour marcher. Je vais t'aider à arriver là bas. »

Une fois encore, il ne laisse pas tellement la place à la discussion, parlant le plus calmement possible d'une voix presque froide mais adoucie par des yeux où l'inquiétude se mêle à présent à un agacement de moins en moins palpable.


Kelly H. Williams
avatar
Inscrit le : 17/03/2017
Messages : 122
Avatar : Katerina Graham
Crédits : bazzart
Date de naissance : 12/05/1997
Bloc notes : /

Afficher


Re: la musique de la vie [ft. Logan], le Sam 27 Mai - 10:50

Le ton avec lequel il me répondit ne me plus pas du tout. Après tout ce n'est pas ma faute si je suis tombée dans les pommes.
" Ok. Et pour ton info t'a pas le droit de me paler comme ça. Je m'en tape si tu ne veut pas le savoir mais je ne suis pas une de ses filles qui ne mange rien pour avoir un corps soit disant parfais. Je m'aime comme je suis !"
J'était absolument sidérée et fâchée ! Pour qui il se prend celui-là, à me juger alors qu'il ne me connait même pas !
Enfin il se présente et m'indique qu'il s'appelle Logan.
" Ha! Enfin quelque chose de poli." dis-je sur un ton ironique.
Pendant quelques minutes je lui donnait des regards en coin pour lui dire que j'étais toujours fâchée et que cette rencontre peu commune ne finirait certainement pas en une amitié!
"Je suis prête a me relever."

___________________
I love you
TO THE MOON AND BACK

Dear diary, a chipmunk asked me my name today. I told him it was Joe. That lie will haunt me forever. ▬ By Tris

la musique de la vie [ft. Logan]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: Archive des rps-