Partagez| .

Say something I'm giving up on you [Swederic]


Swann Eberhart
ADMIN ∎ The Heart wants
what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1349
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : schizophrenic - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Dancing on my own ❥ Libre
To leave or not to leave? ❥ Libre
Ta maison est ma maison ❥ Fred
Fugue ❥ Avalon
Photograph ❥ Shanleigh
Heavy ❥ Barth
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● On lui offre un job en or à New York.
● Elle a tenté de se suicider mais Lily lui a sauvé la vie.
● Elle vit chez Fred depuis sa sortie de l'hôpital.
● Elle est heureuse que Barth reste aux USA.
● Elle cherche un nouvel appartement, une nouvelle maison.
● Elle danse à nouveau.
● Elle crée son association et sa compagnie de danse.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Say something I'm giving up on you [Swederic], le Ven 17 Fév - 3:43


J’avais assisté au gala de Lily et ça m’avait demandé un effort monstrueux pour porter mon attention sur le spectacle. Pourtant c’était beau. Ses élèves étaient doués et le ballet qu’elle leur avait créé était magnifique. Sauf que je ne pensais qu’à une chose. Fred allait passer chez moi ce soir et je redoutais la conversation que nous aurions. Je m’attendais au pire. Le gala m’avait paru aussi long que court. Long parce que je voulais être déjà chez moi, pour affronter tout ça. Trop court parce que j’avais peur et que j’avais envie de fuir.
J’avais fait un coucou à Lily après la représentation. C’était la fête au conservatoire et je n’avais pas envie de l’arracher à tout ça. Je l’avais prévenue que Fred venait. Bien évidemment elle avait trouvé que c’était une mauvaise idée mais pour une fois elle n’avait pas insisté. Mais au moment de lui dire aurevoir, elle n’avait pas manqué l’occasion de me glisser quelques recommandations à l’oreille. « Et bien sûr, je reste joignable. Je ne quitte pas mon portable. Si tu as besoin de réconfort, ou d’aide pour enterrer son corps si jamais tu décides de le tuer. » Je lui avais lancé un regard un poil réprobateur et elle s’était contentée de sourire. « Je dis ça comme ça… Ce n’est pas comme si j’y avais déjà songé… » Je levais les yeux au ciel et ça avait réussi à m’arracher un sourire malgré tout. Lily était incorrigible. Mais je savais que si jamais j’avais besoin de me sortir d’un mauvais pas ce soir, elle viendrait. Et ça me rassurait un peu.

Dans le taxi, je répondais à peine au chauffeur qui cherchait seulement à se montrer sympathique et à faire un brin de conversation. Je m’excusais auprès de lui mais il ne semblait pas m’en tenir rigueur. Tête contre la vitre, je regardais les lumières de la ville défiler. Je me demandais si Fred serait déjà là où si j’aurais encore quelques minutes avec moi-même. La berline avait fini par ralentir dans ma rue et après avoir réglé la course, je m’étais approchée du petit portail qui donnait sur la petite cours qu’une allée bétonnée traversais. Avant, c’est en fauteuil que je l’empruntais. A peine entrée, j’avais vu la lumière filtrée à travers la large baie de verre et de métal. Je vivais dans un ancien atelier d’artiste réaménagé. J’avais ralentis le pas et observé sans être vue, Fred, à l’intérieur, déjà là. Il avait dû utiliser la clé de secours, comme il l’avait déjà fait parfois. J’avais terriblement envie de faire demi-tour mais je ne pouvais pas être lâche au moment où Fred semblait faire preuve de courage. Je poussais la porte et posais mon regard sur lui. J’avais tenté un sourire mais ça n’avait pas été très glorieux. C’était douloureux de le voir là. Ça me ramenait à l’autre soir. « Salut… »
Je quittais mon manteau et mon foulard que j’accrochais au portant. Au conservatoire j’avais été parfaitement intégrée au décor mais dans ma jolie robe noire, coiffée et maquillée mais ici, j’avais l’impression d’être trop habillée. J’aurais bien aimé aller me changer et je l’aurais sans doute fait si Fred était arrivé plus tard. Tant pis. C’était le dernier de mes soucis au fond.

Je déposais ma pochette sur la table et approchais doucement. « Tu veux boire quelque chose ? Tu t’es peut-être déjà servi ? » Je n’aurais pas dit non à un verre de scotch. Quitte à grimacer. Ça m’aurait surement donné un peu de courage.

___________________
I love making you believe What you get is what you see. But I'm so fake happy. I feel so fake happy. And I bet everybody here Is just as insincere. We're all so fake happy. And I know fake happy. I been doing a good job of makin' 'em think I'm quite alright But I hope I don't blink. You see its easy when I'm stomping on a beat But no one sees me when I crawl back underneath.
Frederic Douglas
ADMIN ∎ No Ambitions & No Shame
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 2545
Avatar : Aaron Tveit
Crédits : Kawaiinekoj
Date de naissance : 06/04/1989
Mes rps : INDISPONIBLE (4/2)
Romy - Black, fin de la pièce
Dak-Ho - La victoire est belle
Clay - The after party
Swann - Tout y est

Bloc notes : EN CE MOMENT :
- Il a l'esprit troublé
- Il s'inquiète pour Swann
- Il pense lancer un club de robotique
- Il boit un peu trop

L'ÉTÉ EST LÀÀÀ !
Profitez du beau temps vous tous


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Hortie / Pommmme
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Ven 17 Fév - 4:40



