Partagez| .

Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways


Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2481
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : vinyles idylles (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
Sidonie
Jill
Kelly
Sandra
Shanleigh
Jahan
Les malchanceux
(url coming)


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Son père est mort alors qu'elle n'avait toujours pas pu parler sérieusement avec lui.
○ Elle remet tout en question à propos de son adoption.
○ L'université a repris et elle a du mal à se concentrer.
○ Elle ne passe plus du tout dans sa famille, ça fait trop mal.
○ Elle se fait mine de rien du souci pour cette voyageuse égarée rencontrée à l'aéroport.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 14:40


Albane Hollander




Nom : Hollander • Prénom : Albane Wilhelma. J'aime bien mon deuxième prénom, il m'évoque les temps passé de l'aristocratie. • Surnom : Al', Albe' sont les plus courants. • Age et date de naissance : 20 ans. 7 juillet 1997. Je suis en réalité née un mois ou deux avant, mais comme la date n’est pas sûre, on a préféré garder celle-là, celle où les services sociaux m'ont retrouvée. • Lieu de naissance : Le bronx, New-York. Un appartement perdu dans un dédale de ruelles. • Études/Métier : Étudiante en musique • Statut civil : Célibataire • Orientation sexuelle : Hétérosexuelle qui se cherche encore. • Célébrité sur l'avatar : Chloë Moretz


Physique :


Je ne me suis jamais vue. Du moins, pas celle que je suis devenue, pas celle qui compte réellement. Des bribes de mon ancienne apparence me reviennent parfois dans des moments incongrus, des taches de couleurs défraîchies par les années et les souvenirs, des traits fugaces qui s’effritent sous mes doigts. Petite. C’est la première chose qui me vient à l’esprit quand on me décrivait. Brune, aussi, comme le chocolat au lait dont j’étais jadis friande. Au plus j’essaie de me souvenir, au plus les contours me fuient, en me laissant dans le noir complet. Je ne sais plus trop, les détails s’emmêlent dans mon esprit, les tableaux se délavent sous une pluie battante.
Mais ma mère dit que sans ma tignasse qui a viré à l’ambre, je suis restée à peu près la même en grandissant. Une silhouette menue, frêle, pour qui l’on craint toujours dans les grands océans de foule. Une peau claire en toute circonstance, particulièrement dans la froidure de l’hiver. Et, surtout, des traits restés enfantins. Un visage ovale, un petit nez à peine retroussé, des lèvres aux moues expressives. Une douceur naturelle, un petit quelque chose d’encore innocent. En un sens, ça me rassure un peu, de me dire que je ne me suis pas totalement devenue inconnue, qu’il y a toujours une petite part de moi que je reconnais.
Parfois, on me dit que je dérange. Que c’est indécent, d’être aveugle et de laisser courir son regard dans le vide telle un fantôme, sans le couvrir. Que les gens préféreraient ne pas devoir faire face à mes yeux à l’âme absente. Que le métal liquide glisse sur eux en leur donnant de petits frissons. Il est vrai que je ne m’affuble pas souvent d’épais cercles de plastique foncés, et que je ne tiens jamais très longtemps avec ça sur le nez. C’est comme un intrus, une des rares fantaisies féminines qui m’exècre – avec le maquillage. Car c’est ce qui pourrait le plus frapper peut-être, le soin que j’apporte à ma tenue. Ça en amuse certains, de constater une pauvre fille qui se pavane partout avec ses beaux vêtements et sa canne blanche qui bat sur le sol. Ce qui m’intéresse, ce sont les textures, les odeurs, les épaisseurs, les bruits des frottements. Mes couleurs à moi, somme toute.
Comment je me décrirais, moi ? Par les effluves de lavande discrète qui me parviennent en bouffée alors qu’un vent mutin les ramène en paquet contre mon visage. Par mes lèvres qui se pincent sous la gêne et la retenue, que je mordille dans mes moments de réflexion, qui s’élargissent dans de larges sourires instinctifs. Par les doigts fins qui jouent sans y penser sur la cuisse des morceaux d’antan. Par le pied qui bat la mesure dans les moments d’attente. C’est ainsi que je préfère me définir. À force de sons, de parfums, d’habitudes, de détails.


