Partagez| .

A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan)


Invité
Invité
avatar
Afficher


A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan), le Mar 31 Jan - 22:59

S'il y a une chose que je déteste plus qu'Elvis, c'est bien mon satané boulot bien que la seule différence entre ces deux choses bien distinctes soit qu'au fond de moi, j'affectionne un minimum mon colocataire. La journée se fait longue, la fatigue quant à elle se fait sentir et les gargouillements que subissent mon estomac semblent durer une éternité. La seule pensée qui traverse mon esprit et qui me fait chavirer le coeur est cette vision d'un pain au grain de sésame, accompagné de son steak saignant, enveloppé par ce fromage industriel si gras mais si plaisant quand celui-ci nous coule sur les doigts. Oui. Alors que je sers les clients, je pense à un Cheeseburger du tonnerre et c'est en entendant les tic tac permanents de cette horloge de malheur qui résonnent dans ma tête que mon hypothalamus décide de se connecter à mon hypophyse pour que je déambule jusqu'à l'intérieur et détache mon tablier pour m'en aller like a boss.

C'est donc tel un Jésus tatoué que je m'attaque à cette traversée du désert. Le froid me fait rapidement regretter mon choix mais certains besoin se doivent d'être exécuté à temps. Pourquoi aller si loin pour rentrer dans le restaurant de Ronald MacDonald alors que je suis dans un café qui peut me ravitailler? Tout simplement car a nourriture est souvent meilleure lorsqu'on se la fait servir. Allez savoir. Tout en étant courbé durant ce long périple à cause de mes crampes d'estomac, j'aperçois enfin cette lueur jaune qui m'éblouit, me faisant me redresser comme si j'avais eu le droit à un miracle et c'est tel un cow boy que j'entre dans ce fast food, fouillant mes poches à la recherche de mes affaires personnelles.

"-Saperlipopette!" m'exclamais-je en me rendant compte de l'erreur fatale que je venais de commettre. J'étais si proche du Graal et voilà qu'il me file entre les mains à cause d'une faute de parcours mais où diantre avais-je la tête? Je recule doucement sur cette même rapidité qu'une marche de la honte et me pose sur une chaise le temps d'accorder mes Stradivarius. Il est absolument hors de question que je me refasse le trajet pour seulement une dizaine de dollars. Je ne tiendrai jamais une seconde de plus dans ce froid. Je regarde autour de moi, essayant d'apercevoir une âme charitable qui voudra bien me rendre ce simple service. Devrais-je sinon opter pour une méthode un peu plus réaliste et qui m'apportera sûrement plus qu'un simple Cheese?

Je respire un grand coup et pars en direction de la porte, tout en demandant autour de moi si quelqu'un n'aurait pas 50 cents à me passer pour compléter ma paye car "je n'ai que 9 dollars sur moi et qu'il me manque que quelques pièces pour arriver au compte juste". Qu'est-ce que je ne ferais pas pour de la bouffe sérieusement? Cette méthode de dalleux qui est vu et revu mais toujours aussi efficace... Du moins habituellement.

Un homme arrive en direction de l'endroit où je me trouve et prenant une mine affectée par un chagrin inconnu, je le regarde et baisse la garde avant de le fixer de nouveau. L'homme ne semblait pas être plus vieux que moi donc peut-être qu'il pourrait être un minimum compréhensif. Je prends une grande respiration et m'avance doucement vers lui. "Excusez-moi, vous n'auriez pas quelques dollars pour nourrir mon corps de crevette s'il vous plait? J'ai oublié mes biens au boulot et c'est à une bonne demi heure d'ici et je ne peux plus tenir..." lui demandais-je en espérant recevoir au moins la moitié de mon menu bien que je pense que je peux très clairement aller me faire cuire un œuf. Mais bon, qui ne tente rien n'a rien comme on le dit si bien.
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan), le Dim 12 Fév - 15:05

Il est midi. Quatorze heures pour être exact ce qui est le midi du travailleur et de l'artiste. Fatigué par une nuit presque sans sommeil à travailler un morceau un peu complexe suivi d'une matinée passée à écouter un âne lui parler en long en large et en travers de Lincoln comme si cet homme avait été le premier à se dresser contre l'esclavagisme et que cela n'avait absolument pas ruiné des dizaines de gens vaguement honnêtes qui s'étaient retrouvés du jour au lendemain livrés à la vindicte populaire sans n'avoir rien vu venir – mais le Professeur était clairement de ceux qui ne jugent l'Histoire que par ses vainqueurs alors que Logan, usant de sa sensibilité d'artiste, s'attardait volontiers sur les vaincus, qu'il apprécie ou non leurs idéaux et leurs méthodes. Ensuite, ça avait été langues étrangères puis politique internationale et il devait y retourner pour seize heures pour un partiel de trois heures sur les nouvelles politiques du mois dernier. Les journaux étaient restés à s'entasser sous son lit, il allait devoir les lire en deux heures et, pour cela, il avait invité Nine à lui tenir compagnie. Elle se mettait à côté de lui, jouait sur sa console, et lui lisait nettement plus vite les nouvelles du monde, de l'élection de Trump au Brexit en passant par les promesses de Vladimir Poutine et le droit de fermage de Fillon en France.