Il regarda l'horloge. Il ne savait plus combien de fois il avait relevé la tête vers cette fichue horloge au cours de la dernière heure. Il était arrivé beaucoup trop tôt. Il avait en même temps tellement hésité avant de partir. Mais tourner en rond dans son appartement ou tourner en rond ici, ça revenait au même. C'était tout aussi pathétique. Et la bonne formulation de ce qu'il souhaitait dire n'était pas plus claire ici qu'elle ne l'avait été chez lui. Sauf que cette-fois, il était décidé à dire quelque chose.
Frederic, il avait toujours buté sur les mots dans les moments qui comptaient le plus. Il y avait ce verbe en réalité, qui l'effrayait plus que tout; aimer. Il n'était d'ailleurs même pas certain d'être déjà resté avec une fille suffisamment longtemps pour oser l'utiliser. C'était presque comme un gros mot. Il ne savait pas comment l'employer, quand l'utiliser. Il le réservait à sa maman, avec qui ne pouvait exister aucune ambiguïté.
Il savait pourtant, peut-être depuis un moment même, insconsciemment, qu'avec Swann, c'était plus que de la simple amitié. Seul dans son lit, la veille, il avait cherché. Affection, complicité, attachement, connexion. C'était tout ça, oui. Mais il lui aurait fallut ce mot, cet entre deux, parce que c'était quand même un peu plus que ça. Il avait finit par s'endormir, convaincu qu'il ne trouverait pas, de toute façon. Même s'il trouvait, il ne saurait jamais l'utiliser correctement.

Alors il regardait l'horloge. Probablement plus anxieux qu'il ne l'avait jamais été. Ses souvenirs les plus angoissants semblaient ne même pas arriver à la cheville de celui-ci. Et ce fut pire quand il vu la porte s'ouvrir. Il se leva comme un ressort, déclenché par le léger bruissement de la porte. Ses mains étaient moites.
Swann apparut dans l'embrasure. Il fut pris d'un frisson. Bordel, ce qu'il était terrifié. Il ne bougea pas, resta planté devant le canapé. « Salut ... » Sa voix manquait d'assurance, elle semblait presque tremblante. Il se sentit incroyablement vulnérable. Beaucoup trop. Ça lui donna envie de courir vers cette porte, pas encore tout à fait fermée, cette issue de secours. Mais il resta là. Pas cette fois.
Elle retira son manteau et il la découvrit en robe. Le sérieux de la situation l'empêcha de la parcourir de haut-en-bas. Ses pupillèrent valsèrent tout de même vers ses jambes pour lesquelles il se découvrait - avec une certaines exaspération - une petit fascination. C'était Swann putain. Mais non, justement. C'était Swann. Il était là pour ça.
Elle fit quelque pas. Lui n'avait pas bougé. À sa question, il sembla vouloir s'animer. Il frotta ses mains sur son pantalon, nerveusement, espérant que la moiteur quitterait finalement ses paumes. « Non, ça va ... »  Un verre de scotch l'aurait aidé. Indéniablement. Mais c'était vraiment ce qu'il voulait ? Non. Il avait déjà suffisament l'impression de ne pas la mériter pour ne pas en plus lui parler totalement bourré. Et puis vu la vitesse à l'alcool battait son pauvre petit coeur de gamer, c'était sûrement un peu risqué.
Il y eut un silence. Trop de silences entre eux récemment. Il s'en savait coupable. Au moins partiellement coupable. Il glissa une main dans ses cheveux. « Swann, je ... » Il redressa la tête vers elle, leva en même temps une main. Il avait un air un peu suppliant. « Je voudrais que tu ne m'interrompe pas parce que ... » Il leva les yeux au ciel, fit un sourire amèrement ironique. « ... Parce que ça aura déjà l'air ridicule, tout ce que je vais dire et que ... » Ses yeux clignèrent quelques fois, cherchant eux aussi. Il finit par pousser un léger soupir. « Écoute-moi seulement. »
Et il se lança. Ne lui donna pas le temps de s'asseoir, parce que le moment était là. Parce que plus tôt il aurait parlé, plus tôt il aurait retiré cette enclume de sur ses épaules. Jamais l'expression de sentiment n'aura été aussi lourde pour quelqu'un. Aussi libératrice aussi, probablement, forcément. « L'autre jour j'étais ... » Encore cette hésitation. « Complètement jaloux. Totalement jaloux. Je suis le premier que ça a pris par surprise, je crois ... » Il secoua légèrement la tête, comme désemparé par ses propres pensés, sentiments. « C'était juste ... Je fermais les yeux et ... » Il ferma vraiment les yeux, craintif également de croiser le regard de Swann, qu'il évitait depuis le début de son difficile monologue. Ça tête était légèrement penche, il se pinçait l'arrête du nez. « T'imaginer avec d'autres, ça me rendait malade. » C'était encore le cas. Ses paupières fermés le lui rappelait trop bien. Et cette petite robe noire. Il ouvrit les yeux, poussa un soupir angoissé. Une main glissa vers sa nuque. « Je pense juste que ... Je sais juste que ... Que ça veut forcément dire quelque chose. » Seigneur. Il secoua rapidement la tête. « Et je sais aussi que malgré ce que t'as dis je suis clairement ... clairement pas à la hauteur, mais ... » Il fit un pas vers elle, releva la tête. « Je me dis qu'on pourrait peut-être essayer. » Il accrocha finalement son regard au sien, gêné, embarrassé, craintif. Il hocha timidement la tête, haussa les épaules, ajouta. « Que j'aurais envie d'essayer. »
Et que désormais, il voulait disparaitre six pieds sous terre. Mais il remarqua également, outre ce sentiment, que son dos s'était un peu redressé. Ses épaules en avaient moins à supporter. Ça, c'était apaisant.