Caractère :


C’est amusant, de me rendre compte que mes interlocuteurs échangent silencieusement, d’un air entendu, à propos de moi sans penser que je m’en aperçois. Leurs avis échangés sur des apparences, sur ma « malchance », sur ma personnalité. Je ne les vois pas, mais je peux sentir cette gêne dans l’air, ces mouvements des corps beaucoup moins fréquents, cette manière qu’ils ont après de prendre la parole, presque comme s’ils étaient coupables. Parfois je m’imagine ce qu’ils doivent se communiquer. « Elle est bizarre, cette fille, on est bien d’accord ? ». « Tu penses que c’est parce qu’elle nous voit pas qu’elle a toujours l’air dans la lune ? ». « Avoue qu’elle te fait penser à Luna Lovegood. Allez, avoue. ».
Je ne suis pas sûre, mais ça doit à peu près être ce qu’ils se disent. Certains amis proches m’ont parfois avoué qu’ils me prenaient pour cette adolescente déconcertante, rêvasseuse, un poil fêlée sur les bords avec ses propositions sans queue ni tête. Peut-être. Je suis la première à admettre que je n’ai pas un tempérament très vif, et que sans jamais rien faire pour qu’on me remarque, il n’empêche que je ne fais que ça. Je suis d’ordinaire posée, très observatrice. Je me laisse imprégner de mon environnement, et j’ai souvent l’air assez effacée, la tête parfois un peu penchée. J’ai sans doute l’air d’un fantôme échappé d’un quelconque asile, une présence blanche et dérangeante. Cependant, je ne me qualifierais pas comme solitaire. Je suis de nature polie et curieuse, sans jamais me faire trop invasive. Pourtant, il m’arrive parfois, de façon incongrue, à me retrouver confidente de tout et n’importe quoi, de la tasse de thé renversé sur son chemisier à la mort tragique du frère. Peut-être pensent-ils que je n’ai personne à qui raconter leurs secrets et leurs peines. Même si c’est faux, j’entretiens plus ou moins cette image. J’aime la compagnie des gens, des personnes ouvertes avec lesquelles je peux entretenir une conversation où ma cécité ne serait pas l’unique sujet. Je ne supporte pas l’intérêt malsain des badauds, cette presque joie qu’ils ont de se penser mieux lotis que moi. Malgré tout, je ne le leur dirai pas, et attendrai simplement la fin de cette dérangeante entrevue. Contrairement à cette héroïne anglaise avec qui l’on me compare, je garde mes reproches pour moi. Les trois quarts du temps, ils ne font que glisser sur les gens sans les atteindre, à moins qu’ils ne se cabrent comme un cheval. Et puis, il faut dire aussi que je ne me concentre pas trop là-dessus. Incontestablement rêveuse, étourdie, avec une facilité déconcertante à passer d’un sujet à un autre sans transition. Mais c’est pour cela que je suis créative. Cette faculté à sauter d’idée en idée, sans arrêt.
Je suis bornée, sans vraiment l’être. Pas dans le sens où j’impose ma vision de choses aux autres (sans mauvais jeu de mot), mais qu’ils essaient seulement de me faire penser d’une telle manière. Qu’ils essaient. Je ne suis pas butée pour autant, j’écoute leurs avis et y pense sincèrement. J’ai tendance à beaucoup développer leurs propos par moi-même, à m’en forger continuellement de nouveaux, mais je refuse catégoriquement de penser selon l’avis général. Je refuse qu’on fasse de moi un mouton, bien qu’on m’en prête parfois l’apparence.


