Partagez| .

Antonine & Raphael


Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
avatar
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 84
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Antonine & Raphael, le Mar 7 Mar - 18:20

La journée est déjà bien avancée lorsque la sonnerie retentit. J’en suis encore à me demander pourquoi est-ce que cette cloche sonne. Les étudiants sont tellement pressés de partir que quelques minutes avant l’heure, leurs affaires sont déjà dans leurs sacs à dos. Cela pourrait me fâcher, en effet, mais lorsque je repense à mes études… J’étais comme eux au final, bien plus préoccupé par mes activités extrascolaires que par le contenu de mes cours. Pourtant, j’étais intéressé, passionné même par les différentes matières mais c’est la jeunesse qui veut ça sans doute. Je souris en les regardant limite courir vers la porte de sortie, nostalgique, juste avant que je me rappelle qu’il faut que j’intercepte Antonine. Je l’aperçois. Elle semble moins pressée que les autres, ou peut-être n’est qu’une impression. Une de mes meilleures étudiantes en même temps, une des plus sérieuses également, d’où le fait que je souhaite lui parler. Pour un peu plus de discrétion, j’attends que le flux s’amenuise avant de m’avancer vers elle. « Mademoiselle Matveïev. Est-ce que je peux vous parler quelques minutes ? » Une fois que j’ai capté son attention, je jette un coup d’œil vers le dernier élève, encore présent en haut de l’amphithéâtre. « Monsieur Mckillan, l’heure de la sieste est terminée. Vous pouvez rentrer chez vous. » Il se relève en sursaut et file, tête baissée vers la sortie. Nous ne sommes alors plus que deux lorsque j’entreprends de lui expliquer le pourquoi du comment. « Je souhaitais aborder avec vous votre dernière copie. Votre note est… comment dire cela ? Plus basse que d’habitude. » Je marque un instant de silence, espérant ne pas avoir froissée la jeune femme qui a obtenu un B- au lieu de ses A+ habituels. « Est-ce que quelque chose de va pas ? »
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Antonine & Raphael, le Jeu 20 Avr - 2:57

Une ligne de z s’affiche indifféremment sur l’écran. L’esprit de Nine, lui, s’est fait la malle ailleurs. Probablement est-il resté dans le cocon avec Baron. Et Logan. Du coup, elle a un peu perdu le fil de l’amphi. Il doit avoir quelques restes de ce qu’à raconter le prof, quelque part, dans la fonction enregistreur de son cerveau. Au pire, elle lira pour rattraper. Page blanche, sans note, sans nombre. Un petit soupir déprimé, discret, parce que le prof pourrait le prendre pour lui. Et lui, c’est pas un prof lambda pris pour faire son quota d’UE. C’est l’un des profs important pour sa maitrise. Et pour la suite si elle veut continuer. Mais Nine n’est pas comme d’habitude, son esprit n’est pas à l’avenir ou au présent. Tellement pas comme d’habitude. La joli robe qu’elle porte, qui cintre délicatement sa taille n’est surement pas sans raison, pas plus que le large bandeau et les jolies boucles d’oreilles qu’elle porte. Elle est jolie, Nine, féminine. Elle qui d’habitude était plutôt dans des tenues parfois étrange. C’est pour profiter, pour qu’il reste encore. Un petit peu. Que la concurrence n’existe plus. Parce qu’elle apparaitra à un moment, hein. On ne reste pas indéfiniment avec quelqu’un sans pouvoir l’aimer, sans s’en persuader en tout cas. Juste profiter, le faire rester, même si étreinte trop explicites et baiser sont proscrits. En fait, le chagrin d’amour est toujours là et c’est ce qui la fait dérailler un peu beaucoup. Ce qui tue doucement son âme d’enfant par petites touches de poison blessant. Nine essuie une larme au coin de son œil et tente de se reconcentrer sur les dix dernières minutes de l’amphi au moins, juste pour l’honneur.

« Ita missa est » a dit le prof, ou l’équivalent estudiantin qui fait que l’Amphi se vide d’un coup. Nine prend son temps, range un peu son bazar dans son sac Totoro, l’esprit toujours un peu ailleurs. Elle descend lentement les marches. Mais le prof l’intercepte. Nine penche la tête un peu surprise. Il veut lui parler et elle cherche pourquoi. Elle ne voit pas, vraiment pas. Le temps de chasser celui qui confond mathématiques appliqués et rêve éveillé, amphithéâtre et dortoir et il reprend. Nine écarquille les yeux, serre sa main sur la bretelle de son sac à dos. Son regard se brouille brusquement, c’était la petite goutte de trop dans le vase de ses sentiments. Elle n’a plus que très peu de loisir, sa vie personnelle et sentimentale est un bazar sans nom alors que faire si en plus de ça sa spécialité n’est plus sa spécialité. Elle est censée se raccrocher à quoi là. Eclair de lucidité brusquement, un murmure.