___________________
Swann Eberhart
ADMIN ∎ The Heart wants
what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1349
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : schizophrenic - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Dancing on my own ❥ Libre
To leave or not to leave? ❥ Libre
Ta maison est ma maison ❥ Fred
Fugue ❥ Avalon
Photograph ❥ Shanleigh
Heavy ❥ Barth
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● On lui offre un job en or à New York.
● Elle a tenté de se suicider mais Lily lui a sauvé la vie.
● Elle vit chez Fred depuis sa sortie de l'hôpital.
● Elle est heureuse que Barth reste aux USA.
● Elle cherche un nouvel appartement, une nouvelle maison.
● Elle danse à nouveau.
● Elle crée son association et sa compagnie de danse.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Ven 17 Fév - 17:55


J’avais l’impression de ne plus savoir respirer spontanément. Ou plutôt, je me rendais compte par moment que j’avais oublié de le faire et je me retrouvais essoufflée sans avoir couru. Mon cœur tambourinait et je me demandais si j’allais pouvoir tenir le choc longtemps. Fred refusait de boire quelque chose. Finalement ça m’arrangeait. Ça évitait de perdre un peu plus de temps et nous avions l’air aussi nerveux l’un que l’autre même si Fred semblait l’être encore plus que moi pourtant.
Le silence gênant était revenu s’immiscer entre nous mais je n’osais pas le briser. Si jamais en disant quelque chose je coupais l’élan de Fred. Ce n’était pas un risque que j’étais prête à prendre. Alors je restais silencieuse. Et la voix du geek se fit entendre. Il me demandait de ne pas l’interrompre et sa justification m’avait presque arraché un sourire. Presque. J’étais bien trop nerveuse pour réussir à montre une quelconque émotion légère. Je me contentais de l’observer et quand une dernière fois il me demandait de l’écouter, j’esquissais seulement un signe de tête. J’allais l’écouter, religieusement. Sans l’interrompre.
Il commençait par évoquer l’autre soir et quand il avouait enfin avoir été jaloux je sentais mon cœur accélérer encore si possible. Je n’avais pas cherché à le rendre jaloux, je n’avais pas été manipulatrice quand je lui avais parlé du Pianiste. J’avais cherché à banaliser notre relation à lui rendre son caractère purement amical. Deux meilleurs amis qui se confient au sujet de leur rencontres. Ça aurait pu marcher. Sauf que Fred avait mal réagit et j’avais alors espéré quelque chose. Quelque chose qui au moment clé n’était pas arrivé.
J’avais promis de ne rien dire et je le dévisageais toujours, silencieuse. J’avais presque mal pour lui, je trébuchais sur les mots avec lui. Je savais ce que ça lui coûtait de me dire tout ça. Je savais que ça lui demandait beaucoup d’effort. Et si je n’avais pas eu tellement besoin d’entendre ses mots, j’aurais probablement brisé ma promesse de ne pas l’interrompre pour lui dire de ne pas en dire plus. Sauf que j’avais besoin de savoir où il en était parce que je n’étais pas capable de deviner cette fois.
J’avais envie de lui couper la parole, de lui dire d’arrêter de se rendre malade. J’avais envie de m’excuser de lui avoir parlé de ces types. Mais j’avais fait une promesse au début de son monologue et je m’efforçais de la respecter.
Il faisait un pas vers moi et je réalisais à cet instant précis que j’étais en train de trembler. Il ne faisait pas froid non, c’était l’émotion. Le trop-plein d’émotion même. Il voulait essayer et la peur qu’il avait ressentie, je la ressentais encore plus à mon tour. J’étais effrayée. Je restais plusieurs secondes sans rien dire avant de faire un pas vers lui. Je relevais la tête pour pouvoir accrocher son regard. La distance entre nous s’était considérablement réduite.
« Tu as dit que tu avais eu peur l’autre soir. Moi aussi j’ai peur. J’ai peur tout le temps. J’ai peur maintenant. » Je tremblais comme une feuille et ma respiration faisait encore des siennes. « Je ne voulais rien dire. Je le regrette presque d'ailleurs. Pour tout ce que ça a engendré. Mais c'était trop fort, ça débordait, j'arrivais plus.... » Ma voix tremblait. J'avais l'impression de n'être plus qu'une petite chose qui vacillait. « Si on essaye et que ça ne marche pas, on ne pourra pas revenir en arrière. » Et dans ma voix on percevait la panique face à cette possibilité. Mais de toute façon, pouvait-on encore revenir en arrière maintenant ? Je n’en étais pas certaine. « Et j’ai pas envie de te perdre… Je ne sais pas si je pourrais m’en remettre si cela arrivait. » Et je pesais mes mots. J’avais été prête à enfouir mes sentiments pour le garder comme ami. Pour ne pas perdre le risque de le perdre. C’était un vrai fiasco.