Histoire :


Je ne suis pas née aveugle. Je voyais. C’est devenu un concept étranger avec le temps, avec le noir qui remplaçait petit à petit les couleurs éclatantes pour ne plus me laisser que quelques ombres chinoises, mais il se fait que je voyais. J’avais même une très bonne vue, assez ironiquement. Mes parents étaient soulagés de ma santé de fer, tout anxieux qu’ils étaient d’une quelconque maladie génétique. En fait, ce ne sont pas mes parents biologiques, que je n’ai jamais rencontrés. Avec le temps, j’ai appris que j’étais la fille de rien, d’un dealeur sans ambition qui traînait dans la rue et d’une catin dont le but ultime dans la vie était sa dose quotidienne d’héroïne. On m’a trouvée dans une descente de flics, âgée d’un mois ou deux, emmaillotée dans un vieux maillot de foot imprégné d’alcool. Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour qu’on m’adopte, pourtant. C’est sûrement dû au fait que je ne me souviens de rien d’autre, mais pour moi je n’ai d’autres parents qu’eux. C’est elle ma famille, pas de doute possible. Je suis la fille des Hollander, c’est une des rares certitudes dans ma vie.
J’étais une petite fille joyeuse, énergique, qui avait beaucoup à raconter et beaucoup à montrer. Très câline et accrochée à ses jeux d’enfants ; monter dans les arbres, faire éclater des bulles de savons dans les après-midi d’été, récurer de mes petits doigts les fonds des préparations de gâteau. J’avais une enfance parfaite, en fait. Jusqu’à ce que je me rende compte, à cinq ans, qu’en classe je n’arrivais même plus à voir mon voisin d’à côté, tant ma vision périphérique était marquée. On s’inquiéta pour moi seulement lorsqu’en cours de sport, une balle de tennis venue de côté me heurta violemment la tête sans que je ne la perçoive, alors que j’aurais très clairement dû. Rendez-vous chez le médecin, tests, lumière aveuglante dans les yeux, hôpital. J’ai avoué avoir quelques problèmes. Une semaine plus tard, mes parents au visage décomposé m’apprenaient que je perdrais bientôt la vue. Que c’était un problème que mes parents biologiques m’avaient transmis mais que même si je ne les connaissais pas, je ne devais pas leur en vouloir, que ce n’était pas de leur faute. Que ce n’était la faute de personne. Qu’il faudrait que j’apprenne à faire avec – ou plutôt sans. Que ça allait être difficile, mais que ça va aller.
Et c’est allé. J’étais bien entourée, j’étais jeune et ne comprenais pas encore tout, on m’apprenait quelques petites choses pour m’en sortir, ma mère me divertissait parfois en se bandant les yeux et en jouant avec moi. C’était compliqué évidemment, de sentir le monde s’effilocher sous mes doigts sans que je ne puisse rien faire pour le retenir, de rester passive devant les contours de mon entourage se brouiller pour se réduire à un univers noir et froid. Mais je pense qu’ils n’auraient pas su me préserver plus encore.
Un an plus tard, je découvrais quelque chose de fascinant. En deuxième primaire, on avait un exposé à réaliser sur un objet de notre quotidien, quelque chose à présenter aux autres. Je ne me souviens plus de mon sujet, ce qui est étonnant puisque ça a probablement été un des évènements les plus marquants de ma vie. Parce que je me souviens parfaitement de ce qu’une nouvelle, elle, a présenté. Son violon. Je me souviens des bruits de cliquetis de la caisse qu’elle soulevait, de ses longues explications sans intérêt, et de ce son. Ce son. Cette magnifique vibration aigue, qui a sonné à mes oreilles, qui a aussitôt attiré mes sens. C’est presque dingue, de savoir en une seule seconde, d’avoir un tel coup de foudre. Non pas pour une quelconque personne à qui l’on s’amarre pour toute la vie, mais pour un objet auquel on sait qu’on dédiera une partie entière de son existence. J’étais tombée amoureuse de cet instrument. Un peu plus tard, quand la classe s’est terminée, je me suis arrangée pour retenir la fille. Elle a accepté de me faire tenir son instrument. J’ai lâché ma canne d’aveugle, me suis sentie un peu démunie et déséquilibrée, jusqu’à ce qu’on me mette doucement le morceau de bois lisse entre les mains. La fille a rigolé quand je me suis saisie de l’archet telle une épée de chevalier. Elle a rectifié ma prise avec ses doigts légers et froids, m’a guidée pour faire sortir un son.