Tout ceci était bel et bon si ce n'était un impondérable. Aussi mignonne que soit la jeune femme, elle avait son prix en nourriture grasse et en jouet pour enfant Pokemon. Ce qui expliquait pourquoi Logan avait pris une glacière hermétique – ainsi, la voiture ne sentait pas le fast-food et passait la porte du temple de la mal-bouffe, se répétant tranquillement qu'un menu golden nuggets et un happy meal jouet garçon devrait faire l'affaire. Il avait hâte de rentrer, hâte de s'y mettre, hâte surtout de retrouver son havre de tranquillité et de musique à la place de cet endroit rempli d'enfants courant, de parents hurlant et d'étudiant squattant le wifi.

Dans ses pensées, il lui fallu quelques secondes pour lever la tête et se rendre compte qu'on lui parlait. Et quelques instants de plus pour se rendre compte que le type tatoué, musclé, impeccablement propre qui lui parlait lui réclamait de l'argent pour combattre la famine. Franchement, après deux heures à parler de l'état catastrophique de certaines plantations, ce genre de discours tombait un peu à plat. Trop étonné pour réfléchir, Logan lança à la volée.

« Et vous n'avez pas pensé à rentrer chez vous au lieu de venir ici ennuyer les gens ? »

Rare étaient ceux qui pouvaient se permettre une demi-heure de route allez et la même chose retour rien que pour manger. Il avait beau ne pas connaître les lieux, il était assez impossible qu'il n'y ait rien eu de plus près et probablement de moins cher. McDo n'étant pas aussi bon marché qu'on le pensait habituellement. D'ailleurs, choses amusante, il existait un indice « McDo » qui, au prix du Best Of pouvait permettre de connaître la richesse réelle d'un pays au moins aussi efficacement que par le PIB...
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan), le Ven 24 Fév - 16:18

Mais quel insolent! Mais qui est le vrai insolent entre nous deux? L'homme qui répond sèchement à une simple question ou l'autre idiot du village qui vient faire la manche pour deux tranches de pain et du fromage industriel? Vous avez 4h. Mais sa réponse était pertinente. Oui, j'aurais pu retourner chez moi mais c'est comme si mon boulot était à une demi-heure de tout! Que j'aille d'un côté ou de l'autre, ç'aurait été la même galère mais je ne suis pas là non plus pour me plaindre. Je ne vais pas non plus le forcer à faire sa bonne action de la journée.

Je laisse échapper un soupir, regardant ainsi fixement le sol, une main dans la nuque. Je ne sais pas si j'ai l'impression de vivre une injustice ou si la honte et la gêne m'habite. Un frisson traverse mon corps sans que je ne sache réellement la nature de ce dernier. Le regard relevé vers la personne en question, je lui adresse un sourire qui s'efface presque aussitôt. Je respire un grand coup, bien que difficilement, avant d'enchaîner. "J'espère que la sensation de faim au point de ne plus sentir votre corps, à la limite de l'évanouissement et de la baisse de tension ne vous arrivera jamais." lui répondis-je donc d'une voix tremblante, sentant mon corps tout entier en faire de même.

Des bouffées de chaleur me donnent soudainement l'envie de me déshabiller et de me coller contre le moindre objet de froid, un début de migraine se fait tout autant ressentir ainsi que cette sensation d'oreilles bouchées à cause de tout cela. Lentement je m'en vais vers une table, tout en continuant à demander aux gens quelques pièces jouant parfois sur la négociation en leur passant une carte pour qu'ils me contactent et que je puisse les rembourser en temps voulu mais rien n'y fait semblerait-il.