___________________
I love making you believe What you get is what you see. But I'm so fake happy. I feel so fake happy. And I bet everybody here Is just as insincere. We're all so fake happy. And I know fake happy. I been doing a good job of makin' 'em think I'm quite alright But I hope I don't blink. You see its easy when I'm stomping on a beat But no one sees me when I crawl back underneath.
Frederic Douglas
ADMIN ∎ No Ambitions & No Shame
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 2545
Avatar : Aaron Tveit
Crédits : Kawaiinekoj
Date de naissance : 06/04/1989
Mes rps : INDISPONIBLE (4/2)
Romy - Black, fin de la pièce
Dak-Ho - La victoire est belle
Clay - The after party
Swann - Tout y est

Bloc notes : EN CE MOMENT :
- Il a l'esprit troublé
- Il s'inquiète pour Swann
- Il pense lancer un club de robotique
- Il boit un peu trop

L'ÉTÉ EST LÀÀÀ !
Profitez du beau temps vous tous


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Hortie / Pommmme
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Dim 19 Fév - 18:38



Ce silence. Il eut l'impression, un instant, que l'histoire allait se répéter. Qu'il allait finir par déceler de la déception dans ses yeux. Qu'elle allait lui faire comprendre que ce n'était pas assez. Pas juste ses mots, lui, en entier. Qu'elle lui tournerait le dos une deuxième fois. Il comprit, un peu, comment elle avait du se sentir. Dit quelque chose putain.
Elle ne dit rien. Elle fit un pas vers lui. Frederic se retint de l'imiter.
Il retint son souffle en voyant ses lèvres frémir, prête à parler. Il se sentit vite soulagé, parce qu'il y avait cette douceur dans sa voix. Il l'avait souvent entendu comme ça, n'avait juste jamais osé la définir, l'écouter vraiment. Les mots étaient tristes et effrayant, mais Frederic s'accrochait à ce ton. Pas du tout le même que l'autre soir. Il y écoutait de l'espoir.
Évidemment que ça risquait de ne pas marcher. Ils avaient la même peur au ventre à ce sujet, et égoïstement, ça le rassurait. Mais ils avaient déjà tout gâché de leur amitié, de toute façon. Frederic se connaissait. Il savait que le problème de la communication reviendrait. La jalousie aussi. Le manque d'effort. Les différences de valeurs. Sa famille envahissante. Les problèmes, il les voyait venir. Mais il regardait Swann dans les yeux, ces grands yeux qu'il connaissait bien, et il osait aussi croire que ça pourrait fonctionner. Il la savait simple. Il la savait drôle. Il la savait indépendante. Il la savait compréhensive. Il la savait courageuse. Il la savait douce. Ils devaient essayer.
Ses yeux étaient fixés au sien. Il fit un très léger mouvement de tête. « Approche ... » Il n'attendit pas de la voir bouger pourtant. Il n'eut qu'à voir ce semblant d'intention dans ses yeux pour lui, se rapprocher. Franchir le dernier pas. Il glissa ses bras autour d'elle sans un mot. Il la serra dans ses bras. Oui, ils étaient deux incompétents des sentiments, deux petites choses effrayées. Oui, ça risquaient de ne pas fonctionner. Mais oui, ça valait quand même la peine d'essayer.

___________________
Swann Eberhart
ADMIN ∎ The Heart wants
what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1349
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : schizophrenic - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Dancing on my own ❥ Libre
To leave or not to leave? ❥ Libre
Ta maison est ma maison ❥ Fred
Fugue ❥ Avalon
Photograph ❥ Shanleigh
Heavy ❥ Barth
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● On lui offre un job en or à New York.
● Elle a tenté de se suicider mais Lily lui a sauvé la vie.
● Elle vit chez Fred depuis sa sortie de l'hôpital.
● Elle est heureuse que Barth reste aux USA.
● Elle cherche un nouvel appartement, une nouvelle maison.
● Elle danse à nouveau.
● Elle crée son association et sa compagnie de danse.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Dim 19 Fév - 19:20


C’était trop tard. On ne pourrait pas revenir en arrière. Notre amitié n’était plus. C’était tout ou rien et j’avais envie de tenter tout quitte à finir avec rien. Pourtant je savais d’avance que ce serait compliqué. Je me savais capable de jalousie même si ça ne tournait pas à l’hystérie. C’était surtout la difficulté à exprimer nos émotions, Fred bien plus encore que moi qui me laissait penser qu’il y aurait des problèmes. Mais j’étais incapable de faire marche arrière. J’avais l’espoir qu’on surmonterait tout ça. On le pouvait, n’est-ce pas ?
Quelqu’un d’autre aurait sans doute cherchez les mots pour me rassurer, mais pas Fred. Au lieu de ça, il s’était contenté d’un signe de tête, d’une invitation à le rejoindre et ça avait suffit. Avant même que je puisse faire un pas, je sentais ses bras s’enrouler autour de moi et j’avais fermé les yeux en calant ma tête contre son torse. J’écoutais les battements de son cœur tout en inspirant son parfum. S’il me serrait assez fort contre lui, je pourrais peut-être arrêter de trembler mais j’étais encore vacillante. Mes bras autour de sa taille, mon corps se réchauffait contre le sien et je ressentais une forme de soulagement. La douleur pouvait lâcher prise, Fred était là.
Je serai incapable de dire combien de temps on était restés là, planté au milieu du salon, l’un dans les bras de l’autre. J’avais fini par me résoudre à me détacher de lui. Je ne tremblais presque plus. Mes mains avaient glissé le long de ses bras jusqu’à attraper les siennes. Mes doigts jouaient avec les siens et je les observais avant de relever les yeux vers lui avec un sourire doux.
« Tu sais ce qui nous ferait du bien ? Revoir Titanic… » J’avais réussi à garder mon sérieux pendant quelques secondes avant de rire en secouant la tête. Décidément on ne savait pas gérer les transitions, ça sonnait toujours maladroit. Je respirais mieux à présent, plus facilement, plus légèrement mais je ne savais pas plus comment agir. On avait décidé d’essayer… Et maintenant ? « Tu ne veux toujours rien boire ? » J’avais besoin de revenir à des choses banales après tout ça. « J’ai encore du scotch. Je peux faire du café, ou du thé, ou ouvrir un jus de fruit… » Je me perdais un peu dans l’énumération des boissons mais tant pis.
Mon portable avait sonné et j’avais été consulter le message qui venait d’arriver. C’était Lily. J’avais répondu que ça allait. Qu’elle ne devait pas s’inquiéter. Si je ne prenais pas le temps de lui envoyer un message elle risquerait de débarquer. Sa réponse était arrivée en quelques secondes. « S’il te rend heureuse… Mais s’il te blesse encore, je lui arrache la tête à coup de clavier!! » J’avais relevé la tête vers Fred et avait souri. « Tu as le bonjour de Lily. » Ce qui était faux et Fred le savait. C’était devenu un gag leur incapacité à s’entendre.
J’avais reposé le téléphone, bien décidée à l’ignorer dès à présent. J’avais rejoint à nouveau Fred et assez naturellement, je m’étais à nouveau glissée dans ses bras. Là où je me sentais à ma place. « Tu m’as manqué… » ça avait été bien pire qu’un simple manque pendant ces derniers jours. Je m’étais sentie vide. Maintenant ça allait mieux.  