Il était horrible ! Bien loin de cette note cristalline qu’elle a extirpé du violon quelques heures avant. Pourtant, cela ne m’a pas arrêtée. Après avoir passé toute la récréation dans cette salle surchauffée, après avoir trépigné toute le reste de la journée, j’ai retrouvé mes parents le souffle court et les joues vraisemblablement roses. Je leur ai tout raconté, et ils ont été ravis d’apprendre que je ne me laissais pas emporter par ma cécité. Ils avaient peur que leur petite fille énergique et angélique ne s’étiole dans le néant, qu’ils ne me reconnaissent plus. Alors, plutôt deux fois qu’une, qu’ils ont accepté de me faire suivre des cours de violon. Six mois plus tard, je commençais. Apparemment, j’ai eu de la chance de commencer si tôt, quand on sait que certains attendent plus de deux ans sur une liste interminable. Mais il faut croire qu’on m’a accordé un traitement de faveur.
Quoiqu’il en soit, je progressais bien vite. Le crissement de sorcière qui s’était échappé du violon d’Ella était loin, remplacé par de petites mélodies enfantines. Les années ont passé, et j’ai développé un talent hors du commun. L’oreille absolue, que j’avais. Mon professeur était une dame enthousiaste et sensible, qui est très vite devenue beaucoup plus qu’une simple professionnelle, une véritable confidente, une seconde mère. Il lui a fallu du temps pour s’adapter à mon handicap, mais très vite nous sommes arrivées à une méthode. Elle faisait parvenir les partitions à un de ses frères, qui connaissant le braille et la musique les retranscrivait en braille. Je les apprenais par cœur avant de les jouer sur mon instrument. Quelques années plus tard, quand j’ai eu suffisamment d’expérience pour me passer des partitions, elle s’est contentée de me les jouer et de me les enregistrer pour que je découvre par moi-même le tout. L’oreille absolue, le don le plus précieux de mon existence. J'ai également commencé des cours de piano à huit ans.
C'est à cette même période que mes parents eurent une surprise de taille. Ma mère était enceinte. Ils m’avaient adoptée après de nombreuses années d’essais infructueux, sans pour autant qu’aucun n’ait passé de test de stérilité, trop peureux d’une réponse négative. Et pourtant, un miracle ne cessait de croître dans son ventre. Ils m’ont aussitôt entourée de leur amour, m’ont assuré que tout cela ne changerait strictement rien à notre relation, qu’ils continueraient d’être mes parents. Je les ai rassurés. Je leur ai dit que je comprenais et qu’ils n’avaient pas à s’inquiéter. Et pourtant, j’étais bien amère. Je ne voulais pas devenir une fille jalouse, pourrie gâtée, qui pique une crise pour un rien. Mais j’avais la tenace impression d’être remplacée. La gamine d’une pute – oui entre temps mon vocabulaire s’était varié plus que ce qu’il n’aurait dû –, le môme d’un moins que rien et d’un déchet des rues. Aveugle, incomplète, de surcroît. Quand je me suis rendu compte de ça, terrifiée par mes propres pensées, je les ai enfouies profondément. J’ai tout fait pour aimer ce futur petit frère, cette future petite sœur. Je voulais l’aimer, je voulais lui faire une place dans la famille. Je le devais.
Mais malgré tous mes efforts, la rancœur s’accrochait, tenace, tapie au fond de moi, me susurrant des murmures sombres. J’étais séparée de mes parents. Je ne pouvais plus les voir. J’avais changé, je m’étais muée en une fille qu’ils ne reconnaissaient plus. Ils l’aimaient plus que moi, cette Maria. Maria. Marie. La vierge, la sainte.
C’est probablement pour cela que je n’ai jamais pu l’aimer. Je sais, c’est honteux, c’est pathétique, mais même en grandissant, même en prenant du recul, j’ai toujours été jalouse de cette enfant qui ne demandait pourtant qu’à se faire apprécier de cette grande sœur. Elle m’aidait constamment dans la maison, je la repoussais doucement. Elle me montrait ses progrès à la flûte traversière, je grinçais des dents. Un vrai petit soleil, qui laissait de marbre mes yeux hors service et me brûlait la peau. J’aurais tant voulu l’aimer. Mais j’en étais incapable. J’étais le modèle involontaire de la gamine que j’aurais été, si j’étais née Hollander.
C’est peut-être pour ça que je ne rentre plus beaucoup à la maison, maintenant que je suis à l’université. Notre grande différence d’âge, la ville immense, les kilomètres de quartiers qui nous séparent, tout ça m’aide à tenir à distance ma rancune. Peut-être que j’arriverai un jour à lui pardonner ce dont je lui reproche injustement. J’espère sincèrement. C’est très déroutant, de se rendre compte qu’on se comporte comme un monstre alors qu’on combat sans relâche contre ça, sans succès.