« La bourse. »


Posée, mais un gros problème financier. Certes, grâce à ses applis, elle a plus ou moins remboursé son prêt étudiant mais elle n’a pas fini d’étudier et sans la bourse, la chose sera un peu compromise. Il faut combien de moyenne déjà pour la conserver ?

« Je suis … Désolée monsieur, je ferais de mon mieux pour rattraper cette note. Je n’ai … aucune excuse. Ce doit être des fautes d’inattention et je n’ai pas dû me relire … Ça arrive, j’imagine. Ne vous en faites pas. »


Sa voix tremble doucement ; chevrotante.
Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
avatar
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 84
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: Antonine & Raphael, le Mer 26 Avr - 19:49

La bourse ? J’écarquille mes grands yeux bleus mer, ne comprenant pas sa réponse. Je lui parle de quelque chose de personnel, de sa copie de mathématiques. Alors oui, certes, la bourse n’est pas dans ses meilleurs jours et cela fait des mois que cela dure mais le rapport est tout de même bien trop lointain pour que j’accepte une telle réponse. Je ne connais que trop peu le caractère de mon élève pour savoir s’il est normal qu’elle agisse ainsi mais tout de même, je ne trouve pas sa réaction très normale. « Comment ça ? » Je ne peux m’empêcher de demander alors, ne songeant pas une seule seconde aux bourses scolaires, mais plutôt à celle de Wall Street que j’étudie à l’occasion de mes cours, mais également pour sécuriser mes placements.

Puis la voilà qui s’excuse et en entendant sa voix tremblante, j’en viens à me demander si j’ai bien fait de demander à lui parler. Mon but n’était pas de la mettre mal à l’aise mais bel et bien de pouvoir me rendre utile si nécessaire. Je me suis bien trop rendu compte dans ma vie que des notes qui chutent, ou même qui augmentent sans explication, trop brutalement, sont souvent signes d’un changement de vie qui peut être déstabilisant, ou de problèmes bien plus graves parfois. Je me dois alors de m’impliquer dans la vie de mes élèves pour savoir si tout va bien ou non. Bon… J’ai peut-être tendance à m’inquiéter un peu trop vite. Après tout, ce n’est qu’une seule note un peu plus faible que les autres. Ce n’est pas comme si j’avais noté sa copie avec un F.

« Il ne faut pas t’excuser ! Ca arrive à tout le monde et ce n’est pas pour moi que tu étudies mais pour toi-même et ton futur. » Je tente d’arborer un ton rassurant et sympathique, entrainant à la confidence, mais je n’ai jamais été très doué pour cela de par mon esprit trop logique, trop scientifique. « Je voulais juste m’assurer que tu n’as pas de problèmes car si c’est le cas, saches que tu peux m’en parler. J’imagine bien qu’un étudiant n’a pas forcément envie de se confier à son professeur mais je n’ai jamais jugé personne et parfois, cela fait du bien de vider son sac. » J’espère presque qu’elle ait vraiment quelque chose qui ne va pas, sinon je vais passer pour un véritable idiot avec ces paroles. « Mais si tout va vraiment bien, tant mieux alors ! Comme tu le dis, il arrive à tout le monde de faire des fautes d’inattention et cela n’a rien de dramatique. » Mon sourire se veut plus chaleureux encore et réconfortant.
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Antonine & Raphael, le Ven 12 Mai - 21:10

Un ange passe, un moment d’incompréhension. D’Antonine qui ne comprend pas l’interrogation de son prof. Non parce qu’il a dû signer une partie des papiers pour sa bourse, notamment pour la preuve d’assiduité alors que la moitié de ses camarades manquent un bon tiers des amphis. Elle écarquille autant ses yeux que lui avant de secouer théâtralement la tête pour chasser l’idée, la chose. Chasser l’Ange. D’un souffle de vent, d’un coup de baguette magique imaginaire. Reprendre la conversation, abrutir l’interlocuteur de mot. Etudier. Nine fronce les sourcils. Elle n’étudie pas à proprement parlé. Elle joue avec les chiffres, elle les dissèque, elle leur ouvre le bide, elle les tortures pour les faire chanter comme des rossignols milanais. Un jour, si elle fini par devenir chercheuse, elle les étudiera, ce sera son métier. Mais là, c’est juste un jeu.

Quoi qu’il en soit, elle ne doit pas décevoir le prof. Il a envie qu’elle se confie, c’est en tout cas ce qu’elle comprend de ses circonvolutions de conversation. Sauf qu’elle ne va pas lui expliqué que ce qui la tracasse, c’est que le type avec qui elle a couché, dont elle est follement amoureuse toujours lui a même pas dit non, il lui a dit qu’il ne pouvait pas l’aimer. Oh dieu qu’elle a détesté le modal « can » ce jour-là. Il y avait eu deux bonnes semaines où elle avait pleuré toutes les larmes de son corps, semaine où s’était déroulé l’examen. Qu’après, le type en question avait tenté de lui offrir des boucles d’oreille, qu’elle avait refusé, qu’ils s’étaient disputé et qu’actuellement, le type passait tous ses après-midi à dormir et à travailler chez elle . Non, décidément, elle ne pouvait pas lui raconter. Elle ne pouvait pas non plus l’entuber avec des histoires de metagame Pokémon, il serait capable d’aller vérifier, restait la roue de secours. La chose qui pourrait positivement la perturber, un truc qui pourrait parler au prof au vu des évolutions de l’affaire.