___________________
I love making you believe What you get is what you see. But I'm so fake happy. I feel so fake happy. And I bet everybody here Is just as insincere. We're all so fake happy. And I know fake happy. I been doing a good job of makin' 'em think I'm quite alright But I hope I don't blink. You see its easy when I'm stomping on a beat But no one sees me when I crawl back underneath.
Frederic Douglas
ADMIN ∎ No Ambitions & No Shame
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 2545
Avatar : Aaron Tveit
Crédits : Kawaiinekoj
Date de naissance : 06/04/1989
Mes rps : INDISPONIBLE (4/2)
Romy - Black, fin de la pièce
Dak-Ho - La victoire est belle
Clay - The after party
Swann - Tout y est

Bloc notes : EN CE MOMENT :
- Il a l'esprit troublé
- Il s'inquiète pour Swann
- Il pense lancer un club de robotique
- Il boit un peu trop

L'ÉTÉ EST LÀÀÀ !
Profitez du beau temps vous tous


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Hortie / Pommmme
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Lun 13 Mar - 3:48



Elle accepta son étreinte, elle se serra contre lui. Ce fut une vague de chaleur, une réponse qui leur suffit. Ils restèrent longtemps ainsi, enlacés au centre du salon. Ils en avaient besoin. Pour calmer les battements de leur coeur terrifiés, pour apprivoiser différemment ce contact de l'autre, qu'ils connaissaient pourtant très bien. Peut-être aussi pour profiter, le temps que ça durerait, de ce silence calme et reposant, de ce simple sentiment de bien-être et de facilité. Il régnait dans la pièce un bourdonnement sourd, menaçait, qui semblait murmurer ça ne durerait possiblement pas si longtemps. Mais à cet instant, ils étaient là, ils étaient bien. Respirant simplement l'un contre l'autre, l'une des mains de Frederic osant même aller explorer délicatement la chevelure douce de Swann, s'y mêler un peu, en respirer le parfum, en retenir la sensation. Quand ils se séparèrent, le coeur de Frederic battait probablement anormalement lentement. Trop apaisé.
Elle glissa ses mains dans les siennes et il les serra, tout doucement. Elle regardait vers le bas et lui vers le haut, laissant échapper un léger soupir. Rien de particulier dans ce souffle que la fatigue des émotions. Pas étonnant qu'il les évite à ce point, son coeur ne semblait pas suffisamment puissant pour lui permettre le marathon. C'était une tout autre sorte de cardio. Il redescendit la tête vers elle en entendant sa voix. Ils se regardèrent dans les yeux. Et il fut soulagé. De cette blague, de ce sourire. C'était maladroit, oui, mais c'était là. C'était eux. Même si le silence, du point de vue de Frederic, leur allait également très bien. Il fronça les sourcils, surplombant un regard amusé. « Tu veux officiellement m'achever ? » Son sourire s'étira, se teinta d'un peu de moquerie, de faux sérieux. « Je pensais plus à un truc du genre Cowboy vs Alien ... Admet que l'idée est tentante ... » Il fit mine d'être sérieux une fraction de seconde, mais la commissure de ses lèvres ne joua pas très longtemps le jeu, se relevant de manière enfantine.
Elle proposa à boire et il trouva que c'était une bonne idée. Il n'avait pas voulu noyer ses propos bouseux sous trop d'alcool, mais avoir tant parlé lui avait définitivement asséché la gorge. Il prit un air un peu coupable. « Je ne dirais pas non à un petit fond de scotch ... » Il inclina légèrement la tête, haussa un sourcil. « À partager ? » Ce serait tout de même infiniment mieux.
Il connaissait les lieux, il alla lui-même chercher la bouteille pendant que Swann consultait son téléphone. Cette envahissante de Lily, probablement. Ça lui fit verser peut-être une ou deux gouttes de plus dans son verre. Il ne devait pas trop y penser parce que ça, elle, c'était quelque chose qui l'épuisait déjà. Mais il resterait diplomate. Il ne voulait pas partir en guerre avec elle; Il savait qu'il perdrait. Mieux valait en rire. C'est d'ailleurs ce qu'il fit à la blague de Swann. Levant les yeux au ciel en laissant échapper un léger rire, ironique. « C'est si aimable de sa part ... » Mais il avait rapidement redescendu le regard, pour le poser sur Swann, pour lui faire un sourire tout doux. Ça allait.
Il prit une première gorgée de son verre, qui était vraiment presque un fond, rempli seulement à moitié. Ça lui fit fermer les yeux un instant, de bon goût et de réconfort. Et quand il les ouvrit de nouveau, Swann s'était glissé contre lui. Il en fut ridiculement surpris, un très très court instant, parce qu'il était un idiot sans aucun réflexe associé à l'amour ou au couple ou à quoique ce soit de ce genre. Mais il ne tarda pas à glisser sa main libre dans son dos. Avec un mince sourire, il lui tendit le verre. « Tient, aide-moi un peu. » Il eut un instant son air espiègle, mais ce dernier disparut rapidement derrière toute sa fatigue. Il ne pu d'ailleurs, au bout d'un moment, retenir un baillement.
Alors il osa demander, comme un adolescent, la tête penchée vers le minoi de Swann, avec un air mi-incertain, mi-suppliant. « Je reste dormir cette nuit ? » Oui, la réponse aurait du être évidente, il la connaissait même déjà. Mais il demandait, pour s'accorder cette légitimité à laquelle il ne croyait pas encore tout à fait. Pour être bien certain qu'il avait la permission. Pour lui signaler qu'il était parfaitement épuisé. Qu'il voulait aller s'allonger à ses côtés, en silence dans le noir. Ce silence qui leur allait si bien.