Logement :


Je vis à : [ ] Austin North [ ] Downtown [ ] South Austin [X] Dans la résidence universitaire
J'ai des colocataires : [X] Oui. Il me faudrait des colocataires qui seraient prêts à aider m’aider au quotidien, si possible. Je suis très indépendante de façon générale et ne supporte pas être à la charge des autres, mais il n’empêche que j’ai quand même besoin d’aide.


Prénom/Pseudo : Tris • Âge : 16 ans • Présence : 5j/7 ; je passe au moins un jour sur deux sur le forum sauf en cas d’absence et réponds aussi vite que possible aux RP’s. • Comment as-tu connu le forum ? Publicité sur un autre forum • Premier compte ou multi-compte ? C’est une première ! • Quelque chose à ajouter ? COMMENT VOUS OSEZ ME METTRE LOIN DU FROID DE DECEMBRE EN TÊTE, OSEF. Mais sinon j’vous aime déjà :pervers: . Ah, et je tenais aussi à faire remarquer que je suis trop fan du gif par défaut des fiches de présentation.

Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4331
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:17

Ton style d'écriture est un vrai plaisir à lire ! Je le redis encore mais je suis ultra fan de ton prénom et même de ton personnage en entier ! J'espère qu'on aura l'occasion de RP ensemble avec un de mes comptes Wink J'en profite pour te souhaiter la bienvenue évidemment et si tu as la moindre question, n"hésites surtout pas Wink

J'ai le plaisir de VALIDER ta fiche.

Tu peux dès maintenant, si tu le souhaite, créer ton journal de bord et y mettre ce que tu veux concernant ton personnage. Tu peux aussi ouvrir un sujet libre (ou même plusieurs, autant que tu veux ). N'hésite pas non plus à aller demander aux autres membres des RPs, on est tous très gentils ici. Si t'es du genre à pimenter ton jeu avec des petits défis, cette catégorie est faite pour toi ! Pour terminer, je te laisse le lien du guide du forum qui t'aidera sans doute si tu te sens un peu perdue. Wink Si t'as d'autres questions, ma boite à MP est toujours ouverte.

Pour le logement, je te tiens au courant Wink
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:18

bienvenue parmis nous officiellement
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:21

Bienvenue.
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:22

Woaw je suis en amour avec ton style d'écriture et ton personnage. Quelle histoire !
As-tu été inspirée par la série The OA ? Où est-ce complètement le hasard. En tout cas j'adore.

Bienvenue sur LBS !

Perso pour ta colocation, je te propose de faire une demande ici. Ce sera plus simple pour trouver les bonnes personnes. Wink
Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2481
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : vinyles idylles (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
Sidonie
Jill
Kelly
Sandra
Shanleigh
Jahan
Les malchanceux
(url coming)


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Son père est mort alors qu'elle n'avait toujours pas pu parler sérieusement avec lui.
○ Elle remet tout en question à propos de son adoption.
○ L'université a repris et elle a du mal à se concentrer.
○ Elle ne passe plus du tout dans sa famille, ça fait trop mal.
○ Elle se fait mine de rien du souci pour cette voyageuse égarée rencontrée à l'aéroport.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:30

Merci tout le monde
Kylian : Je ne vois même pas de quelle série tu parles (moi et les acronymes ça fait deux...). Pour la violoniste aveugle, je me suis inspirée d'un film que j'ai vu en partie il y a quelques années, mais je ne me souviens plus du titre x). Par contre mon frère m'a dit que c'était dérivé d'un truc japonais, du coup je sais pas trop en fait .
Et je vais regarder pour la colocation, merci !