Je me pose enfin, la tête entre les mains. Si seulement l'autre individu pouvait peut-être revenir sur sa décision ou encore tous ces autres. Oui j'ai l'impression d'être un sans papier qui cherche à se nourrir et c'est probablement la vision que je laisse voir aux autres mais s'ils pouvaient comprendre que ce n'est pas le cas, nom d'une pipe en bois! Alors que les gens défilent devant moi, j'essaie d'attraper à la volée quelques frites qui peuvent traîner dans leurs cartons mais ce n'est pas cinq malheureusement potatoes qui vont me faire repartir. Je décide donc de m'allonger vite fait sur la table, me servant de mes bras croisés comme d'un coussin. Un peu de repos, peut-être que cela me sera utile.
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan), le Mer 1 Mar - 16:38

Allons bon. Sur quoi et sur qui était-il tombé à présent ? Impassible, Logan regarda l'homme en face de lui jouer de façon la plus ostensible possible la mort par inanition. Vraiment, à quoi pensait-il ? Même à supposer qu'il avait sauté son petit-déjeuner – ce qui le regardait totalement – comment pouvait-on oser comparer cette légère sensation à la faim dévorante qui consumait les entrailles et les pensées de bien trop de monde en ces âges modernes ? Cet étalage d'une faiblesse peu crédible lorsque l'on remarquait la silhouette et athlétique du jeune homme avait quelque chose d'indécent et de proprement scandaleux.

Au début, Logan ne répondit pas, gardant sa place dans la queue, observant avec une désapprobation croissante le cirque de l'autre clown qui s'amusait à présent à déranger les personnes assises en leur tombant presque littéralement dessus dans son enthousiasme à jouer – plutôt bien d'ailleurs- l'homme blessé et meurtri qu'il n'était en aucun cas. D'ailleurs, son jeu ne l'a pas empêché à voler une poignée de frittes sur le plateau d'une jeune maman cherchant à calmer un gamin un peu trop impressionnable. Pathétique. Proprement pathétique. Ce que certains ne feraient pas pour satisfaire un caprice... a moins que l'argent ne soit réellement pour s'acheter une dose de drogue ou d'alcool ce qui serait tout de suite plus compréhensible. Oui, cela devait être ça. Une nouvelle sorte de camé désespéré au point de mendier, centime par centime, ce qui devait devenir sa nouvelle dose. En le voyant soudain allongé sur la table, les bras croisés sous sa tête pour déranger le plus de monde possible, le jeune homme sentit son sang ne faire qu'un tour. Sauf que c'était son tour de passer à la caisse. Il commanda un menu golden, un happy-meal avec un jouet pokemon, si possible un evee, et un petit cheese a deux euros, le truc emballé dans du papier avec une seule rondelle de cornichon et un goût de vieille semelle mariné dans du vinaigre. Repassant avec ses achats, il lança le sandwich sur la figure du type allongé.

« Et maintenant sortez, vous gênez des gens parfaitement honnêtes qui ne cherchent qu'un peu de temps tranquille ou en famille. Retournez à votre « travail », ou peu importe comment vous appelez ça, et arrêtez votre cinéma ou, croyez moi sur parole, j'appelle la police. »

C'est sur qu'avec un sac en papier marron noté « McDonald » en jaune et vert, il n'a pas l'air très effrayant mais il l'a oublié, toisant son camarade de toute sa taille et de tout le mépris dont il est capable. Il attendra ici le temps qu'il faudra pour que l'autre se décide à sortir. Ici, avec son sac sur un poignet et son téléphone dans l'autre main, le doigt sur le bouton d'appel rapide des forces de l'ordre. Il est des choses avec lesquelles Logan ne plaisante pas, et c'est le respect de la souffrance d'autrui. De tous ces gens qui ont VRAIMENT faim.
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan), le Sam 4 Mar - 19:10

Je sais bien que je peux avoir le don d'énerver certaines personnes au point de me prendre des pains mais je n'aurais jamais que le coup que je recevrais allait être celui d'un sandwich. Je sens bien dans sa voix qu'il me juge et qu'il me méprise mais la façon dont il présente les choses semblerait me faire penser qu'il ne me croit en rien et qu'il me considère comme un moins que rien ou je ne sais dans quel domaine il me placerait. Je respire un grand coup avant de relever la tête et de la bouger comme si j'essayais de débloquer un torticolis. Cela faisait maintenant deux ou trois jours que je n'avais pas vraiment manger, à cause des heures supplémentaires et des ordres de mon patron. Lorsqu'on vous dit que la restauration est de l'esclave à l'état pur, croyez-nous. Ce n'est pas une blague. J'ai réussi à négocier une heure et demi pour pouvoir me ressourcer car ce dernier ne supporte pas de voir ses employés faibles bien que ça soit lui qui nous rend aussi misérable.