___________________
Swann Eberhart
ADMIN ∎ The Heart wants
what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1349
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : schizophrenic - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Dancing on my own ❥ Libre
To leave or not to leave? ❥ Libre
Ta maison est ma maison ❥ Fred
Fugue ❥ Avalon
Photograph ❥ Shanleigh
Heavy ❥ Barth
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● On lui offre un job en or à New York.
● Elle a tenté de se suicider mais Lily lui a sauvé la vie.
● Elle vit chez Fred depuis sa sortie de l'hôpital.
● Elle est heureuse que Barth reste aux USA.
● Elle cherche un nouvel appartement, une nouvelle maison.
● Elle danse à nouveau.
● Elle crée son association et sa compagnie de danse.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Lun 13 Mar - 21:17


J’avais souris amusé. Je me souvenais du calvaire que ça avait été pour lui de regarder Titanic même si de cette soirée j’avais surtout gardé le souvenir de notre danse. Il évoquait Cowboy Vs Alien et j’esquissais une grimace qui voulait tout dire. « Là, c’est toi qui veut m’achever. » et j’avais laissé un grand sourire amusé apparaître sur mon visage.
A ma proposition de boire quelque chose, Fred avait cette fois répondu par l’affirmative. Connaissant maintenant mon loft comme s’il était chez lui, l’informaticien était parti se servir lui-même alors que Lily venait de m’envoyer un message. C’était digne d’une pièce de théâtre l’animosité entre eux, mais au moins Lily me laissait faire mes propres choix même si je savais qu’elle n’approuvait pas. Je laissais mon téléphone de côté pour de bon avant de rejoindre Frederic qui était en train de siroter son scotch. Le réconfort après les émotions fortes qu’on avait ressenti. Je m’étais glissée contre lui, naturellement, me surprenant même d’être si à l’aise alors qu’il me tendait son verre. « T’as pas honte de me faire boire ? » J’avais souris amusée avant de tremper mes lèvres dans le liquide ambré. Comme d’habitude, je tentais de contenir une grimace, ce qui en général faisait rouler des yeux le geek mais au lieu de ça, il avait baillé. Je n’étais pas en meilleure forme, fatiguée des nuits sans sommeils depuis notre dispute, fatiguée de la tension. Maintenant que tout semblait s’arranger, c’était comme si la fatigue revenait réclamer sa part.
Devant son petit air, j’avais esquissé un sourire. J’étais tentée de répondre « non » mais la réponse était tellement évidente que je ne me hasardais même pas à tenter de faire une plaisanterie. « Tu restes autant que tu veux… » Cette nuit, la journée de demain, tout le temps… Je n’y voyais aucun inconvénient. « Mais tu prends le canapé. » Et non, ça avait été plus fort que moi. Depuis que je commençais à faire de l’humour, je ne pouvais pas m’empêcher de tenter de faire des blagues. Même ratée. Même celles pas du tout crédible. « Bon, d’accord… C’était nul… » J’avais souris amusé avant de me détacher de lui.

A tour de rôle on avait emprunté la salle de bain. Pendant que Fred s’y affairait, j’avais rangé la bouteille de scotch, déposé le verre dans l’évier et j’étais restée plantée devant la baie vitrée, me remémorant ces derniers jours. J’avais hâte finalement de m’allonger aussi, de forcer mon cerveau - trop fatigué d’avoir ressassé les mêmes idées noires encore et encore – à se reposer. J’avais entendu Fred sortir et pour ne pas le faire trop attendre, je m’étais faufilée dans la salle de bain à mon tour. J’avais abandonné la robe noire pour une nuisette et pressée de pouvoir retrouver Fred, je l’avais rejoint rapidement. On avait déjà partagé le même lit, surtout quand j’étais en fauteuil et que les choses étaient claires. Ça avait commencé ce matin-là où masque de Scream sur la tête, je l’avais réveillé en sursaut. En y repensant j’avais un sourire qui ne m’avait pas quitté au moment de rentrer dans la chambre. Devant le regard interrogateur de Fred, je m’expliquais. « Je repensais à la première nuit chez toi, quand je t’ai réveillé avec le masque au petit matin avant de m’incruster dans ton lit… ce que je peux être drôle quand même ! » et en pouffant de rire, j’éteignais la lumière avant de venir me glisser sous les draps, me tournant sur le côté pour lui faire face. Les lumières de la rue éclairaient tout juste assez pour que je puisse deviner son visage dans la pénombre. Je n’avais plus envie de parler. Je n’avais plus envie de dormir non plus. Je crois que j’aurais pu rester là à le regarder pendant au moins une éternité. J’avais juste osé tendre le bras légèrement pour frôler ses lèvres du bout des doigts avant de poser ma main sur sa joue. Toujours en silence.