Et je pense que je n'ai jamais été validée aussi rapidement x). En tout cas, au plaisir de RP avec vous !

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:35

Oh non, la série s'appelle vraiment The OA ce n'est pas un acronyme. Elle parle aussi d'une violoniste qui a perdu la vue lorsqu'elle était enfant. Elle est également adoptée. En tout cas c'est un très joli hasard.
Je vais te suivre de très près, ton personnage me fait trop envie.
Amuse-toi bien surtout !
Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4331
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:36

Pour la colocation, j'ai proposé à Lullaby & Amélia à qui il reste une place dans leur colocation Wink D'habitude on met un peu d'office mais bon, vu que tu précisais que tu veux des personnes qui veulent bien t'aider, j'ai préféré leur demander avant Wink J'attends la réponse d'Amélia encore Very Happy

EDIT : Les filles sont toutes les deux d'accord donc si ça te va également vous êtes toutes les trois en colocation dans la résidence universitaire Wink
Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2481
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : vinyles idylles (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
Sidonie
Jill
Kelly
Sandra
Shanleigh
Jahan
Les malchanceux
(url coming)


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Son père est mort alors qu'elle n'avait toujours pas pu parler sérieusement avec lui.
○ Elle remet tout en question à propos de son adoption.
○ L'université a repris et elle a du mal à se concentrer.
○ Elle ne passe plus du tout dans sa famille, ça fait trop mal.
○ Elle se fait mine de rien du souci pour cette voyageuse égarée rencontrée à l'aéroport.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:44

Ah d'accord ! (je commence bien dis-donc...). Mais oui, c'est un très gros hasard alors x).
Ravie que mon personnage te plaise en tout cas !

Ouiiiiiii, des colocs Merci
Nell Maisonneuve
ADMIN let's play the game
avatar
Inscrit le : 21/12/2015
Messages : 4331
Avatar : Dave Franco
Crédits : Bazzart
Date de naissance : 04/09/1991
Bloc notes :


Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:48

Nell plus rapide que l'éclair
OK JE SORS !!

___________________

Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:49

J'adore ton personnage !!
Je joue aussi du violon depuis ma tendre jeunesse si jamais un rp t'intéresse !!

Bienvenue !!
Alexia Duplessis
A(b)ime moi, j'en (c)rêve.
avatar
Inscrit le : 29/04/2015
Messages : 4654
Avatar : Claire Holt
Crédits : voir sur l'avat
Date de naissance : 18/08/1986
Bloc notes :
clubs : Texas Athletics, le "yes mouvement"

lien:
 





Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Angie
• ÂGE : 30
• BLOC NOTE : Je vous n'aime !


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:50

Bienvenue parmi nous, amuse toi bien ici

___________________

 
 
Firework
Elle flotte, elle hésite, en un mot, elle est femme.
Marlon Ramirez
Un hombre sin suelo
avatar
Inscrit le : 12/12/2016
Messages : 4868
Avatar : DJ Cotrona
Crédits : Puckessa
Date de naissance : 15/06/1983
Mes rps : Le plus simple, c'est d'aller voir mon journal de bord, en fait ! Si voulez un RP, venez me voir en MP et on en discute!