« Le cousin avec lequel je suis le proche a été renvoyé d’Harvard à cause d’une histoire de kreteks pas nette. Ma grand-mère l’a allumé, ma tante aussi, c’est le bazar dans ma famille actuellement du coup, ça me tracasse parce qu’on pense pareil sauf que moi, Pokémon me suffit pour penser et me défouler, l’informatique aussi, j’ai pas besoin de kreteks ou de truc pas net. Mon cerveau était plus à même de penser aux possibilités statistiques de mon cousin de se recaser quelque part aux états unis dans le monde de la recherche qu’à votre examen, je vous prie d’accepter encore mes plus plates excuses. J’espère que cette note n’affectera pas ma bourse d’étude. »


Un peu mécanique, parce qu’elle ment très mal, que ce n’est pas un vrai mensonge, que du coup ça noie un peu le poisson.

« Ça se trouve facilement, les postes d’assistant de cours de physique en faculté, à votre avis ? Je pense que grand-mère va l’envoyé à Austin. La famille Collins met tous ses rebuts à Austin. Mon oncle a dit ça Et moi. Maintenant, ils sont deux .Moi je ne juge pas alors je suis là aussi. Ou alors, je m’en fiche de leurs écarts. C’est surement ça. »

Raphael Blaxtone
ADMIN ∎ Le Gentleman Célibataire
avatar
Inscrit le : 02/03/2017
Messages : 84
Avatar : Jesse Williams
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 05/08/1981
Mes rps : /

Bloc notes : /

Afficher


Re: Antonine & Raphael, le Mar 23 Mai - 20:32


Et la voilà qui aborde une histoire de famille qui me semble étriquée. J’écoute attentivement, tentant de comprendre toutes les nuances de ces paroles. J’en viendrais presque à regretter d’avoir posé la question toutefois, car je me sens impuissant face à cette situation. Que voulez-vous que je fasse pour l’aider, moi qui tient tend à mettre la main à la pate. Je n’ose pas lui révéler que je ne sais absolument pas ce que sont des kreteks. Est-ce vraiment utile de toute façon ? J’en viens à penser que ça doit être une forme de drogue. Pour quelle autre raison ce fameux cousin aurait-il pu se faire renvoyer d’Harvard, l’une des plus grandes universités du monde. Et puis, il y a cette histoire de pokémon. C’est à se demander quel type d’étudiants assiste réellement à mes cours. Est-ce que moi aussi je suis aussi étrange ? Je n’ai pourtant pas cette impression et dans ma vie, personne ne m’a regardé de travers, si ce n’est lorsque j’ai posé trop de questions. J’ai appris à en poser moins, même si mon naturel curieux revient régulièrement au galop sans que je puisse l’interrompre. « Je suis désolé pour ce qui est arrivé à votre cousin. » Je finis par répondre à défaut d’une réponse plus constructive. « Vous savez, si vous avez besoin d’un peu de temps supplémentaire pour digérer tout cela, je le comprendrais. Ce n’est pas une absence qui devrait jouer sur votre bourse d’étude. » Et là, ça me fait tilt. C’est donc de cela qu’elle parlait un peu plus tôt… Et moi qui n’y aie pas pensé une seule seconde. Elle a dû trouver ma question sacrément idiote. « Ni un B, ne vous en faites pas. » La vérité c’est que bien des élèves ont des bourses dans la faculté et leurs notes ne sont pas même la moitié à la hauteur de celles de la demoiselle. « Ce n’est pas l’esprit torturé que vous parviendrez à vous épanouir dans vos études de toute façon alors la meilleure manière est de tenter de régler ce qui nous ennuie afin de pouvoir ensuite revenir la tête pleinement à l’œuvre. » Ce sont les conseils que l’on m’a toujours donné et ceux que j’ai tenté d’appliquer toute ma vie. La brune en fera ce qu’elle en voudra. Venir en cours est aussi un moyen de se changer les idées d’un autre côté alors je ne suis pas certain qu’il y ait une bonne solution universelle.

« Je dois dire que je ne saurais vous répondre. Le mieux serait de demander au doyen j’imagine ? » Je n’ai pas d’assistant et on ne me l’a jamais proposé. J’ai quelques connaissances de personnes qui le sont pourtant, comme Barthelemy alors sans doute que tout est jouable pour quelqu’un avec un CV bien garni ou qui a les bonnes relations. « Vous vous considérez comme un rebut ? » Je réplique bientôt, surpris par ses paroles.

Antonine & Raphael

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: Archive des rps-