___________________
I love making you believe What you get is what you see. But I'm so fake happy. I feel so fake happy. And I bet everybody here Is just as insincere. We're all so fake happy. And I know fake happy. I been doing a good job of makin' 'em think I'm quite alright But I hope I don't blink. You see its easy when I'm stomping on a beat But no one sees me when I crawl back underneath.
Frederic Douglas
ADMIN ∎ No Ambitions & No Shame
avatar
Inscrit le : 02/11/2015
Messages : 2545
Avatar : Aaron Tveit
Crédits : Kawaiinekoj
Date de naissance : 06/04/1989
Mes rps : INDISPONIBLE (4/2)
Romy - Black, fin de la pièce
Dak-Ho - La victoire est belle
Clay - The after party
Swann - Tout y est

Bloc notes : EN CE MOMENT :
- Il a l'esprit troublé
- Il s'inquiète pour Swann
- Il pense lancer un club de robotique
- Il boit un peu trop

L'ÉTÉ EST LÀÀÀ !
Profitez du beau temps vous tous


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Hortie / Pommmme
• ÂGE : 21 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Lun 27 Mar - 4:52



Ça l'amusa, sa question, évidemment. Il le vit dans ce petit sourire qu'elle avait. Et lui adopta l'air un peu coupable de celui qui comprend qu'il a dit une bêtise. Il se sentait tellement maladroit, tout le temps, pour ce genre de chose. Il ne voulait surtout pas être celui qui prenait tout pour acquis. Encore moins celui qui n'avait aucune idée de ce qu'il faisait - même si cette dernière description se rapprochait légèrement de la réalité. Heureusement, Swann, elle n'en faisait pas de cas. Elle souriait, moqueuse, mais le rassurait doucement avec ses mots. À l'affirmative, il pouvait rester. Ça lui arracha un sourire un peu bête alors que sa main glissait affectueuse pour remonter un peu le long du dos de Swann. Geste qui se stoppa rapidement quand elle prononça le mot canapé. Ses sourcils s'arquèrent légèrement, d'inquiétude et d'incompréhension, avant que son cerveau ne se réactive pour lui faire comprendre qu'il s'agissait bien évidemment d'une blague. Il leva les yeux au ciel avec un petit sourire. « J'osais pas le dire moi-même, mais puisque tu le reconnais ... » Et face à sa petite réaction faussement indigné, il laissa se dessiner un sourire plus qu'amusé.

Puis il eut cette désagréable impression de retomber à l'adolescence. C'était ridicule vous voyez, mais il avait ce petit stress au creux de son ventre. Sans réelle raison qui plus est, puisque Swann et lui avait déjà partagé plein de fois le même lit. Mais jamais comme ça. Et comme il se connaissait, il avait évidemment un tout petit peu peur de tout gâcher. Et il se trouvait très lourd d'alimenter inutilement de telles angoisses. Il s'aspergea d'ailleurs le visage d'eau froide à la salle de bain, se laissa parcourir d'un frisson. Suffit, de se comporter comme un gamin.
Il alla rapidement se glisser sous la couette épaisse et parfumée du lit de Swann. Il s'y enfouit, ne laissant dépasser que sa petit tête fatigué - quoique peut-être plus tant que ça, qui sait. Et il se trouva dans un ridicule stade d'attente. Il songea un instant au fait qu'il devrait peut-être apporter son vieux DS la prochaine fois, pour les temps morts, mais il se donna rapidement une claque mentale. La patience et le respect mon vieux, c'est pas mal aussi parfois.
Elle apparu dans l'embrasure de la porte, alors que lui avait fixé son attention déficiente sur une tâche au plafond. Il baissa le regard en entendant son pas de souris. Et il resta l'air sûrement un peu bête, un peu figé. De par son regard amusé, éclairant, lumineux, trop grand en comparaison à sa gêne à lui. Et de par cette nuisette. C'était quand même autre chose que de la voir dans ses grands t-shirt de geek vieux de dix ans. Swann ne manqua pas de remarquer son air un peu décalé, puisqu'elle justifia son air amusé. Ça le sorti de sa, hum, rêverie. Il leva les yeux au ciel avec un sourire ironique. « Ah oui, le jour où j'ai compris que tu était une grande malade ... » Puis il fixa son regard amusé au sien dans la lumière, pendant qu'il le pouvait encore. L'instant d'après, une noirceur douce et rassurante les enveloppait et transformait Swann et sa jolie nuisette en une silhouette un peu mystique. Les grandes ballerines gracieuses et floues de ses souvenirs d'enfance.
Elle se glissa dans le lit. Lentement, il se décala un peu, se retourna sur le côté. La noirceur était définitivement rassurante. Le silence aussi. Et non, officiellement, il ne se sentait plus aussi fatigué que quelques minutes plus tôt. Ses paupières restaient au contraire résoluemment ouvertes, cherchant à déchiffrer les traits flous qui se dessinaient devant lui. Il perçu le mouvement subtil de la main de Swann, avant de la sentir se poser délicatement sur son visage. Elle avait les doigts un peu froids, ça lui arracha un léger frisson. Elle laissa sa main là, contre sa joue. Le silence les enveloppait. Et la chaleur aussi, tout doucement. La main de Frederic bougea finalement elle aussi, ses doigts allèrent délicatement se poser sur la hanche de la ballerine, sur le tissu de cette nuisette dont il se rappellait parfaitement l'apparence. Tranquillement, il remontèrent. Glissèrent sur le creux de sa taille, chatouillèrent ses côtes, tracèrent son épaule. Ils finirent pas s'échouer sur son cou, repoussant avec délicatesse les mèches de cheveux qui s'y trouvaient. Ils restèrent la un instant, traçant de légers ronds sur place, profitant de la douceur de la peau. La gorge un peu sèche, Frederic se surprit à briser un très court instant le silence pourtant si rassurant. « Ça te change quand même beaucoup de mes vieux t-shirt cette tenue ... » C'était sa manière bien à lui de faire un compliment. Et il voulait essayer d'en faire à Swann. Essayer d'être délicat et de ne pas la brusquer, même si ce n'était pas forcément inné chez lui - lui qui avait plutôt tendance à être le lourdeau de service. Il n'avait pas envie de transmettre cette image, pas avec Swann.
Sa main se remit en mouvement, glissa le long de la mâchoire de la belle, pour ne pas se perdre dans cette noirceur et toute cette douceur. Il imita son geste, alla délicatement frôler ses lèvres du bout de son pouce, avant que sa main ne se redigide doucement vers sa nuque. Et la noiceur avait beau le masquer, le mélange de sentiment, envahissant, contradictoire, mais tout de même beaux, étaient bien présent sur les traits de Frederic, alors que ses lèvres allaient rencontrer celle de Swann.