Bloc notes : Marlon/Julian the best bromance






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO:
• ÂGE :
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:51

Bienvenue officiellement Very Happy

Quelle histoire... Renseigne-toi sur The OA, l'héroïne de la série est une jeune femme blonde aveugle qui joue du violon jusqu'à... enfin, je vais pas spoiler lol


___________________

Marlon
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 15:53

Moi, ce personne m'émeut Elle est impressionante, puis ton style d'écriture est magnifique
Bienvenue à toi, colocataire hâte de jouer avec toi ♥️
Sinon, tu parlais du film "The Eye", avec un remake américain avec Jessica Alba J'ai tellement adoré ce film Voilà, je sors après la minute culture
Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2481
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : vinyles idylles (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
Sidonie
Jill
Kelly
Sandra
Shanleigh
Jahan
Les malchanceux
(url coming)


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Son père est mort alors qu'elle n'avait toujours pas pu parler sérieusement avec lui.
○ Elle remet tout en question à propos de son adoption.
○ L'université a repris et elle a du mal à se concentrer.
○ Elle ne passe plus du tout dans sa famille, ça fait trop mal.
○ Elle se fait mine de rien du souci pour cette voyageuse égarée rencontrée à l'aéroport.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 16:13

Merci tout le monde

Ilana, avec joie ! Pour l'instant je dois finir mon lkjdflknk de travail de grec (et je suis très productive comme vous pouvez le voir), mais dès que j'ai fini je commence à fureter pour RP

Marlon, j'été voir le synopsis et je pense que je vais aller regarder la série

Amelia, AH, MERCI . J'arrêtais pas d'essayer de me souvenir du nom, sans succès. Personnellement je l'ai regardé quand j'étais très petite, du coup je ne l'ai pas fini... il me faisait peur . Après je craignais trop d'avoir des hallucinations
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Sam 4 Mar - 19:47

Bienvenue
Indiana C. Grayson
avatar
Inscrit le : 24/11/2016
Messages : 383
Avatar : Herman Tømmeraas.
Crédits : Puckessa.
Date de naissance : 02/04/1995
Bloc notes :

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: t-rex
• ÂGE :
• BLOC NOTE : Demander à faire des rp'.


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Dim 5 Mar - 11:39

Bienvenue parmi nous jolie demoiselle !

___________________

« do you even know me ? »
Indiana ▬ You can be sure that I'm always here for you.

(c) Myuu.BANG!
Shanleigh Carmody
We're here and then we're gone
avatar
Inscrit le : 11/07/2016
Messages : 2378
Avatar : Sophie Turner
Crédits : eilyam (av) | ceriztoxic (sign)
Mes rps : [DISPONIBLE] [n'hésitez pas à me mpotter]
JahanAlbaneTony




Bloc notes : PROJET EN COURS :
"Traumatismes", une série photographie destinée à une exposition quand elle sera achevée. Entamée depuis bientôt un an, trois séances en tout ont été réalisées.
« Tout ce qui naît porte la mort en germe »



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Eilyam
• ÂGE : 23 ans
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Dim 5 Mar - 19:22

Bienvenue ici Smile

___________________
WON'T YOU SAIL OUT TO ME ?
if i'm anchored in the deep, and maybe i'm just chasing shadows, sailing through the mist, into the abyss... if you knew, would you sail out to me ? i've been there before , all the while these ships go sailing by... i'm calling out for you.
Loona Clark
Bitch please, i'm fab
avatar
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 639
Avatar : nicola peltz
Crédits : malbe la + talentueuse
Date de naissance : 16/11/1995
Mes rps :
D I S P O (4/4)

Spoon by night • Jahan
Sur un toit • Agents S & R
Recrutement • Cheers/TC
Trapped on the web • Kaidan


Bloc notes :

ACTUALLY :
• Les vacances, c'est terminé
• Elle a un emploi du temps chargé
• L'automne la rend déjà mélancolique
• Elle traverse une période sensible

Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Lucie
• ÂGE : 17
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Dim 5 Mar - 22:34

J'adore le pseudo choisi, puis Queen Moretz quoi! T'as une très jolie plume, au plaisir de te croiser en rp! Bienvenue à la maison! I love you

___________________
BITCH, PLEASE
tout le monde veut le Marbella, y'a plus personne au Pôle-Emploi
cherche pas à savoir, y’a que l’insomnie qui a réussi à me cerner
Aleksey Pretorian
SUBLIME&SILENCE
le vide aurait suffit
avatar
Inscrit le : 05/12/2016
Messages : 498
Avatar : Xavier Dolan
Crédits : (c)ANARCHY.
Date de naissance : 26/04/1990
Mes rps :
INDISPONIBLE
(6/6)♥