Serait-ce abusé de son temps et de sa patience si je mangeais ici au lieu de sortir ? Je ne peux pas non plus m'énerver contre lui de vouloir me foutre dehors car d'une part, je n'en ai pas vraiment la force, de deux car c'est vrai que je suis un peu en tort mais je laisse échapper un "Merci" sincère entre mes lèvres bien que murmuré. Je commence à déballer le papier du sandwich tout en y prenant un croc que je mâche et que j'avale difficilement avant d'en prendre quelques autres d'une manière assez rapide pour me redonner des forces et faire passer ce tournis constant. "Merci encore. Je vous en dois une maintenant. Si vous avez besoin d'un coup de main peu importe pour quelle affaire, passez au café juste en face du Domain et demandez Chuck Morris, je serais là, j'y suis tous les jours sans exception." lui dis-je en me levant doucement de l'endroit où je m'étais posé.

Je ne savais pas si je devais lui tendre la main pour le saluer et retourner au travail mais par simple automatisme, ma main libre et surtout tremblante se tend vers cet homme. Peut-être que le temps fera qu'on se recroisera plus tôt que prévu à notre plus grand malheur je pense mais bien que ce soit une grande ville, le monde est assez petit. Je lui adresse un sourire tout aussi gêné ayant l'impression d'avoir mon bras tendu depuis une éternité avant de peut-être comprendre que ce geste est qui sait? mal placé après mon comportement. "Au plaisir de vous revoir!" lui dis-je en passant la porte, une habitude prise en saluant les gens même les portes de prisons.
Invité
Invité
avatar
Afficher


Re: A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan), le Lun 13 Mar - 2:24

Le cinéma, quand il rentre de façon violente dans le quotidien, est parfois difficile à supporter. Et ce qui passe pas trop mal sur un écran ou derrière l'invisible barrière de la scène deviennent fausses à la lumière de la vie réelle. Il faut à Logan beaucoup de patience pour supporter les singeries du gars devant lui. Il en fait trop, au point que c'en est ridicule voire même blessant pour les gens qui ont un jour eu vraiment à souffrir de la faim, de la soif ou encore de la colère d'un autre être humain. Et pourtant, il attend. Il pourrait partir, abandonner, emmener la petite maison rouge qui suinte au fond du sac en papier brun à la fée réelle qui rêve de jouet pokemon au milieu de ses composants d'ordinateurs mais non, il attend, obligé qu'il est de veiller à ce que cet imbécile ne décide pas tout d'un coup de revenir sur sa parole.

Un bon ordre – avait-il apprit – n'est bon que si quelqu'un surveille son application. Alors, il regarde le type prendre une bouchée de pain au fromage et à l'horreur qu'ils osent appeler de la viande et tout d'un coup aller mieux comme si rien que l'action de manger pouvait redonner de l'énergie. Idiot, inconscient des bases de la nutrition et de la biologie. Un morceau de sucre aurait pu avoir cet effet. Une bouchée de cheese, nettement moins. Enfin. Heureusement qu'il a du self-contrôle parce qu'en plus, le gars dit travailler dans un café. Un endroit regorgeant de nourriture qui, même si elle dépend beaucoup du cuistot, c'est certain, ne peut pas être mauvaise au point de devoir faire autant de route, tout en mourant littéralement de faim pour un morceau de pain. Il aurait peut-être serré la main avant cette révélation mais là, il n'en a plus du tout envie. Sans répondre, il hausse visiblement les épaules, fixant le dénommé Chuck jusqu'à ce qu'enfin, il quitte le temple du capitalisme et de la malbouffe.

Nouveau soupir, de soulagement cette fois, puis il passe à son tour la porte, glissant ses achats dans la glacière apportée exprès puis le tout, et lui-même dans la voiture. Contact, moteur, et il repart vers l'appartement de son ami. Il n'a jamais eu faim. Il n'a jamais eu froid. Mais en Europe comme ailleurs, il a vu son lot de mendiants et de pauvres, plus ou moins organisés en mafias en fonction de la paranoïa des informations locales. Il s'est blindé face à cette douleur. Il s'est trouvé des arguments plus ou moins valable pour ne pas donner ou pour ne pas tout donner au moins. Mais là, ce n'est même pas de la culpabilité qu'il ressent. Là, pour la première fois, il est en colère. Quelque chose de violent qui lui rappelle son père et qu'il renferme au fond de lui. Là, cet homme, Chuck Morris ou peu importait son vrai nom, s'était attaqué trop mal à quelque chose de trop sacré. Il mit son clignotant, s'efforçant à rester prudent sur la route, ses doigts longs et fin pianotant sur le volant avec une énergie que même Antonine allait avoir du mal à dissiper.
]

A ring ding ding ding d-ding baa aramba baa baa barooumba (feat. Logan)

Page 1 sur 1

La boite à souvenirs :: Hors jeu :: Archive des rps-