___________________
Swann Eberhart
ADMIN ∎ The Heart wants
what it wants
avatar
Inscrit le : 12/05/2016
Messages : 1349
Avatar : Natalie Portman
Crédits : Avatar : schizophrenic - Signature : Mag' - Gifs : Tumblr
Date de naissance : 14/05/1986
Mes rps :


DISPONIBLE

Dancing on my own ❥ Libre
To leave or not to leave? ❥ Libre
Ta maison est ma maison ❥ Fred
Fugue ❥ Avalon
Photograph ❥ Shanleigh
Heavy ❥ Barth
Deux roues ❥ Nick

Bloc notes :
EN CE MOMENT :
● On lui offre un job en or à New York.
● Elle a tenté de se suicider mais Lily lui a sauvé la vie.
● Elle vit chez Fred depuis sa sortie de l'hôpital.
● Elle est heureuse que Barth reste aux USA.
● Elle cherche un nouvel appartement, une nouvelle maison.
● Elle danse à nouveau.
● Elle crée son association et sa compagnie de danse.





LBS AWARDS 2017








Mon p'tit trophée =):
 


Afficher

DERRIÈRE L'ECRAN
• PSEUDO: Mag'/Dompteuse de lutins
• ÂGE : 111 ans
• BLOC NOTE :


Re: Say something I'm giving up on you [Swederic], le Sam 1 Avr - 1:30

J’avais frissonné en sentant la main de Fred sur ma hanche, la soie comme seule barrière entre ses doigts et ma peau. Cela faisait du tissu si doux à l’accoutumé et dont j’aimais le contact une matière rêche que j’aurais aimé sentir s’évaporer sous ses doigts. Je sentais sa main remonter doucement le long de ma silhouette et j’avais fermé les yeux pour la visualiser jusqu’à ce que je sente ses doigts dessiner le contour de mon épaule. J’avais rouvert les yeux pour retrouver les siens que la quasi imperceptible lumière faisait un peu briller. Je le laissais faire, osant seulement glisser un tout petit peu pour me rapprocher. Ma main effleurait à nouveau ses lèvres avant de suivre l’arrête de sa mâchoire et de descendre le long de son cou.
Suite aux mots de Fred, j’avais étouffé un léger rire, touchée par le compliment qu’il avait tenté de faire à sa manière. « Je les aime tes t-shirt, ils ont ton odeur… Mais merci… » J’avais toujours aimé me lover dedans mais pas au point de les regretter ce soir. J’avais envie de lui plaire et j’avais espéré que ma tenue lui plairait. Aussi simple était-elle. Très vite j’avais retrouvé le silence délicat et rassurant dans lequel on baignait.
S’il n’avait pas franchi l’espace entre nous je l’aurais fait après avoir senti son pouce sur mes lèvres. Tout en lui rendant son baiser j’avais fini de me rapprocher pour me serrer contre lui. La chaleur de sa peau découverte contre la mienne que la nuisette laissait libre me faisait frissonner en contraste. Mes doigts qui n’avaient oser s’aventurer en dessous de ses épaules avaient glissé le long de son dos pour l’enlacer.
J’avais soif de ses lèvres, soif de sa chaleur et je refusais même l’idée de me détacher. Si nous ne savions pas utiliser les mots pour communiquer, il nous était plus facile d’échanger peau à peau. Le souffle court, mes lèvres s’étaient détachées des siennes alors que mon regard croisait le sien comme pour s’assurer une dernière fois que nous étions sur la même longueur d’onde même si pour une fois il n’y avait aucun doute là-dessus.
Comme pour mieux encore nous protéger du monde autour j’avais remonté la couette sur nous comme je nous aurais isolé dans une bulle alors que mes mains partaient à la découverte de sa peau, parcelle après parcelle alors que mes lèvres osaient quitter les siennes pour aller caresser son cou tout en m’enivrant de son parfum. Et la douceur, petit à petit, laissait la passion se mêler à elle.

___________________
I love making you believe What you get is what you see. But I'm so fake happy. I feel so fake happy. And I bet everybody here Is just as insincere. We're all so fake happy. And I know fake happy. I been doing a good job of makin' 'em think I'm quite alright But I hope I don't blink. You see its easy when I'm stomping on a beat But no one sees me when I crawl back underneath.

Say something I'm giving up on you [Swederic]

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: Archive des rps-