Bloc notes :
Ian&Alek - colocataire du tonnerre
-Ce monde rend fou, tout le monde est en guerre
Plus on s'renfloue et moins on voit clair
Quand t'as pas d'argent, dans ce monde, t'as pas d'droit
Y'a ceux qui cassent un tête et ceux qui tapent à trois -




Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Lou
• ÂGE : 23 ans
• BLOC NOTE : L'ananas doré vient en force ♥


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Mer 8 Mar - 18:08

CHLOE + ton histoire + ta plume + ton pseudo
Jcrois que cette équation résume tout ! Bienvenue chez toi et amuse toi bien petit chaton

___________________



Si c'était si facile, tout le monde le ferait Qui tu serais pour réussir où tous les autres ont échoué? Oublie tes rêves prétentieux, redescend sur terre Ou tu n'en reviendras jamais
Albane W. Hollander
Tumbling through an endless diamond sky
avatar
Inscrit le : 04/03/2017
Messages : 2481
Avatar : Chloë Moretz
Crédits : vinyles idylles (avatar) ○ Beerus (signa)
Date de naissance : 07/07/1996
Mes rps :
INDISPONIBLE
Sidonie
Jill
Kelly
Sandra
Shanleigh
Jahan
Les malchanceux
(url coming)


Bloc notes :


broken crayons still color the same.


○ ○ ○ ○ ○


NOW
○ Son père est mort alors qu'elle n'avait toujours pas pu parler sérieusement avec lui.
○ Elle remet tout en question à propos de son adoption.
○ L'université a repris et elle a du mal à se concentrer.
○ Elle ne passe plus du tout dans sa famille, ça fait trop mal.
○ Elle se fait mine de rien du souci pour cette voyageuse égarée rencontrée à l'aéroport.

ABOUT ME
○ Aveugle dans une mer houleuse
○ Musicienne à la dérive sur son violon
○ Confidente à ses heures perdues
○ Mélancolique de toujours


○ ○ ○ ○ ○

#ShipArmy:
 






Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Tris (Emily)
• ÂGE : Sweet Sixteen
• BLOC NOTE :


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Mer 8 Mar - 18:46

Merci beaucoup

___________________
i'm wishing i could see that music lives. forever. that it's stronger than death. stronguer than time. and that it strength holds us together when nothing else can.
let us live
Tyler L. Redfield
avatar
Inscrit le : 18/11/2016
Messages : 566
Avatar : Dylan O'Brien
Crédits : Everliam Bazzart google
Date de naissance : 02/11/1992
Mes rps : [ libre 1/6 ]
dispo par MP^^

▬Feat Jahan : ici
▬Feat Maxence : ici
▬Feat Christopher : ici
▬Feat Ismaël : ici
▬Feat Elijah : ici


Bloc notes :



- Tyler n'as eut qu'une relation sérieuse.
- Il a un tatouage d’ailes d’ange dans le dos, un des ailes est normal et l’autre n’est fait que d’os, il a aussi deux piercing a la langue horizontalement.
- Il a un chiot husky offert par Ryan.
- Il a les yeux bleu mais porte des lentilles marron, il n'y a que Matt, sont petit frère, qui soit au courant.
- Il a toujours aimer les hommes mais reste serviable avec les femmes.
- Il est toujours puceau.
- Il a perdu son premier amour (Ryan Carter) dans un accident de voiture, ou lui a surveccu.
- Il est co-directeur de la Carter corps car Ryan la mit dans son testament, mais se dernier n'a pas encore était ouvert a cause d'un enquête sur l'accident.
- Il a aussi hérité de la fortune et d'autre bien de Ryan.
- Il c'est déjà déguiser en elsa guerrière : ici ici ici ici



Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Everliam
• ÂGE : 28
• BLOC NOTE : nop


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Mer 8 Mar - 20:47

Bienvenue ^^

___________________
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways, le Ven 14 Avr - 20:38

Bienvenue.

Albane ~ The things we lose always come back to us in unexpected ways

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Personnage :: Présentations :: Fiches validées-